OGM : une étude accablante relance la polémique

Une étude inédite évaluant la toxicité des OGM et publiée hier dans la revue scientifique Food and Chemical Toxicology fait l’effet d’une bombe.

Des effets toxiques graves et une mortalité anormalement élevée ont été observés chez des rats nourris avec un maïs OGM de la firme Monsanto, importé des Etats-Unis par les chercheurs, et tolérant à l’herbicide le plus utilisé au monde, le Roundup, breveté par Monsanto. En d'autres termes, ces rats ont reçu une alimentation à base de maïs OGM “imbibé” d'herbicide.

Tumeurs mammaires géantes chez les femelles, problèmes hépatiques et rénaux sévères chez les mâles, même les auteurs de l’étude ont été surpris par l’ampleur des dégâts chez ces animaux.

Des experts étrangers critiquent la méthodologie

Dirigée par Gilles-Eric Seralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen, cette étude a duré deux ans, soit la durée de vie d’un rat. Les expériences précédentes ne dépassaient pas trois mois, durée jugée trop faible par les auteurs, qui précisent que cette nouvelle étude réalisée in vivo est la plus complète menée jusqu’à présent.

Mais certains experts américains et britanniques réagissent déjà à cette publication et vont jusqu'à parler de "coup médiatique" bien orchestré par le professeur Seralini. Critiquant la méthodologie et les statistiques employées, les scientifiques pointent notamment du doigt la souche de rats utilisée dans les tests, le "Sprague Dawley", qui serait prédisposée au développement de tumeurs, ce qui rendrait les résultats difficilement interprétables. Par ailleurs, aucune donnée sur la dose de maïs ingérée par les rats durant l'étude n'a été renseignée.

Une étude examinée par l'Anses et l'Assemblée nationale

Cependant, devant l'inquiétude provoquée par cette annonce choc, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) a été saisie par le gouvernement et va examiner les résultats de cette étude afin de transmettre, dans les plus brefs délais, ses conclusions aux ministères de la Santé, de l'Environnement et de l'Agriculture.

Le professeur Seralini sera bientôt auditionné par les commissions du Développement durable, des Affaires économiques et des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, d'après un communiqué publié aujourd'hui. Selon une source parlementaire, cette audition se fera "au plus vite". 

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé aujourd'hui à Dijon que si le danger des OGM se confirmait, « la France défendrait au niveau européen leur interdiction. »

A lire aussi : Notre alimentation contient-elle des OGM ? et Au 1er juillet : un étiquetage “sans OGM” obligatoire

À lire aussi

Auteur : Alexandra Buge