© Tim Foster | Unsplash

Il serait capable de stopper de graves crises d’épilepsie mais pas uniquement. Lutter contre la douleur, l’insomnie, la schizophrénie ou la sclérose en plaque font aussi partie des promesses thérapeutiques de la plante controversée. Voici la première enquête sur les vertus supposées et démontrées du cannabis à usage médical.

Du THC au CBD

Si le premier est diabolisé pour son côté planant, addictif avec des effets délétères sur la santé, le second est drapé d’une aura de sainteté avec des propriétés curatives exceptionnelles.

Le THC ou le tétrahydrocannabinol dans le jargon scientifique barbare est le principe actif majeur du cannabis sativa qui procure un effet psychotrope puissant.

On parle souvent du chanvre pour le côté industriel et la production de fibre textile, qui est en réalité une sous-espèce du cannabis sativa.

Mais nous avons un problème avec le THC, et le cannabis de manière générale, car les états l’interdisent. Aussi bien la consommation que la détention.

Un problème qui se fragilise au fil des années avec le gain de popularité du CBD. Car le CBD, et même le THC dans une certaine mesure, bénéficie d’une image thérapeutique soignée par les revendeurs d’huiles, de gâteaux ou de crèmes supposés améliorer la qualité du sommeil, réduire l’anxiété ou les troubles dépressifs.

Des bienfaits qui ne sont pas sortis d’un chapeau du jour au lendemain.

Tout commence par des témoignages positifs, des vidéos percutantes sur des crises d’épilepsie réduites au silence et des documentaires incisifs.

On retrouve ensuite un cortège de publications scientifiques où se mélangent le bon gras de l’ivraie.

Nous allons voir dans cette enquête que pour de nombreux problèmes de santé, les études scientifiques sont interprétées d’une manière bien optimiste sur les bienfaits du CBD, et même du THC.

Car cette réalité scientifique se mêle désormais à des intérêts privés de plus en plus importants, et se heurte à des décisions politiques mais aussi des considérations morales.

C’est toute une société que l’on invite plus ou moins fortement à revoir sa position sur le cannabis, cantonné au camp des dealers et des drogués, quand elle pourrait y voir une solution thérapeutique sûre et efficace pour de nombreux problèmes de santé.

L’épilepsie et le miracle du CBD

Le traitement de l’épilepsie est le porte-étendard thérapeutique du CBD. Sa première victoire médiatique mais aussi scientifique.

Car cette réalité médicale du cannabis thérapeutique est peu connue : la Haute autorité de la santé (HAS) en France a émis en 2020 un avis favorable de remboursement de l’épidyolex pour traiter les épilepsies.

Mais pas n’importe quelle épilepsie non plus ! Uniquement pour le traitement des crises associées au syndrome de Lennox-Gastaut et de Dravet.

Il serait capable de stopper de graves crises d’épilepsie mais pas uniquement. Lutter contre la douleur, l’insomnie, la schizophrénie ou la sclérose en plaque font aussi partie des promesses thérapeutiques de la plante controversée. Voici la première enquête sur les vertus supposées et démontrées du cannabis à usage médical.

Du THC au CBD
Si le premier est diabolisé pour son côté planant, addictif avec des effets délétères sur la santé, le second est drapé d’une aura de sainteté avec des propriétés curatives . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

La newsletter de Dur à Avaler

Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les 10.000 abonnés ! Vous recevrez les dernières enquêtes inédites, les meilleurs conseils et les offres promotionnelles ! OFFERT après votre inscription : Le guide complet sur le sucre, ses effets, l'addiction et comment s'en défaire !

2 commentaires
  1. bonjour Jérémy,
    C’est toujours avec un grand intérêt que je lis votre news letter.
    En ce qui concerne les effets du .CBD, j’ai lu tout et son contraire. Alors qui est dans le vrai ? Ceux qui comme vous semblez contester ses effets ou ceux au contraire qui témoignent de son efficacité ?
    Le plus incroyable c’est que vos arguments semblent être logiques, tout comme ceux d’ailleurs du camps opposé ! Alors ? quelle position adopter ?
    Pour ma part, je veux bien admettre que ce produit a des effets positifs car il semble être utilisé en soins palliatifs. A vérifier ?
    Par contre, je peux vous transmettre mon témoignage :
    le 17 mars, j’ai fait une chute en ville qui fut violente et traumatisante. J’ai eu le col de l’humérus fracturé et les tendons très endommagés. Pour calmer la douleur j’ai essayé le CBD dont j’avais récemment lu les bienfaits.
    J’ai donc acheté un flacon à 10% : le résultat n’a pas été spectaculaire.
    La vendeuse m’ayant conseillé un flacon à 30ù pour mon cas, je me suis dit que le 10% n’était pas assez fort…
    Lorsque le flacon a été terminé je suis retournée à la boutique acquérir un flacon à 30% : le résultat n’a pas été plus spectaculaire !

    J’ai vite pensé et compris que c’est juste un système mis en place par les laboratoires producteurs du CBD pour accroîte leurs dividendes !
    plus on monte dans les pourcentages, plus c’est extrêmement ment cher, plus coûteux que le caviar ou le safran !
    Mais je vous le redis, je ne suis pas totalement convaincu que ce produit soit une sorte de placébo. J’essaiera de trouver des infos en milieu hospitalier qui l’utilise.
    Merci encore pour vos informations
    Cordialement
    Danielle

    1. Bonjour Danielle,

      Merci de votre commentaire et de votre fidélité durant toutes ces années :)

      Votre témoignage va dans le sens de la démonstration scientifique de cet article où les preuves scientifiques sur l’atténuation de la douleur sont limitée.

      Je vous invite à vous abonner pour découvrir la totalité de l’article, car vous n’avez lu que l’introduction !

      Au plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. La partie commentaire d'un article réservé aux membres peut être accessible à tous, mais les commentaires des internautes non inscrits n'ont pas vocation à être publié. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.