Allaiter son enfant jusqu’à ses 6 ans

allaiter-enfant-nourrisson-lait-sevrage

Avant-propos

Aujourd’hui j’ai le plaisir d’accueillir pour la première fois Fabien, Amélie et Arthur, leur petit enfant, pour un article invité sur la question de l’allaitement, et plus précisément sur quand faudrait-il arrêter d’allaiter. Ce n’est que le 2ème article invité du blog, et je vous invite à visiter le blog de cette famille très ouverte d’esprit et avant-gardiste, « Famille Epanouie« , qui propose nombre d’articles sur l’éducation ou les rapports de force entre les parents et les enfants.

Je laisse la suite à Fabien ! Excellente lecture à tous et merci à eux pour ce bel article.

Allaiter, c’est bon pour la santé

Jérémy a déjà traité le sujet du bienfait de l’allaitement maternel – Lait Maternisé: l’histoire d’une Escroquerie. Article excellent en tout point, il y expose les principaux bénéfices pour le bébé: meilleur système immunitaire, diminution du risque de troubles du comportement, meilleures capacités cognitives, diminution des risques d’obésité, de diabète, d’allergies et de problèmes cardio-vasculaires.

Je rajoute que cela est également excellent pour la santé de la maman : meilleur bien-être mental, diminution du risque de diabète de type 2, diminution du risque de cancer du sein, diminution du risque de polyarthrite rhumatoïde.

La liste est très loin d’être exhaustive mais vous l’aurez compris, l’allaitement est ce qu’il y a de meilleur pour la maman et son bébé. Une étude menée en 2004 dans la Loire fait ressortir que 91% des mamans allaitantes le font car elles savent que c’est meilleur pour la santé. L’information semble donc bien passer, du moins, pour les mères qui allaitent.

Cependant, que sait-on réellement de la durée idéale de l’allaitement?

Que dit la médecine ?

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande l’allaitement exclusif au sein jusqu’à l’âge de six mois. De six mois à deux ans, voire plus, l’allaitement doit être complété par une autre alimentation. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommande un allaitement maternel exclusif pendant six mois révolus. L’allaitement peut être poursuivi ensuite, avec des aliments complémentaires, jusqu’à deux ans voire davantage.

L’Académie américaine de Pédiatrie (AAP) recommande un allaitement exclusif de 6 mois, et un allaitement minimum de 12 mois sont recommandés. Des aliments de compléments contenant du fer doivent être progressivement introduits dans l’alimentation durant la seconde moitié de la première année.

Les organismes de santé sont d’accord sur un point : un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois. Après on continue l’allaitement en introduisant des aliments jusqu’à 1 an, 2 ans, voire plus. Tout parent sur cette planète souhaite le meilleur pour son enfant et pourtant, je prends l’exemple de la France, la grande majorité des mamans arrêtent rapidement après la sortie de la maternité.

« L’allaitement est un véritable abus sexuel de la part de la mère »

Si au début de l’allaitement, l’entourage trouve vraiment génial que l’enfant soit allaité, cela risque de changer progressivement au fil du temps. Un nouveau-né qui tête, c’est « tellement beau », alors que pour un petit garçon de 2 ans, ça commence franchement à devenir « bizarre » voire « malsain ». Simple précision, les mamelons ne sont pas à la base des objets sexuels. Il est parfois regrettable de constater que leur fonction première d’allaitement a disparu.

C’est devenu inacceptable d’allaiter son bambin en public. Nous avons tendance à voir les enfants comme des petits adultes dès qu’ils parlent et qu’ils marchent. Il suffit de tendre l’oreille dans son propre entourage pour estimer que notre société considère qu’un allaitement prolongé c’est de 6 mois à 2 ans. Au delà, la maman devait peut-être consulter :-) Je plaisante, mais j’ai parfois le sentiment.

En France, le pédopsychiatre Marcel Rufo tient une tribune publique tous les matins sur France 5. Voici un exemple des propos qu’il peut tenir:

« J’ai connu un petit garçon qui, à 4 ans, était toujours allaité par sa mère. A 10 ans, il s’en souvenait encore. Sans aller jusqu’à cet excès, il y a dans l’allaitement un véritable abus sexuel de la part de la mère. L’enfant doit pouvoir oublier le plaisir procuré par l’allaitement, n’en garder que des traces inconscientes, et non pas des images précises qui viendraient l’embarrasser« .

Son émission est à l’antenne depuis près de 6 ans.

Dans la nature, c’est 2 ans minimum

Ce que considère la société est-il le reflet de la nature?  Des chercheurs ont essayé d’estimer la durée naturelle de l’allaitement chez les Hommes. Dans les cultures traditionnelles où le lait artificiel n’a pas sa place, l’enfant est généralement allaité jusqu’à 2 à 4 ans.

Chez les nomades chasseurs-cueilleurs de la tribu des Bofi en Afrique, les enfants sont allaitées entre 36 et 53 mois, alors que les membres sédentaires de cette même tribu allaitent entre 18 et 27 mois. La moyenne des civilisations étudiées est de 30 mois. Des recherches archéologiques ont confirmé ces chiffres car nous pouvons déterminer le moment du sevrage en étudiant les squelettes des enfants. Selon la Bible, les Hébreux allaitaient leurs enfants jusqu’à 2 à 3 ans.

Dans les civilisations précolombiennes, l’enfant avait accès au sein jusqu’à 6 ans voire même 12 ans. Malgré le fait que ces civilisations semblent vivre de façon naturelle, nous constatons une certaine disparité entre leur durée d’allaitement.

Nous pouvons donc penser que la manière de vivre de celles-ci influe sur la durée d’allaitement. Difficile donc de connaître à quel âge un enfant choisi de se sevrer seul et de façon naturelle.

En écrivant cet article, je me suis dit que la meilleure façon de connaître le moment du sevrage naturel est de nous comparer à nos mammifères les plus proches. L’humain fait partie de la famille des hominidés.

Cette famille comprend l’homme, le chimpanzé, le gorille, l’orang-outang et le gibbon. Dans les hominidés, il y a un nouveau regroupement, je vous copie-colle un schéma trouvé sur Google images:

Schéma des hominidés

Schéma des hominidés

L’homme est catégorisé dans les homininae avec le chimpanzé et le gorille, puis dans les hominini où il est associé uniquement au chimpanzé.

L’anthropologue Katherine Dettwyler a étudié la durée d’allaitement des grands singes en fonction de la durée de la gestation pour ensuite la comparer à l’homme.

 Singes

 Durée de gestation

(en mois)

 Durée d’allaitement

(en mois)

Ratio

Allaitement/gestation

Chimpanzé 7,6 486,3
Gorille 8,5 526,1
Orang-outan 8,6 364,2
Gibbon 6,8 243,5

Le chimpanzé et le gorille sont les deux primates qui font partie des homininae  avec l’homme. Pour ces deux singes, leur ration allaitement/gestation est quasi semblable. Si l’on applique ces données à l’être humain, 9 mois de gestation que l’on multiplie par un ratio de 6, nous obtenons un sevrage à 54 mois soit 4,5 années. Selon Katherine Dettwyler:

« si les humains sèvrent leur progéniture sur le modèle des primates, en faisant abstraction des croyances et coutumes, la plupart des enfants devraient se sevrer entre 2,5 et 7 ans ».

Particularités humaines

Force est de constater que peu d’êtres humains allaitent leur progéniture jusqu’à plus de 4 ans, et deux explications peuvent en être la cause. La première est que nous avons fait du sein un objet sexuel, la seconde est que l’humain est le seul mammifère à pratiquer le co-allaitement.

Le sein en tant qu’organe érotique est très marqué dans notre culture occidentale. Ceci est évidemment l’une des raisons pour laquelle il est rare de voir une maman donner le sein dans un espace public, qui plus est quand l’enfant parle et marche. Quand il voit des gros seins, le mâle occidental a tendance à oublier sa fonction alimentaire. Le co-allaitement est là aussi une particularité de l’espèce humaine. Les autres animaux reprennent en général leur relation sexuel après le sevrage de leur petit. Les femelles connaissent ainsi une longue période d’infertilité.

Il peut par exemple s’écouler 6 ans entre deux naissances chez les chimpanzés, et quatre ans et demi chez les bonobos. Il est donc rare d’avoir des périodes de co-allaitement chez les animaux.

Chez l’humain, il peut-être difficile et contraignant pour une mère d’allaiter deux enfants en même temps. Durant la grossesse, les seins deviennent très sensibles et l’allaitement peut devenir désagréable pour la mère. Le lait change également de composition afin de correspondre aux besoins du bébé à venir, et cela peut surprendre et décourager l’enfant allaité.

Quel est l’âge idéal du sevrage ?

C’est une question à laquelle il est bien difficile de répondre puisque le meilleur moment est quand l’enfant l’a décidé. Là aussi, en fonction de ce que l’entourage familiale va lui dire et du comportement, conscient ou inconscient, de la mère, l’enfant peut choisir de se sevrer à différents âges.

Ce qui semble à peu près logique, c’est un allaitement de 2 ans minimum. Donc avant cet âge, il me semble  inopportun de parler d’allaitement long. L’enfant doit atteindre l’âge de 6 ans environ pour avoir un système immunitaire achevé et performant. Nous pouvons donc imaginer que l’allaitement peut sans problème se prolonger jusqu’à cet âge.

Je termine cet article en vous faisant part de mon expérience personnelle. Notre fils a 18 mois et est toujours allaité. Avant sa naissance, Amélie, mon épouse, prévoyait un allaitement jusqu’à 6 mois. Ce qui déjà sans réelle connaissance ni réflexion poussée sur le sujet était relativement long comparé à ce que nous connaissions dans notre entourage.

Lors des premiers mois de l’allaitement, nous avons cherché à connaître les réels bienfaits de l’allaitement. Aujourd’hui, il nous paraît évident que plus l’allaitement est long plus c’est meilleur pour l’enfant, et tant au niveau de la santé physique que mentale.

Je vous invite à partager avec nous votre avis et/ou votre expérience. Que pensez-vous d’un allaitement supérieur à 2 ans? Trouvez-vous cela normal? Ou à contrario, quelles sont raisons pour lesquelles vous trouvez cela trop long ?


Notes et références

http://www.lllfrance.org/Etudes-sur-l-allaitement/Quelques-Etudes-2008.html

Breast-feeding and maternal mental well-being among Bangla­deshi and Pakistani women in north-east England. Noor SZ, Rousham EK. Public Health Nutr 2008 ; 11 : 486-92.

Duration of breast-feeding and the incidence of type 2 diabetes mellitus in the Shangai Women’s Health Study.

Villegas R et al. Diabetologia 2008 ; 51 : 258-66 Epidemiology of basal-like breast cancer. Millikan RC et al. Breast Cancer Res Treat 2008 ; 109(1) : 123-39.

http://www.info-allaitement.org/etude-en-france.html

http://www.santeallaitementmaternel.com/se_former/histoires_allaitement/allaitement_rollet.php

http://www.lllfrance.org/Autres-textes-LLL/Epidemiologie-de-l-allaitement-Allaitement-et-contraception.html

http://www.liewensufank.lu/fr/bon-a-savoir/allaitement/duree-de-lallaitement/allaitement-prolonge-ou-est-le-probleme/

http://www.info-allaitement.org/sevrage-chez-les-singes.html

Smith TM, Machanda Z, Bernard AB, Donovan RM, Papakyrikos AM, Muller MN, Wrangham R. (2013) First molar eruption, weaning, and life history in living wild chimpanzees. Proc Natl Acad Sci U S A. 2013 Feb 19;110(8):2787-91. doi: 10.1073/pnas.1218746110. Epub 2013 Jan 28.

237 Commentaires

  1. Victor

    Merci pour cet article qui me permettra de donner qqs réponses adaptées aux questions qui tarodent mes interlocuteurs dès que je parle de l’allaitement long (ou non interrompu) de mes enfants…

Les commentaires sont fermes.