L’overdose généralisée de lait défendue par Jean-Michel Cohen

produits-laitiers-jean-michel-cohen

Europe1 a été récemment le théâtre d’une propagande déraisonnée et maladive de la consommation de lait de vache. Ce travail a été assuré par le très célèbre Jean-Michel Cohen, médecin nutritionniste et véritable recordman des apparitions et des bourdes radio-télévisées.

Le titre de l’émission ne laissait déjà planer aucun doute sur le contenu de l’émission, « Quel est le meilleur lait pour la santé et comment bien choisir ? », et après 4 écoutes, on reste toujours scotché par les énormités et les approximations du professionnel. Revenons encore une fois sur la très polémique consommation de lait, avec plus d’indépendance et d’objectivité que M. Cohen.

Les horribles « jus végétaux »

La première partie de l’émission est consacré à démolir plus ou moins injustement la qualité et le bien fondé des laits végétaux (soja, amande, noisette, ou riz), comparés aux laits animaux.

M. Cohen n’hésite pas une seule seconde à définir les laits végétaux comme « scandaleux » faisant fonctionner l’imaginaire des consommateurs à cause des adjonctions de vitamine D et calcium pour se rapprocher des laits animaux.

M. Cohen n’étant plus à une contradiction près, il semble oublier que certaines marques produisant du lait de vache utilisent ce genre de pratiques, et enrichissent avec de la vitamine D et du calcium le fameux breuvage lacté.

On ne peut encore une fois que constater le manque d’objectivité du médecin, toujours étrangement en faveur des produits laitiers.

Dans la suite de l’émission, M. Cohen n’en démord pas sur l’importance de la consommation de lait de vache, allant jusqu’à invoquer des peines de maltraitance pour tous les parents qui oseraient donner des laits végétaux à la place de la sainte potion animale.

Selon le médecin, remplacer du lait de vache par des « jus végétaux » serait une « erreur nutritionnelle », mais comment peut-on être autant dans le faux ?

Pour n’importe quel nourrisson, le seul lait idéalement adapté reste celui de la mère. Point barre. Remplacer le lait maternel par du lait de vache est tout aussi dangereux que de le remplacer par du lait de soja. Les « laits » qui ne sont pas conçus pour les nourrissons, qu’ils soient d’origine animale ou végétale, n’ont rien à faire dans le biberon de votre bambin.

De fait, les boissons « maternisées » à base de lait de soja sont toutes adaptées pour les nourrissons, et ont fait la preuve de leurs innocuités et de leurs fiabilités dans le développement de milliers d’enfants [1].

Le lait de vache obligatoire

Dans la suite de l’émission, M. Cohen invoque l’importance du calcium dans le lait de vache pour notre santé et surtout pour celle du sportif, de la femme enceinte et de l’enfant.

Au-delà des recommandations aberrantes, mais surtout exagérées, en calcium pour entretenir fictivement la santé osseuse, M. Cohen est persuadé que l’homme doit manger tout ce qui l’entoure.

Plus généralement, l’homme devrait consommer du lait animal car celui-ci est présent dans son environnement, s’appuyant sur des théories de chaîne alimentaire fumeuse dont il ignore manifestement tout. D’après M. Cohen, refuser de manger une « partie de son environnement briserait son harmonie »…

Mais l’homme doit-il réellement manger tout ce qui l’entoure du fait de son régime alimentaire omnivore ? Produits laitiers, produits industriels, et toutes les aberrations nutritionnelles qui existent ? Surement pas.

Malgré toute la volonté de M. Cohen, il ne pourra jamais revenir sur le fait que l’homme a survécu sans produit laitier pendant des millions d’années : de la femme enceinte, en passant par le nourrisson jusqu’à l’âge adulte.

Pendant des millions d’années, le squelettes osseux s’est construit et maintenu idéalement, dans un contexte alimentaire exclusivement composé de végétaux, de tubercules, de noix, de fruits, et de produits de la chasse et de la pêche.

Les produits laitiers sont apparus très récemment dans notre quotidien (il y a 10.000 ans) en bouleversant des phénomènes physiologiques. Si l’homme semble bien s’adapter à ces perturbations alimentaires (capacité de synthétiser de la lactase après sevrage), il n’empêche que 70% de la population mondiale est incapable de le faire.

Nous avons aujourd’hui un recul suffisant, autant d’un point de vue scientifique que médicale, pour affirmer que l’exclusion du lait de vache (et de tous les produits laitiers) n’est absolument pas préjudiciable pour la santé d’un nourrisson, d’une femme enceinte ou d’un sportif.

Récemment, une analyse globale de la littérature scientifique indique que l’alimentation végétalienne (sans produits laitiers) n’aurait aucune conséquence grave pour l’état de santé de la maman et du fœtus en croissance [2].

D’autre part, le célèbre régime « paléo » qui propose de se nourrir de produits naturels d’avant l’apparition de l’agriculture et de l’élevage, donc sans lait, est un véritable succès pour la santé des adeptes [3].

Mais M. Cohen semble perdre tout bon sens nutritionnel et scientifique quand il s’agit de parler du lait, et cela est d’autant plus intriguant quand on prend connaissance des nombreux liens qu’il entretient avec l’industrie laitière.

Dans une récente enquête que j’ai réalisée, j’ai tenté de rassembler les preuves de cette complicité. Nestlé, Danone, Danio ou Danacol… A la télé, en interview ou en publicité… M. Cohen n’hésite pas à faire la promotion des produits laitiers très probablement avec des contreparties financières.

Malheureusement, les propos tenus par M. Cohen doivent être pris avec beaucoup de méfiance. La suite de l’argumentation ne peut que nous y inviter.

Le lait, un aliment naturel et non transformé ?

Dans l’émission, le médecin nutritionniste nous parle du lait de vache comme d’un Graal alimentaire.

Selon lui, il serait complètement « naturel, non transformé, sans adjonction et bénéficiant d’une appellation très contrôlée ».

Passons le fait que le terme « appellation très contrôlée » n’existe pas, le lait de vache que vous achetez en supermarché est le résultat d’une intense transformation, qui éloigne terriblement ce produit de celui tout droit sorti du pis d’une vache.

Je m’étends plus largement dans un précédent article pour énumérer les nombreuses transformations que le lait subit, et qui dégradent considérablement sa qualité. C’est bien pour cette raison que le lait peut être enrichi avec certaines vitamines, et du calcium (soulignant par ailleurs les contradictions permanentes du docteur).

La considération animale est également un point majeur à en prendre en compte lors de vos achats. Acheter, c’est voter pour des pratiques parfois abominables dont la production de lait industriel fait partie. Mais si vous vous orientez vers du lait cru, produit avec respect pour les animaux, vous serez inévitablement taxés de bobos écolo bio par notre nutritionniste national. Déception.

Du lait ? Pourquoi pas

Finalement, le discours le plus objectif et rationnel à ce sujet serait d’inviter les consommateurs à la modération.

Non, le calcium du lait n’est pas indispensable pour vos os, et non vous ne risquerez pas de vous effondrer en mille morceaux si vous arrêtez d’en boire [4] [5].

Si vous tolérez le lait, alors vous pouvez parfaitement vous orienter vers une consommation « normale » [6], d’environ 1 à 2 produits laitiers par jour, comme le suggère le sérieux site Lanutrition.fr et l’école de santé publique de Harvard.

En revanche, si la consommation de lait, ou d’autres produits laitiers, rime avec douleurs et souffrances, alors vous pouvez vous en passer.

Quoi qu’il en soit, renseignez-vous sérieusement sur la problématique du lait, sans prendre en compte les avis démesurés de certains spécialistes.


Références et notes

[1] Setchell K. Assessing Risks and Benefits of Genistein and Soy. Environ Health Perspect. 2006 June; 114(6): A332–A333
[2] Piccoli, G. B., Clari, R., Vigotti, F. N., Leone, F., Attini, R., Cabiddu, G., … & Avagnina, P. (2015). Vegan–vegetarian diets in pregnancy: danger or panacea? A systematic narrative review. BJOG: An International Journal of Obstetrics & Gynaecology, 122(5), 623-633.
[3] Manheimer, E. W., van Zuuren, E. J., Fedorowicz, Z., & Pijl, H. (2015). Paleolithic nutrition for metabolic syndrome: systematic review and meta-analysis. The American journal of clinical nutrition, 102(4), 922-932.
[4]  Lanou AJ, Berkow SE, Barnard ND. Calcium, dairy products and bone health in children and young adults: a re-evaluation of the evidence. Pediatrics 2005;115: 736-43
[5] Winzenberg T, Shaw K, Fryer J, Jones G. Effects of calcium supplementation on bone density in healthy children: meta-analysis of randomised controlled trials. BMJ 2006 doi: 10.1136/bmj.38950.561400.5
[6] Une consommation totalement en inadéquation avec le PNNS.

46 Commentaires

  1. Alix

    « De fait, les boissons « maternisées » à base de lait de soja sont toutes adaptées pour les nourrissons, et ont fait la preuve de leurs innocuités et de leurs fiabilités dans le développement de milliers d’enfants [1]. »

    Les boissons « maternisées » végétales contiennent des quantités préoccupantes de minéraux et de métaux lourds, davantage que les boissons à base de lait de vache (qui déjà en contiennent trop).

    Les boissons « maternisées » dans leur ensemble n’ont pas fait la preuve de leur innocuité… Nombre d’études leur trouvent (sans surprise) des effets néfastes par rapport au lait humain.

    « Si vous tolérez le lait, alors vous pouvez parfaitement vous orienter vers une consommation « normale » [6], d’environ 1 à 2 produits laitiers par jour, comme le suggère le sérieux site Lanutrition.fr et l’école de santé publique de Harvard. »

    Normale ?
    Des peuples consomment davantage de produits laitiers (ou de « portions ») traditionnellement.

  2. jérôme

    Bonjour à tous,
    Suite a une émission sur France-Inter j’ai arrêté de boire du lait de vache. Je n’ai pas arrête les produit laitier(j’aime trop le camenbert) mais j’ai fortement diminué mon apport en lait de vache. Cette émission mettait en cause les agents de croissance(auxiliaire des hormones de croissances) dont il est prouvé qu’ils ont un rôle dans le développement de certain cancer. Ces agents de croissance sont contenu naturellement dans le lait et il fut une époque ou le lait était bouilli à peu prés cinq minute pour le stériliser ce qui détruisait ces agents de croissances. Or on ne le fait plus bouillir, nous l’achetons UHT, c’est a dire monté à haute température un très court instant ,ce qui ne flingue pas les agents de croissance; de plus l’alimentation des vaches ‘industrielles’ est très riche, à base de soja et de maïs ce qui a pour effet d’augmenter la quantité de ces agents de croissance dans le lait….c’est la double peine finalement!
    Donc j’ai arrêté de boire du lait de vache que j’ai remplace par rien ,si ce n’est un jus de fruit le matin. J’ai du perdre à peu prés 10 kilos (à vu d’œil, je ne me pèse pas), mes selles sont moins liquides(à vu d’œil aussi). je ne sais pas si un effet placebo ou nocebo peut avoir un effet la dessus mais je m’en porte mieux.
    En regardant le curriculum de ce JM Cohen j’ai repensé au reportage ‘Marchand de doute’. C’est une pratique courante pour tout genre de lobbie; Il s’agit de soudoyer un docteur ou un scientifique pour apparaître dans les médias pour semer le doute sur la dangerosité de la cigarette, l’existence d’un réchauffement climatique, ou pourquoi pas sur l’innocuité du lait de vache. Une fois que le doute est semé, il persiste longtemps et le public lambda qui ne prend pas le temps de croiser les infos ne se positionne pas, et continu comme avant. Entre la première intervention d’un scientifique qui voulais nous prévenir du réchauffement et la prise de conscience collective, il y a eu dix années. Entre temps il y a eu des types comme claude Alegre pour semer le doute.
    Finalement ce n’est pas tel ou tel aliment qu’il faut arrêter, mais la télévision avant tout.

  3. Marine

    Bonjour,

    J’ai pris la décision de réduire ma consommation de produits issus d’animaux élevés de manière industrielle, en majorité pour réduire mon impact sur la planète, et en moindre mesure, pour mieux me nourrir. Je continue à acheter des produits laitiers (fromage et yaourt) chez des producteurs locaux qui garantissent un élevage non-intensif. Mais ces produits, bien que bio et locaux, sont créés à partir de lait de vache.

    J’ai donc deux questions: est-il aussi dangereux de consommer ces produits laitiers que de consommer des produits laitiers industriels, seulement parce qu’ils proviennent du lait de vache? Et si le risque est le même ou à peine amoindri, est-il moins néfaste de consommer du lait provenant d’autres animaux (chèvre, brebis)?

    Merci d’avance,

    Marine

  4. Patrice

    C’est de la publicité, La France est producteur laitier et donc il faut bien écouler le lait produit pour ne pas voir les agriculteurs dans les rue à manifester.
    L’homme n’est pas fait pour boire du lait de vache à l’origine. De plus des études montre que le corps absorbe peu le calcium du lait mais surtout nous fait en perdre dans les os car le lait de vache acidifie le ph et donc pour corriger cela le corps utilise le calcium des os qui est un parfait neutralisant. Le Lait augmenterais aussi l’ostéoporose. Et pour conclure des hormones ou anti biotique retrouvé aussi dans le lait suite au traitement des vaches.
    Manger par exemple des amandes ou lait de coco qui contienne plus de calcium et vitamine D au naturel et mieux assimilé.

  5. boileau didier

    en regardant le docteur cohen a la tv visiblement il n’est pas credible ce monsieur comme dieteticien gras comme il est a bon entendeur ca doit doit rentrer la monnaie lol

  6. Jean-Marie

    Il y a des excellents arguments ci-dessus.

    Mais existe-t-il un bon communiquant capable de les présenter en quatre pages contradictoires, illustrées de préférence, pour diffusion autour de nous.

    Les « gros » livre beaucoup n’ont pas le temps de les lire

    Les agricultueurs/éleveurs les plus perspicaces devraient se dépêcher de vendre d’occasion leur gros matériel déjà payés ou non et de se reconvertir pour le principal dans le maraîchage bio en permaculture (dont les rendements démontrés sont bien supérieurs à l’agriculture insensée « moderne »), associé si possible à l’offre de chambres d’hôtes ; en complétant si nécessaire les revenus du foyer par du gardiennage de chiens et chats pour vacanciers, voire du camping à la ferme sur la base d’un équipement plus ou moins rudimentaire mais néanmoins évidemment très propre sur le plan sanitaire.

  7. Sophophile

    Hier, mercredi 12 Octobre 2016 sur D8 était annoncé une émission « anti-lait », mais ce fut en fait très vite et majoritairement une émission anti-bio

    Subtile, n’est-il pas ?

    Qu’en avez-vous pensé ?

  8. Magda

    Le Dr Cohen vient d’être condamné à l’interdiction d’exercer pendant 2 ans…. Bien fait pour lui !

  9. Sophophile

    Pour quelle raison, SVP ?

Les commentaires sont fermes.