6 Raisons de Clarifier son Beurre

beurre-ghee-indien-clarifier-proteines

Illustration: observez cette magnifique composition ! Une crêpe au sarrasin, avec du beurre ghee et du nutella maison ! (le gros thym c’est pour la déco^^)

Ah… Ce fameux lingot de matières grasses !

Qu’il soit doux ou salé, étalé sur une tartine ou fondu dans une poêle, le beurre fait indiscutablement partie des aliments consommés au quotidien par les Français (sauf pour mes amis paléo et végétaliens).

En moyenne, un français consomme près de 8 kg de beurre par an (un record en Europe), soit 22 g par jour*. A n’en point douter, le principal constituant du beurre sont les matières grasses, avec 81 g de lipides pour 100 g de produit (chiffre valable pour le beurre doux).

*22 g de beurre doux par jour vous apportera 158 kCal pour 18 g de matières grasses.

Mais la célèbre plaquette jaune ne contient pas uniquement des lipides, elle contient aussi moins d’un gramme de protéines (de la caséine principalement) ainsi qu’une fraction infime de sucres, du lactose pour être précis, et d’autres micronutriments

Au niveau des lipides, 60% d’entre eux sont des acides gras saturés (ceux qui ont le moins la côte aujourd’hui, car les plus accusés dans les maladies cardiovasculaires), 30% d’entre eux sont des acides gras mono et polyinsaturés, 5% sont des acides gras trans (c’est le mal !) et avec 0,2% de cholestérol (215 mg pour 100g de produit).

Mise à part l’apport conséquent en matières grasses, le beurre apporte une charge conséquente de vitamine A (dont la fonction est essentielle dans de nombreux processus physiologiques) et… c’est tout !

Il ne faut pas se leurrer, à part du gras et de la vitamine A, le beurre n’apporte pas grand-chose d’autre. Il est nutritionnellement pauvre selon Lanutrition.fr ; il n’apporte que des « calories vides ».

Et si vous clarifiez votre beurre maintenant ?

Sans transition, je vais vous parler d’un beurre que tout le monde a au moins entendu une fois dans sa vie : le beurre ghee ou le beurre indien.

Le beurre ghee, c’est quelque chose d’extra, d’ultra, de méga simple à faire et à comprendre ! Il va me falloir 25 secondes pour vous l’expliquer d’ailleurs…

C’est quoi le beurre ghee ?

C’est du beurre classique (doux, demi-sel ou salé) chauffé à feu très doux dans une casserole afin de séparer les matières grasses, des protéines laitières, du lactose et du petit lait, pour récupérer uniquement nos matières grasses.

Vous avez compris ? Lors de la manip’, les différents composants du beurre (les protéines, le lactose…) se séparent des matières grasses, vous laissant la possibilité de récupérer un liquide jaune qui vous donnera un « beurre » fait à 100% de matières grasses (selon votre dextérité) !

Mais alors vous me direz, il est où l’intérêt de clarifier son beurre ? Il y a un problème avec le lactose ? Les protéines du lait ?

Il y a un peu de ça dans ma réponse, mais également beaucoup d’autres choses !

6 Raisons de clarifier son beurre : c’est partie !

Vous allez découvrir tous les avantages de clarifier son beurre, pour un minimum de perte et un maximum de plaisir !

1. Augmenter le point de fumée

Premier point incontournable : on double le point de fumée avec le beurre ghee. Le beurre classique fume à partir de 120°C – il faut éviter au maximum de « brûler » du beurre -, à cause des protéines et du lactose présents.

Une fois le beurre clarifié, le point de fumée atteint les 250°C, ce qui le rend parfaitement utilisable lors des cuissons, des pâtisseries, sans (grand) risque pour votre santé (ou de perdre votre beurre tout simplement).

Vous pourrez donc utiliser sans crainte ce nouveau beurre lors de vos cuissons (même si la vapeur, c’est la meilleure !)

2. On se débarrasse du lactose et de la caséine

C’est le principe de la clarification du beurre : se séparer du sucre du lait (le lactose) et des protéines du lait (principalement de la caséine).

Pour notre premier élément, le lactose, c’est un avantage indéniable pour tous les intolérants au sucre du lait qui pourraient dorénavant manger ce beurre ghee (à condition de séparer minutieusement les éléments).

Pour le second élément, je vais rester neutre même si certains éléments existent à charge contre les protéines laitières, qui peuvent être discuté autour d’un verre ou deux…

3. Il se conserve plus longtemps, et à température ambiante !

Est-ce réellement un avantage, je vous laisse juger, mais le beurre clarifié peut être conservé à température ambiante si toutefois il est maintenu dans un contenant hermétique.

Alors comme le dit Beena du blog « Beendhi », arrêtez d’encombrer votre réfrigérateur de beurre, clarifié ou non !

4. Meilleur au goût

Là aussi, il n’y a pas photo ! Je viens de faire à l’instant avec ma mère un concours de dégustation de beurre classique et de beurre ghee…

Premier constat, le dernier est moins… comment dire… il est pâteux, beaucoup plus fade, l’expérience culinaire n’est pas transcendante. En revanche, le beurre ghee… il est exceptionnel !

Bon j’exagère un peu ! Plus sérieusement, il est bien meilleur au goût, il est moins compact et moins visqueux, avec peut-être ce fameux arôme de noisette dont tout le monde parle, mais moi j’ai un très mauvais nez.

De toute manière, vous allez bientôt pouvoir comparer les goûts par vous-même !

5. Plus facile à étaler (et c’est important !)

Franchement, combien d’entre vous brise en mille morceaux sa biscotte (quoi vous magnez des biscottes ?!) avec son beurre en béton armé ?

C’est – plus ou moins – terminé avec le beurre ghee ! J’ai testé l’autre jour sur des tartines au sarrasin croustillantes, et bien je dois dire que ce n’est pas trop mal ! Une seule brisée sur 4, c’est mieux que le beurre doux !

6. Bon pour la santé (?)

Le beurre ghee est utilisé en médecine traditionnelle indienne, en ayurvédique, et il rentre dans la préparation de certains médicaments. Alors certes, la médecine ayurvédique n’est pas monnaie courante en Occident, mais cela rassure tout de même devant un tel produit !

Au niveau scientifique, de nombreux chercheurs indiens publient régulièrement des articles sur le beurre clarifié afin de vanter ces mérites par rapport au beurre traditionnel, ou aux margarines hydrogénées.

Des astuces supplémentaires pour vous

Je n’ai pas insisté sur la méthode de préparation du beurre clarifié tellement elle est simple, mais qui pourrait vous surprendre.

J’ai été surpris de voir que, chez moi, et contrairement à tout ce que l’on voit sur les vidéos de la toile, il n’y a pas de surnageant, tout se dépose au fond de la casserole.

Ne soyez donc pas surpris, si comme moi, lors de votre préparation de beurre ghee vous ne retrouvez pas 3 phases bien distinctes (le petit lait, la graisse pure et les protéines, lactose au-dessus)

2ème chose, c’est toujours Beena (que j’ai découvert pour l’occasion) qui conseille de mettre un peu de curcuma pendant la préparation du beurre ghee. L’idée me semble excellente tant au niveau du goût, que des bienfaits pour la santé !

Pour récupérer votre graisse pure, vous pouvez :

  • Soit verser directement la graisse dans un bocal, si comme moi vous n’avez pas de surnageant ;
  • Soit retirer avec une louche le surnageant et ensuite verser dans un bocal (ce qui est généralement présenté en vidéo, ici un exemple) ;
  • Soit filtrer le tout comme le fait Beena selon la préparation traditionnelle

Du beurre clarifié oui, mais avec modération quand même

Il y a beaucoup d’avantage à clarifier son beurre, surtout si vous êtes déjà un gros consommateur de beurre. Pour les autres, manger du beurre clarifié pourraient vous séduire de nouveau mais il ne faut pas se jeter dans un autre extrême non plus.

Le beurre clarifié contient principalement des acides gras saturés, très mal vus par nos autorités de santé –surtout pour le risque cardiovasculaire, quand bien même une méta-analyse portant sur plus de 345.000 patients n’a pas mis en exergue le rôle négatif de ces acides gras dans le risque de maladie cardiovasculaire [1].

Pour les acide gras trans, qui ont également une très mauvaise réputation, une étude financée par le lobby du lait a montré qu’une consommation modérée de beurre n’altérait pas le profil lipidique [2].

Donc pour conclure, le beurre clarifié (et avec du curcuma) consommé raisonnablement, et intégré dans une diète équilibré –riche en fruits et légumes, couplé avec un mode de vie actif ne sera pas dangereux pour votre santé. On peut le dire !

Vous mangez déjà du beurre ghee ? Vous en êtes gaga ?


Notes et références

  1. Siri-Tarino, P. W., Sun, Q., Hu, F. B., & Krauss, R. M. (2010). Meta-analysis of prospective cohort studies evaluating the association of saturated fat with cardiovascular disease. The American journal of clinical nutrition91(3), 535-546.
  2. Motard-Bélanger, A., Charest, A., Grenier, G., Paquin, P., Chouinard, Y., Lemieux, S., … & Lamarche, B. (2008). Study of the effect of trans fatty acids from ruminants on blood lipids and other risk factors for cardiovascular disease.The American journal of clinical nutrition87(3), 593-599.

81 Commentaires

  1. Julien

    Salut Jeremy

    Une petite remarque sur l’acide gras trans des produits laitiers (et de la viande)
    Il faut bien faire la distinction entre les acides gras trans artificiels (créés par les traitements industriels) et les naturels (ceux créés dans le système digestif du ruminant)

    l’acide linoléique conjugué (conjugated linoleic acid, CLA) est un acide gras trans qui aurait des propriétés bénéfiques (voir les références scientifiques dans cet article http://vivre-paleo.fr/regime-paleo-acide-gras-trans)

    En tant que pratiquant paléo, j’utilise souvent le beurre clarifié (super facile à faire) pour les deux premières raisons.
    Étant donné que ce n’est que de la graisse, je n’y trouve pas de gout particulier (en tout cas le beurre en a plus). Peut être parce que je l’utilise une fois fait, encore chaud et liquide.

    Froid et solide, il a peut être un autre goût

  2. Sylvain

    Bonsoir Jérémy,

    Cela fait plusieurs articles qui traitent du beurre clarifié en quelques jours, il faut que je m’y mette !

    Dans beaucoup de recettes paléo, c’est l’huile de coco (également riche en acides gras saturés) qui est utilisée.

    Elle a bon goût, certes, mais a l’inconvénient d’être parfois difficile à trouver (il faut aller dans des magasins bios ou des épiceries exotiques). De plus l’huile de coco, c’est pas donné !

    Je pense donc utiliser le beurre clarifié dans des recettes type dessert paléo, histoire de permettre au plus grand nombre de s’y essayer.

    A bientôt,
    Sylvain

  3. Éric G. Delfosse ☼

    Et septième raison : parce que ma prof de cuisine me l’a appris ! Na !

    :lol:
    Bonne soirée, bon appétit !

  4. Annie

    Ca fait 32 ans que je clarifie mon beurre, j’ai appris à le faire avec mes amis indiens. Le ghee ne sert pas qu’à la cuisine, la médecine ayurvédique, médecine traditionnelle de l’Inde s’en sert pour les soins en interne et en externe (massages entre autres) depuis plusieurs milliers d’années.
    Il a toutes sortes de qualités nutritionnelles et je trouve délicieux son goût léger de noisette .
    Et contrairement au beurre quand on le chauffe, il ne brûle pas, puisque il n’y a plus de crème et c’est elle qu’on enlève. Il se conserve longtemps dans un bocal fermé, pas besoin de le mettre au frigo.

    Toutes les amies qui l’ont goûté et essayé dans les recettes en remplacement de l’huile et du beurre s’y sont mises.

    Certaines recettes disent d’enlever la crème dès qu’elle remonte à la surface. Ce n’est pas ce que m’ont transmis les amies indiennes : on laisse cuire à feu doux, la crème tombe au fond, se divise en tout petits morceaux, qui au bout d’un moment deviennent dorés et c’est à ce moment qu’on passe le tout à travers un linge fin et on ne garde que l’huile du beurre.
    Mais attention, il faut surveiller la fin de la cuisson, car si vous laissez cuire trop longtemps, les petits grains de crème noircissent, le ghee devient amer et vous n’avez plus qu’à le jeter et recommencer !
    Ce sont ces petits grains dorés de la crème (qu’on jette …ou qu’on mange si on n’a pas de problème avec les laitages) qui donnent ce goût délicieux.

    bon dimanche

  5. Florian@Naturo-Passion

    Ah le ghee, c’est délicieux ! J’en consomme depuis quelques années maintenant. Je le fabrique de manière un peu différente, en mettant la plaquette de beurre dans une casserole à feu doux (au minimum) et je filtre dans une mousseline. Ca se garde très bien à température ambiante, effectivement. Et je n’ai pas vu de différence entre cette façon de faire et l’autre proposée par Beendi en faisant caraméliser les résidus qui tombent au fond de la casserole (et que j’ai testée aussi).

  6. Françoise

    J’ai connu – sur papier – le beurre clarifié lorsque j’ai commencé à cuisiner indien il y a un bon nombre d’années mais je n’ai jamais essayé d’en faire car cela me semblait difficile à réaliser et je pensais que étant donné la petite quantité que j’absorbais ce n’était pas important d’essayer.

    Ton article me donne envie de tenter la chose.

    Merci pour tous tes écrits.

    Françoise

  7. Alain

    1. ) Du beurre ghee ? Oui, mais confectionné avec du lait de bufflonne élevée dans des conditions d’élevage saines et décentes. La vache indienne n’est pas réputée pour son lait.
    L’inde est devenu le plus gros exportateur de viande de buffle d’eau avec plus d’un million et demi de tonnes de viande.

    « Le principe de la clarification du beurre : se séparer du sucre du lait (le lactose) et des protéines du lait (principalement de la caséine)»

    Il y a 60 milligramme de glucides dans 100g de beurre doux, autant dire quasiment pas de lactose. La séparation du sucre du lait (le lactose) ne doit pas être douloureuse.
    Il y a 850 milligramme de caséine dans 100g de beurre doux, moins d’un gramme. Avec une plaquette de 250g de beurre on obtiendra 2g de caséine, même pas de quoi remplir une demi cuillère à café.

    « le beurre apporte une charge conséquente de vitamine A (dont la fonction est essentielle dans de nombreux processus physiologiques) »

    La vitamine A qui existe dans l’organisme sous forme de rétinol (ou de rétinal, d’acide rétinoïque ou de rétinyl phosphate) est une vitamine liposoluble.
    Comme toutes les vitamines naturelles, ces molécules sont altérées par l’oxygène de l’air, la chaleur et l’altération est accélérée par le rayonnement solaire (la lumière).
    La stérilisation à 140°-150°C (traitement UHT) détruit toutes les vitamines et le lait ne contient plus aucune vitamine (ni le beurre évidemment).

    Les industriels ajoutent du β-carotène (0,33g /100g) baptisé vitamine A pour l’occasion qui est un colorant alimentaire chimique (E160a) et un antioxydant pour la coloration et la conservation du beurre. L’utilité du β-carotène comme complément alimentaire est une invention marketing.

    « …et c’est tout»

    Non, il reste une bonne dose d’antibiotiques, une concentration élevée d’hormones : la rBST, somatotropine bovine recombinée (bovine somatotropin rBST) ou hormone bovine de croissance recombinée (recombinant bovine growth hormone rBGH) ou hormone artificielle de croissance qui est injectée aux vaches pour augmenter leur production laitière, l’hormone de croissance : IGF-1 (Insulin-like Growth Factor-1 ou Facteur de Croissance de type Insuline-1), des virus : le virus immunodéficitaire bovin, le virus de la leucémie, le virus de la tuberculose, de la dioxine, des métaux lourds, des spores de bactéries qui ont développé une résistance toute épreuve : la Clostridium botulinum qui peut causer le botulisme, une maladie provoquant des paralysies, voire la mort…

    2. ) Un apport de 2100kcal par jour est suffisant pour une activité normale, ce qui fait 700kcal par repas si on prend trois repas par jour.
    Un repas équilibré comporte 30 à 35% de lipides soit 230kcal = 25g soit trois portions de 10g de beurre pour la totalité du repas qui dans ce cas ne devrait comporter aucune autre matière grasse.

    Dans 40g de cerneaux de noix séchées (noix de Grenoble), on a 25g de lipides
    dont 2g acides gras (AG) saturés, 5g AG monoinsaturés et 18g AG polyinsaturés.

    Dans 30g de beurre doux, on a 25g de lipides
    dont 17g acides gras (AG) saturés, 6g AG monoinsaturés et moins d’un gramme AG polyinsaturés et dans tous les cas les acides gras polyinsaturés sont détruits par la cuisson.

    Les acides gras « trans » qui sont des acides gras insaturés (essentiellement les acides linoléiques conjugués) ont des propriétés différentes et une métabolisation différente de celle des acides gras « cis ».
    Les acides gras « trans » sont inutiles à l’alimentation humaine et participent activement au développement du syndrome métabolique ou syndrome de la mal bouffe ou tout récemment de la lemorexie.

    Les aliments qui contiennent des acides gras trans sont à 60 % les produits laitiers et la viande de ruminants et à 40 % les produits de panification et de la viennoiserie industriels, des biscuits, des plats cuisinés et des barres chocolatées.
    Il n’y a pas d’acides gras trans dans les végétaux.

    3. ) Pourquoi a-t-on encore faim lorsqu’on mange une repas « équilibré » de 700kcal avec 30g de beurre ?

    Il suffit de regarder la composition des aliments :

    40g de cerneaux de noix séchées : fibres = 2,2g
    30g de beurre doux : fibres = 0g

    Ce sont les fibres fermentescibles (qui sont des glucides comestibles; 1,9 kcal/g) qui à distance des repas fournissent par néoglucogenèse le glucose indispensable aux neurones et aux globules rouges et qui donnent la sensation de satiété.

    Pourquoi une telle discrétion sur les fibres fermentescibles ? Et bien c’est parce tous les aliments manufacturés ainsi que le lait et tous les produits laitiers, le fromage et le beurre ne contiennent absolument aucune fibre fermentescible.
    Mais attention, ce n’est pas parce qu’il est mentionné « fibres » sur une boîte qu’il s’agit de fibres fermentescibles. Les fibres non fermentescibles (qui sont des glucides non comestibles; 0 kcal) sont inertes, se conservent et améliorent uniquement le transit intestinal.
    Les fibres fermentescibles ne sont présentes que dans les végétaux non dénaturés, c’est à dire crus ou séchés à basse température (moins de 45°C).

    4. ) « 2ème chose, c’est toujours Beena (que j’ai découvert pour l’occasion) qui conseille de mettre un peu de curcuma pendant la préparation du beurre ghee »

    Qui est Beena ?
    http://shop.beendhi.com/
    Mentions légales : néant

    5. ) Cet article mériterait une médaille du Cerin et un petit chèque pour mettre du beurre dans les épinards.
    A discuter autour d’un verre de lait ou deux…

  8. Baloo

    Jeremy, tu ne va pas te laisser faire devant un tel commentaire quand même j’espère! Contre attaque!

  9. Baloo

    Monsieur Alain, au lieu de cracher votre venin sur jeremy, poursuivez donc votre idée sur les fibres fermentiscibles…faîtes nous un article sur le psylium tiens, au moins ca servira a la communauté au lieu de cracher vos flammes sur quelqu’un de bienveillant comme jeremy!

    1. Sylvain

      Je vous réponds à vous car Mr-know-all m’agace aussi, pas parce qu’il dit que des conneries, mais qu’au sein d’un amoncellement de vérités (rien à redire) se cache une sélection méticuleuse (façon cherry picking) pour donner un point de vue partial.

      Un des bienfaits des fibres est de fermenter dans les intestins est de fournir du butyrate, essentiel au colon. Ca tombe bien, le beurre/ghee est assez riche en butyrate – je pourrais aussi parler des bienfaits de la gélatine, ANIMALE, pour le colon, mais passons, pas le sujet.-

      Quant à comparer un aliment qui se mange seul – noix – avec de la matière grasse sensée accompagner les aliments, ça me parait un tantinet malhonnête. Tout comme passer curieusement sous silence que le rétinol est la meilleure forme de vitamine A pour l’organisme loin devant les caroténoïdes. – faut pas en abuser non plus hein –

      Pour les saturés : il faut nuancer (ce qu’Alain n’a PAS envie de faire). Le corps en a besoin, tout est dans les ratios de macronutriments : si on opte pour une réduction en glucides, on peut augmenter sa dose. Si on mange beaucoup de glucides, il est préférable de se tourner vers les acides gras polyinsaturés, parce que le corps va créer ses propres acides gras saturés. Inutile de charger la barque avec des saturés alimentaires qui feraient péter le compteur (encore confirmé la semaine dernière avec une étude sur des souris mangeant ad libitum). Ce qui explique sans doute les résultats contradictoires concernant ces acides gras : on ne sait pas de quoi on parle, de l’alimentaire, de la concentration sanguine, du cholestérol…de la coupe aux lèvres…l’étude de Krauss peut-être critiquée en ce sens, d’autant que si c’est un bon scientifique, il n’a peut-être pas les mains libres.

      Moi en tant que citoyen je ne veux pas les propos hémiplégiques/borgnes des gens qui ont des AGENDAS : ni d’un végan Campbellite, ni des naturopathes, ni du clan céto-Low-carb, ni de quel courant de pensée que ce soit en permanence dans le déni des apports contradictoires. On a besoin de synthèse, de réconcilier tout ces peuples, pas de renvoi dos à dos.

      1. Alain

        « Quant à comparer un aliment qui se mange seul – noix – avec de la matière grasse sensée accompagner les aliments, »

        C’est effectivement la différence de point de vue.

        Il est généralement admis qu’un apport énergétique d’environ 2000kcal est suffisant pour une journée. Avec trois repas par jour cela fait une moyenne de 700kcal par repas.
        Équilibré entre glucides (50 à 55%), lipides (30 à 35%) et protéines (10 à 15%), on obtient le tableau suivant :
        UN REPAS 700kcal
        kcal/g % kcal g

        Glucides 4,0 55 385 96g
        dont fibres
        comestibles 1,9 ? ? ?
        Lipides 8,9 33 231 26g
        Protéines 4,2 12 84 20g

        100% 700kcal 142g

        Alcool (1verre) 6,9 69 10g (pour mémoire)

        Les autres aliments n’apportent pas de calories.
        Un repas = 142g d’aliments (poids à sec évidemment)

        Dans 30g de beurre doux, on a 25g de lipides
        et dans 40g de cerneaux de noix séchées (noix de Grenoble), on a aussi 25g de lipides.

        Il ne s’agit pas d’accompagnement. En ce qui me concerne c’est l’un ou l’autre.
        Et c’est ce que je mange, après avoir modifié progressivement mon mode alimentaire pendant plusieurs années. La flore intestinale ou microbiote ne s’accommode pas du jour au lendemain d’un changement radical d’alimentation.
        Et le plus surprenant ce sont les résultats (tangibles) que j’ai obtenu.
        Non seulement je n’ai plus faim et surtout plus envie de toujours manger des aliments sucrés et si je serre ma ceinture, ce n’est pas pour paraître plus mince, mais bien pour ne pas perdre mon pantalon (et pas non plus pour des raisons financières).

        1. Baloo

          Alain, je suis désolé mais je ne pense pas que votre diktat soit si « équilibré » (un mot qui a le vent en poupe depuis quelques années et souvent pour dire n’importe quoi) que ça quand vous citez : « Équilibré entre glucides (50 à 55%), lipides (30 à 35%) et protéines (10 à 15%) »

          Car il y’a des gens qui sont plutôt a 30-40% de glucides, 35 à 45% de lipides et 15 à 20% de protéines.

          Concernant les fibres fermentiscibles ou solubles oui elles ont un intérêt tout particulier pour la santé, la liste est longue.

          Vous vous positionnez en donneur de leçon face a jeremy et aux membres de la communauté…vous avez perdu du poids, soit, modifié votre microbiote intestinal, certes, sachez cher monsieur que vous n’êtes pas quand même le seul dans cette situation, d’ailleurs pour votre gouverne, vous auriez pu changer votre alimentation du jour au lendemain et pas sur plusieurs années comme vous le dites, le microbiote s’adapte bien plus vite qu’en quelques années…au bout d’un mois c’est bon.

          De là, comparer du beurre ghee a des noix… c’est comme si je comparai de l’huile d’olive avec des noix de cajou, encore vous auriez comparé le beurre a une autre matiere grasse style huile de coco j’aurai compris…

          Mais là…

          1. Alain

            Baloo, j’ai rapporté ce qui est généralement admis et j’aurais dû mettre le terme « équilibré » entre guillemets comme vous le faites, car un régime équilibré ne signifie rien et permet seulement de dire qu’on peut manger un peu de tout et de ne pas écarter certains aliments inutiles qui font l’objet d’un matraquage publicitaire quotidien (mon expression écrite est loin d’être à la hauteur de celle de Jérémy).
            Une chose que montre ce tableau et qui à mes yeux est le plus important est qu’un apport calorique d’environ 700kcal pour un repas correspond à environ 140g d’aliments (poids de la matière sèche) avec 25g de lipides ou 135g avec 30g de lipides si vous préférez , ce qui ne change pas grand chose, car je ne connais personne qui prépare ses repas avec une balance de pharmacien et un logiciel de calcul des calories.
            Certains acides gras sont indispensables pour l’organisme, ce sont ceux que l’on trouve dans le lait maternel, d’autres sont inutiles pour l’organisme humain. il ne s’agit pas de comparaison, mais de choix des matières grasses.

            Dès lors que le repas comporte plus 140g d’aliments avec plus de 25 ou 30g de lipides vous avez un apport excessif de nutriments dont l’organisme n’a nullement besoin. D’où l’inutilité des aliments inutiles pour l’alimentation humaine. Or ce sont pour ces aliments inutiles qu’ils est dépensés des sommes considérables en publicité et publications fallacieuses sous une couverture scientifique ainsi que des débats médiatisés à sens unique.

            Mon objectif principal n’était pas de perdre du poids. Avec un IMC de 22,9 je n’étais pas spécialement gros. Mon objectif était d’avoir un bilan lipidique normal, c’est à dire LDL inférieur ou égal à 1,6g/l et cholestérol total inférieur à 2,5g/l, mais en aucun cas inférieur à 2g/l comme on peut le voir maintenant sur les bulletins d’analyse de biochimie sanguine.
            (Les lipoprotéines ou vésicules lipoprotéiques sont des micro-gouttelettes de graisse dans le sang, des micro-gouttelettes de lipides émulsionnés dans le sang par un alcool qui est le cholestérol, exactement comme la graisse du lait).

            J’ai mis environ trois ans avant d’obtenir ces résultats en supprimant progressivement les aliments inutiles.
            Mais une fois ces résultat obtenus, je reprend l’expression de Henry : ce n’est que du bonheur et également ce que dit Sabrina sur son site « fini les digestions lentes et interminables, bonjour l’énergie (le corps libère jusqu’à 30 % d’énergie en plus chaque jour qu’il ne passe pas en digestion et ça croyez moi ça vous change une journée), bonjour la minceur sans se priver, bonjour la peau de pêche, etc … bref, que des bienfaits sur lesquels je reviendrais difficilement en arrière»

            J’ai maintenant le ventre plat et un IMC de 21,9 et je suis loin d’être jeune puisque ma fille aînée a 40 ans.
            Si vous arrivez à ces résultats en un mois, tant mieux, mais à condition de ne pas revenir à la situation de départ dans les deux semaines qui suivent.

            1. Régine

              Bonjour Alain,
              Je suis très intéressée par ce que vous dites et votre nouvelle façon de vous nourrir! Pourriez vous me dire ce que vous mangez au quotidien, ce que vous avez éliminé complètement pour arriver à de tels résultats?
              Merci beaucoup

      2. Alain

        « le rétinol est la meilleure forme de vitamine A pour l’organisme loin devant les caroténoïdes. »
        Je ne vois pas de contradiction avec ce que j’ai écrit.
        Le beurre contient du β-carotène (0,33g /100g) qui est un colorant alimentaire et un antioxydant chimique (E160a).
        La vitamine A existe dans l’organisme sous forme de rétinol (ou de rétinal, d’acide rétinoïque ou de rétinyl phosphate).
        Le beurre ne contient pas de vitamine A.
        Cela peut être vérifié sur la TABLE Ciqual de Composition nutritionnelle des aliments de l’ANSES.
        http://www.ansespro.fr/TableCIQUAL/index.htm

    2. Alain

      Ce sont les fibres fermentescibles (qui sont des glucides comestibles; 1,9kcal/g) qui à distance des repas fournissent par néoglucogenèse le glucose indispensable aux neurones et aux globules rouges et qui donnent la sensation de satiété.

      J’ai déjà envoyé à Jérémy tous ce que j’ai pu apprendre jusqu’à présent sur la satiété. C’est Jérémy qui publieras un article sur les fibres comestibles et la satiété s’il le souhaite.

  10. Baloo

    Je demande le banissement d’Alain cher modérateur

    Motif : Propos haineux et mauvaise foi

    1. Alain

      Jérémy est libre de publier ou non les posts ou de les publier après réflexion.
      Jérémy a déjà subi les pressions virulentes des lobbies et de leurs disciples et il est suffisamment blindé pour supporter une critique qui ne s’adresse pas à lui. Je pense qu’il l’a très bien compris.

      Effectivement j’ai envie de cracher des flammes, non pas sur Jérémy, mais sur toute cette publicité fallacieuse sous couverture scientifique pour des aliments parfaitement inutiles pour l’alimentation humaine.
      Le lait industriel est sans valeur nutritive et ne permet même pas de nourrir les veaux.
      La graisse du lait n’a pas plus de valeur nutritive.
      L’élevage consomme à lui seul 30 % de la surface de terre de la planète.
      Environ 1/3 des céréales sont utilisées pour nourrir les animaux.
      Le bétail dont une bonne partie sont des vaches reproductrices ou laitières, produit 37 % des émissions mondiales de méthane liées aux activités humaines. Le méthane d’origine digestive contribuerait ainsi de 3 à 5 % au réchauffement global. Etc

      Et tout cela pour amasser des milliards de bitcoins (*).

      Il serait temps d’ouvrir les yeux.
      « Ils ont des yeux et ils ne voient pas »

      (*) Tout ce qu’il faut savoir sur le bitcoin
      http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/02/25/01007-20140225ARTFIG00358-tout-ce-qu-il-faut-savoir-sur-le-bitcoin.php

      1. Baloo

        Là je suis complétement d’accord avec vous. L’elevage de bovin est vraiment a bannir pour le bien de la planète.

        Je m’excuse de vous avoir jugé un peu trop vite.

        Vous êtes un type bien en fait.

        1. Alain

          C’est Jérémy qui est un type bien ou plutôt exceptionnel.
          Il s’oppose courageusement à la dictature des lobbies et de leurs disciples agroalimentaires et pharmaceutiques. Il s’est doté d’une arme efficace et redoutable et nous permet de nous exprimer librement.

  11. Clément

    Hello Jérémy,

    « Sans transition, je vais vous parler d’un beurre que tout le monde a au moins entendu une fois dans sa vie : le beurre ghee ou le beurre indien. »

    Eh bien, moi, je ne connaissais pas du tout ce type de beurre ; je l’ai découvert pour la première fois en lisant ton article. Honnêtement, ça me tente bien mais encore faut-il ne pas rater le processus afin de ne pas gâcher une plaquette de beurre tout entière. x)

    1. Julien

      Bonjour Clément

      C’est très facile, tu fais juste fondre sur feu très doux

      Et rien ne t’empêche de tester avec une petite quantité
      Pas besoin de mettre la plaquette d’un coup la première fois

  12. Ned

    Personnellement je prends 5 plaquettes de beurre doux cru Bio de 250g (ça rentre juste dans ma casserole ) et je laisse fondre sans remuer sur le tout petit feu.
    Après je penche délicatement la casserole bien calée et avec une seringue achetée à la pharmacie 20ml, sans l’aiguille bien sur,, j’ai même agrandi le trou, c’est plus facile j’aspire l’huile jaune et la mets en petit pot de verre. Vers les 2/3 j’aspire toute l’eau blanche du fond, et la jette dans l’évier. C’est facile de voir dans la seringue transparente où on est est !
    Pensez à mettre du papier journal sur le plan de travail !
    Je préfère les petit pots qui prennent moins de place auprès de la plaque de cuisson…
    Mais prenez ceux qui sont assez grands pour laisser passez votre cuillère en bois !
    J’en ai un petit pour le fond de casserole où il y a un petit peu de mélange qui se conserve moins bien à utiliser en priorité.

  13. Sylvain

    Ah…l’Ain…les choses sont toujours plus complexes que de simples intuitions basées sur sa seule expérience (fusse-t-elle significative, j’aime bien aussi l’expérience de Robert Masson, n’est-ce pas ?).

    Une étude reliée par un des meilleurs sites de nutriscience, suppversity :

    « Cambridge Scientists say: New evidence raises questions about the link between fatty acids and heart disease

    A new study raises questions about current guidelines which generally restrict the consumption of saturated fats and encourage consumption of polyunsaturated fats to prevent heart disease. The research was published today, 18 March, in the journal Annals of Internal Medicine.

    An international research collaboration led by the University of Cambridge analysed existing cohort studies and randomised trials on coronary risk and fatty acid intake. They showed that current evidence does not support guidelines which restrict the consumption of saturated fats in order to prevent heart disease. The researchers also found insufficient support for guidelines which advocate the high consumption of polyunsaturated fats (such as omega 3 and omega 6) to reduce the risk of coronary disease.

    Furthermore, when specific fatty acid subtypes (such as different types of omega 3) were examined, the effects of the fatty acids on cardiovascular risk varied even within the same broad ‘family’ – questioning the existing dietary guidelines that focus principally on the total amount of fat from saturated or unsaturated rather than the food sources of the fatty acid subtypes.

    Dr Rajiv Chowdhury, the lead author of the research at the University of Cambridge, said: « These are interesting results that potentially stimulate new lines of scientific inquiry and encourage careful reappraisal of our current nutritional guidelines.

    « Cardiovascular disease, in which the principal manifestation is coronary heart disease, remains the single leading cause of death and disability worldwide. In 2008, more than 17 million people died from a cardiovascular cause globally. With so many affected by this illness, it is critical to have appropriate prevention guidelines which are informed by the best available scientific evidence. »

    For the meta-analysis, the researchers analysed data from 72 unique studies with over 600,000 participants from 18 nations. The investigators found that total saturated fatty acid, whether measured in the diet or in the bloodstream as a biomarker, was not associated with coronary disease risk in the observational studies. Similarly, when analysing the studies that involved assessments of the consumption of total monounsaturated fatty acids, long-chain omega-3 and omega-6 polyunsaturated fatty acids, there were no significant associations between consumption and cardiovascular risk.

    Interestingly, the investigators found that different subtypes of circulating long-chain omega-3 and omega-6 fatty acids had different associations with coronary risk, with some evidence that circulating levels of eicosapentaenoic and docosahexaenoic acids (two main types of long-chain omega-3 polyunsaturated fatty acids), and arachidonic acid (an omega-6 fat) are each associated with lower coronary risk.

    Similarly, within saturated fatty acid, the researchers found weak positive associations between circulating palmitic and stearic acids (found largely in palm oil and animal fats, respectively) and cardiovascular disease, whereas circulating margaric acid (a dairy fat) significantly reduced the risk of cardiovascular disease.

    Additionally, when the authors investigated the effects of omega-3 and omega-6 fatty acid supplementations on reducing coronary disease in the randomised controlled trials, they did not find any significant effects – indicating a lack of benefit from these nutrients.

    Professor Jeremy Pearson, Associate Medical Director at the British Heart Foundation, which helped fund the study, said: « This analysis of existing data suggests there isn’t enough evidence to say that a diet rich in polyunsaturated fats but low in saturated fats reduces the risk of cardiovascular disease. But large scale clinical studies are needed, as these researchers recommend, before making a conclusive judgement.

    « Alongside taking any necessary medication, the best way to stay heart healthy is to stop smoking, stay active, and ensure our whole diet is healthy – and this means considering not only the fats in our diet but also our intake of salt, sugar and fruit and vegetables. »

    http://www.suppversity.com based on press release from University of Cambridge »

    L’acide margarique des laitages (méchant saturé) réduit le risque de MCV. Y en a dans le ghee, n’abusez donc pas du ghee, mais ne l’évitez pas comme la peste si vous aimez ça. Ca serait vraiment dommage.

    1. Alain

      Les acides gras saturés sont utiles pour l’organisme puisque l’organisme les synthétise. Cependant dans la mesure où les acides gras saturés sont synthétisés par l’organisme un apport alimentaire d’acides gras saturés n’est pas utile et devient inutile si cet apport est excédentaire.
      Dès lors qu’un repas comporte plus 140g d’aliments (poids de la matière sèche) avec plus de 25-30g de lipides on a un apport excessif de nutriments dont l’organisme n’a nullement besoin (sur la base de trois repas par jour, sans grignotage ni en-cas)

      Par contre un apport par l’alimentation de deux acides gras polyinsaturés est INDISPENSABLE puisque l’organisme humain et celui des primates ne peut pas les synthétiser, contrairement à l’organisme de certains animaux comme les bovins.

      LES ACIDES GRAS POLYINSATURES

      « Les principaux représentants des acides gras polyinsaturés (n-6) sont l’acide linoléique 18:2 (n-6) et son dérivé l’acide arachidonique 20:4 (n-6). On sait depuis plus de 60 ans qu’ils sont indispensables à l’homme  : celui-ci doit les trouver dans son alimentation car il ne peut pas faire leur synthèse. Une carence en polyinsaturés (n-6) entraîne un ralentissement de la croissance et du développement, une altération de l’intégrité de la peau et des reins, des problèmes de reproduction, etc.
      ….
      Mais l’avancée fondamentale de ces dernières années est la mise en évidence du rôle des (n-3) dans la biogénèse des membranes, en particulier au niveau du système nerveux et de la rétine. Ce rôle est particulièrement critique au moment où le foetus construit son cerveau. Ce rôle essentiel des (n-3) ne peut être assumé par les (n-6).
      On estime aujourd’hui que l’acide linoléique doit représenter 3 à 5% de l’apport calorique, et l’acide linolénique 0,5 à 1%. (soit pour un apport calorique de 2000 kcal/j, 7 à 11 grammes d’acide linoléique et 1 à 2 grammes d’ acide linolénique).

      FRAGILITE DES ACIDES GRAS INSATURES

      Les doubles liaisons confèrent aux acides gras insaturés leurs propriétés intéressantes, mais sont aussi un point de fragilité de ces molécules. Cette fragilité augmente considérablement avec le nombre de doubles liaisons. Au cours des traitements technologiques et culinaires (raffinage, friture…), ces acides gras peuvent subir plusieurs sortes d’altérations : oxydation, polymérisation, cyclisation, isomérisation… Ces transformations ont deux conséquences : d’abord, elles entraînent une diminution notable en composés essentiels ou intéressants pour l’organisme (tableau 1); ensuite, elles conduisent à la formation de composés nouveaux dont tous les effets ne sont pas encore bien connus »
      http://www.institutdanone.org/objectif-nutrition/les-acides-gras-insatures/dossier-les-acides-gras-insatures/

      Les composés nouveaux formés sont les acides gras insaturés trans dont la plupart des effets indésirables sont bien connus, mais effectivement il y en a certainement d’autres et «TOUS les effets ne sont pas encore bien connus » !

      «  Les effets nocifs des graisses insaturées trans sont mieux établis que pour presque toutes les autres substances alimentaires » !!!
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_gras_insatur%C3%A9.

      La source naturelle d’acide gras trans est constituée DES PRODUITS LAITIERS (2,5 à 6,4 % des graisses dans le lait), des graisses et de la viande de ruminants : graisses de bœuf et de mouton (à environ 4,5 %), les viandes de bœuf et de mouton (environ 2 %).

      La source d’origine artificielle d’acide gras trans se trouve en grande quantité dans les produits industriels : pain /sandwich (4 g à 21 g d’acides gras trans sur 100 g de graisses), viennoiseries (24 % à 35 %), biscottes, craquelins (0,1 % à 17 %), pâte à pizza / pâte feuilletée (16 % à 61 %), gâteaux (12 % à 36 %) et dans les fritures : beignets, nuggets, frites, …

    2. Alain

      EFFETS SUR LA SANTÉ DES ACIDES GRAS TRANS NATURELS ET INDUSTRIELS.

      « L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (AESA) dans un avis d’experts de 20047 reconnaît que « les acides gras insaturés trans augmentent le risque de maladie cardiaque et souligne la nécessité de n’en consommer que de faibles quantités, quelles que soient leurs origines. La suppression ou la réduction des acides gras insaturés trans dans de nombreux produits alimentaires doit se poursuivre. Chaque fois que cela est possible, ils doivent être remplacés de préférence par des acides gras insaturés cis plutôt que par des acides gras saturés ».

      Plusieurs recherches montrent en effet que même des doses très faibles d’acides gras insaturés trans augmentent de manière significative les risques de maladies cardio-vasculaires et d’athérosclérose, sans pour autant en expliquer le mécanisme8. En particulier, dans une étude de 1997 menée par Hu, Stampfer et Manson, les résultats montrent que, pour un même apport de glucides, une augmentation de 5 % de la consommation de graisse saturée augmente le risque de 17 %, une augmentation de 5 % de la consommation de graisse insaturée « trans » augmente le risque de 93 %9.

      Aux États-Unis, la communauté scientifique semble du même avis. D’après le Pr. Dariush Mozaffarian10, « approximativement 30 % des graisses naturelles sont transformées en graisses insaturées trans. Aux États-Unis, la consommation des graisses insaturées trans représente de 2 à 4 % de l’apport calorique de l’alimentation. Pour limiter les risques en termes de santé, il faudrait supprimer presque totalement de l’alimentation les graisses insaturées trans (à un niveau inférieur à 0,5 % de l’apport calorique total) ». Il serait selon lui indispensable d’adopter des mesures législatives pour réduire leur consommation, pour les 4 raisons principales suivantes :

      Les effets nocifs des graisses insaturées trans sont mieux établis que pour presque toutes les autres substances alimentaires.
      Des doses très faibles de graisses insaturées trans accroissent de manière significative le risque de maladie cardiaque.
      Les consommateurs ne peuvent pas évaluer la quantité de graisses insaturées trans qui leur est servie dans les restaurants.
      Les graisses insaturées trans peuvent être remplacées facilement. La limitation de leur emploi dans l’industrie alimentaire et les restaurants serait peu coûteuse et sans effet significatif sur le goût des aliments. Cela a été clairement démontré, tant au Danemark qu’aux Pays-Bas.

      En France, l’AFSSA recommande de ramener la part d’acide gras trans à un gramme pour cent grammes de produit commercialisé et préconise leur étiquetage systématique »
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_gras_insatur%C3%A9

  14. fit

    Je ne connaissais pas cet appellation du beurre ghee (drole de nom je trouve lol)

    1. Annie

      ghee ou ghi,
      c’est juste le nom du beurre clarifié en différentes langues indiennes, hindi, bengali, tamoul, etc

  15. Clémence

    petite question : cmt utilisé le beure ghee dans les préparation cuiniare ? j’entendspar là qu’elle proportion mettre ? si la recette indique 100g faut il mettre 100g de beurre ghee; ou la masse de graisse que l’on trouve dans 100g de beurre normal ou qqch entre les deux ??? merci !

  16. Annie

    100 g de beurre donnent à peu près 70 g de ghee. Dans les gâteaux, je mets 70 g de ghee et je n’ai pas de problème.

  17. Annie

    je veux dire quand il est indiqué dans une recette 100 g de beurre, je mets seulement 70 g de ghee. Mais il vaut mieux essayer et juger par vous même ce qui vous convient.

    1. Annie

      je veux dire quand il est indiqué dans une recette 100 g de beurre, je mets seulement 70 g de ghee. Mais il vaut mieux essayer et juger par vous même ce qui vous convient.

    2. Clémence

      Merci pour l info :)

  18. Lou

    Pourquoi on n’obtient pas le « même gout  » que celui acheté dans le commerce ?
    C’est quoi le secret ?

  19. Annie

    Lou, quel est le goût de celui du commerce ? Je ne l’ai jamais goûté, c’est cher et je n’en vois pas l’intérêt, puisque c’est si facile à faire soi-même à moindre coût.
    En tout cas, celui que je fais a un délicieux goût de noisette, excellent dans la cuisine et dans les gâteaux et indispensable dans la cuisine indienne.

  20. Lou

    @Annie, C’est un gout fort de lait un peu tourné…;mais bon dans la préparation. Ce n’est pas pour tartines comme je vois ici ! Non, juste cuisiner .
    J’en ai fait 2 pots- 1 clarifié et l’autre au gout prononcé selon une méthode maghrébine : On malaxe le beurre mou avec du sel quelques instants et on le met dans un pot stérilisé .Au bout d’un mois, il devient jaune d’or granulé et fluide qu’on peut conserver dehors ,même à la chaleur de la cuisine.
    Voilà, j ‘espère que mon explication vous a apporté une réponse

  21. Annie

    merci pour votre réponse, Lou. Je ne connais pas ce goût de lait un peu tourné et ça ne m’attire pas ! Le ghee aussi se conserve parfaitement dehors, à condition de bien fermer le pot, sinon il finit par avoir un goût un peu rance.

  22. Annie

    j’ai oublié une question : est ce que préparé suivant cette méthode maghrébine, le beurre a aussi un goût fort de lait un peu tourné ?

  23. Lou

    ce gout vient du petit lait qu’on n’ enlève pas. Délicieux en cuisine . Mais à vous de controler le gout : Au bout de 2 semaines, vous sentez le pot . C’est ce qu’on appelle le Smen .Astuce : en le malaxant le beurre avec le sel – en portant des gants – (pas beurre salé acheté) , vous ajoutez du thym ou romarin

  24. Annie

    merci pour ces informations, Lou

    1. Lou

      Avec plaisir ….Mais faites un test avec une seule plaquette de beurre . Avec la moitié , testez l beurre clarifié , malaxez l’autre moitié avec du sel et des herbes (l’attendre 2 ou 3 semaines ) ..Et vous verrez ce que vous préférez
      Bonne soirée

  25. Pingback: 6 Raisons de Clarifier son Beurre - Santé Nutrition

  26. Mic

    Pour apporter ma petite pierre à l’édifice du ghee, je prépare mon ghee depuis très longtemps, mais ma recette a évolué au cours du temps et de mes connaissances.
    Actuellement je prépare mon ghee de la manière classique en chauffant le beurre (500 g à le fois) à feu très doux, en surveillant bien, surtout à la fin.
    J’ajoute un brin de romarin, et, vers la fin (il a tendance à brûler), une bonne pincée de curcuma en poudre. Lorsque le dépôt devient légèrement roux, je filtre sur une feuille de papier absorbant (type Sopalin). J’ajoute ensuite environ 20 % d’huile de coco (magasin asiatique).
    Résultat : délicieux. Conservation à la température de la cuisine.

  27. Annie

    sympa comme recette, je vais l’essayer. Merci

  28. coignard chalrie

    Bonjour, je viens d’acheter du ghee vegetal en magasin asiatique je n’ai pas voulu prendre le ghee normal car je suis vegetarienne cependant il est a base d’huile de palme je n’ai rien contre cette dernière mais je souhaiterai savoir si le ghee vegetal est bon pur la santé . En fouillant un peu sur internet j’ai cru comprendre qu’il comprenait des acides gras trans mauvais pour la sa

  29. coignard chalrie

    nté et une graisse saturée partiellement hydrogénée.Peux tu me renseigner un peu plus car je ne trouve pas beaucoup d’info ! merci d’avance

    1. Mic

      Si la graisse est saturée naturellement, elle ne peut pas être hydrogénée (plus de place !), même partiellement ; c’est de la chimie élémentaire.
      D’autre part, si elle a été partiellement hydrogénée artificiellement, elle contient nécessairement des acides gras trans, car ce stéréo-isomère est plus stable que le cis; et, en effet, dans ce cas c’est mauvais pour la santé.

    2. Ju

      Haha un truc à base d’huile de palme pour un végétarien. J’ai jamais rien entendu d’aussi débile. C’est se voiler la face. La production d’huile de palme entraîne déforestation massacre et mort de milliers d’animaux et disparition d’espèces. Ça tue les forêts. Et après ça se dit végétarien… C’est pathétique. Sans compter le transport et l’empreinte carbone.et évidemment les populations exploitées. Le végétarien à vraiment un qi d’huîtres. Aller bonne continuation dans cette aberration.
      Ps pas mal d’investigation ont montrer que même l’huile de palme durable et mal produite.

  30. Ned

    DU GHEE végétal c’est de la margarine rien d’autre !

  31. Annie

    on peut ne pas aimer, ne pas approuver certaines interventions sans pour autant balancer à la pelle des jugements de valeur méprisants et plutôt agressifs.
    Le respect, ça rend la vie meilleure
    La hargne ne mène certainement à aucune transformation et ne peut convaincre qui que ce soit, ça les fait juste se fermer !

  32. Ju

    Annie, sans doute mais j’ai été tellement harcelé et insulté par des végétariens voire vegan qui n’ont aucun respect pour les autres que j’ai décidé de ne plus en avoir pou eux. J’attends de personnes qui critiquent les autres qu’ils aient une conduite exemplaire. Combien de vegan manifieste contre les fourrures avec des chaussures en cuir et des sacs à main en cuir au pieds.

    Alors oui quand j’entends un végétarien m’expliquer qu’il n’a rien contre lhuile de palme mais que boire du lait il trouve ca cruel je suis scandalisé.

    Personnellement chacun consomme ce qu’il veut selon ses croyances, mais un peu de cohérence tout de même.

  33. Annie

    Ju je comprends ton irritation, ta colère et il est vrai que souvent les végétariens et vegans sont intolérants et bien fanatiques, il prêchent la non violence contre les animaux et le font avec une énorme… violence dont ils ne semblent même pas avoir conscience.
    J’ai un ami dont je déteste qu’il nomme les gens, comme moi, qui mangent de la viande « les viandards » ça a qqchose de très insultant et violent.

    Ceci dit, la violence répondant à la violence, on le voit partout sur Terre en ce moment particulièrement, ça ne mène qu’à plus de violence, à l’escalade de violence, à l’escalade d’émotions qui surgissent de partout,
    et pas à une solution, ni à une compréhension.

    Nous avons sans doute à exprimer notre désaccord, notre colère, mais pas forcément directement à ceux qui l’ont attirée, je ne sais pas ce que tu en penses ?

  34. Ju

    Oui Annie en effet.

    Commentaire plus tolérant vis à vis de Charlie Coignard.

    Attention tu fais une grosse erreur à consommer de l’huile de palme en voulant être végétarienne. C’est en totale contradiction avec la philosophie vegan puisque l’huile de palme conduit à la deforestations, à la mort de millions d’animaux, la disparition d’espèces etc. C’est bien plus traumatisant pour la planete que la production de beurre bio. Parfois à vouloir faire le bien on fait bien plus de mal.

    Quelques articles pour te renseigner :
    http://www.veganpaysbasque.org/pourquoi-refuser-lhuile-de-palme/
    http://fantasticvegan.com/fr/content/8-pourquoi-sans-huile-de-palme-

  35. Ju

    Sinon question pour lauteur de ce blog, mais il me semble que ce qui est présenté là est du beurre clarifié et non du ghee qui ne sont pas exactement la meme chose. Le ghee est plus cuit que le beurre clarifié, et j’ai l’impression qu’il y a confusion entre les deux dans pas mal d’articles (pas uniquement celui ci d’ailleurs).

  36. Annie

    ah bon je ne connais pas vraiment la différence ?…qioique, à y réfléchir … J’ai appris avec les amis Indiens à faire du ghee il a plus de 30 ans et ce que j’ai lu dans les bouquins français à propos du beurre clarifié me semblait à peu près équivalent, mais ils semblent enlever la crème dès qu’elle remonte à la surface en mousse. J’attends qu’elle retombe au fond et dore, ce qui donne ce délicieux goût de noisette, peut être pas très diététique, mais je m’en fiche, c’est si bon ! !

  37. Ju

    j’ai un post avec des liens en attente je le met sans lien :
    Oui Annie en effet.

    Commentaire plus tolérant vis à vis de Charlie Coignard.

    Attention tu fais une grosse erreur à consommer de l’huile de palme en voulant être végétarienne. C’est en totale contradiction avec la philosophie vegan puisque l’huile de palme conduit à la deforestations, à la mort de millions d’animaux, la disparition d’espèces etc. C’est bien plus traumatisant pour la planete que la production de beurre bio. Parfois à vouloir faire le bien on fait bien plus de mal.

    Pour le Ghee apparemment il faut le faire chauffer a feu doux pendant au moins une heure pour lui donner le gout de noisette. Personnellement je ne fait du beurre clarifié que pour la cuisson donc je fait la méthode simple.

    1. Éric G. Delfosse

      +1 !

  38. Chris

    Bonjour. J’ai acheté du beurre clarifié dans le commerce mais je suis déçue parce que quand je l’utilise pour la cuisson d’un morceau de viande, il y a des éclaboussures partout sur le plan de travail. Je n’ai pas ce problème avec du beurre normal ou de l’huile. Merci de m’éclairer.

  39. Annie

    bonjour Chris, je ne sais que vous dire, je n’ai jamais acheté de beurre clarifié du commerce, par contre j’ai convaincu une amie tamoul de le faire elle-même en le lui montrant, c’est si simple et beaucoup moins cher et elle l’a alors transmis à toutes ses amies tamoul.qui elles aussi l’achetaient dans le commerce !

    Tout ce que je peux dire, c’est que je n’ai jamais eu ce problème avec le ghee que je fais moi-même. Peut-être chauffez-vous trop votre ustensile ?

  40. Ju

    Chris, meme réponse qu’Annie, je n’ai pas plus d’éclaboussure avec du beurre clarifié qu’avec du beurre normal et au contraire même puisque je fait chauffer ma poele plus fort avec le beurre clarifié que le normal je dirais que j’en ai moins.

    Essayer de le faire vous même c’est vraiment très simple, vous faites chauffer à feu très doux et idéalment au bain marie 10 à 15 minutes et vous separer les 3 éléments. Regarder le net fourmille de vidéo, c’est un jeu d’enfant.

    Bon courage !

    Quelle marque avez vous ahceter de beurre clarifié? Auriez vous un lien?

  41. Pingback: Alimentation | Pearltrees

  42. Simon

    C’est très bien tout ça. Semble t’ il. Toutefois que penser du beurre sans lactose? Est il forcément sans caséine? Je parle bien sur des version bio et si possible des produits non issu de multinationales…

  43. colette

    bonjour,

    je vous donne une recette plus simple vu à la télévision
    Couper une tablette de beurre bio en deux, mettre ces 2 morceaux dans un bol assez « étroit »et faire fondre dans un micro onde à température décongélation,puis recouvrir d’un film et laisser durcir au réfrigérateur en même temps qu’un 1/2 litre d’eau à part.
    Puis sortir du froid, et gratter le fond du « bloc ghee » de sa couleur blanche. Rincer à l’eau très froide et éponger avec du papier absorbant . Puis conserver dans le bac à légumes dans une feuille de papier fraîcheur.
    J’ai fait un couscous et pour mes convives qui ne mangent pas sans gluten comme moi la semoule avec du beurre ghee. Ils ont tous trouvés un gout de noisette et certains vont adopter ma recette. pour le petit déjeuner idem délicieux, et pour la cuisson de la sauce au beurre noir parfait

    1. Michof

      L’ennui avec ce « pseudo Ghee », c’est qu’il est plein d’eau et par conséquent on est obligé de le conserver au réfrigérateur, sinon il rancit, contrairement au « vrai » qui se conserve sans problème à température ambiante !

  44. Ned

    L’idée du GHEE effectivement c’est bien de séparer l’eau, l’huile et le(s) « reste » !
    … et de de pas chauffer l’huile au départ au delà de 40° si on utilise du beurre cru non pasteurisé !
    Gardons lui sa valeur …

  45. Ned

    Nota : Je suis intolérant aux produits laitiers de vache (crampes assurées dans la nuit !) et pas de réactions avec le ghee …

    1. Michof

      C’est normal quand on est intolérant aux protéines de lait. Il n’y en a plus dans le Ghee !

  46. THEBAULT

    Merci pour l’article
    Grâce au beurre clarifié je peux cuisiner comme avant la découverte de nos allergies et intolérance au protéines de lait de vache

  47. Christelle Bosc

    Y a-t-il encore de la vitamine A dans le ghee ?

    1. Ned

      0,60mg/100g de beurre ! je ne trouve pas trace de destruction par la chaleur !
      Mais en restant en dessous de 60° …

  48. anne

    Un peu de mal à comprendre tout ce bruit autour du beurre clarifié dont je saisis mal l’intérêt, à part pour les allergiques aux protéines de lait ou au lactose, ou ceux qui n’ont pas de frigo …. Le beurre « normal » ne brûle pas à l’intérieur d’une pâtisserie, et au fond du moule ou de la poêle, un peu d’huile fait très bien l’affaire. Sinon c’est toujours du gras…donc délicieux mais à utiliser avec modération. Rajouter du « parfum », noisette, épices ou je ne sais quoi est vraiment étrange : le bon beurre frais de baratte de Normandie a un super goût et une odeur naturelle tout à fait attractive.

    1. Julien

      Bonjour Anne

      Effectivement pour les pâtisserie, le beurre ne brule pas, mais pour les cuissons à la poêle, je te conseille de regarder la vidéo que j’ai faite

      http://vivre-paleo.fr/beurre-paleo-ghee/

  49. Clo

    J’ai du cholestérol, le beurre clarifié est ‘il conseiller ?

    1. Ned

      Heureusement que vous avez du cholestérol sinon vous seriez mort(e) depuis longtemps !
      En faisant votre Ghee avec un beurre bio cru
      duquel vous allez ôter les lactase et autres « saloperies diverses il va vous rester une matière grasse qui résiste à toutes les cuissons et que vous pouvez consommer cru sans risques à dose raisonnable bien sur ! Ce qui ne sera jamais le cas avec les margarines même allégées ….

      Pas de problèmes de conservation (perso je fait 6 plaquettes d’un coup et stocke dans le placard!) et je l’utilise pour la cuisson , la pâtisserie, sans problèmes.
      En dessous de 2,8 le cholestérol … au dessus voir son alimentation et les conseil du Dr De LORGERIL

      1. Mic

        Lactose et non lactases. En étant rigoureux, on est plus crédible.

        1. Éric G. Delfosse

          Errare humanum est, dit-on…

      2. Clo Nona

        Merci pour votre réponse ! J’ai voulu dire que mon cholestérol et un peu au-dessus de la normale
        J’ai eu jusqu’à 3,10 avec une alimentation stricte et sans médicament, je suis descendu à 2.67

  50. Alex

    Un grand merci pour toutes ces infos, je me suis mis au beurre clarifié au moment de préparer un Daal pour le fun, le Daal était MORTELLEMENT BON !! Ultra facile a faire, super léger, et j’ai réussi mon Daal ET mon beurre clarifié du premier coup, beaucoup moins incertain que la cuisine française. Je me suis mis au légumineuse début de semaine dernière après un enième scandale sur les abattoirs, à l’origine je suis un gros viandard, mais là c’en est trop, entre les circuits de distributions qui tuent les exploitants et la maltraitance des bêtes surtout en intensif, CA SUFFIT ! Même mon estomac dit non et ne se porte plus bien quand je mange de la viande, donc j’ai dit STOP ! Je suis allé acheter 10 kg de légumineuses de 8 sortes différentes ( fèves haricots en tous genre lentilles de tous bord et poix de tous crins ) j’en ai eu pour 25 euros ce qui va me tenir 2 mois alors que chez le boucher j’en ai pour 20 eruos pour 2 jours a peine pour nous trois, donc en plus c’est super économique ! Laissons ces pauvres bêtes tranquilles, de plus je ressens vraiment qu’a force de ne plus  » dévorer de la chair  » je ne me fais moins dévorer  » énergétiquement  » mais c’est peut être une autre vision ça. En tout cas grand merci pour cet article VIVE LE WEB !
    Alex

  51. Marie

    Bonjour,

    juste pour vous dire que contrairement à ce qui a été dit dans votre article sur le fait

    que le beurre n’apporte rien à par le gras…ce qui est totalement faux !! notamment le beurre cru

    voici un petit article intéressant ;) :

    http://maurice.legoy.free.fr/lettre_sante/no_31.htm

    bonne journée

    cordialement

  52. Pingback: Pas d'énergie en mangeant paléo ? (2/2) | Expérience Paléo - Adoptez le régime paléolithique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *