supermarche-arnaque-promotion-grande-distribution

Pour changer volontairement une habitude de vie, il faut être convaincu du danger de celle-ci. Et oui, pourquoi changerions-nous notre routine si nous n’y voyons aucun intérêt ?

Ce raisonnement s’applique dans tous les domaines de vie : développement personnel, activité physique, milieu professionnel ou dans l’alimentation.

L’une des idées majeures de mon blog est de replacer les aliments les plus naturels, les moins transformés, les plus riches en nutriments au centre de vos assiettes.

Malheureusement, tout le monde sait qu’une assiette de légumes, et qu’un dessert aux fruits sont meilleurs pour la santé qu’un hamburger – frites avec une glace. Dans ce cas, il n’y a aucune utilité de faire la promotion des fruits et des légumes bio.

En revanche, révéler les abus, les mensonges, les tromperies et les manipulations des grands groupes commerciaux, des multinationales peu scrupuleuses et des institutions officielles peut faire pencher la balance du côté du changement.

C’est pour cette raison que je propose dans cet article 5 raisons de fuir les hypermarchés, les supermarchés, la grande distribution de manière générale. Cet article est un ultra condensé d’heures de reportages sur les magouilles de l’agro-alimentaire.

5 raisons de fuir la Grande Distribution, c’est parti !

1. Les pires produits à votre portée

Les supermarchés, c’est bien souvent un bel étal de fruits et de légumes avec une boucherie et une poissonnerie dans le meilleur des cas.

Pour tout le reste, ce sont des kilomètres de rayons de gâteaux industriels avec les pires additifs ; des kilomètres de boissons sucrés avec les pires édulcorants comme l’aspartame…

En pénétrant dans un supermarché, vous suivez la masse des consommateurs qui vont cueillir leurs légumes en conserves et arracher les grains de maïs des emballages plastiques. Le chasseur-cueilleur moderne en somme !

Le triste génie de l’agro-alimentaire (raffinons tous les produits, transformons tous les produits) occupe la quasi-totalité des grandes surfaces, avec les produits les moins riches en nutriments essentiels, les plus déséquilibrés et les plus préjudiciables pour votre santé.

2. Le paradis des promotions foireuses

Une pancarte flamboyante dès votre arrivée « PROMOTION », ce produit mérite un coup d’œil, mais oui il est moins cher !

Faux ! Plus d’une promotion sur deux ne vous fera rien gagner comparée au produit initial et pire encore, elle vous fera perdre plus d’argent. C’est le malheureux constat des nombreuses enquêtes dans toutes les grandes surfaces de France et des contrôleurs de la répression des fraudes.

Ne cherchez aucune honnêteté, on veut notre argent point barre.

3. Des quantités erronées pour plus de profit

Est-il possible de se faire entuber 2 fois pour le même produit ? 3 fois même ? Bien sûr, rien n’est impossible avec la grande distribution.

Si vous achetez un produit en promotion, vous avec plus d’une chance sur deux de perdre plus d’argent qu’avec le même sans promotion (1er entubage). Le deuxième entubage, c’est d’avoir acheté ce gâteau à cause de l’environnement et du matraque publicitaire. Le 3ème entubage, c’est sur le poids de votre paquet de gâteau.

Il y a de forte chance pour que la quantité achetée soit inférieure de 30 à 50 g que ce qui était prévue. C’est une réalité. Qui pèse son paquet de saumon une fois rentré à la maison ? Qui pèse son paquet de chips pour vérifier les 250 g affichés ? Personne ne le fait, et les économies réalisées retombent directement dans la poche des distributeurs.

4. Des aliments gonflés à l’eau ou à l’air

Un scandale quasiment invisible. Les plats préparés industriels sont les plus touchés par cette escroquerie culinaire et financière.

Les chefs de cuisine savent parfaitement gonfler le volume d’un blanc de poulet avec des additifs autorisés afin de conserver plus d’eau et d’augmenter artificiellement le poids des produits et donc le prix.

Au final, le prix peut augmenter de 5% sur le poulet, 5% sur la sauce et encore un autre 5% sur le riz. Vous payez de l’eau, quand ce n’est pas de l’air !

Pour les glaces, c’est au maximum 50% d’air pour être dans la légalité. Une bouché d’air, une bouché de glace…

5. Des prix invariants, des quantités plus faibles

C’est ce qu’on appelle l’inflation masquée. Dorénavant les distributeurs savent que les consommateurs cherchent le moins cher, les bonnes affaires et ils savent qu’il ne faut pas trop changer les prix pour ne pas changer les habitudes d’achat.

Aucun problème, on ne change pas les prix mais on diminue les quantités ! Incroyable mais vrai. Une association de consommateur en Allemagne conserve une copie de tous les produits vendus en grande surface.

Résultat des courses ? De nombreux paquets de biscuits, de dosettes de café, de sauce diverses voient leur emballage perdre quelques grammes pour le même prix.

« Moins j’y vais, mieux j’me porte ! »

A n’en point douter ! Vous devez être convaincu que le profit est le seul et unique objectif de ces enseignes et de ces actionnaires. Tout y est fait, étudié, analysé pour vous tromper, vous mentir et vous faire consommer les produits les plus addictifs, les plus chers et les plus dangereux pour votre santé.

Il est grand temps de vous rendre compte quand on vous enfile proprement, sans rien dire et en plus, c’est vous qui dites merci.

La grande distribution, les supermarchés doivent être fuis au maximum. Il convient de chercher des alternatives alimentaires plus saines et durables, comme les marchés, les AMAP et bien d’autres.

Voilà 5 bonnes raisons d’agir, dans le bon sens.

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

48 commentaires
  1. Bonjour.

    article surement juste, et qui a le mérite d’éveiller l’attention du concommateur. Manque des ref de stats, d’études pour crédibiliser la position .

    Pour moi le fond du problème c’est l’attitude de chacun. Que chacun retrouve un peu de logique et de bon sens dans son attitude.
    Y’a pas de crise. La crise c’est un leurre insidieux qui consiste à faire croire à la classe moyenne que l’on a jamais assez a la fin du mois.
    En 4 ans mon budget courses a baissé d’environ 35%. Et je mange de mieux en mieux…

  2. Et bien moi, depuis quelques mois (presqu’un an d’ailleurs) je me rends toute les semaines dans une ferme ou il est possible de cueillir ses légumes (et quelle saveur) On y trouve également de la viande ou charcuterie qui viennent directement de l’éleveur.
    Au moins, on voit les bestiaux dans les champs et il en est de même pour les légumes.
    Bien sûr, le choix est moins important. L’été, je prends plus de tomates ou courgettes etc que je cuisine et ces plats sont ressortis l’hiver.
    Donc, pas de merdasse, ni additif, ni colorant que l’on retrouver systématiquement chez LECLERC, AUCHAN, CARREFOUR, U et tous les autres.
    Je ne supporte plus leur politique car en plus de nous proposer cette merdasse, ils saignent les fournisseurs (je peux le prouver car j’ai travaillé avec une de ces enseignes.
    Je vais aussi apprendre à mes petits enfants à détester le MDO, le QUICK et toutes ces enseignes qui ne font que du gras, du trop sucré ou trop salé.
    J’encourage aussi tous mes ami(e)s à faire comme moi.
    Au moins, le producteur vit de son travail et le consommateur est ravi de ce qu’on lui propose.
    FUYEZ FUYER LA GRANDE DISTRIBUTION QUI NOUS EMPOISONNE TOUS LES JOURS.
    Tous ces dirigeants qui ne voit pas santé mais FRIC FRIC FRIC et ENCORE FRIC.

  3. J’approuve vos 5 raisons concernant les supermarchés, mais il faut bien manger. Je vais chez le petit marraîché prés de chez moi et je recherche aussi des petits éleveurs de volailles bio mais cela n’ai pas suffisant pour nourrir tout ce beau monde. Les supermarchés ont encore de beaux jours devant eux et continueront à se foutre de leur clientèle et de leurs fournisseurs.
    Je voudrais rajouter à votre blog une condamnation vers beaucoup de restaurants qui nous servent de la merde à table sans se soucier des dates de fraîcheurs et de l’hygiène de leurs cuisines et frigos. Pour couper les cheveux vous devez être diplômé, pour nourrir votre semblable, vous pouvez être le plus crasseux des êtres, c’est pas grave.

  4. Bonjour à tous. Je viens de voir, sur la 1ère, le reportage sur toi Jeremy. Tes ennuis de santé t’ont fait réagir. Ça n’est hélas pas le cas de toutes les personnes dont la santé s’est dégradée, souvent à cause d’une mauvaise alimentation. Qui a dit que nous creusons notre tombe avec nos dents…ou un truc dans ce genre la?
    Quand a la grande distribution…Dieu du Ciel! Comme les gens sont naïfs, parfois je jette un œil dans les cadis et ça fait peur…comment font-ils pour donner une telle nourriture à leurs enfants? Ne faudrait-il pas raisonner avant d’acheter? Se demander si tel aliment ou boisson est nutritif et ce qu’il m’apporte en capital santé? Ça ferait du bien au porte monnaie à coup sur. Bon WE a tous.

  5. Je confirme pour la raison numéro 4, exemple un rôti de porc en grande surface quand vous ouvrez la barquette, sous votre rôti il y une espèce de papier de type buvard et celui ci quand vous l’essoré il en sort presque qu’un demi verre d’eau, donc perso si je doit acheté un rôti de porc c’est direct a la coupe et sous mes yeux, si ça me plait pas je laisse. il arrive que cette méthode a pour effet d’énervé le boucher et parfois ça peut finir mal (expérience vécu).

  6. Il y a longtemps que je ne vais plus faire mes courses en grande surface et mon porte monnaie s’en porte bien mieux , pas de tentation inutile !
    Evidemment ma santé , est également bien meilleur
    Bravo pour ce blog formidable

Commentaires désactivés.

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.