Accords contre la vie chère : Victoire des Biscuits, Défaite des Légumes

nouvelle-caledonie-vie-chere-biscuit

 (source photo: actu-france.fr)

Victoire ! -10% sur 300 produits alimentaires

L’actualité néo-calédonienne fut récemment rythmée par les discours syndicalistes contre la vie chère, les hyper et supermarchés paralysés ainsi que les réunions au sommet avec les acteurs politiques et économiques de l’île.

Il faut dire que les classes les moins aisées du territoire souffrent le plus des prix gonflés de la grande distribution. La Nouvelle-Calédonie cumule tous les désavantages, connus et reconnus, qui tendent à créer un climat de « vie chère », avec des prix bien souvent 30 % plus élevés que chez sa cousine métropolitaine.

Tout est réuni :

  • un petit marché,
  • peu de concurrence,
  • des frais d’importations important,
  • des taxes douanières parfois pharaoniques,
  • une partie de la population avec un salaire indexé,
  • des marges élevées et même,
  • des actes illégaux de marges arrières.

Le contexte local est tendu, les consommateurs s’énervent régulièrement devant le prix d’une tomate ou d’un morceau de fromage, et les syndicalistes montent au créneau.

Au terme d’une grève générale du Pays, un protocole d’accord est signé entre les protagonistes qui vise notamment la baisse immédiate de 10% du prix de 300 produits alimentaires, et 200 non alimentaires.

Nous allons nous intéresser dans cet article à ces 300 produits, ou plutôt 202 produits selon les documents officiels disponible sur le net.

200 ou 300 produits…Mais lesquels ?

Selon le document PDF disponible sur le net, ce sont bien 202 produits alimentaires, des biscuits, des boîtes de pâté, des pâtes alimentaires ou encore des boissons hygiéniques qui sont concernés par une baisse immédiate des prix.

L’analyse rapide du document aura déjà fait bondir les premiers lecteurs :

« C’est que des produits sucrés, gras et salés ! »

Il est vrai qu’à la première lecture cela saute aux yeux, et c’est pire avec des chiffres. Voici les chiffres principaux qui découlent de cette analyse :

  • 14% des produits en baisse sont des biscuits, des gâteaux ou des apéritifs (soit 29 produits)
  • 7% de fromages (soit 15 produits)
  • 3% sur des légumes surgelés ou en boîtes (7 produits)
  • 1% sur les eaux minérales (3 produits)
  • 3% sur les boissons gazeuses (Coca-Cola uniquement, 7 produits)

Si on cumule la part des biscuits, des gâteaux, des boissons gazeuses sucrées, des glaces et crèmes glacées, des pizzas, des frites, des saucissons, des fruits au sirop (ultra sucrés), des fromages, des céréales du petit-déjeuner et des chocolats… On obtient environ 36% des produits alimentaires en baisse.

Plus d’un tiers des produits sujets à une baisse immédiate sont très riches en sucres ou en faux sucres dangereux (l’aspartame pour les sodas allégés) ; ils sont très peu équilibrés et favorisent presque tous une forte élévation de la glycémie, des risques de diabète et à terme d’obésité.

La baisse des prix ne comporte qu’un seul poisson ! Et on ne parle pas du meilleur des poissons, on parle du Pangasus. Oui, un poisson d’élevage nourris avec une alimentation industrielle qui n’apporte malheureusement pas tous les bienfaits d’un poisson sauvage nourris naturellement.

Au niveau des légumes en boîtes ou surgelés là aussi, le niveau est haut. Trois conserves de petit pois, de légumes variés et d’asperge. C’est tout. Pour les surgelés, il y a une poêlé paysanne et c’est tout.

On note tout de même la présence de 2 produits contenant des champignons, ce qui est tout à fait honorable vue le prix en magasin des champignons frais. Finalement, une boîte de lentille blonde est le tour est joué, on passe au groupe suivant !

Les yaourts font amende honorable, avec plus de 9 produits en baisse, ce qui donne un accès plus facile pour ces sources de sucres délicieuses avec un prix qui flirte toujours avec les nuages des hypermarchés.

Si l’on jette un coup d’œil sur les viandes en baisse, là aussi la surprise est de taille. Les amateurs de bonne viande ne seront pas déçus car seule les poulets vendues en rôtisseries, les steaks hachés, les tranches de jambons, les corned beef, les bœufs gelée de Boulouparis, les lardons surgelés, les cordons bleu ou encore le ragoût de bœuf et les basses côtes bénéficieront d’une baisse des prix.

Au final, ce document ne choque personne sur le territoire. Il ne choque personne car il représente plutôt fidèlement les habitudes alimentaires, parfois déplorable, d’une partie de la population.

Une population, qui je vous le rappelle, est la championne dans la catégorie « diabète » avec des taux 3 fois plus important qu’en métropole. Il y aurait notamment plus de 16.000 diabétiques sur le territoire.

Ce constat nous amène clairement à penser que la liste émise sur les produits alimentaires est fortement déséquilibrée, en faveur des produits les plus préjudiciables avec une absence manifeste des produits les plus bénéfiques, tel que les légumes en boîtes ou surgelés.

Les produits qui MANQUENT à la liste initiale

Il faut croire que les signataires du protocole d’accord sur la vie chère n’ont pas trainé de trop dans les rayons conserves, seulement 3 conserves de légumes ont été sélectionnées (des petits pois, des asperges vertes et une macédoine de légume) alors que j’ai dénombré plus de 15 produits intéressants.

La liste aurait pu contenir les fameux haricots verts (qui plaisent généralement à tout le monde et que l’on retrouve rarement en frais), des tomates, des cœurs de palmiers, des salsifis, de la ratatouille, des asperges blanches, des petits pois carottes, de la betterave, mais également des choux de Bruxelles, des cœurs de céleris, ou d’excellentes pousses de soja.

Dans le rayon surgelé, ce n’est franchement pas mieux. Pas moins de 20 produits à base de légumes sont disponibles, tandis que la liste officielle n’en contient qu’un seul…

Par exemple, les signataires auraient pu inclure les brocolis en fleurette bio ou pas, les courgettes émincées, les épinards, les oignons coupées, des haricots verts, des choux fleurs, ou encore des poireaux en rondelles.

Si les signataires de l’accord sur la vie chère avaient inspectés plus minutieusement les rayons « diététiques », composés des aliments les plus recommandables qui doivent participer à la majorité du régime alimentaire, il y aurait eu au moins 30 produits supplémentaires (au lieu de 7) à base de légumes.

Conserver les mauvaises habitudes ?

Il est clair que les produits listés font indéniablement partie du caddie moyen d’un calédonien. Les biscuits, les sodas, les pizzas et les crèmes glacées connaissent un succès local très marqué, et cette baisse des prix ne pourra que faire plaisir (sans nul doute) à de nombreux foyers du territoire.

Pourtant, les signataires de l’accord avaient la possibilité d’aller à contre courant des habitudes alimentaires du Pays, qui peuvent être extrêmement néfaste pour la santé générale.

Si la baisse des prix avait touchée une majorité de produits diététiques, largement « boudés » par le consommateur moyen, cela aurait envoyé un message fort pour favoriser le rééquilibrage alimentaire avec des produits plus abordables.

En fait, les syndicalistes auraient pu faire d’une pierre deux coups. En même temps qu’ils obtenaient gain de cause sur la baisse immédiate des prix, ils auraient pu faire un coup de publicité sur la situation plutôt alarmante de la santé des calédoniens, surtout aux niveaux des ethnies Wallisiennes et Mélanésiennes, les plus durement touchées.

Mais les syndicats ont préféré faire des choix populaires qui ne léseront pas la majorité, au lieu de justifier une double action contre la vie chère et la malbouffe omniprésente.

Le protocole d’accord est d’autant plus raté, qu’ils ont oublié les Tim Tam « original », de loin les meilleurs de la gamme !

13 Commentaires

  1. Danielle

    Tout ça me rappelle le livre de William Reymond « TOXIC »

    http://williamreymond.com/Toxic

    Parfois, je me demande s’il n’y a pas une volonté très dirigée de destruction des couches défavorisées, ou non, mais en tout cas des personnes les moins informées, et celles qui ont le moins de « poids ».
    (Il semblerait que le lancement de la grippe h1n1, la psychose orchestrée autour, et son vaccin étaient également une tentative, mais qui a raté.)
    Détruire les gens en les désinformant, puis en les poussant à la malnutrition, c’est assez pervers, mais très efficace.
    Une fois le lavage de cerveau soigneusement effectué, tous ces braves gens vont choisir le pire, croyant faire pour le mieux, et librement.

  2. Corinne

    Alors que l’intersyndicale comportait des membres, femmes faisant les courses et bien au courant des éléments indispensables à une bonne alimentation ainsi que les problèmes sur les écarts de prix, elles n’ont pas étaient consultées. Si…. Mais une fois la liste établie.
    Et pourtant, ils savaient (les hommes de l’intersyndicale) que depuis un an nous faisions un sacré boulot…mais bon, nous vivons toujours dans un monde d’homme ! 12 jours de grève pour une nullité pareille.
    :(

  3. Biscotte

    J’ai également lu le livre « TOXIC », qui s’apparente tout à fait au sujet.
    C’est en effet très troublant que ce soit en permanence, dans tous les domaines, les produits les plus néfastes pour la santé et la planète qui soient protégés, généralisés, voir même conseillés par le gouvernement.
    C’est à n’y rien comprendre, quel est l’avenir de notre monde dans ces conditions ?!

    Amélie

  4. MONIQUE DE PLUM

    Très bien Jérémy, mon fils, tu as lu pour moi la liste des produits anti vie chère et comme je présageais un désastre! il est là néanmoins, j’ai remarqué quelques points positifs comme le pain complet, le thon naturel, la bûche de chèvre, le gruyère rapé,le cantal, le brie, les épices, la crème fraiche mais tous ces produits ne sont que des accessoires non indispensables !! par contre poissons, viandes, légumes et fruits de qualité et frais manquent à l’appel, notre panier moins cher est vraiment incomplet et il aurait fallu sensibiliser la population calédonienne au bien manger, peu, équilibré et de façon saine, surtout légumes et fruits en laissant un peu de côté tous les biscuits absolument inutiles. Personnellement je fais mes cookies et les petits comme les grands se régalent c’est suffisant, au gouter pour les enfants un cookie avec une poire et un verre de lait cru c’est excellent.

  5. Helene

    Il s’est passé exactement la meme chose en Grande Bretagne depuis 2008… a l’exception du pain, qui a quand meme augmente de 10% environ, suite aux incendies en Ukraine et a la hausse du prix du ble.
    Les biscuits, pizzas et plats cuisines forment l’essentiel du bataillon des produits en promo. Vous n’avez qu’a aller sur le site ‘fixtureferrets’ et faire la recherche gratuite pour voir.
    Les legumes ‘rares’, du type aubergines (le weekend dernier j’ai vu un pere de famille que son epouse avait envoye au supermarche avec une liste chercher desesperement des aubergines au rayon fruits et legumes – il ne savait pas a quoi ca ressemblait), courgettes, ignames, endives, fenouil, sont generalement vendus en petites barquettes de 2-3… A croire qu’il n’y a que les celibataires qui en achetent.
    Les legumes les plus bons marches sont les oignons, les carottes et le celeri. Je n’achete pratiquement que des fruits/legumes en promo, et je congele. Evidemment, si j’etais en coloc, ca serait difficile (vu que j’aurais un tiroir de congelateur environ…) et pour le melon, les radis, la salade etc., ca n’est pas possible…
    En Nouvelle Caledonie, l’une des solutions serait d’avoir un potager. Evidemment les produits qui pousseront le plus facilement risquent d’etre ceux qui sont le plus bon marche: en Angleterre il s’agit precisement des oignons, carottes…et pommes de terre! L’aubergine, aucune chance avec toute la pluie qui nous tombe dessus. On a bien des champignons au sous-sol au bureau, mais ils ne sont pas comestibles :)
    L’an dernier j’etais allee avec des collegues dans un ‘resto’ du type buffet ‘a volonte’, qui servait des pizzas, des currys, et des plats asiatiques (du type poulet sauce aigre douce). Il y avait quelques couples avec enfants (et un groupe de gosses invites a feter l’anniversaire de l’un d’entre eux) et j’ai vu de ‘bons’ parents engueuler leurs marmots: ‘ah non, le dessert, ca sera quand tu auras fini ta pizza!’

  6. BoSS U

    Je voudrais partager ton article sur le Cri si tu n’y vois pas d’inconvénient
    Très bon article

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Merci Boss U, et comme d’habitude, je n’y vois pas d’inconvénient ! A bientôt ! ;)

  7. laurence

    Excellent article
    Triste vérité
    Merci

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Merci Laurence !

  8. Pingback: Le Cri du Cagou — Accords contre la vie chère : Victoire des Biscuits, Défaite des Légumes

  9. Pingback: Le Cri du Cagou — Apprendre la Malbouffe pour 18.000 F par mois avec la Province Sud

  10. léti

    Ben voila…! je pensais et j’espérais être la seule à constater du tour de « passe-passe », genre 1ère année de marketing; ce qui m’aurait laissé penser que mon raisonnement était infondé et subjectif, mais malheureusement…non. A mon sens, il ne s’agit même pas de rendre malades les populations les moins bien loties, ymais de baisser des prix où le volume de vente est tel que les marges sont déjà faites…et au passage, on augment le reste…z’avez pas remarqué?

  11. léti

    je m’attendais naïvement à voir le prix des tomates, et d’autres heu…comment on dit déja…fruits et légumes…baisser un peu!!!! au lieu de ça, mon panier n’étant pas constitué des produits référencés (je ne sais sur QUELS CRITERES), est augmenté par ceux qui font mon quotidien et qui ont pris 10% DE PLUS (je ne sais pas sur quels critères non plus!). Je ne peux pas acheter bio BIO (lentilles, fruits et légumes, graines, huiles, pates, riz sont des BIENS DE BASE ) hors de prix pour le quotidien, trop cher pour moi et trop « ma chèère » pour les autres. et je ne fais pas de potager car pas le temps, sinon faut bosser à temps aménagé (autre débat, autre budget)…Je peux choisir le prix de ma voiture, le prix de mes fringues et des plaisirs (déjà trié dans la liste possible)… Je ne peux pas choisir mon alimentation, car il faut manger. Mais pas du plastique; alors je vais aller faire caca vert liquide et plein de polysaturés devant celui qui nous a pondu cet oeuf carré. (j’ai un peu honte…vive gumball)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *