Les pires conseils d’un naturopathe pour éviter l’ostéoporose

lait-osteoporose-masson-naturopathe-proteines

Le traitement de l’ostéoporose selon Robert Masson

Que n’ai-je pas lu aujourd’hui… J’ai ouvert ce matin un email du très célèbre site Passeport Santé auquel je suis abonné, et qui nous parle de l’ostéoporose. Le titre du dossier laisse rêveur:

« Ostéoporose et réalités occultées »

Le dossier a été rédigé par Robert Masson, décrit comme naturopathe uniquement, où ce dernier nous propose 7 causes responsables de l’ostéoporose, avec des solutions pour l’éviter.

Deux causes ont réellement retenu mon attention, des causes qui concerne notre alimentation bien sûr, et qui à défaut de vous apprendre quelque chose risque de vous donner un infarctus dans la minute… Je m’explique.

Selon M. Masson, l’ostéoporose tire notamment son origine d’une carence en protéines, animales je vous pris ! Les végétariens et les végétaliens apprécieront, mais ce n’est pas tout. Toujours selon lui, si vous ne mangez pas votre poisson ou votre morceau de barbaque avec du riz, des pâtes, du pain ou des pommes de terre… et bien vous risquez de vous briser les os avec l’ostéoporose. Mais aussi de bander mou, d’être anémié, de perdre votre masse musculaire ou d’avoir des problèmes au niveau de vos ragnagnas, oui vous m’avez bien entendu.

De la viande, du poisson, des fruits de mer ou des oeufs deux fois par jour

Voilà l’un des conseils ultimes de M. Masson: bouffez des produits animaux tous les jours, deux fois par jour et vos os resteront en bonne santé ! Vous ne me croyez pas ? Voilà le paragraphe introductif complet:

« Les carences protéiques. Pourquoi y-a-t-il carence protéique ? Tout simplement parce qu’aujourd’hui les gens ont peur de la viande, du poisson, des œufs, des aliments protéiques. Or pour qu’un os reste en parfaite santé jusqu’à 80 ans et plus, il faut ingérer des aliments protéiques deux fois par jour. »

C’est l’interprofessionnel de la viande qui doit se frotter les mains après avoir lu le dossier du naturopathe… Comment peut-on être autant à côté de la plaque ?

Juste pour le fun, pointer du doigt des carences qui sont extrêmement rare dans les pays développés est juste en total contradiction avec… Passeport Santé, le site qui héberge le fameux dossier ! Le site nous indique dans un dossier dédié à cette question « qu’une carence en protéine est très rare dans les pays industrialisés. »

La contradiction ne semble pas gêner les rédacteurs de Passeport Santé. Pourtant, personne ne vous fera miroiter une carence en protéines dans nos contrées développées, et c’est bien entendu la position de l’Association végétarienne de France, ou bien du site Veganisme.fr.

Bien sûr, et comme toujours, on va sortir de notre chapeau la fameuse position de l’Association Américaine de Diététique, et qui nous indique dans une publication que le végétarisme ou le végétalisme bien menés sont adaptés à tous les stades de la vie. 1

M. Masson fait fi de toutes les sources de protéines végétales qui participent bien entendu à apporter l’ensemble des acides aminés à l’organisme, et en quantité suffisante. M. Masson fait fi des nombreux problèmes liés à la consommation excessive de produits animaux, telle qu’il la conseille (2 fois par jour, tous les jours).

Mais il n’y a en réalité aucune surprise dans cette position complètement farfelue, presque idiote, puisque le naturopathe se décrit lui-même contre un anti-végétalien sur son site. Alors voilà, M. Masson aurait fait dans les années 80 des « conférences et publication sur les dangers, la malnutrition, l’arrêt de croissance des enfants végétaliens et la destruction irrémédiable de la santé des enfants et adultes suivant véritablement le végétalisme même « dit équilibré »  »

Là, vous êtes surement en train de vous dire qu’on en tient une bonne couche (surtout que les enfants végétaliens grandissent très bien et normalement). Mais en fait, à la lecture de sa biographie, on se rend compte que ce naturopathe livre un véritable combat contre le végétalisme.

Voilà la conclusion du grand bonhomme sur les apports en protéines et sur l’ostéoporose:

« En conclusion, si vous voulez avoir un squelette en parfait état, il faut viande ou poisson ou œufs ou fruits de mer midi et soir. »

Il est impossible d’être autant le faux, et excusez-moi, mais de raconter autant de conneries. Robert si tu me lis, la suite pourrait t’intéresser.

Déjà, les sacro-saints produits laitiers censés être le top du top en terme de protection pour les os ou le Saint-Graal contre l’ostéoporose… n’en sont RIEN.

J’ai beau chercher, je ne trouve que des publications sérieuses (des synthèses et des méta-analyses) qui ne montrent pas d’effet protecteur de cette source de protéines animales. 2 3 4 5 6 7 8

En 2007, une étude a également montré que les végétaliens qui avaient des apports suffisants en calcium, au moins 500 mg par jour (exactement ce que recommande l’OMS), n’avaient pas de risque de fracture supérieur aux omnivores 9. La consommation des autres produits animaux n’étaient même pas liée aux risques de fracture… pour vous dire.

Une synthèse plus récente publiée cette année par un chercheur helvète nous indique la même chose: les végétaliens avec un apport correct en calcium ne souffrent pas plus de fracture ou d’ostéoporose. 10

Qu’en dit notre naturo ? J’aimerais bien le savoir.

La suite, c’est peut-être pire encore. Accrochez-vous, j’ai rarement lu ça.

Retirer le pain, le riz, les pâtes ou les pommes de terre et bonjour l’ostéoporose !

En gros, selon lui, si vous dissociez les produits animaux et les produits « farineux », vous allez avoir une chute de l’insuline et une montée du glucagon (c’est l’hormone opposée, qui fait l’effet l’inverse de l’insuline). Toujours selon M. Masson, ce phénomène entraînera une fabrication de glucose dans le foie à partir des protéines animales et entraînera… une ostéoporose !

Mais pas uniquement, je le disais en introduction, mais également « de l’anémie, de la fonte musculaire, de l’aménorrhée, de l’impuissance, etc…. bref le vieillissement prématuré, sans parler de la chute immunitaire. »

Mais là aussi, on marche sur la tête. Vous n’avez pas besoin d’associer des produits farineux avec des produits animaux pour éviter la mobilisation du glucagon et un quelconque risque d’ostéoporose !

Il faut plus d’un jour de jeûne pour activer une voie métabolique particulière et barbare: la néoglucogenèse, qui va effectivement utiliser les acides aminés pour fabriquer du glucose, très important pour le corps.

Mais sans même parler de jeûne, si vous mangez un fruit pendant le repas, ou si vous buvez par exemple un jus de fruit ou pire un soda, ben vous allez apporter des glucides… Amusez-vous à chercher un lien entre ce truc et l’ostéoporose, et vous allez tomber… sur… roulement de tambours… Robert Masson !

Alors il existe bien des interactions entre la glycémie et l’os, avec notamment l’action d’une hormone produite par l’os, l’ostéocalcine, qui  agit directement sur la synthèse d’insuline par le pancréas. 11 Un phénomène qui est loin d’être bien connu, mais qui globalement nous dit qu’un os en bonne santé va sécréter de l’ostéocalcine, et qui par un jeu de rétrocontrôle, va améliorer la sensibilité des cellules à l’insuline, et à terme limiter le développement d’un diabète de type 2. On est dans du technique, mais bien loin d’un lien entre repas farineux et protéiques et risque d’ostéoporose ou d’impuissance…

Lutter contre l’ostéoporose?

Pour lutter contre cette dégénérescence de l’os, pratiquer une activité sportive régulièrement est indispensable. Heureusement que M. Masson en parle également. Vous avez également tout intérêt à « végétaliser » votre alimentation, reconnu pour améliorer la santé de l’os.

Pour conclure, et c’est la cerise sur le gâteau, le dossier publié par Passeport Santé est en réalité un vulgaire copié/collé du site du naturopathe Robert Masson ! Ils n’ont pas cherché midi à 14h, dommage, nous oui !


Références

1 Craig, W. J., & Mangels, A. R. (2009). Position of the American Dietetic Association: vegetarian diets. Journal of the American Dietetic Association,109(7), 1266-1282

2 Cumming RG, Cummings SR, Nevitt MC, Scott J, Ensrud KE, Vogt TM, Fox K. Calcium intake and fracture risk: results from the study of osteoporotic fractures. Am J Epidemiol. 1997 May 15;145(10):926-34

3 Kanis JA. The use of calcium in the management of osteoporosis. Bone 1999;24:279–90

4 Weinsier RL, Krumdieck CL. Dairy foods and bone health: examination of the evidence. Am J Clin Nutr. 2000 Sep;72(3):681-9.

5 Lanou AJ, Berkow SE, Barnard ND. Calcium, dairy products, and bone health in children and young adults: a reevaluation of the evidence. Pediatrics. 2005 Mar;115(3):736-43

6 Bolland, M. J., Leung, W., Tai, V., Bastin, S., Gamble, G. D., Grey, A., & Reid, I. R. (2015). Calcium intake and risk of fracture: systematic review.

7 Pripp, A. H., & Dahl, O. E. (2015). The population attributable risk of nutrition and lifestyle on hip fractures. Hip International, 25(3).

8 Burckhardt, P. (2015). Calcium revisited, part III: effect of dietary calcium on BMD and fracture risk. BoneKEy reports, 4.

9 Appleby, P., Roddam, A., Allen, N., & Key, T. (2007). Comparative fracture risk in vegetarians and nonvegetarians in EPIC-Oxford. European journal of clinical nutrition, 61(12), 1400-1406.

10 Burckhardt, P. (2016). The role of low acid load in vegetarian diet on bone health: a narrative review. Swiss medical weekly, 146.

11 Kanazawa, I. (2015). Osteocalcin as a hormone regulating glucose metabolism.World journal of diabetes, 6(18), 1345.

2 Commentaires

  1. JBV

    Après recherches, cet homme là dit beaucoup de choses intelligentes. Sa méconnaissance de la qualité des protéines végétales et des difficultés de digestion des protéines animales est d’autant plus curieuse. Méconnaissance également du rôle complet de l’insuline. Méconnaissance des études sur les végétariens…

    Même la nutrition officielle qui a toujours trois ou quatre trains de retard est d’accord pour baisser la consommation de viande à une fois par jour.

    Où consomme-t-on le plus de viande ? Où constate-t-on les plus forts taux d’ostéoporose ? Pas besoin d’aller très loin pour trouver les chiffres de la consommation de viande et ceux de l’ostéoporose. Même problématique qu’avec le lait.

    Merci pour cet article, Jérémy.

  2. jojo

    http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/PalmaresNutriments/Fiche.aspx?doc=proteines

    Voilà un exemple de la malhonnêteté de ce site car pour tenir un site pareil je ne pense pas que ce soit de la méconnaissance, regardez les aliments les plus riches en protéines, ça ne parle à aucun moment de spiruline, ni de chlorella ou encore d’ortie.

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.