Mon Chien doit-il Manger Paléo ? (2/2)

croquettes-chats-barf-veterinaires-chiens

Mise à jour du 23/05/13: l’enquête est enfin disponible ! « Ce Poison Nommé Croquette » 120 page d’enquête sur les écoles nationales vétérinaires françaises et les plus grandes marques de croquettes industrielles pour chien !

A propos de la Partie 1 et 2

Je vous présente ici la suite de mon 1er billet publié le 28 mars sur la composition des croquettes pour chiens et chats, les méthodes de fabrications (sous-produits animaux et végétaux), ainsi que les dangers pour la santé de vos animaux de compagnies.

Partie 1

Cet article, sous forme d’enquête, illustre à quel point le lobby de la croquette peut manipuler les organisations internationales, les chercheurs, les vétérinaires, les maîtres et en bout de chaîne, les médors et gros minets. Vous allez découvrir comme je l’ai fait, une bataille pathétique, injuste et hautement lucrative pour les géants du marché de la croquette.  Je vous recommande fortement de suivre les liens fournis si vous désirez fournir une alimentation alternative pour vos animaux, et participer activement à leur bonne santé.

Bonne lecture.

Mon chien mange Paléo

La situation peut paraître étrange mais les pensionnaires adorés de nos niches subissent les mêmes dérives de notre société agroalimentaire, et en payent les mêmes conséquences (obésité, diabète, pancréatite, torsion de l’estomac, etc.) A une seule différence près : eux, ne peuvent pas se plaindre et subissent totalement.

L’alimentation industrielle n’est qu’une partie du problème et l’alimentation paléolithique n’est qu’une partie de la solution. Les « chiens préhistoriques » étaient des carnivores purs et durs, qui possédaient un arsenal anatomique et physiologique efficace pour digérer et assimiler la viande CRUE, les abats, les œufs, certains fruits et végétaux.

Si la polémique et l’ambigüité persiste toujours chez l’Homme, le chien et le chat sont par contre des carnivores stricts qui ne tolèrent pas ou très peu les apports d’amidons (à cause d’une  déficience en amylase) et ne digèrent pas la cellulose.

Il apparait donc extra logique, évident et tellement salvateur pour votre chien de le sustenter avec une nourriture « paléolithique » ou naturelle si vous préférer. C’est justement ce que propose certaines sociétés alimentaires pour animaux de compagnie. La plus célèbre étant BARF pour Biologically Adapted Raw Food ou aliments crus biologiquement adaptés.

De manière tout à fait logique, la société propose à votre chien de manger des os, de la viande crue, des œufs entiers (oui, avec la coquille dont le calcium est assimilable par les chiens), certains légumes, des abats, ou quelques fruits. Vous pouvez d’ailleurs consulter cette page pour avoir une idée d’une ou deux semaines de repas type « paléo » pour votre chien.

Selon le site officiel BARF, les bénéfices pour la santé de votre chien pourront se percevoir au niveau de la bouche, avec des dents en bonne santé (sans tartre), une meilleure haleine, une respiration plus aisée et des risques diminués de gingivites ; également au niveau de la peau et du pelage, qui apparaitra en meilleur santé avec moins de problème de peau ; le système immunitaire sera boosté et les inflammations chroniques seront diminuées ; la digestion sera facilitée et l’assimilation des nutriments améliorées ; les maladies dégénératives, tel que l’arthrite, seront diminuées ; le volume et l’odeur des scelles seront plus faibles et moins odorantes ; finalement, la masse musculaire serait augmentée tandis que le gras plus facilement perdu.

Des dangers pour Médor ?

Manger comme un loup ou un toutou préhistorique ne serait pas non plus sans risques. Voici les principaux risques, plus ou moins vrai et faux, qu’encourent nos chiens en mangeant paléo :

  • Infections bactériennes (salmonelles)
  • Dommages du trachus gastro-intestinale avec les bouts d’os
  • Carences nutritionnelles et déséquilibres physiologiques graves

Pour les deux derniers points, le débat est recevable mais ai-je besoin de rappeler que les chiens ont toujours mangés des os, dans le cadre d’une alimentation naturelle et non à base de croquette ? Est-ce que les croquettes représentent l’aliment ultime pour les chiens ? Est-ce que la science canine à réussi à isoler tous les besoins nutritionnels de nos amis les bêtes, et à les rassembler dans une seule petite croquette ?

Alors que la nutrition humaine n’en est même pas capable avec des budgets colossaux, et des recherches par centaines tous les mois, Royal Canin et compagnies voudraient me faire croire, et vous faire croire, que la croquette est « parfaite » ? Baliverne.

Certes tous les os ne sont pas bon à donner aux chiens, et il convient de se renseigner sur quel type d’os on peut donner ou pas. Mais il m’est impossible de penser qu’une alimentation traditionnelle, originelle et adéquate sur le plan évolutif puisse carencer un être vivant, même pour Médor.

Remarque sur les os. Une recherche très rapide sur le net apporte quelque réponses sur la consommation des os. Il semblerait que les os cuits soient cassant, donc dangereux, alors que les os crus ne présenteraient pas de problème pour l’anatomie et la santé de votre toutou. Voici une 1ère piste, et une 2ème.

Par contre le premier point sur les salmonelles est très intéressant. L’industrie de la croquette accuse violemment les alimentations crues d’être fortement contaminées par les salmonelles, et de les transmettre dans les déjections canines. Régulièrement, des publications affichent les taux de contaminations des repas crus pour chien, ainsi que dans les déjections par les salmonelles. Ces publications tirent ensuite des conclusions quant à la santé des chiens, qui serait menacée, mais également celle de l’Homme en contact avec les fèces (déjections).

C’est le cas de 2 études publiées en 2002 et 2007 qui ont voulu savoir s’il y avait des salmonelles dans l’alimentation crue (type BARF) et si on les retrouvait dans les fèces des chiens (10, 11). Au total, ce sont 26 chiens qui ont consommé des produits crus contaminés aux salmonelles, et ce sont seulement 10 chiens qui ont émis des fèces avec des salmonelles (un peu plus d’un tiers).

Ces deux études ont été publiées dans le même journal, le Canadian Veterinary Journal, qui est lui-même détenue par l’Association Canadienne des Médecins Vétérinaires (ACMV). Vous allez découvrir pour la première fois qu’un journal scientifique, qui sélectionne et valide des publications scientifiques, peut n’être qu’une vitrine pour les lobbies, et en particuliers ceux de la croquette.

Hé oui, cette association canadienne de vétérinaires affiche clairement et fièrement ces meilleurs sponsors de l’année 2013 :

merck-veterinary-journal-canadanian-hills

Nous avons donc un journal scientifique officiel, qui publie des conclusions déterminantes dans l’évolution des recommandations officielles en matière de prévention et de santé canine, mais ce journal est détenu par une association financée par les plus grandes sociétés pharmaceutique de la planète (Merck), et par les deux plus grandes multinationales de la croquette (Royal Canin et Hill’s Pet). Vous avez ici la démonstration du génie de l’Homme qui ne recule devant aucune aberrance pour faire valider à l’échelle internationale des idées, mêmes si elles sont fausses.

Si je pousse le vice encore plus loin, l’étude publiée en 2002 a été financée par la très sérieuse Fondation du Bien-Etre Animal du Canada (FBEAC), dirigée par Alice Crook. Le problème réside dans le fait que Mme Crook maintienne des liens forts et assumés avec l’ACMV, le journal propagande du lobby de la croquette, et qu’elle en fut même la directrice pendant 3 ans ! Oui, c’est à la limite de l’arrachage de cheveux tous ces conflits d’intérêts affirmés sans la moindre gêne.

Des risques de Salmonellose pour les Hommes ?

Les lobby de la croquette surfent sur la vague de l’infection bactérienne aux salmonelles pour discréditer l’alimentation crue donnée aux chiens et chats, et décourager les potentiels maîtres intéressés. Pourtant, une étude publiée en 2005 confirme qu’une alimentation crue (type BARF), qui contient des salmonelles, n’est à l’origine d’aucune contamination chez l’Homme (12).

Ce serait même le contraire selon une étude plus récente publiée en 2010 dans le journal Pediatrics (13). En effet, cette étude a prouvée un lien de cause à effet entre les croquettes sèches pour chiens et chats et les infections aux salmonelles. La principale cause serait le lieu de stockage des croquettes propice au développement des salmonelles.

Et les preuves scientifiques Jérémy ?

Les lecteurs avertis ont sans doute remarqué le désert scientifique dans ce billet sur Médor, mais c’est volontaire, je vous rassure. J’ai cherché sur la toile des références, des articles, des preuves sur les dangers ou les bienfaits de l’alimentation industrielle à base de croquettes versus l’alimentation faite maison à base de produits crus et sans céréales. C’est pour ainsi dire compliqué.

D’une part, il n’y a pas beaucoup de recherche sur le sujet comparé aux centaines de références sur la nutrition humaine. D’autre part, il y a une pression scientifique incroyable du lobby de la croquette, comme j’en ai rarement vu.

Au fil de mes recherches j’ai découvert que 3 « clans «  se font la guerre, une guerre scientifique puis marketing. Le premier clan est constitué des vendeurs de croquettes industrielles (Royal Canin, etc.), le deuxième clan fait la promotion de croquettes plus naturelles, moins industrielles, et enfin le dernier clan comprend les BARF et autres défenseurs d’un régime naturel, mais qui sont pratiquement inexistant sur la scène scientifique.

Le bilan est tristement négatif car les deux premiers clans attaquent fortement les préparations maisons naturelles (risques de carences, maladies bactériennes, etc.), et le deuxième clan aux croquettes plus saines attaquent les croquettes industrielles.

Waltham, CERIN… Même combat !

Par exemple, une étude publiée en 2002 a comparé les apports nutritionnels d’une diète maison (type BARF ou « paléo ») et industrielle (type croquettes riches en amidons et en protéines déshydratées) (1). Bien que tous les résultats de l’étude soient discutables, et que le protocole d’enrôlement et de suivi des chiens soit très limite, les résultats indiquent bien sûr que l’alimentation fait-maison est carencée, excessive et au final dangereuse comparée aux croquettes conventionnelles.

Cette étude a été présentée lors d’un symposium organisé par le Centre Waltham pour la nutrition canine, et l’on retrouve même l’un des auteurs (Richard F. Butterwick) appartenant au fameux centre de nutrition canine. Je connais bien la musique maintenant, et vous aussi d’ailleurs, une visite éclair sur le site officiel du centre Waltham nous fait rapidement démordre.

Waltham est en réalité une vitrine de la Société Mars « Petcare » ou soin des animaux de compagnie qui commercialise 12 marques de croquettes ou de pâté pour chiens et chats. On retrouve notamment les marques phares Royal CaninWhiskasPedigreeCesar et bien d’autres. Pathétique n’est-ce pas ?

Pour mieux vous illustrer cette bataille entre clans, une étude publiée en 2012 a étudié la relation entre les diètes faites-maison pour chien et les maladies chroniques qui touchent les reins (2). Leurs conclusions ? Les recettes maisons sont problématiques pour la santé du chien sur du long terme, à cause de la variabilité des ingrédients (et donc des nutriments) et des risques forts de carences.

Cette fois-ci l’enquête est plus palpitante et plus subtile. Le premier et le dernier auteur de l’article, Mme Fascetti Andrea et Larsen Jennifer, sont respectivement directrice et assistante professeur de DVM ou le centre Davis de Médecine Vétérinaire. C’est un centre privé qui propose de faire des études sur les animaux et dont les sources de financement ne sont pas précisé.

Bref, on apprend également que Mme Larsen est l’une des propriétaires du cabinet de consultation privée (DVM) qui détient un logiciel nommé Balance IT. Ok, voici une nouvelle piste, Balance IT, c’est quoi et surtout, c’est à qui ?

J’apprends sur leur site officiel que Balance IT est la propriété de Sean Delaney, lui-même fondateur de BVM consulting et directeur du pôle Recherche et développement des produits pour animaux de compagnies NaturaNatura Petc’est le fameux clan qui vend des croquettes « plus saines » et plus respectueuse de la santé des toutous et compagnies, qui est la propriété d’une multinationale Procter & Gamble.

Parfois, les 2 clans les plus forts peuvent se mettre des bâtons dans les roues, comme le démontre une étude publiée en 2008 par 14 auteurs dont 13 nous viennent directement de Procter & Gamble, autrement dit de Natura Pet, les croquettes saines (3). Dans cette étude, les auteurs dénoncent les dangers des croquettes industrielles pour la santé rénale des chiens. Un complexe de mélamine (une résine aminée, parfois appelé cyanuramide) et d’acide cyanurique présent dans les croquettes provoquent des dommages aux reins et entraîne le formation de cristaux dans les néphrons.

Comme quoi, même chez les hommes d’affaires, il ne faut pas toucher à la gamelle des autres !

Le pire du pire…

Vous pensez que c’est terminé ? Naïf… On effleure à peine du doigt un scandale scientifique, et sociétal à l’échelle internationale. Au cours de mes recherches, je voyais souvent le nom de Lisa M. Freeman écrit un peu partout. Dans des articles scientifiques, dans des communications officielles qui vantent les croquettes industrielles et mettent en garde contre les diètes faites-maison, même dans les fameuses Guidelines officielles qui statuent les besoins de nos amis les bêtes et qui mettent systématiquement les alimentations naturelles dans la catégorie « carencée » ou « dangereuse » (4 – 6).

Qui est-elle ? Mme Freeman a travaillé 5 ans chez DVM, le fameux consultant en médecine vétérinaire qui appartient à Natura Pet (les croquettes « saines »), pour faire ensuite une thèse dans une école de nutrition à l’Université de Tufts, payée bien sûr par Natura Pet. Mais Mme Freeman cumule les postes à responsabilité puisqu’elle est la présidente (ou chairperson en anglais) de la WSAVA ou World Small Animal Veterinary Association.

Cette association de renommée internationale fait légion dans le domaine médicale vétérinaire, et influence fortement les décisions à l’échelle d’un pays en terme de recommandations nutritionnelles. Or, cette association est financée par les 4 plus grandes sociétés ou marques de croquettes industrielles, à savoir P&G (ou Natura Pet), Royal Canin, Nestlé Purina (qui commercialise une douzaine de marques pour chiens et chats), et Hills Pet, qui détient au moins 4 grandes marques de croquettes ou pâtés alimentaires (comme Science Plan ou Nature’s Best).

Pour conclure ce volet scientifique déjà très lourd, j’ai tout de même trouvé 2 études indépendantes (financées par le département de la défense américain et aucun groupe à croquettes) publiées en 2007 et 2008 qui prouvent un lien de cause à effet dans les cas de néphropathie chez le chien et le chat avec la consommation de croquettes industrielles (7, 8).

Vous pouvez également retrouver sur le net un PDF émis par la société BARF, qui dénonce les textes de lois en faveur des producteurs de croquettes (9). Par exemple, vous y apprendrez que le commerçant peut à partir de 3 % de bœufs afficher « nourriture pour chien avec du boeufs » sur ces emballages. De 25 à 95 %, le paquet peut s’appeler « Formule au bœuf pour chien ». C’est le terme « formule » qui module le nom marketing.


Notes et références

  1. Streiff, E. L., Zwischenberger, B., Butterwick, R. F., Wagner, E., Iben, C., & Bauer, J. E. (2002). A comparison of the nutritional adequacy of home-prepared and commercial diets for dogs. The Journal of nutrition132(6), 1698S-1700S.
  2. Larsen, J. A., Parks, E. M., Heinze, C. R., & Fascetti, A. J. (2012). Evaluation of recipes for home-prepared diets for dogs and cats with chronic kidney disease. Journal of the American Veterinary Medical Association240(5), 532-538.
  3. Dobson, R. L., Motlagh, S., Quijano, M., Cambron, R. T., Baker, T. R., Pullen, A. M., … & Daston, G. P. (2008). Identification and characterization of toxicity of contaminants in pet food leading to an outbreak of renal toxicity in cats and dogs. Toxicological Sciences106(1), 251-262.
  4. Baldwin, K., Bartges, J., Buffington, T., Freeman, L. M., Grabow, M., Legred, J., & Ostwald, D. (2010). AAHA nutritional assessment guidelines for dogs and cats. Journal of the American Animal Hospital Association46(4), 285-296.
  5. Answering owners’ questions about pet foodsLisa M. Freeman, DVM, PhD, DACVN. Tufts Cummings School of Veterinary Medicine. North Grafton, MA.
  6. Feeding Unconventional Diets. Adapted from a nutrition conference given by Lisa M. Freeman, DVM, PhD, DACVN.
  7. Brown, C. A., Jeong, K. S., Poppenga, R. H., Puschner, B., Miller, D. M., Ellis, A. E., … & Brown, S. A. (2007). Outbreaks of renal failure associated with melamine and cyanuric acid in dogs and cats in 2004 and 2007. Journal of Veterinary Diagnostic Investigation, 19(5), 525-531.
  8. Thompson, M. E., Lewin-Smith, M. R., Kalasinsky, V. F., Pizzolato, K. M., Fleetwood, M. L., McElhaney, M. R., & Johnson, T. O. (2008). Characterization of melamine-containing and calcium oxalate crystals in three dogs with suspected pet food-induced nephrotoxicosis. Veterinary Pathology Online,45(3), 417-426.
  9. The intelligent Pet Food Report. BARF
  10. Finley, R., Ribble, C., Aramini, J., Vandermeer, M., Popa, M., Litman, M., & Reid-Smith, R. (2007). The risk of salmonellae shedding by dogs fed Salmonella-contaminated commercial raw food diets. The Canadian Veterinary Journal48(1), 69.
  11. Joffe, D. J., & Schlesinger, D. P. (2002). Preliminary assessment of the risk of Salmonella infection in dogs fed raw chicken diets. The Canadian Veterinary Journal43(6), 441.
  12. Finley, R., Reid-Smith, R., Weese, J. S., & Angulo, F. J. (2006). Human health implications of Salmonella-contaminated natural pet treats and raw pet food.Clinical infectious diseases42(5), 686-691.
  13. Behravesh, C. B., Ferraro, A., Deasy, M., Dato, V., Moll, M., Sandt, C., … & Williams, I. T. (2010). Human Salmonella infections linked to contaminated dry dog and cat food, 2006–2008. Pediatrics126(3), 477-483.

31 Commentaires

  1. Linda Doyon

    Bonjour Jérémy,je me casse la tête depuis des années pour trouvée la meilleure nourriture possible pour mes chiens….J’en ai 6 dont l’une à fait 5 colites une à la suite de l’autre..Dès qu’elle terminait ses antibiotiques ça recommençait…diarrhée et le sang…Après plusieurs lectures ,j’ai décidée de la mettre sur croquettes végétariennes…Et surprise,elle n’a plus refait de colite depuis octobre dernier..J’ai fait venir des croquettes VG dÉvolution Diet…Ici,au Québec le choix est rare…Avez vous des marques VG à me recommander…Ici,c’est medical royal canin les plus accessibles..Les autres pays ne livrent pas ici…Manger Paléo pour des chiens ça consiste en quoi exactement?Merci de bien vouloir me répondre svp!Bonne journée

    1. Florence

      Linda, vous donnez des croquettes uniquement à base de céréales et légumes déshydratés à vos chiens ? sachant qu’ils sont carnivores,je doute que ce soit une bonne idée !!!
      Si vous voulez vous rapprochez d’une alimentation naturelle ET adaptée, renseignez vous sur le barf/raw feeding c’est à dire : viandes crues, os charnus crus, panse verte ou mix de fruits et légumes crus, abats diversifiés, le tout en respectant les introductions à faire.
      Au pire, repassez aux croquettes sans céréales mais pitié, pas de croquettes végétariennes pour un carnivore :(

      Au passage, merci Jeremy pour tes articles sur la nutrition de nos 4 pattes, qui est une vraie catastrophe !

Les commentaires sont fermes.