Boire du lait de vache ne fait pas maigrir

lait-maigrir-poids-regimes

Zoom sur l’actualité

J’ai publié la semaine dernière un article qui traitait de la biodisponibilité du calcium dans les végétaux et les laitages. J’ai écrit cet article en réponse à celui qui était présent sur le site de Doctissimo. L’équipe de Doctissimo prétendait que le calcium des végétaux ne valait pas celui des produits laitiers.

Vous avez pu lire la vérité sur le sujet. Cependant, j’ai bien écrit « était présent sur le site de Doctissimo », car 24h après la parution de l’article, Doctissimo changeait son fusil d’épaule. L’article a été intégralement repris, le message y est maintenant exact et clair.

Toujours dans cette même logique, je vais vous présenter un nouvel article de Doctissimo sur le poids et les produits laitiers, et le publier sur leur espace de discussion.

Voici le billet n°2 de la série.

« Perdre du poids, en buvant du lait »

L’auteur de cet article est M. Alain Sousa, un rédacteur de l’équipe de Doctissimo. M. Sousa affirme que des scientifiques américains ont prouvé qu’un régime à base de produits laitiers permettrait une perte de masse grasse mais également de maintenir un bon squelette.

Cette étude américaine réalisée sur 54 femmes âgées de 18 à 31 ans pendant 2 ans a prouvé que les jeunes femmes qui consommaient près d’1 gramme de calcium par jour perdaient du poids. Toujours selon cette étude, le groupe de femmes dont les apports en calcium (1 gramme par jour) venaient des produits laitiers a perdu le plus de poids, comparativement au groupe qui prenait des compléments en calcium. A l’inverse, les jeunes femmes qui consommaient le moins de calcium (moins de 780 mg) ont pris du gras. Pour être complet, les femmes qui prenaient 780 mg ont conserver leur poids.

Une étude fiable ?

Le résultat de cette étude peut en surprendre plus d’un. Par le passé, nous avons déjà pu voir des yaourts 0% qui promettaient la lune aux personnes en surpoids. Mais peu importe. M. Sousa nous indique la source de l’étude, il suffit de la consulter. La voici :

1 – Journal of the American College of Nutrition, décembre 2000, vol. 19, n°6, p. 754-760.

Il y a des conditions pour citer un article scientifique. Il faut citer le nom des auteurs, le titre, l’année de parution et le journal. Ici, il manque les informations essentielles : le nom des auteurs et le titre de l’article. Qu’à cela ne tienne, j’ai retrouvé cette fameuse étude.

Voici la référence COMPLETE de l’article :

1. Lin, Y.-C., Lyle, R. M., Mccabe, L. D., Mccabe, G. P., Weaver, C. M. & Teegarden, D. 2000. Dairy Calcium is Related to Changes in Body Composition during a Two-Year Exercise Intervention in Young Women. Journal of the American College of Nutrition, 19, 754-760.

Avant même de regarder les résultats de l’étude, regardons les sponsors qui financent les chercheurs. Je vous renvoie à mon précédent article sur la manipulation des résultats scientifiques pour vous entraîner à ce petit jeu de détective.

Voici les sponsors de l’étude :

  1. NIAMS RO1-AR-39560 : probablement un financeur public
  2. National Dairy Council : le grand ponte des produits laitiers aux Etats-Unis.

L’étude est biaisée à cause des sponsors, l’industrie laitière américaine, les résultats doivent être pris avec des pincettes voire même rejetés d’emblée.

L’analyse des résultats

Je rentre tout de même dans les détails. Nul besoin d’être un fin statisticien pour comprendre la suite. Les auteurs ont établi des droites de corrélation entre l’évolution du poids et la quantité de calcium ingérée (par kcal).

En résumé, plus vous ingurgitez de calcium, plus vous perdrez de poids. L’inverse est vrai  selon le modèle statistique. Sauf que la puissance d’un modèle est déterminée par son « R² » ou coefficient de détermination. Dans cette étude, le R² du modèle, qui prédit une perte de poids avec une forte prise de calcium alimentaire, est de 0.19. Cela veut dire quoi ? Le modèle est vrai dans 19% des cas. En biostatistique, lorsqu’un modèle est en dessous de 0.5 (même 0.7 pour des modèles corrects), celui-ci n’est pas valide. Le second modèle prédit que vous perdrez du gras (de la masse grasse) si vous consommez beaucoup de calcium. Uniquement dans 27% des cas (R²=0.27) ! Autant vous dire que ces modèles sont faux et ne prédisent absolument pas ce qu’il se passe dans la réalité.

La vérité 

Les produits laitiers ne font pas maigrir, triste vérité pour l’industrie laitière.

A ce jour, 47 études scientifiques ont été réalisées pour tester l’effet du calcium (en gélule ou laitier) sur le poids et la masse grasse. 42 études n’ont trouvé AUCUNE relation entre une forte consommation de calcium (laitier ou non) et une perte de poids (ou de masse grasse). Seulement 5 études, dont 3 payées par l’industrie laitière, ont réussi à prouver un effet positif du calcium sur le poids.

En conclusion : il n’y a aucune preuve scientifique fiable et suffisante qui justifie la promotion des produits laitiers pour contrôler votre courbe de poids. C’est tout le contraire. Et pour n’en citer qu’une seule, l’équipe de l’école de santé publique de Harvard a prouvé, après avoir suivi pendant 12 ans près de 20.000 hommes, que l’augmentation de la consommation de produits laitiers entraîne une plus forte prise de poids (1).

« Vive les produits laitiers »

Ne vous y trompez pas, cette citation ne vient pas de moi, c’est le titre du dernier paragraphe de l’article de M. Sousa. Ce paragraphe est hors sujet par rapport au thème de l’article (laitages et masse corporelle),  puisqu’il rappelle (M. Sousa) l’importance des produits laitiers dans notre alimentation pour maintenir notre squelette. Mais également leur rôle dans la coagulation du sang et la contraction musculaire. M. Sousa dit cela (et je cite) :

Même si cela ne vous fait pas perdre de poids, augmenter votre consommation de produits laitiers est donc toujours bénéfique (surtout pour les adolescents, les femmes ménopausées et les personnes âgées).

Augmenter sa consommation de produits laitiers sera toujours bénéfiques. Vraiment ?

La surconsommation de produits laitiers, chez les enfants à risques, peut induire un diabète de type 1 (maladie auto-immune) (2, 3) et de l’obésité. L’intolérance généralisée de la population mondiale au lactose (75%) entraine chez ceux qui en consomment des douleurs abdominales, musculaires et articulaires, des diarrhées, des nausées, des vomissements, des allergies ou encore des maux de tête et des vertiges (la liste est encore longue.) (4).

Plus grave encore, cette surconsommation n’apporte AUCUNE protection contre les risques de fractures (5-9) mais entraînera une fragilisation de votre squelette avec finalement, une potentielle ostéoporose et des complications graves (fracture du col du fémur).

 

Cet article sera également proposé sur le forum de Doctissimo pour alerter un maximum de personnes.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux pour un maximum d’impact.

– Jérémy

Références

1. Rajpathak, S. N., Rimm, E. B., Rosner, B., Willett, W. C. & Hu, F. B. 2006. Calcium and dairy intakes in relation to long-term weight gain in US men. The American Journal of Clinical Nutrition, 83, 559-566.
2. Knip, M., Virtanen, S. M., Seppä, K., Ilonen, J., Savilahti, E., Vaarala, O., Reunanen, A., Teramo, K., Hämäläinen, A.-M., Paronen, J., Dosch, H.-M., Hakulinen, T. & Åkerblom, H. K. 2010. Dietary Intervention in Infancy and Later Signs of Beta-Cell Autoimmunity. New England Journal of Medicine, 363, 1900-1908.
3. Vaarala, O., Ilonen, J., Ruohtula, T., Pesola, J., Virtanen, S. M., Harkonen, T., Koski, M., Kallioinen, H., Tossavainen, O., Poussa, T., Jarvenpaa, A. L., Komulainen, J., Lounamaa, R., Akerblom, H. K. & Knip, M. 2012. Removal of Bovine Insulin From Cow’s Milk Formula and Early Initiation of Beta-Cell Autoimmunity in the FINDIA Pilot Study. Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine.
4. Matthews, S. B., Waud, J. P., Roberts, A. G. & Campbell, A. K. 2005. Systemic lactose intolerance: a new perspective on an old problem. Postgraduate Medical Journal, 81, 167-173.
5. Bischoff-Ferrari, H. A., Dawson-Hughes, B., Baron, J. A., Burckhardt, P., Li, R., Spiegelman, D., Specker, B., Orav, J. E., Wong, J. B., Staehelin, H. B., O’reilly, E., Kiel, D. P. & Willett, W. C. 2007. Calcium intake and hip fracture risk in men and women: a meta-analysis of prospective cohort studies and randomized controlled trials. The American Journal of Clinical Nutrition, 86, 1780-1790.
6. Cumming, R. G., Cummings, S. R., Nevitt, M. C., Scott, J., Ensrud, K. E., Vogt, H. M. & Fox, A. 1997. Calcium Intake and Fracture Risk: Results from the Study of Osteoporotic Fractures. American Journal of Epidemiology, 145, 926-934.
7. Kanis, J. A. 1999. The use of calcium in the management of osteoporosis. Bone, 24, 279-90.
8. Kanis, J. A., Johansson, H., Oden, A., De Laet, C., Johnell, O., Eisman, J. A., Mccloskey, E., Mellstrom, D., Pols, H., Reeve, J., Silman, A. & Tenenhouse, A. 2005. A meta-analysis of milk intake and fracture risk: low utility for case finding. Osteoporosis International, 16, 799-804.
9. Weinsier, R. L. & Krumdieck, C. L. 2000. Dairy foods and bone health: examination of the evidence. The American Journal of Clinical Nutrition, 72, 681-689.

7 Commentaires

  1. Magali

    Bien !! J’attends donc toujours que tu regardes si le lait novalac de riz est bon !!! Bisous

  2. jeanne

    bonjour,

    merci pour vos différents articles très éclairants (je vous ai « connu » par docti!)

    j’ai un enfant autiste qui est boulimique, il pourrait manger 12 yaourts par jour, on a décidé de limiter strictement ces yaourts… (il est en surpoids)

    je suis effondrée par la conclusion de l’article de docti!!! (ça, c’est du conseil!)

    1. Jérémy Anso

      Bonjour Jeanne et bienvenue,

      Merci pour ton commentaire, j’espère que l’information que je propose puisse t’aider avec ton enfant.
      Je te souhaite bon courage en tout cas avec ton enfant, et je suis d’accord avec toi, il faut limiter fortement ces yaourts si cela est possible

      Merci de ton passage et à bientôt !

  3. Lucas

    Bravo Djé, le sheriff de Doctissimo! Non, ça fait plaisir de savoir que tu ne te laisse pas manipuler, que tu vas chercher dans les informations, et surtout que tu partages ça avec nous ! Super boulot encore une fois, je trouve ça super.

    1. Jérémy Anso

      Hey Lucas !

      Merci de ton commentaire ! Mais cette fois-ci, ils ont pas changé l’article. Je m’y attendais, cette fois je m’attaque à quelque de chose de plus « contestable » scientifiquement. C’est donc plus compliqué. On voit bien la différence avec la biodisponibilité du calcium dans les végétaux et le lait.
      Mais je vais insister sur ce sujet, je compte bien (peut-être vainement) qu’ils changent leurs articles !

      A bientôt en tout cas et merci de ton retour ! ; )

  4. Honorine

    Pour quelqu’un qui désire réellement perdre du poids, la meilleure solution sera toujours d’adopter une alimentation saine et équilibrée tout en pratiquant…

  5. Ganerick

    Ok les produits laitiers ne font pas maigrir mais ils ne font pas grossir.
    La preuve est l’IMC des Masaï d’Afrique. Ils ne consomment que du lait de vache (avec un peu de sang) et ils sont TOUS très minces. Qu’ils remplacent le lait par du Coca Cola et on verra s’ils ne prennent pas du poids ….

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.