Le Nouvel Obs prit en flagrant délit de Propagande Boulangère !

nouvel-observateur-medecin-pain-gluten

 (Merci à Tysh pour avoir joué le jeu du mangeur de pain qui fait la tête !)


Mise à jour: cette enquête a été citée par le Huffington Post, dans le cadre d’une enquête sur le régime sans gluten.


Sans Gluten = Dangers !

Dans l’actualité de la nutrition sur le web, un nouvel article vient de paraître dans « Le Plus » du Nouvel Observateur à propos du fameux régime sans gluten, si décrié ces derniers temps.

L’article est une contribution d’un médecin nutritionniste, M. Hervé Robert, « expert » selon la rédaction du journal français.

L’article, avec son titre très révélateur « Le régime sans gluten, dangereux ? Il n’est pas meilleur pour la santé, au contraire »… n’est pas tendre avec le régime sans gluten.

Le sous-titre de l’article l’indique très clairement :

Le régime sans gluten serait pire pour la santé, si j’en crois bien mes mirettes, et j’ai 10/10 à mes deux yeux !

Avant de commencer la critique de cet article, et un long voyage dans les méandres des conflits d’intérêts, en passant par les approximations scientifiques et nutritionnelles, je dois remercier Sylvain du blog « Clair et Lipide » de m’avoir averti de la parution de cet article.

Alors ne faites pas les timides, et allez donc lire son dernier billet sur le régime paléo pour vous faire une idée !

Ok. Revenons à nos moutons.

Le régime sans gluten et ses conséquences sur la santé.

Une étude accable tous les « sans gluten » !

A l’origine de l’article paru dans le Nouvel Obs., une étude scientifique publiée dans le supplément juillet-août du Journal of Nutrition and Behavior (JNEB).

Le Nouvel Obs. n’est pas le seul dans cette situation.

Le site web « Pourquoi docteur » publie également sur ce sujet : « Le régime sans gluten n’est pas sans danger ».

« Au Féminin.com » y va de sa patte également, avec une conclusion pour le moins détonante :

le régime sans gluten ne serait qu’un « effet de mode » doublé d’un « faux régime ».

Tous ces articles citent les travaux du Dr Karla Shelnutt qui aurait prouvé les dangers d’une telle diète (les articles anglophones pleuvent également sur ce sujet!)

D’ailleurs, c’est bien la toute première phrase de notre article du Nouvel Obs. :

Suivre un régime sans gluten serait mauvais pour la santé. C’est ce que montre une étude relayée par le Journal of Nutrition Education Behaviour .

Le fameux JNEB me direz-vous.

Avant de vous faire découvrir le pot aux roses concernant cette étude,voici mon enquête sur la qualité et l’indépendance de ce journal.

Là aussi, les masques tombent rapidement (surtout lorsque l’on sait chercher, n’est-ce pas M. Grossbouff ? Je taquine!)

Le JNEB : pas le journal du siècle !

Tout d’abord, au niveau de la qualité du journal et donc de son classement: on ne peut pas vraiment dire que ce soit le meilleur de son genre.

Dans le classement officiel des journaux scientifiques de la catégorie « Nutrition and Dietetics », le JNEB n’est que dans le deuxième quartile, classé 49ème sur 114.

Il existe donc, dans ce domaine, 48 meilleurs journaux dont 29 dans le premier quartile, qui impose plus de respect (bien que la classement ne doive pas être le seul à être pris en compte).

Justement, d’autres critères doivent être pris en compte, notamment l’indépendance du comité éditorial et donc la neutralité de sa ligne éditoriale.

Ce point est extrêmement important car un journal sous l’emprise de firmes privées aura tendance à publier plus facilement des articles biaisés, falsifiés ou de mauvaises qualités, tant qu’ils proviennent des sponsors.

Sur la page de présentation du journal, nous apprenons qu’il est détenu par la Society for Nutrition Education and Behavior (SNEB), une association, comme c’est souvent le cas.

Donc, sur le site officiel de la SNEB, et sur la page de présentation des comités avec leurs leaders, nous découvrons l’ensemble du staff de cette association.

Je ne peux pas réaliser une enquête approfondie sur tout le monde (il y a en plus de 20), mais une recherche rapide sur le « big boss » va illustrer à merveille de quoi il en retourne.

Kendra Kattleman, Président en exercice de cette association,  a participé en avril 2014 à la grande conférence intitulée « Créer des vies et des communautés en bonne santé », comme je le découvre sur le net après un rapide recherche.

Cette conférence ressemble selon moi à toutes les autres :

Des professionnels viennent parler de nutrition et de santé, avec de réelles bonnes intentions, mais les industriels sont là, et veillent au grain, grâce à leur leur compte en banque j’imagine.

Ainsi, nous ne serons pas surpris d’apprendre que la plupart des conférences, dites « Keynote », ont été sponsorisées par l’industrie laitières américaines, par les producteurs de légumineuses, par les éleveurs de bœufs et les producteurs de blé du Dakota du Nord. Rien que ça.

Cet exemple est là pour vous montrer que :

  • Je prends le premier nom, et comble du hasard, notre président est un familier des conférences sponsorisées par les grands industriels de l’agroalimentaire.
  • Si je « m’amusais » avec toute la liste, il y aurait fort à parier que j’en trouverais d’autres, beaucoup d’autres !

Mais ce n’est pas tout, ce n’est pas le pire.

La SNEB semble fière de nous présenter ses membres privilégiés. Et d’ailleurs moi aussi…

J’ai donc le plaisir de vous informer que la SNEB, propriétaire du JNEB, éditeur de notre fameuse étude pro-gluten, est composée des membres suivants :

  • L’Alliance pour l’éducation et la recherche sur la patate (oui, je vous le promets) ;
  • L’Association des raffineurs de maïs ;
  • Les laitiers de Californie ;
  • La Fondation des céréales ;
  • Le Conseil national des produits laitiers ;
  • Et le Comité de conseil des producteurs de blé.

Je ne pousserai pas plus loin l’analyse de ce journal et de cette société, mais comprenez bien que leur indépendance doit être fortement mise à mal, et que personnellement, je ne ferais pas confiance à un tel journal.

Maintenant que la qualité du journal a été sérieusement entachée, on va passer au plat de résistance, l’étude en question dans l’article du Nouvel Obs..

L’étude qui n’en était pas vraiment une !

Elle est citée dans tous les articles du web, alors que très peu de personnes sont réellement allées voir de quoi il en retourne, je présume.

J’ai trouvé ladite « étude » sur le JNEB, que je mets entre guillemets car elle n’a en réalité pas été publiée officiellement, ni dans sa version complète.

En fait, et c’est un peu technique, les travaux de cette équipe de l’Université de Floride, ont été seulement présentés lors d’un congrès, et probablement publiés dans les « Proceedings », un pseudo-article en quelque sorte.

Donc , les journalistes font tout un foin des résultats d’une pseudo-étude, qui n’a même pas encore été publiée dans le JNEB.

Ce qui signifie que l’on ignore les protocoles exacts utilisés pour mener à bien cette étude, comme les références sur lesquelles elle s’appuie, bref: tout.

C’est déjà un très mauvais point. Mais croyez-moi: ce qui arrive n’est pas mieux!

En fait, pour l’étude en question, les auteurs se sont simplement proposé de faire goûter des produits identiques (chips et cookies) à 97 étudiants du campus, divisés en deux lots : avec ou sans la mention sans gluten.

Ensuite, les étudiants étaient invités à noter les produits selon plusieurs critères et à répondre à des questions plus complexes sur les effets du gluten sur la santé.

Voici ce que disent réellement les résultats :

  • 57% des étudiants sont d’accord sur le fait que le régime sans gluten est utilisé pour soigner des pathologies.
  • 32% pensent qu’il est prescrit pour la perte de poids ;
  • 31% pensent que le régime sans gluten améliore la santé générale ;
  • 35% pensent que ce régime améliore le transit et la digestion ;
  • 32% estiment que le régime sans gluten améliore l’alimentation ;
  • 21% qu’il améliore la qualité de la peau ;
  • et finalement, 37% sont d’accord sur le fait que les produits sans gluten sont meilleurs que leurs homologues contenant du gluten.

Comprenez bien ces résultats :

  • A aucun moment les chercheurs n’ont fait d’essai clinique, pour comparer des groupes qui mangent ou non du gluten.
  • A aucun moment les chercheurs n’ont réalisés une méta-analyse pour comprendre l’impact du gluten sur la santé.
  • Non. Les chercheurs ont simplement posé des questions, à 97 étudiants, en se permettant d’émettre des hypothèses sur la dégradation de l’état de santé avec les réponses obtenues.

Comment dire…

Tout d’abord, 97 étudiants du campus de l’Université de Floride ne seront jamais représentatifs de la population américaine moyenne.

Et encore moins de celle de l’Europe !

Nous ignorons même comment sont constitué les groupes d’étudiants ! Plus de femmes d’un côté ? Quel niveau d’étude ? Des adeptes de régimes peut-être ?

Bref, cette « étude » est en réalité un vide… sidéral.

Les auteurs concluent, complètement à tort car étant dans l’impossibilité de le prouver, que les consommateurs (nos 97 étudiants !) ont des avis non fondés sur le caractère sain et le potentiel impact positif d’un régime sans gluten sur la santé.

Pour résumer: ce n’est pas un hasard si cette publication sera bientôt publiée dans ce journal (le JNEB), étant donné le niveau de l’étude et celui du journal.

L’article du Nouvel Obs., citant explicitement l’étude qui aurait démontré le côté dangereux d’un régime sans gluten, est donc totalement faux.

(Petite parenthèse, mais c’est exactement ce qu’on fait des cardiologues français pour faire prescrire des statines, à tort et à travers !)

Je dirais que cela est presque malhonnête, et franchement, la suite de cet article ne va pas me faire mentir. Oui, il y a du pire à venir !

M. Hervé Robert : pas le médecin nutritionniste du siècle

C’est donc le médecin nutritionniste M. Hervé Robert qui descend le régime sans gluten dans cet article du Nouvel Obs..

Je ne m’attaquerai pas aux qualifications de M. Robert, qui doivent être forcément excellentes, mais en revanche, je n’aime pas trop cette proximité cachée avec l’industrie du pain et des céréales.

Quoi ? Qu’est-ce qu’il dit ?

Eh oui, après une très mauvaise étude sans fondement, assortie d’un journal de mauvaise qualité, détenue par une association gangrénée par l’industrie du pain, voici que M. Robert flirte avec l’observatoire du pain, une vitrine de l’industrie meunière pour valoriser les produits de boulangerie.

Ainsi, vous apprendrez (sans étonnement aucun !) que M. Robert a participé à la rédaction de plusieurs lettres d’informations de l’Observatoire du pain.

Au mois de septembre 2007 ; de juin 2008 ; de mai 2009 ; et de septembre 2012 !

M. Robert apparait également dans une brochure émise par l’Observatoire du pain sur la composition nutritionnelle des pains français, où il est expressément remercié !

Toujours en collaboration avec les boulangers et les meuniers, M. Robert a également participé à la création de la première brochure en 2006 « Pain et nutrition » de plus de 80 pages.

Et la liste est encore longue !

Dans la première édition du magazine de la vitrine de l’industrie du pain, M. Robert est même interviewé.

Il se définit comme travaillant « à réintroduire le pain dans l’alimentation des français ».

Un message en parfaite adéquation avec celui de l’Observatoire du pain.

Le médecin nutritionniste, qui collabore décidemment beaucoup avec l’Observatoire, nous confirme également « que chacun peut choisir en fonction de ses goûts parmi la diversité des pains : le bon pain est un pain plaisir ! »

Sensationnel, dérangeant ou honteux. A vous de choisir.

Dans la fin de l’interview, M. Robert conseille aux hommes de manger une baguette par jour, oui: une baguette par jour, et les ¾ d’une baguette pour les femmes.

Je dénonçais il y a quelques temps maintenant, une endocrinologue, travaillant également pour l’Observatoire du Pain, qui faisais les mêmes recommandations (bien évidemment dénuées de sens).

(D’ailleurs, je me rends compte avec le recul que M. Hervé Robert apparait sur l’image floutée de mon article… Si c’est pas fun !)

Bref. M. Robert ne s’est pas arrêté pas en si bon chemin, puisqu’il a été interviewé dans le second magazine de l’Observatoire du pain, et cette fois-ci en tant que médecin conseil de l’Observatoire du Pain.

Dans ce magazine, notre médecin nous parle des préjugés sur le gluten, et le défend bec et ongles.

Nous apprenons notamment que l’Observatoire du pain va organiser un colloque afin de mieux informer les consommateurs sur le gluten.

M. Robert, questionné à ce propos, nous indique que « c’est une très bonne idée ». Ok.

Toujours selon le médecin, « c’est également important pour les gens en bonne santé qui suivent sans raison un régime sans gluten; car le fait de se priver de pain, de pâtes et de nombreux produits à base de céréales peut les conduire à des déficits : le pain notamment apporte une part importante des besoins quotidiens en glucides complexes, en fibres et en certaines vitamines. »

On retrouve sans surprise le même discours que dans celui de l’article du Nouvel Obs., à savoir que l’arrêt du gluten entraînerait des déficits.

Pour terminer, M. Robert pense que ce type de colloque, organisé par l’industrie du pain en personne, avec un message forcément orienté et non indépendant, est « non seulement souhaitable, mais indispensable. »

Il m’achève, et vous avec.

Mais comment le Nouvel Observateur a-t-il pu choisir et laisser s’exprimer un médecin nutritionniste avec autant de liens d’intérêts sur ce sujet ?

Plus grave encore :

Pourquoi le Nouvel Obs. n’a-t’ il pas déclaré les conflits d’intérêts du Dr Hervé Robert ?

On peut se poser la question, car d’après la loi en vigueur, et surtout grâce à l’article L. 4114-13 du code de la santé publique, cela est obligatoire.

Ainsi selon l’article L. 4114-13,

Les membres des professions médicales qui ont des liens avec des entreprises et établissements produisant ou exploitant des produits de santé ou des organismes de conseil intervenant sur ces produits sont tenus de les faire connaître au public lorsqu’ils s’expriment lors d’une manifestation publique ou dans la presse écrite ou audiovisuelle sur de tels produits.

Dans notre situation, nous avons un professionnel de la santé, M. Robert, qui s’exprime publiquement dans la presse écrite électronique, sur les produits contenant du gluten, donc le pain, les pâtes, etc.

Or, M. Robert entretien des liens notoires, publiques et de très longues dates avec l’Observatoire du Pain (depuis 2006, année de sa création…) fondé par « les meuniers et boulangers » eux mêmes (autrement dit l’industrie du pain).

Nous sommes donc, selon moi, clairement sous le coup de la loi.

M. Robert possède des liens avec « un organisme de conseil », l’Observatoire du pain, directement créé par l’industrie du pain, et intervient en même temps en public pour valoriser ses produits à la consommation.

L’article du Nouvel Observateur publié le 8 août 2014 aurait dû préciser l’ensemble de ces liens d’intérêts.

J’ai personnellement alerté l’association « Formindep » qui milite pour la déclaration systématique des liens d’intérêts et tente de faire respecter le code de la santé publique.

Le Formindep réalise aussi des enquêtes alléchantes, et peut même aller jusqu’au tribunal avec certains professionnels.

Vous devez savoir que la recherche que j’ai réalisée sur M. Robert, un étudiant en première année de Licence aurait pu la faire, un jeune médecin également…

Mais alors que dire d’une équipe de journalistes professionnels comme celle du Nouvel Obs. ?

On mettra cela sur le coup de l’étourderie.

Pour résumer cette première partie, nous avons :

  1. Une étude, non publiée officiellement, dans un journal de qualité moyenne, plutôt copains-copains avec l’industrie du pain (et donc du gluten), et citée à tort pour expliquer le rôle néfaste du régime sans gluten sur la santé.
  2. Egalement, un expert, médecin nutritionniste, engagé par l’Observatoire du pain, la vitrine française de l’industrie meunière et boulangère pour valoriser la consommation de ces produits, qui attaque le régime sans gluten, et redore le blason de la baguette traditionnelle.

Pardonnez-moi cette petite digression, mais je suis tombé par hasard sur des ouvrages de M. Robert sur le chocolat, dans lesquels il valorise sa consommation.

J’apprends par la suite que notre cher médecin nutritionniste est un élu de l’Académie française du chocolat et de la confiserie, une institution créée par les confiseurs et les chocolatiers.

Jusqu’ici tout va bien. Fin de la digression.

C’est terminé pour aujourd’hui, c’est quoi la suite ?

La suite, ce sera de la bombe en boîte !

Non sans rire, dans le prochain article je vais revenir en détail sur tous les « arguments » avancés par M. Robert quant aux dangers du régime sans gluten.

Le prochain article reviendra notamment sur ces points :

  1. Le régime sans gluten ne fait pas maigrir
  2. Il peut engendrer des déficits nutritionnels
  3. Le pain et les pâtes sont une bonne source de vitamines
  4. Le régime sans gluten n’a rien « de plus sain »

Bien entendu, vous allez découvrir que tous les points défendus par M. Robert sont soit faux, soit extrêmement approximatifs.

Vous allez découvrir, comment la littérature scientifique indépendante désapprouve les propos de M. Robert.

Vous allez découvrir que les plus grandes équipes de nutrition au monde nous disent tout le contraire.

La suite risque d’être sucrée… avec un index glycémique élevé !

PS: merci à Chloé pour cette relecture attentive, et ces nombreux commentaires, souvent percutants, qui ont amélioré la qualité de l’article. A n’en point douter ! ; )

50 Commentaires

  1. Christophe Certain

    @Sacha à titre personnel je serais curieux de savoir de quelles « carences » on peut bien manquer en ne mangeant pas de gluten puisque celui-ci n’apporte rien de bon à l’organisme :-)
    Vous essayez maladroitement de faire un lien entre le fait de ne pas manger de gluten et celui de ne pas manger de céréales, mais il n’y en a aucun et il existe plus de céréales sans gluten dans la nature que de céréales qui en contiennent, cela ne pose donc aucun problème de carence en quoi que ce soit.
    Le seul effet connu du gluten est d’être à l’origine de nombreuses maladies, y compris chez des personnes qui n’ont jamais été détectées comme allergiques au gluten, Je pourrais développer. Alors si vous voulez mon avis, pas besoin d’attendre d’être malade pour arrêter !

    1. Sacha

      Je pense que je me suis mal exprimé. Les carences possibles avec un régime sans gluten proviennent de régimes mal calibrés. En effet, essayez de supprimer purement et simplement tous les aliments qui en contiennent sans les remplacer et je vous assure que vous allez le sentir passer.

      Ce que mon précédent commentaire voulait exprimer, ce n’est pas « le régime sans gluten est mauvais » mais bien « faites un régime sans gluten mais faites le bien ». Autrement dit, remplacez vos sources d’apports en sucres lents, fibres et autres nutriments essentiels avec des sources sans gluten mais ne les supprimez pas.

      Encore une fois je suis d’accord avec le message que véhicule l’auteur, simplement pas sur la façon dont il le fait.
      Bonne journée :)

      1. Sylvain

        J’ai du mal à voir ce que le pain blanc, les pâtes…des aliments raffinés assez pauvres nutritionnellement parlant, apportent spécifiquement et ne soit pas apporté par des légumes variés, des patates douces, des pommes de terre classique…attention à ne pas reporter sur une alimentation sans gluten les défauts déjà présents dans une alimentation avec du gluten…
        (peu de gens mangent du vrai pain complet, donc je l’exclue volontairement de l’équation)

  2. Dur à avaler ???

    Internet a permis de libérer l’écrit et la parole et on y trouve de tout. Par exemple si je tape Jérémy Anso, je trouve qu’il est « journaliste scientifique… », « Jeune doctorant de 27 dans le domaine de l’écologie et de l’environnement… », « ,jeune chercheur en écologie et en acoustique… ». La vérité est certainement entre les trois et je pourrais en tirer beaucoup de conclusions suivant mes interprétations… notamment si ton travail de chercheur est financé par un groupe…

    Après, je me demande ce qui motive Jérémy?
    Serait-ce l’argent? la gloire d’être connu et reconnu? une revanche?
    Ne serait-il pas un chevalier blanc au service de la cause humaine dans un combat contre les forces obscures ???
    Ne serait-il pas lié avec une secte ou un groupe quelconque pour promouvoir une philosophie ???
    Ne serait-il pas un être doué d’une imagination fertile qui voit des complots un peu partout qu’il dénonce avec une pseudo argumentation scientifique?
    Là encore, qui me dit que la vérité n’est pas à la croisée des chemins???
    D’ailleurs dans l’absolu, qui vous prouve que je ne suis pas Jérémy qui écrit ce post pour entraîner des réactions de mes lecteurs?
    Bref, notre rapport à l’écrit doit changer avec l’explosion d’internet.

    1. aieaie

      Je pense que c’est surtout notre rapport a « l’expertise » en quelque domaine que ce soit qui est mis sous le feu d’internautes curieux qui se posent des question lorsque les theses officielles manque de logique.

      C’est a nous, lecteurs, de croiser l’information avancee ici et la. D’ailleurs, si tu veux en savoir plus sur les motivations de Jeremy:
      https://www.youtube.com/watch?v=icejOtmnA6k

      Bien sur, il peut dire ce que bon lui semble, et chacun sera juge de la sincerite de ses propos.

    2. Sylvain

      « notamment si ton travail de chercheur est financé par un groupe… »

      Inutile de chercher un complot, alors qu’on a un superbe outil qu’est le rasoir d’Ockham pour comprendre les motivations de Jeremy : c’est un nerd comme bien d’autres, et débusquer les conflits d’intérêts et la science maltraitée est un hobby comme les autres. Qui prend du temps, mais quand on est passionné, on le trouve le temps, on est pas au pub le samedi soir, on est comme un couillon devant son pc le samedi soir à finir une traduction, un fichier epub, ou on relit un article scientifique.

      Je le soupçonne d’être un peu monomaniaque, mais de conspiration, nulle part : je suis un peu pareil.

      (désolé de te donner cette image Jeremy, mais rien que cette explication est plus plausible qu’un financement occulte, en tout cas, pour me connaitre moi et avoir connu d’autres blogueurs)

    3. Sylvain

      Puis bon ces attaques en dessous de la ceinture…cessons d’attaquer le messager et concentrons-nous sur le message : a-t-il tort ? Certaines informations sont-elles vérifiables, etc.

      Les rhétoriques de type ad hominem et assimilées (appel à l’autorité notamment) sont qualifiées de sophismes, et c’est normal. Les fantasmes sur les motivations de Jeremy n’ont rien à faire en commentaires…

    4. Jérémy Anso (Post author)

      Les lecteurs savent parfaitement que ce n’est moi à l’origine de ce commentaire, vu le niveau du commentaire ! Pardon, mais fallait bien faire un premier tacle.

      Les remarques personnelles sur mon parcours universitaire n’ont strictement rien à faire sur ce blog, qui n’a aucun lien avec mon travail pour lequel je suis encore étudiant.

      Je réalise ce travail d’information sur le blog de manière 100% BENEVOLE, et je suis 100% indépendant. Personne mise à part moi ne participe à l’écriture de mes articles et à la réalisation de mes enquêtes, si ce n’est les relecture pour les fautes et la syntaxe.

      Il est toujours très amusant de remarquer que les personnes qui m’attaquent personnellement, et qui n’ont donc aucun argument à avancer contre les miens, parlent toujours de la théorie du complot, de secte, etc. Comme quoi, voici des caractéristiques type du Troll, de l’internaute benêt qui ne réfléchit pas et qui mélange absolument toutes mes idées, mes propos et mes réflexions.

      Pour conclure ce bref commentaire, ma motivation pour faire ce travail est absolument évidente: Informer objectivement la population sur les problématiques aussi complexe que l’alimentation humaine, les conflits d’intérêts, les manipulations de l’agroalimentaire, les dangers de tel ou tel aliment, et les bienfaits d’autres.

      J’en profite pour rappeler à tous que le blog est 100% gratuit. 200 articles en accès libre, 2 livres également en accès libre sous réserve d’une inscription gratuite et une enquête, qui est elle payante, mais cela est clairement indiquée.

      Mais merci de ton intérêt pour le blog, gentil petit nouveau troll : )

  3. Julien

    Merci pour ces éclairages…
    Je suis mort de rire en lisant les conseils des nutritionnistes quand même…1 baguette de pain par jour pour un homme soit la maudite quantité de 125 g de glucides c’est à dire en fait ce qu’un homme de 1m80 et 80kg ayant une vie et une activité normal doit consommer par repas!!!
    No comment!!!

  4. Marc | blog-sans-gluten.com

    Merci Jérémy pour cet article ! Quelle impertinence ! (j’adore ;) )

    Moi il y a un truc qui me gêne beaucoup et qui me touche très personnellement dans tout ça. Les personnes opposées au « sans gluten » et les sceptiques semblent souvent tenir ce type de discours niant les évidences, sans jamais penser à la souffrance de ceux qui subissent le gluten.

    Pour moi qui suis pourtant scientifique (et même si j’essaie toujours de rester pragmatique, objectif et éthique dans tout ce que j’entreprends), il a fallu que je sois victime des effets du gluten et que ma qualité de vie en prenne un grand coup pour véritablement ouvrir les yeux…

    Sous prétexte que les coeliaques sont une minorité (probablement autour des 1% de la population générale), on croit que l’intolérance au gluten ne touche que cette catégorie de personnes. Mais on sous-estime très nettement le problème, qui est bien plus vaste si l’on considère l’ensemble des personnes qui réagissent au gluten a des degrés variés, et très souvent sans même le savoir. Énormément de monde tente de minimiser l’ampleur de cela, lobby ou pas, parce que cela semble fou, improbable et impossible à vérifier.

    Le conflit d’intérêt est un problème, le fond du discours en est un autre.
    Je suis donc très curieux de lire ton prochain article Jérémy pour découvrir comment tu vas décortiquer les arguments du Dr Robert.

  5. frankie

    Je n’ai jamais été diagnostiquée intolérante au gluten. Je l’évite au maximum car je suis persuadée que c’est mauvais pour la santé (en l’arrêtant ainsi que les produits laitiers, j’ai guéri mon psoriasis en 6 mois). En ce moment, je suis chez ma fille et, même en faisant attention, j’en mange depuis 3 jours. Eh bien, comme Melissa, j’ai mal à la tête, mon nez se bouche et je n’ai pas la forme habituelle.

  6. pecolatto

    Serge77410: Faites un tour sur ce site, et lisez les témoignages; des familles entières parfois
    revivent après des dizaines d ‘ années de maladie: http://jacquelinelagace.net/

    Un hypertendu, diabète de type 2 + une maladie de forestier ( calcification des ligaments, surtout vertébraux) réputé incurable; douleurs insuportable permanentes
    A un stade plus avancé, déformation du larinx, fausse route, etc…

    Qui commence a revivre après avoir arrêter gluten et lait en juillet 2013.
    J ‘ ai trainer ce mal vivre durant plus de 50 ans, car aucun médecin n ‘ avais fait la liaison entre mes problèmes de dos et mes problèmes intestinaux.
    Et là aussi ont retrouve, nez bouché, apnée du sommmeil, dans mon cas circulation horaire de l ‘ influx nerveux dans l ‘ organisme ( les fameux méridiens d ‘ acupunture).
    La calcification des ligaments comprime les nerfs, le long de la colonne vertébrale.
    A noter que les douleurs permanentes ont disparues en une quinzaine de jour a la suppression du gluten, j ‘ ai supprimer le lait un mois après; ces deux facteurs sont souvent liés.
    Ce qui reste de douleur est actuellement supportable.

  7. Pingback: Propagande au Nouvel Obs ? | Mr Mondialisation

  8. Emilienne

    D’une manière générale, en France, on mange beaucoup trop de pain. C’est un fait. Qu’un nombre indéterminé de personnes dans le monde soit devenu intolérant (officiellement ou non) au gluten, en est un autre.

    Par contre, ce qui me défrise personnellement (et ça n’engage que moi), c’est que certaines personnes suivant un régime sans gluten essaient désespérément de bricoler un pâle copié-collé du pain traditionnel. Et qu’y a-t-il dans ce fac-similé ? de la gomme de guar, des farines de riz et autres super aliments. Vive l’industrie agro-alimentaire.

    Alors qu’il serait (plus ou moins) facile de changer d’habitudes alimentaires et de manger, par exemple, une soupe de poisson au petit-dej ! Ok, y a moins exotique, mais il n’y a pas que le modèle français sur la planète. Soyons créatif que diable…

    1. Emilie

      Je suis bien d’accord que les pains sans gluten ne sont pas la solution. Merci les pics de glycémie avec la farine de riz (et y’a pas que le pain malheureusement) ^^’ En plus, franchement, au goût c’est pas tip top ! Il suffit de trouver qqch de sympa pour remplacer carrément, changer ses habitudes. Mais la soupe de poisson sûrement pas pour moi ^^

  9. Stéphane

    Cet article fait parler de lui (et c’est le but).

    Après que Julien Venesson ait refusé d’écrire l’article, c’est Thierry Souccard qui en parle (voir les 2 liens ci-dessous):

    https://www.facebook.com/Venesson.Julien/posts/363863933770495

    http://www.thierrysouccar.com/blog/faut-il-avoir-peur-du-gluten-ou-des-medias-qui-en-parlent

  10. thomas

    je ne sais pas si le docteur robert est le médecin du siècle amis je sais où se trouve le roi des co.ns

  11. Simon

    La plupart des défenseurs du gluten sont probablement riches intérieurement ou dans leurs idées. Surtout que je crois que scientifiquement parlant le gluten est pauvre de lui… pauvre de son authenticité… Il semble nutritionnellement bien déguisé pour ne pas dire dissimulé. En gros, il me fait penser à un clown triste qui n’a plus qu’a faire rire et a amuser les foules. Oui, mais le contact comment ce passe-il?

  12. Simon Johan

    Bonjour, attention il y’ a une petite faute dans votre écrit Monsieur Anso Jérémy, c’est la porte ouverte à la critique… au lieu de (il y a en plus de 20) il faudrait peut être mettre (il y en a plus de 20). Peut être que je me trompe mais il faut dire que l’éducation en France prend des proportions de toute sorte… J’espère que ça se dit et que c’est du bon Français se que je dis… Bref les produits laitiers sont dangereux et n’ont jamais fait preuve de véritable étude pour ceux qui cherche à les diffuser ou les capitaliser… Tout les fans de laitage ou les acharner sur leurs nourriture auront du mal à critiquer leurs petit bébé nourricier personnel. Quand c’est trop bon c’est trop con et du coup je me demande si les yeux servent à quelque chose. Ceci semble être valable pour les 4 autres sens… J’ai une de mes anciennes médecin qui disait ne plus en consommer et elle est à faire peur la dernière fois ou je l’est vu… Bref vous l’aurait probablement compris mais elle vieilli mal… Bref les erreurs dans la vie se situe souvent à la source. Mes parents en sont victime mais je vais pas pleurer indéfiniment sur des personnes n’admettent pas des études qui ont des résultats… Je suis une victime parmi tant d’autre de cette substance inadapté… mais je ne la tolère pas depuis toujours… je faisait déjà des remarques étant jeune mais que nenni. Rien a faire de se que je disais ou avez simplement pas le temps… Toute cette impatience n’est pas très fairplay et je me demande ou était cette amour chaleureuse?. Je pense que cette amour devait être assez torrentiel voir imposante… mais je sais que je n’étais pas le seul dans ce cas… Bref j’ai même lâché le gluten car j’en est vu des cœliaques et peut être que quelqu’un comme moi n’en n’est jamais très loin… j’ai un membre assez lointain dans la famille touché par cette glu… Là ou je dois faire attention c’est que je suis sec et un fan de produit laitiers me proposera de partager ça sale ter si je vais a des repas de fête. J’ai mes produit laitiers et ils ne sont pas contaminé. Le lactose est du sucre et c’est dommage que ça ne soit pas écrit ou reconnu comme du sucre… Bref je suis sec, j’ai beaucoup de gras et bien je remplace par se qui passent point… Il est difficile de s’interroger sur des habitudes encrée depuis des générations mais la qualité elle en a pris un coup et puis certaine substance sont probablement inadapté… Ils suffit de les supprimer en mangeant toujours de la qualité et d’observer comment vous êtes… attention si vous tricher un jour ou l’autre ça se sera, un peu comme une pression qu’il faudrait relâcher…

  13. Pingback: Alimentation | Pearltrees

  14. Pingback: Alimentation | Pearltrees

  15. Pingback: Alimentation | Pearltrees

Les commentaires sont fermes.