psoriasis-shampoings-cheveu-huiles-essentielles

Un coup de blues puis des plaques rouges

Je n’oublierais jamais cette visite chez ma dermatologue en Nouvelle-Calédonie, ce jour où j’ai appris que j’avais un psoriasis, une maladie du cuir chevelu, et pour la vie.

Avant de continuer cette histoire chez ma dermato, petit flash-back, pour mieux comprendre le pourquoi du comment.

A la fin de ma licence en science de la vie en Calédonie, je me suis expatrié en France pour poursuivre dans cette voie universitaire, avec un master en écologie et biologie des populations, à Angers pour les plus curieux.

Bref, ce ne sont pas mes études le plus important dans cette histoire. Mais c’est plutôt à travers ce parcours universitaire, que j’ai changé du jour au lendemain de climat, avec la découverte des 4 saisons, des températures négatives, du froid de canard, du soleil qui ne chauffe pas et des hivers, parfois très grisâtres de la Bretagne.

C’est bien à ce moment-là, en France, que je découvre avec grande joie une nouvelle emmerde qui devient un peu trop régulière à mon goût : des irritations, des plaques rouges et des pellicules en permanence. L’horreur.

Ca dure et ça dure, jusqu’au jour où je rentre en vacance chez moi en Calédonie, et que je décide enfin de visiter ma dermatologue, et de découvrir ce que j’ai : le fameux psoriasis. Maintenant c’est plus clair pour vous.

Je suis donc avec elle, en train de lui parler de ces fameuses plaques rouges ignobles, désagréables, des pellicules et du caractère très chiant de ce truc.

Le diagnostic tombe rapidement, le mot psoriasis est lâché, et ma dermatologue m’explique avec beaucoup de finesse et d’humour que mes cheveux, et plus particulièrement mon cuir chevelu, a vécu un vrai « coup de blues » durant mon voyage en France.

Probablement le climat sec et froid, mais surtout le manque d’ensoleillement du crâne, avec une tignasse un poil trop imposante.

Bien entendu, je sors du cabinet avec une ordonnance bien remplie. Allez hop, je traverse la route direction la pharmacie, pour récupérer mes produits miracles : un produit sur puissant à utiliser contre les plaques rouges (j’ai oublié le nom exact) ainsi que deux shampoings spéciaux, que l’on ne trouve qu’en pharmacie (et qui devraient peupler ma salle de bain en permanence dorénavant).

Pour être complet, j’avais un shampoing nommé « T Gel » à n’utiliser qu’une fois par semaine au maximum, et un shampoing extra doux à utiliser quotidiennement.

C’est quoi un psoriasis, simplement

Le psoriasis est une banale inflammation de la peau, qui peut toucher le cuir chevelu (le plus fréquent), les mains, les coudes, les aisselles ou même les ongles.

La fiche technique du psoriasis de Passeport Santé est plutôt bien faite à ce sujet. Donc en gros, vos cellules de la peau déconnent gravement : elles se multiplient trop rapidement, 6 fois plus rapidement que des cellules normales.

Du coup, les cellules s’accumulent, elles forment des croûtes et desquament (ce sont les fameuses « pellicules »). Toujours selon cet article, moins de 5% de la population seraient touché par cette maladie inflammatoire.

Je trouve ce chiffre étonnamment bas pour connaître un paquet de contaminés comme moi, et mes doutes ont été quelque peu confirmés par une amie coiffeuse, qui m’atteste que ce chiffre doit être sous-estimé notamment à cause des nombreux cas qui s’ignorent (et qui ne consulteront jamais) !

Des traitements certes efficaces mais un psoriasis toujours présent

Maintenant on revient à nos moutons, ou à nos pellicules plutôt.

Alors je dois dire que le traitement dermatologique à appliquer sur les plaques rouges fonctionnait plutôt bien. Pour ma part, la douleur était rapidement calmée, et les plaques « séchaient » rapidement.

Ce traitement me dérangeait dans la mesure où il signifiait pour moi l’échec de mes shampoings réguliers et spéciaux… Pourquoi se psoriasis était toujours là !?

Je crois que personnellement, ce psoriasis était le plus infernal à vivre durant mes entraînements de boxe en France, où le mélange de sueur et d’agressions répétées sur le crâne m’accablaient de plaques rouges loin sur mon front !

J’ai même déjà eu la remarque d’un partenaire qui me disait que j’avais d’énorme plaques rouges sur le front, et je ne me souviens plus quel bobard j’ai raconté.

Il était impossible pour moi de me rincer les cheveux sans faire de shampoing. Si j’avais le malheur de me rincer les cheveux uniquement, alors les irritations apparaissent dans l’heure qui suit, et aussi les horribles démangeaisons.

Pour résumer, malgré les nombreux conseils des coiffeurs que je visitais régulièrement, les traitements de ma dermatologue, ce maudit psoriasis était toujours là, à guetter le moindre écart « hygiénique » de ma personne.

Mais voilà, j’ai quand même réussi au bout du compte à battre cette foutue inflammation. Je n’ai pas suivi de protocole particuliers contre le psoriasis, mais mon expérience pourrait en aider plus d’un, j’espère !

Vaincre son psoriasis sans traitement

L’histoire remonte à moins d’un an il me semble quand je découvre l’incroyable expérience d’Antigone, intitulé « Le jour où j’ai arrêté de me laver les cheveux ».

Dans cet article, Antigone nous raconte pourquoi elle a choisi d’arrêter d’utiliser des shampoings industriels, avec tous les risques que cela comporte, comment se porte ses cheveux et son cuir chevelu, et donne même des recettes de cuisine pour faire son shampoing maison.

L’article m’interpelle. Je me lave moi-même les cheveux régulièrement, trop régulièrement à mon goût, et je suis d’accord avec les arguments d’Antigone sur la qualité, plus que douteuse, des shampoings, et sur les impacts sur notre santé et notre environnement.

Je me suis donc lancé secrètement à la mode du « no poo » (pour « non au shampoing ») pour voir les effets, et pourquoi pas, observer une amélioration de mon psoriasis.

Les résultats sont simplement extraordinaires.

Cela fait maintenant depuis un sacré bout de temps que je n’ai pas mis une seule goutte de shampoing dans mes cheveux, et je dois dire que mon cuir chevelu et mes cheveux n’ont jamais été en aussi excellente santé, si j’ose dire.

C’est devenu un plaisir de sentir au toucher une crinière vigoureuse, qui ne m’irrite que très rarement, avec comme cerise sur le gâteau, un psoriasis qui n’apparaît plus ou si peu.

C’est bien le résultat le plus impressionnant de ce « no poo » auquel je ne pensais pas au début de l’aventure.

Pour être complet, j’utilise aussi, épisodiquement, des traitements naturels qui fonctionnent sur moi, aussi bien pour entretenir mon cuir chevelu que pour lutter contre les inflammations du psoriasis (quand il pointe le bout de son nez).

Alors voici pour vous ma routine « capillaire » :

De temps en temps, peut-être une fois par semaine ou quand j’en ressens le besoin, je me « lave » les cheveux et le cuir chevelu avec du bicarbonate de soude mélangé dans un verre d’eau.

C’est le seul traitement préventif que je fais sur ma tête.

Systématiquement après ce « lavage », je m’enduis d’un mélange d’huiles essentielles et d’huile végétale pour apaiser et hydrater mon cuir chevelu. J’utilise personnellement un mélange d’Ylang-Ylang et de Gaulthérie dans de l’huile d’argan.

L’Ylang-Ylang est l’huile essentielle pour le traitement des cheveux malades, ou pour l’entretien, et la Gaulthérie calme très bien les inflammations et les irritations.

Bien entendu, dès que je sens que mon cuir chevelu déconne, et commence à chauffer et à gratter, je me fais le même petit mélange que je vous ai présenté et je l’applique sur mon crâne.

Conclusions et limites

Alors bien sûr je vous raconte mon histoire, mes astuces et mon expérience sur un psoriasis du cuir chevelu. Je ne sais absolument pas si ma dermatologue approuverait mes traitements, peut-être que oui, et je ne sais absolument pas si cela fonctionnera avec vous.

Ceci étant dit, il est quand même intéressant de se poser la question de l’utilité de ces shampoings industriels sur la réelle santé de nos têtes !

Psoriasi ou non, d’ailleurs Antigone n’en parle pas du tout dans son article, je conseille à tout le monde de tenter l’expérience du « no poo » et d’observer par vous-même comment évolue votre cuir chevelu.

Les pointes sont-elles moins ou plus grasses ? Moins d’irritation ? Des cheveux plus brillants, moins cassants ?

Moi je me suis surtout intéressé aux irritations et à la qualité générale du cheveu qui est selon moi bien meilleure qu’avant !

Alors n’hésitez pas à vous lancer et nous en parler sur cet article ! D’ailleurs qui fait déjà le « no poo » et qu’en retirez-vous ?

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

97 commentaires
  1. Bonjour,

    Ne peut-on pas appliquer le mélange huile d’argan/Huiles Esentielles AVANT le champoing au bica/vinaigre, de telle sorte à ce que les cheveux ne graissent pas ? Je n’ai pas encore essayé, mais j’imagine que ça doit être un problème non ?

    Cordialement

  2. Bonjour à tous, j’ai 20 ans et j’ai du psoriasis depuis ma naissance par période, ça vient ça part, j’ai tout essayé.
    Au départ, cortisone, crème plus ou moins forte, devobet, ça marche jusqu’à un certain moment, lorsque mon corps s’y habitue.
    Il y a deux ans j’ai fais des séances d’UV dans un hôpital spécialisé en dermatologie, j’y ai rencontré un dermatologue spécialisé dans le pso qui m’a conseillé de faire des UV pour ma forme de pso qui est en goutte (étalé sur l’ensemble du corps).
    Ca a très bien marché, tout a disparu jusqu’à ce que revienne depuis quelques jours.
    On m’a toujours dis que le facteur principal était psychologique, c’est pourquoi je suis étonné de voir à quel point notre régime alimentaire peut y jouer.
    Je souhaiterai savoir si certain d’entre vous ont parfois de légère crise ou si cela abouti toujours à de grande crise ?
    Je suis au début d’une crise, je n’ai que quelques boutons mais je me dis que peut etre en changeant radicalement de mode de vie cela peut freiner la crise voir l’arrêter….

    1. Bonjour,
      Depuis mon dernier post sur ce site, j’ai aussi constaté que l’alimentation avait un grand rôle, pour moi le pso est sensible aux sucres – rapides et lents- en 6h environ après en avoir mangé. Le facteur stress n’est pas négligeable dans cette réaction, c’est sur.
      Un remède trouvé un peu par hasard, conseille au préalable pour des problèmes digestifs: cataplasmes d’argile , et argile par voie interne. La plaque de pso disparait petit à petit, et mon ongle retrouve un air plus normal….

  3. Bonjour,

    j’ai 30 ans et du psoriasis au niveau du cuir chevelu et c’est avec surprise que je découvre la méthode « no poo »
    Je suis passé comme vous tous par différents chemins pour tenter d’en venir à bout,head and shoulder, huile d’amande douce, ou d’argan le goudron (pitié la catastrophe ), et sans oublier notre super ami traitement à la cortisone que le dermato va systématiquement nous prescrire avec un effet négatif à long terme. Donc j’ai dit stop j’ai fait attention à mon alimentation car elle joue un rôle quand même essentiel,
    Un jour mon médecin m’a parlé d’un shampoing naturel qui s’est averé efficace sur certains de ces patients. Il est à base d’huile de carapa procera je me suis dit pourquoi pas ? Une huile peu connue et je n’en avais jamais entendu parler qui a des propriétés anti-inflammatoire et cicatrisante entre autre.
    J’utilise ce shampoing depuis 1 semaine et honnêtement je revis je me gratte moins et ça c’est déjà du bonheur car se gratter jusqu’à saigner merci à suivre biensur .
    Le shampoing est concentré donc pas besoin d’en mettre des tonnes.
    Par contre la méthode no poo me parait intéressante et surtout moins couteuse. Et l’huile de d’Ylang-Ylang je ne connais pas trop peux-t-on m’éclairer ?

  4. Bonjour,
    Si on utilise la méthode no poo on aura les cheveux gras non ?
    Et faudrait que je me rase le crane pour avoir moins de psoriasis (je suis un homme)

  5. Bonjour à tous! Le psoriasis est en effet lié à l’alimentation car directement lié au système immunitaire! Dans mon cas j’ai du arrêter le lactose mais ça peut aussi être d’autres aliments (ou conservateurs, pesticides…..). Malgré le faite d’avoir réussi à me débarrasser au quotidien des “croutes”, lorsque je traverse une periode de stresse, fatigue, malbouffe …. les plaques et les démangeaisons reviennent. J’ai testé tous les produits disponible dans le commerce et en pharmacie et j’ai découvert un shampoing miracle: Shampoing Antipelliculaire – Gingembre de The Body Shop (A base d’écorce de bouleau, de saule blanc, de mousse de chêne, de miel issu du Commerce Equitable et de panthénol). Comme ça si vous cherchez encore un remède, tentez votre chance !!

  6. coucou, je voulais juste faire une petite parenthèse, car au début, lorqu’une plaque rouge à apparu sur mon cuir chevelur, JE PANIQUAIS, ensuite je suis aller me renseigner puis j’ai remarqué que le psoriasis et l’éczema (jai oublier le reste du mot) sont presque pareilles , mais l’eczéma ne sort qu’a cause du stress, lorqu’on est émotionnelle, etc. Donc rensigner vous sur leczema peut etre que vous aviez seulementde leczema qui est facile a guerir!!

  7. Help…

    Bonjour,

    Atteinte d’arthrite psoriasique depuis 10 ans, j’ai réussi à vaincre mes douleurs articulaires en éliminant le gluten, le lait et les oeufs de mon alimentation. Ce régime m’a également permis de ne plus souffrir de rétention d’eau, de rhinite chronique, de migraine, de ballonnement et de douleurs intestinales.
    Par contre, niveau psoriasis, aucune influence… Ca devient vraiment difficile à gérer…
    Je ne suis pas du genre “calme” donc évidemment, ça n’aide pas.

    Je vais tenter vos “recettes magiques”… Wait&see !

  8. moi aussi j’ai cete sale bete il y a un moi que j’ai vu cela mon medcib me donner du diprosone
    c’est pire je me suis faire couper les cheveux à rat j’ai la tete en sang c’est le stress
    je vais me faire operre de l’epaule plus encore et encore
    j’arrette tout ces shampoings et on verra bien
    thierry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie.