6 Raisons de Bannir les repas « à volonté »

buffet-volonte-sushi-glouton-repas

Sushi à volonté ce soir ?!

Sushis, maquis, buffet, pizzas (flammenkueche), carpaccio, crevettes ou encore des moules frites… Qui n’a jamais essayé ces plats à volonté ? Qui n’a jamais succombé à la tentation de manger à volonté, pour une somme ma foi modique, jusqu’à la rupture de l’estomac ?

Ces offres sont monnaies courantes dans nos pays occidentaux, classiques pour certains restaurants et très prisées par un nombre croissant de consommateurs (mais surtout les plus jeunes).

Le principe est donc très tentant : pour une somme relativement basse (bien souvent l’équivalent d’un plat du restaurant, ou un poil plus), vous avez un accès illimité à de nombreux plats (type buffet) ou bien une quantité infinie d’un plat donné (type sushis à volonté).

J’en discutais l’autre jour avec des amis dans un bar, et j’avoue que j’étais assez remonté contre cette mode que je trouve répugnante à tous les niveaux. Je me souviens encore de mon dernier carpaccio à volonté en Nouvelle-Calédonie, où je n’avais qu’une seule idée en tête, battre le record des 13 assiettes d’un ami.

L’idée ou plutôt la connerie du siècle.

Désormais mon avis est catégorique : les repas « à volonté », et peu importe la nature des aliments (car les légumes vapeurs sont aussi à volonté !), n’apportent rien de bon, et jouent sur toutes les faiblesses psychologiques humaines pour nous faire consommer le pire, et en trop grande quantité.

Alors oui, il faut absolument bannir les repas à volonté, sauf si vous exploser le bide vous plait énormément, dans ce cas-là, faut changer de site web et bon sushis !

Top 6 des raisons d’éviter les repas « à volonté »

6 raisons de les bannir. C’est simple, évident, mais pourtant, il faut le savoir.

Vous mangez trop, jusqu’à l’explosion du bide

C’est le principe même de la formule : vous n’avez aucune limite sur les quantités. J’espère que la plupart d’entre vous savent déjà qu’il est plutôt difficile de terminer un repas complet au restaurant (entrée, plat et dessert) sans devoir dégrafer le bouton de son pantalon… alors à volonté ?

C’est bien simple, c’est une explosion de bide en bonne et due forme. Un souvenir probablement très amer pour votre estomac, mais aussi pour votre pancréas, qui devra gérer toute cette nourriture exagérément ingurgitée et en très peu de temps !

Les assiettes s’enchaînent, les desserts passent et trépassent, et les pros du marketing l’ont bien compris : la diversité nous pousse à consommer. Les scientifiques l’appellent même « l’effet buffet », le cerveau fait un reset alimentaire dès qu’un nouveau plat est aperçu.

C’est bien simple, on veut goûter à tout, on peut goûter à tout et personne ne vous regarde pour vous juger, car tout le monde fait pareil dans ce genre d’endroit !

Bien évidemment, ai-je besoin de vous rappeler que vous allez ingérer une quantité pharaonique de calories durant ces évènements alimentaires. Ai-je aussi besoin de vous rappeler que ce ne sont pas les brocolis vapeurs ou les carottes bio qui sont les plus choisis ? Non, c’est bien les poitrines fumés, les fondues en tout genre, les glaces, les sauces, etc.

Je pense que l’on peut tout à fait voir cet évènement comme traumatisant pour votre organisme. Autant sur le plan physiologique (vos hormones et vos organes sont sous le choc et bouleversés) que psychologique (on se sent parfois très mal après ces repas).

Vous mangez des produits de qualité moyenne

Ce point est selon moi du bon sens, mais doit être tout de même tempéré. Pour produire autant de nourriture, l’offrir pour une somme si faible et à volonté, croyez-vous vraiment que vous avez affaire à du haut de gamme ?

Des légumes biologiques ? Des poissons sauvages et de la viande d’élevage biologique ?

Je pense que très sincèrement pour à la fois être rentable et accessible aux consommateurs, les restaurateurs doivent jouer sur la qualité des produits, mais également sur les quantités achetés et probablement sur le nombre de clients escomptés.

Il n’empêche que je ne peux pas m’arrêter de penser que les restaurateurs doivent complètement se foutre de la qualité générale du produit, car le consommateur est là pour manger, et beaucoup. Voilà pour lui le critère de rentabilité.

C’est justement le point suivant.

Vous cherchez la rentabilité, grave erreur !

Je pense que le plaisir culinaire n’est absolument pas au rendez-vous lors de ces évènements obésogènes. Quand on paye son entrée pour un buffet ou pour des crevettes à volonté, le premier objectif est la ren-ta-bi-lité.

« Il va falloir amortir l’investissement ! »

Oui mais encore une fois, qui en paye le prix ? Vous, et deux fois même. Ce point rejoint les deux précédents dans le sens où le consommateur est mené en bateau par une stratégie marketing basée sur le gaspillage alimentaire et la gloutonnerie naturelle des Hommes.

Un repas est avant tout un moment de partage puissant, où la nourriture est étroitement liée à nos émotions. Manger peut être assimilé à faire l’amour. On peut retirer un plaisir sans nom lors d’une simple bouchée d’une préparation soignée et de qualité. Mais que dire des menus à volonté ?

Une assiette, une autre, encore une autre. Au final, dans les buffets, on ne se souvient que de la moitié de ce que l’on a mangé. Triste et dangereux.

L’équilibre alimentaire n’existe plus

C’est un point essentiel de ces modes alimentaires dangereuses : vous pouvez faire une croix sur votre équilibre alimentaire !

Bien souvent, les aliments proposés à volonté font parties de ces aliments à consommer avec modération. Que dire des moules-frites à volonté ? Que dire des crevettes à volonté ? Des pizzas également ? Sel, gluten, farine blanche, blé, glucides et tous les conservateurs de la pâte ingérée en quantité… astronomique ?

Vous l’avez compris, en plus de manger exagérément trop, vous mangez exagérément mal.  Certains me diront que ces évènements « à volonté » n’arrivent pas si fréquemment que ça, et que de manière occasionnelle cela ne peut pas faire de mal.

Soit, je peux comprendre le raisonnement. Chacun place sa discipline, son goût pour la nourriture et la frugalité où il le souhaite. En attendant, même une fois par mois, je trouve que c’est une fois de trop.

Vous n’appréciez plus votre repas, mais le nombre d’assiette terminée

C’est indéniable. Triste constat lors des sorties de repas à volonté, mais au lieu de parler de la qualité et du type de nourriture que l’on vient de manger, on parle du nombre d’assiettes terminées !

« Alors toi t’as fait combien d’assiettes ?

7 ! Mon nouveau record !

Et c’était quoi tes assiettes ?

Heu, du bœuf, je crois, et du thon ouais ! »

Je l’ai vécu et entendu. N’est-ce pas indigne ? Pitoyable même ? Je vous laisse juger.

buffet-volonte-sushi-goinfre-repas

Vous êtes perdants à tous les niveaux

Pour conclure l’ensemble des points précédents : vous êtes perdants à tous les niveaux si vous jouez le jeu du menu à volonté.

Vous mangez trop, vous mangez mal, vous n’appréciez plus votre repas, vous ressemblez plus à un ogre qu’à un être humain, et je n’ose imaginer la tête d’un pauvre crève-la-faim s’il vous voyait.

Bien sûr, certaines personnes (surtout les femmes) font parfois montrent d’une excellente discipline et semblent beaucoup plus être à l’écoute de leur corps et se refreinent dans cette gloutonnerie hypocrite.

Mais que dire de tous les autres ?

Les solutions aux buffets à volonté

Bien sûr il existe des solutions.

La première, c’est de ne plus y aller ! Quelle surprise !

La seconde est plus délicate à mettre en œuvre. Mais si vous décidez tout de même de prendre part au repas à volonté, vous devrez partir « perdant » dans votre tête et ne commander que ce qu’il vous faut. On vous dira :

« Mais poourquoi venir alors ? »

C’est à vous de choisir.

Une 3ème option pourrait être pas mal si vous accompagnez vos amis mais que vous, vous prenez un repas normal sans intégrer la formule à volonté. Cette option apporte de nombreux avantages car vous pourrez voir toute la splendeur de cette gloutonnerie, et vos compères pourront aussi voir où se place la « normalité » je dirais. C’est une expérience intéressante à faire.

J’en ai fini. Et j’espère que vous aussi, avec les menus à volonté.

29 Commentaires

  1. Guillaume

    Bonjour Jérémy,

    Le buffet de sushis à volonté est le pire. Il ouvre la porte à tout les excès.

    L’option 3 que tu proposes est la meilleure entre amis…car on peut admirer la splendeur de la gloutonnerie comme tu dis et surtout, cerise sur le buffet, on rigole quand 2-3 heures après ils ont encore faim avec le crash de glycémie.

  2. Ottman

    Salut Jeremy,

    Un peu pessimiste l’article :(

    Bien souvent les restos « buffet volonté » ne vous donnent pas le choix sur une autre formule classique. Pourquoi se priver pour le même prix!!

    La majorité des gens « je pense » (et sa c’est confirmé avec le petit sondage que je viens tout juste de faire a quelque personnes) Viennent dans l’optique de manger normalement, avec pourquoi pas l’envie de se resservir si l’envie est là.
    Bien évidement les challenge à table sont pour le plus souvent des jeunes avec des défis idiots ( plus d’assiettes, plus de dessert….)

    Par contre Jeremy il est tout à fait possible de manger correctement, légumes, viande ou poisson, salade… (la qualité c’est une autre histoire!) C’est sur que théoriquement je vais plus me resservir sur des aliments types crevettes frit, alimentation frit riche en gras… des choses que les personnes n’auront pas pour habitudes de faire chez eux pour différentes raisons.

    Choisir entre un resto avec entrée, plats et dessert classique ou tu ressort avec parfois une petite faim ou un resto à volonté, je choisirais « resto à volonté ». Tout dépend de l’appétit à chacun!

    Pour le plaisir culinaire sa reste essentiellement une question de prix, resto a volonté ou classique sont dans un ordre de prix entre 15 à 35 euros (environ) au delà je pense que la qualité doit-être au rendez-vous.

    En ce qui concerne le gaspillage alimentaire il est de notre devoir de finir notre assiette ou alors de ne pas remplir notre assiette au point de ne pas pouvoir finir!
    certains resto indique même que les assiette non fini seront facturés.

    Nous pouvons goûter a tous avec modération, je viens juste d’avoir le témoignage d’une personne qui me dit que les resto à volonté c’est l’occasion de goûter différents aliments ou plats, que pour habitude nous n’aurions pas goûter.
    Une autre raison que la personne ma avancé c’est qu’elle peut si elle le souhaite manger deux entrée en diminuant la plat de résistance, sans pour autant payer deux entrée dans un resto classique.

    Effectivement la diversité nous poussent a consommer, nous pouvons être aussi dépasser sur les quantités surtout pour les plus gourmands!

    Conclusion: dire que c’est répugnant de manger dans des resto a volonté c’est un peu poussé!!
    Et si vous aimez vous exploser le bide, ne changez pas de site web! allez plutôt voir les articles intéressent sur ce site web sur l’alimentation et la mal bouffe!!

    Oui Oui Jeremy il faut motiver les gens :)

    1. Axel

      @ Ottman,
      je trouve votre réflexion très intéressante, au delà de l’article c’est justement CE style de réflexion qui amène de l’eau au moulin de Jeremy. Je me permets de mettre en doute votre petit sondage, il ne doit pas être représentatif de la mentalité la plus répandue et de surcroît, un tel sondage doit être variable en fonction des régions et des habitudes alimentaires.propres à chaque région de chaque pays.
      Je prends cet article pour un plaidoyer contre l’obésité galopante et les futurs problèmes de santé et les coûts cachés que ceux ci vont impliquer. Ce n’est pas qu’une affaire d’éducation à l’échelle mondiale, c’est d’une conscience défaillante dont il s’agit.

      @ Marie, la réalité est encore autre que ce que vous décrivez, binaire peut-être en apparence. Vous présentez un aspect sain et maîtrisé, tant mieux pour vous, mais si vous croyez que vous représenter la majorité, hélas ce n’est pas le cas. Regardez attentivement les comportement alimentaire des gens sur les … cinq dernières années. Pas que près de chez, mais partout.

      Pour vous donner une idée plus précise, je vous invite à regarder ce documentaire fait il y a quelques années, il est hélas encore plus d’actualité.
      http://www.rts.ch/emissions/36-9/921671-obesite-les-raisons-du-fiasco.html

      1. Marie

        Les problèmes d’obésité sont très complexes, problèmes psychologiques, relationnels, hormonaux, etc.. l’obésité n’est pas une maladie, c’est un symptôme. Tant qu’on s’acharnera sur le symptôme la maladie sous jacente ne sera jamais guérie, voilà les raisons de l’explosion de l’obésité dans le monde, mais c’est un chapitre qu’on ne va pas développer ici.

        Les gros mangeurs mangent beaucoup partout, chez eux comme au restau, peu importe pour quelles raisons ils mangent beaucoup, le problème est interne, et ce n’est pas en bannissant les restau à volonté qu’on va résoudre le problème de l’obésité.

        Ensuite c’est comme pour tout, l’alcool par exemple.

        J’aime partager un verre de porto avec mes amis, ce n’est pas pour autant que je me bourre la gueule tous les soirs jusqu’à vomir. Et ce n’est pas parce que certains le font que l’on va bannir le porto pour autant. J’espère bien que non.

        Parce que avec ce genre de raisonnement on va vers une dictature sectaire.
        Les restau à volonté sont mauvais n’y allez pas.
        le porto ça saoule n’en buvez pas.
        le soleil ça brûle ne vous exposez pas.
        etc..

        On va où là??

        Voilà ce que j’ai à dire, c’est mon opinion, j’espère que en plus je n’aurai pas à faire avec la police de la pensée qui va me dire comment je dois considérer les choses pour être dans la bonne voie, vous commencez à me faire peur..

        Est-il possible d’avoir un avis et qu’il soit simplement respecté pour ce qu’il est, juste un avis?? j’ai comme un doute.

        1. Axel

          Est-il possible d’avoir un avis et qu’il soit simplement respecté pour ce qu’il est, juste un avis?? j’ai comme un doute.

          Oui, chacun à droit a avoir son avis. J’exprime une vision différente de la votre. Après les gens lirons et se forgeront leur propre opinion.

          C’est bien de dire que c’est possible et que ça va bien, c’est aussi bien de dire que c’est pas forcément tout rose.

          Cela s’appelle une divergence de point de vue.

          Est-il possible d’avoir un avis autre que le votre et qu’il soit simplement respecté pour ce qu’il est,juste un autre avis?? j’ai comme un doute.aussi.

          Quand vous dites : « Les problèmes d’obésité sont très complexes, problèmes psychologiques, relationnels, hormonaux, etc.. l’obésité n’est pas une maladie, c’est un symptôme.  »
          Je suis tout a fait d’accord avec vous sur le début.
          Quand vous dites que ce n’est pas une maladie, là par contre je ne suis pas tout à fait d’accord. C’est au contraire une maladie mais de la société dans son comportement global. Le symptôme apparaît au niveau individuel, comme la pointe visible d’un iceberg, voir la pointe qui émerge n’indique pas ce qui est caché.
          Je suis d’accord avec vous sur le fait de ne pas tout interdire et supprimer, la dérive sectaire, ça ne résoud rien au final. Mais ne rien faire n’est pas top non plus.

          Au moins nous en parlons ! c’est déjà ça.

        2. ivy

          Bonjour
          Effectivement, je suis complètement d’accord avec Marie.
          Plus je lis ce blog, plus je le trouve extrêmiste. Si je me laissai aller, je dirais même que l’auteur est un jeune (ça a son importance) qui a des avis trop tranchés, et en terme de crédibilité, je trouve ça clairement moyen.
          Chacun fais ce qu’il veut. C’est bien d’informer, de là à faire un lavage de cerveau…

          1. Axel

            @Ivy « Chacun fais ce qu’il veut. C’est bien d’informer, de là à faire un lavage de cerveau…  »
            Pour le lavage de cerveau, la société le fait très bien tout seul. Manquait le cycle de « rincage », c’est l’utilité de cet article !

            Ce n’est pas que de l’information, C’est de l’éveil de conscience.

            Et y en a-t-il besoin ? il n’y en a pas assez, c’est presque certain !

            La « preuve » ? Regardez autour de vous ! Le comportement général des gens qui est d’ailleurs souligné par votre exception.

            Chacun fait se qu’il veut ? euh… oui parfait, mais c’est d’abord ce qu’il peut. Suivre les autres, la masse de gens qui ne réfléchissent pas et allez bouffer comme un goret en fait aussi partie.

            Après c’est selon la volonté de chacun. Devenir conscient est un acte uniquement volontaire.

            Et la dynamique de la société est dans le « lavage de cerveau » pour ne pas devenir conscient et suivre la masse des moutons qui finiront à l’abattoir de la conscience responsable et se trouvera au grand buffet du « no brain » à gogo et gratuit !

            Faites votre choix. Bon appétit.

            Merci à Monsieur Anso pour cet article qui aide à faire un pas de plus dans la prise de conscience.

  3. Marie

    Je trouve dommage de s’inscrire dans une pensée binaire, tout ou rien alors que la réalité est plus nuancée. Oui il y a des jeunes qui vont abuser, mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

    Avec ma fille on va de temps en temps au restau à volonté, pour le plaisir de voir les plats avant de les choisir, et on empiffre pas pour autant. Nous ne sommes pas des bêtes qui se goinfrent uniquement parce que la nourriture est disponible.

    Je me sens même un poil vexée de voir que vous êtes capable d’avoir une pensée aussi brutale envers vos semblables dès qu’un truc ne vous plait pas quelque part.

    Les buffet à volonté, c’est sympa entre amis, ou seul à la pause de midi, peu importe, mais c’est comme tout, le tout c’est de ne pas abuser, et ça tout le monde en est conscient, à part quelque cas, mais ce n’est heureusement pas une généralité.

    Sinon, changez d’amis.

    Mon cher Jérémy, vous n’êtes pas le seul homme civilisé en ce bas monde, j’espère qu’un jour vous en prendrez conscience..

    Sur ce, très bonne journée à vous.

    Marie.

  4. Axel

    Je confirme que le système peut aller loin. Une expression peut-être pas très courante illustre mon propos : avoir les dents du fond qui baignent.

    Quand à la « fin » d’un repas, j’ai voulu boire une gorgée, celle-ci n’est pas descendue dans mon gosier, mais est restée au fond de ma bouche. Embêtant comme situation !

    Une seule solution pour finir d’avaler et ne pas recracher : me lever de table. Mais ce n’est pas tout !
    Une fois levé, le liquide est bien descendu dans le gosier, je l’entendais dans ma gorge… floc floc… par contre impossible de me asseoir.à nouveau.

    Quatre heure plus tard ça commençait à aller mieux, Deux jours plus tard ça allait mieux.

    C’est la seule fois que ça m’est arrivé à ce point et je peux dire : ça ! C’est fait ! Mais c’est quand même une belle connerie inutile.

    1. Marie

      Votre triste aventure ne concerne que vous et cela aurait tout aussi bien pu vous arriver chez vous ou ailleurs. Ici le problème c’est votre manque de discipline, ce n’est pas le restaurant.

      Dans le cas des accidents de la route, le problème c’est le conducteur, ce n’est pas la route, nous somme d’accord.

      Il y a beaucoup de gens comme vous qui manquent de discipline et ne savent pas se raisonner, ce n’est pas pour autant que l’on va formater le monde par rapport à leurs pathologies.

      Si vous ne savez pas vous raisonner au restaurant, n’y allez pas, mais laissez les gens vivre, si ce n’est pas trop demander.

      1. Axel

        C’est simplement un témoignage en soutien à l’article. Dire que oui, ce genre de stupidité, ça existe aussi et que ce n’est pas un exemple à suivre, C’est mon aventure, mais elle n’était pas triste, elle était stupide.

         » Il y a beaucoup de gens comme vous qui manquent de discipline et ne savent pas se raisonner, ce n’est pas pour autant que l’on va formater le monde par rapport à leurs pathologies. »

        Comme dit plus haut : c’est simplement un témoignage et votre constat sur le manque de discipline du moment est exact. Par contre, Il n’y a aucune invitation à formater qui ou quoi que ce soit.

        « Si vous ne savez pas vous raisonner au restaurant, n’y allez pas, mais laissez les gens vivre, si ce n’est pas trop demander. » Je le répète, c’est simplement un témoignage. C’est juste un fait.

        Vivez comme vous l’entendez. Faites-vous votre propre opinion et merci de votre réaction et partage.

  5. jerome

    Après un jeune de 24 heures et une séance de sport je trouve cela terrible… Voilà c’est mon avis et après je sélectionne mes aliments (pas de dessert, pas de friture, un peu de riz…) Et on y mange rarement.

  6. Éric G. Delfosse

    Hé bien, c’est un article à la fois empli de bon sens, et avec lequel … je ne suis pas trop d’accord, pas à 100%.
    Ce qui me turlupine, c’est la généralisation…
    VOUS êtes peut-être (en résumé) glouton, mais … pas moi.
    Et je puis parfaitement participer à un buffet « à volonté » sans essayer de me faire exploser l’estomac avec des « records » débiles de sept assiettes de crevettes. Chacun son truc…
    Finalement, les deux seules choses auxquelles j’adhère (sans trop de restriction), c’est :
    -« vous êtes perdants à tous les niveaux si vous jouez le jeu du menu à volonté » => oui, « si » ! Mais personne n’est obligé de « jouer leur jeu » et de se goinfrer. Ho, bien sûr, ça m’a déjà apporté quelques remarques (du genre « quoi ? tu ne manges que ça ? ») de gens que j’accompagne dans ce type de banquet, et qui, eux, sont plutôt du genre « bin, quoi, c’est compris dans le prix, alors j’en profite », mais, bon, comme je le disais ci-dessus, chacun son truc.
    – la qualité des produits n’est pas au top niveau. Malheureusement. Mais, entre nous, quand vous allez dans un resto (à peu près n’importe lequel, pas rien qu’un resto « à volonté »), la qualité des produits n’est de toute façon pas au top niveau dans neuf cas sur dix. Pas moins que dans ces buffets à volonté. Vous connaissez beaucoup de restaurants qui proposent un plat du jour à dix euros réalisé avec des produits issus de l’agriculture biologique, vous ?
    Bon appétit…

  7. France19

    On peut aussi s’éclater le bide chez soi, et même avec des aliments sains. Tout est possible, tout est réalisable …

  8. LAY

    bonjour

    j’habite paris meme et je peux vous dire que les menus soi disant a volonte ne valent pas du tout le coup…je pense a la plus basse des forumules « flunch », on n’est pas du tout gagnant…avec son porte monnaie, on pense, ils nous font croire que nous sommes gagnant a nous resservir mais pas du tout…on paye un menu, enfin on paye (poisson ou viande) sans accompagnement…et ensuite on va chercher notre accompagnement soi disant a volonte frite, legumes ect…qui sont de tres basses qualite…et en plus on est vite rassassie..on dirait qu il mette de la farine ou un truc qui te remplit vite lestomac dans le plat..donc en realite tu nauras paye qu un plat (bah oui la boissson nest pas comprise il faut payer en plus la boisson, le dessert ect…)….et au pire tu te sers que deux fois selon ce que tu as pris….!!!
    il y a toujours arnaque dans ces formules non seulement pour notre porte monnaie et bien sur notre estomac!!!

    1. Éric G. Delfosse

      Arnaque ?
      Non, ça s’appelle du commerce, tout simplement…
      Acheter un truc à un certain prix, pas trop cher, puis le revendre cinq-six fois plus cher au client en lui faisant croire que c’est un truc extraordinaire et qu’il a de le chance de le payer si bon marché… ;-)

  9. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

    @ Marie:

    vous dites que tout le monde en est conscient ? Wah, effectivement c’est puissant. Mais je pense ma chère Marie qu’un nombre très important de personnes est conscient que mangez sainement est bon pour la santé, faire du sport, ne pas fumer, et donc ? Où est la réalité ? Est-ce que la majorité des gens sont raisonnables ? Est-ce que la majorité des gens refusent une cigarette en connaissance de cause ? Est-ce que la majorité des jeunes évitent les fast-food ?

    Je ne vois pas en quoi le fait que je sois « civilisé » ait à voir dans cette histoire. Alors je suis brutal envers mes semblable, mais est-ce que cela est choquant ? est-ce que je dois me sentir compatissant envers tout le monde ? Envers ceux qui ne font aucun effort ou je ne sais quoi ? Si j’étais effectivement extrêmiste comme le dit Ivy, je ne m’efforcerais pas de lister des alternatives à la fin de mon article.

    alors bien sûr qu’il y a des personnes comme toi et comme surement beaucoup d’autres sur cette Terre qui voient dans les menus à volonté une occasion de goûter plusieur plat (et encore là on parle des buffets ce qui est bien spécifique) mais crois-tu que c’est la majorité ? Tu me dis que je généralise, mais soit, tu le fais également avec ton expérience (que je comprends bien et que je respectes).

    Après chacun doit trouver ce qui lui convient ou pas dans cet article. Il doit plutôt être vue puor aider peut-être certaines personnes qui abusent de ce genre d’évènement ou qui sont en surpoids pour prendre conscience ou je ne sais quoi d’autres.

    Les personnes sensibles à l’alimentation, aux quantités feront de toute manière attention dans tous les cas. Alors bon.

    @ Ottman:

    Franchement pour le coup du repas au resto dans lequel tu peux ressortir avec une petite faim, j’ai du mal à y croire dans la plupart des cas. J’ai plutôt un gros appétit, je mange beaucoup on peut le dire, et bien j’estime qu’un repas traditionnel (entrée plat et dessert) au restaurant c’est beaucoup trop, et je repars systématiquement (vraiment systématiquement) avec un doggie bag. Parfois le dessert n’est même pas nécessaire et c’est bien souvent de la pure gourmandise. Après tous les restaurants ne proposent pas les mêmes quantité, mais je parle de quantités standards on va dire.

    @ Ivy:

    Effectivement je suis un « jeune ». J’ai 26 ans, je suis futur docteur en science, j’ai des avis tranchés, je suis parfois têtu et borné, j’aime écrire parfois des articles « scientifiques » avec pas mal de référence et parfois des pamphlets comme celui-là pour critiquer une dérive alimentaire (c’est un poil exagéré et je peux le reconnaître) mais du lavage de cerveau.. ? Extrêmisme ?

    De toute manière, on ne peut pas plaire à tout le monde. J’imagine bien que Mark Sisson est un extrêmiste pour la quasi totalité des diététiciens et des médecins et de la moitié des américains avec son régime paléo, et pourtant, si seulement plus de personnes le suivaient…

    Bref, je te conseille de découvrir le reste du blog avant de te faire un avis aussi tranché sur ma personnalité et mon « extrêmisme » soit disant. Sinon tant pis, ce n’est pas qui moi qui vais en pleurer !

    @ Pour tout le monde:

    Suis-je obligé de lire à maintes reprise « laissez les gens vivre. » « Laissez les faire leur choix »

    Mais les gens FONT les choix qu’ils veulent ! Les gens ont le choix de ne PAS lire mes articles, de continuer de manger et vivre comme ils veulent et de surfer sur doctissimo ! Qu’on ne viennent pas remettre en question ma liberté d’expression sur mon blog, sur mes articles, qui traduisent ma philosophie de vie et MA vision des choses. il existe des tas d’autres blogs en français et en anglais sur ces sujets, où les auteurs prendront plus ou moins des gants, alors n’hésitez pas !

  10. Henri

    Bonjour,
    entièrement d’accord avec les arguments de Jérémy.
    Perso, j’habite près de la frontière espagnole, y’a un « Grand Buffet » à LA JONQUERA,…
    démentielle la file d’attente !…Et, qu’un délai de 2 heures pour « s »empiffrer » ! ! !
    Ensuite, à la porte, car rendement et commerce obligent !
    J’y suis allé une fois , un dimanche soir pour voir et.. goûter.. y a vraiment du choix,
    j’ai bien observé : la plupart des gens se goinfrent, les assiettes sont systématiquement ramassées pour qu’on en reprenne encore ! ! ! Quelle « grande bouffe « !
    J’en suis ressorti assez « rempli » surtout après avire fait 4 fois le tour des desserts…
    Diète et double footing le lendemain de rigueur.
    Promis je ne recommence plus, mais ne manquerai pas d’y retourner entre amis, pour voir la gloutonnerie humaine en action et analyser tout çà avec plus de recul… comme la 3ème option évoquée par Jérémy.
    J’ajouterai que pour ce qui concerne les restos asiatiques à volonté… c’est vraiment de la m….e ! Quand j’ai aperçu certains manger une vingtaine de nems, après avoir fait la queue sans honte avec l’assiette en main… et se gaver ensuite de plats en sauce dégoulinante de leurs assiettes monticulaires… j’ai préféré vite sortir et retourner manger chez moi !
    (Faits réellement vécus et authentiques)

    Bravo monsieur ANSO pour vos éclairages et votre objectivité.

  11. Livredor

    Merci Jérémy pour cet article.
    Oui les buffets à volonté participent à créer un environnement qui favorise les prises de poids et l’obésité. Même en ne participant pas à des concours sur le nombre d’assiettes remplies et avalées, le simple fait de présenter autant d’aliments différents incite les personnes normales à reprendre, à mettre de grosses quantités dans leur assiette et à trop manger. Il faut une volonté de fer pour se restreindre dans ce genre d’endroit. Aussi bien parce que les autres agissent alors différement et ils n’apprécient pas votre retenue (pression du groupe) qu’à cause de notre propre corps qui sent, voit des choses qui lui font envie et veut en manger plus.
    Alors bravo vraiment pour tous ceux qui savent se retenir, se restreindre, ne pas manger trop, mais il serait vraiment plus facile pour les autres (pour tout le monde en fait) si les buffets étaient moins courants, si les plats contenaient des portions plus petites, si les accompagnements contenaient des bonnes portions de légumes verts au lieu de frites/riz/pâtes, si les occasions de fêtes pouvaient se fêter avec quelque chose de bon mais sans sucre, s’il n’y avait pas autant de distributeurs automatiques de boissons sucrées et de sucreries un peu n’importe où.
    Je suis pronfondément convaincue de la justesse des arguments du régime Paléo. C’est juste super difficile à suivre dès que je suis en contact avec le reste du monde. Les gâteaux d’anniversaire ou les pots de départs, les menus à la cantine TOUJOURS avec accompagnement riz/pâtes/pommes de terre, les invitations chez les amis, les sandwiches proposés en guise de repas en formation…
    Je peux les manger, je ne suis pas allergique. Mais tout cela me fait grossir. Les autres petits dérangements sont à peine remarquables: la peau qui montre des boutons rouges, les gargouillements de ventre, pas grand chose en fait.
    Ce n’est pas non plus le sport qui est vraiment le point le plus important. J’ai plein de collègues moins gros, même plutôt maigres, qui font bien moins de sport. Bon, je ne peux pas tout faire non plus, avec 108kg pour 1m68, je ne fais pas de marathon, plutôt de longues promenades, du vélo, de la natation, des trucs qui ne vont pas me bousiller mes articulations trop vite.
    J’ai découvert au fil du temps plein de choses sur la facon qu’a mon corps de réagir suivant ce qu’il mange ou pas. Jeûner, il en est capable, mais cela réduit ses compétences intellectuelles (dans mon travail trop appréciées pour m’en passer). Manger des féculents me donnent envie de dormir juste après et m’incite à manger sucré trois heures plus tard. J’ai plein d’autres trucs comme cela.
    Mais là maigrir, je n’y arrive pas. Des fois je refuse la part de gâteau, je ne prends qu’une salade au repas de midi, je me nourris sur une longue période comme il faut. Mais tout mon environnement me rend les choses plus difficiles. Dire non est difficile. Ne pas participer. Ne pas faire la même chose que les autres. Ne pas finir son assiette. Demander une plus petite portion. Payer plus pour avoir des légumes. Boire de l’eau même au restaurant quand tous les autres prennent des boissons sucrées.
    Alors oui ce serait plus facile si tout autour de moi une meilleure facon de se nourir était normale, et les occasions de mal manger étaient beaucoup plus rares. Et je n’ai pas l’impression de réduire la liberté des uns et des autres en le souhaitant.

  12. Raf

    Super article :) Merci !!!!

  13. Alain

    @Marie

    Je vous site :
    « les raisons de l’explosion de l’obésité dans le monde » sont que « l’obésité n’est pas une maladie, c’est un symptôme. » et que « Les gros mangeurs mangent beaucoup partout, chez eux comme au restau, peu importe pour quelles raisons ils mangent beaucoup, »

    Plus précisément l’obésité est un syndrome qui est un ensemble de signes cliniques et de symptômes qu’une personne est susceptible de présenter soit lors de certaines maladies, soit dans des circonstances cliniques d’écart à la norme pas nécessairement pathologiques.

    Donc l’explosion de l’obésité dans le monde est due au fait que les gros mangeurs mangent beaucoup partout, chez eux comme au restau, ce qui est vrai mais pour quelle raison mangent-ils beaucoup ? Parce qu’ils ont des problèmes psychologiques, relationnels, hormonaux, etc.. ?
    Plus de deux milliards de personnes dans le monde auraient des problèmes psychologiques, relationnels, hormonaux, etc..
    Pourquoi n’y avait-il pas d’obèses dans les pays asiatiques jusque dans les années 60 ?
    Et pourquoi y en a-t-il de plus en plus depuis quelques dizaines d’années ?

    Les raisons de l’explosion de l’obésité dans le monde sont que les lobbies agroalimentaires produisent des milliards de tonnes d’aliments sans valeur nutritionnelle, c’est à dire des aliments inutiles, qui contiennent tous du glucose soit sous la forme de sucre ajouté, soit sous la forme d’amidon qui n’est qu’un polyoside de glucose, c’est à dire du sucre pur (la farine blanche de blé est composée de 85% d’amidon et de gluten) ainsi que des milliards de tonnes de produits laitiers de vache stérilisés à très haute température (140-150°C) sans valeur nutritionnelle et tout aussi inutiles.

    Le cerveau et les globules rouges utilisent presque exclusivement le glucose comme substrat énergétique et ce indépendamment de l’action de l’insuline.
    Cette glucodépendance cérébrale fait que toute variation importante de la
    glycémie est susceptible d’entraîner un dysfonctionnement neuronal pouvant aller jusqu’au coma.
    De ce fait nous sommes tous glucodépendants et un apport artificiel de sucre procure une sensation de plaisir.
    Cet excès de sucre est stocké par le foie sous l’action de l’insuline. Cependant au bout de deux à trois heures il n’y a plus assez de glucose dans le sang et on est en hypoglycémie, on a faim et on recommence à manger des aliments sucrés (c’est l’hypoglycémie réactionnelle). Et plus on mange, plus on grossit…
    Tous ces aliments qui ne contiennent aucun métabolite indispensable à l’organisme n’apportent que des calories en excès qui sont stockées sous la forme de graisse (de glycérides) dans les cellules adipeuses.

    La dictature nutritionnelle des lobbies agroalimentaires s’exerce partout : dans la publicité, dans les émissions télévisées, les débats, les publications sous une couverture scientifique, sur internet : le Cerin, le Cedus, …, dans les commissions européennes, dans la réglementation dictée par ces lobbies, dans des traités de « libre échange », pour nous imposer la consommation de ces aliments inutiles.

    Cela fait environ 6 ans que j’ai modifié progressivement mais radicalement mon mode alimentaire. Les résultats obtenus en supprimant tous ces aliments inutiles et en consommant à chaque repas les quelques grammes, milligrammes et microgrammes de
    métabolites indispensables sont absolument surprenants.
    Comme presque tout le monde j’aimais particulièrement les desserts sucrés, gâteaux secs, glaces, … Depuis que je ne consomme plus du tout d’aliments avec du sucre ajouté ou de l’amidon (farine blanche, chips, …) et bien je n’ai plus faim en permanence, je mange très peu et je n’ai même plus envie de désert sucré.
    Je ne pensais même pas qu’il était possible d’obtenir un tel changement. La sensation de bien-être, de légèreté et les économies réalisées en n’achetant plus ces aliments inutiles sont considérables.

    Ce que je constate est qu’il y a une prise de conscience qui s’opère et qu’un nombre croissant de personnes s’aperçoivent que l’industrie agroalimentaire essaie de nous faire avaler n’importe quoi et que cela ne passe plus.

  14. Cécile

    Bonjour,

    Connaissez-vous le livre de William Reymond « TOXIC : obésité, malbouffe, maladies : enquête sur les vrais coupables » ? Jérémy certainement. Je le conseille à tout le monde. Je pense qu’il vient étayer cet article… Je vous laisse le découvrir car son contenu est indescriptible et c’est un vrai électrochoc.
    Jérémy, merci pour ton blog découvert récemment et que je conseille à tout le monde !

  15. Marie-Christine

    il est vrai que ces établissements proposent de la nourriture de piètre qualité afin d’obtenir un bon prix de revient; il est vrai aussi que les personnes qui consomment comptent plutôt les plats en type de record qu’en type de dégustation! D’ailleurs il n’y a pas grand chose à déguster!
    merci à Cécile pour le livre Toxic de William Reymond ,
    en tant que nutritionniste je ne peux que conseiller de faire attention aux sensations de faim et de satiété
    à très bientôt de vous lire

  16. Shanako

    Bonsoir,

    Article plutôt bien pensé sur une anecdote que vous avez vécu.
    Je pense qu’on écrit le mot « maki » plutôt que « maquis ».
    Sinon effectivement on se doute bien qu’au niveau de la qualité on est nettement inférieure pour favoriser un rendement pour les restaurateurs de buffets à volonté.

    Il m’arrive de manger dans ces restaurants là (plutôt asiatiques : chinois ou japonais) ou en effet, je pense qu’il existe 2 grands types de consommateurs (enfin, de façon général) : Ceux qui se goinfrent parce que la nourriture est disponible à un prix qui semble accessible pour tous au vu du choix mais aussi ce qui vont venir pour essayer différents produits en écoutant les sensations de faim de son corps.

    Après, lorsqu’on est jeune, on en profite toujours pour faire quelques défis farfelus !

    Enfin bon, je pense que tout dépend ensuite des mentalités de chacun dans ces restaurants. Personnellement, je mange dedans comme si j’étais dans un restaurant classique. Certes, la première fois je goûte un peu à tout que je ne connais pas par curiosité. En revanche par la suite je sélectionne des aliments qui m’ont plu en quantité raisonnable pour mon corps.

    De toute façon je n’aime pas les produits frits ni les plats en sauce ! :p

  17. Sebastien

    Bonjour, je suis bien d’accord. J’ai testé ce genre de buffet hier soir, au départ on est content d’avoir accès à tous ces plats, et puis avoir mangé 3 assiettes de sushis/brochettes, et surtout vu les clients pour certains déjà largement en surpoids s’empiffrer méthodiquement, on en ressort avec un certains dégout, sans parler de la sensation de « ventre trop plein ». Et puis, ce principe de buffet dégrade la valeur de ce que l’on mange, donner tout à volonté c’est admettre que ca ne vaut rien, même si ca n’est pas le cas. Je préfère me faire servir une seule assiette de qualité et faire avec, la quantité n’est pas une fin en soi.

  18. marc

    Bonjour, effectivement la consommation de produits alimentaires en quantité excessive n’est pas recommandable sur le plan sanitaire. Mais je pense que ce probleme ne concerne pas exclusivement les buffets mais plutot les comportement alimentaire de chacun meme si on peut assimilé une poposition de buffet a une incitation à la consomation. Personnellement je préfère 1000000 fois les buffets asiatiques dont le rapport qualité prix est imbattable aux pseudo restaurateurs proposant de la cuisine dite français ( omelette, salades, frite, plats industriels…) a des prix déconnectés des réalités humaines et qui de plus se permet de critiqué une concurance grandement respectable.

  19. Kea

    Perso j’aime bien les buffets à volonté asiatiques, en grande partie pour ses avantages économiques… Et non je ne mange pas le plus possible jusqu’à en être malade… Je déguste lentement à mon rythme, j’essaie de rendre mon assiette la plus équilibrée possible. Après, en ce qui concerne la qualité des aliments je ne sais pas, du temps que j’apprécie c’est l’essentiel ! Et puis comme je vais à ce genre de resto pas plus de 3 fois par an, je ne vais pas en mourir. :'(

  20. Franklin

    Un article qui donne vraiment à réfléchir. Merci !

  21. pascal

    Je suis majeur et vacciné.
    Libre de mes choix.
    Si j’ai envie de bouffer et de m’exploser la panse, c’est mon problème.
    Comme disait Françoise Sagan, laissez moi m’autodétruire. D’autant plus qu’en ce qui me concerne , étant salarié, je cottise pour la SS.
    Arrêtez de vouloir poser vos dictants anti ci, anti cela, tant à la mode de nos jours.
    Car touttes ces choses si néfastes n’empêchent pas la population mondiale d’augmenter,bien au contraire. Si vous n’appréciez pas ce genre de restauration, n’y allez pas, c’est tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *