5 raisons de plus de fuir la Grande Distribution

supermarche-arnaque-promotion-grande-distribution

Pour changer volontairement une habitude de vie, il faut être convaincu du danger de celle-ci. Et oui, pourquoi changerions-nous notre routine si nous n’y voyons aucun intérêt ?

Ce raisonnement s’applique dans tous les domaines de vie : développement personnel, activité physique, milieu professionnel ou dans l’alimentation.

L’une des idées majeures de mon blog est de replacer les aliments les plus naturels, les moins transformés, les plus riches en nutriments au centre de vos assiettes.

Malheureusement, tout le monde sait qu’une assiette de légumes, et qu’un dessert aux fruits sont meilleurs pour la santé qu’un hamburger – frites avec une glace. Dans ce cas, il n’y a aucune utilité de faire la promotion des fruits et des légumes bio.

En revanche, révéler les abus, les mensonges, les tromperies et les manipulations des grands groupes commerciaux, des multinationales peu scrupuleuses et des institutions officielles peut faire pencher la balance du côté du changement.

C’est pour cette raison que je propose dans cet article 5 raisons de fuir les hypermarchés, les supermarchés, la grande distribution de manière générale. Cet article est un ultra condensé d’heures de reportages sur les magouilles de l’agro-alimentaire.

5 raisons de fuir la Grande Distribution, c’est parti !

1. Les pires produits à votre portée

Les supermarchés, c’est bien souvent un bel étal de fruits et de légumes avec une boucherie et une poissonnerie dans le meilleur des cas.

Pour tout le reste, ce sont des kilomètres de rayons de gâteaux industriels avec les pires additifs ; des kilomètres de boissons sucrés avec les pires édulcorants comme l’aspartame…

En pénétrant dans un supermarché, vous suivez la masse des consommateurs qui vont cueillir leurs légumes en conserves et arracher les grains de maïs des emballages plastiques. Le chasseur-cueilleur moderne en somme !

Le triste génie de l’agro-alimentaire (raffinons tous les produits, transformons tous les produits) occupe la quasi-totalité des grandes surfaces, avec les produits les moins riches en nutriments essentiels, les plus déséquilibrés et les plus préjudiciables pour votre santé.

2. Le paradis des promotions foireuses

Une pancarte flamboyante dès votre arrivée « PROMOTION », ce produit mérite un coup d’œil, mais oui il est moins cher !

Faux ! Plus d’une promotion sur deux ne vous fera rien gagner comparée au produit initial et pire encore, elle vous fera perdre plus d’argent. C’est le malheureux constat des nombreuses enquêtes dans toutes les grandes surfaces de France et des contrôleurs de la répression des fraudes.

Ne cherchez aucune honnêteté, on veut notre argent point barre.

3. Des quantités erronées pour plus de profit

Est-il possible de se faire entuber 2 fois pour le même produit ? 3 fois même ? Bien sûr, rien n’est impossible avec la grande distribution.

Si vous achetez un produit en promotion, vous avec plus d’une chance sur deux de perdre plus d’argent qu’avec le même sans promotion (1er entubage). Le deuxième entubage, c’est d’avoir acheté ce gâteau à cause de l’environnement et du matraque publicitaire. Le 3ème entubage, c’est sur le poids de votre paquet de gâteau.

Il y a de forte chance pour que la quantité achetée soit inférieure de 30 à 50 g que ce qui était prévue. C’est une réalité. Qui pèse son paquet de saumon une fois rentré à la maison ? Qui pèse son paquet de chips pour vérifier les 250 g affichés ? Personne ne le fait, et les économies réalisées retombent directement dans la poche des distributeurs.

4. Des aliments gonflés à l’eau ou à l’air

Un scandale quasiment invisible. Les plats préparés industriels sont les plus touchés par cette escroquerie culinaire et financière.

Les chefs de cuisine savent parfaitement gonfler le volume d’un blanc de poulet avec des additifs autorisés afin de conserver plus d’eau et d’augmenter artificiellement le poids des produits et donc le prix.

Au final, le prix peut augmenter de 5% sur le poulet, 5% sur la sauce et encore un autre 5% sur le riz. Vous payez de l’eau, quand ce n’est pas de l’air !

Pour les glaces, c’est au maximum 50% d’air pour être dans la légalité. Une bouché d’air, une bouché de glace…

5. Des prix invariants, des quantités plus faibles

C’est ce qu’on appelle l’inflation masquée. Dorénavant les distributeurs savent que les consommateurs cherchent le moins cher, les bonnes affaires et ils savent qu’il ne faut pas trop changer les prix pour ne pas changer les habitudes d’achat.

Aucun problème, on ne change pas les prix mais on diminue les quantités ! Incroyable mais vrai. Une association de consommateur en Allemagne conserve une copie de tous les produits vendus en grande surface.

Résultat des courses ? De nombreux paquets de biscuits, de dosettes de café, de sauce diverses voient leur emballage perdre quelques grammes pour le même prix.

« Moins j’y vais, mieux j’me porte ! »

A n’en point douter ! Vous devez être convaincu que le profit est le seul et unique objectif de ces enseignes et de ces actionnaires. Tout y est fait, étudié, analysé pour vous tromper, vous mentir et vous faire consommer les produits les plus addictifs, les plus chers et les plus dangereux pour votre santé.

Il est grand temps de vous rendre compte quand on vous enfile proprement, sans rien dire et en plus, c’est vous qui dites merci.

La grande distribution, les supermarchés doivent être fuis au maximum. Il convient de chercher des alternatives alimentaires plus saines et durables, comme les marchés, les AMAP et bien d’autres.

Voilà 5 bonnes raisons d’agir, dans le bon sens.

48 Commentaires

  1. Helene

    Pour le poids des aliments pre-peses pre-emballes (du style kilo de pommes, kilo de broccolis surgeles, boite de paprika etc.), il y a une tolerance dans le cahier des charges des producteurs: un ecart type est autorise de part et d’autre du poids indique sur l’emballage. En revanche, c’est possible que ca se fasse systematiquement aux depens du consommateur, mais je n’ai pas les moyens de me livrer a une etude statistique :)
    Pour les promos, ca peut etre utile si utilise intelligemment. En Grande Bretagne, il y a notamment les offres du style ‘3 articles pour le prix de 2’ ou ‘2 articles pour £2’ ou ‘BOGOF’ (buy one get one free) ou ‘half price’ (l’autre jour j’ai deniche un beau tourteau femelle a £2.50, avec ‘caviar’). Avec des produits non perissables, ou des surgeles, ca permet de faire des ecos. J’utilise parfois le site fixtureferrets. Egalement, les aliments arrivant a limite de la date de ‘presentation’ en magasin, sont fortement reduits (33%, 50%): j’achete parfois viande et poisson, et surtout enormement de fruits, fruits rouges, carottes etc. Idem chez le marchand de fruits et legumes, mais ils ne sont pas ouverts le dimanche, ni le soir en semaine.
    Il y a 2 marchands de fruits et legumes independants dans la ville ou je bosse, mais l’un est cher et hyper raciste, donc non utilisable par moi, et l’autre a un tout petit etalage et tout est cher. Le train est bonde le soir et il y a beaucoup de retard: veaux sur la voie, mais aussi la semaine derniere on a stationne 50 minutes entre 2 gares a cause d’un incendie. Donc je ne peux pas vraiment faire mon ravitaillement dans la ville ou je bosse.
    Si on achete des fruits/legumes du type pommes/radis en supermarche, il faut bien les laver, voire les eplucher, car certains supermarches (Tesco notamment) vaporise dessus un produit du type liquide vaisselle, pour les faire briller…
    Mardi dernier, un de mes collegues m’a file l’adresse d’un poissonnier independent (dans une troisieme ville) qui fait les livraisons a domicile. S’ils livrent en soiree ou le samedi, je vais les essayer, pour avoir un peu plus de choix qu’au supermarche (notamment en fruits de mer). Seulement, la encore, ca sera plus cher, et je n’ai pas les moyens de louer un voilier pour aller faire moi-meme mon ravitaillement en maquereaux le weekend (et si ce n’est pas deja le cas, la peche a la traine va etre reglementee, a cause de la baisse des stocks).
    Pour changer des habitudes, je ne suis pas sure que la peur du danger ou du ridicule soit si efficace. Par exemple l’alcoolisme: beaucoup de britanniques sont conscients qu’ils ont un probleme, mais ne peuvent pas arreter de boire. Quand je regarde les questionnaires medicaux de mes clients (assurance vie), on voit qu’ils sont en surpoids, avec une addiction au sucre et un probleme d’alcool et 0 activite physique… et 10 ans plus tard, pan, cancer du pancreas, cancer du rein, cancer du sein… Ils ont procrastine toute leur vie d’adulte. Cette nuit, en me levant a 5 heures pour aller aux toilettes, j’ai trouve un inconnu en train de roupiller allonge dans le couloir de mon 2 pieces. C’est un copain de ma voisine, qui est rentre ivre cette nuit et s’est trompe d’appart (je m’integre, donc je ne feme plus ma porte a clef mais je sens que je vais recommencer a faire comme a Paris…). Le retour a la realite a ete tres difficile pour lui (j’avais l’impression d’etre revenue 15 ans en arriere, quand je donnais des cours particuliers a des gosses peu degourdis) mais j’ai enfin reussi a lui faire reintegrer l’appart d’a cote. Et malgre cette mesaventure, et le fait que ma voisine et lui se soient vachement engueules quand ils se sont enfin leves a cote, je suis sure que le weekend prochain (voire ce soir meme) il prendra une autre cuite… Enfin, il ne m’a pas reveillee, il n’a pas vomi, il n’etait pas agressif (juste ‘please let me go back to sleep’), et il n’y a pas eu de casse…

  2. Rap

    On meme temps les prix sont doublé voir triplé ailleurs…

  3. Alain

    Bravo pour cet article pleins de préjugé sur les grandes surfaces et qui fait bien sur l’apologie des magasins bio. La plus belle arnaque de ces dernières années pour rassurer le citadin et lui donner bonne conscience. Je pense que les magasins Bio sont pires que la Grande Distribution, car sous couvert du fameux label vert, ils s’autorisent à vendre n’importe quoi à des prix faramineux pour convaincre le pauvre neuneu acquis à la cause du BIO que les produiits sont cultivés et manufacturés dans le respect et la tradition. Ho, les gars, les filles réveillez vous, certes les plats cuisinés et les produits inductriels en général sont bourrés de colorants et de conservateurs mais merde réveillez vous, un produit estampillé BIO c’ets de l’arnaque à l’état pur pour titiller votre instinct de survie et de la protection de la planète. Si vous regardez attentivement les dernières enquêtes sur les magasins et produits bio vous verrez bien que les normes ne sont pas respectez. Moi qui ai la chance de vivre dans une ville relativement campagne et qui a la possibilité de cultiver mon jardin, je me marre de tous ces citadins ahuris devant les magasins bio surtout vu le prix pratiqué c’est véritablement une honte scandaleuse. Oui, bravo pour cet article, qui ressasse les mêmes clichés invariablement, ce qui serez bien c’est surtout de dénoncer les enseignes comme Carrefour ou Leclerc qui affiche un prix sur l’étagère qui une fois arrivez en caisse n’est pas le même… Alors, oui, comme cité plus haut, pas facile de retenir tous les prix, ben si justement, un excellent exercice de mémoire. Combien de fois, j’ai dit à la caissière, ha non !!! le prix enregistré n’est pas celui affiché !!!! Souvent la caissière après vérification, retape le prix correct ou alors si mauvaise foi, je laisse l’article… Quand on a un budget serré on ne peux pas se permettre d’être laxiste sur les prix, désolé quitte à avoir honte à la caisse ou passer pour un emmerdeur, je préfère encore en avoir pour mon argent.
    Alors, juste pour finir, l’article est vraiment agaçant avec ses préjugés de merde sur la grande distrib et son empathie sirupeuse sur les magasins BIO, tout ca c’est juste de l’entubage de consommateurs, que ce soit au niveau produits industriels ou soi-disant naturel. Reveillez vous, rester lucide et ne laisser pas le cœur endormir votre raison, ..Ni votre porte-monnaie.

  4. lalliepat

    Merci Alain

    Je trouve qu’il a raison le bougre ! Voilà bien longtemps, que je m’insurge contre les prix pratiqués par les magasins bio.
    Zut alors ! pourquoi doit-on payer le double un produit “naturel” c’est le paradoxe de notre société d’hyperproduction et d’hyperconsommation !

    Il faut consommer “comme tout le monde” avec “les produits de tout le monde”, en rang bien en ligne derrière la ligne de caisse, on suit le précédent… et on consomme ce qui nous est édicté… ça ne vous rappelle rien…
    et puis un jour on dit “non”… et là on se dit que consommer autrement ce serait bien et mieux. Alors on le crie bien fort “qu’on veut sortir du rang des longues files de caisses, qu’on veut du n a t u r e l ! On veut retourner aux sources “du vrai manger”… ”

    “On” nous écoute voui voui, “on” nous écoute… et “on” se dit qu’il y a surement du “fric à faire” avec cette “bande de neuneus” qui veut sortir du rang… alors oui “on” va leur en donner du naturel, du bio, du “écolomachin truc” … mais c’est nous qui décidons… comme toujours !

    C’est bien comme ça en effet que ça se passe. Victime une fois, victime toujours !

    Mais bon, il vaut mieux (quand on n’a pas d’autre choix) consommer bio, que consommer de la m…de en sachet sous vide non ? Tout le monde n’a pas la possibilité de planter ses propres carottes, navets, poireaux, et tous ces bons légumes de ma grand-maman…
    mais on peut quand on le veut s’organiser pour faire bouger les choses… se regrouper par exemple pour consommer directement chez le producteur, de “vrais” produits qui respectent le cycle des saisons, à de “justes prix” et qui reviennent à celui qui se donne la peine de travailler la terre, ou d’affronter la mer… court-circuiter tous ces lobbies et redonner sa vraie valeur au travailleur de la terre et de la mer.

    Il y a toujours une ferme, un groupement de maraîchers, ou un petit port de pèche avec des pêcheurs fiers de vous faire profiter de la fraicheur de leurs produits… cherchez bien, vous trouverez et puis si vous ne trouvez pas il reste le net… Gaec, coopératives de petits producteurs, fermes, producteurs-maraichers… on trouve toujours !

    La chose importante que l’on oublie, c’est qu’au lieu de faire tout seul la queue ‘neuneu’ dans les hyper-marchés, en se regroupant on peut consommer autrement, plus sainement et bien moins cher… sur ce… je vais au marché chez mon petit producteur, chercher des légumes qui sentent encore la terre, et des pommes au bon goût d’automne que je pourrai garder sans crainte de les voir se ratatiner ou pourrir avant même d’être mûres !
    bonne journée à vous toutes et tous avec toute mon amitié.

  5. antoine

    Bonjour.

    article surement juste, et qui a le mérite d’éveiller l’attention du concommateur. Manque des ref de stats, d’études pour crédibiliser la position .

    Pour moi le fond du problème c’est l’attitude de chacun. Que chacun retrouve un peu de logique et de bon sens dans son attitude.
    Y’a pas de crise. La crise c’est un leurre insidieux qui consiste à faire croire à la classe moyenne que l’on a jamais assez a la fin du mois.
    En 4 ans mon budget courses a baissé d’environ 35%. Et je mange de mieux en mieux…

  6. Gosselin Christine

    VOUS AIMEZ LE MIEL ?…..

    On s’en doutait un peu..

    https://www.youtube.com/watch?v=KLLCMqKhKgM

  7. SOURICE

    Et bien moi, depuis quelques mois (presqu’un an d’ailleurs) je me rends toute les semaines dans une ferme ou il est possible de cueillir ses légumes (et quelle saveur) On y trouve également de la viande ou charcuterie qui viennent directement de l’éleveur.
    Au moins, on voit les bestiaux dans les champs et il en est de même pour les légumes.
    Bien sûr, le choix est moins important. L’été, je prends plus de tomates ou courgettes etc que je cuisine et ces plats sont ressortis l’hiver.
    Donc, pas de merdasse, ni additif, ni colorant que l’on retrouver systématiquement chez LECLERC, AUCHAN, CARREFOUR, U et tous les autres.
    Je ne supporte plus leur politique car en plus de nous proposer cette merdasse, ils saignent les fournisseurs (je peux le prouver car j’ai travaillé avec une de ces enseignes.
    Je vais aussi apprendre à mes petits enfants à détester le MDO, le QUICK et toutes ces enseignes qui ne font que du gras, du trop sucré ou trop salé.
    J’encourage aussi tous mes ami(e)s à faire comme moi.
    Au moins, le producteur vit de son travail et le consommateur est ravi de ce qu’on lui propose.
    FUYEZ FUYER LA GRANDE DISTRIBUTION QUI NOUS EMPOISONNE TOUS LES JOURS.
    Tous ces dirigeants qui ne voit pas santé mais FRIC FRIC FRIC et ENCORE FRIC.

  8. Gilles B

    J’approuve vos 5 raisons concernant les supermarchés, mais il faut bien manger. Je vais chez le petit marraîché prés de chez moi et je recherche aussi des petits éleveurs de volailles bio mais cela n’ai pas suffisant pour nourrir tout ce beau monde. Les supermarchés ont encore de beaux jours devant eux et continueront à se foutre de leur clientèle et de leurs fournisseurs.
    Je voudrais rajouter à votre blog une condamnation vers beaucoup de restaurants qui nous servent de la merde à table sans se soucier des dates de fraîcheurs et de l’hygiène de leurs cuisines et frigos. Pour couper les cheveux vous devez être diplômé, pour nourrir votre semblable, vous pouvez être le plus crasseux des êtres, c’est pas grave.

  9. WEBANI

    Bonjour à tous. Je viens de voir, sur la 1ère, le reportage sur toi Jeremy. Tes ennuis de santé t’ont fait réagir. Ça n’est hélas pas le cas de toutes les personnes dont la santé s’est dégradée, souvent à cause d’une mauvaise alimentation. Qui a dit que nous creusons notre tombe avec nos dents…ou un truc dans ce genre la?
    Quand a la grande distribution…Dieu du Ciel! Comme les gens sont naïfs, parfois je jette un œil dans les cadis et ça fait peur…comment font-ils pour donner une telle nourriture à leurs enfants? Ne faudrait-il pas raisonner avant d’acheter? Se demander si tel aliment ou boisson est nutritif et ce qu’il m’apporte en capital santé? Ça ferait du bien au porte monnaie à coup sur. Bon WE a tous.

  10. fred16

    Je confirme pour la raison numéro 4, exemple un rôti de porc en grande surface quand vous ouvrez la barquette, sous votre rôti il y une espèce de papier de type buvard et celui ci quand vous l’essoré il en sort presque qu’un demi verre d’eau, donc perso si je doit acheté un rôti de porc c’est direct a la coupe et sous mes yeux, si ça me plait pas je laisse. il arrive que cette méthode a pour effet d’énervé le boucher et parfois ça peut finir mal (expérience vécu).

  11. V V

    Il y a longtemps que je ne vais plus faire mes courses en grande surface et mon porte monnaie s’en porte bien mieux , pas de tentation inutile !
    Evidemment ma santé , est également bien meilleur
    Bravo pour ce blog formidable

  12. sandra

    idem pour les pharmacies: c’est de la grande distribution pour médicaments

  13. chantal

    bravo je l avais découvert depuis que j ais le temps de faire les courses , tout est vrais faite confiance a l article publier

  14. chantal

    bravo, la publication est juste , depuis ma retraite ,je prends le temps de faire mes courses , et j ai découvert ce souci de prix et qualité , bien d informé lé public merci

  15. Double-Sis

    Je change mes habitudes peu a peu aussi : je suis passée aux paniers de légumes bio depuis un moment mais vais toujours au supermarché pour tout le reste. On ne se défait pas comme ca de ses (mauvaises) habitudes. Dire que c’était vu comme une révolution l’avènement des supermarchés…

  16. Pineau

    Je met plus les pieds dans la grande distribution pour acheter depuis février 1985. J’achète sur les marchés quand je fais connaissance d’un producteur sérieux ou directement à la ferme. Je vais peut-être y retourner pour acheter les produits de la marque créer par le consommateur “C’est qui le patron ?!” qui rémunère au juste prix le producteur local avec une traçabilité totale.

Les commentaires sont fermes.