Nouvelle-Calédonie: des Croquettes Locales aux allures d’Injections Létales

nouvelle-caledonie-croquette-deliss-wolpy

Le marché de la croquette

1 foyer sur 2 possède un chat ou chien. Cette observation est à la base d’un marché colossale, celui de l’alimentation pour chien et chat. Les propriétaires doivent tous les jours subvenir à leurs propres besoins mais également à ceux de leurs bêtes à poils.

L’une des solutions les plus efficaces, pratiques et raisonnables sur le plan financier, est la croquette. 80% des propriétaires d’animaux de compagnie utilisent des croquettes quotidiennement, toutes marques confondues.

En France, le marché de l’alimentation animale pèse plus de 2,5 milliards d’€ soit 300 milliards de nos francs pacifique en Nouvelle-Calédonie. Les montants sont astronomiques, et nous retrouvons logiquement les plus grands groupes commerciaux de la planète au sommet de la pyramide des ventes.

Nestlé, Colgate – Palmolive, Mars et Procter & Gamble monopolisent plus de 80% du marché, et détiennent les marques les plus connus: Friskies, Felix, Fido, Gourmet, Purina ONE, ou encore Pro Plan appartenant à Nestlé SA. Whiskas, Royal Canin, Frolic, Pedigree, ou encore Cesar appartiennent à Mars Inc. Finalement, toute la gamme Hill’s Pet Nutrition appartient à Colgate – Palmolive Co.

Les étals des jardineries, des supers et des hypermarchés ainsi que des magasins spécialisés sont bien évidemment garnis de ces grandes marques, mais pas uniquement. Des marques plus modeste, bien souvent produites localement, complètent la gamme de produits secs pour chien et chat, adulte et chiot et pour toutes les races déjà existante.

Le marché Calédonien n’échappe pas à cette loi du marché. Des marques locales, fabriquées en Nouvelle-Calédonie, affrontent quotidiennement les géants de la croquette dans les étals des distributeurs.

Des croquettes Calédoniennes pour chiens et chats Calédoniens

C’est avec une grande surprise qu’un ami m’a fait découvrir un article des Nouvelles-Calédoniennes – le quotidien local du pays – en date du 4 mai 2013 intitulé « Double ration de croquettes ».

Dans cet article, on apprend qu’une nouvelle société (Pacific Pet Food) va produire une 2ème marque de croquette locale sur le territoire, la gamme « Crokiss ». Cette gamme se décline en « six produits à la volaille et au bœuf ».

L’article des Nouvelles Calédoniennes nous apprend également qu’il existe déjà une marque locale « Déliss’ » commercialisé par le groupe Saint-Vincent. Ce groupe commercialise aussi une autre marque, mais française, « Wolpy », dont il détienne la licence.

Concrètement, nous avons donc 2 fabricants locaux, l’un déjà en place avec une marque locale et une 2ème marque française sous licence, et l’autre qui occupera bientôt le marché d’ici la fin de l’année 2013 avec une une marque locale (crokiss).

J’ai donc cherché des informations sur cette marque locale déjà commercialisée « Déliss’ », et c’est dans un article de la FINC (Fédération des Industries de Nouvelle-Calédonie) daté du 26 novembre 2011 que j’en apprends plus sur ces croquettes.

Les dirigeants de la marque garantissent un produit de qualité, leur devise étant « faire ici, faire bien, faire bon ». Le groupe Saint-Vincent aurait fait appel à des « experts français pour les machines » et « surtout pour les recettes ».

Les croquettes locales Déliss’, contrairement à la marque française Wolpy, seraient « plus haut de gamme ».L’article de la FINC révèle que la marque Déliss’ se décline en 3 produits pour chiots et adultes, tandis que la marque Wolpy se décompose en 2 produits, « tonic » ou « croc ».

Cependant, selon les dirigeants du groupe Saint-Vincent, les marques locales ne jouissent pas d’une bonne image de marque et ne seraient « pas toujours bien vu ». Peu importe, ils confessent tout de même obtenir de « bons retours » pour leur croquette.

Mais qu’en est-il réellement ? Est-ce que les croquettes locales, Déliss’, sont réellement « haut de gamme » ?

Enquête sur les croquettes locales

Je suis donc allé jeter un oeil chez le revendeur exclusif de la marque Déliss’, situé non loin du rond-point de la Belle-vie. Une fois sur place, j’ai soigneusement noté la liste des ingrédients et l’analyse garantie des macronutriments et des minéraux (glucides, lipides, protéines, cendres, etc.) pour le produit « croc » de la marque Wolpy, et pour deux produits (Adulte et Junior) de la marque – réellement locale – Déliss’.

Je précise que cette analyse ne traite que les croquettes sèches pour chien.

Avant de vous dévoiler les résultats de l’analyse qualité de ces 3 produits, vous devez savoir qu’un chien est un carnivore domestique. Sa dentition, sa mâchoire, son anatomie interne, et sa musculature trahissent son rôle de prédateur, celui d’un chasseur qui avait l’habitude de dévorer des proies entières, souvent des grands mammifères.

L’alimentation traditionnelle d’un chien se compose donc principalement d’os entouré de viande de bonne qualité, des abats des proies, d’œufs, de reptiles, parfois d’oiseaux, d’insectes et d’une quantité très limités de végétaux et de fruits gâtés ou prédigérés.

Les recherches les plus pointues dans le domaine estiment que les apports caloriques des chiens étaient de :

  • 56% pour les protéines
  • 30% pour les lipides
  • 14% pour les glucides

Pour peindre un tableau quasi-complet, vous n’êtes pas sans savoir que les besoins d’un chien en glucides (donc en sucre, ou en amidon) sont de zéro. Les carnivores domestiques, contrairement à nous, n’ont pas de besoin connu en glucides pour vivre en bonne santé. De ce fait, leur physiologie n’est pas adaptée à de trop forte quantité de glucides, au-delà de 20 à 25%, l’organisme (le pancréas) doit déjà réaliser des efforts importants.

Passons maintenant à l’analyse qualité des marques Déliss’ et Wolpy.

La gamme Déliss’

Je vous présente ici la liste des ingrédients des produits pour adulte et pour chiot de la marque. Il n’y a qu’une seule liste d’ingrédients, car identique pour les deux produits, les quantités doivent cependant varier d’un produit à l’autre.

Composition : Céréales (blé et maïs), viandes et sous-produits animaux (4% de bœuf mini.), sous-produits d’origine végétale, huiles et graisses, premélange d’additifs, substances minérales.

L’analyse des macronutriments des produits révèle pour la gamme Junior, 34% de glucides, 29% de protéines et 37% de lipides. La même analyse pour la gamme adulte nous indique 48% de glucides, 24% de protéines et 28% de lipides.

1er ingrédient

Au niveau de la composition, nous avons des céréales en premier ingrédient dont une bonne partie doit être composé de blé et de maïs comme le mentionne l’étiquette. Le blé et le maïs sont des ingrédients controversés dans l’alimentation des animaux de compagnie. En effet, ces céréales possèdent (1) un index glycémique modéré à élevé, ils contribuent donc à l’augmentation rapide de la glycémie du chien, et peuvent augmenter les risques de diabète et d’obésité.

Ensuite, ces céréales sont (2) pauvres en nutriments, vitamines ou en minéraux. On parle à ce moment là de densité nutritionnelle, plus cette densité est élevée, plus l’aliment est riche et nutritif. Malheureusement, le maïs et le blé possèdent des indices faibles, 34 et 48 respectivement.

Ces céréales sont principalement des sources de glucides (sous forme d’amidon) mais également de protéines. Les protéines d’un aliment possèdent (3) une valeur biologique en fonction des acides aminés présents, qui détermine son degré d’assimilation. Autrement dit, plus la valeur biologique d’un aliment est élevée, plus les protéines sont réellement assimilables par l’organisme. L’œuf est l’aliment de référence avec une valeur biologique de 100 qui reflète une biodisponibilité parfaite des acides aminés. Le blé n’est qu’à 60 et le maïs à 54. Ces scores reflètent la qualité inférieure de ces aliments en termes de source de protéines.

Finalement, les carnivores domestiques canins souffrent régulièrement d’allergies alimentaires, de dépôt excessif de tarte et de gingivite avec des produits riches en céréales. Les commentaires des propriétaires abondent généralement en ce sens. Vous devez également savoir que les céréales, comme le blé et le maïs, font partie des matières premières les moins chères du marché, et contribuent généreusement a augmenter la part des glucides et des protéines des rations alimentaires.

2ème ingrédient

Il est composé de viande et de sous-produits animaux, avec au moins 4% de bœuf. Les sous-produits animaux sont en fait tous les restes des animaux d’élevages, les os, les têtes, les sabots, les pattes, les plumes (pour la volaille), les viscères, les intestins, une fois les morceaux nobles retirés pour la consommation humaine.

Cette pratique est tout à fait légale, avec une règlementation stricte qui interdit l’usage d’animaux malades, ou morts en dehors des abattoirs, ou bien suspectés d’être dangereux pour la santé des animaux domestiques.

Malheureusement, tous les fabricants ne jouent pas le jeu du bon citoyen, et dès lors que le nom de l’espèce animale n’est pas précisé, la qualité des sous-produits peut être considérée comme douteuse. Dans notre cas, seulement 4% de ces sous-produits sont connus comme étant du bœuf, quand est-il des 96% restants ?

Selon toute vraisemblance, ces 96% restant peuvent être constitué de n’importe quoi, et venir de n’importe où. Des preuves officielles existent en la matière, et démontrent honteusement la présence d’animaux malades, écrasés sur les routes, morts dans les zoos, ou même la présence des restes de la restauration ou des produits périmés de l’agroalimentaire. Pire encore, la très célèbre Food and Drug Administration aux Etats-Unis, fait état de la présence de pentobarbital, la molécule utilisée pour l’euthanasie des chiens et des chats, dans certaines marques de croquettes.

A l’heure actuelle, les sous-produits animaux non identifiés sont des matières premières de qualité inférieure voire douteuse.

3ème ingrédient

Il est du même ordre que le précédent. Les sous-produits d’origine végétale (non identifiés qui plus est) sont tous les restes de l’agriculture et de l’industrie qui utilisent des végétaux, ou des céréales. On peut citer le riz de brasserie, ou les brisures de riz qui sont largement utilisées dans les croquettes pour chiens, et qui correspondent aux fragments de riz obtenu après broyage des morceaux nobles pour l’industrie de la bière.

Ces aliments ne peuvent en aucun cas être considérés de qualité. Ils sont de qualité inférieure, voire douteuse.

4ème ingrédient

Le 4ème et dernier ingrédient majeur des croquettes est l’huile et la graisse. Les huiles et les graisses utilisés dans les croquettes apportent les lipides de la ration. Dès lors que l’origine de la matière première n’est pas précisé (est-ce de la graisse de porc ? De bœuf ? Est-ce de l’huile de poisson ou de tournesol ?) la qualité de ces matières grasses est faible, inférieure voire douteuse.

Pourquoi douteuse ? Pour les mêmes raisons que les sous-produits animaux. Ces matières grasses pourraient venir de n’importe où, et de n’importe quel animal. Je vous laisse relire le paragraphe sur les sous-produits animaux non identifié pour mesurer la qualité de la matière première.

Finalement, pour les adultes comme pour les chiots, nous avons des croquettes à base de céréales et de végétaux de qualité inférieure. L’apport en protéines animales, principalement sous forme de sous-produits non identifié, est également de qualité inférieure (voire douteuse selon les dernières preuves en date). Les matières grasses ne sont guère mieux, avec un mystère complet sur l’origine des produits. La qualité est là aussi médiocre.

Conclusion sur les produits Déliss’

Afin de conclure sur la qualité globale de ces 2 produits, il faut prendre en compte l’analyse des macronutriments, et surtout faire attention aux apports essentiels en protéines, et aux excès de glucides.

Le produit conçu pour les chiots contient 29% de protéines et 34% de glucides. Ces chiffres sont moyens. En dessous de la moyenne pour les protéines, et au-dessus pour les glucides. Il existe tout de même pire. Le second produit contient plus de glucides, jusqu’à 48%, et moins de protéines (24%). Les apports essentiels en protéines baissent, tandis que les apports superficiels en glucides augmentent.

Voici les notes, sur 10, que ces produits méritent. 5 points sont attribués à la qualité des matières premières : les morceaux de viandes choisis sont-ils nobles ? Les matières grasses sont-elles identifiées ? De l’huile de poisson, réputée bonne, est-elle utilisée ?

5 autres points sont attribués sur l’équilibre des glucides, des lipides et des protéines. Les produits ont-ils suffisamment de protéines ? Ont-ils trop de glucides ?

La qualité des ingrédients étant la même pour les deux produits, ils écopent tous les deux d’1/5, incontestablement. L’équilibre des macronutriments pour la gamme « adulte » mérite 2/5, tandis que celui de la gamme « Junior » mérite 2,5/5.

3/10 pour le produit Adulte et 3,5/10 pour le produit Junior de la marque Déliss’. Malheureusement, ces deux produits ne sont pas recommandables pour entretenir la bonne santé de vos chiens.

Les croquettes Wolpy

Je vais faire un commentaire rapide de ces croquettes, car l’essentiel a été dit dans l’analyse de la marque Déliss’. Les mêmes ingrédients apparaissent sur l’étiquette de Wolpy et de Déliss’, avec une nuance au niveau d’un antioxygène, le BHA.

Malheureusement pour Wolpy, ces croquettes sont donc faites à partir des mêmes ingrédients de qualité inférieure (et possiblement douteuse) avec la particularité de contenir du « Butylated HydroxyAnisole » (BHA), un produit connu pour être un carcinogène chez l’homme (c’est quoi un carcinogène ?), un responsable de tumeurs chez des modèles animaux, et un perturbateur de la fertilité animale.

  • L’analyse des macronutriments révèle une explosion des apports en glucides à 59%, avec seulement 20% de protéines et 22% de lipides.

Ce produit bénéficie de la note minimale, 1/10. La qualité des ingrédients est à revoir, elle est médiocre. De plus, on note la présence d’un additif connu pour être dangereux chez l’Homme et l’animal. Finalement, l’équilibre des macronutriments n’existe tout simplement pas. Un tel produit ne peut obtenir de votre part que de la méfiance et du scepticisme.

croquette-nouvelle-caledonie-wolpy-deliss

Conclusion

Des croquettes locales oui, mais « haut de gamme » non, doublement non même. Malheureusement pour tous les propriétaires d’animaux de compagnie en Nouvelle-Calédonie, je vous déconseille de vous approvisionner avec ces deux marques pour nourrir vos carnivores domestiques. Je ne peux que rejoindre la responsable marketing du groupe Saint-Vincent sur le côté « pas toujours bien vu » des produits locaux, Nous en avons la démonstration ici même.

Le prochain article sur le sujet traitera de la future nouvelle gamme « Crokiss », sera-t-elle de meilleure qualité ?

 

PS: cet article touche du doigt un scandale alimentaire internationale. Si vous voulez en savoir plus, allez visiter cet article qui risque de vous remuer. Fortement.