Pas de chance, le dépistage du cancer de la prostate ne sauve aucune vie finalement

La plus grande étude sur le dépistage du cancer de la prostate rapporte des résultats négatifs. Non, le dosage du taux de PSA n’a eu aucun effet sur la mortalité par cancer de la prostate. Une étude étrangement passée sous silence dans la presse internationale.


L’inefficacité du dépistage de PSA

Voici une nouvelle qui est passée complètement à la trappe de la presse nationale et internationale. Ni Sciences & Avenir, ni le journal Le Monde, ni Le Point, ou encore le New York Times n’ont accordé une seule ligne pour cette étude… majeure.

Pourtant, une équipe britannique vient de publier la plus grande étude jamais menée sur le dépistage du cancer de la prostate avec le dosage de son antigène spécifique, le PSA (1). Cette étude a suivi près de 400 000 hommes pendant 10 ans, comparant un seul et unique dosage de PSA contre aucun dosage. Après 10 ans de suivi, le dépistage du cancer de la prostate n’a eu aucun effet sur la mortalité spécifique par cancer de la prostate (pourtant son principal intérêt) ni sur la mortalité toutes causes confondues.

Cet essai clinique est le 3ème du genre, et fait suite à une intense controverse scientifique où ce dépistage ne bénéficie d’aucun avis favorable de la moindre agence sanitaire de la planète. Seuls les urologues, spécialistes de cet organe, recommandent un dépistage individuel… mais pour tous. Étrangement, les résultats négatifs de cette étude n’ont pas bénéficié de la même couverture médiatique que les précédents, largement plus favorables au dépistage.

De très nombreux hommes sont concernés par le cancer de la prostate, qui est le troisième cancer le plus meurtrier en France, et ces derniers résultats invitent plus que jamais à la prudence. Une prudence qui n’est pas forcément partagée par l’Association Française d’Urologie, qui représente la quasi-totalité des urologues français. Cette dernière n’a pas encore réagi à ces résultats, mais tout porte à croire qu’ils ne changeront pas leur fusil d’épaule.

Jamais deux sans trois !

Baptisée « CAP », cette étude est le troisième essai qui a voulu mesurer l’effet du dépistage par PSA sur le cancer de la prostate chez les hommes. Avant elle, une étude européenne (ERSPC) avait trouvé un bénéfice de 20% pour les hommes régulièrement dépisté (2), tandis qu’une étude américaine (PLCO) n’avait trouvé aucun bénéfice (3).

Si vous êtes nouveau dans cette folle histoire du dépistage de ce cancer, vous devez savoir qu’une intense polémique avait frappé l’étude américaine (PLCO) : les groupes comparés n’étaient en réalité pas vraiment comparable, la faute à des « contaminations » ou des hommes dépistés alors qu’ils n’auraient pas du l’être. Au final, la communauté scientifique s’accorde pour dire que cette étude américaine ne démontre aucun bénéfice de réaliser plusieurs dosages de PSA contre un seul et unique dosage.

À l’inverse, l’étude européenne était catégorique : les hommes dépistés régulièrement meurent moins du cancer de la prostate, mais malheureusement autant que les hommes non dépistés au regard de la mortalité globale. Malgré ces résultats positifs, les auteurs de cette large étude ne recommandent pas le dépistage de masse chez les hommes.

Une incohérence au premier abord, mais qui s’explique par les nombreux risques de la pratique : un taux de suicide et d’attaque cardiaque plus élevé après l’annonce d’un cancer, un taux alarmant de faux positifs du dépistage (entre 70 et 80%) et des traitements inutiles (surdiagnostics et surtraitements) chez deux hommes sur trois, pouvant entraîner la mort, l’incontinence et l’impuissance.

D’autres critiques entachent l’étude positive européenne, largement relevées par les institutions de santé publique de la planète (voir ici l’avis critique de la Haute Autorité de Santé), rendant cette dernière la moins fiable des trois. Des faits avérés par la fameuse collaboration Cochrane dans sa plus récente analyse sur ce sujet (4).

Les critiques de la HAS, en une seule image !

L’étude CAP n’est pas parfaite non plus. La critique la plus sévère qu’elle subit concerne le nombre d’hommes réellement dépisté dans le groupe « PSA », qui ne serait que de 40%. Un chiffre qui paraît faible, mais qu’il faut mettre en perspective avec celui de l’étude européenne, de 64% en moyenne.

Au final, les études PLCO et CAP sont les deux plus robustes sur ce sujet et nous montrent ceci :

  1. CAP. Non dépisté vs. Dépisté une fois = aucun bénéfice.
  2. PLCO. Dépisté une fois vs. Dépistés plusieurs fois = aucun bénéfice.

Peu importe la fréquence, le dosage, répété ou non de l’antigène spécifique de la prostate, mais non spécifique de son cancer n’est absolument pas fiable pour espérer sauver d’un cancer invisible. Le prix à payer pour les hommes est lourd.

Même si son avis n’est en rien un argument d’autorité, l’homme qui a découvert le PSA, Richard Ablin, s’alarmait dans les colonnes du New York Times en mars 2010 de l’usage de sa découverte, qu’il qualifie de véritable « désastre de santé publique dirigé par le profit« .

Traduction : « Je n’aurais jamais imaginé que ma découverte d’il y a quatre décennies aurait pu amener à un tel désastre de santé publique dirigé par le profit ».

La Task Force américaine est actuellement en train de revoir ses recommandations concernant le dépistage du cancer de la prostate, et cette nouvelle étude arrive à point nommé pour les aider à trancher le plus correctement possible. Selon toute vraisemblance, cette nouvelle étude risque de confirmer les doutes : le dépistage généralisé du cancer de la prostate ne sera toujours pas recommandé.

  • J’ai personnellement demandé son avis à l’Association Française d’Urologie de ce qu’elle pensait de l’étude « CAP ». Je n’ai toujours reçu aucune réponse.

PS : n’hésitez pas à lire l’excellent billet de Gérard et Nicole Delépine sur ce sujet publié il y a peu sur le blog !


Références

1. Martin, R.M., et al. (2018). Effect of a Low-Intensity PSA-Based Screening Intervention
on Prostate Cancer Mortality. The CAP Randomized Clinical Trial. The JAMA. 319(9):883-895.

2. Schröder, F. H., et al. (2014). Screening and prostate cancer mortality: results of the European Randomised Study of Screening for Prostate Cancer (ERSPC) at 13 years of follow-up. The Lancet, 384(9959), 2027-2035.

3. Andriole, G. L., et al. (2012). Prostate cancer screening in the randomized Prostate, Lung, Colorectal, and Ovarian Cancer Screening Trial: mortality results after 13 years of follow-up. Journal of the National Cancer Institute, 104(2), 125-132.

4. Ilic, D., et al. (2013). Screening for prostate cancer. The Cochrane Library.