Faire Jeûner son Chien : une Mauvaise Idée ?

jeuner-chien-semaine-chat-fast

L’Homme oui, mais le chien ?

Pour l’Homme, la question ne se pose même plus, le jeûne est une activité santé qui améliore de nombreuses variables physiologiques. Attention, sur ce blog je parle uniquement de jeûne intermittent avec des durées de jeûne comprises entre 16 et 24 heures.

Le jeûne est en fait l’antithèse de l’abondance alimentaire. Chez l’Homme, dans les pays développés, l’action de jeûner est volontaire au lieu d’être subit comme certaines populations pauvres du globe ou même nos lointains ancêtres.

Mais si le jeûne est une technique millénaire chez l’Homme, qui participe activement à améliorer notre état de santé, peut-on l’exporter chez notre carnivore adoré ?

On vous dira non, c’est inutile voire dangereux !

Un premier site (Chien de race.com) nous informe que le jeûne chez le chien est au mieux sans « importance sur la santé » et au pire préjudiciable pour l’organisme à cause de déséquilibres physiologiques.

Un 2ème site internet traitant du sujet balaye assez rapidement la question « Vrai ou Faux : mon chien doit-il jeûner 1 jour par semaine ? Faux ! ». Ils arguent que le jeûne hebdomadaire n’a aucun « fondement médical ou nutritionnel ».

Bien au contraire, pour être en santé un chien doit recevoir un repas équilibré tous les jours et à heures fixes selon les auteurs de ce billet.

Bien… Mais peut-il jeûner ou pas ?

Une 3ème source d’information (cuisine à crocs.com) avec une vétérinaire surdiplômée nous indique qu’il n’y a aucune raison nutritionnelle de réaliser un jeûne hebdomadaire. En effet, et selon cette vétérinaire, un chien devrait manger tous les jours s’il trouve de la nourriture.

Finalement, je n’ai trouvé qu’un seul article (merci à une internaute) qui nous indique les bienfaits de 24h de jeûne par semaine dans l’idée de mimer la nature.

Mimer la nature, en voilà une idée qui me plait et qui raisonne logiquement dans mon état d’esprit.

Imiter la Nature

La vétérinaire nutritionniste de Cuisine à crocs.com le dit elle-même :

« Un chien devrait manger tous les jours s’il trouve de la nourriture »

« …s’il trouve de la nourriture ». Et il l’a trouve où la nourriture ? Dans le réfrigérateur ou dans la Nature ?

Les animaux domestiques sont exactement dans la même situation que nous : l’abondance alimentaire fait place nette, en balayant du revers de l’opulence les comportements naturels et ancestraux qu’ils suivaient pendant des milliers d’années.

Bien sûr que les chiens mangent quand il trouve de la nourriture, et je dirais même qu’ils mangent quand ils attrapent leur nourriture !

Les chiens sont les descendants des loups, qui ont depuis toujours chassés en meute des gibiers, des ongulés, des lapins, des reptiles, ou des oiseaux. Pour trouver de la nourriture, les chasseurs devaient fournir une énergie considérable afin de nourrir l’intégralité de la meute, ou du moins essayer.

C’est bien pour cette raison que les meutes à l’état sauvage ont rarement accès à l’abondance alimentaire, comme peuvent le connaître nos chiens domestiques modernes. Les meutes sont plutôt rythmées par des périodes de chasses et de repos sans nourriture avec des périodes de prises alimentaires, entraînant des jeûnes caractéristiques.

Deux auteurs, qui ont observés des meutes de loups sauvages, ont déterminé que les loups tuaient un élan tous les 5 jours et restaient à proximité pendant 2 à 3 jours jusqu’au dépouillement complet de la bête.

Le jeûne fait donc partie intégrante du mode de vie des espèces animales dans leur milieu naturel, et elles sont particulièrement bien adaptées à ces périodes de famine.

Mais nos chiens domestiques ne sont plus exactement des loups aujourd’hui. Les nourrir tous les 2 ou 3 jours pourrait paraître excessif.

Où est la limite ? Et quels sont les avantages pour la santé ?

1 jour par semaine

Tom Lonsdale, le célèbre vétérinaire australien qui vante l’alimentation crue à base de viande et d’os, conseille de faire jeûner ses chiens 1 à 2 jours par semaine. Les chiots, les chatons, les chiennes gestantes et les animaux malades ou en sous poids ne devraient pas être mis jeûne selon M. Lonsdale.

Par contre, et selon les résultats d’étude d’une société Pet Food, un chien obèse peut jeûner 5 semaines sans dangers pour sa santé.

Au niveau physiologique, un simple jour de jeûne peut apporter beaucoup à votre animal. Le jeûne entraîne bien souvent une meilleure régulation de certains processus hormonaux (comme celui de l’insuline) et permet de mettre au repos l’organisme (au niveau digestif, hormonal et métabolique). Voici les principaux avantages de faire jeûner votre animal.

1er Avantage : contrôle de la glycémie

C’est pour moi l’un des avantages les plus importants et qui suffit à lui seul pour faire jeûner son animal.

L’alimentation industrielle, extrêmement riche en glucides complexes (de l’amidon) qui provient des céréales principalement, est malheureusement choisie par 4 propriétaires sur 5. On avoisine pour un produit moyen les 40 à 45 % de glucides sous formes de calories, alors qu’une fourchette comprise entre 10 et 20 % serait l’idéal.

Si vous nourrissez votre animal avec des croquettes riches amidons (dont l’index glycémique est élevé à cause des céréales) ce jour de jeûne permettra d’améliorer le contrôle de la glycémie de votre animal.

Les études sur le jeûne intermittent sur les modèles animaux confirment toutes une amélioration du profil insulinémique avec une diminution de la sécrétion d’insuline par le pancréas après avoir mangé.

Il en résulte inévitablement un ralentissement de l’activité du pancréas au quotidien, ce qui lutte idéalement contre les nombreuses insuffisances pancréatites bien trop fréquentes actuellement. Qui dit un meilleur contrôle de la glycémie, dit également une meilleure utilisation du glucose sous forme d’énergie et donc moins de stockage sous forme de gras.

Cette dernière phrase annonce le point suivant.

2ème Avantage : contrôle du poids

Les animaux en surpoids, surtout les chiens car il y a une spécificité avec les chats, trouveront de nombreux bénéfices à réaliser un jeûne d’un jour.

Dans un premier temps, ce phénomène peut entraîner ce qu’on appelle une restriction calorique et permettre une perte légère de poids, tout à fait acceptable si le chien est en bonne santé ou présente une surcharge pondérale.

Sur une plus longue période, le déficit n’aura plus réellement d’effet sur le poids, sauf si une activité physique est maintenue. Le métabolisme de base de votre animal devrait s’adapter progressivement et retrouver un rythme de croisière et de maintenance.

3ème Avantage : mettre l’organisme au repos

C’est un fait non négligeable, l’organisme de votre chien ou de votre chat est sollicité en permanence pour gérer les apports d’aliments (digestions, assimilations, constructions, etc.) bien souvent surchargés en glucides, ce qui surcharges d’autant plus le travail à réaliser par les organes intérieurs.

1 jour de jeûne dans la semaine est synonyme de vacance pour tous les organes impliqués dans la digestion et le traitement des glucides (comme le pancréas). Les organes dédiés aux traitements des déchets comme les reins pourront faire leur travail d’élimination sans surcharge supplémentaire.

De l’eau, rien que de l’eau durant cette journée de jeûne.

4ème Avantage : augmenter l’espérance de vie

C’est en tout cas ce que laisse suggérer les publications scientifiques sur le jeûne intermittent couplé avec une restriction calorique.

Bien que les modèles d’études n’aient jamais comportés de chien ou de chat, les résultats sur les rats, les souris ou les singes démontrent une meilleure espérance de vie sous ce type de régime.

Quoi qu’il en soit, un jour de jeûne par semaine, c’est un jour sans croquette industrielle si vous les utilisez et cela ne peut-être que bénéfique pour la santé de votre animale. Surtout si vous achetez les pires, les marques les plus connues.

5ème Avantage : faites des économies

Nous sommes bien d’accord que ce n’est absolument pas le but premier de la manœuvre. L’objectif principal du jeûne touche la santé de votre animal, mais également celle de votre porte-monnaie.

Un jeûne régulier pourrait améliorer l’état de santé de votre chien ou de votre chat, si celui-ci est réalisé correctement. Un meilleur état de santé induit à fortiori des dépenses en soins médicaux moins important.

Finalement, la quantité d’aliments ingérée pouvant être vu légèrement à la baisse, il est possible de réaliser des économies sur l’achat de la nourriture.

Conclusion et cas particuliers

Le jeûne est réellement une méthode historique, qui j’en suis persuadé, est inscrite dans notre génome. L’expression de nos gènes, y compris ceux de nos bêtes à poil, semblent être renforcée et améliorée sous un jeûne intermittent bien calé.

Si votre chien ou votre chat est en bonne santé et adulte (femelle non gestante), ou si votre chien est en surpoids, le jeûne est tout à fait recommandable et recommandé.

Vos animaux pourront jouir d’un meilleur contrôle de leur glycémie et de leur poids ; ils mettront 1 jour par semaine leur organisme au repos et pourront même augmenter sensiblement leur espérance de vie. Finalement, c’est bien vous aussi qui récolterez les bénéfices de cette méthode.

Un cas particulier les chats obèses cependant.

Les chats en surpoids soumis à un jeûne trop restrictif occasionnant une forte perte de poids peut entraîner des dommages graves au foie, pouvant conduire à la mort de l’animal.

En réalité, un jeûne régulier et modéré (1 jour par semaine) ne devrait pas poser de problème même si la courbe de poids doit être surveillé tous les jours, ceci afin d’éviter les chute brutale du poids de chat obèse.


Notes et références

  1. Raw Meaty Bones. Tom Lonsdale. 2001
  2. Martin, B., Mattson, M. P. & Maudsley, S. 2006. Caloric restriction and intermittent fasting: Two potential diets for successful brain aging. Ageing Research Reviews, 5, 332-353.
  3. Mattson, M. P. & Wan, R. 2005. Beneficial effects of intermittent fasting and caloric restriction on the cardiovascular and cerebrovascular systems. The Journal of Nutritional Biochemistry, 16, 129-137.
  4. Varady, K. A., Bhutani, S., Church, E. C. & Klempel, M. C. 2009. Short-term modified alternate-day fasting: a novel dietary strategy for weight loss and cardioprotection in obese adults. The American Journal of Clinical Nutrition, 90, 1138-1143
  5. Que dit la science sur le Jeûne Intermittent ? (lien raccourci-minimaliste)

18 Commentaires

  1. benyhex

    Bonjour,

    J’apprécie énormément votre blog, que ce soit les articles à propos de la nourriture pour l’homme ou celle pour le chien.

    Cet article sur le jeûne est très bien écrit et très instructif. Dès que ma chienne sera adulte je pense faire ce régime pour elle.

    Cependant je tiens à mettre en lumière un mythe qui malheureusement vous a atteint. Le chien n’est pas le descendant du loup mais bien son cousin.

    La hiérarchie, la vie en meute ainsi que d’autres activités ne sont pas les mêmes. Il est bien évident qu’ils ont un ancêtre commun mais le loup n’est pas l’ancêtre du chien.

    Je tenais simplement à vous en avertir car malheureusement aujourd’hui encore beaucoup ne le savent pas.

  2. benyhex

    Je me permettrais juste de mettre en lien cet article pour appuyer un peu mes propos :

    http://nosamisleschiens.fr/dominance-chez-le-chien-notion-de-hirarchie/

    C’est surtout à propos de la dominance mais les deux premiers paragraphes parlent de la comparaison Chien/Loup et pourquoi on s’est mis à croire (à tort) que le Chien descendait du loup, suite à une étude complètement farfelue.

    1. Sylvain

      C’est juste. Tout comme nous ne descendons pas des singes, des chimpanzés, ni des bonobos, mais que nous avons des ancêtres communs, à partir desquels nous avons divergé.
      Mais tout de même, n’est-ce pas un raccourci pour indiquer que le loup s’est peu écarté de son ancêtre (au point qu’on peut appeler son ancêtre « un loup », je ne sais pas ce qu’il en est), alors que le chien, domestiqué a connu une expansion et une variété sans égal ?
      Si on va par là, les tortues d’y a quelques millions d’années ne sont pas des tortues, elles sont l’ancêtre des tortues actuelles. Pourtant, elles sont reconnues comme…des tortues (arce qu’elles ont peu évolué, phénotypiquement parlant, encore qu’on a découvert des choses dernièrement, l’évolution existe, mais moins spectaculaire que pour les mammifères. Même les coelacanthes actuels divergeraient quelque peu des fossiles.

      1. benjamin

        Le problème avec ce genre d’amalgame c’est qu’on va se mettre à penser que les chiens et les loups ont le même mode de vie, les mêmes besoin, etc.

        Comme tu l’a très bien dit les loups sont proches de leur ancêtre là où les chiens s’en sont bien éloignés. Du coup comparer le mode de vie des loups à l’état sauvage et le mode de vie que pourrait avoir les chiens à l’état sauvage et nul et non avenue.

        La seul chose qui me dérange c’est que ce genre d’amalgame embrouille encore plus. Et même si le loup reste proche de son ancêtre, si on considère aujourd’hui qu’ils sont cousins c’est parce qu’il y a des différences et dire que le chien descend du loup c’est ignorer ces différences et penser que ce qui est bon pour l’un l’est pour l’autre aussi. C’est souvent vrai mais pas tout le temps.

        Et si aujourd’hui personne ne se risquerait à commettre l’erreur de dire que nous descendons du singe nous ne devrions pas faire de même pour le loup et le chien.

        1. Carol

          Bonsoir,

          Ne pas oublier que le loup et le chien peuvent faire des petits ensembles, et que ceux ci peuvent aussi se reproduire (non sterile). Pour ce faire, il faut que les disparités soient excessivement faibles.

          Au contraire de la jument et de l’âne qui doit avoir une saillie assistée et qui donneront des petits stériles.

          Nous avons quasiment plus de vrai chats sauvages, car beaucoup de nos chats de maison ce sont reproduis ensembles et quI donnent des petits féconds.

          En fait pour dire, que si il ne faut pas dire ce qui n’est pas, il ne faut pas nier ce qui est : le chien et le chats sont des carnivores et doivent être nourris comme tel.

          Je ne sais Jeremy quel éleveur tu as contacté, mais je ne me souviens pas d’avoir discuté avec toi, cela fait de nombreuses années que je promulgué le jeun d’au moins 1 jour par semaine chez les chien. D’ailleurs j’y suis venue pour 2 raisons.
          La première suite à un problème de santé sur mon chien, qui m’à fait venir à une alimentation naturelle, puis un documentaire que j’ai vu à la suite sur les chiens des Inuits.
          Dans celui-ci, ils expliquaient que jamais leurs chiens ne mangeaient tous les jours. Sauf dans de rare cas de froid exceptionnel. Mais l’été les chiens ne mangeaient que 4 jours par semaine… à souligner, qu’à cette période les chiens n’ont plus l’activité qu’ils ont l’hiver.

          Fin 1990, tout début 1991, tout ça à fait un tour dans ma tête, et depuis, outre de promulguer une alimentation carnée pour nos chiens, je promulgué aussi le jeun d’au moins 1 jour par semaine, jusqu’à 1 jour sur 2 en été par vague de grosses chaleurs. De toute façon, si je ne le faisais pas, certains s de mes chiens le faisaient d’eux même.
          Par contre, comme noté plus haut de faire un jeun jusqu’à 5 semaines sur un chien obèse, je ne m’y risquerai pas du tout. Si la croquette dans l’estomac forme une espèce de bouillie avec les liquides dans l’estomac, ce n’est pas le cas de la viande. Un chien, comme un lou ne mâche pas, il arraché un morceau de viande, os compris, et l’avale rapidement pour ne pas risquer de ce le faire voler. Je n’ai pas vu d’allusion dans vos commentaire, Jeremy, sur le fait qu’un estomac d’un chien nourri aux croquettes n’est pas le même que celui nourri comme un carnivore. Le premier sera tout flasque…

          Pour le chat, je le fais plus régulièrement l’été, mais seulement qu’une fois par jour. Un chat vit en solitaire et attrape plus facilement ses proies. Même si il a peu, il aura au moins une souris dans le ventre dans la journée. Par contre l’hiver, sauf si il fait doux comme cet hiver, je ne fais pas de jeun.

          Pour finir, Jeremy, j’aimerai bien parler à l’éleveuse qui vous a conseillé cette pratique, si possible, merci.

  3. Jérémy (Auteur de l'article)

    @ Benjamin:

    J’ai visité ton lien que j’ai lu également. Je suis complètement d’accord (et plutôt naïf je dois dire) sur le fait de séparer le chien et le loup au niveau de l’éducation, ou de la gestion de la dominance entre les individus et avec le maître.

    Je n’ai pour ainsi dire aucune compétence en matière de dressage et je ne pourrais affirmer ou infirmer les propos de cet article.

    Par contre, il est clair que je compare bien souvent le chien avec le loup car j’estime que cela est plus correct que de comparer un chien avec un porc, terriblement proche au niveau de l’alimentation d’aujourd’hui, principalement industrielle.

    Pour citer une première référence, je te propose la lecture d’une thèse de doctorat vétérinaire soutenue par une certaine Elise et qui parle du régime alimentaire des chiens (sauvages et domestiques) et des loups. Elle parle également de la relation de parenté entre les loups et les chiens, et j’ose croire que son travail de synthèse est correct puisque vérifié par des enseignants-chercheurs plutôt connu du monde vétérinaire français.

    Or, dans cette thèse (disponible en écrivant « thèse veterinaire comparaison ration barf alfort ») il est dit que:

    « le loup semble donc être le meilleur candidat comme ancêtre du chien puisqu’à cette époque on retrouve en Chine les plus anciens restes de chien et aucune trace de restes de coyotes ou de chacals de façon concomitante. »

    Dans un paragraphe suivant, on peut lire également ceci:

    « Entre -9 000 et -7 000 ans de nombreux restes de chiens sont découverts à travers le monde. Les caractères typiques des chiens (crâne, dentition) sont de plus en plus ressemblants. Des restes des premiers chiens ont été retrouvés en faible nombre en Amérique du Nord, en Europe de l’Ouest, en Russie, au Japon, en Amérique du Sud tout comme en Asie Mineure. Dans presque tous ces lieux, hommes et loups étaient contemporains. Il est possible de considérer que plusieurs sous espèces de loups ont pu dès lors, être les ancêtres des chiens (Neault, 2003). »

    C’est donc à ce titre que je me permet de faire « un amalgame » entre le chien et le loup, car je pense (mais la science également) que la comparaison n’est pas si mauvaise ou idiote que ça.

    Il faut bien retenir que j’ose faire ces comparaisons qu’en réponse à certaines affirmations de firmes commerciales de Pet Food qui veulent à tout prix faire manger de tout et n’importe quoi aux chiens sous prétexte que ce ne sont plus des loups, etc. J’en suis bien conscient, mais faut-il pour autant balayer des milliers d’années d’évolution à cause d’adaptations (que j’accepte volontiers) épars ?

    Pour conclure, je ne suis pas fermé sur la question chien/loup, ce sont deux espèces différentes mais qui partagent énormément entre eux, et sont même interféconds avec une descendance fertile.

    A mon sens, l’Homme aujourd’hui a tellement dérivé dans la nourriture industrielle que nous sommes actuellement en train de faire marche arrière et de regarder derrière nous pour savoir ce qu’il faut manger. On regarde donc du côté de nos ancêtres, qui n’étaient pas des « Hommes » de l’espèce humaine « Homo sapiens sapiens » et pourtant, des théories extrêmement séduisantes comme l’alimentation paléolithique (= manger comme nos ancêtres) semblent apporter beaucoup de bienfaits pour la santé humaine.

    Alors pourquoi ne pas en faire de même pour le chien ? Qui à mon sens, c’est fortement écarté d’une alimentation traditionnelle, et même d’une alimentation ménagère que j’estime meilleure que les croquettes de base.

  4. Helene

    L’inconvenient du jeune, c’est que ca peut rendre les animaux agressifs, surtout s’ils mangent pour tuer l’ennui. Pour parer a ca, il faut s’occuper d’eux et les faire jouer, pour qu’ils ne pensent plus a la nourriture: pas facile quand on part pour le boulot a 6-7 heures du matin, rentre a 7-8 heures du soir, et doit faire le ménage et passer au supermarche et a la laverie le weekend! Meme si je deviens proprietaire, je n’aurai probablement pas d’animal de compagnie avant la retraite.
    La methode jeu a bien marche avec le chat d’une de mes ex-proprios britanniques. Elle etait en arret maladie pour depression, et limite obese (programme de la journee: regarder la tele en mangeant du chocolat au lait Cadbury, jusqu’a 1 kilo par jour). Le chat (6-7 ans) etait lui aussi en surpoids, et prediabetique: comme il s’emmerdait et la voyait manger sans arret, il miaulait jusqu’a ce qu’elle lui donne de la nourriture pour avoir la paix, voire l’attaquait si elle restait vautree sur son canape. Arrivee de la francaise, avec couverture en polaire (les chats adorent) comme dessus de lit et jouets pour chat. Le chat s’est transforme de gros patapouf en chasseur hyperactif: ‘il est devenu fou!’ gemissait la proprietaire en le voyant monter et descendre les escaliers au gallop avec sa ‘proie’, ou se cacher derriere le sofa ou le lit puis bondir pour ‘tuer’ un jouet souris… En 3 mois, son poids est redevenu normal et le risqué de diabete avait disparu. Le veto etait content, la proprio moins: le chat etait tout le temps fourre dans ma chambre, meme quand j’etais au boulot ou a la bibliotheque…
    Par le passé j’avais aussi utilise cette technique avec une chienne Labrador (ces chiens ont une grosse tendance a s’empiffrer). Quand elle reclamait de la nourriture avec trop d’insistance, je l’emmenais en promenade quelques heures. Au retour, elle etait trop fatiguee pour manger et on avait quelques heures de tranquillite :)
    Une autre chienne (griffon khortal), adoptee par un refuge, etait au bord de la mort par inanition quand elle a ete trouvee: selon le veto, elle avait du etre privee de nourriture pendant 2 semaines avant d’etre abandonnee. Elle etait jeune (6 mois environ) et s’est tres bien remise: au bout de 4-5 mois elle avait retrouve une musculature normale (avant, ses muscles avaient tellement fondu que ses pattes posterieures ne la supportaient que pour quelques pas) et n’avait plus de troubles du comportement (vol de nourriture, avaler sans macher etc.).
    Les carnivores qui vivent a l’etat sauvage (loups, felins, oiseaux de proie) ne se nourrissent pas tous les jours, donc on devrait pouvoir faire jeuner son chien ou son chat 1 jour ou 2 par semaine, il y a de la marge. Je crois du reste que la methode commence a etre employee dans certains zoos pour les grands felins.
    Quant aux rapaces qui vivent en captivite, ils ne mangent tous les jours que quand ils muent. J’ai fait un stage d’une journee chez un fauconnier l’an dernier, et c’etait super interessant: il expliquait que si l’oiseau jeune trop, son systeme immunitaire et ses muscles souffriront, mais s’il n’a pas faim, il refusera de voler, ou partira carrement en balade… Dans le dernier cas, meme si l’oiseau est equipe d’un transmetteur, il faut des heures pour le recuperer!

  5. Jos

    Bonjour,

    merci pour cet article. Perso, quand je juge que mon chien a un peu exagéré un jour (du genre à un barbecue, tout le monde lui donne tout et n’importe quoi), je ne lui donne rien le lendemain. Ca ne l’a jamais tué, ni rendu agressif. J’ai déjà entendu dire que de temps en temps, c’est bon pour eux.

  6. Paul

    Bonjour Jérémy,

    Je vois un autre bénéfice a faire jeûner son chien. Surtout dans l’éducation de celui-ci.

    La bouffe est un puissant renforçateur, elle permet de fixer un comportement.

    Joseph Ortega conseil même de le faire pour corriger des problèmes de comportements.

    Par exemple : Ton chien ne revient jamais au pied ? Tu le fais jeûner 1 jour et tu part faire des exercices de rappel avec des savoureux morceaux de viande. Tu lui donne uniquement s’il revient au pied après ton rappel.

    Le chien comprend très vite que c’est mieux de revenir aux pieds de son maître que de ne pas revenir. Surtout quand il a faim ;).

    Le rappel est un ordre indispensable dans l’éducation canine, il sauve la vie du chien.

    J’apprends toujours des nouveaux ordres à mon chien avant le repas (2 heures avant). Vu que j’utilise la friandise lorsqu’il exécute correctement l’ordre, et comme il a faim il apprend très vite.

    Paul de nosamisleschiens.fr

  7. Pingback: Comment choisir les meilleures croquettes pour son chien ?

  8. Rod

    Bonsoir Jérémy,

    Comme souvent un article fort intéressant et agréable à lire !
    Auriez-vous quelques lectures pour approfondir le côté « espérance de vie » ?

    J’ai un couple de chiens, un mâle qui jeûne sans aucun soucis (et parfois de lui même), et une jeune femelle qui a un peu plus de mal, mais en même temps, c’est assez nouveau pour elle (étant âgée de seulement 1 an, ce n’est que récemment que j’ai commencé avec elle).

    Les deux sont au cru depuis leur première semaines de vie et, on croise les doigts pour que ça dure, tout le monde se porte à merveille ! :)

  9. isabelle

    Bonsoir Monsieur,

    Je suis parfaitement d’accord avec vos propos, le jeune est essentiel pour un chien. Sur le Web, il n’y a aucun article qui traite de ce sujet si important pour un carnivore domestique.

    Merci à vous d’avoir réalisé ce document si précieux. Je nourris tous mes animaux au BARF (nourriture crue), et le jeûne est préconisé.

    Je vous conseille vivement le livre de Sylvia Kramer « Stop ! A la malbouffe croquettes de nos chiens et chats ». Il va dans votre sens.

    Mille merci encore à vous.

    Isa

  10. julien

    Bonjour,

    Je ne pense pas que le jeune ai sa place de nos jours.
    Si le chien devrais trouver sa nourriture,il ne taperais surement pas dans les céréales et n’aurais donc pas de problème de glycémie!Merci les croquettes!!!

    Ensuite,si vous vous transposez la réalité à « l’état sauvage »,un chien ne mangerais effectivement pas tout les jours,mais mangerais de plus grosses quantités,genre un lièvre entier ou pour une proie plus conséquente,plusieurs kilos de viande.Du coup il faudrait nourrir son chien 200g un jour,800g le suivant,puis 500g,un jour de diète, et bien sur tout cela en horaire décalée de la journée ou de la nuit comme dans la nature!

    Mais non nous leur donnons,en général, une ration précise calculée par rapport à son poids et son activité journalière.Le jeune n’as donc pas sa place dans leur régime alimentaire.

    Si on leur donne des croquettes,c’est sur qu’ils auront des problèmes de santé.
    Si il est trop gros, bah on baisse sa ration.

    Ceci n’est bien sur que mon avis sur le jeune.

    Bien à vous.

  11. Agopian Caroline

    Bonjour,
    Lors de mon BEP Elevage Canin, on nous avait recommandé de faire jeûner les chiens 1 fois/ semaine. Je ne le fais pas, car je pense que j’aurai droit à une émeute, donc mon commentaire ne vous aidera pas pour vous faire part d’une expérience, mais pour dire qu’il y a des profs qui nous l’enseignent.
    Maintenant, je pense que l’idée n’est pas inintéressante, pour laisser le système digestif au repos (surtout qu’avec des croquettes le chien passe tout son temps à digérer, si on lui donne 2 repas/jour). Ce qui me gêne davantage c’est que lorsque nous jeûnons, c’est notre décision, là on prend les devants, on l’impose au chien. Mais probablement, c’est de l’anthropomorphisme. Et vu les avantages, cette prise de décision, est finalement peut-être importante.
    Merci en tout cas pour cet article. A y réfléchir.

  12. Nelly Athos Fannie

    Moi je ne fais pas jeuner mes poilus , par contre une fois par semaine je leur mets moitié moins
    je ne sais pas si c est bien , mais je ne peux pas me résoudre a ne rien donner a manger …

    Un humain qui jeune c est qu il l a décidé , un chien qui jeune , c est qu on a décidé pour lui ….

    Bisous Nelly

  13. Pingback: Comment choisir les meilleures croquettes pour son chien ? | dogyfood

  14. suzanne

    moi, j’ai un shin shue de 1 an et demi et j’achète de la nourriture du vétérinaire, elle a droit à 1 tasse et quart par jour. Elle ne mange aucune nourriture de table. 1 fois par jour, elle a droit à 1 petit biscuit pr chien, et un petit bâtonnet. Ce qui fait que je ne lui donne que 1 tasse par jour, vu que je lui donne ses petites gâteries. Elle est très enjouée et lorsque le temps le permet, on lui faire prendre sa marche. Depuis qu’elle est toute petite, elle ne vide jamais ses plats quotidiennement et même depuis quelques temps, elle ne mange qu’au bout de 24 et 36 hres. Je me demande si c normal, vu qu’elle ne mange pas sa dose quotidienne. Parce que moi son jeûne, elle le fait 3 à 4 fois par semaine. J’ai aimé votre article, ça m’a un peu aidé. Merci. j’attends votre réponse.

  15. Jackie Isler

    J’aimerai savoir pour un chien malade du foie, si comme les humains en le faisant jeûner il pourrait guérir :/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *