Plus de pâtes, plus de pain, plus de lait… Il nous reste quoi ? De la terre ?

interdiction-pain-blanc-sante-maladies

« Alors plus de statines, plus de pain blanc, plus de viande mais que doit-on manger???? »

Le titre de ce 1er paragraphe est un court d’extrait d’un mail que je viens de recevoir par une très gentille dame qui se pose beaucoup de question… et pour cause.

Je le répète assez régulièrement dans mes billets : manger, il n’y a rien de plus simple. Mais dès lors qu’on s’intéresse d’un peu plus près à la nutrition et à l’effet de ce que l’on mange sur notre santé, c’est le drame, on ne peut plus rien manger !

J’imagine très bien cette personne qui vient de voir le scandale de la viande de cheval dans nos rayons. Cette même personne a été secouée lorsqu’elle a vu le scandale de la maladie de la vache folle avec les farines animales. Cette personne a également été témoin des dérives de l’agroalimentaire avec les organismes génétiquement modifiés. Très récemment, les mangeurs de viandes rouges se sont vus accablés de risques plus importants de cancer.

La situation est telle que même les légumes et les fruits ne sont plus recommandables sans prendre certaines précautions. Il faut les rincer, les laver, les éplucher pour éviter d’ingérer une soupe chimique toxique. Sinon, on peut toujours investir dans l’agriculture biologique qui est certes efficaces, mais terriblement hors de prix.

Je vous pose donc la question, qu’est-ce qu’il me reste à manger ? Bordel de ***** ! (excusez-moi, mais la situation exige un tel langage outrancier)

Dur à avaler, un générateur d’hypochondriaques ?

Très bien, revenons sur cette fameuse personne qui découvre régulièrement des scandales alimentaires et qui commence sérieusement à vouloir savoir – réellement – ce qu’elle est en train de manger.

Par chance (ou malchance) elle va tomber sur mon blog et lire mes articles de santé. Elle se rendra très vite compte de plusieurs choses :

Franchement, mon blog peut apparaître comme une source inépuisable d’interdictions, de menaces et de malheurs pour votre santé. Après tout, je m’appelle bien Jérémy, un très tristement célèbre prophète de malheur de la bible.

Plus sérieusement, il convient de mettre les points sur les « i » ou plutôt que vous, les lecteurs avides d’informations sur les aliments, vous sachiez EXACTEMENT ce que vous voulez, et mettiez enfin les points…sur les « i ».

Pourquoi je veux mieux manger ?

En voilà une question pertinente, à laquelle il faut répondre impérativement. Mais oui, pourquoi voulez-vous mieux manger au fait ?

  1. Pour être en meilleur forme ?
  2. Pour perdre du poids ?
  3. Pour améliorer votre santé ?
  4. Pour combattre une maladie ?
  5. Pour faire comme « tout le monde » ?
  6. Pour faire des économies ?
  7. Pour éviter les allergies et les cancers ?

Franchement, a quoi cela vous servirais de pourrir vos repas avec des brocolis et du tofu si vous n’en avez aucune envie, et si vous n’avez aucun objectif qui JUSTIFIE ces nouvelles habitudes ?

Si vous estimez que vous êtes en parfaite santé, que vous avez toute l’énergie nécessaire au quotidien malgré vos 4 haricots verts et vos 4 repas au fast-food par semaine, bien alors c’est parfait. Pourquoi vous remettriez-vous en question ?

Je vais me risquer une fois de plus à parler de moi (mais quel égoïste celui-là !) La toute première modification de mon régime alimentaire fut l’éviction pure et simple du lait de vache (à moindre mesure les fromages et les yaourts). Pourquoi une telle décision ? Quelle était ma motivation derrière ce choix ?

J’avais régulièrement, même très régulièrement, des rhino-pharyngites à répétitions. Des sinusites chroniques, des crises d’éternuements interminables et une morve jaunâtres permanente à en croire que c’etait normal.

J’étais gêné, intimidé, handicapé et même affaibli par la maladie et le traitement corrosif (pour ma flore intestinale) qui jalonnait ma jeune vie d’étudiant. A ce moment là, j’ai cherché et j’ai trouvé une information capitale, utile et unique pour satisfaire mon désir de CHANGEMENT, et d’AMELIORATION de mon état de santé. Sans cette motivation bien réelle, aurais-je pu arrêter du jour au lendemain mon bol de céréales adoré avec son nuage de lait ? Surement pas.

A la lumière de cet exemple ô combien révélateur, il convient que vous vous posiez de sérieuses questions avant de poursuivre votre aventure sur mon terrible blog.

Une fois cela fait, je vous invite à reconsidérer le message de mes articles, qui n’est absolument pas celui que vous penser être…

Des aliments à proscrire et à prescrire ?

Pas touche à mon pain blanc ! Pas touche à mon bifteck ! Pas touche à mes cocopops ! Oula, oula, du calme voyons !

Ce paragraphe est capitale pour moi, et très important pour toi, qui te pose beaucoup de question sur ce dangereux petit morceau de pain.

Il ne faut pas confondre un titre évocateur « 10 raisons de BANNIR le ketchup » qui paraît alarmiste, avec le contenu réel de l’article qui est beaucoup plus nuancé. N’oubliez pas que je dois « vendre » mes articles, je dois choquer l’opinion et créer le buzz sinon personne ne viendra sur mon blog, personne ne lira mes articles et Thierry Souccar ne serait peut-être jamais venu me féliciter ! (oui, d’accord, j’en suis assez fier.)

Prenons l’exemple de notre bonne vieille baguette de pain blanc. Certes dans mon article « 10 raison de bannir… » j’assomme la baguette et par la même occasion tous les consommateurs réguliers. Mais je vous propose TOUJOURS une alternative. Cette alternative est souvent :

  • Plus saine. Ici, ce sera du pain complet, aux céréales ou au levain plus riches en vitamines, en minéraux et qui élèvera moins votre glycémie.
  • Plus économique. Ici, pas vraiment et encore…
  • Plus savoureuse. Testez la différence d’odeur et de goût entre une baguette blanche et du pain aux céréales complètes coupé en tranche.

Prenons un autre exemple, qui ne touche pas directement votre alimentation. Je dégomme souvent sur le blog les méthodes de cuissons traditionnelles avec des poêles, des wok et même des barbecues (mes amis de Calédonie ne me le pardonnerons jamais) qui dégradent considérablement la qualité des aliments.

Faut-il pour autant tout manger cru ? Bannir tous les ustensiles de cuisine ? Et maudire nos vieux ancêtres qui ont découvert ce foutu feu ? Je ne sais pas, à vous de voir, mais une chose est sûr, ce n’est pas le message de mes articles.

Lorsque je critique les méfaits des hautes températures, je vous donne également les CLES pour choisir de nouveau ustensile. Je fais notamment la promotion des cuiseurs à la vapeur qui vous feront gagner :

  • Du temps
  • De l’argent
  • Des vitamines, des enzymes, etc.

Je fais également la promotion d’une technologie impressionnante de simplicité : le cuiseur à riz. L’avez-vous acheté ? L’avez-vous déjà essayé ?

Pour conclure, j’essai dans tous mes articles où je dénonce les dangers de tel ou tel aliment, et les dangers d’en consommer trop ou pas assez d’y associer des solutions pour ne pas laisser le lecteur PERDU ou dans le FLOU. J’en profite pour vous rappeler que dans la mesure du possible je réponds à tous les commentaires ou les mails qui me demandent des conseils en nutrition plus spécifiques. 


PS: vous voulez faire des économies ? Vous voulez des solutions concrètes pour mieux manger sans vous ruiner ?

Achetez un cuiseur à la vapeur OU achetez un cuiseur à riz, n‘achetez plus de produits allégés, n‘achetez plus de produits en caisse, cuisinez vos légumes en ENTIERS.

 

25 Commentaires

  1. Sylvain

    Et même manger bio on s’empoisonne tout de même http://www.lanutrition.fr/les-news/meme-en-mangeant-sain-et-bio-on-sempoisonne-aux-phtalates-et-au-bisphenol.html

    Comme disent les américains, « find what works for you ».

  2. Thomas

    Prendre de la hauteur.

    « find what works for you », la nourriture, les vitamines, la maladie travaillent le plus souvent dans l’ombre.

    Il est très difficile de déceler les effets de ces derniers sur la santé/le moral/l’énergie…alors savoir si cela fonctionne ou non pour nous, c’est très très très compliqué. Sauf les cas extrêmes.

    J’ai changé mon régime alimentaire en octobre et j’ai commencé également mes cures de vitamines D et de vitamine C (2 grammes par jour, selon mon médecin c’est trop mais bon je prends son avis comme un avis et pas une certitude.).
    Pas eu de rhume, de grippe ou de gastro cet hiver et pourtant je dors avec une institutrice qui s’occupe de 25 morveux toute la journée et qui est tombée malade 3 fois.
    Savoir si c’est la nourriture ou mes compléments qui m’ont fait passer un hiver paisible, je ne sais pas.

    1. Sylvain

      Bien sûr, c’est un principe général, mais je veux dire, si tu tombes sur une personne qui mange sa baguette de pain tout les jours et qui te dit qu’elle va bien, il est temps de changer de sujet, plutôt que de lui parler des effets du gluten sur les intestins, etc.
      Par contre une personne qui va mal et qui cherche des explications ou des solutions, là il y a possibilité de discussion.

  3. Ralph

    Bonjour Jérémy,
    Le titre de votre article est percutant. Ce genre d’interrogation, je me la pose parfois, oui. Je pratique le fasting, j’ai arrêté le lait de vache et ses produits dérivés, le sucre, le pain blanc, et bientôt le gluten, le thon, la viande rouge, la charcuterie, etc. Et après ? il me restera quoi effectivement ? De la terre ? Le régime végétarien me séduit pour ses bienfaits mais vais-je pouvoir l’adopter sans frustation ? Mon changement d’hygiène alimentaire révolutionne profondément mes habitudes mais vise assurément une longévité en bonne santé. C’est un choix que j’assume par rapport à un objectif bien défini. Le régime Okinawa que je décris dans un de mes articles est une alternative intéressante en terme d’hygiène alimentaire http://www.plusminceplusjeune.org/vivre-plus-longtemps-et-en-meilleure-forme-avec-le-regime-okinawa/ Quant au bio, cela devrait être la norme universelle et non une offre réservée à des initiés.
    A+

  4. Romain de paléo-fit

    Il faut simplement faire la part des choses, tout n’est pas mauvais, il faut seulement sélectionner avec un minimum d’attention ce qu’on mange et faire cuire selon certaines règles de bon sens, et le tour est joué !

    Romain

  5. Cecile

    Je suis assez d’accord avec cet article. En ce qui me concerne, j’ai changé mon alimentation pour lutter contre quelques désagréments que je pensais presque « normaux ». Maintenant, fini les crampes d’estomacs et autres (pas envie de trop m’étaler).
    Malheureusement, tout le monde n’est pas prêt à faire ce genre de changements. Ma coloc vient d’aller chez un nutritionniste parce que depuis un an elle a des « problèmes de transit » (soyons pudique). Résultat : elle fait un test pour voir si elle est céliaque, et un test pour voir si elle a chopé un parasite. En attendant les résultats elle se gave de produits à base de farine au cas où elle soit obligée d’arrêter ensuite… Vu qu’elle mange que des trucs « 100% low fat » etc, pas sure que j’arrive à lui parler des bienfaits du paléo ;-)

    Maintenant, sur un autre chapitre, tu dis :
    « Sinon, on peut tou­jours inve­stir dans l’agriculture biologique qui est certes effi­caces, mais ter­ri­ble­ment hors de prix ».
    Je ne suis pas convaincue que l’agriculture biologique soit hors de prix, je pense que c’est même le contraire, surtout quand tu regardes à long terme et que tu prends TOUT en compte. C’est à dire que dans le cas de l’agriculture intensive et chimique, il faut prendre en compte le cout des cancers de nos agriculteurs, le cout du traitement des eaux polluées, ce qu’on fera des sols une fois qu’ils seront tellement épuisé que plus rien ne poussera dessus, et je ne parle pas du fait qu’aux Etats-Unis, on paye des mecs pour fertiliser les arbres fruitiers avec des petits pinceaux parce qu’il n’y a plus d’abeilles, etc etc…

    Je pense que de toutes façons, la transition se fera quand le pétrole sera vraiment trop cher pour soutenir ce genre d’agriculture (pas de pétrole = pas de chimie et pas de tracteurs…). D’ici là, les mêmes boites qui fabriquent les pesticides et les produits de chimio vont essayer de te fourguer des molécules pour réhabiliter les sols. Alors qu’on sait faire « naturellement » (voir les travaux de Claude et Lydia Bourguignon).

    Voilà, perso je suis dans une AMAP depuis bientôt 9mois, et je ne regrette pas une seule seconde. Je crois que mon budget d’alimentation a augmenté de… $10 par mois. La ruine, quoi !

    Bon sinon, continue à rendre tes lecteurs hypocondriaques, ça fera de la concurrence à doctissimo ;-)

    1. Gwenaël

      Je suis tout à fait d’accord avec Cécile, moi-même maraicher produisant en respectant l’environnement, je milite contre tous les lobbys qui détiennent le pouvoir sur cette terre.
      Et j’entends souvent que le bio est trop cher…

      Effectivement produire d’une façon intelligente implique d’utiliser plus de mains d’œuvre et moins de machine…
      Mais quand je vois les caddies des citoyens lambda, c’est inquiétant! Et je sais que je dépense moins que la plupart des gens pour me nourrir sainement, et cela même quand je suis loin de mon jardin.
      Par contre il est vrai que je « perds » surement plus de temps qu’eux pour me préparer à manger.
      (Et même là, la différence reste minime)

      Il faut savoir qu’un légume arroser en permanence, qu’il soit enrichi avec des engrais « bio » ou non, contiendra surtout… de l’eau!
      Un gros légume ne veut pas dire qu’il a plus de vitamines ou une meilleure valeur nutritionnelle.
      Bref la quantité ne fait pas la qualité et je pense que la plupart des gens ont l’habitude de bien trop manger par rapport à leur dépense énergétique.

      On parle bien de changer nos habitudes alimentaires ici, non?
      En ce cas manger bio ne reviendra pas plus cher pour la plupart des gens.
      Mais attention avec ce mot « bio » car il ne veut déjà plus rien dire…
      Quand on voit tous les produits qui peuvent rentrer dans cette gamme.

      À bon entendeur, salut, et encore bravo à tous ceux qui essaye de réfléchir un peut dans ce monde ou la léthargie semble reine.

  6. James

    Quand on dit à qqun: faut pas manger ci ou ça, etc, oui, on reçoit souvent une réplique du genre « kess qui m’ reste à bouffer, d’la terre ?? »
    Maintenant, en regardant les choses un peu plus finement, ces choses à proscrire sont très souvent addictive. D’où la réplique du junkie typique.

    Après, il y a plusieurs façons de proposer ce genre de concepts, des tounures purement négatives aux plus positives.

  7. Manon

    Bonjour Jérémy,
    je suis de ma propre initiative au régime sans lait et sans gluten suite à de longues années de problèmes de transit. La réaction des gens la plupart du temps est bien sûr : « mais alors tu peux manger quoi ?! » Ma réponse : « tous les légumes, tous les fruits, toutes les viandes et tous les poissons de la création ». Les intoxiqués du plat décongelé sont mal à l’aise mais les gourmets se rendent tout de suite compte que je peux manger plein de bonnes choses et que ce n’est pas un drame …
    au plaisir de te lire,
    Manon

  8. Thomas

    Ou va le monde ma ptite dame, même le bio est dangereuxxxxx

    http://www.lanutrition.fr/les-news/meme-en-mangeant-sain-et-bio-on-sempoisonne-aux-phtalates-et-au-bisphenol.html

    Perso, je suis contre toute forme de régime, juste savoir écouter son estomac et manger lentement, en variant (même le lait pour faire passer mon avoine :) )

  9. Sylvain

    ^^

  10. BoSS U

    Depuis que je te lis, je ne mange que de la mayo kraft sur du pain complet et du saucisson
    \o/
    J’suis trop en pleine forme ! et ce pas très dur à avaler si on mache bien
    :D

  11. camille

    Bonsoir !
    Je suis dans ma première semaine sans lait de vache, suite à une sinusite de plus d’un mois.
    Je ne pensais pas que le lait de vache pouvait être aussi nocif pour mon pauvre système respiratoire, et mes angines à répétitions !
    Je pense sincèrement qu’en se penchant un instant sur la question, beaucoup de personnes trouveraient leur compte en arrêtant de consommer du lait de vache !
    Merci pour vos articles très intéressants !

    1. Jérémy (Auteur de l'article)

      Bonjour Camille,

      Je suis heureux d’apprendre que l’arrêt du lait de vache t’as permis d’aller mieux. Je nuancerai seulement un peu ton commentaire dans le sens où l’on parle bien du lait industriel, pasteurisé, upérisé avec un traitement irrespectueux des vaches et de leur régime alimentaire. Je te dis cela car le lait de vache cru nourris aux herbes est un aliment remède, qui apporte bien souvent les mêmes bénéfices que l’arrêt du lait de vache industriel.

      Bien à toi

  12. camille

    Ah oui ? Je ne savais pas ! J’en prends note.

  13. Jean Philippe de Conseils pour maigrir

    Camille

    Tu ne le précises pas mais le tabac n’est pas non plus très bon pour les sinus. Certains milieux professionnels avec solvant, produit nettoyage, piscine non plus.

    Je me permets cette remarque pour qu’il y est toujours une grande cohérence quand on recherche à améliorer sa santé. Retirer le lait et compenser par un apport de gluten ne serait pas judicieux idem donc pour le tabac.

    En complément, le soufre peut vous aider, homéo et aromatho aussi et éviction de l’allergène si il existe un lien.

    Jérémy n’a pas trop le choix pour être entendu, il faut provoquer ! Il bouscule du monde mais pour vous lecteurs, il faut y mettre de la nuance.

    C’est toujours un plaisir de te lire, Jérémy
    Cordialement

    Jean Philippe

  14. CRETON

    J’ai arrêté le lait et réduit ses dérivés depuis 20 ans et je m’en suis de suite mieux portée, surtout au niveau articulaire. Spectaculaire.
    Le gluten j’ai beaucoup réduit depuis 6 mois et je n’ai plus de douleurs d’estomac, ni de crampes, plus obligée de prendre du mopral.
    Finalement, je mange plus de légumes, j’ai perdu quelques kilos superflus et je suis en forme !! ça tombe bien, les légumes j’adore, surtout les brocolis.
    Il reste quand même plein de choses à manger !!
    Je ne fume pas, je ne bois pas, je fais du sport, j’ai une vie équilibrée, je fais du qi gong et du tai ji quan. Bref, je vis sainement et cela ne m’apporte que des bienfaits.
    Je n’ai vraiment pas l’impression de me priver.

  15. Aurore

    Bonjour,

    J’ai arrêté le lait de vache depuis maintenant 4 ans avec un résultat spectaculaire sur mes crises de sinusites (diminution importante des crises).

    Je viens de découvrir votre blog que je trouve vraiment excellent et source d’inspiration.
    J’aime beaucoup la façon dont les articles sont argumentés et documentés. Je suis en recherche permanente d’information sur le sujet de l’alimentation et donc ravie de vous avoir « découvert »!

    Question un peu bête : « un cuiseur à riz » = le « rice cooker » qu’on trouve partout en Asie, c’est cela ?

    Bien cordialement
    A.

  16. Sandrine de Tina

    En pensant bien faire, j’ai rendu ma fille malade en lui donnant autant de lait qu’elle voulait.
    Petite, elle faisait bronchites asthmatiformes sur bronchites asthmatiformes. (Hospitalisée à 2 reprises). Sous antibiotique et cortisone tous les mois et demi, vers 6 ans elle a commencé à faire des laryngites chroniques. Obligée de dormir assise, elle a passé des nuits bien pénibles et dans ces moments là, elle ne voulait avaler que du lait !
    N’en pouvant plus, je suis allée consulter un professeur de pédiatrie (maintenant à la retraite), qui très gentiment m’a dit de ne plus m’inquiéter et de ne plus lui donner de lait de vache. Il ne lui a prescrit aucun traitement, aucun médicament. Vous pouvez imaginer ma surprise ! Cela se passait il y a 20 ans et on ne parlait pas encore trop des méfaits du lait de vache.
    J’ai donc suivi ses conseils malgré mon scepticisme.
    Les effets ont été immédiats ! Ma fille n’a plus jamais fait une seule bronchite, sa sœur non plus d’ailleurs, pour qui j’ai appliqué les mêmes recommandations.
    J’ai eu ensuite 3 garçons qui ne boivent pas non plus de lait de vache. Ils ne sont jamais malades. Rarement, un petit rhume sans fièvre.
    Sans se priver de tout, je pense qu’il y a certains produits alimentaires (et je fais la différence entre produits alimentaires de l’industrie agroalimentaire et les vrais aliments) comme le lait de vache industriel, le sucre, les margarines, les viandes de batteries, les boissons sous formes de soda, les produits à base de farines blanches très raffinées, sont à éviter le plus possible. S’autoriser ce type de produits alimentaires occasionnellement ne porte pas vraiment préjudice à notre santé mais je pense que comme le dit Michael Pollan dans son livre « Nutrition, mensonges et propagande », manger de la vraie nourriture, juste ce qu’il faut, surtout des végétaux, nous permet de rester en bonne santé et d’éviter les médecins qui ne soignent que les symptômes des maladies, sans en connaître réellement les causes.
    Il nous reste quoi ? Tout ce que mère nature veut bien nous offrir et que l’on peut trouver sur les marchés fermiers où l’on rencontre des producteurs formidables et talentueux qui savent comment tirer de la terre tout ce dont nous avons besoin. Pour nous nourrir, évitons les super marchés !
    Je pense aussi que le jeûne a aussi toute sa place dans une quête de bonne santé et j’invite tout le monde à tenter cette expérience formidable et à s’informer sur cette méthode de santé
    naturelle, d’une efficacité redoutable et qui plus est gratuite.
    Merci encore Jérémy pour la qualité de ce blog et pour l’ouverture d’esprit et la tolérance qu’il véhicule, contrairement à ce que certains veulent faire croire.

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Bonsoir Sandrine,

      Ton commentaire est rempli de sagesse et de bienveillance ! Tout comme je l’ai déjà dit à ta fille, il faudrait plus de gens comme toi sur cette planète avec une telle philosophie de vie et état d’esprit. Ceci dit, ton commentaire illustre bien que nous pouvons changer, que tout le monde peut s’ouvrir aux alternatives saines ou au moins s’ouvrir aux « polémiques » et aux lanceurs d’alerte.

      Tu as tout à fait raison de citer Michel Pollan qui donne des conseils qui frisent le bon sens… Tu as également raison de souligner que le jeûne est une méthode extraordinaire pour la santé et qu’elle est gratuite !

      Bref, merci beaucoup pour ton mot de la fin sur le blog, cela me touche beaucoup !

      C’est avec plaisir que j’irais bien boire un café ou un thé en ta compagnie !

      Au plaisir de te lire, excellente soirée.

  17. lainlo74

    bonjour Jéremy,
    Ton site est très bien et je vérifie que depuis 3 décennies j’ai fait le bon choix dans l’alimentation.
    Depuis début 73, je me suis mis petit à petit à l’alimentation Bio. Au début, il n’y avait pas grand chose, huile, céréales, qq fruits.
    Depuis 2 ans , je reçois les newsletters de JMD etc… et je découvre des infos que j’aurai du connaitre depuis longtemps et qui ont fini de m’ouvrir les yeux. Les lobbies nous intox, nous désinforment, etc…. A ma grande satisfaction, des magasins s’ouvrent un peu partout.
    C’est un peu plus cher, mais je mange moins car les aliments sont beaucoup plus riches en tout.
    Le Dr Kousmine ( http://www.kousmine.com ) soignait ses patients (dont le cancer) grâce à l’alimentation, il y a presque tout les ingrédients dans les fruits et légumes, et avec internet, on a presque toutes les analyses et compositions des nutriments les analyses .
    Encore merci pour toutes ces infos, etc… que vous nous envoyez régulièrement , ç’est toujours un plaisir à vous lire.
    J’arrête ici, j’ai trop de choses à dire.

    Cordialement

    Lainlo74

  18. Fissomad

    Vous faites de l’information, et c’est très bien. Si les gens se sentent obligés de cesser de manger de la viande ou de cuisiner parce que vous l’avez écrit… c’est que leur pouvoir de décision et bien moindre…
    Il est bon d’informer, et ensuite les gens font leurs choix.
    Personne ne vous oblige à rien, c’est fou ça!

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Les gens ont tout à fait le droit de choisir ce qu’ils veulent ! Moi je conseille de faire la cuisine le plus possible et de limiter sa consommation de viandes SI elle est trop élevée ! Nuance.

  19. Pingback: Vous aimez la Malbouffe ? Vous êtes Lemorexique, consultez d’urgence ! | La société solidaire des hommes et durable pour la planète

  20. Téo

    Cher Jérémy,

    Depuis peu, j’ai décidé de changer mon alimentation, d’ouvrir les yeux, et ton blog m’aide beaucoup pour cela. Merci. En peu de temps, j’ai fait de beau progrès à mon petit niveau (plus de Coca, plus de pâtes, plus de pain…), mais bien que n’ayant pas d’origines italiennes, je suis tout de même très frustrée de ne plus manger de pâtes ! Et je sais que le chemin vers une alimentation saine ne doit pas être truffé de frustration ! J’ai découvert dans les magasins bio les pâtes à la farine de maïs. Elles ont le même goût que les pâtes au blé et sont bien plus agréables pour moi que les pâtes de blé complet. J’aimerais alors avoir ton avis sur ce produit. Les pâtes à la farine de maïs sont-elles une bonne alternative ? Ou est-ce le même problème que les pâtes classiques au blé ? J’ai aussi vu des pâtes à la farine d’épeautre ; qu’en penses-tu ?

    Merci d’avance pour ta réponse !

    T.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *