6 Raisons de Bannir les repas « à volonté »

buffet-volonte-sushi-glouton-repas

Sushi à volonté ce soir ?!

Sushis, maquis, buffet, pizzas (flammenkueche), carpaccio, crevettes ou encore des moules frites… Qui n’a jamais essayé ces plats à volonté ? Qui n’a jamais succombé à la tentation de manger à volonté, pour une somme ma foi modique, jusqu’à la rupture de l’estomac ?

Ces offres sont monnaies courantes dans nos pays occidentaux, classiques pour certains restaurants et très prisées par un nombre croissant de consommateurs (mais surtout les plus jeunes).

Le principe est donc très tentant : pour une somme relativement basse (bien souvent l’équivalent d’un plat du restaurant, ou un poil plus), vous avez un accès illimité à de nombreux plats (type buffet) ou bien une quantité infinie d’un plat donné (type sushis à volonté).

J’en discutais l’autre jour avec des amis dans un bar, et j’avoue que j’étais assez remonté contre cette mode que je trouve répugnante à tous les niveaux. Je me souviens encore de mon dernier carpaccio à volonté en Nouvelle-Calédonie, où je n’avais qu’une seule idée en tête, battre le record des 13 assiettes d’un ami.

L’idée ou plutôt la connerie du siècle.

Désormais mon avis est catégorique : les repas « à volonté », et peu importe la nature des aliments (car les légumes vapeurs sont aussi à volonté !), n’apportent rien de bon, et jouent sur toutes les faiblesses psychologiques humaines pour nous faire consommer le pire, et en trop grande quantité.

Alors oui, il faut absolument bannir les repas à volonté, sauf si vous exploser le bide vous plait énormément, dans ce cas-là, faut changer de site web et bon sushis !

Top 6 des raisons d’éviter les repas « à volonté »

6 raisons de les bannir. C’est simple, évident, mais pourtant, il faut le savoir.

Vous mangez trop, jusqu’à l’explosion du bide

C’est le principe même de la formule : vous n’avez aucune limite sur les quantités. J’espère que la plupart d’entre vous savent déjà qu’il est plutôt difficile de terminer un repas complet au restaurant (entrée, plat et dessert) sans devoir dégrafer le bouton de son pantalon… alors à volonté ?

C’est bien simple, c’est une explosion de bide en bonne et due forme. Un souvenir probablement très amer pour votre estomac, mais aussi pour votre pancréas, qui devra gérer toute cette nourriture exagérément ingurgitée et en très peu de temps !

Les assiettes s’enchaînent, les desserts passent et trépassent, et les pros du marketing l’ont bien compris : la diversité nous pousse à consommer. Les scientifiques l’appellent même « l’effet buffet », le cerveau fait un reset alimentaire dès qu’un nouveau plat est aperçu.

C’est bien simple, on veut goûter à tout, on peut goûter à tout et personne ne vous regarde pour vous juger, car tout le monde fait pareil dans ce genre d’endroit !

Bien évidemment, ai-je besoin de vous rappeler que vous allez ingérer une quantité pharaonique de calories durant ces évènements alimentaires. Ai-je aussi besoin de vous rappeler que ce ne sont pas les brocolis vapeurs ou les carottes bio qui sont les plus choisis ? Non, c’est bien les poitrines fumés, les fondues en tout genre, les glaces, les sauces, etc.

Je pense que l’on peut tout à fait voir cet évènement comme traumatisant pour votre organisme. Autant sur le plan physiologique (vos hormones et vos organes sont sous le choc et bouleversés) que psychologique (on se sent parfois très mal après ces repas).

Vous mangez des produits de qualité moyenne

Ce point est selon moi du bon sens, mais doit être tout de même tempéré. Pour produire autant de nourriture, l’offrir pour une somme si faible et à volonté, croyez-vous vraiment que vous avez affaire à du haut de gamme ?

Des légumes biologiques ? Des poissons sauvages et de la viande d’élevage biologique ?

Je pense que très sincèrement pour à la fois être rentable et accessible aux consommateurs, les restaurateurs doivent jouer sur la qualité des produits, mais également sur les quantités achetés et probablement sur le nombre de clients escomptés.

Il n’empêche que je ne peux pas m’arrêter de penser que les restaurateurs doivent complètement se foutre de la qualité générale du produit, car le consommateur est là pour manger, et beaucoup. Voilà pour lui le critère de rentabilité.

C’est justement le point suivant.

Vous cherchez la rentabilité, grave erreur !

Je pense que le plaisir culinaire n’est absolument pas au rendez-vous lors de ces évènements obésogènes. Quand on paye son entrée pour un buffet ou pour des crevettes à volonté, le premier objectif est la ren-ta-bi-lité.

« Il va falloir amortir l’investissement ! »

Oui mais encore une fois, qui en paye le prix ? Vous, et deux fois même. Ce point rejoint les deux précédents dans le sens où le consommateur est mené en bateau par une stratégie marketing basée sur le gaspillage alimentaire et la gloutonnerie naturelle des Hommes.

Un repas est avant tout un moment de partage puissant, où la nourriture est étroitement liée à nos émotions. Manger peut être assimilé à faire l’amour. On peut retirer un plaisir sans nom lors d’une simple bouchée d’une préparation soignée et de qualité. Mais que dire des menus à volonté ?

Une assiette, une autre, encore une autre. Au final, dans les buffets, on ne se souvient que de la moitié de ce que l’on a mangé. Triste et dangereux.

L’équilibre alimentaire n’existe plus

C’est un point essentiel de ces modes alimentaires dangereuses : vous pouvez faire une croix sur votre équilibre alimentaire !

Bien souvent, les aliments proposés à volonté font parties de ces aliments à consommer avec modération. Que dire des moules-frites à volonté ? Que dire des crevettes à volonté ? Des pizzas également ? Sel, gluten, farine blanche, blé, glucides et tous les conservateurs de la pâte ingérée en quantité… astronomique ?

Vous l’avez compris, en plus de manger exagérément trop, vous mangez exagérément mal.  Certains me diront que ces évènements « à volonté » n’arrivent pas si fréquemment que ça, et que de manière occasionnelle cela ne peut pas faire de mal.

Soit, je peux comprendre le raisonnement. Chacun place sa discipline, son goût pour la nourriture et la frugalité où il le souhaite. En attendant, même une fois par mois, je trouve que c’est une fois de trop.

Vous n’appréciez plus votre repas, mais le nombre d’assiette terminée

C’est indéniable. Triste constat lors des sorties de repas à volonté, mais au lieu de parler de la qualité et du type de nourriture que l’on vient de manger, on parle du nombre d’assiettes terminées !

« Alors toi t’as fait combien d’assiettes ?

7 ! Mon nouveau record !

Et c’était quoi tes assiettes ?

Heu, du bœuf, je crois, et du thon ouais ! »

Je l’ai vécu et entendu. N’est-ce pas indigne ? Pitoyable même ? Je vous laisse juger.

buffet-volonte-sushi-goinfre-repas

Vous êtes perdants à tous les niveaux

Pour conclure l’ensemble des points précédents : vous êtes perdants à tous les niveaux si vous jouez le jeu du menu à volonté.

Vous mangez trop, vous mangez mal, vous n’appréciez plus votre repas, vous ressemblez plus à un ogre qu’à un être humain, et je n’ose imaginer la tête d’un pauvre crève-la-faim s’il vous voyait.

Bien sûr, certaines personnes (surtout les femmes) font parfois montrent d’une excellente discipline et semblent beaucoup plus être à l’écoute de leur corps et se refreinent dans cette gloutonnerie hypocrite.

Mais que dire de tous les autres ?

Les solutions aux buffets à volonté

Bien sûr il existe des solutions.

La première, c’est de ne plus y aller ! Quelle surprise !

La seconde est plus délicate à mettre en œuvre. Mais si vous décidez tout de même de prendre part au repas à volonté, vous devrez partir « perdant » dans votre tête et ne commander que ce qu’il vous faut. On vous dira :

« Mais poourquoi venir alors ? »

C’est à vous de choisir.

Une 3ème option pourrait être pas mal si vous accompagnez vos amis mais que vous, vous prenez un repas normal sans intégrer la formule à volonté. Cette option apporte de nombreux avantages car vous pourrez voir toute la splendeur de cette gloutonnerie, et vos compères pourront aussi voir où se place la « normalité » je dirais. C’est une expérience intéressante à faire.

J’en ai fini. Et j’espère que vous aussi, avec les menus à volonté.

29 Commentaires

  1. pascal

    Je suis majeur et vacciné.
    Libre de mes choix.
    Si j’ai envie de bouffer et de m’exploser la panse, c’est mon problème.
    Comme disait Françoise Sagan, laissez moi m’autodétruire. D’autant plus qu’en ce qui me concerne , étant salarié, je cottise pour la SS.
    Arrêtez de vouloir poser vos dictants anti ci, anti cela, tant à la mode de nos jours.
    Car touttes ces choses si néfastes n’empêchent pas la population mondiale d’augmenter,bien au contraire. Si vous n’appréciez pas ce genre de restauration, n’y allez pas, c’est tout.

Les commentaires sont fermes.