Se passer de produits laitiers entraîne des déficits au-delà du calcium

produits laitiers Lecerf Berbille Kaplan fractures, ostéoporose calcium protéines et acides gras trans

Le très célèbre et très connu site internet Passeport Santé vient de proposer une « première grande enquête » sur un sujet polémique : le lait. Cette enquête se résume à 4 interviews, deux personnes pour et deux personnes contre. Le choix des invités laisse rêveur, avec la Directrice du département du Cniel qui représente l’industrie laitière, ou Jean-Michel Lecerf, un cumulard de conflits d’intérêt avec l’industrie agroalimentaire.

Le lait est-il bon pour la santé ?

Récemment, de nombreux lecteurs ont eu la chance de découvrir un dossier très intéressant proposé par Passeport Santé sur la consommation de lait.

Ce dossier propose de ce faire un avis sur les qualités du lait grâce à quatre interviews de spécialistes dans le domaine.

La rédaction de Passeport Santé a choisi de contacter deux personnalités favorables à la consommation de lait et deux autres qui ne le sont pas. Ok.

Mais qui sont ces quatre invités ? Et que disent-ils sur le sacro-saint lait ?

Nos quatre invités

Parmi les défenseurs des produits laitiers, nous retrouvons :

  • Jean-Michel Lecerf, désigné en tant que chef du service de nutrition de l’Institut Pasteur de Lille.
  • Marie-Claude Bertière, qui est la Directrice du département du CNIEL mais également Médecin nutritionniste.

Parmi les détracteurs, nous retrouvons :

  • Marion Kaplan, Bio-nutritionniste spécialisée en médecines énergétiques (dont j’ai pu faire un article dernièrement sur son vitaliseur)
  • Hervé Berbille, Ingénieur en agroalimentaire et diplômé en ethno-pharmacologie.

Avant de vous parler plus en détail de nos invités, et de mon sujet favoris – les conflits d’intérêts -, je vais vous présenter le résumé des positions de nos invités sur la consommation de produits laitiers.

Le lait pour moi c’est…

D’après notre premier invité, M. Lecerf, le « lait n’est pas un mauvais aliment ». En gros, selon le chef du service de nutrition, le lait est exceptionnel. Une composition exceptionnelle, avec « la plus grande diversité de micronutriments », mais également des bénéfices santé « exceptionnels ». Le lait lutterait contre le syndrome métabolique, le diabète de type 2, mais également contre l’obésité et même le risque d’infarctus.

Bien entendu, selon notre chercheur, les consommateurs de lait ont moins de risques de fractures que les non consommateurs et les recommandations du PNNS de 3 à 4 produits laitiers par jour seraient impartiales et indépendantes.

Pour notre 2ème défenseur des produits laitiers, Mme Bertière nous dit que « Se passer de produits laitiers entraîne des déficits au-delà du calcium ». Oui j’ai repris cette phrase pour le titre de mon article.

Selon la Directrice du Cniel, l’homme étant omnivore, il doit manger des produits laitiers comme il doit manger des fruits et des légumes. Les produits laitiers apporteraient du calcium indispensable pour le maintien de la masse osseuse et pour baisser le risque de fractures. Les végétaliens auraient un risque de fractures supérieur selon Mme Bertière.

Pour les deux détracteurs, les positions changent bien entendu, et on pourrait les résumer comme suit :

Pour M. Hervé Berbille, la consommation de lait possède un mauvais rapport « bénéfices/risques », autrement dit : beaucoup de risques et peu de bénéfices. Peu de bénéfices car selon lui le lait ne contient aucun nutriment que l’on ne retrouve pas ailleurs, et en particulier chez les végétaux. Le lait contiendrait des nutriments pro-inflammatoires ou problématiques, comme les acides gras trans, des hormones sexuelles et trop de calcium.

Sur ce dernier point, la consommation de lait ou de produits laitiers n’aurait aucune incidence positive sur l’ostéoporose, ce serait même le contraire : les pays qui en consomment le plus souffrent également des taux les plus élevés d’ostéoporose. Finalement, l’index insulinémique du lait est très élevé, un facteur de risque majeur pour le diabète et l’obésité.

Pour Marion Kaplan, le lait n’est absolument pas indispensable. Après sevrage, l’homme ne devrait plus boire de lait, aux alentours de 2-3 ans selon la bio-nutritionniste. Notre spécialiste fait le pont avec le régime paléo, dénonçant le fait que nos ancêtres ont vécu et perduré sans lait.

Mme Kaplan met également en évidence la consommation déséquilibrée des vaches laitières qui se répercute sur la composition du lait avec un excès d’oméga-6 ra rapport aux oméga-3.

Voilà, voilà.

Des positions et des arguments ma foi classique, et qui reviennent régulièrement.

Mais pourquoi Passeport Santé ont-ils choisi d’interviewer Jean-Michel Lecerf et Marie-Claude Bertière pour défendre le lait ?

Omerta sur les conflits d’intérêts

La directrice du Cniel…

Première surprise, et elle est de taille, la rédaction de Passeport Santé a choisi la Directrice du Cniel. Le Cniel pourrait passer pour un centre de nutrition ou un organisme officiel pour certains internautes, mais il n’en est rien.

Le Cniel ou la « Maison du lait » est le Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière. L’industrie laitière, tout simplement. N’oublions pas que le Cniel a pour but de « promouvoir collectivement le lait et les produits laitiers. »

Toujours dans le cadre de leur mission, cette promotion touche bien entendu les consommateurs pour « contribuer au développement des ventes », et pire encore, « anticiper les attaques contre le secteur et y répondre en s’appuyant sur une expertise scientifique incontestable. »

En termes de conflits d’intérêts, j’estime que là, c’est le point Godwin (une version sans « Hitler »).

Je pense qu’l n’y a que l’industrie laitière pour oser faire la comparaison entre les produits laitiers d’un côté et les légumes et les fruits de l’autre, qui seraient tous indispensable pour notre santé.

D’ailleurs l’interview de M. Bertière est contradictoire sur certains points.

En effet Mme Bertière nous dit au début de l’interview qu’une consommation très élevée de lait (600 ml) a été associée avec un risque de mortalité plus élevé chez des Suédoises. Heureusement, Mme Bertière nous dit que les français ne consommeraient en moyenne que 100 ml par jour.

Mais la Directrice du Cniel oubli de nous dire que le PNNS recommande aux français de consommer entre 3 et 4 produits laitiers par jour. A raison de 150 ml par portions, 4 verres de lait correspondent exactement à 600 ml par jour, les chiffres énoncés dans l’étude citée.

Le PNNS ferait-il des recommandations qui pourraient augmenter notre risque de mortalité ? Humm.

Lecerf et l’industrie laitière…

Pour notre deuxième défenseur, Jean-Michel Lecerf, les conflits d’intérêts avec l’industrie laitière ont également été omis.

En réalité, on connait M. Lecerf dans les colonnes du blog, puisque je lui attribuais un article en mars 2014 afin de dénoncer sa proximité avec l’industrie laitière.

Malheureusement, M. Lecerf participe régulièrement aux activités proposées par le Cerin, un sous-marin de l’industrie laitière pour faire la promotion du lait.

2008, 2009, 2010, 2011 ou encore 2014, M. Lecerf possède des liens d’intérêts de longue date et entretenus régulièrement avec l’industrie laitière.

Le chef du service de nutrition de l’Institut Pasteur se prête même au jeu des interviews filmées, dans lesquelles la consommation de lait serait bénéfique pour soigner des maladies. Des interviews réalisées par… le Cerin !

Le Cerin parle même de ce partenariat sur sa page Facebook, décidemment, le choix des invités me laisse toujours dubitatif…

Il n’est donc absolument pas surprenant que le lait soit qualifié d’aliment « exceptionnel » à deux reprises.

Il est aussi intéressant de remarquer l’incroyable naïveté du chercheur face à l’indépendance supposée des organismes publics, comme l’Anses. M. Lecerf, nous dit-il, « qu’il serait choqué d’apprendre que l’Anses soit à la solde des produits laitiers ».

J’ai l’impression que M. Lecerf ignore mes enquêtes sur les déclarations publiques d’intérêts des experts qui composent les groupes de travail dédiés au lait à l’Anses.

Si M. Lecerf les avait lus, il aurait pu remarquer que les groupes de travail, qui changent au grès des nouveaux arrivants, sont majoritairement en situation de conflits d’intérêts avec l’industrie agroalimentaire, et surtout l’industrie laitière !

Bien sûr, les arguments pro-lait avancés par M. Lecerf sur le diabète de type 2, le syndrome métabolique ou la perte de poids reposent sur des preuves scientifiques très limitées et pour la plupart financées par l’industrie laitière elle-même.

Il est par ailleurs étonnant que nos deux défenseurs du lait arguent le risque d’ostéoporose réduit avec une bonne consommation de produits laitiers, alors que l’OMS dans son outil de calcul de risques de fractures ne prend pas en compte la consommation de produits laitiers…

Les détracteurs alors ?

Finalement, M. Berbille et Mme Kaplan sont les seuls sans conflits d’intérêts sur ce sujet. Sur ce seul point de vue, et à la lumière du point Godwin attribué à Mme Bertière, leurs argumentaires prévaut sur ceux des défenseurs.

Le point de vue développé par M. Berbille est d’ailleurs extrêmement clair et percutant.

Les arguments développés reposent vraisemblablement sur des données scientifiques à jour, et à priori indépendantes.

Le lait n’est pas un poison, ni un aliment miracle. Il faut absolument rester raisonnable dans ce débat.

Son éviction d’un régime alimentaire équilibré n’entraînera pas de carences, même au-delà du calcium, comme nous le dit Mme Bertière du Cniel.

Alors cru ou pas, le lait continuera de faire polémique tant les enjeux financiers sont important, les études contradictoires et le lobbyisme toujours présent.

14 Commentaires

  1. BoSS U

    Heureusement que tu es là et que tu veilles.
    Toujours passionnant
    et c’est dingue comme nous pouvons être désinformés
    Merci Jérémy

  2. lasauvage

    la désinformation c’est la force de tout ces lobbies, abrutir les gens pour mieux les manipuler. mal manger… aller chez le médecin … prendre des médocs… ils nous prennent pour des « vaches à lait »!!!

  3. Valérie

    Je suis des formations auprès d’une dame mangeant végé cru depuis 35 ans. Sans aucun produits animal. Sa formule sanguine est parfaitement équilibrée et elle ne manque d’auncun nutriment, ne fait pas d’ostéoporose ect.. Son médecin n’a jamais vu dans sa carrière une formule sanguine aussi belle. Et elle est végé cru. Je crois qu’il faut expérimenter par soi-même. Et depuis que j’ai commencé l’alimentation vivante depuis quelques mois je ne me suis jamais senti aussi bien dans mon corps. De plus j’ai guéris d’un cancer sans avoir recour à la médecine traditionnelle seulement par l’alimentation crue. Faut faire son propre jugement sur soi-même. Si j’avais écouté les médecins qui me disaient devant mon refus de leurs traitements proposés que j’allais mourir et bien si je les avait écouté peut-être que je ne serais pas là pour vous témoigner aujourd’hui! C’est une grosse machine à cash que l’industrie laitière et bien d’autres…

  4. Timothée

    Bonjour Valérie,
    La dame dont tu parles ne serait-elle pas Irène Grosjean ? J’ai vu une interview d’elle sur le site « chou brave » : elle vraiment étonnante et débordante d’énergie à plus de 80 ans !
    Je te souhaite une très bonne santé.

  5. Artys

    Compliqué ce débat sur le lait.
    Certaines enquête de santé qui le défendent ont été faites par les labos de Danone.

    Bref,… la manipulation.

  6. loli

    Le lait ça reste un poison comme le gluten. Et puis comme le dit si bien Marion Kaplan dans sa vidéo, l’industrie agro alimentaire continuera à nous faire du mal.

  7. loli

    Il ya de plus en plus de maladies chroniques allez savoir pourquoi… et puis tout ça pour de l’argent.

  8. loli

    Ok…

  9. Michel

    J’avais une tache noire en plein milieu de la langue. Je suis alle voir un acupuncteur , quand il a vu la tache , il m’a dit que ma rate ne fonctionnait pas bien et m’a conseille d’arreter les produits laitiers de vache et en particulier les fromages . Maintenant je ne mange que des fromages de chevres et ma tache a disparu .
    Dire que l’on a besoin de boire du lait pour le calcium est une aberation . J’ai voyage dans plusieurs pays d’Asie et on peut voir qu’il y a tres peu de gens qui boivent du lait . Ce qui ne les empechent pas de vivre vieux et bien .

    1. J-B

      Oui. Dans la médecine chinoise, la rate, c’est en gros le système digestif. Cette tâche était un signe de détox, ce qui signifie qu’il y avait un travail de détox en cours. Ce n’est pas en soit négatif sauf si le travail ne s’arrête jamais. Si la langue n’est plus chargée, c’est sans doute que le travail est terminé.

      Bien sûr que le lait est difficile à digérer et crée de nombreux déchets dans l’organisme, acidifie le sang et affaiblie l’ensemble de l’organisme et même les os.

      Merci Jérémy, je découvre ton blog et je vais faire plus que le parcourir, même si je suis largement convaincu des idées que tu défends.

  10. Michel

    Une chose est sure , la qualite du lait a diminue ces quarante dernieres annees . J’ai grandi dans la ferme de mes parents , l’hiver , les vaches etaient nourries avec des betteraves , rutas et une sorte de choux (j’ai oublie le nom) et du foin , aussi les vaches n’etaient pas piques avec toute cette multitude de vaccins et d’antibiotiques . Maintenant ces animaux mangent essentiellement des ensilages d’herbes et surtout de maïs OGM ainsi que des aliments secs a bases de soja OGM . la consequence de ces aliments fermentes est que le foie de ces animaux est atteint de cirrhose . Avant les vaches etaient productives jusqu’a l’age de 10 a 12 ans , maintenant c’est rareque ces animaux depassent l’age des 8ans .
    Quitte a boire du lait , il faut prendre du bio.

  11. Marion

    Je me suis toujours considérée chanceuse d’éviter instinctivement le lait depuis mon enfance, je n’ai jamais réussi à le digérer… Il est incroyable de voir comme les industries agro-alimentaire veulent nous faire avaler n’importe quoi juste pour le fric

  12. Ghizlaine

    Je m’estime chanceuse à ne pas aimer ni le lait , ni la vache qui rit ni les yaourts. Je mange environ 1 produit contenant du lait par semaine (crème liquide pour les gratins) ou un yaourt à boire à la fraise ou bien le fromage dans une pizza .. , mais jamais de lait directement, je n’aime pas ça, je n’en bois plus depuis que j’avais 5 ans je crois et je me porte à merveille, j’ai des os très solides, et je n’ai jamais eu de fractures ou autres.
    Le seul aliment que j’aime est le gruyère et encore j’en prends un bout chaque 2 semaines voir 3.
    Les gens ne sont pas malheureusement pas encore conscient des dangers du lait, et de beaucoup d’autres produits sur le marché d’ailleurs !

  13. David

    le problème majeur et à plusieurs niveaux, c’est que les gens pensent que les autres travaillent pour leur bien, dans leur intérêt. Alors que l’ensemble travaille pour l’argent, et son donc prêts à vendre n’importe quoi!

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.