Manger sans Gluten: Grave et Dangereux pour les Nutritionnistes Québécois

gluten-maladie-coeliaque-ble-dietetistes

Outre atlantique, 3 organismes important du Québec dans le domaine de la santé et de la nutrition ont co-signé un article sur les dangers du régime sans gluten. Je dois cette découverte à Florence, une lectrice du blog, qui a littéralement « sautée au plafond » en lisant cet article (merci pour le lien ; ) ).

Intriguant. Le mot est lâché pour cet article qui nous parle de « complications graves » et de « risques de carences alimentaires » pour les personnes qui souhaitent commencer un régime sans gluten. Ces informations sont émises par M. Bernard Lavallé, un nutritionniste du site d’information Extenso, sous la houppette de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ, l’équivalent des diététiciens nutritionnistes en France) et du Collège des Médecins du Québec, rien que ça.

Risques de carences nutritionnelles

Le nutritionniste n’y va pas de main morte, dès le début de l’article nous pouvons lire que « suivre un régime sans gluten sans avoir obtenu un diagnostic de maladie cœliaque pourrait entraîner des complications graves et provoquer des carences alimentaires […] »

Pire encore, on apprend dans cet article que les aliments sans gluten sont moins nutritifs que leur équivalent avec du gluten. Bernard Lavallé nous parle même d’études qui prouvent cela mais n’en cite aucune.

D’après ce nutritionniste, magner sans gluten est « très restrictif », ce qui est plutôt vrai mais qui dépend beaucoup des personnes et du contexte, et également « monotone ». Prenez garde ! Les charcuteries, les sauces et les assaisonnements ne sont plus tolérés selon M. Lavallé. C’est à croire qu’il y aurait même du gluten dans l’huile de l’olive !

Finalement, le billet québécois tente même de décourager les futurs adeptes de ce régime sans gluten si leur objectif est de perdre du poids. Le nutritionniste fait le hasardeux lien entre le « gluten » et les « féculents » et assène que les « féculents ne font pas engraisser […] ». Nous ne relèverons pas le fait que les pommes de terre sont des féculents et ne contiennent pas de gluten.

En résumé, des organismes officiels de la santé publique du Québec prennent une position plutôt à contre-pied de ce qui a été démontré à ce jour : c’est-à-dire les effets négatifs du gluten, plus généralement du blé moderne à la base de nombreux produits industriels.

Dans la suite de cet article, je vais vous exposer les réels risques du gluten pour l’organisme. Nous allons voir que les aliments avec du gluten, comme le pain et les pâtes, font parties des aliments les plus pauvres nutritionnellement parlant. Finalement, je vous propose une enquête sur le site Extenso, son nutritionniste Bernard Lavallé, mais également sur l’OPDQ qui n’hésite pas à afficher sa proximité avec l’industrie laitière et agroalimentaire !

La suite risque d’être dure à avaler pour mes amis « diététistes ».

Aucune céréale n’est indispensable pour l’Homme

Quand les professionnels de la santé du Québec parlent de risques de carences nutritionnels et de complications graves pour les personnes qui suivent un régime sans gluten, ils balayent du revers la très longue et très instructive Histoire de l’Homme.

Pendant 7 millions d’années, l’Homme n’a jamais consommé une seul céréale et s’en portait probablement à merveille. Lanutrition.fr nous indique très justement la position de l’école de santé publique de Harvard sur ce sujet :

Les produits céréaliers ne sont pas indispensables à la bonne santé.

Les céréales ne contiennent aucun élément dit essentiel (que l’on ne retrouverait que dans les céréales) et peuvent tout à fait être écartés d’un régime alimentaire ou conservées si on les tolère.

Manger sans gluten, c’est prendre le risque de se priver de pain, très riche en sel et en glucides avec un index glycémique très élevé, de pâtes et d’une flopée d’aliments industriels du type plat préparé, les pires qui existent.

Manger sans gluten, c’est donc prendre le risque d’éviter les aliments les plus pauvres nutritionnellement. Le pain est considéré comme apportant des calories vides, avec un indice de densité nutritionnelle proche de zéro (1,5). Les pâtes lui emboîtent le pas, avec un indice faible (3,8) qui indique un aliment pauvre en nutriments, minéraux, etc.

Manger sans gluten, c’est finalement prendre le risque de manger plus de légumes et de fruits pour compenser les pertes et les manques en céréales. Ces produits, s’ils sont choisis frais et biologiques, participent activement à maintenir un bon état de santé, ou bien à le retrouver.

Je profite de cet article pour élargir le débat au-delà du gluten, qui est loin d’être le seul inconvénient de la consommation de céréales.

Le gluten n’est pas le seul coupable

Récemment, le blé moderne vient d’être sévèrement accusé par un journaliste scientifique français, Julien Venesson. Dans son ouvrage « Gluten : comment le blé moderne nous intoxique », l’auteur met en évidence le caractère profondément « toxique » du blé moderne qui contient par exemple 42 chromosomes, soit 28 de plus ajoutés par génie génétique au blé ancestral.

Dans une interview réalisée par Lanutrition.fr, Julien nous indique les raisons de « limiter, voire de supprimer le gluten ». Au mieux, le gluten traverse le système digestif sans être modifié ; au pire, il perturbe le fonctionnement de l’estomac avec des molécules pouvant passer dans la circulation sanguine et entraîner des perturbations parfois graves.

Je ne cesserais pas de citer l’article de Sylvain de l’excellent blog Clair et Lipide qui nous parle plus en détail du livre de Julien et des principaux points en relation avec le blé et le gluten. J’encourage les lecteurs à visiter l’article de Sylvain pour y découvrir certains points forts du livre.

Au-delà du message des nutritionnistes du site Extenso et des associations de diététistes et des médecins du Québec, il y a une partie intéressante sur les relations qui existent entre les professionnels de l’agroalimentaire et les professionnels de la santé au Québec.

Quand le jeu de piste nous emmène vers Danone et Kellogg’s

Je l’ai dit au début de l’article, c’est le nutritionniste Bernard Lavallé du site Extenso qui indique les dangers de suivre un régime sans gluten. Le site extenso est décrit comme un organisme à but non lucratif dans la mission est « sensibiliser la population à une meilleure santé nutritionnelle à travers une interprétation objective et une diffusion efficace des connaissances scientifiques actuelles en matière de nutrition ».

Le site en question bénéficie selon lui d’une crédibilité à l’échelle nationale car il a reçu en 2003 le prix du mérite annuel en diététique de l’OPDQ. Il existe donc une relation certaine entre le site Extension et l’Ordre des diététistes.

Sur le site officiel d’Extenso, on retrouve tout en bas l’organisme à l’origine de sa création, « Nutrium ». Nutrium est détenu par l’Université de Montréal et propose bien entendu de faire de la vulgarisation scientifique afin d’améliorer les habitudes alimentaires de la population.

Dans la page des partenaires du site, on y découvre la triste présence du sponsor officiel Danone qui participe au support financier de la clinique universitaire de nutrition et aux activités de formation continue. Evidemment, la relation entre Danone et mon article sur le gluten est discutable, même si les produits laitiers sont généralement ingérés avec des céréales (et donc du gluten) au petit-déjeuner, donc la relation (même si elle est légèrement « capilotractée ») existe belle et bien.

D’une manière plus discrète, le nutritionniste consulté pour parler du gluten a été consultant chez Enzyme Communication Marketing, une société qui travaille avec les plus grandes sociétés de l’agroalimentaire de la planète.

Parmi les partenaires, on découvre la présence de Danone (encore une fois), de la société Kellogg’s qui commercialise des céréales du petit-déjeuner (entre autres choses), de General Mills (le géant des céréales) mais également les magasins Leclerc, des groupes pharmaceutiques comme Pfizer, Servier, et bien d’autres sociétés hautement lucrative.

Pour se rendre compte de l’indépendance de la ligne éditoriale d’un site d’information, il suffit de lire les articles les plus polémiques, notamment sur le lait et le jeûne.

« Le lait, c’est pour les enfants »

Bien entendu, c’est faux pour les nutritionnistes d’Extenso. Et ceci même si 75% de la population mondiale ne synthétisent plus la lactase qui permet de digérer le lactose du lait. L’article met en avant le rôle essentiel du calcium pour la santé osseuse, avec évidement le lait comme la meilleure source de calcium et de vitamine D mais également la plus accessible !

Toujours selon eux, les récentes campagnes « anti-laits » se baseraient principalement sur l’aspect éthique de la production industrielle de lait et non sur l’aspect nutritionnel. De facto, les auteurs du site ignorent et n’abordent pas les dangers d’une consommation excessive de lait de vache industriel.

Ils ignorent complètement le fait que l’Homme a vécu durant 7 millions d’années sans produits laitiers à l’âge adulte, exception faite pour le lait maternel idéalement adapté.

Les auteurs de l’article ignorent également le fait que la consommation de lait est associée avec des risques accrus de diabète de type 1 chez les personnes prédisposées (1, 2).

Ils ignorent également le fait que l’OMS fait état du « paradoxe du calcium » en pointant du doigt les pays asiatiques et africains très peu consommateurs de produits laitiers et qui jouissent d’une excellente santé osseuse (3).

La prise de position du site Extenso sur les produits laitiers trahie, selon moi, une indépendance plus que discutable ou du moins une connaissance incomplète de la problématique de la consommation des produits laitiers.

« Le jeûne purifie l’organisme »

Dans un second article du site, le jeûne est démystifié par l’équipe avec une « purification illusoire ». Selon eux, le jeûne ne produit que des déchets (corps cétoniques) mais également des effets secondaires comme « les nausées, la lassitude, les chutes de la pression artérielle et les anomalies du rythme cardiaque ».

Encore une fois, il n’y a aucune référence scientifique pour appuyer ces propos. L’article est court, mal référencé et n’apporte aucun élément de réflexion. J’oppose l’article d’Extenso avec mes articles sur le jeûne, et les nombreuses références scientifiques à l’appui, qui atteste de nombreux bienfaits d’un jeûne intermittent sur la santé cardiovasculaire, sur le poids, sur le métabolisme de l’insuline et même sur les fonctions cérébrales.

Un mot sur l’Ordre des diététistes

Dans le paragraphe précédent sur la description du site Extenso, je vous avais dit que l’Ordre des diététistes attestait du caractère sérieux d’Extenso, en matière de conseil sur l’alimentation.

L’Ordre en question assure des évènements toute l’année, des conférences, des formations, etc. Qui dit évènement, dit sponsors. Sur la page de présentation d’une des journées organisée par l’Ordre, on y retrouve la Fédération des producteurs de porcs du Québec ainsi que la Fédération des producteurs de produits laitiers au Canada.

L’Ordre des diététistes décerne tous les ans des récompenses aux membres de l’Ordre. Lors de la cérémonie de 2011, il est intéressant de noter que trois prix, l’un pour l’excellence de la carrière, un autre pour le mérite en nutrition publique et le dernier pour le mérite annuel en diététique, ont été octroyé par Danone (à hauteur de 5.000$), par les producteurs laitiers du Canada (2.000$) et par General Mills (1.800$ au total). Et tous les ans, c’est la même histoire !

Pour terminer, l’analyse du rapport d’activité 2012 de l’Ordre nous indique la présence  des Producteurs Laitiers du Canada dans la catégorie des formations continues, des congrès et des colloques.

Conclusion et recommandations

L’article sur les dangers du régime sans gluten émit par le groupe Extenso n’apparait pas, à la lumière de cette petite enquête, très objectif, ni sérieux, et encore moins complet. Il est indéniable que le régime sans gluten pour un malade diagnostiqué n’est absolument pas une partie de plaisir, c’est une lutte quotidienne pour traquer les traces de gluten. J’ai d’ailleurs testé il y a quelque temps le régime sans gluten pendant 2 mois, mon expérience vous attend au détour de cet article.

En revanche, les personnes qui tolèrent plutôt bien le gluten ont tout à gagner à réduire leur consommation de céréales, donc de gluten. Je vous rappelle que les céréales ne contiennent absolument aucun élément que l’on ne peut pas retrouver ailleurs.


Notes et références

  1. Vaarala O. et al. Removal of Bovine Insulin From Cow’s Milk Formula and Early Initiation of Beta-Cell Autoimmunity in the FINDIA Pilot Study. Arch Pediatr Adolesc Med. 2012 Mar 5.
  2. Finnish TRIGR Study Group. Dietary intervention in infancy and later signs of beta-cell autoimmunity. N Engl J Med. 2010 Nov 11;363(20):1900-8.
  3. Régime alimentaire, nutrition et prévention des maladies chroniques – Rapport d’une Consultation OMS/FAO d’experts, OMS, Série de Rapports techniques 916, Organisation mondiale de la Santé, 2003

54 Commentaires

  1. sogitane

    Je n’ai pas tout lu les commentaires de tous et chacun mais par mon expérience sans gluten et presque sans céréales tous confondue et ce depuis un an ne m’a apporté que bienfait. A vrai dire je ni jamais eu autant d’énergie. Les tests sanguins de vitamines et minéraux et Cie tous très beau. Alors à ceux qui indiquent et ce sans fondement qu’un tel régime est dangereux vous pouvez aller vous rasseoir.

  2. Mary

    Personnellement j’ai supprimé les laitages et réduit considérablement le gluten de mon alimentation et je ne m’en porte que mieux. Meilleure énergie dès le matin etc.

  3. Cathou

    Très contente d’avoir lu ton article…je me sens enfin moins seule dans cette jungle de diététistes qui n’encouragent pas réellement la santé…
    Ici au québec, c’est très connu que les diététistes ne peuvent pas parler de régime qui excluraient les produits laitiers ou bien le gluten sinon ils perdent leur licence auprès de l’ordre des diététistes du québec.
    Et le plus ironique dans tout ça c’est qu’ils sont tous financés par les cie de produits laitiers ainsi que par les cie qui fabriquent du pain et autres produits glutineux….

    Alors ils sont là à crier haut et fort combien le lait est essentiel à notre santé des os (alors qu’on est le pays qui a le plus d’ostéoporose, comparé aux pays qui n’en consomment que très peu… ) et à crier haut et fort que c’est dont bien dangereux de ne pas manger de gluten…

    Alors que ce monsieur soit financé par en dessous par danone ne me surprend pas, et encore moins que si on pousserait les recherches on trouverait des cie de produits céréaliers pas très loin derrière…

  4. Pingback: Un Autre Article Aucunement Scientifique sur le Pain, les Pâtes et le Gluten. | Wod ta vie

  5. Yan

    Je voulais simplement dire que les commentaires de Mel de http://www.caloriepholie.com et de Kevin, sont ceux que j’estime le plus.

    Mel y va avec le gros bon sens. Chaque personne est assez différente d’une autre pour savoir qu’il n’est pas toujours possible d’appliquer une règle générale pour tous. C’est la même chose coté activité physique. Il y a des choses et des gestes qui seront dommageable pour certain et non pour d’autre. Il faut cesser de généraliser, il faut s’écouter surtout avant d’écouter les autres, et adapter nos actions, faits et gestes en conséquence des résultats que l’on veux atteindre et du « prix » que l’on désire payer.

    Pour Kevin, j’y vois une bonne rigueur et surtout une lecture et un rendu sans biais. Il est difficile de ne pas tomber dans le piège de nos propres croyance quand nous lisons certaines choses.

    Une chose est certaine c’est que les produits dit « industriels » avec beaucoup de raffinage, et de concentration de certains nutriments, ainsi que certaines substances artificielles devrait être évité le plus possible.

    Vous savez, aussi, comme certaines vitamines ou minéraux (fer par exemple), qui sont essentiel et bénéfique pour notre santé, peuvent être néfaste et même toxique a certaine dose….alors c’est la même chose pour le sucre, le sel, les gras alouettes….

    La nourriture est maintenant tellement accessible, disponible et ce a l’année longue, et elle est plus concentré qu’avant , surtout les aliments industriels et en plus de plus en plus de gens sont sédentaire….alors vous avez un grande parti des problèmes reliés a l’alimentation.

    J’aimerais aussi spécifier, que le coté nutritionnel d’un pain fait de farine non raffiné agrémenté de noix et de fruit, et le plus possible sans ajout de sucre n’est pas du tout dans la même catégorie nutritionnel que le pain blanc. Alors quand je vois des articles démoniser le pain (terme générique) pour argumenter sur le gluten je décroche…..

  6. loli

    Très juste. Le gluten c’est de la colle néfaste pour les intestins

  7. claudia

    Bonjour je suis passée d’une alimentation sans gluten qui a durer plusieurs mois et d’un coup je suis repassée à manger du gluten as en grande quantité mais le fait est que des ue je mange quelque chose désormais j’ai une envie de vomir je me demande si le fait de manger sans gluten ne m’a pas habitué à ne pas avoir trop de consistance et que le.gluten en a plus et que cela me révoqué c’est réaction
    pouvait vous m’éclairer et me dire si c’est normal ou non ? Merci d’avance

  8. Pingback: Gaby66 | Pearltrees

  9. Ric

    Bonjour, moi je mange de tout et le gluten en fait parti, et je suis en forme depuis 40 ans. Je n’aime pas vos positions sur trop de ci trop de çà… pour moi on doit tout manger même ce qui viens des grosses entreprises ou ce qui viens de son jardin en fin de compte on arrive grâce à cette alimentation varié à vivre bien plus longtemps qu’il y a 100 ans, donc le gluten c’est aussi bon que les insectes et puis faut pas faire les difficiles quand on voit le nombre de bouches à nourrir sur la planète. Bon appetit à tous ! Si t’es content pourquoi tu prend la tête ! Danke

  10. younik

    bonjour
    que de débats, notamment à coup de diplômes et d’études
    je ne suis pas nutritionniste mais j’ai l’expérience de ma fille, et puis la mienne ensuite (donc si je compte bien une + une ça compte pour des prunes, ou alors peut-être en ajoutant toutes les unes et les uns qui on essayé en solo comme moi on aura le droit à la reconnaissance minimum)
    les problèmes de santé étaient différents et l’approche du « régime » aussi mais globalement on est bien dans le sans gluten
    pour ma fille sans gluten ni lactose (et du coup pas mal bio avec un peu moins de viande)
    pour moi sans gluten et moins de fromage ou laitages de vache remplacés par chèvre ou soja (et oui un peu bio aussi et curieusement un peu moins de viande aussi ce qui est venu naturellement et qui n’était pas le concept de départ)
    après plus de six mois l’entourage de ma fille (donc non pas seulement son propre avis qui pourrait ne pas être objectif)a constaté des « mini-changements » cheveux plus épais, ongles qui poussent, cernes (pourtant permanents) qui disparaissent complètement et tout cela de manière assez évidente pour que même ses amis à l’étranger le voient rien que sur les photos(non avoir de beaux cheveux n’est pas vital en soit mais à mon sens c’est déjà assez révélateur de la santé interne tout comme les cernes)
    et puis ses problèmes immunitaires ont diminué (moins de douleurs, plus d’aisance aussi)et on lui a diminué son traitement (très légèrement) pour la première fois
    alors je vous vois venir, puisqu’elle avait un traitement bah ça vient de là, fallait juste attendre quelques mois de plus …. pourquoi pas
    quand à moi aucun traitement sauf : un anti-acide/anti-reflux à raison de 8 à 10 par jours (oui chaque jours et même parfois pour un piètre résultat) et la cohorte de désagréments qui vont de pairs depuis 2 ans bien révolus
    j’ai tout arrêté pour ne pas attribuer le mérite à un régime alors que je prenais quoi que ce soit pouvant brouiller les pistes
    et comme ma fille en premier mes cheveux ont repoussé (parce que j’avais une petite « tonsure » depuis déjà pas mal d’année et restée sans solution)et puis les ongles enfin assez forts pour pousser (et ça c’est bien la première fois même si c’est difficilement croyable quand on ne me connait pas) le transit s’est régulé et le sommeil aussi (bon pour le sommeil tellement de choses peuvent jouer …) et puis finalement l’acidité et le reste on entièrement disparus (oui oui j’ai bien écrit entièrement)
    et petit plus : les douleurs aux doigts on largement diminué et je semblerait plus résistante aux maux de l’hiver (pas encore de bronchite pour quelqu’un qui en faisait 5 par ans j’ai déjà du retard) mais ça reste à vérifier

    alors est-ce que je me sent mieux ? clairement OUI
    est-ce que je veux faire machine arrière ? tout aussi clairement NON
    et la variété alimentaire dans tout ça ? et bien sans gluten on mange ENCORE PLUS VARIE qu’avec gluten (et plus CLEAN aussi finalement)
    ça vient « presque naturellement », on fait de plus en plus attention à la qualité (on rentre dans un magasin bio pour trouver des farines adaptées par exemple), on cherche des recettes (parce qu’au début quand même c’est un peu déconcertant) on rajoute des légumineuses ou féculents qu’on avait oublié, par la force des choses on laisse tomber les sauces et plats tout-prêts (et là si y’a un nutritionniste assez audacieux pour se renier au point de dire que finalement les plats tout prêts c’est la vie !!!) en choisissant une bonne marque (italienne notamment) on trouve d’excellentes pâtes et côté desserts on peut tout faire en modifiant juste les farines
    socialement c’est jouable pour le bureau, cantine, resto – pour les amis je fais parfois des écarts calculés (que je paye très rapidement)
    j’ai commencé ce mode alimentaire incitée par ma fille et ses résultats obtenus mais sans y croire du tout, je m’étais fixé 2 mois avant d’arrêter pour absence de résultat : ça va faire 4 mois et c’est un vrai bénéfice pour moi (et quoi qu’en pense certains nutritionnistes je mange mieux qu’avant : cuisiné maison et plus varié)
    voilà : expérience et résultat d’une seule personne …

    alors le sans gluten, il y a certainement beaucoup de gens qui peuvent s’en passer et pas mal d’autres qui y trouveront largement leur compte
    ce qui est sûr pour moi c’est que la théorie du savoir n’exclut pas l’expérience « sur le terrain » et mon expérience personnelle est positive

    merci Jérémy

  11. Nairddd

    J’ai la maladie de coeliaque donc j’ai un régime sans gluten à vie, pas de restaurent, pas d’alimentation industriel. Et je suis dépressif car j’ai envie de manger un peu comme tout le monde….

    Et j’ai aucun problème de carence alimentaire

Les commentaires sont fermes.