biere-surpoids-ivresse-cancer-diabetes

L’homme et la bière, une vieille histoire d’amour

La bière aurait été découverte il y a très longtemps, même très longtemps selon un article de wikipédia qui date cette découverte en -8 000. On peut bondir 2 000 ans plus tard pour obtenir une preuve plus formelle (qu’une simple hypothèse) de l’existence de la bière en Sumer ou Mésopotamie.

Comme vous ne le savez pas, la bière est faite principalement d’eau, (hé oui, on urine beaucoup au bar !) jusqu’à 92 % pour les bières ordinaires, avec des quantités pratiquement égales de sucre et d’alcool (environ 4 à 5 %).

D’un point de vue énergétique, la bière contient près de 90 % de glucides (environ 4 g) et tout le reste pour nos chères protéines (moins d’1 g). Ce précieux breuvage contient également du malt, du houblon (avec notamment deux acides : isohumulone et lupulone important pour la suite).

Autant que ce soit clair, la bière n’apporte aucune vitamine et aucuns minéraux intéressant pour l’organisme et ce n’est pas vraiment pour ça qu’on en boit !

D’ailleurs, c’est plutôt pour son côté « apéritif », « festif », « détente » ou « désinhibition » que la bière, la pression ou le « demi » est apprécié, avec ou sans les amis.

Oui d’accord, mais qu’en est-il des dangers à cause d’une intoxication alcoolique ? Certains me répondront…

C’est toujours l’excès qui est dangereux…

Et vous aurez raison ! Le vin, le pastis, la vodka, les shooter et les pintes de bières ne sont dangereuses pour la santé qu’à partir d’une consommation excessive.

C’est exactement ce que nous dit Catherine Fournier, journaliste à FranceTV Info, dans un article qui prend la forme d’un paragraphe très explicite :

La bière est bonne contre le cancer, le diabète et même le surpoids.

Selon Catherine, des chercheurs de l’université de Washington ont réussi a prouver les effets bénéfiques de l’isohumolone (l’acide de l’amertume) sur les risques de diabètes, de certaines formes de cancers et même sur le surpoids.

Heureusement pour vous, j’ai pu accéder à cette étude (PDF*) écrite par 4 personnes :

  • Jan Urban
  • Clinton J. Dahlberg
  • Brian J. Carroll
  • Werner Kaminsky

Parmi ces 4 personnes, seul M. Kaminsky est chercheur à l’université de Washington (ça fait déjà une erreur), tandis que M. Urban, Dahlberg et Carroll travaillent chez KinDex Therapeutics. Pour faire simple, cette entreprise créée et vend des molécules sur le marché de la santé, et ce genre de publication est l’argument commercial idéal pour vendre un produit miracle.

L’étude a bien évidemment été entièrement financée par KinDex Therapeutics et les auteurs remercient 3 autres personnes pour leurs conseils et leurs supervisions:

The authors would also like to thank J. Bland, M. Tripp, and N. Grayson for their advice and guidance.

M. Bland, Tripp et Grayson sont respectivement directeur général, directeur adjoint de la recherche et vice-président du développement des médicaments de KinDex Therapeutics (on se renvoie la balle longtemps ?). Aïe. Moi, j’ai comme l’impression que c’est moche tout ça.

Pour continuer dans ce sens, j’adresse mon 2èmecarton jaune à la journaliste, car ce ne sont pas ces 4 personnes qui ont prouvé les soit disant bienfaits de la bière, mais plutôt une flopée d’autres réparties sur 11 publications différentes.

Claims that beer and the bittering acids found in beer are beneficial when consumed in moderation have accumulated over time, including positive effects on diabetes,[14–16] forms of cancer,[17–20] and inflammation,[21] and even linking reduced iso-a-acid derivatives to weight loss.[22–24].

Ok, j’ai réussi à me procurer et à lire ces 11 études et voici ce qu’il en résulte.

Ils sont forts ces japonais !

7 études sur l’effet de la bière sur le cancer, le diabète et la perte de poids ont été réalisées, écrites et financées par l’industrie de la bière japonaise, j’ai nommé Kirin Brewery Co., Ltd. Oui, oui, c’est bien le site où l’on voit des japonaises en train de trinquer avec une bonne bière fraîche à la main et le sourire jusqu’aux oreilles !

Je ne citerai à titre d’exemple qu’une seule étude publiée en 2009 qui vante les mérites de la bière pour perdre du poids. Cette étude a été écrite par 5 chercheurs (Obara, Mizutani, Hitomi, Yajima, Kondo) tous issus de la compagnie de brasseurs japonais et financée bien entendu par cette même compagnie (dans le genre conflit d’intérêt, on peut rarement faire mieux).

Sur les 4 études restantes, 1 étude publiée par des néerlandais prouve un effet bénéfique d’une consommation modérée d’alcool sur la sensibilité à l’insuline, donc du diabète de type 2. Les auteurs mentionnent le support financier de la…

Dutch Foundation for Alcohol Research

On apprend en naviguant un peu que cette fondation regroupe tous les brasseurs professionnels néerlandais ainsi que tous les revendeurs de spiritueux et de vins. Ok, un point en moins.

1 seule étude ne présente aucun conflit d’intérêt ce qui nous reste 2 dernières études entièrement financées par Metagenics, Inc.

Le directeur de Metagenics est M. Bland, le vice-président de la recherche et du développement est M. Tripp, le directeur de la recherche d’information est M. Liska et le directeur des sciences appliquées est M. Darland.

Je vous rappelle  que M. Bland, Tripp et Darland sont également dans le comité directeur de KinDex Therapeutics (à l’origine de l’article de Catherine !). On continue cette partie de tennis ?

Ces deux études sont donc une espèce de comble dans cette folle aventure du conflit d’intérêt, et du jeu des études-scientifiques-qui-disent-que-c’est-bon-la-bière-parceque-c’est-moi-qui-fait-la-bière.

Bref, c’est sans surprise que je donne un énorme carton rouge à Mme. Fournier pour la faiblesse de son analyse, de ses recherches et les potentiels dangers d’écrire un tel article.

Sans plus attendre, les dangers d’une consommation excessive d’alcools.

Quand l’alcool tue

Au lieu d’imaginer une nouvelle molécule à base d’isohumulone ou de prupolonuone imprononçable, il est bon de vous rappeler que l’excès d’alcool est impliqué dans plus de la moitié des accidents de la route.

La bière possède un index glycémique de 110, oui supérieur au glucose pur (la référence pourtant) et participe largement à endommager le foie, le coeur, ou un malheureux foetus pendant une grossesse.

La bière est également impliquée dans un risque accru de cancer du sein, colorectal, et des cancers oraux.

Pour finir sur une note plus joyeuse, le ventre à bière n’est pas un mythe. La bière est bien souvent consommée seule, en grande quantité avec des petits apéritifs peu séduisants (cacahuètes grillés et salés) ce qui conforte une prise de gras viscéral et corporel au niveau du ventre.


Références

* Jan Urban, Clinton J. Dahlberg, Brian J. Carroll, and Werner Kaminsky. 2013. Absolute Configuration of Beer’s Bitter Compounds. Angew. Chem.

[14] H. Yajima, E. Ikeshima, M. Shiraki, T. Kanaya, D. Fuijiwara, H. Odai, N. Tsuboyama-Kasaoka, O. Ezaki, S. Oikawa, K. Kondo, J. Biol. Chem. 2004, 279, 33456 – 33462. (PDF)

[15] H. Nozawa, W. Nakao, J. Takata, S. Arimoto-Kobayashi, K. Kondo, Cancer Lett. 2006, 235, 121 – 129. (PDF)

[16] A. Sierksma, H. Patel, N. Ouchi, S. Kihara, T. Funahashi, R. J. Heine, D. E. Grobbee, C. Kluft, H. F. J. Hendriks, Diabetes Care 2004, 27, 184 – 189. (PDF)

[17] E. Tyrrell, R. Archer, G. A. Skinner, K. Singh, K. Colston, C. Driver, Phytochem. Lett. 2010, 3, 17 – 23. (PDF)

[18] H. Nozawa, K. Tazumi, K. Sato, A. Yoshida, J. Takata, S. Arimoto-Kobayashi, K. Kondo, Mutat. Res. 2004, 559, 177 – 187. (PDF)

[19] H. Nozawa, A. Yoshida, O. Tajima, M. Katayama, H. Sonobe, K. Wakabayashi, K. Kondo, Int. J. Cancer 2004, 108, 404 – 411. (PDF)

[20] H. Nozawa, W. Nakao, F. Zhao, K. Kondo, Mol. Nutr. Food Res. 2005, 49, 772 – 778. (PDF)

[21] A. Desai, V. R. Konda, G. Darland, M. Austin, K. S. Prabhu, J. S. Bland, B. J. Carroll, M. L. Tripp, Inflammation Res. 2009, 58, 229 – 234.

[22] A. Everard, L. Geurts,M. Van Roye, N. M. Delzenne, P. D. Cani, PLoS ONE 2012, 7, e33858. (PDF)

[23] H. Yajima, T. Noguchi, E. Ikeshima, M. Shiraki, T. Kanaya, N. Tsuboyama-Kasaoka, O. Ezaki, S. Oikawa, K. Kondo, Int. J. Obes. 2005, 29, 991 – 997. (PDF)

[24] K. Obara, M. Mizutani, Y. Hitomi, H. Yajima, K. Kondo, Clin. Nutr. 2009, 28, 278 – 284. (PDF)

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

26 commentaires
  1. Quand je verrais un super buveur de bière être un sportif de haut niveau, ou un sportif pour lui même, peut être seulement je commencerai a me dire que la bière peu avoir un effet très positif sur la santé… a partir de là je me poserai des questions sur l’effet de la fermentation de la bière dans le ventre… et si le bonhomme à un du bidon et bien le débat peut peut être être lancé… :)

  2. salut,

    Comment peux tu dire que une bière contient 90% de glucide?
    je pense que j’ai du mal comprendre..
    si je prends l’analyse nutritionnel d’une bière fournis ici par l’agence national de sécurité sanitaire:
    http://www.irbms.com/la-biere-est-elle-une-boisson-pour-les-sportifs

    on peut lire que cela monte à 11g de glucide sur 250g de bière …

    Normale puisque les levures,qui fournissent l’alcool, et le CO2 se nourrissent du sucre fermentescible (amidon découpé par les enzymes des céréales germés en maltose et autres sucres simple) pour en extraire l’oxygène et survivre en milieu anaérobic) puis qu’on ajoute à l’eau (plus les céréales germé et séché, dit le malt et l’infusion de la fleur houblon pour l’amertume) .
    Donc si je calcule bien 4, 4 % de glucide…(que les brasseurs rajoute à nouveau, en petite quantités à l’embouteillage pour redonner du gaz dissous, puisque les levures ont pas mal transformé).

    la bière c’est à peu prés 94% d’eau…certes il y a de l’alcool ( qui à besoin d’eau pour se faire éliminer par le corps) mais la quantité d’alcool est trop faible et bien prise en charge par notre foie, par rapport à la quantité d’eau utilisé et celle présente dans une bière de 250ml par ex, le corps n’élimine pas plus d’eau que ce qu’il en reçois au final.
    Sauf, bien entendu, au dessus de 2 bières…
    c’est comme le vin , 2 verres par jour ça protège cardiovaculairement au dessus ç’est le contraire…
    pour les vitamines c’est du groupe B bien sur à cause des levures si bière non filtré,mais la quantité n’est pas extra ordinaire.

    Quant au minéraux tout dépend de l’eau utilisé mais dans tout les cas ça sera pas utilisé par le corps ,comme toute la manipulation sur les eaux minérales, les gens comprennent pas que les minéraux de l’eau ne sont que tréééés peu bio disponible l’eau est bonne pour ce qu’elle draine pas pour ce qu’elle apport, le corps ce fait chié à épurer l’eau pour la rendre disponible pour nettoyer les cellules du corps, la preuve l’hépare haute en Mg donne la chiasse par osmose en attirant l’eau du corps (faible en Mg) dans le colon..bref…
    détends toi jérém, regarde tes belles buttes de permaculture donner tes fruits et légumes avec une bonne binouse de temps en temps..ca va pas te tuer :)

    Enfin, pour l’indice glycémique, la bière c’est 70 , du au type de sucre contenu dedans et encore tout dépend de la bière! de plus le sucre représentant que 5 % c’est pas une ou deux bière qui vont te faire péter le score…
    tu m’avais habituer a mieux lol…par contre pour les conflits d’intérêt de la nana y a pas de souci pour moi…;)

    1. @ Tom: L’histoire des 90%, c’est le rapport énergétique entre les lipides, glucides et protéines ! 90% des apports énergétiques d’une bière proviennent des glucides. C’est une manière de voir les choses dirons-nous.

      Et ne t’inquiète pas, une bière fraîche devant mes buttes, c’est fait et refait…

      1. qu’il est malin ce bon jérém! ok je comprends mieux ta vision…
        Je t’en souhaite encore et encore des bonnes bières ( il doit y avoir mieux que la number one ou la manta) devant tes belles buttes!

Commentaires désactivés.

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.