Une nouvelle étude sur le jeûne intermittent rapporte des résultats perturbants : aucun bénéfice sur le poids, sur la santé cardiométabolique et pire, avec une perte importante de masse maigre. Faut-il arrêter le jeûne intermittent ? Éléments de réponse.

Crédit vecteur : Freepik.com

Bad buzz pour le jeûne intermittent

Une récente étude fait parler d’elle dans le monde du jeûne intermittent. Une étude négative. Qui interroge beaucoup et remue les adeptes de la pratique hautement populaire.

De mon côté ? Pas vraiment, et je vais vous dire pourquoi dans cet article.

Si j’ai pu écrire quelques articles plutôt dithyrambiques sur le jeûne intermittent, j’essaie de prendre du recul sur cette pratique qui est loin d’être sans risque ni la panacée pour se guérir du moindre petit bobo.

Justement, ce récent essai clinique va nous permettre de faire un point sur cette pratique qui a le vent en poupe. Une pratique réputée mimer ce que nous avons vécu pendant des milliers d’années.

Des périodes de jeûnes plus ou moins longues le temps d’aller cueillir des baies, déterrer des tubercules, enfumer des abeilles ou chasser du gibier.

Une contrainte environnementale qui n’existe plus aujourd’hui pour de nombreuses populations du monde avec un accès quasi illimité et en permanence à la nourriture. Les populations soumises à cet accès facilité à la nourriture connaissent des explosions d’obésité, de diabète, d’hypertension et d’autres maladies métaboliques.

La question est donc importante d’un point de vue médical et de santé publique.

Une nouvelle étude sur le jeûne intermittent rapporte des résultats perturbants : aucun bénéfice sur le poids, sur la santé cardiométabolique et pire, avec une perte importante de masse maigre. Faut-il arrêter le jeûne intermittent ? Éléments de réponse.

Bad buzz pour le jeûne intermittent
Une récente étude fait parler d’elle dans le monde du jeûne intermittent. Une étude négative. Qui interroge beaucoup et remue les adeptes de la pratique hautement populaire.

De mon c . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

11 commentaires
  1. Il faut aussi prendre en compte les variations individuelles, ce qu’une étude de ce type peut difficilement faire. Le jeûne intermittent sans petit-déjeuner a réussi à certain, et pas du tout réussi à d’autres. D’où l’importance d’auto-expérimenter : voir ce qui marche pour soi !

  2. On croyait avoir trouvé la bonne méthode et boom ……. Mais bon………affaire à suivre !!

    De toute façon pour les personnes âgées plus ou moins malades, jeuner n’est peut-être pas la panacée ni même ne pas prendre de petit déjeuner. Souvent la perte de masse musculaire est une contre-indication pour cette catégorie de personnes.

    1. Bonjour, j’ai 85 ans et je pratique le jeûne intermittent depuis longtemps, je bois du thé le matin, un bol en plusieurs fois, et je jeûne un jour par semaine (du thé le lundi matin et plus rien jusqu’au mardi 13 h,) et je me porte bien, ne prends pas de médicaments mais des vitamines. Je n’enrichis pas les médecins ni les pharmaciens, l’invitation gratuite pour le vaccin antigrippe va dans la cheminée pour nous réchauffer ;)

  3. Bonjour, je voudrais pouvoir lire le livre sur le sucre, comment faire si je suis déjà abonnée ?
    Félicitations Jérémy pour ton travail, bon courage.
    Christine

  4. J’ai 80 ans et le jeune intermittent (Petit déjeuner 10 heures déjeuner 13 h et dîner 18 h) ne m’a pas fait maigrir mais je n’en ai pas la nécessité. Mon but est de le faire avec mon mari qui a un début d’Alzheimer et l’aider ainsi a améliorer son état sans être sure de rien. Mais cet horaire est-il le meilleur ? Question.
    En tous cas merci pour votre article qui m’a quand même éclairée sur certains points et donne lieu a ma réflexion de continuer ou non. Sur le plan “flemme” mon mari continue à faire du vélo d’appartement quotidiennement sans fléchir.
    Je suis contente de mon abonnement chez vous?
    P.Mateus Tique

    1. Bonjour Pauline,
      Moi j’en ai 85, mais le jeûne c’est carrément sauter le petit déjeuner ou le dîner. Il me semble que trois heures entre deux repas c’est un peu juste ?
      Mais c’est vrai que chacun fait comme ça lui convient, et moi ça me convient très bien de sauter le petit déjeuner.
      C’est vrai que Jérémy fait un formidable travail.
      Amitiés Ch.G

  5. Le jeûne intermittent est juste un “repos digestif” et évite que notre corps ne dépense trop d’énergie à digérer un repas alors qu’il n’a pas fini de digérer le précédent, chose habituelle chez nous occidentaux qui mangeons mal !
    Par exemple, nous prenons “un repas de roi” au petit déjeuner, un mélange de choses complètement nocives pour notre corps qui peine à effectuer son travail de digestion. A midi il n’a pas terminé et nous remangeons… Quelle hérésie non ? Alors imaginez un peu si vous prenez une collation à 10 H, un goûter à 16 H et un autre repas bien costaud le soir ? Et parfois nous grignotons, en plus !!! Et l’on s’étonne que notre corps soit malade ? Mais le pauvre est en mode digestion permanent, il n’a plus de temps pour s’auto-réparer, ce qu’il sait très bien faire lorsqu’on lui en laisse le temps.

    Je pratique le jeûne intermittent du matin, j’ai 73 ans, aucune maladie “due à l’âge”, aucun médicament ni complément alimentaire. Pour moi c’est suffisant comme preuve d’efficacité. J’en remercie chaque jour le naturopathe qui m’a donné ce conseil, d’autant que dans ma famille on se transmet le diabète, le cholestérol, les cancers, l’hypertension et l’arthrose et ce bien avant la retraite.

    1. Bonjour, merci pour ce témoignage !
      Il n’est cependant pas généralisable a la population globale :-) Ce n’est pas parce qu’une pratique fonctionne chez l’un qu’elle fonctionnera chez l’autre, sinon ce serait un vrai bonheur de lire la bibliographie médicale !
      Certaines personnes ont des métabolismes qui sont faits pour fonctionner avec des repas espacés, d’autres ont besoin de manger toutes les 3h. Merci de ne pas blâmer ces personnes-ci qui ne “s’empoisonnent” pas mais sont à l’écoute de leur corps :-)

      Cordialement,

      Marie (médecin généraliste)

  6. Bonjour,

    Ce qui est étrange c’est que dans l’étude (résumé et corps de l’étude) les auteurs semblent dire l’inverse de leur conclusion. Ils indiquent dans l’étude que la perte de poids fut significative pour le groupe des jeûneurs (groupe TRE) avec -0,94kg et non significatif dans l’autre groupe (CMT) avec -0,68kg. Donc ça irait plutôt dans le sens du jeûne intermittent ? Ou alors je fais une erreur de traduction ?

    Après les participants du groupe TRE, les jeûneurs avaient comme conseil de “manger à volonté”, ce qui pour des personnes déjà en surpoids ou obèse n’est pas l’idéal. Même si les apports caloriques semblent proches sur les deux groupes, la source alimentaire des calories a son importance dans la gestion du poids (100 lcal de pâte à tartiner n’a pas le même effet sur le corps que 100 kcal de brocolis).

    Il est probable que nous aurions eut le même résultat avec juste une marche de 20 minutes par jour (à la place du jeûne) pour un des groupe et rien pour l’autre.

    A suivre en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.