Comment bien manger ? Plongez la tête dans le sable des dogmes officiels

plumey-lait-cereale-petit-dejeuner

Dans l’actualité, je suis tombé sur un article émis par une mutuelle française, la Mutuelle Bleue, qui propose des dossiers de prévention et notamment sur l’alimentation. C’est donc dans le cadre d’un partenariat avec un médecin nutritionniste, le Dr Laurence Plumey, que la mutuelle publie un article intitulé « Alimentation : comment se faire du bien tout en se régalant ? »

Cet article propose de revenir aux fondamentaux, d’allier plaisir et bon sens quand on mange, et c’est plutôt une bonne chose. Malheureusement, j’aimerais revenir sur cet article qui prêche en réalité les recommandations officielles sans esprit critique, ni même sans émettre des alternatives alimentaires saines (comme le végétarisme par exemple), ou de mentionner le B-A-BA des gestes simples (complet plutôt que raffiné, entier plutôt qu’en jus, etc.)

Stigmatiser les discours radicaux

Bien sûr, dès l’introduction de l’article, le Dr Plumey nous mitraille avec des punch-line de la mort, des répliques du tonnerre. La viande serait ainsi mauvaise pour nos artères, le poisson dangereux car pollué par des métaux lourds, mais également les fruits et légumes qui seraient immangeables car « bourrés de pesticides ». Le grand méchant lait pointe aussi le bout de son nez car il donnerait de « l’arthrose ».

Alors voilà, pour lutter contre toutes ces idées reçues, le Dr Laurence Plumey nous rassure, elle nous précise que « tout va bien » et qu’il ne faut pas nous « laissez envahir par les pessimistes ».

Faut-il ignorer tous les messages d’alertes concernant notre alimentation ? Faut-il oublier les rapports alarmants sur la contamination des produits de la mer par des métaux lourds ou bien des PCB ?

Et bien oui selon notre médecin nutritionniste : se plonger la tête bien profond dans le sable ne serait pas un mal, on mangerait même mieux !

Mangez comme vous voulez, et faites-vous plaisir

Si je devais résumer cet article, ce serait bien comme ça. Avec un paragraphe tout de même étonnant, qui nous invite indirectement à jeter à la poubelle les recommandations alimentaires que nous aurions pu recevoir d’un professionnel de la santé pour traiter un excès de cholestérol par exemple.

Selon le Dr Plumey, soyez donc rassurés, si « on vous interdit le beurre, le fromage, la charcuterie ou les plats en sauce » (i.e. à cause du cholestérol), vous pourrez toujours, selon elle, manger du « jambon, du bacon, des œufs, une part de fromage par jour et même un peu de beurre », à condition, rajoute-elle, de « tartiner léger ».

Interdit d’un côté, autorisé de l’autre, en bref, on s’en fou complètement selon le docteur, il faudrait simplement répartir « judicieusement » ce que l’on mange.

Pour illustrer ce point, le docteur donne des astuces imparables. Une envie de croissant au petit déjeuner ? Prenez en deux, et veillez donc à ne pas manger trop gras le reste de la journée en évitant « le plat en sauce du déjeuner ».

Fort bien, mais un croissant, c’est un peu de protéines (7 g/100 g), un peu plus de gras (21 g/100 g) mais surtout des gluciiiiiides avec près de 48 g pour 100 g de produit [1]. Alors pourquoi faire la guéguerre au vilain gras ?

Pourquoi n’avons-nous aucun mot de notre professionnel sur les quelques 544 mg de sel présent dans ce produit qui représente déjà plus de 10% de l’apport maximal recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de 5 grammes par jour ? [2]

Et vu la consommation moyenne de sel des français, qui culmine entre 7.7 et 10.7 g par jour selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) [3], largement au-dessus des fameux 5 g/j de l’OMS (qui recommande même de ne pas dépasser les deux grammes par jour…), on peut se faire des soucis pour l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaire ou bien le cancer de l’estomac.

Et pourquoi nous n’avons aucun mot de notre professionnel sur la charge glycémique élevé de ce produit, qui devrait inciter à la prudence et à choisir plutôt des aliments avec des indices glycémiques bas le reste de la journée ?

Etrangement, le Dr Plumey nous sort le même argumentaire pour la soudaine envie de frites. Aucun problème selon elle, deux ou trois fois par semaine pourquoi pas, si vous « remplacez le fromage par un yaourt au dessert », le tout pour encore une fois « éviter l’excès de gras dans la journée ».

Est-ce que notre médecin nutritionniste ne ferait pas une fixette sur le gras ? J’en ai bien peur, et c’est d’autant plus inquiétant quand cette dernière ne fait pas la différence entre tous les types de gras, et notamment les gras majoritairement saturés (ou même trans) que l’on retrouve dans les viennoiseries… Mais mangez ce que vous voulez qu’est-ce que vous voulez que je vous dise… Ah si…

L’alimentation « parfaitement équilibrée » selon le Dr

Autre pépite de cet article, l’alimentation parfaitement équilibrée selon le docteur Plumey, résumé en cinq lignes seulement. Pour faire simple, les messages sont les suivants :

  • Manger des produits laitiers à tous les repas. Tiens donc, on s’en serait douté.
  • Au déjeuner et au diner, il faut de la viande, du poisson, des œufs et des féculents.
  • Dernier point, le jus de fruit remplace aisément le fruit au petit déjeuner, facile.

En gros, pourquoi devrions-nous être surpris par des recommandations aussi claires et limpides, qui suivent sans broncher le sacro-saint PNNS ; qui ne font aucune mention des régimes alternatifs (végétariens, végétaliens…) ; qui invitent les protéines animales et les produits laitiers à tous les repas ; qui ne mentionnent à aucun moment les substituts efficaces aux protéines animales, aux produits laitiers ou bien l’utilisation de produits complets plutôt que raffinés et blanc.

En bref, un article de « prévention » de la mutuelle qui me semble bien vide, qui grossit les traits comme ce n’est pas permis, et qui au final, vous invite à manger de tout, car… on s’en fou.

On s’en fou des risques très probables pour la santé d’une consommation excessive de charcuterie ou de viande rouge, récemment mise en avant par le groupe d’experts de l’OMS.

On s’en fou des risques réels pour la santé de manger des poissons contaminés par divers produits toxiques, dont le risque d’intoxication au mercure ou aux PCB, est avéré par l’Anses pour une belle flopée de poiscailles [4]

On s’en fou également des risques de plus en plus préoccupants de déclencher un diabète de type 1 avec la consommation précoce de lait de vache chez les personnes à risques… [5]

On s’en fou de la déplorable santé osseuse des pays développés qui consomment le plus de produits laitiers, censés nous protéger des fractures et autres maladies osseuses [6]

On s’en fou également de la belle vidéo signée par notre médecin nutritionniste et le syndicat des céréales prêtes à consommer du petit déjeuner pour parler des bienfaits des céréales.

Pardon, j’ai bien lu ?

Du lait et des céréales

plumey-syndicat-cereale-petit-dejeuner

En cherchant viteuf, mais vraiment viteuf, sur le net pour trouver des infos sur le Dr Plumey, et bien je suis tombé sur cette vidéo réalisée par l’industrie agroalimentaire du petit déjeuner (Nestlé, General Mills, Kellogg’s, Pepsico ou encore Weetabix France) où le médecin y vante bien sûr les mérite d’inclure des céréales au petit déjeuner pour toute la famille.

Je vous ferais donc grâce de l’analyse complète et détaillée de cette vidéo, où le maître mot sera « céréale », pour éviter d’avoir faim durant la matinée, pour éviter de grignoter et récupérer toute l’énergie qu’il nous faut.

Balivernes, surtout à cause de la composition même de ces céréales prêtes à l’emploi, bien souvent soufflées (d’ailleurs recommandées par notre professionnel), et qui se caractérisent bien souvent par des pics de glycémie à la suite du repas, entraînant possiblement des hypoglycémies réactionnelles… et la faim.

Tout professionnel qui se respecte, me semble-t-il, ne recommande pas ce genre de produits transformés que l’on gave de vitamines et minéraux de synthèses, tellement ils sont à la base, pauvres nutritionnellement parlant.

Bien sûr, maman et junior devront nécessairement y mettre du lait, car pour maman, « ça va lui apporter du calcium et c’est pas plus mal » selon le médecin nutritionniste. Pour junior, même combat, il doit boire tout le lait au fond du bol car « il lui faut du calcium pour sa croissance ».

Si vous avez peur de vous ennuyer avec les conseils du Dr, pas de problème, il suffit selon Laurence Plumey de remplacer le lait par… des yaourts ou du fromage, des produits laitiers quoi.

Alors décidemment, la fixette sur le gras et les produits laitiers, ça commence à nous gonfler. A quand une information pleine de bon sens (scientifique) et de plaisir (à lire) ?


Notes et références

[1] Selon la table ciqual des aliments consulté le 29 avril 2016 (https://pro.anses.fr/tableciqual/index.htm)
[2] Réduction du sel. Aide-mémoire n° 393. Septembre 2014 http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs393/fr/
[3] Le sel. Consommation et recommandations – https://www.anses.fr/fr/content/le-sel
[4] « baudroies ou lottes, loup de l’Atlantique, bonite, anguille et civelle, empereur, hoplostète orange ou hoplostète de Méditerranée, grenadier , flétan de l’Atlantique, cardine, mulet, brochet, palomète, capelan de Méditerranée, pailona commun, raies, grande sébaste, voilier de l’Atlantique, sabre argent et sabre noir , dorade, pageot, escolier noir ou stromaté, rouvet, escolier serpent, esturgeon, thon … » extrait de Consommation de poissons et exposition au méthylmercure
[5] Lacroix, I. M., & Li-Chan, E. C. (2014). Investigation of the putative associations between dairy consumption and incidence of type 1 and type 2 diabetes. Critical reviews in food science and nutrition, 54(4), 411-432.
[6] Organisation mondiale de la santé, « Population nutrient intake goals for preventing diet-related chronic diseases » http://www.who.int/nutrition/topics/5_population_nutrient/en/index25.html

16 Commentaires

  1. Anais

    Le niveau de l’article est tellement bas que je n’arrive pas à savoir si le Dr Plumey connait un tant soit peu le sujet de la nutrition?

    Par contre, je rebondis sur 2 choses que tu soulèves:
    – le non respect des conseils donnés en cas d’hypercholestérolémie par exemple
    Mais la théorie du cholestérol est remise en question actuellement et celle des graisses saturées aussi ce qui complique les choses…
    – la position de l’OMS concernant la viande rouge et la charcuterie
    Le rôle cancérigène des viandes rouges (j’entends non transformées à la différence de la charcuterie) me laisse dubitative.

    Il me semble que tu doutes toi aussi sur ces points?
    En lisant ton article, on pourrait penser que tu juges le cholestérol, les graisses saturées et les viandes rouges néfastes pour la santé alors qu’il me semble que ta position est plus nuancée ou alors je me trompe…

  2. Thomas

    Désolé d’en revenir à ça mais, en passant… Suite à mon dernier commentaire sur le précédent billet, il me manquait un exemple de discours cherchant à persuader et donc à plaire et donc impliquant alourdissement et obscurcissement voire aplatissement des idées.

    Et ben banco!

  3. daurel

    un peu de tout sans exces et tout va bien !!!

  4. Solange SALES

    Bonjour,
    Et que dire du « bon » docteur Cohen qui est invité sur moult plateaux télé où il est sensé parler d’alimentation-santé !!!!

  5. Magda

    Je tiens quand même à remarquer que ça fait 10 ans qu’on sait que les soi-disants « mauvaises graisses » n’existent pas ; qu’ils ne sont pas responsables de problèmes cardiovasculaires ; que de supprimer ou trop diminuer lesdits « mauvaises graisses ».

    Pour le reste de l’article, non coments…

  6. busia

    Cela fait peur d’aller voir un nutritionniste comme ce Dr.
    Je crois qu’il y a une erreur sur le type de diabète dans cette phrase :
    « On s’en fou également des risques de plus en plus préoccupants de déclencher un diabète de type 1 avec la consommation précoce de lait de vache chez les personnes à risques  »
    j’aurais dit plutôt diabète de type 2

    1. Magda

      Busia c’est effectivement le diabète de type 1 chez l’enfant qui risque d’être induit avec la consommation du lait de vache. Celui-ci provoquerait une réaction auto-immune laquelle endommagerait le pancréas.

      On le sait depuis 25 ans….

  7. kaynane

    Nutritionniste n’est pas un terme protégé… autrement dit tout le monde peut se dire nutritionniste… au mieux ce docteur a eu une légère formation en nutrition… Le DU de nutrition des médecins n’étant pas très épais….
    A chacun son métier… mais ça fait plus sérieux de faire appel à un médecin!

  8. Brigitte

    Effectivement, les graisses saturées animales et végétales (je ne parle pas des graisses trans très néfastes) sont accusées à tort. Par contre, actuellement, il y a une surconsommation importante de sucres rapides et lents (sucreries, céréales, plats préparés, petites crèmes et sodas) au détriment des fruits qui présentent beaucoup d’avantages notamment de pouvoir être consommés sans aucune transformation. Il paraît que le problème de nos sociétés modernes est que l’on n’y a jamais faim et qu’on ne sait plus manger de façon frugale.

  9. Naturoliz

    Juste on s’en fout avec un t !! Sinon bravo de mettre ces « médecins » en face des évidences soulevées depuis déjà fort longtemps par la simple logique de bon sens .. Et les évidences des travaux sur la nutrition dénonçant le sucre et ses autres copains en « ose » continuez comme ça Jeremy !

  10. Elodie

    Un peu de tout mais sans excès ;)

  11. Aurélie R

    Actuellement en formation de BTS diététique, je peux vous assurer que les cours sont de même envergures que ce qu’elle prône et dont je ne suis malheureusement pas très sûre : Produits laitiers-pain (gluten)-viande/poisson à chaque repas ; et j’en passe, mais malheureusement il faut apprendre tout ça ! Espérons que les Référentiels des examens vont s’adapter aux problèmes d’aujourd’hui !!
    Et merci pour vos Articles.

    1. Magda

      Malheureusement c’est le problème, il faudrait 20 ans avant que les programmes officiels intègrent les données des études scientifiques actuelles… Et ceci au moment qu’ils seront de nouveau obsolètes, car la recherche fait des progrès tous les jours.

      Mon médecin traitant m’a dit à ce sujet, que les médecins ne peuvent pas constamment retourner leur veste, parce qu’ils déstabiliseraient leur patients, qui les prendraient pour des guignols ;-)

  12. Jeanne

    les principes nutritionnels que j’ai appris en hygiène alimentaire dans les années 1960 : pour ne citer que les protéines animales obligatoires chaque jour étaient : lait, fromage, viande, (100g p/j,) et oeuf ,poisson…

    j’ai toujours fait ainsi pour ma famille et pour moi-même et en plus de ça : légumes ,fruits à chaque repas , je penses que je n’ai jamais fait d’erreurs on ne parlait pas de céréales au petit déjeuner celles là sont pour les pays anglos- saxon et ça n’ a rien à faire dans nôtre alimentation…

  13. Jeanne

    les principes nutritionnels que j’ai appris en hygiène alimentaire dans les années 1960 : pour ne citer que les protéines animales obligatoires chaque jour étaient : lait, fromage, viande, (100g p/j,) et oeuf ,poisson…

    j’ai toujours fait ainsi pour ma famille et pour moi-même et en plus de ça : légumes ,fruits à chaque repas , je pense que je n’ai jamais fait d’erreurs on ne parlait pas de céréales au petit déjeuner celles là sont pour les pays anglos saxon et ça n’ a rien à faire dans nôtre alimentation…

    1. Magda

      Les céréales est un concept anglo-saxon, sur le continent c’était plutôt le pain au beurre, beaucoup plus sains et avec un IG bas.

      Sauf que les fabricants des « Chocapics » ont vu une manne leur échapper : il fallait à tout prix gagner la clientèle enfantine, de manière à avoir 20 ans plus tard, une clientèle des adultes qui va servir les céréales à leurs enfants.

      En même temps il est beaucoup plus facile de laisser un jeune se servir ce qu’il veut comme céréales plutôt que de lui préparer ses tartines.

      Du jus de fruit, un bol de céréales et du nutella et nous voilà avec une génération où la grande partie sont obèses et/ou diabétiques.

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.