Pour Vieillir en Santé: Buvez du lait, mangez des yaourts et des fromages (2/2)

canada-quebec-calcium-extenso-OMS

1ère Partie (ICI) : La majorité des experts gouvernementaux en charge de donner des avis en matière de sécurité alimentaire (sel, nourriture des nourrissons, étiquetage…) entretiennent des liens financiers avec l’industrie agroalimentaire. Même les Universités avec les ordres professionnels entretiennent des liens réguliers et forts avec les plus grandes sociétés de l’agroalimentaire, comme l’industrie laitière, céréalière et celle de la viande.

2ème Partie : L’industrie agroalimentaire influence-t-elle les décisions officielles ?

Dans cette seconde partie nous allons passer en revue quelques prises de position des scientifiques du Canada et des professionnels de la santé (les nutritionnistes) sur des sujets qui touchent l’alimentation et la santé.

Vous allez ainsi découvrir que les positions défendues sont parfois totalement incohérentes et ne sont absolument pas soutenues par des preuves scientifiques récentes et de qualités (indépendantes, évidemment).

Comment vieillir « en santé » ?

Le premier exemple pour illustrer les prises de positions des professionnels de la santé du Québec concerne un dépliant émis par des nutritionnistes et soutenu par l’Ordre des Professionnels Diététistes du Québéc et deux autres institutions.

Dans ce petit dépliant de 6 pages, intitulés «  Les protéines : Des alliées pour vieillir en santé », on vous propose un petit quizz de 9 questions à spectre large.

On vous demandera notamment si oui ou non vous mangez bien 3 repas par jour ; si vous consommez bien au moins 3 portions de lait et de substituts par jour ; si vous mâchez bien vos aliments ; ou encore si vous faites une activité physique régulière.

La 2ème question du dépliant vous demande si vous consommez bien une source de protéines au petit-déjeuner (le déjeuner, le dîner et le souper sont les équivalents Québécois pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner français), le lait est le premier aliment invoqué, suivi des œufs, des yaourts et des fromages. Le beurre d’arachide ou d’amande et les noix arrivent bon derniers.

Les nutritionnistes Québécois conseillent donc d’ajouter du lait dans son café ; d’accompagner le petit-déjeuner d’un verre de lait ou encore de boire le fond de lait de votre bol de céréales !

Pour le déjeuner et le dîner, nos professionnels de la santé conseillent d’ajouter du lait à tous les potages de légume ; de terminer le repas par un dessert au lait ; de boire un verre de lait ; et d’ajouter du lait écrémé en poudre à tous vos aliments, comme les purées de pomme de terre, les yaourts (wow…) et toutes les céréales.

Pour les collations, ou la fameuse pause du 4 heure, nos 3 spécialistes conseillent de manger des aliments riches en protéines. Sur les 5 propositions, 4 sont à base de produits laitiers avec seulement une seule proposition sans produit laitier (des noix).

Si l’on revient un instant sur les questions du départ, il n’est pas demandé aux lecteurs s’ils ont une bonne et suffisante consommation de fruits et de légumes, qui sont des alliés incontournable pour vieillir en bonne santé. Pourquoi cet oubli ?

Il est également navrant de retrouver parmi les questions soumises aux lecteurs, une question dont l’importance est ma foi assez floue… Mangez-vous « en bonne compagnie la plupart du temps » ?

Si vous avez le malheur de parfois manger avec des collègues insupportables, vous allez devoir répondre « non » (et si vous prenez au sérieux ce dépliant) et vous allez donc parcourir le dépliant et lire les nombreuses recommandations alimentaires avec une dominance des produits laitiers.

Des publications scientifiques bien étranges…

Dans cette dernière partie de mon analyse, j’ai retrouvé deux études scientifiques sur les produits laitiers co-signés par M. Tremblay, un chercheur du centre STELA (sur les produits laitiers) de l’Université Laval.

La première étude est une méta-analyse sur l’effet du calcium laitier et des suppléments alimentaires sur l’excrétion fécale de matières grasses (1).

Les auteurs de cette méta-analyse concluent que le calcium alimentaire (et tout particulièrement celui des produits laitiers) a le potentiel d’augmenter les excrétions fécales de matières grasses et donc de prévenir la prise ou reprise de poids.

Le résultat principal émis par ce groupement de chercheur est qu’une prise de 1240 mg de calcium laitier par jour augmente les pertes en gras dans les selles de 5 g environs. Pour atteindre 1240 mg de calcium laitier, il faudrait consommer tous les jours 4 verres de lait (quasiment 1 litre de lait par jour) ou 5 à 6 yaourts !

Il convient de mentionner les quelques conflits d’intérêts de cette étude. Sans surprise, la méta-analyse sur les produits laitiers et le gras des matières fécales a été financé par l’industrie laitière (Global Dairy Platform LLC, Chicago). Les chercheurs ont bénéficié d’un financement illimité de la part du géant laitier et du soutien du dernier auteur, le professeur Astrup, qui est un membre du conseil scientifique de ce même industriel. Un comble.

Toujours autour des produits laitiers, M. Tremblay a co-signé un article en 2011 avec un titre des plus surprenants (2) :

L’obésité chez l’Homme : est-ce que la consommation insuffisante de calcium / de produits laitiers est en partie responsable ?

Les sources de financement de cette étude ne sont pas mentionnées et nous partirons donc du principe que celui-ci est indépendant avec quelques doutes.

Dans cette review, les auteurs émettent des points clés d’enseignements (ou key teaching points) dont le fait qu’une prise insuffisante de calcium alimentaire serait un facteur de risque chez les adultes en surpoids. Les auteurs nous disent également que les supplémentations en calcium ou en produits laitiers peuvent accentuer les effets d’un régime amaigrissant.

Pour trouver ces résultats, les auteurs de cette review se sont largement appuyé des résultats du scientifique américain Zemel, qui obtient toujours des résultats fantastiques avec les produits laitiers. Et pour cause ! Zemel est le scientifique américain le plus connu pour être notoirement lié à l’industrie laitière. En effet, toutes ces études sont systématiquement financées par les géants laitiers et il détient même un brevet sur une méthode d’amaigrissement à partir de… produits laitiers !

Dans un précédent article sur les produits laitiers, je m’attardais un peu sur ce M. Zemel et sur le fait que ces résultats étaient fortement biaisés et n’étaient absolument pas représentatif des résultats récents et indépendants sur ce sujet.

Ainsi une méta-analyse publiée en 2011 et une review publiée en 2011 (financée par l’industrie laitière), ne trouvaient aucune relation entre la consommation de produits laitiers (et donc de calcium laitier) avec le contrôle du poids, ou des tours de hanches (3, 4).

Conclusions générales

La première partie de cette série vous a montré à quel point l’industrie agroalimentaire pouvait être présente dans les institutions publiques, les comités d’experts, les ordres professionnels de santé ainsi que dans les Universités et les formations de ces mêmes professionnels de la santé.

La proximité entre cette industrie et le système de prise de décisions gouvernementale en matière de santé publique est inquiétante. Nous pourrions nous arrêter là, et faire comme certains l’affirment, confiance au service de prise de décisions indépendant.

Malheureusement, cette 2ème partie de cette courte enquête illustre quelque part que les prises de positions de certains ordres officiels (comme l’OPDQ) sont à contre pieds de nos connaissances scientifiques actuelles et indépendantes.

Il est également navrant d’observer des résultats scientifiques émanant de structure Universitaire, comme celle de Laval, qui incitent à la surconsommation de produits laitiers (souvenez-vous, jusqu’à 4 verres de lait et 6 yaourts par jour !) sur des bases scientifiques biaisées (souvenez-vous de notre ami Zemel).

Pour terminer, j’attire votre attention sur le site Extenso qui fait référence en matière de conseil en nutrition au Québéc. N’oublions pas que le site Extenso est à l’origine d’une initiative de Nutrium qui est lui-même crée par l’Université de Montréal. Or, il est intéressant de jeter un œil à l’article du site Extenso « Prévenir l’ostéoporose en 3 étapes » dans lequel les nutritionnistes conseillent :

  1.  de faire une activité physique ;
  2. de consommer des produits laitiers à tous les repas ;
  3. d’éviter les excès de caféine, d’alcool et de cigarette.

J’attire votre attention sur le deuxième point, celui de la consommation de produits laitiers pour prévenir l’ostéoporose.

Même l’OMS, qui a mis au point un questionnaire à la lumière des dernières preuves scientifiques ne prend pas en compte la consommation de produits laitiers pour déterminer le risque de fracture (et donc celui d’ostéoporose).

D’ailleurs, dans son édition de novembre, Le Point nous indiquait qu’une récente étude de l’école de santé publique de Harvard n’avait mis en évidence aucune association entre la consommation de produits laitiers durant l’adolescence et le risque de fracture à l’âge adulte. Autrement dit, les plus gros consommateurs de produits laitiers –qui devraient être les mieux protégés selon Extenso, n’ont bénéficiés d’aucune protection supplémentaire comparée aux petits consommateurs.

Pour conclure, Canadiens, Québécois, méfiance…


Notes et références

  1. Christensen, R., Lorenzen, J. K., Svith, C. R., Bartels, E. M., Melanson, E. L., Saris, W. H., … & Astrup, A. (2009). Effect of calcium from dairy and dietary supplements on faecal fat excretion: a meta‐analysis of randomized controlled trials. Obesity Reviews, 10(4), 475-486.
  2. Tremblay, A., & Gilbert, J. A. (2011). Human obesity: is insufficient calcium/dairy intake part of the problem?. Journal of the American College of Nutrition, 30(sup5), 449S-453S.
  3. Abargouei, A. S., Janghorbani, M., Salehi-Marzijarani, M., & Esmaillzadeh, A. (2012). Effect of dairy consumption on weight and body composition in adults: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled clinical trials. International Journal of Obesity, 36(12), 1485-1493.
  4. Louie, J. C. Y., Flood, V. M., Hector, D. J., Rangan, A. M., & Gill, T. P. (2011). Dairy consumption and overweight and obesity: a systematic review of prospective cohort studies. Obesity Reviews, 12(7), e582-e592.

5 Commentaires

  1. Henry

    Bonjour Jeremy,

    Ces recommandations frôlent le domaine de l’aberration, je peux te dire qu’il y a bien longtemps que je ne consomme plus un seul produit laitier, et que je ne me suis jamais senti aussi bien, de même pour la viande rouge. On trouve des sources de calcium dans de multiples aliments. Que veux tu il faut bien que les Québécois fassent marcher leur industrie agroalimentaire. Le plus grand problème à l’heure actuel, c’est que les gens n’ont plus aucun sens critique et se laissent intoxiquer, par ce type de discours auquel tu fais allusion. la se pose dans les mêmes termes avec le vaccin, en médecine vétérinaire c’est encore pire.
    Je crois qu’il y a quelques sujets que tu devrais soumettre à Elise Lucet ( émission » Cash Investigation sur France 2″ ). Ton livre » ce poison nommé croquette  » serait un excellent thème à lui soumettre.

  2. Helene

    Le coup d’ajouter du lait ecreme en poudre a tous les aliments, c’etait preconise par Gayelord Hauser, auteur de best sellers sur des regimes perte de poids/longevite dans les annees 50. Par exemple, il avait une recette pour ce qu’il appelait du ‘lait renforce’: lait demi-ecreme (pour limiter les matieres grasses) auquel on rajoute du lait ecreme en poudre (pour augmenter l’apport en calcium).

  3. kaynane

    Bonjour,
    Je n’ai pas lu le ce dépliant de 6 pages, intitulés « Les protéines : Des alliées pour vieillir en santé », et je ne sais pas à quel type de population il s’adresse. mais la dénutrition pour les personnes âgées est un vrai problème! (pouvant conduire au décès).
    Et oui les produits laitiers sont souvent utilisés pour enrichir, car ce n’est pas possible de demander à quelqu’un qui a peu d’appétit d’augmenter le volume de son repas!
    Les produits laitiers permettent d’enrichir en protéines, en calories entre autre sans augmenter le volume.

  4. schaller christian

    vous faites du bon travail ! je suis dans la même ligne depuis 40 ans, avec mes livres , notamment « viande et lait, des aliments dangereux pour notre sante et pour notre planète » qu je vous enverrai volontiers si vous me donnez une adresse postale. fraternellement tal schaller

  5. kevin

    Merci pour cette série d’article, cela fait vraiment plaisir de voir encore quelqu’un qui ne pense pas uniquement à son porte-monnaie mais plutôt à la santé des autres.

    Pour ce qui est du calcium, nous pouvons en retrouver dans les sardines et le saumon par exemple donc pas besoin forcément de boire 6 verres de lait le matin.:) Pour ma part je ne consomme pas de produits laitiers et je suis en excellente forme.

    De plus le lait de vache par exemple à un pH légèrement acide. On sait aujourd’hui qu’il est préférable de consommer des aliments basiques pour éviter à long terme des maladies comme l’ostéoporose. Donc attention.

    A bientôt,

    kevin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *