Graves déficits nutritionnels au Sans Gluten : une connerie sans nom !

sans-gluten-pain-legumes-cereales

Le régime sans gluten est régulièrement attaqué d’être une alternative néfaste pour la santé. Les adeptes de ce régime se risqueraient dans le meilleur des cas à des déficits d’apports en certains oligo-éléments, et dans le pire des cas à des risques pour la santé. Les détracteurs du sans gluten supposent que ce régime implique de remplacer les céréales par des produits industriels sans gluten. Ils ignorent totalement que l’objectif du sans gluten et de faire la part belle aux légumes et aux fruits, bien évidemment excellents pour la santé.

« Il peut engendrer des déficits nutritionnels »

 

Il y a quelques temps maintenant, un médecin nutritionniste prenait la parole dans une tribune du Nouvel Observateur, contre le régime sans gluten.

Les adeptes du régime sans gluten prendraient des risques important de déficits d’apport en minéraux, en fibres et en vitamines s’ils décident de se priver des céréales et de tous les produits sans gluten.

Le médecin nutritionniste nous impressionne par ses connaissances en « aliment-santé » puisqu’il dresse une liste de produits interdits pour tous les futurs adeptes du régime :

« Charcuteries, plats tout préparés, produits panés, levure chimique, épices, semoule, sauce soya, tout produit avec de l’amidon, bière, certains compléments alimentaires, etc »

Les exemples du médecin nutritionniste, dont j’ai dénoncé les liens cachés avec l’industrie du pain, sont des plus cocasses… De la charcuterie ? Des plats préparés industriels ? En quoi est-ce un mal de vouloir se débarrasser de produits transformés industriels, qui au mieux doivent être consommés avec une extrême modération ?

Le médecin nutritionniste n’hésite pas à nous dire qu’il faudrait de « solides connaissances en nutrition » si l’on souhaite éviter un régime sans gluten déséquilibré. Les risques de « carences graves » ne sont pas complètement écartés pour les malheureux adeptes du sans gluten.

Attention à vous, la dénutrition et probablement une mort lente et douloureuse vous attend au coin d’une allée « sans gluten » !

« Le pain et les pâtes sont une bonne source de vitamines »

Pour appuyer ses propos, le médecin argumente que les céréales, telles que le pain ou bien les pâtes sont de bons pourvoyeurs de vitamines, mais pas uniquement.

Le manque de fibres contenu dans le pain serait également dangereux et « nocif » selon notre médecin nutritionniste, payé régulièrement par l’industrie.

Pour enfoncer le clou, le pain et les pâtes seraient des bonnes sources de certains minéraux comme le « fer, zinc, magnésium, phosphore et potassium ».

Dans le même ordre d’idée, c’est le célèbre Pharmachien du Québec qui se positionne exactement sous le même angle d’attaque, sous couvert des conseils d’une diététicienne-nutritionniste.

Selon le pharmacien, les céréales à grains entiers font partie d’une alimentation saine car « elles sont une excellente source de fibres, vitamines et minéraux ».

Le Pharmachien fait la terrible erreur de penser que les adeptes du sans gluten vont se ruer sur les produits estampillés « sans gluten », tout aussi critiquable et qui ne représentent pas une alternative de qualité.

Remplacez le pain et les pâtes par des légumes et des fruits

Tout d’abord, vous devez savoir et être convaincu qu’il n’y a absolument aucun élément, minéraux, vitamines ou nutriments que l’on ne retrouverait que dans les céréales.

Ce point est facilement vérifiable, avec un peu de temps, en visitant les tables CIQUAL officielles ou bien en croyant sur parole des personnes comme le professeur Lindeberg et l’une de ces publications de 2009, ou bien l’Ecole de santé publique de Harvard qui nous dit la même chose.

Ensuite, et c’est probablement le point le plus important de ce billet, les céréales ne doivent pas être remplacées par des produits industriels mais bien par des aliments avec une densité nutritionnelle élevée, comme les légumes, les fruits, les noix ou autres.

Il n’y a nul besoin d’apporter ici la preuve des bienfaits d’une consommation régulière et abondante de fruits et de légumes pour la santé.

Dans l’immense majorité des cas, ces aliments-là vous apporteront autant, si ce n’est plus de vitamines, de fibres ou de minéraux que les produits céréaliers, même complets.

Mieux encore, certaines vitamines, comme la bêta-carotène ou les folates, sont absentes des produits céréaliers.

En virant le pain, blanc ou complet, vous allez également fortement alléger vos apports en sodium, allègrement ignoré par nos spécialistes du sujet.

Si je rentre dans le délicat et épineux sujet de l’index glycémique (IG) et de la charge glycémique (CG), alors le régime sans gluten à base de fruits et de légumes, avec des IG et des CG bas, démontent facilement les produits céréaliers & co.

Il n’y a absolument nul besoin d’avoir des « connaissances solides en nutrition » pour choisir une poire, des brocolis, des courgettes à la place d’une baguette de pain blanc et d’une belle portion de pâtes.

En plus d’être d’une simplicité enfantine, c’est une question de bon sens évidente. Pour tenir ce genre de propos, tel que celui défendu par notre médecin nutritionniste et notre Pharmachien, il faut soit une bonne dose de mauvaise foi, soit une méconnaissance désastreuses des bases de la nutrition.

Maintenant c’est dit, sur ce point-là, le régime sans gluten ne doit absolument pas vous faire peur.


Référence

Lindeberg, S. (2009). Food and western disease: health and nutrition from an evolutionary perspective. John Wiley & Sons.

39 Commentaires

  1. christian

    Ce faire dire que l’on est intolérant au gluten est la plus belle nouvelle que l’on puisse apprendre pour sa santé!

    En effet, ça signifie que vous devrez éviter tous les produits qui en contiennent. Et ces produits pour la plupart sont des inconnus pour notre système immunitaire. Et oui, vous lui faite faire du sale boulot!… Et qui peut se retourner contre vous!… Les maladies auto-immunes, vous connaissez?

    Voici une liste d’aliments qui contient du gluten:
    •Wheat
    •Wheat germ
    •Rye
    •Barley
    •Bulgur
    •Couscous
    •Farina
    •Graham flour
    •Kamut Matzo
    •Semolina
    •Spelt
    •Triticale

    Voici une liste d’aliments qui souvent en contient:
    •malt/malt flavoring
    •soups
    •commercial bullion and broths
    •cold cuts
    •French fries (often dusted with flour before freezing)
    •processed cheese (e.g., Velveeta)
    •mayonnaise
    •ketchup
    •malt vinegar
    •soy sauce and teriyaki sauces
    •salad dressings
    •imitation crab meat, bacon, etc
    •egg substitute
    •tabbouleh
    •sausage
    •non-dairy creamer
    •fried vegetables/tempura
    •gravy
    •marinades
    •canned baked beans
    •cereals
    •commercially prepared chocolate milk
    •breaded foods
    •fruit fillings and puddings
    •hot dogs
    •ice cream
    •root beer
    •energy bars
    •trail mix
    •syrups
    •seitan
    •wheatgrass
    •instant hot drinks
    •flavored coffees and teas blue cheeses
    •vodka
    •wine coolers
    •meatballs, meatloaf communion wafers
    •veggie burgers
    •roasted nuts
    •beer
    •oats (unless certified GF)
    •oat bran (unless certified GF)
    •medications
    •non self-adhesive stamps and envelopes
    •vitamins and supplements (check label)

    Excuser l’anglais mais ça provient du site d’un neurologiste américain.
    SOURCE: http://www.drperlmutter.com/eat/foods-that-contain-gluten/

  2. Pernel

    Je suis entièrement d’accord avec vos propos mais à condition de consommer des fruits et des legumes sains voir bio.

  3. Franckae

    Tout est dans ce paragraphe :
    « terrible erreur de penser que les adeptes du sans gluten vont se ruer sur les produits estampillés « sans gluten », tout aussi critiquable et qui ne représentent pas une alternative de qualité. »

    Comme tu le dis, bien au contraire, l’adaptation alimentaire du sans-gluten est parfaite pour stopper la consommation des produits transformés (ne pas dire « régime », c’est confus dans la tête des gens et impose une restriction… et donc des réticences).

    Merci bien Jérémy pour ce jolie post!!

  4. veronique

    Sans gluten (ou presque) depuis deux ans, de même que totalement convaincue par les propos diffusés ici http://www.wheatbellyblog.com/blog/ et que j’applique (à 99%) depuis un an, jamais je ne me suis aussi bien portée.
    Maintenant c’est mon système digestif qui a pris la direction des opérations et plus mon cerveau formaté par l’industrie alimentaire – ou pour faire plus court : je m’écoute.

    1. nornahi

      Et une de plus !
      J’ai trois cas comme le tien, rien que dans moin entourage proche. Par contamination, je tends à limiter aussi mes apports en « gluten » et je crois bien constater une amélioration sensible de ma situation digestive (je suis très sceptique de manière générale ;0). La modification du régime alimentaire est question d’habitude, et permet d’autant plus de plaisir quand on y fait entorse que l’on sait ne pas être en excès.

  5. Nathalie

    Entièrement d’accord par ton article ! Ce nutritionniste a certainement des conflits d’intérêts avec les industries céréalières !

    Effectivement, ce n’est pas compliqué de manger sans gluten ! Ce que je fais moi aussi depuis quelques temps ! On fait la part belle aux fruits et légumes et toutes sortes de noix, noisettes…. et pourquoi pas du bon chocolat noir bio très riche en cacao (minimum 70 %) ! Tout cela est rassasiant et nutritif et bon pour la ligne et la santé ! Que demandez de plus !

  6. Annie

    Ahahahah ! la quasi totalité de la population de toute l’Asie, de l’Inde à la Chine et au Japon, en passant pas beaucoup de pays, c’est à dire presque la moitié de l’humanité, qui ne mange (…mangeait, l’occident exporte partout son merveilleux mode de vie si équilibré Mc Do et cie !) pas ou peu de blé, mais essentiellement du riz, est terriblement carencée, dénutrie, malade !!!

  7. jibel

    Comme je l’ai déjà mentionné plus haut dans la discussion sur le gluten? Il n’est pas, en lui même, générateur de tout le problèmes qu’on veut bien lui imputer. Il y a gluten et gluten…Le gluten de l’agro-alimentaire n’est qu’une transformation,de blé et épeautre de mauvaise qualité,du gluten qui en ressort, en farine de gluten qui est incorporée a dose X dans les farines et les composants des gâteaux et autres productions alimentaires des commerçants de la grande distribution. Comme l’a si bien signalé Christian, il y a un tas de produits qui peuvent être a la base d’allergie et d’intolérence au gluten…
    Maintenant, le gluten(seitan) « viande » végétale, qui est fabriqué par soi-même dans les régles de l’art avec de bonnes farines bios, ne devrait présenter, pour personne, les intolérances et allergies a ce produit….. Il est certain que de se nourrir avec de la production industrielle n’est pas fait pour être le top dans sa façon de manger. Je rajoute que je ne suis pas un inconditionnel du seitan et autre gluten , encore moins un défenseur de ce produit contre vent et marrée? Il faut juste remettre les choses a leurs vrais places et ne pas raconter n’importe quoi , comme le fait notre plus cher ennemi ce nutritioniste d’Opérette vilipendé a juste titre dans ces colonnes….. au plaisir …..

  8. loli

    Une connerie sans nom. Bien dit.

  9. Gaëtan

    D’accord avec cet article.
    En effet, la consommation du gluten est apparue il y a à peu près 12 000 ans au néolithique. Nos ancêtres du paléolithique n’en mangeaient donc pas. Il ne me semble pas qu’ils étaient carencés en vitamines :)
    Par ailleurs c’est dans les aliments à faible densité nutritionnelle (fruits et légumes) qu’on trouve le plus de micronutriments (vitamines, minéraux…).
    J’ai abandonné le gluten et je ne m’en porte pas plus mal…

  10. Marion

    L’article est très intéressant, mais je ne comprends pas toute cette hostilité envers les céréales… certes les fruits et légumes c’est essentiel, alors pourquoi pas tout avoir dans son assiette tout en variant? sans prise de tête

    1. jibel

      @Marion,
      Il n’y a pas d’hostilité, juste une méconnaissance, c’est la peur de l’étranger…. du nouveau….la « xénophobie » des céréales qu’on ne connaît pas ( pour paraphraser les racistes) 8-) 8-)

  11. Camille

    Là où ça devient compliqué sans quand on essaie de mélanger sans gluten et végétarien, voir végétalien :'(

    1. Emilie

      Je suis bien d’accord, c’est pas évident. Quand je suis avec d’autres personnes je me moque un peu de manger du blé/gluten, sinon on ne sort plus ^^’ Chez moi je fais pratiquement tout sans gluten mais ça prend un peu de temps pour s’y mettre vraiment à fond

    2. Johann

      En effet, pas facile d’éviter le gluten quand on sort et qu’on tient à rester végétarien :)

      Comme j’ai le même soucis, je partage avec toi mes solutions habituelles :
      – je sors et je choisis le restau (mouhahahaha)… végétarien bien sûr !
      – je sors et je choisis ma composition de salades et de garnitures (riz aux légumes, champignons, patates au four etc). Je demande d’apporter tout en même temps et j’utilise les patates, ou la purée, comme accompagnement « pain » de ce qui se mange bien « avec pain » :)
      – je sors et dans le doute, je mange des noix/amandes/noisettes avec une ou deux bananes avant… comme ça si j’ai encore faim je prends une petite salade « pour vous accompagner »
      – si je suis acculé par un choix sans compromis, je déclare ne « pas bien digérer » si ou ça, donc « si vous aviez plutôt un risotto aux champignons ça serait top » :) Ça évite d’avoir à expliquer que gluten-free + végétarien c’est pas d’la tarte, ou alors si mais alors la tarte avec une pâte au sarrasin svp !
      – enfin, pour cuisiner à la maison, j’ai rempli mon garde-manger de tout ce que j’ai trouvé de sympa ou d’inconnu et j’ai vite ré-appris à cuisiner à partir de tout ça. C’est goûtu, tout le monde se régale, pas d’explications… Tu aurais du pain ? Ha ben non désolé j’en n’ai pas racheté (depuis 3 ans héhé).
      – ma dernière astuce (qui tue tout) c’est que je fais mon pain moi-même. Quand je pars en voyage, en rando, etc, j’emmène un pain sarrasin/riz/noix dans ma valise et je le sors sur la table sans broncher. Questions, dégustation, vous aimez ou pas ça ne change rien, y’a la corbeille de pain blanc qui vous tend les bras :) Si, en plus, les seules alternatives sont carnées, mon pain à lui seul assure les 3/4 d’un repas et j’essaie d’acheter des fruits dès que possible.

      Voilà Camille, j’espère que ça te donne de bonnes idées ;)

  12. jibel

    @ Tous,
    Depuis que Jérémy Anso a indroduit ces billets sur le gluten ou sans , j’ai répondu en arguant d’arguments pour essayer de faire comprendre que 1°) :
    Si on se nourri des produits industriels , gâteaux secs, pâtisseries et autres cochonneries issues de l’industrie, en clair tout ce qui peut contenir du gluten comme l’a signalé Christian…Il ne faut pas s’étonner qu’au bout d’un certain temps quelques personnes /+- 3% ont des problèmes d’intolérences ou d’allergies au gluten, c’est peu et beaucoup trop a la fois. On devrait interdire ce gluten frelaté dans toutes les compositions des produits alimentaires industriels… Est-ce trop dur de comprendre que le problème vient de la ? Pas du gluten en lui-même …… Je suis macrobiotique depuis 40 ans dans notre cuisine nous utilisons, de temps en temps, du « seitan » qui et comme tout le monde le sait est fait a partir de farine de blé ou d’épeautre d’où est extrait le gluten pur qui est cuit dans une préparation etc,etc….
    Jamais depuis que je mange ce « seitan » je n’ai eu le moindre problème depuis 40 ans …
    Il n’y a rien de mieux que de faire sa cuisine soi-même, évitez tout ce qui vient de l’industrie de l’agro-alimentaire , vos problèmes disparaîtront d’eux mêmes… ET j’irais jusqu’à dire de faire votre seitan vous même et le tester pour voir si les symptômes dont on parle dans ce billet apparaissent ou pas ?? Vous allez me dire que je déraille, n’est pas ? Osez faire ça , vous saurez alors si vos problèmes sont dus au produits industriels que vous manger, parce que c’est plus facile d’acheter des produits tout fait sans ce casser la nénette a faire votre cuisine avec des produits de bonne qualités. C’est un peu trop facile de jeter le discrédit uniquement sur le gluten…… 8-)

  13. marie-annick

    après beaucoup de soucis de santé, je suis allée voir le médecin qui (après des tests passé à l’hôpital) m’a appris il y a maintenant un peu plus de deux ans que je ne pouvais plus manger de gluten.

    j’ai donc commencé à manger sans gluten plus part obligation qu’autre chose. au bout d’environ trois semaines j’ai commencé à me sentir mieux, au bout de deux mois la plupart des soucis que j’avais (dont des vertiges réguliers qui sont très handicapant dans mon métier) on commencé a disparaître!!

    cela fait maintenant deux ans que je n’en mange plus et je n’ai jamais étais aussi bien!! je pense donc que leurs sois distante « carences » et autres sont de la pure bêtise!!!

    qu’il réfléchisse un peu avant de sortir ce genre de chose car il faut aussi penser aux personnes malades qui n’ont pas le choix et peuvent se poser des questions ou même prendre peur de carences ou autres! ce nutritionniste devrait réfléchir avant de parler, ou mieux retourner apprendre son métier!!

  14. Laurène

    Je ne comprends pas pourquoi vous attaquez le pharmachien sur son article sur la mode (j’insiste, la mode) du sans gluten. L’avez vous bien lu avant de le ranger dans le même dossier que les affirmations alarmistes du médecin-nutritionniste cité ?
    Le pharmachien dénonce seulement des raccourcis et croyances populaires que les industriels aimeraient exploiter en terme de marketing. Vous ne pouvez (et vous ne le faites pas) nier que les aliments transformés en sans gluten sont écologiques par exemple. Puis sa BD se termine par une invitation à manger varié, équilibré, avec modération.
    Au final, vous donnez plus l’impression de ne pas avoir compris l’humour incisif employé.
    Il aurait d’ailleurs été plus intéressant de faire un article complémentaire qui expliquerait comment on peut avoir un régime sans gluten et sans risque, donc par exemple favoriser les fruits et légumes, éviter le sans gluten industriel, …

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Oui Laurène, j’ai bien lu son article. Plusieurs fois même. Et le point n°2 dit exactement ceci: « le régime sans gluten n’est pas meilleur pour la santé car les céréales contiennent beaucoup de vitamines et minéraux et que les produits industriels sans gluten sont mauvais pour la santé ».

      Il part du principe que les alternatives au sans gluten sont uniquement les produits industriels, ce qui est une belle erreur.

      Je ne comprends pas votre question sur les produits sans gluten qui seraient « écologique ». Qu’est-ce que cela veut dire ?

      Pour votre dernier point, c’est exactement ce que mon article propose:

      1. Evitez en réalité les produits industriels
      2. Favorisez les fruits et les légumes

      Vous avez autres choses à rajouter ?

    2. christian

      je vous cite:
       »manger varié, équilibré, avec modération » … Malheureusement Laurène, cet énoncé est beaucoup général pour viser une bonne santé sans médication. Il n’est pas assez précis. Permet-il les pesticides? les additifs alimentaires? les colorants? les exhausteurs de goût? les gras trans?

  15. il fait beau 34

    Ce médecin nutritionniste ne connait pas son sujet ou bien il a des intérêts personnel.Les industriels de l’agroalimentaire nous empoisonne tout en le sachant ils nous mentent.

    Il existe d’autre farines,
    Ce médecin ne connait pas son sujet.

  16. jibel

    Comment faire admettre qu’il y a une différence et pas des moindres entre la farine de gluten issue et transformée et le gluten fabriqué artisanalement (seitan ou autre produit)
    Je serais prêt a parier qu’une consommation de seitan artisanal, ne provoquerait aucun symptôme décrit dans ce débat…..
    Les bonnes questions ne sont pas posées ici , a qui profite l’introduction de farine de gluten dans les préparations industrielles?
    Comment et pourquoi les gens qui ont ces graves problèmes d’allergie et autre intolérance au gluten? On ne naît pas intolérant ou allergisant au gluten on le devient, comment le devient t-on? Bêtement par sa façon de se nourrir, les produits de la grande industrie, grande surface et autre commerces qui se foutent comme de l’an quarante de savoir si dans tel ou tel produit figure en quantité négligeable ou pas de la farine de gluten (probablement frelatée)
    La faute est aussi aux consommateurs qui « bouffent » n’importe quoi depuis des années et s’étonnent , alors de devenir intolérant ou allergique au gluten….. Dans de telles conditions, vous me permettrez d’avoir des doutes. il n’est pas juste de jeter l’anathème sur le gluten surtout quand il est mal employé. Mais plutôt de se poser les bonnes questions…..
    Je lis ici que des problemes personnels, avec des « solutions » tarabiscotées de « guérisons »
    Pourquoi toutes ces personnes en sont elles arrivées la ?
    Enfin quelqu’un a répondu +/- a cette question, Lauréne a dis :
    « éviter le sans gluten industriel, … »
    Moi , je surenchéris en disant de ne jamais utiliser des produits ou il y a de la farine de gluten industrielle en complément de toutes préparations. A vous de jouer …..

    1. Alexis

      Bonjour Jibel,
      excusez-moi mais si le gluten a été extrait, artisanalement ou non, à partir d’une farine de blé ‘moderne’ (ayant subi tout un processus d’hybridation), ce qui inclus tous les blés commercialisés, vendus ou utilisés, cela ne change absolument rien à la problématique. Les caractéristiques de ces blés étant de pouvoir soutenir une culture intensive avec utilisation de beaucoup d’intrants et d’avoir des caractéristiques qui les rendent facilement mécanisables et panifiables par ex (molécules de gluten plus grosses, plus élastiques, et donc beaucoup moins digestes). Par conséquent, le terme ‘farine de gluten industrielle’ reste trop imprécis. A la limite, il y aurait peut-être matière à débat si l’on considérait du seitan fabriqué à partir de farines de variétés anciennes de blés, telles les variétés que les paysans-boulangers s’échangent et qu’ils n’ont droit de commercialiser que sous forme de produit fini (pain). Ces variétés n’ont pas subi la grande vague d’hybridation des blés de la révolution verte des années 50 et sembleraient poser moins de problème pour les hypersensibles au gluten, surtout qu’on a affaire à du pain au levain et donc à un processus de fermentation lactique qui ‘dégrade’ en partie le gluten et le rend plus digeste. Après pour les intolérants, cela reste probablement encore problématique.

      1. jibel

        Pas du tout avec les trois mots que j’ai utilisés pour dire que le gluten peut être extrait des farines soit « farine » soit « poudre » de gluten . J’ai utilisé ce terme de farine pour qu’on comprenne ou je voulais en venir sur ces ajouts des extraits de gluten en exagération .
        Et encore une fois je suis obligé de rentrer dans les explications de la conso du gluten soit sous n’importe quelle fonctions et dans n’importe quelles utilisations.
        Il y a un certain nombre d’années je donnais quelques cours de cuisine, je précise, en macrobiotique, un jour une dame me dit qu’elle ne mange plus de viande et autres produits animaux…. Je l’ai félicité, je lui ai demandé par quels produits remplaçait-elle les « barbaques » Elle me réponds par le seitan(gluten) quantité de 2 kg par semaine…. Bien entendu cette dame c’est singulièrement trompée… Voila l’explication des fautes de tout le monde…. Il faut se nourrir de « gluten » en proportion négligente et de tout les produits qui en sont fabriquer, pain, gâteaux, pâtisseries etc , etc …. Je ne réponds pas a Brindacier qui a en fait exagéré ses propres consos des produits dans lesquels il y a une quantité de « gluten » en espérant que cette personne comprendra, enfin, d’où ont étés ses propres erreurs 8-)

        1. Brindacier

          Bonjour Jibel, vous ne me répondez pas mais me citez…et je vous réponds quand même, sans agressivité mais parce qu’en relisant votre premier message, je bondis!
          « On ne naît pas intolérant ou allergisant au gluten on le devient, comment le devient t-on? Bêtement par sa façon de se nourrir » dites-vous. Bon point: l’idée de la mesure est propre à la santé et à l’alimentation en particulier, personne ne vous contredira là-dessus. Mauvais point: vous extrapolez concernant l’intolérance au gluten qui est une maladie auto-immune pour laquelle on ne sait toujours pas si elle est présente dès l’introduction du gluten (donc vous n’êtes pas responsable quand vous étiez bébé!), si elle est latente, avec malgré tout des troubles divers décrits par les concernés, ou si elle peut rester non déclarée toute la vie.
          Je m’explique. Il faut trois conditions pour que la maladie se déclare:
          – un profil génétique propre (gènes DQ2 ou DQ8, soit plus d’un tiers de la population mondiale mais d’autres gènes sont évoqués depuis qq années, voir l’étude du Dr Scerri mettant en évidence le gène C59…),
          – un contact avec le gluten, même minime. Rappel: L’intolérance au gluten est une réaction retardée à IgG (immunoglobines G) telle qu’il faut avoir été en contact avec l’allergène pour que le système immunitaire le reconnaisse ensuite comme un « intrus » lors d’un futur contact…qui peut être seulement le 2e! Il suffit que vous ayez mangé un morceau de pain à 4 ans et qu’à 40 ans vous en remangiez un. L’idée que l’on est responsable en mangeant tel type de gluten ou trop de gluten n’est donc pas valable ici. Que l’on évoque les excès comme responsables de pathologies et de mal-être, je veux bien, mais il ne faut pas dire n’importe quoi non plus.
          – un élément déclencheur et là, bon courage pour trouver: on n’en sait toujours rien. L’alimentation déréglée n’est qu’une hypothèse, peut-être fausse. Les médicaments ont aussi été suspectés, les pesticides (et pas seulement ce que l’on mange) et autres polluants, les vaccins, un choc émotionnel, le fait de ne pas avoir été allaité… J’ai beaucoup cherché aussi du côté des déclencheurs possibles et franchement, il y a trop à dire.

          Bref, j’aurais pu vivre quelque part en Asie, n’avoir mangé qu’une miette de gluten enfant et ensuite avoir eu une alimentation très équilibrée toute ma vie…et malgré tout développé la maladie cœliaque plus tard à l’occasion d’une autre consommation modérée de gluten.
          La responsabilisation, d’accord, et j’assume mes conneries (et celle des médecins? parce que j’ai toujours entendu que je pouvais continuer à manger tout ce que je voulais, étant en parfaite santé, n’ayant pas de cholestérol ni de surpoids, les deux obsessions du corps médical…). Mais la culpabilisation est une dérive parce que là, on est de nouveau dans l’irrationnel.
          Les maladies auto-immunes sont bien plus complexes que ne l’imaginent certains. Je lis des énormités ici aussi et il me semble que la volonté de Jérémy qui a créé ce blog est de lutter contre les fausses vérités. C’était aussi mon idée quand j’avais fait le blog dont j’ai parlé.
          Pour finir, le gluten est en lui-même nocif, quel qu’il soit, voir les deux études scientifiques que j’ai citées hier.
          L’idée d’une alimentation originelle « angélique » est de l’ordre de la croyance, pas de la science. A titre d’exemple, je vais peut-être piquer l’orgueil de certains en disant que de nombreux blogs végétariens ou vegans me laissent cette impression d’irrationalité matinée d’une haine anti-humaine dérangeante…critiquer la consommation de viande sur le plan de la santé pour manger quantité de gluten et de laitages n’a aucun sens. C’est le cas de 9 blogs vegans sur 10, qui sont tous des fans de la photo culinaire et d’une mise en scène de la nourriture (et d’eux-mêmes?). J’ai discuté il y a un moment par mail avec une fille sympa, la vingtaine, animant un blog de cuisine vegan…elle n’avait jamais réalisé que l’alimentation sans gluten n’était pas un choix idéologique mais une obligation pour les allergiques et cœliaques. Autrement dit, elle ne voyait l’alimentation que comme une posture et pas d’abord sous l’angle nutritionnel. Il faut sortir de ce nouvel enfermement qui n’est qu’une manipulation supplémentaire des lobbies. Posez-vous toujours la question quand une mode survient: qui est derrière?
          Il faut garder la tête froide et discriminer entre ses motivations, son expérience, la réalité du marché, les avancées scientifiques…pour ne citer que cela!

          1. jibel

            @Brindacier ,
            Allez, je ne suis pas la pour vous contredire, les seuls points sont votre certitude en biologie. Ce que j’ai lu , vous dites que la conso du gluten se fait a l’enfance? vrai ou faux?===>faux.. Pourquoi tout bêtement parce que d’une manière ou d’une autre on ne devient pas du jour au lendemain en claquant dans ses doigts des « végétariens » « taliens » ou « végan » très proche de la macrobiotique, mais avec la « philo » de G.O. avec des fois quelques temps de réflexion sur ce qui doit être fait ! Bien sur sans oublier toutes les nouvelles formes de se nourrir, très a la « mode » in. Y-en a partout…..
            Pour ce qui est du gluten dont pas grand monde a donné une réponse qui risque de « foutre » le bazar avec tout ces « eurotismesaphique » les Monsanto, Bayer nouveau proprio et autres producteurs des cochonneries pour les cultures etc, se sont eux qui ont torpillés les cultures des céréales pour en arriver a ce que les farines dans lesquelles sont en partie, le gluten? pourri !… De savoir les quantités des produits ou se trouve ou non le gluten? Ce qui en principe ne devrait pas poser ces « fumeux » problèmes des allergies, des problèmes avec les parties des intestins, comme par hasard seulement depuis une dizaine d’années passées….C’est très bien votre discussion avec la blogueuse de végan de vingt ans, comment pouvez vous croire que cette jeunesse puisse avoir quelques certitudes depuis qu’elle est végan ? ? Ce n’est pas en deux semaines qu’on connait tout sans rien admettre sur certaines erreurs de compréhension…..Pour moi qui suis de 70 piges dont 45 en macrobiotique, il m’a fallu du temps pour arriver a ce que je crois être le meilleur, mais cela restera mes envies. Il n’y a pas de certitudes fondées par les scientifiques qui souvent se plante , c’est , hélas tout ce qu’il y a a en dire….. Perso je me fiche des racontars des scientifiques qui resteront que dans leur stratosphère et non aux 95 % de la population mondiale. Pour votre discours, il y a quelques différences, mais pas tout, c’est a vous de voir…. Ce qu’il y a comme certitude c’est de savoir ce qu’on peut manger, ne pas en être victime de la boulimie, ce qui fait « bouffer » n’importe quoi 8-)

  17. Bichon

    LOL vous me faites rire….je mange de tout…mais vraiment de tout et mon corps n’a aucun problème…je fais régulièrement un Check pu médical…
    C’est dans votre tête..on dirait une secte…?

    1. Sylvain

      Merci pour votre contribution à la science.

    2. Brindacier

      Je découvre ce blog et ne pensais pas commenter ici car j’aurais trop à dire…J’ai d’ailleurs écrit ce type d’article (je suis complètement d’accord avec Jérémy ici) sur mon blog scientifique, il y a quelques années (il n’existe plus), dans lequel je dénonçais les méfaits du gluten.
      Et pof! Bichon, votre trollerie (et pas drôlerie!) me fait réagir.
      J’ai fait exactement comme vous pendant très longtemps: une aveugle heureuse! PUisque tout allait bien, en apparence, je mangeais autant que je voulais, tout ce que je voulais et je suis hyper gourmande et gastronome, croyez-moi la liste de ce que je pouvais manger en un jour ferait frémir un spartiate. Tout cela pour peser dans les 50 kg pour 1m70.
      Personne ne pouvait prétendre être en meilleure santé que moi. Apparemment.
      A 45 ans, on m’a diagnostiqué une maladie coeliaque, après pas mal de soucis noyés dans des diagnostics erronés puisque tout ça venait de l’inflammation liée au gluten. Ce qui est aussi une réponse au passage à d’autres coms qui vantent un « bon » gluten versus un gluten industriel. Le problème n’est pas (seulement) là. Le gluten est un pro-inflammatoire en lui-même, et là je m’adresse aussi à Jérémy en tant que docteur en biologie Je ne le suis pas moi mais la biologie m’a toujours intéressée. Quand j’avais mon blog, j’ai fait beaucoup de recherches sur les études qui paraissaient concernant les maladies auto-immunes, le gluten et ses conséquences, etc. J’avais trouvé trace d’une thèse de doctorat à la fac de Montpellier de 1996, qui démontrait l’action inflammatoire du gluten sur l’intestin, le foie, la modification de la formule sanguine de rats non-coeliaques, autrement dit la toxicité du gluten sur tous les organismes de mammifères et pas seulement ceux qui seraient prédisposés à la maladie coeliaque. « Altération considérable de la muqueuse intestinale », « compression importante des capillaires sinusoïdes », « apparition de nombreuses formes anormales d’hématies »…pour les effets in vivo du gluten sur le rat. Quand j’ai voulu me procurer cette thèse, via un ami chercheur sur Montpellier, cela n’a pas été possible, l’étude datant d’avant l’informatisation (réponse officielle)…et étant introuvable in extenso. Une autre étude de 2008 sur les singes rhésus (les plus proches de l’homme) démontrait la même chose. Bien sûr tout cela a été (déjà) beaucoup moins médiatisé que toutes les pseudo-études sur les soi-disant méfaits du régime sans gluten.
      Je reprends l’idée de Bichon: je vais bien, tout va bien (ceux qui connaissent Dany Boon me comprendront)…
      Le mythe de l’apparence! Pendant plus de 40 ans, je n’ai jamais eu de problèmes de santé autres que banals, passagers et bénins. La seule trace de maladie cœliaque aurait été une anémie persistante depuis l’enfance. Cette anémie ne m’a jamais empêchée de faire du sport, d’être active, performante. Quand les taux de ferritine et d’hémoglobine devenaient trop bas, je le savais par expérience à l’âge adulte, une cure de fer me ramenait au taux plancher acceptable pour la médecine.
      Une idée intéressante au passage: vous parlez de « secte », Bichon, mais que pensez-vous des médecins et autres scientifiques qui ne se sont jamais posés la question d’éclaircir cette anémie ferriprive inexpliquée? Pas plus que le fait que je mange comme 4 et suis toujours restée très mince (« sèche » disaient les sportifs…envieux que je sois aussi fine en mangeant au moins 5000 calories par jour à cette époque, repas avant et après l’entraînement de kung-fu aussi, sans le moindre ballonnement ni la moindre gêne)? Comment qualifier cet esprit-là si ce n’est d’anti-scientifique, allez, on ose, d’irrationnel? Et pourtant ce corps médical est souvent persuadé d’avoir une approche rationnelle et méthodique…Je n’ai raccroché qu’après le diagnostic certaines manifestations à la maladie cœliaque: des problèmes neurologiques latents comme une hypersensibilité dentaire, par exemple. J’ai par exemple des dents dévitalisées qui restent hypersensibles… (non, inutile d’insister! Je ne donnerai mon corps à la science qu’après ma mort!)
      Des réactions paradoxales ou nulles aussi pour certains médicaments et exacerbées pour d’autres ou des aliments (allergie au poisson avec tremblements pendant plusieurs heures, je grelottais, j’avais très mal au ventre…mais jamais avec le gluten!). C’est d’ailleurs cela, qui pouvait évoquer une malabsorption, qui a mis la puce à l’oreille de mon généraliste.
      Les maladies auto-immunes sont très complexes. Pour ma part, je n’ai jamais eu de douleurs ni indigestions liées au gluten. Or, c’est ce qu’on lit (peut-être ici aussi, je n’ai pas lu tous les articles?): les cœliaques ont des problèmes de digestion quand ils mangent du gluten. non seulement ce n’est pas vrai mais ce n’est pas le plus important! Ce qui est important, c’est que le gluten va relancer la dérive auto-immune.
      J’ai été diagnostiquées au stade ultime de la maladie, atrophie complète des villosités de l’intestin grêle alors que je mangeais une quantité impressionnante de gluten (une baguette le matin, des pâtisseries fraîches et sèches tous les jours, des croissants, des sucreries gluténiques en grande quantité et chaque jour…).
      Il reste capital de faire savoir que l’on peut être dans un état gravissime et avoir l’apparence de la bonne santé.
      La double dose de fer maximale prise à la fin, juste avant le diagnostic, avec ferritine « indécelable » pour résultat m’a fait repartir avec un test de dépistage de la maladie cœliaque. Je ne serais pas tombée sur un médecin un peu curieux, je serais morte actuellement.
      J’avais des hémorragies intestinales à l’époque assez conséquentes (debout dans la baignoire à attendre la fin le matin…génial comme excuse à (ne pas) donner au boulot :-). Eh bien, pour les toubibs, il s’agissait d’hémorroïdes internes. Internes parce que quand je disais que je n’avais pas d’hémorroïdes, on me répondait qu’elles étaient cachées… Je commençais à me demander si mon corps filiforme et mes fesses minuscules n’étaient qu’un leurre qui abritait des sphères de sang monstrueuses?! Ma mère ne m’avait pourtant pas dit que je venais d’une autre galaxie…perplexité. Ah ces ces médecins rationnels, quel sacré sens de l’humour!
      Eh bien ce drôle d’épisode n’a disparu que quand, après m’être documentée, j’ai supprimé les laitages en plus du gluten (régime strict à vie quand on est coeliaque; pour les inquiets, je mange encore mieux qu’avant mais j’ai moins faim).
      J’en profite pour rectifier aussi une idée séduisante mais fausse: ce n’est pas parce qu’on supprime le gluten que tout va mieux illico. Le problème reste beaucoup plus compliqué. D’autres maladies auto-immunes sont apparues ensuite, en ce qui me concerne. C’est souvent le cas d’ailleurs, vu les personnes rencontrées: la porte ouverte d’un désordre immunitaire avec une maladie de ce type permet souvent à d’autres maladies de s’installer. Bref, pas d’euphorie ni de diabolisation: contrairement à beaucoup de médecins, restons rationnels! ;-)

  18. loli

    Le sans gluten industriel il vaut mieux l’éviter. C’est remplis de produits chimiques et c’est hyper chers! . J’ai eu des soucis à mon ventre en les adoptant. La meilleure solution est de cuisiner soit même avec des ingrédients simples. Quand je regarde la liste interminable des ingrédients sans gluten ça me rend malade.

  19. Premtalika

    J’ai une question naïve car je suis une débutante.
    est ce que à diminuer voire supprimer les céréales et légumineuses pour avoir une alimentation composée de viandes oeuf poisson et fruits et légumes on n’a pas de risques de carences en vitamines B ? La B1 notamment ?

  20. Marion ap

    Moi ce qui me chiffonne, c’est qu’à lire cet article, on dirait que TOUT LE MONDE devrait avoir une alimentation sans gluten.
    Personnellement, j’ai une alimentation très variée / équilibrée (voir même « trop » selon certaines personnes de mon entourage qui me prennent pour une hystérique surtout depuis que j’ai arrêté le lait, mais je m’en fiche). MAIS je ne suis pas intolérante au gluten… alors pourquoi je devrais l’enlever de mon alimentation, sachant que je consomme en très grosse majorité des légumes et des fruits et que mes intestins vont bien (merci pour eux) ?

    J’imagine bien que votre propos n’est pas « encore un lobby ! le lobby du gluten ! N’en consommez plus, peuple ! », mais il faudrait veiller à être moins… extrême dans vos paroles, notamment en voyant les commentaires de vos lecteurs, qui sont en GRANDE majorité des personnes qui sont soit végétariens, soit « gluten-free » etc.

    Voilà je dis juste ça pour que les personnes moins « critiques » des actions des industriels puissent entrer dans le débat et APPRENDRE, afin qu’ils aient moins l’impression que le monde de la nutrition soit « sectaire », et qu’ils soient donc plus ouverts à la prise de conscience. Car vos articles sont très intéressants, et c’est vraiment dommage que beaucoup de personnes restent encore hermétiques à ce combat pour la santé, car au final les personnes qui se sentent concernés par ces articles sont des personnes déjà convaincues :)

  21. Marion ap

    et pardon pour les fautes d’orthographe, ça pique les yeux !

  22. jibel

    Bonjour a tous,
    Voila plus d’un mois, je décide a mettre un commentaire dans l’article de Jérémy Anso, des commentaires des gens pour savoir quelle est la signification de « gluten » et des allergies et autres Problèmes, hélas !
    Quand je vais dans un champ de blé, je prend quelques épis, j’en extrais les graines de blé puis je m’en sers, apres quelques minutes, pour qu’ils deviennent du « chewing-gum »en les mastiquants……En fait! voila exactement ce que deviendrait le kilo de blé, transformé en farine ! Résultat de ce 1k il va rester +/- 300 a 400g du produit qu’on appelle le gluten/seitan comme produit qui devient, après sa cuisson de +/- 3heures pour arriver a de la « viande » végétales.
    Bien entendu, cette imitation, de « viande végétales » a aucun moment ne devrait faire un « remplacement » des quantités des produits animaux….. Ceci (le gluten) ne doit pas être une
    compétition a utiliser. Dans la nourriture il y a une quantité égale avec les produits animaux et des produits végétales aux mêmes quantités sera une énorme erreur.
    Il n’est jamais prévus de faire une consommation équivalant entre les produits animaux et les
    produits végétarien. Les égalités ne sont certainement pas exacte a croire qu’en prenant des végés a la place des produits animaux, dans la même quantité, sera la tres grosse erreur……

  23. Magda

    Moi qui ne consomme plus le gluten depuis bientôt 15 ans, je suis la preuve vivante comme on peut être en bonne santé et en forme, à bientôt 63 ans.

    Je mange paléo, c’est-à-dire de la viande, du poisson (nature), des fruits et des légumes, ainsi que des oléagineux. Et RIEN D’AUTRE.

    Et je n’ai jamais été carencée en rien.

  24. colette

    Bonjour, merci pour vos publications découvertes il y a peu et qui sont une mine inépuisable (pour moi) d’informations utiles à la santé tant physique que psychique. J’ai arrêté le gluten et les produits laitiers (mais rarement un peu fromage chèvre) en 2012 et me suis rapidement sentie mieux (syndrome de fatigue chronique et fibromyalgie). Début 2015 suite à mal de gorge qui revenait (ce qui m’effrayait étant donné mon passé de santé) le médecin ORL, à l’origine de l’arrêt gluten-produits laitiers, me fait prendre un traitement à base de compléments alimentaires, vitamines et hormones et ce depuis 9 mois. Au bout de quelques mois j’ai senti que mon foie était surchargé et actuellement je sens que des choses ne tournent pas rond. Je fais donc des recherches pour trouver une solution. D’autant plus que financièrement je n’arrive pas à suivre.
    Mon bon sens me dit de m’orienter autrement et d’essayer d’y voir clair… Bien à vous

  25. jibel

    Comme d’hab, c’est toujours le même programme de faire croire a qui veut bien le comprendre que les produits laitiers sont absolument compatibls aux consommateurs depuis + de 60 ans merci a Pierre Mendes France et a JM Cohen…. comme il a sa confession de chez Danone il est obligé de mentir a qui veut bien le croire , bof .bof

  26. Coach Poids Santé

    Bonjour Jeremy

    Voilà un clou bien enfoncé mais les croyances ont la vie dure.

    Pas besoin de faire un test de biologie. Pas toujours spécifique ou trop, onéreux..
    Pratiquer l’éviction du pain et des pates pendant 8 semaines. Si vous êtes concerné par l’intolérance ou l’hypersensibilité vous le serez vite. Écouter votre corps

    Bonne continuation
    Jean Philippe
    Ps : et si vous avez aucun effet, cela peut être préventif puisque cela mais des années à s’établir :-]

  27. Le Calvix

    Oups il y a une faute
    « Ils ignorent totalement que l’objectif du sans gluten *et* de faire la part belle aux légumes et aux fruits, bien évidemment excellents pour la santé. »
    -> est de faire
    Merci :)

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.