Boire 2 Litres d’eau par jour: Mythe ou Réalité ?

eau-minerale-deshydratation-boire

Symbole de la vie par excellence, l’eau est supposée être à l’origine de la vie sur Terre, et nous dépendons de sa consommation pour vivre.

S’il est possible de rester en vie plus d’une semaine sans manger, nous ne pourrions pas vivre plus de 3 ou 4 jours sans boire.

Nous perdons quotidiennement et naturellement notre eau corporelle : soit par voie naturelle, avec la transpiration et l’urine, soit de manière pathologique lors de diarrhées et de vomissements.

Comme vous le savez tous, notre organisme est fait en grande partie d’eau, de 60 % pour un adulte moyen, plus pour les nourrissons et moins pour les séniors.

Avant de vous imaginer en une bouteille d’eau vivante qu’il faut remplir en permanence pour ne pas succomber de déshydratation, nous allons discuter de nos besoins en eaux quotidien.

Combien de litre d’eau perdons-nous quotidiennement ?

Cette simple question est un mystère scientifique. Personne ne sait véritablement combien d’eau nous perdons à travers la transpiration, l’urine, la respiration et d’autres fonctions physiologiques.

Pourtant, une banale recherche sur un internet vous donnera une fourchette de la quantité d’eau à boire tous les jours. Cette fourchette est comprise entre 1,5 L et 2,5 L.

L’écart est plutôt fort, pratiquement du simple au double. Je pense que cette fourchette traduit l’incertitude générale à propos de la quantité minimale d’eau à boire.

Dans cet article, on se basera sur une quantité raisonnable (et moyenne) de 2 L d’eau à boire quotidiennement. Cela représente une bouteille d’eau classique d’1,5 L plus 1/3 d’une 2ème.

Les problématiques de cet article sont :

  • Avons-nous réellement besoin de boire 2 L d’eau tous les jours ?
  • Notre alimentation ne nous apporte-t-elle pas de l’eau ? Si oui, en quelle quantité ?
  • Finalement, n’y-a-t-il pas derrière ces recommandations en eau, un business florissant et une manipulation commerciale ?

Au cours de mes recherches et de la rédaction de cet article, j’ai personnellement changé de point de vue quant à la consommation quotidienne en eau.

Je pense être un buveur lambda, à qui on a sermonné qu’il fallait boire avant d’avoir soif, synonyme d’une déshydratation.

Vous allez découvrir dans cet article que les besoins en eau sont largement surévalués, et que les apports en eau de la nourriture sont eux, sous-évalués.

De l’eau à volonté !

Sur son site officiel, le Gouvernement recommande de boire de l’eau à volonté pendant et entre les repas, pour ne pas dire en permanence ! Il tape d’ailleurs dans la quantité la plus élevée de la fourchette des besoins en eau, 2,5 L quotidiennement.

D’autres sites très bien placés par les moteurs de recherches affirment qu’il faut boire beaucoup d’eau, jusqu’à 2 L pour éviter la terrible déshydratation, les coups de fatigues, les maux de tête et même une faiblesse musculaire.

Ces sites ont généralement un point commun, ils vendent de l’eau ! Que ce soit des eaux minérales, des carafes filtrantes ou des fontaines.

Ces sites ont également la particularité d’insister sur les risques d’une consommation insuffisante d’eau (on parle même de risque mortel !), et sur le faible apport en eau de l’alimentation (20 % environ).

Au niveau scientifique, les articles abondent sur ce sujet bien que certaines publications soient, malheureusement, plus visibles que d’autres.

Pour illustrer mon propos, je citerai deux chercheurs, Éric Jéquier et Florence Constant, qui ont publiés « Pourquoi faut-il boire de l’eau ? Pour maintenir la balance hydrique » dans les Cahiers de nutrition et de diététique en 2009 (1).

Bien que je n’ai pas accès à l’article (car payant, et trop cher), on peut retrouver des morceaux de l’article partout sur le net, et en particulier sur le groupe Nestlé (sa filiale qui vend des eaux minérales).

Sur leur site, Nestlé nous dit qu’il faut boire 1,5 L d’eau minérale, malgré tous les apports potentiels de l’alimentation, ainsi que des autres boissons (notamment, les jus de fruits, et les boissons alcoolisées).

Nestlé se base sur l’étude de nos deux chercheurs, mais que vaut-elle ?

Si vous avez suivi, impossible de répondre car je n’ai pas lu l’article. Par contre, le C.V. scientifique de M. Jéquier me laisse rêveur…

3 publications depuis 2009, aucune publication de 2003 à 2008. Le bilan scientifique de M. Jéquier c’est 10 dernières années n’est qu’un vaste désert. J’émets beaucoup de réserve quant à la pertinence de l’expertise scientifique de cet homme.

Florence Constant, le 2ème auteur, est responsable de la recherche clinique chez Nestlé Waters France. Autrement dit, elle est en situation pure et simple de conflit d’intérêt (et comme j’en ai rarement vue).

On se rend compte au final que l’étude est financée par Nestlé Waters France, elle est donc fortement discréditée.

Boire de l’eau à volonté ? Surement pas l’idée du siècle

C’est un certain Pierrot, auteur d’un article sur les besoins en eaux, qui m’a fait découvrir une brillante étude (2).

Bien que Pierrot ne nous donne aucune référence (c’est pas bien !), l’étude a été publiée par deux chercheurs de l’Université de Pennsylvanie. Et il ne m’en a pas fallu plus pour retrouver la fameuse étude…

Just add water, c’est le titre de cette publication retrouvée dans le Journal of the American Society of Nephrology en 2008.

Dans cette étude, les auteurs jettent un pavé dans la mare des besoins quotidiens en eau et des bienfaits –supposés- de celle-ci.

On y apprend que la forte consommation d’eau ne permet absolument pas d’éliminer plus de toxines à travers les urines, même si le volume d’urine augmente.

En fait, c’est l’inverse qui peut se produire. Une étude vient de démontrer que l’augmentation de la consommation d’eau diminue les capacités filtrantes (des glomérules) des reins (3).

De plus, cette surconsommation d’eau peut provoquer une rétention d’eau, et plus particulièrement de sodium. Cette rétention de sodium peut être à l’origine de l’hypertension (4).

Une croyance populaire à propos des migraines voudrait qu’une forte consommation d’eau puisse les limiter. A ce sujet, une seule étude existe pour l’instant, et elle n’a démontré aucun effet statistique de l’eau sur les migraines (5).

Finalement, l’eau consommée en forte quantité pourrait améliorer la qualité du teint de la peau du visage. Cette affirmation n’est pas clairement établie scientifiquement. En fait, une seule étude a prouvé que la consommation d’eau augmente l’indice de capillarité sanguine du visage (6).

Autrement dit, le sang circulerait plus dans les vaisseaux et les capillaires du visage, mais rien ne dit qu’il y a des modifications visibles et bénéfiques sur le plan esthétique.

De l’eau dans la nourriture ?!

Le point essentiel de cet article est la quantité d’eau que l’on peut obtenir de son alimentation solide, je dirais.

L’eau est un élément largement présent dans les fruits, les légumes, les viandes, et les féculents (à moindre mesure dans les céréales et les charcuteries).

Est-il possible de « consommer » 2 L d’eau par jour… en mangeant ?

Je vais me risquer à faire un calcul, sur la base de 3 repas par jour, et sur les quantités suivantes :

  • 1 portion de pâtes, de riz ou semoules = 30 cl d’eau
  • 1 portion de viandes, de poissons, de laitages ou 2 œufs = 10 cl d’eau
  • 1 portion de légumes, de fruits ou de pommes de terre = 10 cl d’eau
  • 1 portion = 150 g
  • 1 verre d’eau = 20 cl
  • 2 L = 200 cl

Sur cette base, je vous propose de calculer vos apports en eau dans une journée (avec 3 repas)

Petit-déjeuner

  • 1 œuf au plat = 5 cl
  • 2 fruits = 20 cl

= 25 cl

Déjeuner

  • 1 portion de poissons = 10 cl
  • 1 portion de riz = 30 cl
  • 2 portions de légumes = 20 cl
  • 1 portion de fruit = 10 cl

= 70 cl

Dîner

Idem que le déjeuner ! On va faire simple.

Ces 3 repas vous apporteront donc 165 cl d’eau, soit 1,65 L.

N’est-ce pas impressionnant ?

Cette petite journée comblera 83 % de vos besoins en eau, s’ils sont à 2 L / jour.

Maintenant, rajoutez 3 verres d’eau, ce qui me parait plus que normal pour chacun des repas.

= 60 cl

Le compte est désormais à 225 cl, soit 2,25 L d’eau.

Bien sûr, ces calculs très théoriques s’appliquent à des personnes sédentaires en milieu plutôt tempéré. Il faut bien évidemment adapter sa consommation d’eau avec son activité physique.

Une consommation d’eau raisonnable

Pour conclure cet article, les sociétés de l’agroalimentaire qui vendent les eaux minérales surfent sur une vague de marketing alimentée par la plupart de médecin, et des croyances populaires.

Les besoins en eau peuvent être facilement couverts par une alimentation diversifiée et équilibrée, en l’adaptant à l’effort.

Personnellement, je ne crois pas que la soif signifie une déshydratation et qu’il est déjà trop tard. A l’image du ventre qui grogne pour manger sans pour autant être en hypoglycémie, la soif n’est qu’un signe d’une besoin physiologique normal complexe, qui ne traduit absolument pas une déshydratation.

Vous n’avez donc nul besoin de culpabiliser si vous n’avez pas bu votre 2ème litre d’eau. L’inverse est également vrai, si vous avez soif et que vous engloutissez votre 2ème ou 3ème litre d’eau, rien d’anormal.

L’astuce « Dur à Avaler »

Il vaut mieux consommer de petite quantité d’eau sur de longue période, car cette eau sera mieux assimilée par l’organisme. A l’inverse, boire beaucoup d’eau en peu de temps déclenche une forte excrétion de cette eau (cf. les pichets de bière au bar…) (7).

Merci de votre lecture et de vos partages si l’article vous a plu !

Jérémy


Notes et références

(1) Jéquier, E. and F. Constant (2009). « Pourquoi faut-il boire de l’eau ? Pour maintenir la balance hydrique. » Cahiers de Nutrition et de Diététique 44(4): 190-197.

(2) Negoianu, D. and S. Goldfarb (2008). « Just Add Water. » Journal of the American Society of Nephrology 19(6): 1041-1043.

(3) Anastasio P, Cirillo M, Spitali L, Frangiosa A, Pollastro RM, De Santo NG: Level of hydration and renal function in healthy humans. Kidney Int 60: 748–756, 2001

(4) Adrogue HJ, Madias NE: Sodium and potassium in the pathogenesis of hypertension. N Engl J Med 356: 1966–1978, 2007

(5) Spigt MG, Kuijper EC, Schayck CP, Troost J, Knipschild PG, Linssen VM, Knottnerus JA: Increasing the daily water intake for the prophylactic treatment of headache: A pilot trial. Eur J Neurol 12: 715–718, 2005

(6) Wipke-Tevis DD, Williams DA: Effect of oral hydration on skin microcirculation in healthy young and midlife and older adults. Wound Repair Regen 15: 174–185, 2007

(7) Shafiee MA, Charest AF, Cheema-Dhadli S, Glick DN, Napolova O, Roozbeh J, Semenova E, Sharman A, Halperin ML: Defining conditions that lead to the retention of water: The importance of the arterial sodium concentration. Kidney Int 67: 613–621, 2005

32 Commentaires

  1. Selva

    En parlant d’eau et de Nestlé, j’ai vu un reportage Arte très intéressant :
    NESTLE et le business de l’eau en bouteille
    https://www.youtube.com/watch?v=4egBTDAlEaY

    (ah et je t’ai envoyé des messages privés sur facebook, avec quelques trucs que j’ai trouvé sympa, je ne sais pas si tu les as vu)

    J’ai aussi une requête Djé, est-ce que tu pourrais (si l’idée te parait pas trop mal et que tu as le temps) faire un article sous forme de liste, en quelque sorte, pour présenter les différents régimes alternatifs qui commencent à prendre de l’ampleur. Je vais bientôt postuler pour un master recherche en sociologie de l’alimentation, et c’est un des projets (parmi d’autres) que je voudrais présenter. Et comme ce projet est secondaire et récent, je cherche quelques pistes afin de l’illustrer.

    Merci!

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Merci pour le reportage Selva, je l’ai regardé et c’est plutôt révélateur du marché aujourd’hui.

      Je ferais un article réponse pour toi et d’autres lecteurs qui veulent une réponse particulière !

      bisous à bientôt!

  2. Lucas

    Intéressant ! J’ignorais cela, ayant été sujet à des migraines chroniques pendant plusieurs années, j’ai aussi eu droit à l’eau remède miracle, mais, effet placebo, corrélation infime, j’ai eu l’impression que ça fonctionnait pour moi ! (ce n’est pas vraiment la panacée, certes, mais j’ai pu remarquer que des jours « sans eau » (comprendre, avec le minimum) étaient relativement plus propices à l’apparition de migraines).

  3. Helene

    Interessant! Mes reins me causent parfois des soucis (je touche du bois, pour l’instant ils fonctionnent) et je fais de temps en temps le point sur les recommandations dietetiques pour les insuffisants renaux. Le regime est tres complique: il faut limiter les proteines, les fruits, les legumes, les boissons, le sel, tout quoi… Ionesco remarquait deja l’effet diuretique du poisson :) J’ai aussi mesure pendant quelques semaines les quantites de boisson et d’urine: tres peu de difference, bien que je transpirais.
    En revanche, on peut bel et bien mourir de soif, ou devenir fou: mon pere l’a vu pendant la guerre (POW des Japonais, dans le Pacifique).

  4. Romain de paléo-fit

    Salut Jérémy,

    J’ai écris un article sur le sujet de l’hydratation, et je pense que pour un sportif, l’eau est indispensable.

    J’ai proposé à mes lecteurs de boire tout au long de la journée, et de tabler sur 2l d’eau par jours en temps normal et de monter jusqu’à 3L l’été, car les journées sont très aquavores.

    Sinon, il est vrai que la nourriture nous fourni déjà de l’eau !

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Salut Romain,

      Tu n’avais pas mis le lien de ton article mais je pense l’avoir trouvé (« L’hydratation en Crossfit, Comment et Pourquoi ? »).

      Personnellement, je trouve ces chiffres (3 litres en été, 4 litres en été avec du sport) simplement énorme !

      Le calcul que j’ai réalisé avec l’apport en eau des aliments montre bien que l’on peut obtenir beaucoup d’eau… sans boire.
      Et j’ai vraiment pris le minimum du minimum dans mon calcul. Je n’imagine pas l’apéro (garni de crudités, de boissons alcolisées, etc), les sorties dans les bistrots, les goûters avec les verres de jus, bref.. Au final, boire X litre d’eau par jour n’est en fait pas très pertinent. Il faut simplement boire, quand on a soif et accentuer cette prise d’eau quand on fait du sport, bien entendu.

      Je me rends compte que pendant mes courses à pieds (et à Nouméa, il peut faire très chaud !) je ne bois pas tant que ça, mais je fais toujours 3 pauses (de 30 secondes) sur mon parcours de 10km pour boire une ou deux gorgées d’eau, et pas plus. Bien sûr, à la fin, on englouti un peu la bouteille. Mais c’est rarement une bouteille entière qui y passe, je dirais plutôt la moitié (donc 75 cl), et je compte la transpiration.

      Je rajouterai que plus tard après la séance, il est vrai qu’on continue de boire pas mal et au final, une bouteille d’1,5 litres peut être bue sans problème.

      Honnêtement, 4 litres d’eau par jour avec activité physique même en été, ça me parait énorme.

  5. BoSS U

    La conclusion me rassure. J’engloutis beaucoup d’eau chaque jour. Sans me forcer. Je pensais avoir été influencé par le marketing agressif d’une société agro-alimentaire à l’insu de mon plein gré (comme on disait à l’époque). J’alterne les liquides, eau et café dans la journée et le soir kava. J’ai fais de gros efforts pour boire le moins possible de sodas. J’ai cru lire, au début de l’article, que l’eau cherchait à m’empoisonner aussi alors que je croyais naïvement que « l’eau c’est la vie » et que c’était la raison de l’envoi d’un robot sur Mars.
    Je pense que la raison de ma consommation d’eau est ma consommation de kava qui me donne la sensation d’une déshydratation.

    C’est le point qui intéresse nombre de calédoniens et qui n’est pas abordé dans ton article : Faut-il boire beaucoup d’eau après une soirée arrosée de kava ?

    Merci encore pour cet article !

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Je ne me suis pas beaucoup renseigné sur le kava, mais à priori, lorsqu’il est issu d’une production traditionnelle il n’impacte pas la santé (la preuve avec les population vanuataise j’ai l’impression).

      Par contre, il ne semble pas qu’il faille boire beaucoup d’eau après, le kava en apporte déjà beaucoup. Après, d’un point de vue de confort, on peut boire de l’eau ouais, pour le goût^^

  6. khalid

    cet article à beaucoup attiré mon attention car j’ai très recement recherchés dans la medecines de  » l’imam jafaar sadeq » ( étant de confession musulmane chiite) et on peux retrouver plusieur dizaines de conseils et « paroles » qui traitent des sujets medicinaux et de santé, et parmis il yà certaines qui m’ont frapper par ex, il dit: « si les gens diminuaient leur consommation quotidienne d’eau, leur santé s’améliorerait et leur corps se renforcerait »
    et aussi :  » évitez de boire trop d’eau, car cela ramolie votre corps, et prolonge tout sortent de maux ». mais encore: « ne buvez pas trop d’eau , cela prolonge les maux, ne buvez que lorsque votre soif le demande ».
    j’ai personnellement très très fortement diminuer ma consommation d’eau ( de 2,5L à 2 ou 3 verres par jour max) resultat 3 kilo de perdu en 2 semaines, inflamation du foie estomper, et je suis passer de 5-6 pipi quotidien a 2.
    voila si cela vous interressent vous pouvez vous penchez sur le sujet. ( il traitent aussi des pommes verte ( antidote contre la fièvre),la graisse de vache anti maux ect…
    bonne recherche ( dsl pour l’orthographe)

  7. Léa

    Super intéressant! On a besoin d’articles comme ça pour se défaire de tous les mythes qui circulent!

    Il y a un docteur, le Dr Georges Pourtalet, qui va à contre-courant de la tendance potomaniaque actuelle et qui a montré que boire trop pouvait créer parfois des problèmes dans le corps.

    Le court texte qui suit est extrait du site de Taty (taty.be) :

    « Dégâts des eaux

    Georges Pourtalet vous conseille de ne surtout pas boire beaucoup d’eau. Ah ah ah, enfin une autorité médicale qui confirme ce que l’on observe tous les jours sur le terrain. Moins choquant peut-être lorsque la parole sort de la bouche de l’oracle?

    Après tous ces messages publicitaires (qu’ils soient émis par votre médecin traitant ne change rien à leur essence fondamentale, car il n’y a aucune justification scientifique démontrée à consommer tant d’eau, ce sont en gros des arguments publicitaires), qui nous persuadent de boire pour perdre la cellulite, pour drainer-éliminer, pour protéger les reins, je comprends qu’on tique un peu. C’est nouveau, d’accord, mais ce n’est pas choquant du tout.

    Le coup d’oeil du profane. Voilà des années que je m’interroge sur la justesse de ces injonctions. En Egypte, par 50°C à l’ombre, de superbes bédouines en pleine forme ne m’ont offert qu’un petit thé de temps en temps. La très efficace cure macrobiotique limite les boissons à trois verres de thé mu par jour.

    Chez nous, j’ai rencontré tant et tant de personnes âgées (moins matraquées que nous) en bonne santé, qui témoignent boire à peine en dehors du vin des repas. Quantité de personnes reconnaissent avoir une meilleure digestion depuis qu’elles ont arrêté de suivre cette curieuse injonction de se gaver d’eau.

    Récemment j’ai découvert que les médecins chinois interdisent à certains sujets de boire de l’eau, si ce n’est un petit verre de tisane chaude après chaque repas principal.

    « Plus nous buvons, plus nous agressons le colon, plus nous envoyons dans notre corps ce facteur de destruction total et plus nous détruisons nos reins en cherchant à nous en débarrasser ».

    Pourtalet observe d’ailleurs que plus on boit, plus on dilue les médicaments, moins ils sont efficaces. Georges Pourtalet commente d’ailleurs les effets secondaires qu’il observe en cas de surcharge en apport liquide: jambes lourdes, prise de poids, cellulite, pesanteur abdominale, sensations de gonflements – ce qu’on cherche à éviter en suivant les dogmes publicitaires…

    Soyons sages, c’est la répétition quotidienne et prolongée de la consommation excessive d’eau, sans avoir soif, qui fait défaut. Voir les conseils pratiques en fin de page.

    En diététique chinoise, il est déconseillé de trop boire aux repas car cela éteindrait le feu digestif qui remonte petit à petit dans l’estomac au fur et à mesure du repas. Si vraiment, on boit une petite tasse d’eau chaude qu’on peut appeler thé, à petites gorgées. »

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Salut Léa et merci pour ton commentaire.

      Ce court extrait est vraiment intéressant, merci du partage. J’avais toujours cette petite intrigue sur la consommation d’eau par les peuples des deserts, c’est vraiment instructif !

      Merci A+

    2. Jérémy (Auteur de l'article)

      Tiens, la preuve que ce mythe est solide:

      « Boire est aussi indispensable que de respirer. L’eau hydrate nos cellules, nettoie et évacue les déchets de votre organisme mais aussi transporte les vitamines et minéraux nécessaires à notre bonne santé. Nous devons boire au minimum un litre et demi d’eau par jour. Tenez compte du fait que le corps se déshydrate avec l’âge. Apprenez donc à boire suffisamment et ceci en dehors des repas. »

      la source: http://www.retouralinnocence.com/2012/07/comment-renforcer-votre-systeme-immunitaire-les-6-regles-dor/

  8. Tom@Dépenser moins

    Vous avez raison de dénoncer les mensonges des multinationales de l’eau sur ce sujet. En étant plus conservateur avec les chiffres, on peut considérer qu’il faut 2,4l par jour et qu’on en obtient 1,4l par jour.. ça donne un max de 1l d’eau à boire.

    Pour Nestlé Waters, connaissant quelqu’un qui y travaille, je peux confirmer tout ce que le reportage d’Arte a montré.

    Personnellement par contre, j’avoie que boire de l’eau m’aide contre les migraines. J’ai quasi systématiquement des migraines si je ne bois pas 1l d’eau après le sport.

    Mais uniquement de l’eau du robinet. L’eau en bouteille c’est du pur marketing.

  9. Pingback: Fibres, un consensus non mérité ? « Clair et Lipide

  10. Mary

    J’ai lu récemment le livre Eat for Heat de Matt Stone. Il démystifie la consommation d’eau et de sel à la fois, les deux étant fortement reliés. Il y explique les liens avec la migraine, les pieds/mains froids, les jambes impatientes…. A lire absolument

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Les jambes impatientes ? Du style comme de l’electricité qui parcours les jambes de manière régulière (surtout la nuit) ? J’ai eu quelques crises qui ressemblent à ça, si jamais c’était ma consommation d’eau… Intéressant, je vais jeter un oeil, merci !

  11. Genevieve

    J’ai deja essaye de boire 2 litres d’eau par jour… pour resultat: j’etais completement handicapee par les frequentes envies d’uriner. J’etais TOUT LE TEMPS aux toilettes. Je ne pouvais plus me concentrer sur mon travail car je devais aller aux toilettes. J’essayais de boire toute cet eau et ca n’entrait tout simplement pas. J’ai alors commence a m’interesser au sujet pour decouvrir toute la manipulation entourant cette pratique. Et quel soulagement de pouvoir enfin me fier a ma soif tout simplement. Je me porte beaucoup mieux depuis que j’ai cessé. J’ai retrouve ma liberte et je me fie a mon corps!! Je l’ecoute et il me dit quand j’ai soif et quand j’ai faim. C’est lui le maître!

  12. Olivier Ramirez

    J’ai lu que le régime Atkins conseillait d’augmenter sa ration d’eau au départ pour une raison principale. Lorsqu’il y a amaigrissement important, le mouvement des graisses des adipocytes vers le sang va avoir comme effet une augmentation de la libération de toxines et autres qui sont présentes dans les graisses à cause de leur affinité pour celles ci.

  13. Yann Olivaux

    Bonjour Jérémy.

    Merci pour cet article très instructif et relativiste ainsi que le commentaire de Léa et votre réponse.
    Cette question sur la quantité d’eau à boire est importante puisque nous sommes constitués de 99% de molécules d’eau et que constat et ses conséquences sont peu connues du grand public.

    Boire de l’eau n’est un acte simple qu’en apparence.En effet, de nombreux paramètres sont à prendre en compte : l’aspect quantitatif (combien ?), temporel (quand ?), thermique (à quelles températures ?) pour lesquels de nombreux paramètres interviennent comme le sexe, l’activité physique, le climat, le poids, le style de vie, l’âge (diminution de la sensation de soif et des apports alimentaires, altération de la physiologie rénale…), le régime alimentaire, l’état de santé, la prise de médicament…

    Concernant le seul aspect quantitatif, s’il est certain que nous éliminons quelques 2,5 litres d’eau principalement par les voies urinaires, respiratoires et cutanées, il existe un débat fourni sur la proportion des entrées d’eau. Classiquement, on peut lire que l’apport en eau devrait provenir des boissons pour environ 60% soit 1,5 litre, des aliments à hauteur de 30% équivalent à 1 litre et enfin par l’eau métabolique ou endogène pour 10% pour des valeurs comprises entre 300 et 600 ml/h. (source CNRS). Il faut souligner que l’origine de ces données n’est pas clairement sourcée.
    La pertinence de ces proportions d’apport hydrique est remise en question par certains médecins et nutritionnistes qui pensent, soit que l’eau des aliments est suffisante pour assurer nos besoins d’hydratation, soit même que l’eau endogène (provenant de l’oxydation des protides, glucides et lipides ingérés) y pourvoit majoritairement. Cette dernière conjecture est cependant totalement irréaliste d’un point de vue biochimique au regard des valeurs des nutriments consommés quotidiennement.

    Généralement, les diététiciens, nutritionnistes et naturopathes préconisent de boire 1,5 à 2 litres d’eau, c’est-à-dire d’absorber l’équivalent des pertes quotidiennes (avec des préconisations très différentes quant à sa qualité mais ceci est un autre débat). La base argumentaire de cette préconisation renvoie souvent au livre du Dr Batmanghelidj : « Votre corps réclame de l’eau ».
    A l’inverse, certains urologues affirment le contraire, c’est-à-dire recommandent de ne pas suivre la règle des 8X8 par jour (8 verres de 8oz soit environ 2 litres) car cela conduirait à terme à devenir incontinent !

    En définitive, la diversité des mécanismes physiologiques humains est une réalité et le comportement hydrique est éminemment variable d’un individu à l’autre. En conséquence, il incombe donc à chacun de tester le volume, la qualité et le rythme des prises d’eau qui lui correspond à un moment donné de son existence.

    Si vous souhaitez approfondir ce passionnant débat, voici le lien de mon blog sur cette thématique : http://lanaturedeleau.blogspot.fr/2013/10/multiplex-boire-de-leau-empeche-til-la.html

    Bien à vous

    Yann Olivaux, auteur, conférencier et chercheur

  14. Quellec

    Bonjour,
    je suis tombée sur votre article car j’étais en train de boire de l’eau Thonon et je me suis aperçue que sur la bouteille il est inscrit que « boire 2L/jour contribue à une bonne hydratation et au maintien des fonctions physiques et cognitives ».

    je suis infirmière et il est régulier que des personnes +/- âgées consomment au moins 2L/jour car « c’est bon pour la santé », le problème est qu’on leur découvre souvent une insuffisance rénale à force de fatiguer leur reins.
    la grosse consommation d’eau peut aussi être signe de diabète, pas plus tard qu’hier j’ai reçu un patient qui buvait jusqu’à 10L/j!!!

    tout ça pour dire que ces campagnes ont fait du tord à un certain groupe de population… et que la consommation d’eau est personnelle en fonction de son activité, des températures extérieures et de ses capacités d’ingurgitation, il est délétaire de se forcer!

    en revanche, je souhaite juste corriger le fait que la sensation de soif est bien un signe de déshydratation mais il est surtout à prendre en considération chez les personnes âgées dépendantes ou ayant des fonctions cognitives altérées, les empêchant de s’hydrater de façon spontanée.

    Bonne continuation à tous et à la vôtre!

  15. Emilie

    Bonjour Jeremy,

    Merci pour cet article qui résume bien les choses. Une remarque cependant sur le calcul de l’eau apportée par les aliments…je suis diététicienne et cela m’a tout de suite sauté au yeux, désolée!!
    Une portion de féculents (pâtes, riz, semoule…) de 150g ne peut pas apporter 30cl d’eau, soit 300g :) !! Le poids des féculents secs triple à la cuisson :Pour 50g crus, on récupère 150g cuits, soit 100g d’eau à l’intérieur (donc 10cl).
    Cependant ton calcul reste à peu près juste dans le sens où une portion moyenne de féculents cuits est en général de 200 à 300g dans l’assiette, donc 20 à 30cl d’eau…

    Bonne journée!

  16. Emilie

    Decidemment…. j’ai écris un peu vite, je voulais dire « 200 à 300g dans l’assiette, soit 13 à 20cl d’eau… »

  17. juia

    Bonjour je voudrez un renseignement

    Je mesui etoufee avec l’eau depuis j’ai peur de reboire
    Je boi plus beaucoup 2veere par jour j’ai toi temps soife

    Es que ses dangereux

  18. Lucas

    En fait il y a du vrai. L’eau atténue le mal de tête. Le cerveau est entouré d’eau à ne pas oublier. Et surtout après une soirée bien arrosée boire de l’eau fait totalement disparaître ce mal de tête Et puis l’eau donne une meilleure peau, nos cellules vieillissent moins vite. Avec mon expérience personnelle je trouve que l’eau est vraiment importante et il ne faut pas la diaboliser comme tu fais.
    En buvant 2 litres d’eau par jours tu as tendance à moins manger.
    En fait c’est simple chaque personne a besoin de quantité différentes mais si à chaque fois tu penses avoir faim entre les repas c’est que tu as en fait soif.

  19. Nadège

    Personnellement, je commence maintenant à boire 3 l par jour minimum, je remplie ma bouteille le matin (1,5l) je la bois tout au long de la matinée, et enfin je la rempli pour la journée… et je bois petit à petit…j’ai l’impression que 1,5l me parait peu ! Ma peau est sèche et il est important de bien s’hydrater…

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Bonjour Nadège, si vous avez correctement lu l’article, l’effet de l’eau sur la peau relève plus du mythe que de la vérité scientifique… Pour les peaux sèches pourquoi ne pas s’orienter vers des crèmes naturelles ?

  20. jess

    Merci pour votre article très pertinent! Ca change mes perceptions sur ce fameux sujet!! :)

  21. marie

    bonsoir,
    je déterre un peu le sujet mais bon !
    j’ai eu des problèmes de calculs rénaux. Mon urologue ne m’a jamais dit de boire 2L d’eau par jour mais d’uriner au moins 2 litres, donc ça inclus l’eau de la nourriture. Je ne sais pas si ça vaut pour tout le monde ou si ça vaut pour prévenir une récidive des calculs.

  22. De azévédo

    salut…..je pense aussi qu’il faut boire que quand on a besoin de boire (quand on commence à avoir soif )….. je precise meme qu’il faut boire jusqu’a satiete quand on a soif jusqu’a la soif suivante et ainsi de suites…..c’est le regime alimentaire aquatique par excellences….. salut
    Ps: j’ai 44 ans….et chaque fois que je vis ce regime je m’ameliore…. en tout…. et que quand je le laisse…et recommence a boire un peu n’importe comment…. je m’empire ….donc….pour cloturer le sujet via perso….a vous de tester…..

    …….. merci……..

  23. De azévédo

    resalut….ps:

    Pareil pour les nourritures…..(alimentations)…….salut…….

    …….merci…….

  24. Emilienne

    Un jeune médecin m’avait dit un jour : « Il faut boire juste assez pour que le pipi de fin d’après-midi / soir soit clair. » J’ai trouvé que ce conseil était censé et surtout qu’il tenait compte des besoins de chacun.

    Perso, je bois beaucoup, environ 3 litres d’infusion tout au long de la journée, petit à petit. Très peu durant les repas. Ca convient bien à mon organisme et à ma peau. Mais chacun est différent !

  25. patrice

    A la lecture de l’article, cela me conforte dans l’idée qu’une consommation excessive d’eau n’a pas que des avantages et que de tout simplement boire à sa soif semble être un bon équilibre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *