Avant d’être Végétarien, Arrêtez de Gaspiller

 gaspillage-alimentaire-vegetarien-environnement-elevage

Sauvons la planète avec l’alimentation végétarienne !

Il est coutume sur ce blog de parler uniquement de l’aspect nutrition-santé de l’alimentation végétarienne, et pour cause, c’est l’un des sujets les plus explosifs du blog. Les débats autour de cette question (l’impact de notre alimentation sur notre santé) ont été ouverts à de nombreuses reprises. Le premier ici, un autre là. Faites-vous plaisir.

Pour les autres, si les questions d’alimentation et d’impact environnemental vous intéressent, alors vous êtes en train de lire le bon article.

Le végétarisme base sa promotion sur 3 axes :

  • Une alimentation qui apporte la santé est le premier point
  • Le souci du bien-être animal également (bien que les végétaliens soient un cran au-dessus)
  • Et le respect de l’environnement.

Et oui, comme le dit un article de « Mangez végétarien » sur la toile :

« Il existe pourtant une solution simple et viable pour préserver notre environnement : devenir végétarien. »

Déforestation, gaspillage et pollution de l’eau, changements climatiques, les exploitations animales (aquatiques et terrestres) n’en finissent pas de cumuler les inconvénients et de détériorer notre environnement.

Selon l’article de « Végébon » sur ce sujet, les raisons pour devenir végétarien sont indénombrables tellement les exploitations animales ruinent notre environnement. Les élevages utilisent énormément de ressources en eau ; de surfaces d’exploitations (= déforestation) ; ils polluent les sols et les sous-sols (ammoniacs, nitrates ou phospates). Bref, l’élevage c’est la merde pour la planète.

Mais si avant de repenser votre régime alimentaire, et de devenir végétarien pour ne plus soutenir ce désastre écologique, vous vous posiez la simple question :

Et si j’arrêtais (ou  diminuais fortement) de gaspiller ma nourriture ?

Attends, on parle de quoi là maintenant ? On parle des consommateurs, de vous, de ceux qui gaspillent, et pas seulement 3 haricots par semaine !

Le gaspillage alimentaire : le vrai fléau ?

Parlons d’une chose qui fâche. Le gaspillage. Dans cette article, je n’ai pas envie d’aborder le sujet comme tout le monde, et constater –assez logiquement, que nos élevages démolissent nos belles forêts et polluent nos joyeuses nappes phréatiques.

Non, on va plutôt parler de nos comportements et de ceux de nos producteurs/revendeurs/distributeurs.

gaspillages-alimentaires-fruits-legumes-consommateurs

Sur la figure 1 vous pouvez voir les pourcentages plutôt sérieux de la FAO sur le gaspillage alimentaire dans deux régions de la planète, l’Europe et les USA (grosso modo), en fonction des grandes catégories d’aliments.

En rouge, et cela ne doit pas vous échapper, c’est la part de responsabilité de vous, de moi, des consommateurs. C’est notre part de gaspillage.

Si je prends en compte les catégories végétariennes, on voit très clairement que plus d’un tubercules et racines sur deux, avec les fruits et les légumes, ne sont pas consommés mais bien jetés. Dans ces deux catégories, la part des consommateurs n’est pas la plus importante. Mais tout de même.

30% du gaspillage des fruits et des légumes dans nos pays occidentaux est de notre faute !

Pour les céréales et les produits laitiers, on va dire que le gaspillage total est modéré (avec tout de même 1/3 de pertes pour les céréales) mais la responsabilité des consommateurs est catastrophique.

gaspi_consommateur_pourcentage reliatif

Entre 55% (pour les produits laitiers en Europe, voir figure 2.) et plus de 70% de gaspillage par nous les consommateurs.

1/5ème de notre production de viandes est gaspillée, et nous sommes responsables de pratiquement la moitié de ce terrorisme alimentaire. Pour les ressources halieutiques (le poisson ouais je fais le malin), le constat est pire avec près de 40% de gaspillage (Europe et USA) et une grosse responsabilité de notre part : 1/3 nous est attribué.

On comprend bien que les oléagineux fassent partie des moins gaspillés par les consommateurs à la lumière de leur qualité de conservation.

Quoi qu’il en soit, la figure n°2 nous montre notre part de responsabilité dans ce gaspillage alimentaire. On se rend bien compte que nous avons encore d’énormes progrès à faire pour limiter ce gaspillage, avec un effort tout particulier pour les céréales, les produits laitiers, les viandes et poissons et les fruits et légumes.

Le régime végétarien pour sauver la planète : Pas l’idée du siècle ?

A la lumière de ces informations, je veux faire passer un message différent des blogs ou auteurs « pro-végéta*iens » qui défendent l’idée d’un impact plus faible de ce régime sur notre planète.

Certes, le constat est indéniable : nos méthodes de production industrielle actuelles sont dégradantes aussi pour nos animaux et notre environnement.

Si une très grande partie de la population mondiale occidentalisée devenait végétarienne, cela impliquerait un gaspillage alimentaire sans précédent au niveau des céréales, des racines et tubercules et des fruits et légumes. La part des producteurs, des chaînes de distribution, et des consommateurs est différente pour chaque catégorie.

Par exemple, ce sont bien les consommateurs qui doivent être sensibilisés au niveau des céréales, tandis que ce sont les producteurs et autres qui doivent être sérieusement chapeautés pour les racines et tubercules, et à moindre mesure pour les fruits et les légumes.

L’objectif de cet article n’est bien évidemment pas de remettre en question l’impact probablement bénéfique de l’alimentation végétarienne sur notre environnement. Je pense que les chiffres existant aujourd’hui qui comparent l’impact de l’alimentation carnée versus végétarienne sont suffisamment éloquents.

L’objectif de cet article est plutôt de vous faire ouvrir les yeux sur une autre facette de notre monde, de nos comportements. Sans aller jusqu’à bouleverser (oh oui c’est bouleversant^^) vos comportements alimentaires et devenir végétarien, vous pouvez tous faire des efforts sur la manière dont vous gérez vos aliments.

C’est maintenant le sujet du dernier paragraphe. Comment faire pour moins gaspiller ? Il y a des trucs simples, des astuces évidentes qu’il faut rappeler à tous pour lutter contre ce gaspillage, qui est intolérable.

Des solutions au gaspillage

Pourquoi on gaspille ? Question simple, mais la réponse est complexe car personne n’a véritablement envie de gaspiller sa nourriture.

Personne ne commence un repas on se disant qu’il va en jeter la moitié (sauf si vraiment vous avez abusé). Personne n’achète des légumes ou des yaourts au supermarché en pensant à ce foutu gaspillage. Personne n’y pense et tout le monde se fait avoir (= une bonne majorité).

Pour éviter de gaspiller, tous les conseils sont bons à prendre ! Florian et Ambre de l’excellent blog « Changez votre futur » nous indiquent comment moins gaspiller.

Congelez, faites des courses, faites des gratins et des tartes avec le trop de légumes ou de fruits, achetez moins… Tous leurs conseils sont excellents et peuvent fortement limiter le gaspillage alimentaire chez vous.

Mais pensez avant toute chose à manger moins… et mieux. Manger moins c’est limiter les excès, et ce sont bien souvent les excès qui condamnent nos poubelles de déchets alimentaires.

Mangez mieux, c’est aussi une façon d’épargner des aliments. Il y a selon moi moins de risque de laisser pourrir des bananes à la vue de tous sur le plan de travail, qu’une vieille boîte de pâté de foie ouverte toute croûtée et avariée au fond du frigo.

Ensuite, si vous en avez la possibilité, ne jetez pas vos déchets alimentaires dans la poubelle, mais plutôt au compost (pour ceux qui ont la place) ou directement sous le paillage des buttes auto-fertiles (compostage en surface, super pratique)

C’est quoi une butte auto-fertile ? Apprenez le concept de permaculture à travers cet article.

Bref, vous l’avez compris, le gaspillage alimentaire est un problème qui nous concerne tous et dont notre part de responsabilité est énorme. Tout le monde doit faire des efforts, mais n’oubliez pas que ce n’est pas pour autant qu’il faut à tout prix finir son assiette ! ; )

32 Commentaires

  1. carol_03

    Juste partager la réaction que j’ai eu devant une de mes filles qui jetait de la nourriture:
    je lui ai demandé un billet de 10 euros et je l’ai jeté à la poubelle en lui disant que c’est exactement ce qu’elle venait de faire….
    D’après son regard, je crois qu’elle a compris le message.

Les commentaires sont fermes.