Four à micro-onde: la vérité (Partie 2)

four-micro-onde-danger-sante

Vous avez la raté la 1ère partie ? Lisez-là ici ! 

Partie 2

C’est la fin d’un suspense interminable ! Qu’en est-il vraiment des dangers supposés des FOM sur nos aliments et notre santé ? Les réponses sont dans cet article.

1.  La réalité des effets du FOM

a.  Les effets sur l’ADN

Le principe de fonctionnement normal des FOM classique rend impossible toutes les modifications et altérations des liaisons chimiques des molécules. De ce fait, les FOM ne peuvent en aucun cas transformer les aliments en produits mutagènes pour notre ADN.

Les rayonnements par micro-onde sont NON ionisants, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas agir négativement et directement sur la structure de nos molécules (comme peuvent le faire les rayons ionisants de type UV, gammas, ou X).

b.  Les effets sur la santé

La plupart des résultats énumérés dans le paragraphe précédent (altération de la formule sanguine, affaiblissement du système immunitaire, augmentation du nombre de leucocyte = ce qui traduirait une inflammation dans l’organisme) ont été obtenue sur 8 individus qui mangeaient soit de la nourriture crue, soit cuite traditionnellement (au four ou à la poêle), soit au FOM.

Des lobby très puissant aurait interdit la publication de ces résultats pour éviter, semble-t-il, de nuire aux producteurs et à la vente des FOM.

Cela ne me semble pas correct… Pourquoi ?

Une étude réalisée avec un pool de 8 individus ne peut en aucun cas se permettre de publier ces résultats dans un journal à comité de lecture, même peu sérieux (facteur d’impact inférieur à 2). L’échantillonnage (n = 8) disqualifie donc l’étude pour faire des hypothèses et des généralisations.

Les auteurs de l’étude émettent pourtant des hypothèses sur la cuisson au FOM qui peut induire des maladies dégénératives et des cancers. Sauf que sur la base de 8 personnes, aucun résultats ne sont pas fondées.

Comme les données n’ont pas été publiées, il m’est impossible d’en faire une critique…

Cependant, on peut mettre en avant plusieurs biais possibles et imaginables :

  • Les variations interindividuelles des variables physiologiques pourraient expliquer les différences entre les méthodes de cuissons,
  • Les variables sélectionnées ne sont pas des indicateurs absolues et fiables de l’état de santé des patients (cf. taux de « bon » et « mauvais » cholestérol)
  • Les périodes d’essais de l’étude sont inconnus, mais probablement pas sur des temps suffisamment long pour faire des hypothèses fiables,
  • L’âge des patients était-il le même ?
  • Les patients avaient-il le même niveau d’activité physique ?
  • Est-ce que les patients ont mangé la même nourriture, et la même quantité dans toutes les expériences ?

Autant de questions qui resteront sans réponses, mais illustrent très bien l’impossibilité d’utiliser de tels résultats.

c.  Effet sur la qualité nutritionnelle : vitamines et protéines

Le 2ème point très important sur les FOM est qu’il détériore les qualités nutritionnelles du lait, et plus généralement, de tous les aliments : pertes de vitamines, dénaturation des protéines, etc.

Ces allégations sont vraies. Oui, lorsque vous chauffez du lait dans un FOM vous allez dégrader la qualité de celui-ci en dénaturant les protéines (température supérieure à 65°C), et générer des radicaux libres à causes du chauffage des graisses présentent dans le lait.

Le four traditionnel, et la poêle feront exactement la même chose sur le lait si vous le chauffez. Le phénomène de dégradation de la qualité des aliments n’est pas imputable uniquement au FOM, mais à tous les procédés de cuisson qui utilise des températures élevées.

On se rend bien compte à ce stade de l’argumentation, que toutes les critiques adressées au FOM ne sont pas recevable, car les effets de la cuisson du FOM sur les aliments sont comparés avec des aliments non cuits. Cherchez l’erreur.

Par contre, si on compare les effets du FOM avec les effets d’un four traditionnel, d’une poêle ou d’un barbecue, on se rend compte que le FOM n’altère pas davantage l’intégrité des aliments. Si ce n’est pour la vitamine C, alors que les polyphénols de l’huile d’olive vierge et les flavonoïdes des oignons sont particulièrement bien conservés par cuisson au FOM (1).

Une étude réalisée sur des rats a mis en évidence que le groupe de rat nourris avec des aliments cuits au FOM se développaient normalement, comparé au groupe nourrit avec des aliments cuits conventionnellement (2).

d.  Formation de produits dangereux et cancérogènes*

Il a été démontré plus haut que le FOM n’altère pas directement la structure des molécules. Par contre, le FOM comme tous les autres modes de cuisson à forte température génère des produits issus de la réaction entre les sucres et des résidus de protéines.

Ces produits générés sont appelés des AGE ou Advanced Glycation Endproducts, et sont responsables de complication dans le diabète, d’inflammations, ou du vieillissement accéléré de nos cellules (3-5).

Pour aller plus loin, une étude de 2004 a montré que le fait de précuire une viande au FOM avant de la poêler diminuait significativement la quantité d’AGE comparée à une viande cuite uniquement à la poêle (6).

* Nota: cancérogène, ça veut dire quoi ? Étymologiquement, cela veut dire « créateur de cancer », les cancérogènes sont donc des cancérigènes (synonyme), mais également des carcinogènes (synonyme). Vous retrouverez parfois le terme « cocarcinogène » sur la toile. C’est légèrement différent, cela veut dire que le composé n’est pas cancérigène en soi, mais peut l’être s’il est associé avec d’autres molécules. Vous savez tout. 

e.  Les effets du champ magnétique des FOM sur la santé

Je serais bref.

Il n’y a aucune étude qui prouve que le champ magnétique des FOM ont des effets nocifs, tels que des céphalées, des troubles du sommeils, etc.

Par contre, si votre FOM n’est pas bien hermétique et que vous êtes hypnotisés par le fait de voir votre plat de pâte tourner avec un bruit vrombissant. Alors, vous pourriez bien exposer l’un de vos œil aux rayonnements du micro-onde. Ce qui pourrait le surchauffer et entrainer des complications. Bien entendu, vous aurez « chaud », de la même manière que si vous regardez le soleil, et à priori, vous devriez vous éloigner du FOM.

En pratique, et pour être parfaitement prudent envers les FOM, il ne faudrait pas s’approcher et pas regarder le FOM pendant qu’il fonctionne à cause de potentiel fuite de micro-onde.

2.  Que faut-il faire alors ?

Nous l’avons vu, le FOM n’est pas plus dangereux que les méthodes de cuissons traditionnelle à forte température (four, poêle, barbecue), et il est parfois mieux indiqués pour cuire certains aliments.

Par contre, une étude de 2003 a prouvé que les matériaux en plastiques réchauffés contenant des phtalates (les dangers ici), de la benzophénone, du bisphénol A dans les FOM entrainait une migration de ces produits dans les aliments. Ces composés sont retrouvés en faibles quantité dans les aliments mais participent à un effet cocktail nocifs pour l’organisme (7).

Voici les conseils les plus éclairés pour l’utilisation « saine » de votre FOM :

  • Utilisez principalement des températures modérées, pendant un minimum de temps
  • Evitez de regarder votre FOM fonctionner, surtout si vous ignorez l’état du FOM
  • N’utilisez pas de plastique pour réchauffer ou cuire vos plats

De manière plus générale :

  • Préférez la cuisson à la vapeur (la plus respectueuse des aliments)
  • Préférez le bain marie pour les préparations de votre bébé (dégradation des anticorps à partir de 60°C, et des protéines à partir de 65°C)
  • Si vous avez des doutes, mangez vos préparations froides.

 

Vous avez toujours des problèmes avec votre four à micro-onde ? Maintenant que vous savez tout cela, seriez-vous prêt à réutiliser le votre ? 

Notes et références

  1. Khatoon N : Nutritional quality of microwave-cooked and pressure-cooked legumes. Int J Food Sci Nutr. 2004 Sep;55(6):441-8.
  2. Jonker D : Human diets cooked by microwave or conventionally: comparative sub-chronic (13-wk) toxicity study in rats. Food Chem Toxicol. 1995 Apr;33(4):245-56.
  3. Advanced glycation end products and diabetic complications: a general overview. Peppa M, Vlassara H. Hormones (Athens). 2005 Jan-Mar; 4(1):28-37. Review.
  4. Advanced glycation in health and disease: role of the modern environment. Vlassara H. Ann N Y Acad Sci. 2005 Jun; 1043:452-60. Review.
  5. Diet-derived advanced glycation end products are major contributors to the body’s AGE pool and induce inflammation in healthy subjects. Uribarri J, Cai W, Sandu O, Peppa M, Goldberg T, Vlassara H. Ann N Y Acad Sci. 2005 Jun;1043:461-6. Review.
  6. Verkerk R Glucosinolates and myrosinase activity in red cabbage (Brassica oleracea L. var. Capitata f. rubra DC.) after various microwave treatments. J Agric Food Chem. 2004 Dec 1;52(24):7318-23.
  7. Nerin C : Determination of potential migrants in polycarbonate containers used for microwave ovens by high-performance liquid chromatography with ultraviolet and fluorescence detection. J Agric Food Chem. 2003 Sep 10;51(19):5647-53.

6 Commentaires

  1. Zakari

    Intéressant comme article.

    Il m’arrive de l’utiliser, mais je préfère l’éviter (entretien, odeur, réchauffe la nourriture parfois sur une partie…)

    Beaucoup font l’amalgame entre danger du four à micro-onde et du téléphone portable. Je pense que le téléphone agit sur le cerveau. http://www.youtube.com/watch?v=opFJOsOle_0

    Par exemple j’évite de le mettre trop près de ma tête, car sinon je ressens une sensation étrange voir désagréable vers l’oreille Peut être que je me fais des illusions..
    Tu as surement du voir la vidéo des téléphones et du pop corn.

  2. Pingback: Russie : Pourquoi a-t-elle interdit l’usage des fours à micro-ondes ? | Archives Millénaires Dissidentes

  3. Clémence

    Bonjour Jérémy !

    Donc en soit la mauvaise réputation des micro-onde n’a pas lieu d’être ? sans dire que la ciuisson au FOM est a proné, ce n’est pas finalement le vilain petit canard de la cuisie (?)

    sinon d’autre petite question :
    * on dit souvent qu’il ne faut pas mettre de l’alu dans le MO… vrai ? ni de la dorure que l’on trouv eparfois sur certaines assiettes.

    * tu parlais dans la partie 1 d’une expérience à faire… mais on ne la retrouve pas dasn la partie 2 ! (ou als j’ai sérieusement besoin d’un rdv chez l’ophtalmo ce qui en soit n’est pas improbable!). De mon coté on m’avait dit que pour tester mon MO je devais mettre mon téléphoe portable dedans et m’appeler : s’il sonne c’est qu’il y a des fuite, s’il ne sonne pas c’est que c’est bon ! info ou intox ?

    * j’ai toujours un verre d’eau dans mon micro-onde… pourquoi ? psq mes parents on en toujours mis hein… a t il une vraie utilité ? l’eau sévapore au bout d’un certain temps mais je ne suis pas convaincue que ca empêche le déssèchement des aliments…

    * y a t il moyen de savoir la T° du micro onde ? psq on pale souvent de puissance mais au final qu’elle est le lien av le T? (qui sera aussi liée au teps d’utilisation bien sûr)

    jspr que tu pourras apporter des réponses à mes questions :)

  4. Laetitia

    Bonjour,

    Personnellement, je trouve que les aliments qui ont chauffés dans un FOM restent chauds moins longtemps que les aliments qui ont été chauffés à la casserole ou au four traditionnel. Cette raison ainsi que le fait que les aliments réchauffent moins bien et pas uniformément font que nous n’utilisons quasiment pas le FOM. On a « réussit » à « finir » un FOM (parce que je ne supporte pas de jeter un objet qui fonctionne encore, meme s’il a plus de 10 ans) mais quelqu’un a pris « pitié » de nous o.O et nous en a donné un. Mais j’étais bien sans FOM, moi!

  5. Corinne

    Bon voilà une Bonne Nouvelle. Je vais remonter mon FOM de la cave ! :-)
    Merci pour cette recherche…

  6. Pingback: Les dangers des four à micro-ondes, mythes ou réalités ? |

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.