D’après plusieurs études, croire aux théories du complot est associé à des comportements à risque et des conséquences délétères sur la vie de tous les jours.

© Kajetan Sumila | Unsplash

Complotiste !

Voilà le nouveau mot à la mode que je n’apprécie pas forcément.

Complostiste, où celui qui va adhérer a des théories du complot.

Un mot très clivant qui permet de mettre assez rapidement un terme à une conversation.

« Mais toi tu es de toute façon un complotiste ! »

Une étiquette qui veut tout et rien dire. Il y a complot et complot.

Il y a de véritables questions dans le domaine de la santé. De véritable scandale qui mérite d’être dénoncé.

Mais aujourd’hui il y a une facilité un peu déconcertante d’utiliser ce mot.

Sauf en science !

Pourquoi pas s’en servir justement pour regrouper certains individus et faire des enquêtes ?

Une équipe néerlandaise s’est justement intéressée aux complotistes sous un angle amusant, et uniquement en lien avec le Covid-19 (1).

Ils ont exploré les liens entre croire aux théories du complot d’une part, et l’état de bien-être ainsi que des comportements particuliers d’autres part.

Parmi ces comportements et les mesures de l’état de santé, on avait :

  • Se faire tester contre le Covid-19
  • Avoir un test positif
  • Recevoir une amende
  • Recevoir trop de visiteurs chez soi
  • Perdre son travail
  • Avoir une baisse de revenu
  • Rejeter et être rejeté par les autres

Ça chauffe pour les complotistes !

Après un triturage statistique des résultats obtenus chez plus de 5 000 participants, on retrouve des résultats intéressants.

Cette équipe néerlandaise montre que croire aux théories du complot est associé à :

  • moins se faire tester que les autres
  • … mais avoir un test plus souvent positif que les autres !
  • Recevoir davantage de personnes chez soi
  • perdre plus souvent son travail
  • avoir une baisse de revenu
  • et vivre davantage de rejet social que les autres

Autrement dit : croire aux théories du complot n’est pas la panacée avec les résultats de cette étude.

La perte de travail et de revenu pourrait être liée à une certaine précarité de l’emploi où le télétravail n’est pas toujours possible.

Ou bien quand on est excessivement exposé au virus.

Avec la généralisation du pass sanitaire aussi et des obligations vaccinales qui peuvent entraîner des pertes d’emploi.

Association n’est pas causalité

C’est une faiblesse importante de cette étude : elle est observationnelle.

On regarde comment deux paramètres évoluent, sans vraiment pouvoir faire de lien de causalité.

J’en parle en détail dans la description des différents niveaux de preuves scientifiques ici.

D’après les auteurs, il est possible que les personnes qui adhèrent le plus aux théories du complot se rappellent d’avantages des moments où ils ont enfreint des règles.

Quoi qu’il en soit, ces résultats recoupent de précédentes études sur ce même sujet.

Adhérer à des théories du complot sur le Covid-19 est en général associé à des comportements plus à risque.

On respecte moins les gestes barrière, la distanciation physique entre personnes, et on rejette davantage les vaccins, etc.

Cette étude néerlandaise est la première à s’inscrire dans la durée, avec un suivi des participants durant 8 mois pour obtenir des informations sur la durée.

Les résultats doivent être confirmés et analysés plus finement pour tenter de faire émerger des liens de causalité plus solide et plausible.

La newsletter de Dur à Avaler

Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les 10.000 abonnés ! Vous recevrez les dernières enquêtes inédites, les meilleurs conseils et les offres promotionnelles ! OFFERT après votre inscription : Le guide complet sur le sucre, ses effets, l'addiction et comment s'en défaire !

5 commentaires
  1. Bonsoir Jérémy,
    Quelle est la définition du complot prise en compte dans cette étude? Un complot est une accusation sans preuve contre un individu, une institution, un gouvernement, un régime. Ainsi, croire que la terre est plate n’est pas un complot c’est une croyance. Si tous ceux qui croient en des concepts invérifiables sont des complotantes, il n’y a plus beaucoup de non-complotistes. Emettre l’hypothèse que le sars-cov2 s’est échappé d’un laboratoire n’est pas un complot c’est une hypothèse. Affirmer que le sars-cov2 s’est échappé d’un laboratoire sans le prouver est un complot. Toute personne qui commence ses déclarations par “je pense…” exprime une opinion et n’est pas complotiste. En revanche, toute personne qui commence ses déclarations par “j’affirme …” sans apporter la preuve est complotiste. A l’aune de cette définition on peut dire que les autorités françaises ont été complotistes a certains moments des crises du covid, de Tchernobyl…
    Si je vous dit que l’OMS recense des effets indésirables des vaccins covid-19 depuis 2014, est-ce du complot? Et bien non puisque j’en apporte la preuve: sur le site vigiaccess chercher “covid-19 vaccine” et ouvrir l’onglet “ADR reports per year”.

    1. Bonjour Roger,

      Je partage ta vision de ce mot.

      Dans le cadre de cette étude, on parle vraiment d’idée saugrenue, pour le coup “complotiste”.

      Les questions étaient notamment :

      “Pensez-vous que le Covid-19 est une arme biologique destinée à éradiquer une partie de l’humanité ?”

      ou bien :

      “Pensez-vous que le Covid-19 est une invention par des groupes d’intérêts ?”

      Des trucs vraiment perché quoi.

      Pour VigieAccess et les données depuis 2014, je viens de faire le test et je trouve bien ce que tu avances.

      Je n’arrive pas à expliquer les raisons de ça. Un problème dans l’encodage ? Un seul évènement indésirable en 2014, c’est inexplicable si ce n’est, je pense, une erreur dans les bases de données.

      VigieAccess n’est pas capable de faire la différence entre les différents vaccins, c’est dire la faiblesse de la précision des informations.

      A te lire

      1. Bonjour Jérémy,

        Je suppose que l’OMS vérifie les données qu’elle met à la consultation de tous.

        Une erreur d’encodage aurait été plus erratique que ce que diffuse l’OMS.

        On voit bien une progression “exponentielle” des EI déclarés. Une telle courbe ne peut être, a priori, le résultat d’erreurs d’encodage.

      2. Bonjour Roger,

        Ce tableau m’intrigue beaucoup.

        Je n’ai trouvé aucun article parlant de ça et même après avoir sollicité une communauté médicale, je n’ai eu aucun retour dessus. J’ai l’impression que personne ne sait vraiment… Je vais directement contacter la base Vigie Access pour avoir des explications.

        Ceci étant dit, on peut raisonner par inférence bayésienne, qu’est-ce qui serait le plus probable ?

        1) Qu’une base de donnée officiel recense des effets indésirables pour un vaccin d’une maladie qui tous les deux n’existaient pas à ces dates-là ? En plus de ça, en toute discrétion, ils partageraient sur une base publique accessible en deux clics ces données sensibles qui remettent tout en question ? Ca me parait super gros.

        2) plutôt un problème dans l’organisation des données, de la base de donnée, une erreur d’affichage ou une explication sur ce chiffre qui correspond peut-être à quelque chose ?

        Je t’avoue que je ne sais pas mais j’ai quand même du mal à croire à la première hypothèse.

  2. Bonjour Jérémy,
    Bien raisonnons en terme de probabilité.
    Quelle est la probabilité pour qu’il n’y ait qu’une seule erreur d’encodage en 2014 (et pour quoi pas en 2009 ou une autre année)?
    Quelle est la probabilité pour qu’il n’y ait qu’une seule erreur d’encodage l’année suivante en 2015?
    Quelle est la probabilité pour qu’il n’y ait qu’une seule erreur d’encodage l’année suivante en 2016?
    Et pour la suite quelle est la probabilité que des erreurs d’encodage donne une courbe en progression constante.
    Comme tu as contacté VigiAccess, je m’attends à ce que cela soit modifié sans explication ce qui permettra de laisser vivre toutes les suppositions alors qu’une explication franche serait la bienvenue.
    Merci d’avoir prêté attention à ces données qui ne passionnent pas les foules.

Répondre à Jérémy Anso Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. La partie commentaire d'un article réservé aux membres peut être accessible à tous, mais les commentaires des internautes non inscrits n'ont pas vocation à être publié. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.