Nouvelles croquettes Purina « Beyond » : trop de glucides, trop de céréales et trop de doutes !

Purina Beyond ®, c’est la nouvelle marque de croquettes pour chien du fabricant international. Des croquettes qui surfent sur la transparence et la qualité des ingrédients, mais problème, après l’analyse des informations fournies par le fabricant, la nouvelle gamme n’annonce rien de bon.

Purina lance sa nouvelle gamme Beyond ® !

Le géant de la croquette pour chien et chat qui commercialise des marques bien connues du grand public comme Fido, Friskies, Felix ou encore ProPlan vient de sortir une nouvelle gamme spéciale pour chien sous le doux nom « Beyond ® Simply 9 » !

Trois nouveaux produits avec une stratégie marketing novatrice et improbable que je vais décrypter en détail avec:

  • l’analyse de la qualité de ces nouvelles croquettes 
  • le décodage de l’emballage de la marque avec les techniques de séduction commerciale

Le tout pour vous faire croire que sans Beyond ®, votre chien rate l’essentiel !

Pourtant tout porte à croire que cette nouvelle gamme n’a rien d’essentiel pour l’alimentation de nos chiens, bien au contraire. Cette enquête ne va sûrement pas faire plaisir à Purina, mais les faits parlent d’eux-mêmes.

« Faîtes le bon choix avec Beyond ® ! »

La nouvelle marque de Purina a mis les petits plats dans les grands. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller faire un tour sur le site web dédié, tout y a été très bien pensé ! Des titres séduisants, des affirmations positives, de beaux croquis et des images d’ingrédients qui pourraient vous réconcilier avec les céréales !

D’après Purina, Beyond ® « associe des ingrédients naturels sélectionnés à l’expertise PURINA® pour créer une alimentation 100 % complète que votre chien appréciera et en laquelle vous pouvez avoir confiance.« 

Rien que ça, mais rien d’inhabituel pour une marque qui souhaite valoriser ses produits.

Mais quand même, voici un aperçu du site en question et des principaux avantages de la nouvelle gamme de Purina.

  • Premier argument, l’ingrédient principal serait un produit animal, soit du poulet, de l’agneau ou du saumon, ce qui correspond en réalité aux trois produits de la gamme.
  • Autre argument, les compositions auraient été faites par les nutritionnistes de chez Purina, mais ça, on s’en fiche.
  • Ensuite, la marque insiste bien que leurs croquettes ne contiennent pas de blé, ni de colorant, arôme ou conservateur artificiel, avec toutefois une mention de traces de blé possible, juste au cas où n’est-ce pas.

La marque mise sur la transparence, même si elle montre malheureusement ses limites, en nous expliquant l’ensemble des contrôles sanitaires, du choix et des analyses des producteurs et des fabricants.

Purina Beyond ® déploie surtout un argument de poids… « les ingrédients naturels » ! Selon eux, le terme « naturel » est utilisé pour « désigner les ingrédients utilisés dans l’alimentation pour chiens qui n’ont pas subi d’autres traitements que ceux les rendant propre à la consommation (par exemple, la congélation) et auxquels rien n’a été ajouté, leur permettant donc de conserver leur composition naturelle (conformément au code FEDIAF des bonnes pratiques d’étiquetage)« .

Ils proposent ainsi de brèves descriptions des produits utilisés, comme le poulet, l’agneau et le saumon jugé de « haute qualité« , sans précision outre mesure. Nous apprenons que les croquettes contiennent des céréales, mais que ces derniers « ont leur place dans l’alimentation des chiens » selon Purina, afin de fournir « une source d’énergie plus régulière que les glucides complexes, leur permettant de rester actifs plus longtemps« .

Mais c’est quoi cette histoire d’ingrédients naturels ? C’est réellement positif pour nos chiens ? Et c’est quoi le code des bonnes pratiques d’étiquetage de la FEDIAF ?

Ingrédients naturels, un faux-arguments ?

Dans l’analyse de la composition des croquettes, on peut y trouver de superbes coeurs bien placés à côté de certains ingrédients pour nous rappeler qu’ils sont « naturels » !

Mais ça veut dire quoi ? Et puis la FEDIAF, c’est qui ?

En réalité, l’utilisation du terme « naturel » est définie par les producteurs et revendeurs de croquettes eux-mêmes, à travers leur mastodonte européen la FEDIAF, qui réunit toutes les plus grandes entreprises européennes du secteur pour réaliser notamment une forte activité de lobbying.

Oui, on parle d’autorégulation, c’est eux qui décident des règles qu’ils doivent suivre.

Du coup, le terme « naturel » est bien défini dans le dernier ouvrage des règles de bonne conduite en étiquetage. Si Purina a raison sur l’utilisation de la congélation, le fabricant peut également concentrer l’aliment, l’extraire sans produits chimiques, le faire sécher, le pasteuriser ou le fumer. Ils peuvent également réaliser des hydrolyses ou des techniques enzymatiques ou microbiologiques sans OGM et sans précision supplémentaire et ainsi conserver le terme « naturel ».

Si l’argument peut paraître vendeur, avec un coeur pour finir de convaincre les propriétaires d’animaux de compagnie les plus suspicieux, ce label ne garantit en rien la qualité de départ de l’ingrédient, ni la qualité de la croquette dans son ensemble.

Par exemple, du riz naturel reste du riz avec toutes ses limitations et ses problèmes et de l’agneau naturel reste de l’agneau, un produit très vague.

Autrement dit et objectivement, c’est un argument marketing qui signifie que le fabricant fait tout de même des efforts pour limiter la transformation chimique du produit, mais cela ne l’empêche pas de cuire à très haute température et pression les ingrédients, lors de la cuisson-extrusion. Le label ne garantit en rien la qualité générale du produit, comme on va malheureusement le voir ensemble.

Ainsi, sur les trois compositions analysées, la marque a bien fait attention d’utiliser des céréales naturelles afin de pouvoir placer judicieusement un petit coeur à côté. Franchement, c’est bien joué !

Mais on va rentrer maintenant dans le vif du sujet, avec l’analyse complète de la composition des trois produits au saumon, au poulet et à l’agneau

Nouveaux produits, mêmes erreurs !

Au-delà du terme « naturel » principalement marketing, le nom des ingrédients nous donne des informations capitales pour évaluer objectivement leur qualité. Nous avons ensuite la composition entière à prendre en compte pour mesurer pleinement de quoi est faite la croquette. Finalement, les nutriments qui la composent (glucides, lipides ou matières grasses) nous permettent de peindre un tableau assez fiable, et d’en sortir une note unique, comme je l’ai réalisé pour au moins 700 produits dans mon ouvrage « Ce Poison Nommé Croquette« .

Dans l’idéal, une croquette pour chien est principalement composée de produits animaux de qualité. Un produit dit de qualité est clairement identifié, de l’espèce jusqu’au morceau utilisé. Voici un bon exemple avec « viande de poulet déshydraté » où l’on sait que nous avons du poulet et des morceaux de viande. Voici un mauvais exemple avec « protéines animales déshydratées » où l’on ignore l’espèce animale utilisée, mais aussi les morceaux utilisés. De la viande ? Du sang, des viscères, des pattes, des pieds de porc ? Mystère et boule de gomme.

Dans l’idéal, une croquette contient peu de glucides et d’amidons même si les chiens les tolèrent dans une certaine mesure. On préférera des sources de glucides avec des index glycémiques bas (patates douces) et les homologues complets (riz complet).

Dans l’idéal, une croquette contient moins de 25% de glucides, au moins 35% de protéines et dans les 30% de matières grasses, le tout en raisonnant en apport calorique (et PAS en pourcentage de matière sèche). Toutefois, je compare graphiquement avec une diète « idéale ancestrale » qui serait de 14% de glucides, 56% de protéines et de 30% de lipides.

Pour la cendre et les fibres, je considère qu’entre 8 et 10% et 1 et 5%, respectivement, on est bon.

Mauvais points pour l’équilibre des macronutriments

Les constituants analytiques étant les mêmes pour les trois produits, les résultats sont valables pour les trois produits. Malheureusement, nous avons des croquettes avec beaucoup, vraiment beaucoup, de glucides. Ils représentent 40,4% des apports caloriques, contre idéalement 14% et jusqu’à 25% avec une certaine tolérance.

Même constat pour les protéines, Purina Beyond ® n’innove pas vraiment avec 25% des apports caloriques en protéines, contre 56% idéalement. Pour les lipides, comme bien souvent, on est dans les clous à 35% des apports caloriques.

Forcément, la note globale des croquettes prend une bonne gifle, mais elle peut grimper avec l’analyse de la qualité des ingrédients. C’est justement le point suivant.

Les ingrédients ? Mouais, bof

Là aussi, nous avons une structure de la composition des croquettes qui est globalement la même pour les trois produits. N’oubliez pas, c’est surtout les cinq premiers ingrédients qui sont importants, car ils composent presque l’intégralité de la croquette.

Dans les trois produits, nous avons soit du saumon, de l’agneau ou du poulet. Ce sont de « bons » ingrédients, qui bénéficient d’une bonne note malgré une incertitude sur la qualité des morceaux réellement choisis. Pourquoi cette incertitude ? Car si le fabricant utilise 100% de viande de poulet, alors il inscrira « viande de poulet » sur son étiquette. Point barre.

Autre point sensible, ces ingrédients-là sont frais. Ils sont donc composés à 70% d’eau. C’est triste, mais en moyenne, cette fraction animale qui compose 18,5% de la croquette n’apporte que 3,2% de protéines animales. Rendez-vous bien compte, c’est juste ridicule et c’est bien pour cette raison que le premier ingrédient doit être un produit animal de qualité, mais si possible DESHYDRATE.

Ensuite, dans les trois produits nous avons (pas forcément dans l’ordre d’apparence):

  • du riz
  • des protéines de poulet déshydraté
  • de l’orge complète
  • du gruau d’avoine

Pour le riz, on évite de préciser que c’est du riz blanc, ça passe toujours mieux. Malheureusement, si le riz est une bonne source de glucides, il n’apporte pas grand-chose. Une densité nutritionnelle pauvre avec un index glycémique élevé, il est bien utile pour garnir la croquette et apporter de l’énergie. Ce n’est pas génial.

Pour les protéines de poulet déshydraté, on va devoir donner un carton rouge. Un carton rouge, car nous avons presque ce qui se fait de pire en matière d’étiquetage. Si l’espèce animale (poulet) est bien précisée, le reste ne nous permet de pas de connaître l’origine des morceaux choisis. Sous le terme « protéines déshydratées », tous les écarts de qualité sont possibles, tous les doutes sont permis, la transparence est pratiquement inexistante. Cet ingrédient est très mal noté. Malheureusement, lui, il est déshydraté ! Et il va donc largement plus contribuer à la part des protéines animales ! Ne vous trompez donc pas, il y a de fortes chances qu’il y ait plus de protéines de poulet que de protéines de saumon dans le produit « riche en saumon » ! Un comble.

Pour l’orge et le gruau d’avoine, même combat. Des céréales, donc une certaine controverse liée à leur utilisation. Ils sont pourvoyeurs de glucides principalement, mais aussi de fibres alimentaires vraiment intéressantes pour le transit digestif et la réponse de l’organisme dans le traitement des glucides. Les deux sont aussi de bonnes sources de phosphore et de potassium, avec le désavantage de pouvoir être lié à des allergies chez le chien en raison de problème de stockage. On va dire que c’est possible.

Ces deux céréales apportent des protéines c’est sûr, mais végétales, donc de moins bonne qualité biologique pour le chien. En moyenne, au moins 50% de la croquette est composés de céréales, confessées par la marque, et ce n’est franchement pas extraordinaire. Finalement, l’index glycémique et la densité nutritionnelle sont moyens, d’où une note dans la moyenne inférieure pour ces ingrédients.

Un mot sur le taux de cendre et de fibres, ça va, on est dans les clous. Dommage que le fabricant ne nous donne pas les taux de calcium et de phosphore, important pour déterminer le ratio entre ces deux éléments.

Bilan : entre 6 et 7 sur 20

Le bilan de toutes ces analyses de la qualité des croquettes sur la base des informations fournies par le fabricant n’est malheureusement pas merveilleux. Entre 6 et 7 sur 20 pour ces trois produits qui se ressemblent beaucoup, qui usent de nombreuses stratégies industrielles et marketing et qui peuvent induire en erreur les propriétaires d’animaux de compagnie.

Du coup, nous regrettons…

  • l’usage de « petits coeurs » pour valoriser la présence de certains produits selon un label crée par l’industrie Pet Food
  • que les fabricants fassent la promotion des patates douces ou des carottes alors que leur part dans la composition des croquettes est ridicule (0,5%)
  • que Purina utilise la même stratégie qu’avec sa gamme ProPlan, en plaçant un premier ingrédient de qualité, mais frais
  • que la fraction la plus importante de protéines animales soit d’une origine confuse, peu transparente, et empêchant les propriétaires d’en savoir plus
  • que finalement, ces croquettes soient composées pour la moitié de céréales, qui possèdent certains avantages, mais aussi de nombreux inconvénients

Mon sentiment sur cette gamme est mitigé. Je ne prends absolument pas plaisir de mal noter une marque. J’ai par le passé vivement félicité la marque Virbac pour son virage à 180°, et je tente d’évaluer objectivement ce que j’estime être une bonne d’une moins bonne croquette.

Je pense que le contrat n’est pas forcément rempli pour Purina Beyond ®. Ils devraient peut-être dépenser davantage d’énergie et de moyen financier pour véritablement améliorer la qualité des croquettes, plutôt que de s’épuiser à justifier d’étranges compositions, avec des céréales à gogo, et des sites web jolis tout pleins !

Vous en pensez quoi vous de ces croquettes ? Et le label « naturel » et les petits coeurs, on en parle ?

N’hésitez pas à partager ce billet pour en faire profiter vos connaissances !

9 Commentaires

  1. Cyril

    Salut, et tu penses quoi des croquettes Criadores? https://www.tiendanimal.fr/croquettes-criadores-c-1_25_351.html

    Reply
  2. Fox Terriers du Hallier d'Eltinor

    Merci Jérémy pour ce travail. Mes chiens sont au BARF mais je partage pour informer les naïfs…

    Reply
  3. Claudine

    depuis que je lis vos articles sur les croquettes, je me suis bien documentée…et j’ai opté pour la nourriture faite maison.
    mes chiens (2 yorks) ne se sont jamais aussi bien portés!

    viande blanche surtout, parfois du foie ou du poisson et même, de temps en temps, une sardine à l’huile.
    haricots verts cuits, carottes et souvent d’autres légumes de saison…toutes sortes de fruits…cet été, elles ont fait une cure de pastèque.

    un peu d’huile de colza…des paillettes de superlevure…du yaourt nature au lait entier.
    pour nettoyer les dents: un tronçon de carotte à croquer (elles adorent!)

    Mes petites chiennes sont en super forme depuis qu’elles sont passées à ce régime.
    bien sûr…ça demande un peu de temps pour préparer…mais on a la récompense devant les étoiles qu’elles ont dans les yeux quand on leur présente leur petite assiette.

    vous vous imaginez, manger des petites boulettes bien sèches toute votre vie…ne manger que ça?
    pourquoi nos chiens et chats devraient-ils le faire?

    merci Jérémy pour tous vos articles que je fais toujours suivre et je sais qu’ils sont lus et bien souvent les personnes en tiennent compte!

    Reply
  4. Davico Angelo

    Bonjour Jérémy,
    merci pour l’info intéressant comme d’ab.
    Lo

    Reply
  5. kepes C

    Merci ! grâce a vous j’achète les croquettes ORIJEN et mon chien en est ravi !

    Reply
  6. LANCASTER

    Bonjour,

    A lire tous vos articles, je vais me remettre à faire comme claudine, j’ai 3 yorks et je donnais le nouveau produit BEYON SIMPLY 9 croyant bien faire, car je lis les étiquettes et reste au moins pendant 20 mn au rayon aliments chiens, donc j’ai acheté ce nouveau produit qui n’est pas bas de gamme. En lisant votre article, eh bien, je vois que je me suis encore trompée, donc je prends « le taureau par les cornes » et reprends mon ancienne habitude, je vais leur faire leur gamelle maison. J’ai eu par le passé un Airdale et un caniche (2 chiens) et nous partions en vacances avec eux et je me souviens avoir emmené avec nous ma cocotte minute car je faisais cuire leurs différents légumes, comme quoi, et ils étaient en très bonne santé, et puis il y a eu les croquettes avec tous leurs inconvénients.
    Je vous remercie pour votre sérieux et ainsi nous aider dans nos choix pour nos amis à 4 pattes.
    Très bonne continuation
    Bien sincèrement

    Reply
    1. Jérémy Anso (Post author)

      Merci pour commentaire qui illustre bien comment Purina a très bien géré le côté « marketing » et « packaging » pour écarter le client d’une analyse critique de son produit. Merci pour votre commentaire en tout cas qui fait super plaisir ! J’espère que votre nouvelle démarche plaira à vos loulous !

      Reply
  7. Julie

    Bonjour,
    J’ai un petit Sacré de Birmanie et j’ai voulu opter pour les croquettes PurinaBeyond pensant bien faire.
    Mais au vue de vôtre article encore un mensonge des grandes marques.
    Mais du coup quelles sont les croquettes idéales à donner à nos chat ? Merci.

    Reply
  8. Charlene

    Bonjour, merci pour l’article, il est très complet et intéressant!
    Je ne me considère pas experte en la matière des « croquettes », mais cela fait longtemps que je ne me laisse plus berné par les mentions, étiquetage et jolie packaging « sain, bio, naturel ». J’avais la possibilité d’avoir ces nouvelles croquettes pour chat gratuitement. Cependant, dès que j’ai vu le packaging, j’ai senti le « coups bas ». Il a suffit que je regarde comment était mentionnées les sources « animales », et la part de glucides totales. Pire que du mensonge: de la manipulation, nous baratiner avec un packaging très « naturel », des céréales « alléchantes » mise en avant comme guise de bonne qualité (qui sont peut-être intéressantes pour l’homme, mais pas pour mon chat). J’ai de suite reposé le produit en rayon.
    Mon problème étant que je reste perdue sur quoi donné à mon chat. Les croquettes qui semblent être « de qualité » (il faut toujours vérifier, « cher » ne veut pas dire « qualité ») sont quand même peut accessible financièrement… A moins qu’il faille en donner moins à l’animal, au vu des bonnes valeur nutritionnelle ?

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *