Copyright 2012 - 2018 Dur à Avaler

Dur à Avaler est un blog d'information sur la santé, la nutrition, l'univers du médicament et les conflits d'intérêts. Le blog est entièrement sans publicité pour faciliter la lecture des articles. Les articles sont le résultat d'une recherche scientifique minutieuse pour apporter des conseils et lancer des débats constructifs. Les article sont rédigés par Jérémy Anso, docteur en biologie et des auteurs invités pour des sujets particuliers. Le blog n'a pas vocation à remplacer le lien entre un patient et son professionnel de santé, mais bien de le renforcer par la confiance, la lecture critique des évidences scientifiques et le rendre plus transparent.

Le jeûne intermittent est une pratique qui gagne à être connue. Elle bénéficie de nombreuses études scientifiques. Je vous propose de découvrir ma première expérience de jeûne intermittent. Un récit pour vous inspirer et vous aider à franchir le pas. N’oubliez jamais d’écouter votre corps.

La découverte d’une méthode

Il y a 4 mois, je n’avais aucune idée de ce qu’était le jeûne intermittent. Comme tout le monde, j’ai entendu parler du jeûne sous la forme d’une cure thérapeutique qui peut durer jusqu’à 1 semaine (voire plus).

J’ai également pu voir des reportages à la télévision, où des centres thérapeutiques accueillaient des personnes en surpoids, malades ou tout simplement mal dans leur peau. Durant le séjour, ces personnes ne devaient rien manger, seulement boire de l’eau et des bouillons de légumes.

Au final, ce jeûne purifie l’organisme, physiologiquement par un processus de détoxification, mais également psychiquement.

Ce jeûne bien encadré propose des longues marches et ballades pendant des heures (5 heures parfois). Ces ballades sont accompagnées d’expériences dites « spirituelles », les jeûneurs sont invités à réaliser une introspection pendant leur séjour.

Ce n’est que plus tard, bien plus tard, que j’ai découvert qu’il n’existait pas qu’un seul type de jeûne mais une multitude.

J’ai appris l’existence d’une forme particulière de jeûne par Damien sur son site Raccourci-minimaliste. Le jeûne intermittent.

Découvrez ici le Top 7 des attaques les plus bidon contre le jeûne avec le risque de mourir de faim, les attaques religieuses ou sectaires…

Bref, un article haut en couleur pour donner quelques arguments contre les non-arguments !

Les multiples facettes du jeûne intermittent

Sur son blog (Raccourci-minimaliste), Damien relève le défi de jeûner par intermittence pendant 6 mois, 19 heures par jour, 7 jours sur 7 ! Une méthode dénommée « Fast-5 ».Sous le choc, je découvre naïvement que le jeûne, et en particulier le jeûne intermittent, est une méthode très bénéfique pour la santé.

Fort d’une énorme base de données disponible à l’IRD, j’ai commencé des recherches sur ce sujet. Je me suis rendu compte d’une part que la médecine connaissait très bien le jeûne intermittent (et la restriction calorique). D’autre part, les études scientifiques abondent dans ce domaine !

Protections cardiovasculaires, résistances aux inflammations, protections contre les maladies neuro-dégénératives (Parkinson, Huntington, ou Alzheimer), perte de poids, sensibilité des cellules accrues à l’insuline, protections contre le vieillissement et espérance de vie augmentée…Je découvre une méthode qui semble « miraculeuse » pour la santé.

Après des heures, des jours de recherches, j’ai accumulé une quinzaine de références majeures sur le jeûne intermittent et la restriction calorique. Au total, j’ai accumulé près d’une centaine de références générales sur le jeûne intermittent (intermittent fasting en anglais).

Le début de mon expérience

Damien m’a bien volontiers donné des références en la matière sur internet. J’ai découvert un auteur pratiquant une forme particulière de jeûne intermittent : le 16 :8. Explication : cette forme de jeûne intermittent consiste à jeûner pendant 16h et manger durant les 8 restantes.

J’ai lu des articles, des commentaires, j’ai écouté des récits de jeûneurs. Tous convergeaient vers une addiction de ce mode de vie.

Qu’avais-je à perdre en essayant ?

Le 20 février de cette année, j’ai décidé de commencer mon jeûne intermittent 16 heures par jour, toute la semaine.

Les 3 premiers jours

Un mélange d’excitation et de peur commençait à se faire sentir. L’excitation de démarrer une expérience plutôt hors norme mais la peur inconsciente de manquer de nourriture, voire même de mourir de faim.

Armé d’une bouteille d’eau et d’une solide motivation, je me suis lancé dans une course contre la faim. Les 3 premiers jours étaient grossièrement semblables : 2 litres d’eau bus tous les matins, au moins 7 aller-retour aux toilettes, et un ventre, étrangement, tolérant et silencieux.

Au cours de ces 3 premiers jours, je n’ai jamais ressenti les foudres de mon estomac, gargouillant, criant et m’implorant de lui donner de quoi travailler ! Une paix incroyable régnait dans mon corps.

Un point notable ceci dit, la demi-heure avant de briser le jeûne est la plus délicate à vivre, celle qui demande le plus de discipline pour respecter ses horaires.

Jeûner devrait être recommandé par les autorités de santé. Une étude scientifique rigoureuse démontre ce que nous savons depuis un moment… les fameux trois repas par jour sont des réponses sociétales et non physiologiques. Des chercheurs internationaux remettent cette pratique en question… pour notre santé

Ma fenêtre personnelle

Au cours de mes lectures sur le jeûne intermittent, j’ai appris que l’on pouvait choisir quand jeûner et quand manger. Même si chacun est libre de choisir sa fenêtre, les fenêtres typiques conseillaient de jeûner durant la nuit et la matinée. La prise alimentaire se réalise en début d’après-midi jusqu’au coucher.

Les nombreux retours d’expériences des jeûneurs certifiaient l’efficacité de cette fenêtre dans le succès du jeûne intermittent (en 16 :8). J’arrêtais donc de manger à 22h le soir, pour briser mon jeûne à 14h le lendemain.

Première semaine et première difficulté

Il n’aura pas fallu plus d’une semaine pour me rendre compte de la difficulté d’appliquer au quotidien ce rythme. Non pas à cause d’un manque de discipline ou de volonté, mais à cause des autres.

Le premier week-end arrive avec les repas de famille, les apéros à 11h et j’en passe. J’encaisse mes premières entorses au jeûne. J’essayais de limiter la casse en mangeant le plus tard possible, mais ma résistance ne durait pas longtemps.

Je ne pouvais plus manger le matin, c’était un fait. Nous avions pris l’habitude avec ma petite-amie de manger de délicieux et copieux petits déjeuners. L’arrêt de ma prise alimentaire le matin, signifiait évidemment la fin des petits déjeuners de prince, et ma compagne me le faisait savoir de temps en temps :

“Alors on ne pourra plus prendre de petit déjeuner ensemble ?”

Il était bien difficile de répondre. Je prenais de plus en plus goût au jeûne mais cela ne devait rester qu’une « expérience ». J’avais donc décidé de faire des « switch » de plages horaires ou de renverser mon jeûne intermittent.

Dorénavant, j’allais donc manger dès le réveil pendant 8 heures, au maximum. Vers 16h, je cessais toute prise calorique jusqu’au réveil. En pratique, cela m’arrangeait. Je suis plutôt nocturne et éviter le repas du soir, la cuisine, la digestion, et la vaisselle était pour moi un gain de temps non négligeable pour lire, travailler, ou faire du sport.

Cela faisait 3 semaines que je jeûnais avec succès. Pourtant, il n’a pas fallu 3 jours pour abandonner purement et simplement ce nouveau rythme. Pourquoi ? Vers 17h à peine, la faim me tiraillait déjà. Jamais je n’avais entendu mon ventre se plaindre autant auparavant. Aux alentours de 18-19h, les effluves des cuisines, des boulangeries et des restaurants me torturaient l’esprit et le ventre.

Finalement, et pour m’achever, les repas du soir de mes amis, de ma bien-aimée étaient la goutte de trop. Je devais me coucher le ventre vide, la faim au corps.

Résultat des courses ? J’ai bien eu la preuve de l’efficacité de la première fenêtre dans le succès des jeûnes intermittent.

L’évolution de mon jeûne intermittent

Après cette vaine tentative de changement, j’ai repris mon rythme initial. 2 semaines plus tard, je prenais une nouvelle décision, celle de ne jeûner que 5 jours par semaine, du lundi au vendredi.

Le week-end m’était donc de nouveau ouvert aux petits déjeuners en famille, aux brunchs improvisés et même aux repas tardifs dans la nuit (minuit ou plus). Ce changement fut (je ne le cache pas)…salvateur. 3 mois et demi après le début de cette aventure sous la forme d’un 16 :8, j’ai décidé de changer mon jeûne intermittent.

Comme je l’ai énoncé au début de l’article, il existe une grande variété de jeûne intermittent. Cela fait maintenant 2 semaines que j’essaye une autre forme : 24h de jeûne, une fois par semaine.Tous les lundis, je ne mange rien. Si je termine mon repas à 20h le dimanche au soir, je pourrais manger de nouveau lundi soir à 20h.

Les 6 autres jours de la semaine ? Je fais ce que je veux. Petit déjeuner ou pas, grignotage ou pas, j’ai libre choix. Pourtant, je remarque que je suis maintenant moins enclin à prendre un petit déjeuner même si j’ai carte blanche. Dernière remarque, après 3 mois de jeûne pendant 16h, jeûner 1 fois par semaine pendant 24h s’est révélé être d’une facilité presque enfantine.

Jeûner 3 jours ? J’ai moi aussi tenté une expérience proche de celle de Léa en jeûnant 3 jours. Je vous propose de découvrir ici le résultat de cette expérience inédite... et difficile ! Quelques astuces en prime et des informations qui pourraient intéresser les femmes avec des menstruations douloureuses.

La suite ?

Dans un article prochain, j’aborderai la facette économique et « santé » du jeûne intermittent. Je note précieusement toutes mes dépenses.

Elles sont catégorisées afin de définir le plus fidèlement possible mon budget alimentaire, le budget d’un jeûne par intermittence.

Dans le même registre, j’ai eu la chance de recueillir le témoignage de Romain sur le blog qui a fait un jeûne de 3 jours. Il vous apportera des conseils, et qui sait, peut-être l’envie de commencer.

Et vous alors, vous avez déjà essayé ? Vous en pensez quoi ?

Pour ne plus rater d'article

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

124 commentaires
  1. Suite à tes articles sur le jeûne, j’ai décidé d’arrêter le petit déjeuner. Je fais cet expérience depuis mardi matin. Nous sommes seulement vendredi mais j’en sens déjà les effets.
    Je me sens mieux. Je n’ai plus de ballonnement, le matin je ne souffre plus d’une fringale à 10/11h qui me donnait parfois des nausées tant elles étaient violente. Le midi, je mange de façon plus saine car je suis à la recherche d’une nourriture consistance et nutritive sans même m’en rendre compte.
    Le petit ventre que j’avais depuis deux ans commencent à partir également.

    Bref une expérience que je souhaite prolonger ! Et c’est un excellent combat contre le grignotage.

  2. Bonsoir Jérémy,

    je suis bien tentée par ce jeûne. J’ai cependant une question : peut-on boire du thé et/ou du café durant la période de jeûne ? Si non, est-ce que cela inclus les tisanes, thé roïbos etc… ?
    Merci d’avance pour ta réponse et bravo pour ce site bien sympa !
    Natacha

  3. Oups : je viens de lire la réponse à ma question dans ta réponse à Colibris. Désolée ! ;-)
    A bientôt!

  4. bonjour,

    L’expérience personnelle me paraît être la plus pertinente.
    j’ai 66 ans et je ne peux énumérer les régimes et autres luttes que j’ai menées pour un surpoids et après 40 ans , une surcharge abdominale difficile à assumer.
    j’ai d’abord testé un régime avec aliments à faible taux glycémique, puis arrêt total des légumineuses et céréales et progressivement le régime paleo avec maintien du fromage blanc.
    j’ai très longtemps consommé lait, laitages comme le fille de paysan que je suis. (producteur et vendeur de lait cru) je garde un demi litre de lait cru semaine que je transforme en kefir,jeconsomme bcp de kefir fruits et je pratique depuis deux semaines le jeune 16/8 mais le meilleur moment pour moi , c’est soit 17 heure, soit 18 h le soir car de toute façon, je ne mangeais déjà que rarement après 19 heures.
    je pense que c’est à chacun de trouver son horaire car le mode de vie d’une part et les habitudes d’horaires de repas antérieurs sont à prendre en compte.
    Pour moi; 22 HEURES, c’est bien trop tard pour manger.
    On ne peut raisonner de la même façon pour les jeunes ou les retraités jeunes ou plus agés dont je fais partie.

  5. bonjour,

    L’expérience personnelle me paraît être la plus pertinente.
    j’ai 66 ans et je ne peux énumérer les régimes et autres luttes que j’ai menées pour un surpoids et après 40 ans , une surcharge abdominale difficile à assumer.
    j’ai d’abord testé un régime avec aliments à faible taux glycémique, puis arrêt total des légumineuses et céréales et progressivement le régime paleo avec maintien du fromage blanc.
    j’ai très longtemps consommé lait, laitages comme le fille de paysan que je suis. (producteur et vendeur de lait cru) je garde un demi litre de lait cru semaine que je transforme en kefir,jeconsomme bcp de kefir fruits et je pratique depuis deux semaines le jeune 16/8 mais le meilleur moment pour moi , c’est soit 17 heure, soit 18 h le soir car de toute façon, je ne mangeais déjà que rarement après 19 heures.
    je pense que c’est à chacun de trouver son horaire car le mode de vie d’une part et les habitudes d’horaires de repas antérieurs sont à prendre en compte.
    Pour moi; 22 HEURES, c’est bien trop tard pour manger.
    On ne peut raisonner de la même façon pour les jeunes ou les retraités jeunes ou plus agés dont je fais partie.

    MARIE

  6. Bonjour Jérémy,

    Ton blog est à peu près le second que j’ai lu à propos du jeûne avant de m’y lancer et m’a convaincue. Je jeûne de façon intermittente depuis maintenant 2 semaines, mes objectifs étant avant tout la perte de poids (graisse) ainsi que les bénéfices santé (asthme, allergie, acné,…).

    Je pense avoir plutôt bien réalisé ce jeûne: j’ai toujours jeûné min 16h, + si je le pouvais (19, 21 heures certains jours). J’ai également considérablement amélioré mon alimentation par rapport à ce qu’elle était juste avant de commencer. J’ai eu quelques journées riches en glucides comme “avant” mais la plupart très saines (légumes + protéines) et peu caloriques.

    Seulement voilà, malgré ce changement radical qu’est le jeûne + l’amélioration de mon alimentation, je ne ressens aucun bienfait. Je n’ai PAS perdu de poids. Ce qui est assez étonnant pcq habituellement quand je fais simplement “attention” à ce que je mange dans l’idée de perdre du poids, je perds assez rapidement.
    Je ne me sens pas plus en forme que d’habitude, j’ai quelques maux de têtes, peu d’énergie. j’ai eu beaucoup de maux de ventre la 1ère semaine. Pas d’amélioration d’acné et même une crise de mal de dents qui fait rage depuis 3 jours.

    Aurais-tu une explication ou pourrais-tu me suggérer les raisons possibles? Je lis partout que ça marche tellement bien pour tout le monde, j’ai parcouru ton blog de long en large…
    j’ai réellement pris garde de ne pas “compenser” lors des prises alimentaires et franchement je n’en ai pas eu envie: je pense que quand on jeûne correctement on ne veut pas gâcher tous ces efforts en mangeant n’importe comment.

    Je suis vraiment désolée pour ce long commentaire mais je commence à perdre patience (alors que j’étais si motivée) et à me demander si je ne suis pas en train d’imposer qqch à mon corps qui ne lui convient vraiment pas? Est-ce possible?
    Y-a-t-il quelqu’un dans la même situation que moi?
    J’aimerais beaucoup continuer et je me dit que le problème est peut-être juste un détail dont je n’ai pas conscience? Je serai plus que ravie si tu avais des suggestions!

    Mille mercis

  7. Bonjour Jérémy
    je m’interesse au JI depuis peu . Et je commence demain. Ce qui me convient avec le JI c’est que ça rejoinds mon intuition qui est de me passer du petit déjeuner, c’est ce qui me semble le plus ‘”facile'”. l’avenir le dira.Plus tard 1 j/semaine me semble bien aussi. L’idée du jeune pour aider au niveau de la santé est en soi une chose simple et en tous cas à tester. le probleme se situe plutot sur le changment d’alimentation.
    Je suis un homme donc, 45 ans 1m72 et 79 kg. je fais du footing, 2 X par semaine 30 à 40 mn à chaque fois. Et de la danse contemporaine dont etirement, 2 h par semaine. Depuis 3 ans je n’ai plus mal au dos .
    Mon objectif est double et lié : perdre mon surpoids, entre 5 et 10 kg, donc perdre en graisse . je me sens trop lourd. j’ai du prendre ce surplus depuis 12 ans environ. Et observer des effets benefique sur ma santé. Essentiellment oedeme aux jambes, et surchauffe intestinale.
    Le soucis est que je suis épicurien meme si je mange moderement en quantité, pas mal de legumes , en tous cas beaucoup plus que la moyenne des gens . Peu de viande , plus blanche que rouge. j’adore les pates , le riz et le bon pain..;le fromage bien sur , des oeufs mais pas trop. Du poisson ,pas assez mais c’est cher sinon miam .
    Donc j’ai bien compris que tout cela il va falloir diminuer. Je bois tres peu de sodas, mais jus de fruit (bio en general), et autre douceur comme le chocolat ( pas loin de 60g par jour quand meme addict++) . la j’ai commencer par m’en tenir au chocolat noir. Je grignotte souvent , là aussi j’essaye de me calmer, et le soir aussi ,car je me couche tard.
    Je bois tres peu d’eau par contre. Je vois bien globalement tous les exces à limiter sans me flageller non plus, plus le JI du matin avec café sans sucre ( adieu petites tartines beurre et confiot du matin, mais ça me semble jouable ;)
    J’ai apprécié ton article , experience, esprit ouvert et pragmatique mais pas “integriste”. Tres plaisant .
    Au plaisir
    Bruno

  8. Bonjour, je voudrai savoir si pendant la période jeûnée je peux boire de l’eau ou de l’eau coupée avec du jus de fruit ? Merci

    Maud

  9. Bonjour à tous !
    Je trouve amusantes les précautions prises par les intervenants des blogs en général, concernant le jeûne. ( Attention au jeûne de plus de 36 heures ! (?…), si vous jeûnez, demander conseil à votre médecin ! La bonne blague. )
    Précautions que je comprend puisque lorsqu’on manifeste une certaine marginalité, une pensée différente, nous nous exposons à de graves représailles.
    Je pratique depuis maintenant plus d’un an le jeûne (intermittent ainsi que des jeûnes plus long de 3, 5 ou 7 jours) qui, je pense pouvoir le dire maintenant avec un petit peu de recul, est salvateur dans mon cas ( résolution de nombreux problèmes de santé liés à l’obésité).
    Je voulais juste conseiller un essai de Bernard Clavière ” Et si on arrêtait un peu de manger…de temps en temps.” On peut le télécharger gratuitement sur le net ( ce que j’ai fait ) car il est épuisé est introuvable sous la forme de livre.
    Choisissons la voie de la rébellion…pacifique…mais active !
    Les autorités médicales françaises ne connaissent rien au jeûne et ne veulent rien en savoir, et pour cause. Aucun médecin n’a pu m’aider à résoudre mes problèmes de santé, je l’ai fait toute seule comme une grande, et je ne suis pas une exception. Tout le monde peut se maintenir en santé grâce au jeûne et une alimentation choisie, écologique et responsable.
    N’ayez pas peur du jeûne. Jeûner n’est pas dangereux bien au contraire, et plus vous vous sentez mal dans votre vie de tous les jours, que ce soit physiquement ou psychologiquement, plus vous avez intérêt à jeûner.
    Bonne continuation à tous .
    Sandrine.

  10. bonjour,
    avant tout je tiens à préciser et ceci aura son importance pour la suite je suis de confession musulmane, je vous rassure je ne viens pas vous convertir (merci aux médias qui ont su faire de nous la bête noire), bref…
    Cette précision pour dire que nous jeûnons depuis des siècles et nous nous portons très bien. Tout le monde connais le jeûne qui dure 28 à 30 jours mais peu savent que nous jeûnons le lundi et le jeudi (celui n’est pas obligatoire et propre à chacun).
    On peut s’en doute dire que c’est un JI, contrairement à vous nous ne buvons rien, là je vous entends : mais le corps à besoin d’eau… oui et nous nous rattrapons le soir avec les différents aliments comme la salade (petit clin d’oeil à ton article Jérémy).
    Comme je l’ai lu dans vos commentaires nous avons droit à ce genre de réflexion et ce en permanence : “quoi tu n’as même pas le droit de boire !!! quoi tu ne manges rien de la journée !!!” Je confirme dès que somme un peu marginale rien ne va plus.
    Nous perdons, nous prenons ou nous restons stable concernant le poids là aussi c’est propre à chacun. Beaucoup pense que dès l’heure fatidique arrive nous nous jetons sur nos assiettes bien grâce et abondante et ce jusqu’à ce que panse éclate. C’est faux en tout cas pour ma part je mange équilibré.
    Ma mère le pratique depuis des années et elle a 66ans elle se porte très bien et fait sa petite marche quotidienne. Quant à moi j’en ai 35 je le fais depuis quelques années aussi mais seulement le lundi et je peux vous assurer que mon physique et mon moral se portent très bien.

  11. Bonjour,

    très intéressant, et je voudrais essayer le 16/8. Je mange très sain et proche de la paléo mais je mange beaucoup. Je ne mange pas de sucres, pas de féculents (pour le moment seulement du son d’avoine), des légumes, pas mal de viande et charcuterie. Je cours 5 fois par semaine, 3 fois le soir et 2 fois le matin.
    Donc, je voudrais sauter le petit-déjeuner, le plus facile pour moi, et faire mon premier repas à 13h, pour avoir de l’énergie pour mon entraînement du soir (1 x de la piste, 1 x endurance, 1 x endurance active) pour la semaine. Le week-end il faudra que je m’organise autrement.
    Mais j’ai une question : le matin je dois prendre mon médicament pour la thyroïde. Que dois-je faire ? n’aurais-je pas de problème avec ce médicament sans manger jusqu’à 13h ?

    En tout cas un grand merci. Je suis pressée de commencer ! :-)

  12. Durant la période de jeune, lorsqu’on boi du café, c’est noir alors ? On ne peut pas y ajouter du lait ? C’est pour mon mari qui a eu envie d’essayer pour perdre un ou deux kilos superflu; merc d’avance ;)

  13. Bonjour,

    depuis mon dernier commentaire, j’avais commencé le jeûne et après un mois j’ai arrêté, non seulement j’avais rien perdu que du contraire, car j’ai mangé plus aux autres repas. Pourtant, je me sentais bien le matin sans manger, mais de plus cela a chamboulé mon métabolisme au niveau hormonal, je suis soignée pour la thyroïde et j’ai dû retourner chez l’endocrinologue pour refaire des tests, la dose du médicament ne convient plus. Par contre, je suis toujours tentée de recommencer le jeûne. D’après le blog caloripholie, le jeûne n’est pas trop pour les femmes, je suis tentée de la croire puisque j’ai eu des changements hormonaux, mais je lis de plus en plus d’actualités sur le bienfait du jeûne mais on ne dit nulle part ce qu’il en est du jeûne chez les femmes. Quelqu’un pourrait-il m’aider à ce sujet, ou faire part de son témoignage ? Merci d’avance

  14. Bonjour,
    laissez moi me présenter , macrobiotique (non radical) depuis près de 40années , si je n’avais pas connus cette forme de philosophie étude du principe unique des lois régissant l’univers et pratique de la nourriture macrobiotique …Il est fort probable que je ne serais plus de ce monde aujourd’hui . Il faut savoir que lors d’un jeune , de courte durée , comme tu le pratique , il est indéniable que si tu n’est pas accompagné cela risque de poser quelques problèmes 8-) a contrario le jeune N°7 en macrobiotique bien qu’il soit plus rude a de forte chance d’aboutir a un résultat bien meilleur que le tiens , a mon modeste avis . Ça n’est pas un jeune au sens dure du terme puisque tu te nourris quand même . Le fait de faire ce genre de jeune(N°7 macrobiotique) a pour conséquence un changement du métabolisme au niveau de la purification du sang qui , comme chacun le sait, se renouvelle tout les 10 jours + un amaigrissement qui va de soit .
    Si l’on ne s’adjoint pas les conseils d’une personne de même obédience , il va sans dire , qu’il faut faire très attention a ce que l’on fait , la pratique sans la théorie au même titre que la théorie sans la pratique est voué a l’échec .
    Je reprends certains commentaires , dont celui-ci d’une dame demandant ce qu’il fallait manger , s’il fallait continuer a se nourrir de sucre, de lait , de fromage et autre fruits exotiques ( qui comme chacun sait poussent en abondance dans nos contrés) Autre exemple , encore , cette dame musulmane qui lors du ramadan le pratique , ah bon ! mes dans quelles conditions ? Je veux bien faire le ramadan toute l’année , moi…Si ça me permets de me sustenter après le coucher du soleil ! Que l’on associe les religions , encore une fois , au niveau du bien être des gens a quelques peu contribué a mes convictions d’athée et agnostique que je suis ….Bien que je respecte les convictions des autres si ça leur fait plaisir , il faut bien se trouver une voie …Quelle soit bonne ou pas , chacun son truc …la preuve ..moi… 8-) Tant qu’on aura pas dis , preuve a l’appui , que toutes les religions ne sont , en fait la , que pour diviser la populace mondiale , que tout ces soi-disant dieu , chrétiens , judaïque , musulman et autre ne sont que de la poudre au yeux …Parce qu’ils existaient vraiment , pourquoi ne viennent -ils pas au secours de la misère de ce bas monde
    Alors s’il plaît au gens de pratiquer …..Je le leur laisse …..
    En fait je reviens a notre propos, soit on jeune sans manger durant quelques jours , ça c’est en principe, donné a tout le monde. Puis après on passe a la vitesse supérieure , un bol de riz complet deux fois par jours + spécifiques macrobiotiques et soupe miso ….dans l’intervalle ..pas de boisson a l’exception de thé de trois ans trois fois par jours…durant une période de 10 jours pas plus . Je peux garantir que ça n’est pas facile ….
    Faut savoir ce que l’on veut, Non ! On va me dire ..ouais la macrobiotique ..avec sa mauvaise presse etc ? C’est vrai qu’il y a 35 ans les gens et les autorités médicales, pharmaceutiques et autre se sont jeter a bras raccourcis sur la macrobiotique la taxant de secte et autre avis plus idiots les uns que les autres , usage illégale de la médecine etc …heureusement que les temps ont bien changés depuis lors 8-)
    En clair votre blog très interessant dénonce ce qu’il faut dénoncer au moment ou il faut qu’il le soit , je vous suivrais pour , si vous le permettez , donner mon avis sur quelques points que me semble être mis en évidences , bonne continuation , au plaisir Jibel

  15. Je suis le JI depuis 6 semaines et j’ai perdu 5kgs,
    Mon programme est le suivant : 5h petit déjeuner composé d’un bol de lait d’amande et de graines, ou son de blé et d’avoine (1 cs de chaque) ou une tranche de pain maison aux graines, mon prochain repas est aux environs de 19H30, 20h j’attaque ma 7° semaine je suis en pleine forme, j’ai remarqué que mon poids stagnait, je ne souffre pas de faim, je trouve cela plutôt cool, le W.END, j’ai du mal à suivre, (c’est plus facile les jours ou je travaille,
    J’ai perdu du poids, mais cela ne se voit que sur la balance, au nveau de la ceinture abdominale, du visage, oui j’ai dégonflée, il me reste 6 KGS à perdre pour être bien, et pouvoir rentrer dans les vêtements que j’avais mis de co^té, merci de me réponse,
    Que puis-je faire pour accélérer la perte de poids ? sinon la méthode est super !

    1. Cela fait deux mois que je pratique le jeune intermittent, j’ai perdu rapidement 6kgs et depuis je suis stationnaire, il est vrai que j’ai fait quelque écart avec les jours fériés, mais je me sens bien, en pleine forme, je ne fais actuellement qu’un seul repas par jour vers 19h, je pratique depuis 8 mois les bains dérivatifs, je dors bien le soir maintenant, mon transit se fait très très bien, MERCI DE VOTRE RETOUR

  16. Bien le bonjour, super forum
    Je pratique je JI depuis une semaine pour des raisons;d`asthme, d`allergies(lait..) de sucre, de colesterol et d`hypertension. En une semaine j`ai perdu 2kg de 81 a 79 et je dois dire que mon energie a double> je jeune de 16h a midi le lendemain sans avoir vraiment faim, a 15h30 je prend 1 fruit et le soir une salade en general avec pistaches et noix. Je me sens mieux. Si j`arrive a tenir mes objectifs j`espere le faire pour 3 mois et faire un bilan sanguin. Puis je deciderais si je continue ou je m`arrete. Quel aventure!

  17. Bonjour,
    J’ai lu avec attention cet article et d’autres et ai entrepris le JI en mai dernier, tout allait bien, en août, je mangeais dans la fenêtre 12h/17h et j’étais dans une forme insolente.
    Puis j’ai eu une tendinite assez douloureuse que j’ai dû traiter avec des inflammatoires et je me suis forcée à manger pour protéger mon estomac. J’ai frôlé l’ulcère et ai changé de traitement en plus de séances de kiné, mais j’ai continué de manger en même temps que les médicaments.
    Tout ça pour dire que depuis je n’arrive pas à reprendre le JI, mon énergie s’est envolée et chose inouïe qui n’était pas arrivée depuis plus d’un an, je mange des yaourts à nouveau.
    Quand j’ai commencé le JI je n’ai fait aucun effort et la réduction de fenêtre s’est faite naturellement…. maintenant je suis détraquée et j’ai du mal à vivre, l’addiction pour le sucre est revenue beaucoup plus puissante. J’ai arrêté de fumer il y aura 3 ans sans jamais éprouver cette attraction, avez-vous des conseils ?
    Merci d’avance.

  18. Bonjour, j’ai commencer le JI depuis une semaine programme petit dej ( miam O fruits ) a 6h ensuite repas du midi et plus rien jusqu’au lendemain 6h suis je dans le vrai ? Merci de ta réponse et encore bravo pour ton site Cordialement Claude

  19. Bonjour,
    Vous dites que vous avez trouvé des écrits montrant les protections que le jeûne peut accorder contre les maladies neuro-dégénératives telles Parkinson, Huntington, ou Alzheimer.
    Je recherche plus particulièrement s’il existe un moyen de limiter l’avancée de la maladie d’Huntington grâce au jeûne.
    Pourriez – vous me faire part de vos sources ?

Commentaires désactivés.