Pourquoi un monopole sur les croquettes produites localement en Calédonie serait dangereux

croquette-deliss-crokiss-nouvelle-caledonie

Dans l’actualité néo-calédonienne, une pétition vient de voir le jour à l’attention du Gouvernement, intitulée « Laissez-nous choisir nos croquettes ! », et qui a pour objectif de dénoncer « une demande de quota d’importation auprès du Comité du Commerce Extérieur (COMEX) de Nouvelle Calédonie », selon le créateur.

Impossible de contacter la personne à l’origine de cette pétition, qui bénéficie déjà de plus de 1.500 signatures, pour vérifier la terrible rumeur…

Alors voilà, les arguments énoncés dans la pétition tiennent la route, avec de nombreux impacts négatifs d’une demande de quota comme stopper la concurrence ou bien entraîner une augmentation des prix de manière générale.

Mais la pétition se cantonne aux aspects économiques principalement oubliant l’un des aspects fondamental dans le choix d’une croquette : LA QUALITE.

Qui est à l’origine de la demande de quota ?

Difficile de savoir si la demande existe belle et bien, mais quoi qu’il en soit, l’étau se resserre très rapidement puisque seulement deux sociétés produisent des croquettes en local, directement en Nouvelle-Calédonie, et seraient donc susceptible de faire une telle demande.

Nous avons la société Pacific Pet Food, qui commercialise la marque Crokiss (encore jamais analysée dans mes colonnes, mais ça vient juste après), et le Groupe Saint-Vincent qui commercialise la marque local Deliss’ (que j’ai déjà eu l’occasion de noter, on va y revenir aussi).

L’un d’entre eux n’avait jusqu’à présent jamais entendu parler de cette pétition, c’est le directeur de la société Pacific Pet Food. Il ignorait également cette fameuse demande de quota… Pourtant, le dirigeant de l’autre société, le Groupe Saint-Vincent, hésite beaucoup moins puisqu’il semble bien au courant de l’existence de la pétition et pointe du doigt son concurrent…

Qui dit vrai, qui dit faux, bon, on s’en cogne, ce qui nous intéresse nous c’est l’impact d’une telle mesure sur la santé des animaux.

Pourquoi une demande de quota serait dangereuse pour nos animaux

Au-delà des aspects économiques, comme je le disais, ce sont surtout les aspects qualitatifs qui sont important, autrement dit : est-ce que j’ai des bonnes croquettes, et est-ce que j’ai le choix d’en prendre ou pas en Nouvelle-Calédonie ?

Alors voilà le cœur du débat, si cette demande était avérée et qu’elle aboutissait, l’ensemble des propriétaires d’animaux de compagnie de Nouvelle-Calédonie devraient se contenter, et se rapprocher, des marques locales, protégées par une éventuelle réglementation.

Est-ce que les calédoniens seraient gagnants dans cette histoire ? Pas si sûr. Et pour vous en convaincre, on va passer en revue la qualité des deux marques locales. Des analyses personnelles qui n’engagent que moi et qui se basent uniquement sur les informations fournis par le fabricant.

Je n’ai pas testé les croquettes, je n’ai pas mangé les croquettes, je n’ai pas fait deux groupes expérimentaux avec des chiens en double aveugle avec les croquettes… mais l’analyse de la qualité des ingrédients et de l’équilibre des macronutriments (glucides, lipides et protéines) nous indiquent tout de même la qualité générale du produit.

Pour comprendre comment je note les croquettes, vous avez une flopée d’articles sur ce sujet que j’ai publié et qui vous en apprendrons des vertes et des pas mûres, alors faites-moi plaisir, et lisez à fond les ballons (comment éviter les pires croquettes, les ravages de la pensée unique, ou bien avec ma réflexion sur les croquettes seraient-elles des poisons ? Ou encore mieux avec ce débat polémique sur la qualité des croquettes locales…)

La marque Déliss’… délicieusement pas bon ?

Du coup, j’ai déjà fait l’analyse de quelques produits de cette marque par le passé, dans un article pas sympa du tout.

Je vous apprenais que ces croquettes-là étaient principalement composées de céréales, de blé et de maïs, de sous-produits animaux et végétaux non identifiés, d’huiles et de graisses non identifiées également, et d’un « prémélange d’additifs » très mystérieux.

A l’époque, les produits pour Adulte et pour Chiot avaient obtenu une note de 3/10 et 3,5/10 respectivement. Aujourd’hui, avec ma nouvelle notation sur 20, la gamme pour Adulte obtiendrait une note de 7/20. En revanche, la note s’améliore pour la gamme Junior, elle serait à 10/20.

Cette note doit être pondérée par l’ingrédient mystérieux « prémélange d’additifs » qui ne laisse rien supposer de bon, ou bien fallait-il que les fabricants aient l’honnêteté de le détailler.

En bref, nous avons deux produits locaux de qualité moyenne (pour les juniors) et de qualité basse (pour les adultes), qui me laissent à penser qu’on trouve mieux, largement mieux même. Ce ne serait donc pas forcément la panacée pour les propriétaires calédoniens s’ils ne devaient reposer que sur cette marque…

Crokiss… ne fait franchement pas mieux

Voilà la 2ème marque locale jamais analysée sur le blog. Je suis donc allé en magasin, et armé d’un stylo et d’un carnet, j’ai noté la composition de deux produits : le premier pour chiot en croissance et le second pour les adultes.

Voici la composition du produit pour chiot en croissance :

« Céréales, viande et sous-produits animaux, sous-produits d’origine végétale, huiles et graisses, poissons et produit de poisson, substances minérales, levures, extrait de protéines végétales, prémélange d’additifs, etc. »

Maintenant que vous avez un peu l’œil, vous devez remarquer la troublante similitude des compositions avec la première marque locale.

Malheureusement, on retrouve dans cette marque l’ensemble des ingrédients que l’on n’aimerait pas, ou très peu, voir dans des croquettes pour des carnivores domestiques. Encore des céréales, et en première place je vous prie, des sous-produits animaux et végétaux non identifiés, idem pour les poissons, idem pour la partie grasse avec « huiles et graisses »…

On retrouve également un extrait de protéines végétales non identifié qui permet d’augmenter l’apport global en protéine… au détriment des protéines animales de qualité et préférées pour nos carnivores.

Plus grave. Sur l’étiquette on peut lire un petit encart « additifs technologiques » qui mentionne la présence de BHA et de BHT, des conservateurs alimentaires très contestés dans l’alimentation canine et féline. Pourquoi ?

Malheureusement, et comme je le détaille particulièrement dans mon ouvrage, ces deux additifs sont suspectés d’être des carcinogènes responsables de tumeur chez l’animal (rat, souris et poisson), mais également chez l’Homme, d’après le Programme Nationale de Toxicologie du Département de santé aux Etats-Unis 1 2 3 4. Selon d’autres sources d’information sur la dangerosité des produits toxiques, le BHA pourrait être notamment un perturbateur endocrinien, un neurotoxique, un perturbateur du système respiratoire mais également du foie 5.

Du coup, nous sur le blog, on est pas super fan de ces deux additifs qui pourraient, au fil des expositions répétées 3 fois par jours et 365 jours par an, avoir des répercussions sur la santé de nos carnivores domestiques.

Finalement, avec l’analyse de l’apport calorique de chaque macronutriment, ce premier produit pour chiot en croissance, et malgré le fait que « la fraîcheur et la variété des ingrédients adaptés au régime naturel de l’animal » soit mise en avant sur le paquet, ne bénéficie pas d’une bonne note : 6/20. Non recommandé.

Pour la gamme Adulte, nous avons une composition identique avec à la fin un ajout en L-carnitine. Cette fois-ci nous n’avons pas l’encart sur les fameux additifs technologiques, nous ne pouvons donc pas savoir si il y a bien du BHA et du BHT… Quoi qu’il en soit, nous avons un produit avec pratiquement 50% des apports caloriques sous forme de glucides, et seulement 26,2% sous forme de protéines, principalement d’origine végétale…

Il ne bénéficie logiquement pas d’une excellente note, à peine mieux avec 7/20.

Pour conclure

Bien sûr, ces analyses n’engagent que moi, au risque de me répéter, mais se placent indéniablement loin d’autres marques qui font de réel effort pour satisfaire les besoins de vrais carnivores domestiques.

Si cette rumeur de demande de quota était réelle, je pense sincèrement que cela nuirait aux familles calédoniennes qui reposent sur les croquettes. Affaire à suivre donc.


Références

1 http://ntp.niehs.nih.gov/ntp/roc/twelfth/profiles/ButylatedHydroxyanisole.pdf

2 Park EH, Chang HH, Cha YN. 1990. Induction of hepatic tumors with butylated hydroxyanisole in the selffertilizing hermaphroditic fish Rivulus ocellatus marmoratus. Jpn J Cancer Res 81(8): 738-741.

3 Botterweck AA, Verhagen H, Goldbohm RA, Kleinjans J, van den Brandt PA. 2000. Intake of butylated hydroxyanisole and butylated hydroxytoluene and stomach cancer risk: results from analyses in the Netherlands Cohort Study. Food Chem Toxicol 38(7): 599-605

4 Masui T, Hirose M, Imaida K, Fukushima S, Tamano S, Ito N. 1986. Sequential changes of the forestomach of F344 rats, Syrian golden hamsters, and B6C3F1 mice treated with butylated hydroxyanisole. Jpn J Cancer Res 77(11): 1083-1090.

5 http://scorecard.goodguide.com/chemical-profiles/summary.tcl?edf_substance_id=25013-16-5#ranking

5 Commentaires

  1. Hardy

    Bonjour, pourriez vous me donner votre avis svp, sur les croquettes chien CROUSTI CROC livré par Croq à Dom. Croquette Française, pas cher= 4 000 F les 24 klg.
    Merci de votre réponse.
    Tiphaine

  2. diam28

    Je me demande, quelle marque présente sur le territooire donner à mes chats d’interieur (dont un avec des problemes de rein peut etre créé par lesdites croquettes). Pour le moment on alterne Virbac et Royal canin.

  3. corinne

    bonjour j’ai bien lu avec intêret toutes vos rubriques, bravo pour eveiller les consciences!
    Actuellement je donne à mes chats ANNAMAET et POWER OF NATURE, mais ces dernière etant trés difficiles à trouver, que conseillez vous comme marques? (je donne beacoup de nourriture humide aussi) merci

  4. jean

    Il n’y a aucun doute quant à la véracité de cette demande de protection de marché formulée par Pacific Pet Food. D’ailleurs le dirigeant de cette société était présent hier, Lundi 14.11.16, à une réunion de la CCI afin de défendre sa demande…

  5. Torralba

    Aujourd’hui les croquettes hier les yaourts sans énumérer les autres et la liste est longue …. quand une SARL locale est dans le pétrin le réflexe est de demander l interdiction à l import tellement facile ! mais comment font elles les grandes marques pour que les produits fonctionnent et qu ils se vendent malgré une féroce concurrence ? 1/ de la qualité et de 2/ une bonne gestion cela voudrait dire aussi qu aucune étude de marché n a été faite pour en estimer la viabilité avec en parallèle des marques imports en concurrences direct . Ce qui tend à prouver également que le seul but premier et l intérêt était en final l interdiction complète a l import. Mais on va crier à l emploi local !!! Et les importateurs ils n embauchent pas eux ??? C est en plus pour certains leur fond de commerce premier , mais ça on s en fou … Pitoyable, bienvenu au pays de Staline !! La nouvelle Calédonie se meurt a petit feu et à tout niveau, dommage !il y a tant à faire et tellement de potentiel !.

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.