Chimiothérapie inefficace: une étude révèle le complot mondial !

chimiotherapie-cancers-cytotoxiques-wnt16b-tumeurs

« La vérité mortelle sur la chimiothérapie »

Selon des dizaines d’articles sur la toile francophone, une étude scientifique aurait démontré que la chimiothérapie était un « fiasco total ».

Cette méthode de traitement des cancers, qui utilisent des molécules agressives pour les cellules cancéreuses, mais également saines (traitement cytotoxique), serait une « tromperie » selon une étude publiée dans le très sérieux journal Nature Medicine.

Vous n’avez probablement pas échappé à cet article, publié le 5 octobre 2014 par « Santé Nutrition » intitulé [1] :

« Une étude révèle accidentellement la chimiothérapie comme une fraude… »

Cet article a été partagé plus de 10.000 fois sur les réseaux sociaux, et nous démontre clairement que la chimiothérapie « aide à promouvoir la survie et la croissance des cellules cancéreuse ».

Ainsi, la chimiothérapie entraînerait la libération d’une protéine spécifique, la WNT 16b, par des cellules saines agressées par le traitement cytotoxique, qui favoriserait la prolifération des cellules cancéreuses.

Selon les auteurs, ces « choquantes découvertes » auraient été sans surprises « ignorées de la communauté scientifique dominante ».

Toujours selon cet article à charge contre la chimiothérapie, et preuve scientifique à l’appui, la chimiothérapie serait plutôt un « protocole de création de cancer » plutôt qu’un protocole de traitement contre les cancers.

Les conclusions des auteurs de cet article sont sans appel :

« Éviter la chimiothérapie augmente les chances de recouvrer la santé. »

Et pour « celui qui cherche vraiment à guérir » renchérissent les auteurs, il lui faudra utiliser des voies alternatives, comme celle du « Dr. Gerson » ou bien en utilisant des aliments ou nutriments « anti-cancer » comme « le bicarbonate de soude, le curcuma » ou bien de fortes doses de « vitamines C et D ».

Voilà qui est dit, et voilà qui fait froid dans le dos.

La chimiothérapie ne serait-elle qu’une vaste mascarade ? Ferait-elle réellement l’inverse de ce qu’elle est censée faire ?

Quoi qu’il en soit, il est clair que ce domaine-là, il déchaîne les passions sur la toile. J’ai déjà eu l’occasion de régler son compte à certaines citations que l’on peut retrouver sur le net à propos des dangers de la chimio.

Mais il faut également garder en mémoire que le domaine de l’oncologie, l’étude des cancers et donc des traitements cytotoxiques est l’un des plus « corrompu » au monde.

Maintenant que c’est dit, on va décortiquer l’étude en question mais également l’article sensationnel, pour y voir plus clair

Un article sensationnel mais pas exceptionnel…

Le seul point positif de cet article, et des dizaines d’autres copies sur la toile, c’est que l’étude en question existe belle et bien [2].Malheureusement, les sites alternatifs qui propagent des articles aux titres et aux révélations extraordinaires oublient bien souvent de citer correctement les références scientifiques.

Quoi qu’il en soit, l’étude a été publiée en 2012 par une équipe de plusieurs biologistes américains appartenant à plusieurs laboratoires, dans l’un des plus prestigieux journaux scientifiques médicaux, j’ai nommé Nature Medicine.

Ce journal est l’un des plus lus au monde.

Il est classé 17ème dans la catégorie « Medicine », juste derrière le fameux Lancet, et occupe la 64ème place mondiale, sur près de 30.000 revues scientifiques.

Depuis sa publication en septembre 2012, l’article a été cité 149 fois, ce qui signifie que 149 études publiées jusqu’alors mentionnent les résultats du Pr Nelson et de son équipe.

Ce premier constat invalide catégoriquement l’idée selon laquelle ces « choquantes découvertes », comme le mentionne l’article accusateur, auraient été ignorées de la communauté scientifique.

Non, malheureusement, c’est tout le contraire. L’étude en question a été publiée dans un journal qui possède l’une des audiences médiatiques les plus importantes, tant auprès de la sphère scientifique et médicale que de la sphère public, et qui plus est, les travaux sont régulièrement cités dans des revues toutes aussi prestigieuses (Nature, Science, PNAS, etc.)

Il y a dans l’article de Santé-Nutrition une la volonté manifeste de tromper les lecteurs afin de leur faire croire que des résultats majeurs, exposant les dangers de la chimio, auraient été occultés par la communauté scientifique.

Un titre écrit pour manipuler l’opinion

Même le titre fait montre d’une volonté incroyable d’induire en erreur les internautes, et de forger des avis négatifs systématiques et non réfléchis contre la chimio.

Le terme « accidentellement » nous renforce dans cette idée que jamais une étude sur la cancérologie n’irait chercher les défauts et les contraintes des traitements cytotoxiques.

Sauf qu’encore une fois, ce terme qui n’absolument pas été choisi au hasard est complètement faux dans le contexte de cette étude.

J’en prends pour preuve l’étude elle-même, le dernier paragraphe de l’introduction des auteurs dans lequel ils précisent les objectifs de leur étude.

Ainsi les auteurs nous expliquent qu’ils ont voulu savoir si des cellules saines proches d’une tumeur pouvaient favoriser la résistance de la tumeur aux traitements conventionnels, entraînant ainsi sa progression, à la suite de lésions de l’ADN sur ces mêmes cellules saines.

Autrement dit, depuis le début de cette recherche en biomédicale, l’objectif des chercheurs étaient bien de démontrer (ou non) l’effet d’une résistance des cellules du corps humain à la suite de plusieurs thérapies conventionnelles (radiothérapie, chimiothérapie).

Vous avez maintenant compris pourquoi ce genre de titre et d’article, qui génère beaucoup de colère et de partage impulsif sur les réseaux sociaux, doit être pris avec des pincettes. De grosses pincettes même.

Santé-nutrition : une source super fiable ?

Avant de continuer plus en détail sur l’article et l’étude incriminée, vous avez tout de même remarqué que l’article est hébergé chez « Santé Nutrition » ?

  • Savez-vous qui est derrière ce média ?
  • Connaissez-vous la qualité des articles publiés ?
  • Cette source est-elle fiable ?

Avant même de lire cet article, vous devez être immédiatement refroidi par la source, « Santé-Nutrition », un média pour lequel j’ai lancé un appel à boycott national pour lutter contre un piratage et une désinformation généralisée.

Bien sûr, Santé-nutrition déchaîne les passions sur Facebook ou ailleurs, et tout n’est surement pas à jeter… Mais tellement de bêtises sans nom, et sans référence aucune, sont publiées sur ce site, que je ne peux qu’inviter à l’ignorer, purement et simplement (ou faire extrêmement attention).

D’ailleurs, cet article n’est en réalité qu’une simple traduction, au mot près, d’un article plus ancien publié en anglais sur le site Natural News [3].

Comme son jumeau français, cet article a été partagé plus de 13.000 fois sur les réseaux sociaux, et nous montre à travers le fil des commentaires, que les interventions sont minutieusement choisies, comme en témoigne cet imprime-écran :

chimiotherapies-cancers-proteines-wnt16b-tumeurs

La preuve d’une « tromperie irréfutable » ?

C’est bien ce qu’affirment les auteurs de cet article, et nous pousse à croire que la puissance de cette étude, et les résultats choquants qu’elle a été amené à trouver, démontre avec certitude que les traitements conventionnelles seraient une escroquerie, une manipulation de l’industrie pharmaceutique.

Pour ceux qui me connaissent, je suis très loin d’être un sympathisant de Big Pharma. Je dois dire qu’elle en prend pour son grade dans mes colonnes, mais je reste néanmoins lucide et objectif pour chaque situation, chaque étude et chaque article (du moins j’essaie).

Dans ce cas présent, un point doit être clair pour tous : Jamais ô grand jamais une seule et unique étude ne peut apporter une preuve irréfutable dans un domaine, sur un point précis, et peu importe le domaine d’étude.

Afin de prendre une décision éclairée pour un sujet précis, il faut prendre en compte la totalité des études publiées, trier les plus sérieuses des moins sérieuses, comprendre les faiblesses de chacune (faible échantillons, conflits d’intérêts des auteurs, etc.) et en ressortir le message le plus objectif possible.

Car malheureusement, ou heureusement, cette étude scientifique ne remet pas en cause la chimiothérapie comme semble le faire croire les articles à sensation de la toile.

Que dit réellement l’étude ? Et quelles sont les conclusions que l’on peut en tirer ?

Les résultats du Nature Medicine 2012

C’est peut-être ce qui est le mieux retranscrit par les nombreux billets accusateurs sur la toile.

Très simplement, les auteurs ont montré que les cellules saines aux alentours d’une tumeur maligne pouvaient synthétiser une molécule, la WNT 16b, à la suite de certains traitements chimiothérapeutiques qui endommagent leur ADN, et que cette molécule entraînerait une résistance accrue des cellules cancéreuses aux traitements, et donc favorisait l’expansion de la tumeur.

Ces résultats n’ont quelque part rien de surprenant, car il est reconnu dans le domaine de la cancérologie que les traitements chimio peuvent faire l’objet de résistance de la part l’organisme, sous différentes formes, et entraîner le développement des cancers. Des résultats d’ailleurs mentionnés par les auteurs eux même [4].

Dans la discussion des résultats, les auteurs énoncent également comment des lésions de l’ADN sur des « cellules autonomes » pouvaient arrêter la croissance cellulaire, et stopper la croissance des tumeurs [5].

Ils montrent également comment différentes molécules sécrétées dans le milieu peuvent justement promouvoir les réponses immunitaires de l’organisme, en nettoyant les cellules vieillissantes et en limitant la progression des tumeurs [6] [7] [8].

Alors voilà, pourquoi l’étude en question semble plutôt être une bonne nouvelle, comme le souligne un article britannique du centre de recherche sur le cancer, ou un autre plus poussé sur l’analyse de l’étude, qu’une mauvaise nouvelle ?

Et bien ces scientifiques américains ont réussi à montrer comment les traitements chimiothérapeutiques pouvaient être inefficace face à certains cancers, mais surtout, ils pointent du doigt les futures directions des travaux pour lutter contre cette résistance (et donc améliorer les traitements).

Maintenant que le mécanisme de résistance a été mis en évidence scientifiquement (sécrétion d’une molécule à la suite d’un choc cellulaire au niveau de l’ADN), il est alors possible d’imaginer des expériences pour contrer les effets des lésions de l’ADN dans ces cas bien précis.

Que dire des traitements alternatifs ?

Bien sûr, à la fin de l’article sensationnel de Santé Nutrition, nous avons une série de recommandations naturelles pour lutter sainement contre tous les cancers.

On va revenir sur l’efficacité de ces recommandations.

  • La cure du Dr Gerson ?

Efficacité non prouvée.

Les « Sceptiques du Canada » ont fait un remarquable travail sur ce sujet, et démontrent clairement que ce protocole n’a jamais été validé scientifiquement. Il ne repose que sur des témoignages et des « comptes rendus personnels de Gerson lui-même ou d’autres praticiens de sa méthode » selon les auteurs de cet article.

  • La cure au bicarbonate de soude ?

Efficacité non prouvée.

Cette théorie repose sur le fait que la cause des cancers serait un champignon, Candida albicans, et que le bicarbonate de soude devrait être pris par voie orale, ou toute autre voie, pour lutter contre lui et donc contre le cancer.

Ce protocole n’a jamais été validé scientifiquement.

  • La cure de vitamine C et D ?

Efficacité non prouvée.

Comme le souligne très bien « Dynamithe » dans son billet, ces vitamines pourraient être carencées à cause de certains cancers, et il apparaîtrait donc sage de se supplémenter, mais elles ne seraient pas des cures pour autant contre le cancer.

Un article de Passeport Santé nous signale qu’au niveau de la prévention des cancers, le rôle de la vitamine C n’est pas démontré.

La ligne rouge

Attention, je ne suis pas un pro-chimio ou traitements médicamenteux en tout genre. Je préfère le répéter au risque de saouler l’audience. Ce billet sert avant tout à rétablir une certaine vérité sur l’actualité scientifique (bien que l’étude en question soit quand même vieille), et à vous montrer comment on peut aisément se faire manipuler en :

  • Choisissant les bons termes, les bons mots qui vont créer colère et haine
  • Manipulant les résultats scientifiques d’une étude pour faire valoir ses idéaux
  • Proposant des méthodes alternatives qui n’ont aucune validité scientifique.

Alors bien sûr, les prises de compléments alimentaires, la pratique régulière d’une activité sportive, la pratique d’un jeûne ou d’une restriction calorique, une alimentation variée et équilibrée sont des points essentiels pour maintenir un bon état de santé, mais cela ne nous protège malheureusement pas à 100%, d’un risque de cancer.


Références

[1] Voire l’article « Une étude révèle accidentellement la chimiothérapie comme une fraude – les tumeurs se développent plus rapidement après la chimio! » du site Santé Nutrition.
[2] Sun, Y., Campisi, J., Higano, C., Beer, T. M., Porter, P., Coleman, I., … & Nelson, P. S. (2012). Treatment-induced damage to the tumor microenvironment promotes prostate cancer therapy resistance through WNT16B. Nature medicine, 18(9), 1359-1368.
[3] Voir l’article « Study accidentally exposes chemotherapy as fraud – tumors grow faster after chemo!” sur Natural News
[4] Biswas, S., Guix, M., Rinehart, C., Dugger, T. C., Chytil, A., Moses, H. L., … & Arteaga, C. L. (2007). Inhibition of TGF-β with neutralizing antibodies prevents radiation-induced acceleration of metastatic cancer progression. Journal of Clinical Investigation, 117(5), 1305.
[5] Michaloglou, C. et al. BRAFE600-associated senescence-like cell cycle arrest of human naevi. Nature 436, 720–724 (2005).
[6] Acosta, J.C. et al. Chemokine signaling via the CXCR2 receptor reinforces senescence. Cell 133, 1006–1018 (2008).
[7] Kuilman, T. et al. Oncogene-induced senescence relayed by an interleukin-dependent inflammatory network. Cell 133, 1019–1031 (2008).
[8] Xue, W. et al. Senescence and tumour clearance is triggered by p53 restoration in murine liver carcinomas. Nature 445, 656–660 (2007)

74 Commentaires

  1. MANGIN

    Votre article est honnête et objectif, mais qu’est-ce qui empêcherait la communauté scientifique de vérifier de façon rationnelle, en milieu hospitalier par exemple, avec des volontaires ,les effets de la cure Gerson? Tout le monde ou presque connaît des gens qui ont guéri illégalement du cancer, la plupart ne le clament pas sur les toits, par crainte des représailles de BigPharma!
    Le cancer fait vivre beaucoup plus de monde qu’il n’en tue! L’honnêteté intellectuelle vous honore, mais il ne faut pas oublier que notre monde est régi par l’argent!

    1. Eliane

      Bonjour, j’ai un cancer du sein métastasé… J’essaie tout au maximum…
      Personnellement, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui a guéri du cancer avec la cure gerson et je cherche preuve à l’appui (scan, bilan) parce que moi aussi je peux raconter des salades.
      Pour la cure Gerson, je suis juste en phase de dénutrition… et mon cancer repart..Et j’y ai cru…Je pèse 52 kg et je mesure 1M 71. Et en prime, je choppe tous les virus…
      Après la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie, les cures, mes oncologues me le répètent, je ne guérirai pas. J’en suis là. Dans mon malheur, j’ai la chance d’avoir un cancer qui se multiplie à petite vitesse.
      Je repars avec le régime du docteur Kousmine, un peu de tout sur le plan alimentaire, de l’activité physique, des lavements…Et puis je suis toujours suivie à l’hôpital tous les 2 mois scan, bilans… pourtant j’ai tout arrêté chimio, hormonothérapie, bisphosphonates… les produits laitiers et le gluten…L’hôpital ne m’a pas viré parce que je ne suis plus leur protocole.
      Bref pour moi, c’est pas gagné. Je m’accroche.
      Cordialement,
      http://monbloganti-cancer.com/

      1. France19

        Le régime Kousmine date un peu. Il a le gros inconvénient d’ignorer les méfaits des produits laitiers, particulièrement dangereux pour les cancers du sein, des ovules, de l’utérus, de la prostate et des testicules, bref des organes les plus sensibles aux dérèglement hormonaux.
        Le lait de vache (ou de chèvre, mouton, âne, jument, chamelle etc.), contient des hormones de croissance rapide, destinées au veau qui doit atteindre sa taille adulte en 2 ou 3 ans. Ces hormones n’ont rien à faire dans un organisme humain, et encore moins chez une personne adulte. Elles perturbent notre système hormonal.
        De plus, le lait de vache (ou de n’importe quel animal) contient des protéines spécifiques à chaque espèce, qui ne peuvent être complètement « découpées » que par des enzymes que seul possède le petit de cette espèce. Nous n’avons pas les enzymes du veau, ni du chevreau, et donc, nous ne pouvons pas digérer correctement ces protéines. Certaines de ces protéines passent à travers la barrière intestinale insuffisamment décomposées, et le système immunitaire les reconnais comme bovines, les détruit, du moins au début de notre existence, et les chasse de notre corps par différents émonctoires (d’où les problèmes ORL récurrents chez les enfants). Mais après plusieurs années, le système immunitaire se lasse de cette lutte incessante, et entre en tolérance : tout semble aller beaucoup mieux, nous sommes enfin sortis des maladies de l’enfance ! Malheureusement c’est le début de l’encrassement, et quand cet encrassement atteindra un niveau qui compromet la santé, alors se déclencheront les maladies graves : cancers, maladies auto-immunes.

        Mieux que le régime Kousmine, il y a maintenant le régime Seignalet (sans produits laitiers ni céréales, et avec beaucoup de crudités) Voir son livre : « l’Alimentation ou la Troisième Médecine »
        Le régime Seignalet tient compte aussi de notre inadaptation aux céréales sélectionnées depuis des millénaires, particulièrement lorsqu’elles sont cuites.

        Et mieux que le régime Seignalet, il y a le régime Seignalet 100% cru
        Vous pouvez suivre un stage chez la naturopathe Irène Grosjean (vous la trouverez sur internet), ou chez Thierry Casanovas, que vous trouverez aussi sur internet, qui tous les deux préconisent une alimentation végétarienne crue sans aucun produit laitier.

        Et mieux que le régime 100% cru, il y a l’alimentation originelle instinctive, où on s’interdit toute transformation des aliments (ni mélange ni assaisonnement, ni extraction de jus), pour ne pas déformer le goût naturel des aliments et permettre à notre instinct alimentaire de choisir les aliments qui nous conviennent le mieux.

        Une version encore plus aboutie de l’alimentation originelle instinctive est « l’Alimentation Instinctive Raisonnée », titre du livre écrit par Dominique Guyaux que vous trouverez aussi sur internet. Cette méthode s’applique à corriger les défauts de la précédente méthode, du fait que les aliments disponibles de nos jours ne sont plus les aliments originels d’avant l’agriculture.

        Voilà, vous avez en main quelques atout pour vous en sortir ! ça ne dépend que de vous !
        Bon courage !

        1. Eliane

          Merci pour votre réponse… J’ai supprimé les produits laitiers et réduit énormément le gluten. J’apprécie Seignalet mais sa lecture ne m’apporte de réconfort au niveau de ma propre pathologie. Mon problème, c’est la phase de dénutrition dans laquelle je suis tombée.
          Mais merci pour votre intérêt et réponse.
          Cordialement,

          1. Spire

            Bonjour Eliane,
            Pour info y a aussi la cure de Breuss qui pourrait t’être utile :
            http://www.alternativesante.fr/cancer/la-cure-anti-cancer-rudolph-breuss
            Cordialement,

      2. Dom

        Bonjour, je sais que ce n’est pas facile avoir le cancer moi j’ai eu des gens plus ou moins proches qui sont décédés. Enfin bref, si je peux vous suggérer de regarder de la protéine de petit lait. La compagnie immunotec en vends au Canada pour environ 70 dollars canadien. La protéine fait en sorte qui se produit le glutation qui fait augmenter le système immunitaire. En tout cas nous en produisons aussi lorsque nous faisions du sport. Donc si vous voulez regarder cette option là aussi peut-être ça pourrait améliorer votre condition.
        je vous souhaite bonne chance dans votre combat.
        Passé une bonne journée

    2. Florence

      Bonjour
      Je comprends que vous posiez cette question qui semble légitime. Je précise que je suis chercheur (INSERM) en cancérologie et que je n’ai aucune affiliation avec une big pharm ni ne les défend. Pour démarrer une étude clinique, il faut l’avis de plusieurs agences et comités d’éthiques, comités dans lesquels les associations de malades sont très présentes et veillent à l’intérêt des malades. Le souci N° de l’ANSM (ou de la FDA), pour démarrer une étude clinique c’est de ne pas faire de mal aux malades (ca parait évident mais c’est la première préoccupation). LE second souci, c’est de ne pas engager des malades dans un protocole qui n’aurait aucune chance de fonctionner. Pour cela, il faut constituer un gros dossier, avec toutes les données expérimentales qu’on a pu réunir (et il faut montrer toutes les données brutes, pas juste des figures résumé) et qui montrent que la molécule X ou le régime Y a un effet. Il serait scandaleux de dire à un malade avec un cancer : au lieu de vous donner une chimiothérapie, dont on sait qu’elle n’est pas miraculeuse mais qui a fait ses preuves chez de nombreux malades, on va vous donner 5 citrons par jour ou 3 cuillères de bicarbonate, car on pense que ça pourrait marcher. Dans tous les essais cliniques en cancérologie, quand on teste un nouveau traitement, on le teste en ayant en tête de ne pas diminuer les chances de survie ou de guérison du malade. Pour le bicarbonate, on pourrait proposer par exemple de donner aux malades de la chimiothérapie ou la même chimio + du bicarbonate.
      Se pose alors un autre problème : le cout de ces essais cliniques. Un essai clinique en cancérologie, quand il faut inclure de nombreux malades pour avoir une chance d’obtenir un résultat qui soit statistiquement significatif (autrement dit pas juste du au hasard), coute plusieurs dizaines de millions d’euros (environ 100 pour une phase III).
      Les industriels ne sont certes pas des philanthropes. Quand ils lancent un essai clinique à 100 millions d’euros ils espèrent ensuite avoir un retour financier et c’est parfaitement normal. Ce sont des entreprises. Seuls les états pourraient lancer ce type d’étude, en admettant encore une fois que les données pré-cliniques (les données expérimentales sur des modèles cellulaires ou animaux) démontrent le bien fondé de l’approche envisagée. La même question se pose aujourd’hui concernant le jeûne thérapeutique par exemple, mais là il y a des essais cliniques en cours aux US.
      Les citoyens, via leurs députés et sénateurs, leur bulletin de vote doivent mobiliser les états au lieu de s’en prendre à l’industrie pharmaceutique si ils veulent que ce type d’étude soit conduite. Visez la bonne cible !

  2. Lionel

    Bonjour, je prend plaisir à lire tous vos articles qui débordent de bon sens !
    Vous devriez être reconnu d’utilité publique ! Merci pour votre travail !

  3. Karim

    Bonjour,

    Excellent article qui remet les bonnes choses à leur place.

    Je pense que concernant le cancer (et bien d’autres maladies) il n’y a pas un produit (même naturel) qui soigne. Mais tout un protocole de vie. Changer d’alimentation, se supplémenter en vitamines ect, collaborer avec son médecin et leur tenir informé de ce qu’on prend en parallèle à son traitement. Faire du sport, éviter les produits animaux (tous produits confondus), éviter surtout les produits laitiers, les aliments contenant du gluten ect.

    Croire qu’une pilule peut guérir le cancer est utopique. En tout cas aujourd’hui. Et même si cela existait, il ne faudrait pas reprendre ses vieilles habitudes après la guérison…

    C’est comme les régimes : ça ne sert à rien. Il ne suffit pas de faire des efforts pendant 3 mois et reprendre les mauvaises habitudes ensuite. C’est le meilleur moyen de connaitre l’effet yoyo.

    Pour le cancer ce serait pareil. Il faut changer de style et d’hygiène de vie. L’idéal étant de le faire AVANT d’avoir un cancer…

  4. Ned

    Ne serait-il pas « raisonnable » (!) de se poser d’ABORD la question du pourquoi !

    Pourquoi moi j’ai un cancer ?
    Pourquoi moi j’ai ce cancer là ?
    Pourquoi moi j’ai ce cancer là à cet endroit là de mon corps à moi ?
    Pourquoi moi j’ai ce cancer là à cet instant de ma vie à moi ?
    Pourquoi moi j’ai ce cancer là à cette période de mon existence ?
    Qu’est-ce que mon corps « physique cherche à me dire ?
    Est ce que je refuse de m’écouter ?… et pourquoi ?

    Le (s) médecins que je « vois » m’ont-ils posé ces questions ?
    …Et ont-ils attendu les réponses ? Et favorisé les miennes ?

    Mon corps va-t-il accepter de guérir avec les produits chimiques, ou naturels si je n’ai pas « ENTENDU » son message

    ******************************

    Un cure de vitamine C à grosse dose (plus de 20g par jour ) ne me guérira pas si je n’ai pas compris le message et le pourquoi, mais l’absence de matériaux de qualité en quantités suffisante au bon moment dans la phase de guérison rendra celle-ci plus aléatoire ! ! ! voire mortelle !

  5. Humm

    Cet article n’est pas là pour tergiverser sur les causes et origines du cancer.

    Il convient d’adopter le ton adéquat lorsqu’on croit pouvoir reprocher à quelqu’un d’être le responsable soit de ses maladies soit de sa mauvaise (ou absence de) guérison.

    Le rapport au soi profond, l’alimentation, l’environnement, etc sont chacun sources de facteurs qui conditionnent l’état de santé de chacun : Les maladies ont des causes et des provenances multiples, plurales, donc certainement complexes à retracer.

    Or, pour bon nombre de ces facteurs nous n’avons aucune prise (collective ou individuelle).
    De plus le facteur temps est singulièrement ignoré lorsque les conseils sont donnés en matière d’hygiène de vie par exemple.

    Si tant est que ces conseils seuls soient suffisants.

    L’information est autant affaire de tri et de recoupement que d’accumulation. Qui prétend réunir l’ensemble des connaissances acquises ? Et celles manquantes ? Savoir leur attribuer une importance hiérarchique ?

    Comme beaucoup ici je n’accorde pas ma confiance en un système commercial dont c’est la principale raison d’être. Toutefois on ne peut pas aveuglément dire et considérer que l’humain a une solution a chaque problème puisque c’est faux. Nous avons des tonnes de solutions qui combinées devraient grandement aider, mais demeurons des êtres complexes et fragiles qui ne savent pas vivre en parfaite santé (ou ne le peuvent pas).

    Je rappellerai juste que parmi les sages recommandations pour « se soigner » il y a de ne pas accabler les malades, de faire preuve de compassion, d’être bienveillant et de les accompagner. Comme quoi… ceux qui pensent tout savoir devraient rouvrir quelques bouquins.

  6. Simon

    La chimio est une méthode radicale pas si loin d’être extrémiste… lorsque les gens ont peur et qu’ils se culpabilisent probablement de toute les cochonneries qu’ils auraient pu consommer…ils en oublierai presque de se reprendre au sérieux et ils en viendraient très probablement a ne plus savoir vers qui se tourner. Pourtant la proposition la plus fréquente est la chimio… qui semblent être la seul alternative pour revaloriser le système alopathique français? Européens peut être? Bref, mon petit doigt me dit que cette chimio est un état limite (de souffrance) auquel il faudrait passer pour vous donner les seuls espoirs de vous en sortir. Bref il y’ a de quoi tomber dans les choux? oui mais lesquels, bref trop prise de tête vu que la liste est longue… La chimio ça fait super héro, du coté de mon entourage j’en connait plus de trois ou plus qui en ont succombé. Vu leurs dégaine(les pauvres) c’ était comme je le pensais perdu d’avance… (consommateur de cigarette, alcool, laitage de calcium de surpuissance et autre cause possible) bref ils auront fait se qu’ils pouvaient… bref encore, hormis les quelque études fiable et « peut être » les études qui valorisent plus l’effet de la chimio, au bout d’un moment celui qui enquête à la longue ou qui écoute son petit doigt ou même encore qui s’écoute sans rien, je lui dit fuyez… Vous n’êtes pas un cobaye… allé dans la nature et laissé vous guider par votre nature: nos animaux, à leurs état vraiment naturel savent se qui est bon pour eux plutôt que de se laisser dégénérer aussi facilement.

  7. Hélène

    Je suis déçue que Jérémy prenne la défense de la chimio.
    Ma cousine avait un cancer du sein. Sans changer le moins du monde son mode de vie, elle s’est pliée à tout ce que la médecine lui prescrivait : rayons, chimio…Ils l’ont prétendue guérie. Elle est morte quelques années plus tard. De son cancer. Mais pour la Faculté, elle est morte…guérie.

    1. Eliane

      Je suis désolée pour votre cousine… Le cancer reste compliqué à guérir…
      Il ne prend pas la défense de la chimio… Il met en doute une étude présentée…avec des raccourcis peu fiables dans un article paru sur internet sur le site Santé-Nutrition.
      Relisez l’article…
      Cordialement,
      http://monbloganti-cancer.com/

  8. Eliane

    Merci pour votre article dont je partage les points de vue… Ce que j’ai constaté pour ma part, c’est que la chimio a stoppé mon cancer, il y a eu un peu de régression. Mais les effets secondaires ont été terribles. Je n’en pouvais plus… J’ai été obligée de dire STOP. Malheureusement, cela repart. ..
    Pour les cures alternatives… je cherche… mais je ne trouve pas beaucoup de réussite…
    Si un jour, vous trouvez quelque chose de bien sur les cancers métastasés, n’hésitez pas à écrire un super article.
    http://monbloganti-cancer.com/
    Cordialement,

    1. Helene

      Beaucoup de cancers du sein a ce que je vois. J’ai rejoint le club l’an dernier, en faisant une biopsie d’un adenofibrome qui avait grossi. Le truc que j’ai est peu banal et n’a pas un bon prognostic : en plus, il ne se voit ni a la mammo ni a l’echo, donc s’il n’avait pas incite son voisin l’adenofibrome (dialogues cellulaires) a grandir, on ne soupconnerait toujours pas son existence. Je ne sais pas encore si je vais faire une chimio, mais ca me fait peur, surtout pour le boulot. J’ai relu le bouquin du Dr Servan Schreiber, et en ce moment je lis celui des Pr Jaminet , celui de John Yudkin sur le sucre, celui de Rachel Carson sur ‘Silent Spring ; et celui du Dr Susan Love (bien nommee) : elle explique notamment comment, chez les femmes premonauposees, l’incidence des cancers du sein est la meme en Asie (Chine, Japon etc.) que dans le monde occidental. C’est pour les femmes postmenopausees que l’incidence est nettement differente. J’ai aussi trouve son explication de la theorie des ‘cellules souches’ cancereuses (par opposition a la theorie des mutations ‘somatiques’) tres pertinente : mon type de cancer est multifocal et bilateral, donc cela semble peu probable qu’a son origine il y ait une mutation d’une seule cellule. Enfin elle explique comment la methylation de certains genes peut jouer un role pour certains cancers, en empechant l’expression de certaines proteines: la encore, c’est ce qui m’arrive, le ‘quand et comment’ n’est pas encore elucide, mais il se pourrait que cela se soit passe lorsque je n’etais encore qu’un embryon !
      Pour les regimes Gerson et autres, j’ai trouve sur Youtube le temoignage d’une femme qui apres sa chirurgie avait annule la chimio et la radio car elle avait trop souffert (gros bras, neuropathies, morphine, gabapentin etc. pendant des mois) et elle ne voulait pas s’endetter encore plus (Etats Unis). Malheureusement le cancer avait recidive : elle montrait successivement des photos d’elle-meme (visage, bon teint, belle mine ; toute habillee, jolie silhouette) puis de sa tumeur (de plus en plus grosse, pour finir par percer a travers la peau), prises le meme jour, sur quelques mois. Son Gerson/Kousmine avait super bien marche pour son teint, ses cheveux, son allure generale etc., elle était bien en acidose comme recommande, mais pour traiter la tumeur, echec complet. En revanche, sous chimio, effets secondaires et mauvaise mine (grosse prise de poids alors qu’elle jeunait !)… mais la tumeur fondait de semaine en semaine !
      Je vais rester paleo, en plus du traitement conventionnel. En ce moment, j’essaie de dormir plus et de respecter mon rythme circadien : pas facile quand on sort tard du boulot et qu’il fait déjà nuit!

      1. Alain

        L’organisme a des ressources insoupçonnées qui peuvent changer beaucoup de choses et dans tous les cas beaucoup mieux qu’un peu de poudre de molécules de synthèse chimique qui ne sont même pas assimilées par l’organisme.

        Il y a 100 000 milliards de cellules dans le corps humain. Le génome de chaque cellule (la molécule d’ADN) comporte quelques milliards de paires de bases (quelques centaines de milliards pour certaines cellules).

        L’organisme met en jeu de nombreux systèmes de réparation qui sont capables de détecter et de réparer les lésions de l’ADN. Chaque jour l’ADN des cellules subit des millions d’altérations, mais dans la très grande majorité des cas, celles-ci sont réparées de manière très efficace. Il suffit cependant d’une défaillance dans la réparation d’un gène important pour enclencher ou continuer un processus d’altérations génétiques. (1)

        Le métabolisme d’une cellule est l’ensemble de toutes les réactions biochimiques qui se produisent dans cette cellule et qui permet à cette cellule de rester vivante, de se développer et de se reproduire.
        Les cellules doivent être alimentées avec tous les métabolites (micronutriments, acides gras polyinsaturés) nécessaires à leur métabolisme pour fonctionner correctement, or l’alimentation industrielle et les aliments transformés composés de cellules mortes ou de molécules extraites de cellules ne comportent que des macro-molécules (glucides, protéines et lipides) et aucun micronutriment indispensable aux métabolismes des cellules vivantes.

        Les micronutriments sont les vitamines, les enzymes, les oligoéléments et les acides gras polyinsaturés indispensables que les cellules ne peuvent pas synthétiser. Ces micronutriments et acides gras polyinsaturés qui doivent être apportés par l’alimentation sont extrêmement fragiles et réactifs, sensible à l’eau, à l’oxygène de l’air, aux rayonnements lumineux (à la lumière) et à la température. La plupart des micronutriments (ou métabolites) sont détruits dès que la température dépasse 45°C.

        Pour que le métabolisme des cellules se déroule de façon satisfaisante et notamment les systèmes de détection et de réparation des lésions de l’ADN, on ne devrait manger que des aliments naturels composés de cellules vivantes qui contiennent tous les macro et micronutriments indispensables aux métabolisme des cellules (vivantes) et pas seulement de la vitamine C. Toutes les vitamines sont indispensables aux métabolismes, au bon fonctionnement des cellules vivantes.

        Les milliers de macro et micronutriments sont les mêmes pour les espèces vivantes animaux, plantes et humains, mais ne sont pas utilisés de la même façon.

        On ne vit plus dans des forêts paradisiaques où l’on trouvait (en quantité limitée) tous les aliments naturels dont on avait besoin.

        (1) CANCER
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Cancer

  9. Olivier

    Quelques vérités scientifiques sur la chimio et le cancer :
    Il y a plusieurs centaines de type de cancers différents, plus ou moins agressifs (certains ne sont pratiquement pas évolutifs et ne devraient pas être traité, d’autres sont foudroyants et tuent en quelques jours..). De plus les cellules cancéreuses ont tendance à muter au cours de l’évolution et un cancer peu agressif peut évoluer brutalement et rapidement.
    Lorsque le cancer est apparent, il a souvent déjà 5 à 20 d’évolution (il nait d’une seule cellule qui a muté, et si cette cellule de quelques micron se divise une fois par jour, sa croissance est au début très lente, pour que la tumeur mesure 2 cm, il faut plusieurs années..). On pense donc que la majorité des petits cancers sont éliminé de l’organisme avant d’être apparent, ceux qui sont « visible » sont déjà incontrolable par notre système immunitaire. Actuellement, tout les lecteurs de ce commentaire ont des cellules cancéreuses dans leur corps, la plupart vont être éliminée, une très faible partie va produire un véritable cancer. La plupart des « cancers » guérissent donc spontanément ou sont controlé par l’organisme, mais au delà d’un amas de 100 000 cellules (moins d’un mm), la guérison spontanée est exceptionelle ( probablement moins d’un cas sur 1 million). Durant une vie de 80 ans (dans le monde occidental) vous avez environ 40% de risque d’avoir un cancer, et 50% de risque de mourir de ce cancer (99% si vous refusez les traitements conventionnels : chirurgie, chimio, radiothérapie..).
    Chaque individus est différent, avec son terrain génétique, ses habitudes de vie (sport, alimentation, tabagisme..), ses capacités immunitaires.
    C’est la rencontre de ce terrain et du type de cancer qui fait que chaque tumeur aura un comportement et une réactivité différente sous traitement.
    Certaines chimio sont très efficace (entrainent la guérison ) et bien tolérée (certaines leucémie, certains lymphome).
    Certaines chimio sont très efficace mais mal tolérée (certains cancers digestifs, cancer hormono-dépendant..)
    Certaines chimio sont modérément efficace (ralentissent ou stop l’évolution sans guérir) et sont bien tolérée.
    Certaines chimio sont modérément efficace et mal toléré : elles restent recommandée car, malgré la dégradation de la qualité de vie, il existe quand même un espoir de guérison ou de survie de nombreuses années.
    Certaines chimio sont inefficaces mais bien tolérées : les cancérologues les administrent parce qu’ils n’osent pas dire au patient que c’est foutu..et qu’il faut bien faire semblant de faire quelque chose. Surtout en France, au USA les cancérologues n’hésitent pas à dire au patient : « Rentrez chez vous, réglez vos affaires et profitez des quelques mois qui vous restent, je ne fait pas de miracle »). Ces patients se retrouvent parfois chez des charlatans qui leur vendent très chers des cures miracles..
    Certaines chimio sont inefficaces et mal tolérées : normalement, en France, elles ne devraient être utilisées que dans le cadre de protocol de recherche. Tous patients atteint d’un cancer voit son dossier discuté dans une réunion de spécialistes, qui jugent si cette chimio à suffisamment de bénéfices pour le patient, en regard des inconvénients qu’elle entraine.
    Mon conseil :
    Affrontez la vérité, après le choc initial, vous garderez le contrôle de votre vie :
    Demander au cancérologue (et demandez un deuxième avis):
    Précisément à quel stade est votre maladie (il existe une classification pour tous les cancer)
    Quel est le taux de guérison sous traitement.
    Quelle est votre espérance de vie (et dans quelle condition, douleurs etc..) sans traitement.
    Quels sont les complications possible de chaque traitement.
    A vous de choisir par exemple si on vous propose une chimio qui va allonger votre espérance de vie de quelques semaines, au prix d’une fatigue incapacitante, de dégradations physiques, et de nausée permanente..
    A propos de la BigFarma : la chimio est un grosse source de revenu pour certains labo, les cancérologues partagent le même espoir que vous de trouver un traitement efficace, ils sont donc influençables malgré leur éthique et leur connaissances scientifiques. Mais je ne connais pas un cancérologue qui prescrirait un traitement auquel il ne croirait pas, malheureusement certains sont plus crédules que d’autre…

    1. Helene

      Merci pour vos conseils Olivier. Avec mon medecin generaliste, aussitot apres diagnostic, nous avons parle de testament + funerailles: il conseille de prendre ses dispositions avant de commencer le traitement, pour avoir l’esprit en paix.

  10. Ned

    Je suis toujours TERRIFIÉ par la réaction de chaque personne devant ce que « on » appelle un cancer.
    PERSONNE ne se pose la question du pourquoi !

    [Partie supprimée car Répétition avec un commentaire précédent]

    J’ai eu un carcinome l’an passé que l’on m’a fortement pussé à me faire ôter chirurgicalement !
    2cm qui se sont transformés en une cicatrice de 14cm et 6 mois de soins par infirmière !
    Heureusement j’ai pu me faire accompagner dans la compréhension du pourquoi, du lieu, du moment, et faire les changements nécessaires dans ma vie …
    Et les soins ont été poursuivis avec Argile et argent colloïdal . et vitamine C 3 à 5 grammes par jours depuis .

    1. Alain

      Les antioxydants protègent les aliments contre les réactions d’oxydation qui accélèrent le vieillissement :
      E300 Acide ascorbique, vitamine C
      E301 Ascorbate de sodium, vitamine C
      E302 Ascorbate de calcium, vitamine C

      « vitamine C 3 à 5 grammes par jours » ? Pourquoi du E300 ou E301 ou E302 ?

      Inutile d’en acheter. On en trouve en grande quantité dans de nombreux aliments industriels, mais il faut doper les ventes …

      Bien sûr, l’acide ascorbique et ses sels ascorbate de sodium, de calcium ne sont pas des additifs alimentaires parmi les plus dangereux. Il y a pire :
      http://www.naturopathe-courbevoie.com/uploads/additifs-alim.pdf

  11. Ned

    Cher Alain :
    Réduire la VitamineC à juste un additif c’est oublier un peu vite les travaux de Linus PAULING (Prix NOBEL) ou le livre du Dr CORSON (en Français ) La vitamineC un ami pour la Vie et toute les autres parutions que les labo pharmaceutiques ont fait disparaitre car représentant des « allégation » sur la santé !
    Ne confondons pas les 25mg d’additif dans un plat avec les 3000mg minimum nécessaire à la réparation d’un organisme en pleine pagaille… surtout si une chimie hyper agressive vient d’y être ajoutée !

    1. Alain

      Cher Ned,

      Ne confondons pas

      – l’acide L-ascorbique, un des stéréoisomères de l’acide ascorbique qui est la vitamine C naturelle présente dans l’organisme humain

      – et l’acide D-ascorbique, un anti-oxydant référencé E300 qui est la vitamine C vendue dans le commerce.
      L’acide D-ascorbique, ne présente pas d’activité vitaminique.

      La vitamine C naturelle (l’acide L-ascorbique) ne se conserve pas, comme la totalité des micronutriments indispensables à l’organisme humain.
      Elle est très fragile en solution, détruite au contact de l’air par oxydation ou par action des ultraviolets lorsqu’elle est exposée à la lumière. La chaleur accélère ces processus. Au delà de 45°C la chaleur de la cuisson des aliments détruit la vitamine C (l’acide L-ascorbique).

      Pour information, la mise en garde médicale de Wikipedia :
      « Il n’y a aucune certitude qu’une phrase quelconque, contenue dans ces articles soit vraie, correcte, précise, ou soit à jour.
      Elles peuvent être modifiées tout aussi bien par des personnes promouvant des traitements inefficaces, … »

  12. Ned

    Enfin quelqu’un qui fait la différence ! Bravo et merci .
    Quand à WIKI …. à regarder avec beaucoup de précautionS juste comme première base , bien d’accord .

  13. Claude

    Bonjour,
    Je ne lis pas dans les commentaires deux informations importantes, pour Eliane et, bien sûr, nombre de personnes confrontées au cancer:
    – Le livre du Dr Laurent Schwartz, chercheur français connu « Cancer, guérir tous les malades? Enfin. Laurent Schwartz travaille actuellement avec le groupe « Biorébus » voir la page sur le site:
    biorebus.wordpress.com/cancer/ – Il avait donné une interview sur France Inter lors de la sortie du livre précité.
    – L’expérience de Nora Quinn, diagnostiquée d’un cancer du sein en 2008. A lire avec beaucoup d’autres renseignements sur le livre de Thierry de Lestrade – Arte Editions -Sept.2013
    Cordialement, Claude.

  14. Ned

    Je constate tout à coup que l’on parle toujours de cancer avec des cellules qui se développent en masse.
    Mais qu’en est-il de celles qui se développe en se détruisant formant des ulcères ?
    Et quand le problème touche un système hormonal en l’accélérant (hyper) ou le ralentissant fortement (hypo) là il ne semble plus y avoir d’explications ! ( et pourtant il y en a …
    Quel dommage pour les « maladesqui subissent sans savoirs

  15. Grossbouff

    Celui qui peut dire pourquoi on attrape un cancer est vraiment très fort! Il y a beaucoup de facteurs qui entrent en compte mais tous sont des facteurs de RISQUE. Un des facteurs les plus importants est probablement la malchance.
    Winston Churchill n’a jamais fait de sport et buvait beaucoup d’alcool et il est mort à 90 ans, qui vaudrait faire une « cure Winston Churchill »?
    La recherche (et donc les traitements) contre le cancer sont très compliqués, notamment parce que chaque cancer est différent mais aussi parce que les cellules cancéreuses sont des cellules appartenant à la personne malade, comme les autres! Penser que l’on peut facilement tuer ces celllules sans faire le moindre mal aux autres est une belle utopie et les médecins ne peuvent pas soigner avec des utopies.
    Heureusement on progresse, de plus en plus de gens survivent à leur cancer. Certains sont très connus, comme Michael Douglas. Je travaille avec un jeune homme qui a survécu à une leucémie.

    Concernant la vitamine C celui qui l’utilise comme cure prend de gros risques car il est possible qu’elle favorise la croissance des tumeurs, de même que tout autre traitement anti-oxydant. En fait les cellules cancéreuses auraient plutôt tendance à avoir une capacité redox réduite et en leur donnant des antioxydants, on pourrait renforcer leur résistance.

    A Eliane je voudrais dire courage, des milliers de chercheurs travaillent chaque jour pour améliorer les traitements mais ce ne sont pas des magiciens, en fait nous sommes tellement ignorants face à la complexité de la biologie qu’il convient de rester humbles et de reconnaitre qu’on ne sait pas plutôt que de dire des conneries.
    La mort est inéluctable, avec ou sans cancer, avec ou sans traitement. Il convient de vivre sa vie à fond pour en profiter au maximum.

    @Alain:
    Il semblerait que la forme importe peu, selon l’institut Linus Pauling, institut indépendant qui fait promotion de la vitamine C entre autres (c’était le dada Pauling en fin de vie).
    Je vous propose de lire les liens suivants:
    http://lpi.oregonstate.edu/infocenter/vitamins/vitaminC/
    http://lpi.oregonstate.edu/infocenter/vitamins/vitaminC/vitCform.html
    Je vous colle ici l’extrait le plus important:

    Vitamin C (L-ascorbic acid) is available in many forms, but there is little scientific evidence that any one form is better absorbed or more effective than another. Most experimental and clinical research uses ascorbic acid or its sodium salt, called sodium ascorbate. Natural and synthetic L-ascorbic acid are chemically identical and there are no known differences in their biological activities or bioavailabilities

    1. Alain

      @Grossbouff

      Une carence en vitamine C provoque le scorbut, lorsque l’apport est de moins de 10 mg par jour.
      De très nombreux végétaux (fruits, légumes) consommés crus apportent une quantité suffisante de vitamine C et aussi d’autres micronutriments tout aussi indispensables que la vitamine C aux métabolismes des cellules de l’organisme. (Une orange apporte en moyenne 53 mg de vitamine C)

      Les vitamines sont détruites au contact de l’air (par oxydation) ou sous l’exposition à la lumière (par action des ultraviolets) et la chaleur accélère ces processus. La chaleur de la cuisson des aliments détruit les vitamines (pas seulement la vitamine C)

      La vitamine C n’est pas stockée dans l’organisme et un excès de vitamine C est éliminé.

      « La production mondiale annuelle d’acide L-ascorbique (vitamine C) est de 80 000 tonnes, dont la moitié est utilisée dans les industries pharmaceutiques et parapharmaceutiques, 25 % dans l’agroalimentaire comme conservateur (E300, E301, E302), 15 % dans la fabrication de boissons, le reste étant utilisé pour la nutrition des animaux. »

      Compte tenu de l’enjeu financier, il n’y a pas de pénurie d’études, ni de contre-études :

      « En 2010, une méta-analyse (1) passant en revue 33 ans de recherches sur la relation entre vitamine C et cancer conclut : « nous devons conclure que nous ne savons toujours pas si la vitamine C a une quelconque activité anti-tumorale cliniquement significative. Nous ne savons non plus quels types de cancers, s’il y en a, sont susceptibles de réagir à la vitamine C. Enfin, nous ne savons pas quelle est la dose recommandable, si une telle dose existe, afin de produire une réponse anti-tumorale. » »

      Pour vendre 40 000 tonnes de vitamine C par an, il faut démontrer à tout prix que la vitamine C est parée de toutes les vertus et dépenser des millions de dollars pour répandre une énorme propagande mensongère.

      Il y a beaucoup moins de battage publicitaire pour les autres vitamines plus difficiles à produire par synthèse artificielle.

      Dépassements de dose et doses de sécurité :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Vitamine

      (1) Cabanillas F, « Vitamin C and cancer: what can we conclude–1,609 patients and 33 years later? », P. R. Health Sci. J., vol. 29, no 3,‎ septembre 2010, p. 215–7 (PMID 20799507)

      1. Grossbouff

        Cher Alain,

        le battage mediatique ne concerne que la vitamine C car pour les autres il y a un danger de surdosage. Pour la vitamine C vous aurez tout au plus des desagrements intestinaux transitoires.
        Donc les gens peuvent en consommer autant qu’ils veulent, que les aide ou pas ca c’est leur probleme.

        1. Alain

          Cher Grossbouff,

          Doses de sécurité des vitamines :

          Les états ont publié des recommandations sur les doses quotidiennes à ne pas dépasser, afin d’assurer la sécurité des consommateurs.
          Vitamine UE France Royaume-Uni États-Unis
          Vitamine C 1000 mg 1000 mg 1000 mg 1900 mg

          La vitamine C est éliminée par les reins dès qu’elle dépasse un certain seuil (*) et une surdose était donc considérée comme inoffensive. On estime cependant aujourd’hui que cette élimination, si elle est prolongée sur plusieurs mois, peut entraîner des calculs rénaux chez certains sujets.

          Référence :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Vitamine

          (*) un surdosage est donc inutile et ne peut pas avoir d’effet curatif.

          1. Ned

            Il faudrait plus exactement dire que la prise de vitamineC à grosse dose à permis à certaines personnes d’éliminer leurs calculs … cela serait peut-être plus juste !
            Mais ils avaient été mal accompagnés et n’avaient surement pas assez hydraté …

      2. ned

        je recopie :
        En 2010, une méta-analyse (1) passant en revue 33 ans de recherches sur la relation entre vitamine C et cancer conclut : « nous devons conclure que nous ne savons toujours pas si la vitamine C a une quelconque activité anti-tumorale cliniquement significative.

        JE CONFIRME :
        La vitamine C n’a pas d’activité ANTI-TUMORALE et HEUREUSEMENT !
        Elle n’est pas là pour ça .

        Par contre le nombre de cancéreux qui meurent de scorbut atteint les presque 100% sans qu’on en parle …

        ****************

        Symptômes répertoriés du SCORBUT (chronique ou provoqué).

        Voici ce que j’ai pu récupérer au fil des années sur ce sujet :

        Anémies

        Petites et grosses hémorragies

        Tendances aux hématomes

        Gencives qui saignent et les hémoroïdes qui suintent

        Dépressions passagères et sans raisons

        Difficultés de cicatrisation

        Infections

        Ramollissements articulaires (troubles de l’ossification)

        Fatigue « psychique » ou « nerveuse ! »

        Augmentation de la tension artérielle

        Baisse de l’attention et de la concentration (voir les allergies au lait de vache)

        Insomnies non liées à l’environnement

        Blocages du système immunitaire …

        Les maladies qui se terminent par « …ite »

        Tout ce qui est douleurs vives ou intolérables.

        Stupeur chez l’adulte .

        Plaies qui ne guérissent pas ou plus

        Il y en a d’autres mais inutile de s’encombrer …

        extrait de l’article : http://mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr/article-le-scorbut-n-est-pas-une-maladie-81596972.html

  16. Jean

    Alain…. En ce qui concerne « Un article de Passeport Santé nous signale qu’au niveau de la prévention des cancers, le rôle de la vitamine C n’est pas démontré « … Je vous invite à regarder la vidéo suivante qui montre les résultats extraordinaires, sur un homme condamné par la médecine traditionnelle, obtenu grâce au traitement par injection de haute doses de vitamine C en intraveineuse… Vidéo malheureusement en anglais…

    http://youtu.be/mL_g5-6DCVQ

    1. Grossbouff

      Cher Jean,

      un cas particulier ne démontre rien et la communauté scientifique, heureusement n’en tient pas compte. Avec des cas particuliers on peut démontrer tout et son contraire, comme je l’écrivais plus haut avec Winston Churchill. Peut-être que 100 personnes se sont soignées à la Vitamine C, une seule a guéri et a posté la vidéo. Sans grande surprise les 99 autres n’ont pas posté de vidéo. Faut-il recommander une telle cure?

      1. Jean

        Cher Grossbouff,
        Je ne vous ai cité que ce cas particulier mais l’Internet regorge de cas similaire. Il suffit de faire des recherches et vous verrez de nombreux témoignages irréfutables sur des guérisons spectaculaires grâce au traitement de haute dose de vitamine C par Intraveineuse. Comment nos ancêtres ont-ils découvert quelles plantes utiliser pour guérir ou soigner? Il n’y avait pas d’études clinique à l’époque. Ils observaient simplement les résultats obtenus des plantes et potions qu’ils administraient à leurs patients pour savoir ce qu’il fallait donner. Si le patient guérissait c’est que c’était bon… voilà, c’était aussi simple que ça. Parfois il faut se passer de l’opinion de la communauté scientifique pour avancer.

        1. Ned

          N’oublions pas SVP que le ou la guérisseur local était aussi druide ou chamane et « savait » par d’autres « moyens » ce qui pouvait être « bon » pour son malade ! ! !……ce que nos chercheurs (!) n’ont malheureusement plus … le droit d’utiliser !
          Hélas peut-être .

    2. Grossbouff

      On devrait oublier 100 ans de progres medical et revenir aux methodes du moyen-age…
      Pouvez-vous m’expliquer, svp, comment on a fait pour soigner la peste et le cholera a l’epoque? Comment on a elimine des maladies terribles comme la petite verole ou le tetanos?
      Tiens tiens bizarre comme les chamanes sont restes sans reponse pendant plusieurs siecles…
      Facile d’oublier ce que la science moderne a apporte quand on n’a plus a se soucier de certaines maladies.

      1. Ned

        Oublieriez-vous comme l’inquisition à « fonctionné » pendant ces années là ?
        Quand au tétanos il n’a jamais été une épidémie !

      2. Karim

        C’est bien pour cela que, quand on n’est pas borné et « extremiste » on sait que la médecine allopathique et la médecine naturelle sont COMPLEMENTAIRES. Les 2 ont beaucoup apporté à l’humanité. Et ne privilégier que l’un ou que l’autre est une hérésie !

        Si demain je me casse une jambe, j’aimerai bien avoir un chirurgien diplômé (si possible de la meilleure université) pour m’opérer. Et j’adorerai qu’on me donne de la bonne vieille morphine !

        Mais si demain j’ai un cancer, j’aimerai bien aussi utilisé certains remèdes naturels qui, au pire, peuvent soulager les effets secondaires de traitements classiques, au mieux aider à allonger mon espérance de vie…

        @Ned : Tout à fait d’accord. Le tétanos n’a jamais été une maladie immunisante. Donc le vaccin est 100% inutile. Surtout quand on a DEJA le tétanos. Quand aux urgences je vois un médecin administrer le vaccin à une personne « susceptible » d’avoir contracté le tétanos, j’ai envie de le secouer et de lui dire de changer de métier…

      3. Jean

        Mon propos n’est pas de dénigrer la science moderne et ses avancées, mais de dénoncer les blocages opérés par une certaine « communauté scientifique » dans le seul intérêt est d’avoir le monopole sur les soins officiellement acceptés par les autorités sanitaires. Encore et toujours une question de fric.

        1. Grossbouff

          Cher Jean,

          L’argent n’est pas seulement le nerf de la guerre, il est aussi le nerf du progrès.
          Sans argent, plus d’études. Sans études, plus de progrès.
          Vous accepteriez de prendre un médicament qui n’a pas été testé complètement?

          1. Alain

            Les guerres servent à tuer des millions de personnes et à gagner beaucoup d’argent en vendant des armes et des rations alimentaires.
            Les laboratoires pharmaceutiques ne font pas mieux avec leurs molécules chimiques brevetables.

          2. Jean

            Tous les médicaments ont été développés puis testés sur des animaux. Puis qu’aucune espèce n’est le modèle biologique d’une autre, il est évident qu’une substance déclarée sûre et efficace sur un animal peut donner des résultats totalement aléatoires sur l’homme.
            Il est impossible de connaître le nombre réel de personnes décédées suite aux effets secondaires des médicaments car elles ne sont pas toujours diagnostiquées (infarctus, AVC, suicide, etc.).
            De nombreuses catastrophes pharmaceutiques témoignent de l’incapacité du modèle animal à prédire correctement les effets indésirables des médicaments.
            Voici quelques exemples: La thalidomide, le Vioxx, les toxidermies médicamenteuses,le (Duract®) etc etc
            En 2008, les statines représentaient 76% du montant annuel des remboursements par l’assurance maladie en France, avec plus de 18 millions de prescriptions recensées.
            Les statines sont les médicaments les plus rentables de l’histoire de Big Pharma. Ils sont promus comme le médicament passe partout pour prévenir / traiter les maladies cardiaques. Les statines sont en fait responsables de nombreux effets indésirables supplémentaires. En fait, il y a plus de 100 000 rapports d’événements indésirables liés aux statines. En plus du cerveau, les statines affectent négativement le fonctionnement du foie, des reins et des muscles.
            Alors quand vous me dites « Sans argent, plus d’études. Sans études, plus de progrès. »… moi je me demande de quel progrès s’agit-il? Celui de Big Pharma?

  17. Ned

    Il est curieux que les plus acharnés semblent n’avoir jamais essayé la vitamine C
    Allez donc vous faire arracher 4 dents de sagesse (!) en ayant soins d’avoir, avant et après, disposition de vos 20g de vitamine C, naturelle ou non … et revenez en discuter !

    Expérience vécue et bien d’autres ce n’est pas que du placebo ….

    1. Alain

      Si demain, on vous annonce que vous avez un cancer de la peau (de plus en plus fréquent), un cancer de la gorge (si vous fumez), un cancer de la prostate (quand on vieillit) , une tumeur au cerveau, un lymphome (cancer des ganglions), un cancer du sang ou tout autre forme de cancer, j’espère que vous prendrez vos 20g de vitamine C ou qu’on vous les injectera par voie intraveineuse.
      Vous serez alors en mesure de juger par vous même de l’efficacité de ces boîtes de vitamines (C, D ou autres) et peut-être que vous vous souviendrez de ce que vous avez écrit.

  18. Grossbouff

    D’un autre coté il faut bien se rendre compte qu’un traitement à la Vitamine C ne sera jamais démontré de manière irréfutable avec des études cliniques car celles-ci coutent des millions (littéralement) et la firme qui investirait là-dedans ne gagnerait pas un sou puisque la Vitamine C n’est pas brevetable.
    Il faudrait pour cela trouver quelqu’un qui a 200 millions à perdre et arriver à le convaincre que la Vitamine C est LA solution.
    Bonne chance…

  19. Ned
  20. Ned

    c »est bien la raison pour laquelle aucun labo ne veux investir dans cette recherche …. il n’y a rie à gagner sur ce « produit » ou si peu ! ! ! par rapport à une chimio qui peut rapporter des millions d’euros… avec une (très) forte marge bénéficiaire.
    Ce qui n’est pas le cas de la vitamine C même chimique ou liposomale..

    Il n’y a malheureusement plus de recherche honnête même s’il y a des chercheurs honnêtes, le profit à TOUT noyauté depuis trop longtemps.

    Il faut donc RÉFLÉCHIR autrement et ce n’est plus une discipline que la plupart d’entre nous arrive encore à mettre en place .
    Quoi que cela semble apparaître par-ci par là.

    1. Alain

      40000 tonnes d’Acide L-Ascorbique E300 en poudre en pot de 1 kg CAS 50-81-7 à 25€ le kg représente 1 milliard d’€.

      Vendu en boîte de comprimés VITAMINE C UPSA EFFERVESCENTE 1000mg CPR EFF B/20 à 2,50€ la boîte, cela fait 5 milliards d’€.

      Les chiffres d’affaire des laboratoires pharmaceutiques s’expriment en milliards d’euro ou de dollars et non en millions.

      Le seul moteur de la recherche des laboratoires pharmaceutiques est la rentabilité financière. La santé et la vie des personnes est secondaire. Elle n’est prise en compte que si elle affecte la rentabilité du produit.
      La propagande mensongère est destinée à doper les ventes et à nous faire avaler n’importe quoi.
      Et on en avale des tonnes.

    2. Alain

      « La notoriété d’Upsa s’est à ce point affirmée que le groupe est devenu une référence mondiale en matière d’antalgiques (produits qui calment la douleur) et le spécialiste incontesté de l’effervescence. Aux portes d’Agen (Lot-et-Garonne), les deux tours de l’usine témoignent de la prospérité de l’affaire: 2,9 milliards de francs de chiffre d’affaires, 2.000 salariés, des comprimés effervescents qui sortent à la cadence de 3 milliards d’unités par an… »
      http://www.liberation.fr/economie/1995/03/13/l-apothicaire-upsa-se-range-dans-la-pharmacie-d-un-geant_127338

  21. Ned

    De la vitamineC en poudre pas chère (qu’on peux tamponner avec un soupçon de bicarbonate si on ne supporte pas l’acide !)
    http://vitamine-c-fr.com/commandesfrance.html

  22. Alain

    Les vitamines C et autres sont présentes en proportions variables dans tous les végétaux naturels, non modifiés génétiquement, frais ou séchés à basse température.

    par exemples :

    Avocat cru (valeur nutritive pour 100 g)

    eau : 73,23 g cendres totales : 1,58 g fibres : 6,7 g valeur énergétique : 160 Kcal
    protéines: 2 g lipides: 14,66 g glucides: 8,53 g sucres simples : 0,66 g

    oligo-éléments
    potassium : 485 mg magnésium : 29 mg phosphore : 52 mg calcium : 12 mg
    sodium : 7 mg zinc : 640 µg fer : 550 µg cuivre : 190 µg

    vitamines
    vitamine C : 10,0 mg vitamine B1 : 67 µg vitamine B2 : 130 µg vitamine B3 : 1738 µg
    vitamine B5 : 1389 µg vitamine B6 : 257 µg
    vitamine A : 146 UI vitamine E : 2,07 mg vitamine K : 21 µg

    acides gras
    saturés : 2126 mg mono-insaturés : 9799 mg poly-insaturés : 1816 mg
    cholestérol : 0 mg

    Ananas Cayenne du Togo
    http://www.biofruisec.com/fr/ananas-cayenne-du-togo

    Baies de Goji de Qinghai
    http://www.biofruisec.com/fr/baies-de-goji-du-qinghai

    etc.

    Les vitamines ne se conservent pas. Les fruits et légumes naturels pourrissent rapidement.
    Les fruits et légumes modifiés génétiquement, débarrassés de toutes les vitamines et acides gras polyinsaturés sont stériles et se conservent presque indéfiniment, mais n’ont plus aucune valeur nutritive (mais restent meilleurs qu’un peu de poudre acide).

  23. sabrina

    Parler sans science s’appelle de l’ignorance.
    Oui la chimio est dévastatrice, non elle ne soigne pas, elle détruit. Sachez que nos médecins au XXIÈME siècle sont d’avantage des prescripteurs que des praticiens. Les médecins les plus réputés ne sont pas les meilleurs, ce sont plutôt ceux qui ont étaient radiés de l’ordre des médecins qui sont les plus courageux pour avoir osé contredire les grands et riches laboratoires pharmaceutique.
    Il faut faire des recherches sérieuses pour vous réapproprier l’information et ne plus dépendre des versions plus ou moins floues des médecins,qui pour la plupart n’en sont plus, ou soit disant spécialiste.
    Quand on se donne la peine de chercher la vérité on la trouve.
    A bon entendeur.

    Ps: je me sens dans l’obligation de boycotter votre site aux vues de cette article qui n’a ni que ni tête!

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Salut le Tro.. heu Sabrina pardon !

      Une réponse éclaire pour vous, mais vous parlez malheureusement sans savoir, si même connaître l’actualité scientifique et les résultats réels de la chimio sur nombre de cancers.

      Vous êtes dans le rejet complet de la méthode, sous couvert de théorie du complet, avec big pharma aux commandes… Psst. Je ne suis pas un grand fan de Big Pharma, et je suis le premier à lui taper sur les doigts au moindre faux pas, mais quand même, je ne suis pas aveuglé par les théories alternatives-médico-sceptique-gouroutique ou chais pas quoi.

      Je me sens dans l’obligation de vous dire de boycotter mon site, vous n’avez rien à faire ici !

      A bon entendeur.

      1. Ned

        Je vous comprends mal Jeremy !
        Ce que vous dites à SABRINA , à moins que ce ne soit pas vous qui l’ayez écrit , le piratage de pseudo par un TROLL ça existe aussi , est pas dans votre genre habituel !
        Rassurez nous vite .
        D’un sens comme de l’autre afin de faire notre choix de rester ou de fuir …

        Merci.

      2. Jean

        Jérémy Anso, pour porter un peu d’eau au moulin de Sabrina, je vous conseil de vous renseigner sur le Docteur André Gernez, médecin français cancérologue et histopathologiste, et ses travaux sur le cancer, l’athéromatose, la sclérose en plaques, la schizophrénie, la myopathie de Duchenne, l’Asthme et l’allergie, le Psoriasis, le Parkinson, l’Alzheimer… etc etc.
        L’équipe du Dr André Gernez a VAINCU le cancer et TOUTES les principales maladies dégénératives , c’est le PASTEUR du 3e millénaire.
        Pour éviter le cancer, André Gernez préconise un « protocole de prévention active » qui se traduit par une mise en acidose de l’organisme via un jeûne relatif prenant la forme d’une réduction alimentaire pendant trente jours chaque année à partir de l’age de risque qui se situe à la quarantaine.
        Une étude INSERM démontre dès 1971 que le cancer peut être évité dans 93% des cas.
        En 1974, le Professeur Paul Robert Marius Lechat décide de ne pas rendre public les travaux de Gernez, contre l’avis du ministre de la santé Michel Poniatowski.
        En 2010, aucun de ses protocoles n’ont étrangement été financés ou officiellement commandités par les institutions.
        Gernez l’explique par le fait que « toutes les institutions sont d’accord ! ». Pressions du lobby de la pharmacie ( 1ere industrie française) de la chimie du corps médical de tous les partis politiques ?
        En effet, l’application du protocole ferait reculer la mortalité de 7 ans en moyenne. Il serait le motif de refus de sa publication en raison du plus grand nombre de retraites à payer et également pour l’absence de retombées financières directes de ses découvertes.
        Encore une fois, l’argent, toujours l’argent.

  24. sabrina

    C’est mal me connaitre que de dire que je me permets de parler sans science. N’avez vous pas compris que c’est ce que je vous reproche?Votre blog mon cher vous a monté a la tête et je crains que vous ne perdiez vite en crédibilité. Vous manquez de discernement et piocher a tout va vos trouvailles du net. Garde a ne pas vous poser les mauvaises questions. Ne vous donnez pas apparence d’un professionnel de santé.

    Mon dieu, que penserais Hippocrate en voyant comme la médecine moderne a négligé les plus belles trouvailles scientifiques et les principes fondamentaux de la guérison.

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Vous venez exactement nous faire la même réponse que précédemment, sans aucune source ou quoi que ce soit.

      Moi au moins j’annonce mes sources, elles sont critiquables et j’y suis ouvert.

      Je ne vois absolument rien de constructif dans vos messages, même si je peux comprendre l’idée derrière, ce n’est pour le moment que du vent.

      Je ne dis nullepart que je suis un professionnel de la santé, relisez ma page à propos ma chère !

      1. Sylvain

        Bon courage Jérémy, au vu de ton historique, les accusations en commentaires sont purement absurdes…

  25. ned

    Adieu donc
    Je me désinscris du site « on » y perds maintenant trop de temps pour rien .

  26. Sabrina

    Votre naïveté me fait sourire. Le but de mon intervention n’était pas de débattre avec vous, non merci. Qu’est ce qui est difficile a comprendre dans le message « réappropriez vous l’information, posez vous les bonnes questions et en persévérant vous aurez des réponses »?
    Vous dites ne pas être en accord parfait avec big pharma, vous connaissez peut être certaines de leurs méthodes…si vous approfondissais vos recherches vous risquez de tomber de votre siège!
    Vous êtes en quête de vérité, c’est tout a votre honneur, mais attention ou vous mettez les pieds, restez objectifs et tachez d’avoir une vue d’ensemble lorsque vous vous penchez sur les divers études et découvertes…
    Ne nous voulons pas la face, on ne doit pas ignorer la mainmise de l’industrie pharmaceutique sur les publications médicales. Nous parlons ici d’un monstre qui pèse plus de 1000 milliards de dollars. De quoi écarter n’importe quel savant qui se risquerait à leur faire concurrence.

    Je ne suis l’ennemi de personne ici, il me semble que nous avons un intérêt en commun, avoir la connaissance nécessaire pour reprendre le contrôle sur notre santé., entre autre.

    1. Alain

      « Contrairement aux maladies génétiques comme la mucoviscidose, les myopathies ou certaines hémophilies qui sont des maladies monogéniques (un seul gène est généralement altéré), le cancer est une maladie multigénique. Chaque cancer a pour origine l’altération de 10 à 20 gènes. Ces altérations se produisent de manières successives, chacune d’entre elles favorisant la suivante. Cette suite d’altérations se produit généralement sur une très longue plage chronologique (5 à 20 ans) »

      « En cas de stress ou d’anomalie ne pouvant pas être éliminée, une cellule normale se suicide en utilisant l’apoptose. Les cellules tumorales ont inactivé tous ces mécanismes pour mieux survivre. » (1)

      Les cellules cancéreuses se multiplient rapidement et ne peuvent plus être éliminées par l’organisme.

      « Oui la chimio est dévastatrice, non elle ne soigne pas, elle détruit. » C’est exact, le seul moyen d’éliminer les cellules cancéreuses est de les détruire ou de les extraire des 100000 milliards de cellules de l’organisme.

      Si les traitements alternatifs recommandés à la fin de l’article de Santé Nutrition pour lutter sainement contre tous les cancers, à savoir :
      la cure du Dr Gerson,
      la cure au bicarbonate de soude,
      la cure de vitamine C et D,

      étaient efficaces pour une maladie multigénique, elles le seraient encore plus pour une maladie génétique qui ne concerne que l’altération d’un seul gène.

      Un site connu ne serait pas crédible en publiant un tel article.
      L’industrie pharmaceutique utilise des sites sous-marins pour répandre une propagande mensongère grossière et faire croire que la propagande beaucoup plus crédible des sites « officiels » est vraie (n’est pas mensongère), et également discréditer des sites indépendant non officiels qui oseraient critiquer big pharma et ne serait pas « en accord parfait avec big pharma ».

      (1) référence :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Cancer

  27. ned

    Et tout à coup votre corps ne sait plus faire !
    POURQUOI ?
    Personne ne se pose la question ! ni les questions ?

    http://mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr/2015/02/pourquoi-moi-j-ai-un-cancer.html

  28. CArdamome

    Bonjour, je nia pas envie de perdre mon énergie à débattre mais venant de lire tous les commentaires je dirai simplement que je suis en tous points en accord avec NED et SABRINA (je resterai seulement respectueuse du gros travail fait par l’auteur de ce site) .
    .Juste un petit résumé, je suis infirmière (donc formée à « la classique » mais aussi naturopathe, donc ouverte à toutes sortes de traitement alternatifs y compris la médecine proposée par un docteur ex cancérologue qui habite maintenant en Norvège (j’insiste, LUI et non ceux qui se disent ses disciples)…
    J’ai eu un cancer des ovaires en 2012 (un des pires qui soient en matière de pronostic) et je suis toujours là, bien vivante, pleine d’énergie (et quand on est plein d’énergie, c’est qu’on n’est pas malade), lorsqu’on m’a annoncé le pronostic (pas plus de trois ans mais que je vivrais mieux si je fais une opération très large et mutilante et si je faisais bien sur, de la chimio….pour mieux vivre mes trois dernières années!!!!!. Rien de tel pour faire mourir quelqu’un que de lui annoncer un pronostic pessimiste et d’une façon si brutale!
    Je les ai ai envoyé balader et je leur ai dit NON , avec info à la clef sur ma façon de voir les choses…j’incite d’ailleurs les gens à oser s’affirmer devant le corps médical qui, par ce qu’il a ce titre, n’est pas plus supérieur à tout malade.
    Donc pas de chimio, pas de chirurgie dévastatrice mais un moral d’acier (ben oui, j’étais pleine d’énergie!) et juste une mise au point alimentaire bien que je n’y croie pas mais comme support de mon mental (donc, en quelque sorte, un placebo). j’ai adopté une alimentation basique (équilibre acido/base) puis j’ai fait un jeune de 8 + 8 jours (réalimentation) que je fais chaque année depuis (l’an dernier nouveau décrassage de 8+15 et 12 injection de vitamine C IV). Mais tout cela n’est pour moi que placebo, favorisant seulement un meilleur terrain sur lequel je ne cracherai pas. La chose essentielle, c’est le mental, le cerveau car, c’est lui qui gère tout.
    …Et c’est la raison pour laquelle je mets en doute toutes les études soit disant scientifiques, qu’il s’agisse de vitamine ou de chimio car aucun mental de patient n’est comparable à un autre mental d’un autre patient et ce facteur, nul n’en tient compte au moment de la conclusion des études soit disant scientifiques qui ne font état que du physique et non du corps dans sa globalité. Mes enseignants nous disaient « l’immunité, c’est le moi »
    Pourquoi la vitamine C est si chère… parce que les labo en freinent l’expansion. Les taux indiqués par l’OMS datent de Mathusalem…. la moindre conso d’une cigarette réduit à néant la vitamine C consommée dans la journée, si tant est qu’on ait pu la consommer avec toutes les m…qu’il y a dans les fruits industriels.. Alors que dire de la conso entraînée par tous les stress physiques (pollution etc) comme psychiques. …et c’est donc bien en état de « scorbut « que les gens meurent comme c’est le cas d’ailleurs pour EBOLA pour lequel il faudrait quelques jours de perfusion de Vitamine C pour l’éradiquer…de même que la grippe et bien d’autres « maladies ou cancers » ce qui est la même chose selon le degré de l’évolution du processus.
    NED merci pour le lien de la vit C. Reste plus qu’à acheter des gélules et les remplir vu que le gramme revient à 0.00174 au lieu d’environ dix fois plus pour un comprimé de Vit C synthétique d’1 gr ou de prendre cette poudre dans un peu de miel ou de yaourt.

    1. Alain

      « …12 injection de vitamine C IV). Mais tout cela n’est pour moi que placebo, favorisant seulement un meilleur terrain sur lequel je ne cracherai pas. La chose essentielle, c’est le mental, le cerveau car, c’est lui qui gère tout. »

      L’essentiel c’est le mental, le reste n’est que placébo, on est bien d’accord,
      mais alors pourquoi il ne
      « Reste plus qu’à acheter des gélules et les remplir vu que le gramme revient à 0.00174 au lieu d’environ dix fois plus pour un comprimé de Vit C synthétique d’1 gr ou de prendre cette poudre dans un peu de miel ou de yaourt. »
      alors qu’il suffit de consommer des fruits frais (citrons, kiwi..) et des légumes crus qui contiennent tous de la vitamine C naturelle ?

      et qu’afin d’assurer la sécurité des consommateurs il y a des recommandations sur les doses quotidiennes à ne pas dépasser : Vitamine C = 1000 mg.

      La « vitamine C » vendue dans le commerce n’est qu’un placebo et c’est vous qui l’écrivez dans votre commentaire

  29. CARDAMOME

    Ok, je comprends…

    Oui, je maintiens tout n’est que placebo c’est à dire la part que mon cerveau développe pour prendre en charge la guérison. La différence avec les traitements conventionnels (chimiques) ce sont les effets secondaires. Persuadez quelqu’un qu’il va avoir des nausées en prenant un medoc et vous avez 50 à 60 % de chances pour qu’il en ait: c’est ça l’effet placebo. A l’inverse, s’il prend le médicament en croyant ferme qu’il va guérir, ou, c’est pareil, en ayant une grande confiance en son médecin, il va surement guérir…avec plus ou moins d’effets secondaires…il vaut mieux moins.
    Or pour certaines personnes (un maximum) il y a besoin d’un support important pour y croire (à la guérison) et pour , on va dire quelque part, mettre toutes les chances de son côté, faire que le placebo (l’effet psy) fonctionne. Donc si je crois au pouvoir du médicament on dira dans les études que ce médicament a été actif de même si je crois au miracle on dira que j’ai fait l’objet d’un miracle. ainsi si je choisis l’homéopathie (à laquelle je ne crois pas davantage, j’aurai l’aval de la médecine qui reconnait l’homéopathie, ça sera remboursé en plus et, personnellement, je pense que ça aura été un bon support (béquille) à ma conviction que je guérirai, pour que mon cerveau accélère la guérison. je veux dire par là que le cerveau régit tous les ordres: maladie et guérison.
    Dans mon cas, je pense que si j’ai choisi certaines thérapies dites naturelles (alimentation jeüne, vitamine) c’est surtout pour laisser penser aux gens que c’est ces thérapies qui m’ont guéries et non uniquement mon cerveau, ma conviction, mon travail sur moi, ce qui m’arrivait, pourquoi, comment etc… car c’est plus intellectuellement acceptable pour la plupart de penser que des médications concrètes sont à l’origine de cette guérison et non une zen attitude qui réfléchit à trouver la solution à des conflits.
    Quant aux vitamines en général, C… en particulier, les légumes et fruits d’aujourd’hui en contiennent si peu qu’il vaut mieux se nourrir pour les principaux, par des compléments, de temps à autre quand il y a déficit ; encore aujourd’hui dans une émission sur la 5: la pomme est « vide » après un an de réfrigération et les additifs « smart »… surtout si on peut avoir de la vit naturelle qui est infiniment mieux absorbée. Les doses à ne pas dépasser ont été « indiquées » par qui et pourquoi…alors tout le monde sait que la vit C comme le citron ou l’EPP sont de formidables « aides » naturelles sans nocivité. Donc quand je parle de placebo, loin de le faire d’une façon péjorative je lui accorde une grande valeur car seul l’effet placebo guérit, en tous cas, c’est ma conviction. et je n’oblige personne à subir un cancer des ovaires et à se soigner de la façon que j’ai choisie à l’époque et à utiliser de la vitamine C, de la silice, un régime « base » et le jeûne thérapeutique. Peut importe ce qui m’a guérie mais ce qui est sur, c’est que l’effet placebo (psy, cerveau) est celui qui a fourni le plus grand effort. Je veux dire par là qu’il faut garder un moral d’acier, fuir les gens qui vous plaignent et vous gardent dans ce statut de malade, de cancéreux, fuir ce qui n’est pas sa propre conviction et oser affirmer son opinion. Comme me dit mon médecin (qui a respecté mon choix), ce n’est pas donné à tout le monde de résister à …..toutes sortes de pressions

    1. Alain

      Il y a une différence entre une substance placebo qui ne contient que des composés chimiques sans effet notoire et l’effet placebo qui est un résultat positif plus important que l’effet thérapeutique attendu.

      La vitamine C naturelle et l’acide ascorbique industriel qui est un additif alimentaire antioxydant (E300) ne sont pas les mêmes molécules. La molécule d’acide ascorbique se présente sous la forme de quatre molécules de configuration spatiale différente mais avec les mêmes propriétés chimiques. Seul l’acide L-(+)-ascorbique a les propriétés de la vitamine C. Les trois autres formes de la molécule d’acide ascorbique n’ont pas d’activité vitaminique.
      Vous ne pouvez pas dire que votre guérison est dû à l’effet placebo de la vitamine C puisque vous avez utilisé en même temps d’autres thérapies, l’alimentation et le jeûne qui ont des effets notoires reconnus (sauf par les laboratoires pharmaceutiques) qui vont bien au delà de toutes les molécules chimiques que l’on peut absorber.

      Pour dire que votre guérison est dû à une substance placebo qui est la « vitamine C » chimique du commerce, il aurait fallu ne rien changer à votre alimentation et ajouter uniquement des kg de poudre de « vitamine C » E300.
      Y auriez vous cru suffisamment pour que le mental puisse vous guérir ?
      C’est dans tous les cas ce que la propagande des laboratoires pharmaceutiques relayée par les disciples de big pharma veut nous faire croire.

  30. Ned

    Au tout début le cerveau prend en charge le STRESS émotionnel , puis le « mental » va relativer et faire les deuils nécessaires, puis démonter les bouées de sauvetage qu’il aura mis en place .
    C’est toujours là que ça coince!
    Surtout si les matériaux manquent ou si le stress se renouvelle et se répète .
    Une fois la bouée détruite le système biologique fait ce qu’il peut au niveau inférieur et c’est l’escalade jusqu’à ce que le physique n’en puisse plus et déclare forfait .
    Il suffit de garder en tête l’idée de l’effondrement partiel du bord de l’autoroute, selon que c’est une semaine de vacances ou un week-end classé noir , le problème n’aura pas les même répercussions sur les périfs de la capitale !

  31. CARDAMOME

    Alain, j’entends tout à fait ce que vous me dites mais je n’ai jamais dit que c’est la vitamine C qui m’a guérie, bien au contraire, c’est uniquement mon mental; mais , pourquoi pas… j’ai associé une alimentation basique et quelques potions dont la vitamine C, qui ne pouvaient pas me faire de mal; au passage, une petite partie de mon cerveau croyait un peu qu’il se pourrait que ces « potions » pourraient renforcer le système et par là même, augmenter l’effet placebo (juste par la croyance au résultat). Ce qui est à l’origine du placebo, c’est uniquement le mental et nom la molécule mais celle-ci peut avoir un effet placebo…si on y croit. Autrement dit l’homme a en lui sa propre natura medicatrix et pour peu que son terrain soit correctement nourri, son cerveau peut fonctionner au mieux et assurer la gestion des conflits biologiques (à condition qu’ils ne soient pas en trop grand nombre et qu’on reste serein, confiant dans les pouvoirs de la nature) et des commandes fonctions organiques et cellulaires. Si les troupes ne paniqiuent pas, tout va pouvoir se réguler sans anarchie.
    Le problème c’est qu’on est actuellement dans un système ou tout fiche la trouille, ne serait ce qu’un pronostic ou des peurs induites…et provoquant un mouvement de panique dans les troupes . s’il y a panique, tout est désorganisé,..très dur de rester serein…c’est probablement quelque chose à laquelle je suis parvenue, car croyez moi, tout le monde a contribué à me faire paniquer, sans le vouloir evidemment, croyant bien faire….

  32. AUFFRET

    Bonjour,

    Pour ma part, si un jour je suis confrontée au cancer, je refuserais catégoriquement la chimio, la radiothérapie et la chirurgie ! Je me réfère aux articles pertinents de Sylvie Simon sur la chimio (fiasco de la chimio 3 % de réussite) et sur la médecine orthomoléculaire du Docteur Rath (la bête noire de Big Pharma) ! Bien sûr cela ne suffit pas, l’alimentation est primordiale ainsi que l’activité physique et les relations sociales ! Nous sommes un tout ! Et surtout croire en soi ! La guérison vient de nous et non du monde médical en tout cas !!!!

  33. Simon Johan

    Rien que le nom de chimio déjà ça me donne pas envie d’essayer… J’aime la transparence et non pas avoir l’ombre d’un doute. Il n’y a que des solutions pour les maladies mais faut il être vraiment passionné… et ne pas faire des études pour être médecin, pharmacien, ou chercheur d’une vérité… La première année de médecine est soit disant la plus difficile mais c’est peut être aussi la plus corrompu puisque plus difficile… A bon vérifieur! Pourquoi est ce si compliqué?

  34. dereco

    A voir tous ceux qui meurent du cancer après un traitement, il est clair que cette maladie n’a pas de traitement efficace actuellement.

    Si on regarde l’histoire de la médecine, on constate qu’autrefois on avait aussi des traitements peu efficaces contre des maladies qu’on guérit actuellement, maladies infectieuses, tuberculose, syphilis avec du mercure et autres poisons !!

    Pour les cancer se sera pareil, traitements peu efficaces, violents, nocifs faute de mieux avant des progrès.
    Vu la complexité du cancer, il faut comprendre l’ensemble de la vie multicellulaire bien au delà des gènes, l’épigénétique, créée par 4 milliards d’années d’évolution, avec le cancer qui est un retour partiel à plus de 1 milliards d’années en arrière, où chaque cellule se battait en évoluant pour survivre seule et se multiplier par métastases, ce qui suffit à explique pourquoi quelques soit les traitements il y a souvent une cellule qui échappe et survit aux poisons !!
    A lire des études, il existe des espoirs partiels, voire miracles souvent mal confirmés.

  35. Jean

    Le dr klenner a guerit des cancers et toute sorte de maladies grace a de grosse doses d acide ascorbique ( vitamine c ) injectees e intraveneu . Renseignez vous ca fait froid dans le dos . Le lobby pharmaceutique , est tres puissant . Plus nous sommes malade et plus ils s enrichissent , les scientifiques trop intelligent sont vite remercier . Toutes etudes menees par des labos pharma sont fait pour nous meintenir dans un etat d esprits de ( tout va bien , je fait confience a mon medecin ) un conseil faite votre enquete vous meme et n ecoutez que votre instinct .

  36. LAUBY PATRICIA

    Bonjour. Je suis Patricia et j’ai un cancer du sein. J’aurai aimé dialoguer avec Cardamome. Est-ce que cela est possible ? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *