Avant-propos. Nous avons le plaisir d’accueillir pour la première fois Fabien, Amélie et Arthur, leur petit enfant, pour un article invité sur la question de l’allaitement, et plus précisément sur quand faudrait-il arrêter d’allaiter. Ce n’est que le 2ème article invité du blog, et je vous invite à visiter le blog de cette famille très ouverte d’esprit et avant-gardiste, “Famille Epanouie“, qui propose nombre d’articles sur l’éducation ou les rapports de force entre les parents et les enfants. Je laisse la suite à Fabien ! Excellente lecture à tous et merci à eux pour ce bel article.

Allaiter, c’est bon pour la santé

Jérémy a déjà traité le sujet du bienfait de l’allaitement maternel – Lait Maternisé: l’histoire d’une Escroquerie. Article excellent en tout point, il y expose les principaux bénéfices pour le bébé: meilleur système immunitaire, diminution du risque de troubles du comportement, meilleures capacités cognitives, diminution des risques d’obésité, de diabète, d’allergies et de problèmes cardio-vasculaires.

Je rajoute que cela est également excellent pour la santé de la maman : meilleur bien-être mental, diminution du risque de diabète de type 2, diminution du risque de cancer du sein, diminution du risque de polyarthrite rhumatoïde.

La liste est très loin d’être exhaustive mais vous l’aurez compris, l’allaitement est ce qu’il y a de meilleur pour la maman et son bébé. Une étude menée en 2004 dans la Loire fait ressortir que 91% des mamans allaitantes le font car elles savent que c’est meilleur pour la santé. L’information semble donc bien passer, du moins, pour les mères qui allaitent.

Cependant, que sait-on réellement de la durée idéale de l’allaitement?

Que dit la médecine ?

Certains journaux scientifiques viennent d’interdire la publicité pour les préparations infantiles dans leurs colonnes. Les éditeurs refusent de cautionner une industrie qui ne respecte pas les règles internationales et qui essaye de détourner les mamans de l’allaitement.

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande l’allaitement exclusif au sein jusqu’à l’âge de six mois. De six mois à deux ans, voire plus, l’allaitement doit être complété par une autre alimentation. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommande un allaitement maternel exclusif pendant six mois révolus. L’allaitement peut être poursuivi ensuite, avec des aliments complémentaires, jusqu’à deux ans voire davantage.

L’Académie américaine de Pédiatrie (AAP) recommande un allaitement exclusif de 6 mois, et un allaitement minimum de 12 mois sont recommandés. Des aliments de compléments contenant du fer doivent être progressivement introduits dans l’alimentation durant la seconde moitié de la première année.

Les organismes de santé sont d’accord sur un point : un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois. Après on continue l’allaitement en introduisant des aliments jusqu’à 1 an, 2 ans, voire plus. Tout parent sur cette planète souhaite le meilleur pour son enfant et pourtant, je prends l’exemple de la France, la grande majorité des mamans arrêtent rapidement après la sortie de la maternité.

“L’allaitement est un véritable abus sexuel de la part de la mère”

Si au début de l’allaitement, l’entourage trouve vraiment génial que l’enfant soit allaité, cela risque de changer progressivement au fil du temps. Un nouveau-né qui tête, c’est “tellement beau”, alors que pour un petit garçon de 2 ans, ça commence franchement à devenir “bizarre” voire “malsain”. Simple précision, les mamelons ne sont pas à la base des objets sexuels. Il est parfois regrettable de constater que leur fonction première d’allaitement a disparu.

C’est devenu inacceptable d’allaiter son bambin en public. Nous avons tendance à voir les enfants comme des petits adultes dès qu’ils parlent et qu’ils marchent. Il suffit de tendre l’oreille dans son propre entourage pour estimer que notre société considère qu’un allaitement prolongé c’est de 6 mois à 2 ans. Au delà, la maman devait peut-être consulter :-) Je plaisante, mais j’ai parfois le sentiment.

En France, le pédopsychiatre Marcel Rufo tient une tribune publique tous les matins sur France 5. Voici un exemple des propos qu’il peut tenir:

J’ai connu un petit garçon qui, à 4 ans, était toujours allaité par sa mère. A 10 ans, il s’en souvenait encore. Sans aller jusqu’à cet excès, il y a dans l’allaitement un véritable abus sexuel de la part de la mère. L’enfant doit pouvoir oublier le plaisir procuré par l’allaitement, n’en garder que des traces inconscientes, et non pas des images précises qui viendraient l’embarrasser“.

Son émission est à l’antenne depuis près de 6 ans.

Dans la nature, c’est 2 ans minimum

Ce que considère la société est-il le reflet de la nature?  Des chercheurs ont essayé d’estimer la durée naturelle de l’allaitement chez les Hommes. Dans les cultures traditionnelles où le lait artificiel n’a pas sa place, l’enfant est généralement allaité jusqu’à 2 à 4 ans.

Vous êtes végétaliennes et vous allaiter ? Pensez à surveiller vos apports en choline, un nutriment essentiel que l’on oublie souvent et qui intervient dans de nombreux processus biologique.

Chez les nomades chasseurs-cueilleurs de la tribu des Bofi en Afrique, les enfants sont allaitées entre 36 et 53 mois, alors que les membres sédentaires de cette même tribu allaitent entre 18 et 27 mois. La moyenne des civilisations étudiées est de 30 mois. Des recherches archéologiques ont confirmé ces chiffres car nous pouvons déterminer le moment du sevrage en étudiant les squelettes des enfants. Selon la Bible, les Hébreux allaitaient leurs enfants jusqu’à 2 à 3 ans.

Dans les civilisations précolombiennes, l’enfant avait accès au sein jusqu’à 6 ans voire même 12 ans. Malgré le fait que ces civilisations semblent vivre de façon naturelle, nous constatons une certaine disparité entre leur durée d’allaitement.

Nous pouvons donc penser que la manière de vivre de celles-ci influe sur la durée d’allaitement. Difficile donc de connaître à quel âge un enfant choisi de se sevrer seul et de façon naturelle.

En écrivant cet article, je me suis dit que la meilleure façon de connaître le moment du sevrage naturel est de nous comparer à nos mammifères les plus proches. L’humain fait partie de la famille des hominidés.

Cette famille comprend l’homme, le chimpanzé, le gorille, l’orang-outang et le gibbon. Dans les hominidés, il y a un nouveau regroupement, je vous copie-colle un schéma trouvé sur Google images:

Schéma des hominidés
Schéma des hominidés

L’homme est catégorisé dans les homininae avec le chimpanzé et le gorille, puis dans les hominini où il est associé uniquement au chimpanzé.

L’anthropologue Katherine Dettwyler a étudié la durée d’allaitement des grands singes en fonction de la durée de la gestation pour ensuite la comparer à l’homme.

 Singes

 Durée de gestation

(en mois)

 Durée d’allaitement

(en mois)

Ratio

Allaitement/gestation

Chimpanzé 7,6 486,3
Gorille 8,5 526,1
Orang-outan 8,6 364,2
Gibbon 6,8 243,5

Le chimpanzé et le gorille sont les deux primates qui font partie des homininae  avec l’homme. Pour ces deux singes, leur ration allaitement/gestation est quasi semblable. Si l’on applique ces données à l’être humain, 9 mois de gestation que l’on multiplie par un ratio de 6, nous obtenons un sevrage à 54 mois soit 4,5 années. Selon Katherine Dettwyler:

« si les humains sèvrent leur progéniture sur le modèle des primates, en faisant abstraction des croyances et coutumes, la plupart des enfants devraient se sevrer entre 2,5 et 7 ans ».

Particularités humaines

Force est de constater que peu d’êtres humains allaitent leur progéniture jusqu’à plus de 4 ans, et deux explications peuvent en être la cause. La première est que nous avons fait du sein un objet sexuel, la seconde est que l’humain est le seul mammifère à pratiquer le co-allaitement.

Le sein en tant qu’organe érotique est très marqué dans notre culture occidentale. Ceci est évidemment l’une des raisons pour laquelle il est rare de voir une maman donner le sein dans un espace public, qui plus est quand l’enfant parle et marche. Quand il voit des gros seins, le mâle occidental a tendance à oublier sa fonction alimentaire. Le co-allaitement est là aussi une particularité de l’espèce humaine. Les autres animaux reprennent en général leur relation sexuel après le sevrage de leur petit. Les femelles connaissent ainsi une longue période d’infertilité.

Il peut par exemple s’écouler 6 ans entre deux naissances chez les chimpanzés, et quatre ans et demi chez les bonobos. Il est donc rare d’avoir des périodes de co-allaitement chez les animaux.

Chez l’humain, il peut-être difficile et contraignant pour une mère d’allaiter deux enfants en même temps. Durant la grossesse, les seins deviennent très sensibles et l’allaitement peut devenir désagréable pour la mère. Le lait change également de composition afin de correspondre aux besoins du bébé à venir, et cela peut surprendre et décourager l’enfant allaité.

Vous désirez allaiter ou vous avez difficulté pour y arriver ? Découvrez l’enquête inédite de Dur à Avaler sur les secrets d’un allaitement réussi avec le témoignage de nombreuses mamans allaitantes. Toutes leurs astuces y sont décrites pour vous aider à affronter les étapes difficiles et vivre ces moments de bonheur.

Quel est l’âge idéal du sevrage ?

C’est une question à laquelle il est bien difficile de répondre puisque le meilleur moment est quand l’enfant l’a décidé. Là aussi, en fonction de ce que l’entourage familiale va lui dire et du comportement, conscient ou inconscient, de la mère, l’enfant peut choisir de se sevrer à différents âges.

Ce qui semble à peu près logique, c’est un allaitement de 2 ans minimum. Donc avant cet âge, il me semble  inopportun de parler d’allaitement long. L’enfant doit atteindre l’âge de 6 ans environ pour avoir un système immunitaire achevé et performant. Nous pouvons donc imaginer que l’allaitement peut sans problème se prolonger jusqu’à cet âge.

Je termine cet article en vous faisant part de mon expérience personnelle. Notre fils a 18 mois et est toujours allaité. Avant sa naissance, Amélie, mon épouse, prévoyait un allaitement jusqu’à 6 mois. Ce qui déjà sans réelle connaissance ni réflexion poussée sur le sujet était relativement long comparé à ce que nous connaissions dans notre entourage.

Lors des premiers mois de l’allaitement, nous avons cherché à connaître les réels bienfaits de l’allaitement. Aujourd’hui, il nous paraît évident que plus l’allaitement est long plus c’est meilleur pour l’enfant, et tant au niveau de la santé physique que mentale.

Je vous invite à partager avec nous votre avis et/ou votre expérience. Que pensez-vous d’un allaitement supérieur à 2 ans? Trouvez-vous cela normal? Ou à contrario, quelles sont raisons pour lesquelles vous trouvez cela trop long ?

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

246 commentaires
  1. Merci pour cet article qui me permettra de donner qqs réponses adaptées aux questions qui tarodent mes interlocuteurs dès que je parle de l’allaitement long (ou non interrompu) de mes enfants…

  2. Mon fils a 3 ans et toujours allaité à la demande !!!! Le matin il est quasi coller au sein.
    Et si je refuse pour X raison ( sein douloureux. Occuper) il pique une colère. Il en a vraiment besoin pdt que d autre pique d crises pour un bonbon ou un jouet bah mon fils c pour le sein . Je capitule hein. Je suis pour le sevrage naturel . Je ne connaissais pas je viser 1 an au départ et javais même peur que bébé arrête de lui-même ( j’en pleurer a y en penser ). A 2 ans j j’etais super heureuse d’avoir été jusque la . Un exploit tt mn entourage ont arrêter a 4 mois . Et je me disais c bon si décidé d’arrêter g bien profite et kan il avait réduit les têtes je pleurer bon bah je suis pas prête lol et voilà 3 ans et 3 mois d’allaitement et il est tjs accro. Il tete des que je suis av lui la journée la nuit ( cododo) . Il boit que mon lait et de leau . J’allaite en public par contre. Pas le choix il pique une crise baisse le tshirt lol ..on me regarde bizarre mais m en fou . Mon fils passe avant .
    Par contre ce qui m agace et je pensais kil aurait arrêter avec le TPS. Kan il tete sur un sein il serre lautre sein . C désagréable boir douloureux car il pince fort des fois. Pourquoi il fait ça ? Kan je retire sa main il pleure.

    1. J’avais lu des choses à ce sujet, il est probable que le fait de pincer l autre sein a un effet de simulation de la lactation.. C est bien pénible je suis d accord et mon fils de plus de deux ans ne veut pas arrêter, ça a l’air d être presque un comportement réflexe tant c’est instinctif chez lui…

  3. Bonjour, mon fils a 3 ans et demi, il vient de faire sa première rentrée… Il est toujours allaité et en cododo… Des conneries sur l allaitement, j en ai entendu beaucoup et c est pourquoi je n ai jamais mis les pieds chez un pédiatre ? Nourrir son enfant de son lait est naturel, biologiquement et physiologiquement. J allaite mon fils devant l école lorsque je le récupère à midi. Je n ai pour l instant eu aucune réflexion… mais les réponses sont déjà toutes prêtes ? #freetheboobz #freethenipples #breastfeeding ❤

  4. Bonjour à tous.
    Je suis tombée là par hasard. Pour ma part, personne dans ma famille et belle-famille n’a allaité plus de 3 mois ou pas du tout allaité. Je n’y connaissais rien, mais ce qui était sur pour moi c’est que je ne donnerai jamais de lait industriel à mon fils, sauf cas extrême. Je suis donc allée aux séances allaitement à l’hôpital avant l’accouchement. Et ça m’a conforté dans mes choix.
    Aujourd’hui j’allaite encore mon petit de 3 ans et 9 mois, à notre grand bonheur. J’adore ça et lui aussi. Je passe les commentaires “arrêtes…, ou tu as battu le record…, c’est un garçon en +…etc etc…”
    Ce qui empêche à mon avis l’allaitement long en France, c’est le congé mater trop court. J’ai pris un congé parental de 2 ans et demi ce qui a facilité l’allaitement. Alors oui, financièrement ça a été dur pendant le congé parental, mais pour rien au monde je ne regrette.
    ??

  5. Je suis tombé par hasard sur le sujet.
    maman de 5 enfants j’ai toujours allaiter mes enfants lorsque j’avais eux mon 3 bébé une fille m’a première elle commence à perdre du poids je suis allé voir la pédiatre qui m’a demandé d’arrêt l’allaitement pour cause le bébé n’arrive pas à sucer le mamelon à presque 2mois j’étais mal, puisque je n’avais pas le choix et après avoir opter pour le lait artificiel m’a fille était en surpoids, constipation fréquente, eczéma c’est la seule des 4 qui eux ce problème.
    Aujourd’hui j’ai m’a deuxième fille mon (cinquième ) qui a 3 ans en tps, mon entourage me dit que je devrais arrêter elle est grande j mon fou j’ai préféré allaiter elle aime bien et moi aussi.
    😊❤️😉

  6. L’article est interessant meme si j’ai quelques remarques à faire.
    On compare avec les autres animaux pour trouver ce qui est naturel; or c’est tout à fait naturel allaiter longtemps, mais le chose “naturelles” ne sont pas forcement les meilleures. La nature se débrouille avec ce qui à a disposition, elle n’est pas une ingénieure qui fait un projet sur mesure (d’ailleurs je recommande la lecture d’un bon bouquin comme Endless Forms Most Beautiful de Sean Carroll, mais je suis en train de divaguer)
    Les autres animaux ne font pas cuire les aliments, n’est pas du tout naturel, pourtant il s’agit d’une evolution majeure (des théories suggèrent que la cuisson a eu un role majeur dans l’evolution du cerveau humaine)
    Pourquoi je dis tout ça? Pas pour dire que l’allaitement n’est pas bien, au contraire, mais seulement pour encadrer bien un aspect philosophique: une solution naturelle n’est pas toujours la meilleure par definition.
    C’est sur que allaiter c’est de loin la chose la meilleure à faire dans les pays pauvres (risque de carences alimentaires, contaminations etc…); d’ailleurs les conseil de l’OMS sont très utiles (pas que sur l’allaitement) en Afrique; aussi dans le pays riches (nourriture de qualité, suivi pédiatrique etc) c’est mieux -je dis pas le contraire- mais probablement si on le fait pas ce n’est pas une catastrophe, il n’y pas des inconvénients graves. On le voit aussi sur les résultats finaux: en Europe, il y a des pays où on allaite beaucoup (ex. Italie), d’autre très peux (notamment la France!), mais finalement je vois pas un grosse difference entre la santé des jeunes de ces différents pays, ni plus de problèmes psychologiques, malformations, taille réduites des gens, allergies…etc…etc…

    Du coup, dans une famille avec les moyens, je pense que le choix ne dois se baser uniquement sur les qualités de l’allaitement pris tout seul mais sur tout ce qui implique au contour (qui peut avoir des effet indirectes bien importantes!)
    Dans mon cas perso, je ne suis pas d’accord avec le choix de ma femme d’allaiter à cause un tas de problèmes générés par notre situation (qui est personnelle, qui ne reflète pas celle d’autres personnes, bien sur!)
    Premièrement, ma femme a refusé un CDI pour allaiter. Pas grave, on dira, elle en trouvera une autre; mais dans sa situation professionnelle, c’est pas gagné ce qu’il se passera: elle n’avait jamais vu se proposer un CDI dans dans sa vie, et nous ne sommes pas jeunes (40). C’est passé il y un an et demi, et elle ne travaille toujours pas.
    Deuxièmement elle ne veut pas mettre à la creche la petite, et le fait de devoir l’allaiter, de ne pas travailler donc elle peut s’en occuper, c’est une justification psychologique en plus pour ne pas le faire. Pourtant moi je pense que ça serait utile pour la socialisation et aussi parce que nous sommes étrangers en France, chez nous on ne parle pas Français, donc ça serait aussi une bonne occasion pour la petite de devenir française de langue maternelle, pas l’apprendre plus tard à l’école.
    Troisième, on peut séparer la petite de la mère, meme pas un seul jour. Le maximum est de 4 heures. Je ne peux pas m’occuper moi etc…
    Il y aussi un problème de tension familiale: elle souvent repart au pays (comme elle n’as pas un boulot, et l’enfant ne va pas à la creche…) et elle va chez sa famille. Forcement, la petit passe énormément du temps avec les parents de ma femme (elle dort chez eux, pendant des semaines parfois), pas avec les miens, et moi je ne peux pas faire comme elle fait (premièrement je travaille, et meme si je posais un congé, je pourrais pas partir tout seul avec ma fille)

    Après, il y d’autres soucis encore: l’allaitement marche tellement bien (à deux ans) que la petite prends du pois meme au dessus de la moyenne, ce qui est bien, mais…elle n’a pas faim, à 2 ans n’est pas vraiment sevrée. C’est très difficile de la faire manger parfois impossible. Dormir c’est pareil, impossible sans le sein.
    Logiquement moi en tant que papà je me sens inutile: à part changer quelque couche et jouer avec, tout ce qui est vraiment important et vitale (manger, dormir) si je devais m’occuper quelque jours tout seul, je ne pourrais pas.
    Je precise que la petite refuse très énervée tout type de biberon, y compris avec le lait de sa maman (on avait essayé, justement pour lui permettre de continuer au moins une activité professionnelle en demi-journée), et aussi toute tétine.

    La question qui se pose donc dans ma situation est la suivante: étant donné que ma fille aura surement une alimentation meilleure, saine etc…mais il n’aurait pas été mieux d’avoir une qualité une petit peu moindre (tout en restant de qualité vu le discours que j’ai fait) mais avec les avantages suivantes pour le futur de la petite et en general la vie familiale:

    -Socialiser tôt avec d’autres enfants, devenir tout de suite bilingue (la notre, le français)…meme tri-langue (en ajoutant l’anglais) j’aurais bien voulu une creche bilingue. Je sais que il s’agit d’un avantage enorme dans la vie de l’apprendre très tôt et personnellement j’ai raté des bonnes occasions dans ma vie à cause d’une mauvais niveau d’anglais.
    -Une situation économique meilleure, un appartement plus grande (nous n’avons meme pas une chambre: la notre c’était celle qui est devenue de la petite, on est maintenant dans le séjour) et plus de l’épargne pour le futur, tout en évitant un frustration personnelle de ma copine (laquelle finalement n’est pas contente de dépendre économiquement de moi, mais je sais pas quoi dire, vu que c’était son choix et comme disais…je n’était meme pas d’accord!)
    -La possibilité de laisser la petite de temps en temps seule avec les grand-parents (et pas seulement de coté famille de maman mais aussi la mienne), avec un triple avantages: faire contents les grands parent, avoir aussi un peu du temps pour nous, offrir une vie plus variée à ma fille avec des “vacances” et des lieux de vie différents. Pas tous les jours…mais meme si c’était une semaine chaque trois/six mois il aurait était bien.

    Bien réfléchissez à toutes conséquences, parfois meme pas si évidentes au moment de prendre la decision. Personne peut avoir le bon conseil pour VOUS, car comme j’ai montré ça depends fortement du contexte de votre vie.
    Allaiter ou pas, ce n’est pas comme dire manger de fruits et legumes pour la santé, ce qui est bon pour tout le monde. Non, allaiter, pour les conséquences que cause, ça peut être très bien ou pas du tout en fonction de VOTRE vie!

    1. Excellente réponse d’après moi! Comparer le 100% naturel à notre mode de vie n’a pas tellement de sens. Mais c’est dans l’air du temps. Il va de soi que l’allaitement est primordial dans les premiers mois de vie. Mais Malheureusement, parfois, en tout cas au bout d’un moment, je peux me tromper mais j’ai souvent l’impression que cela relève plus du besoin du parent, de rester dans une certaine fusion, et qui ne parvient pas toujours à supporter lui même la frustration d’imposer une frustration à l’enfant. Je ne crois pas que ce soit toujours dans l’intérêt de ce dernier, il faut regarder une situation dans sa globalité, dans son contexte, avec son aspect psychologique également. A ce moment là, il existe aussi des tas d’espèces animales ou la mère repousse les petits lorsque la tétée devient pénible et douloureuse, notamment lorsqu’ils ont des dents, les encourageant à se tourner vers d’autres aliments, à gagner en autonomie. Et c’est la nature aussi…

  7. Article très réconfortant, mon fils vient d’avoir 4 ans et tete toujours le soir et n’a pour l’instant pas l’envie d’arrêter..

  8. Merci pour votre article, j’ai deux enfants et j’ai allaité le premier jusqu’a 3 ans et demi. J’ai dû arrêterl ‘allaitement car mon compagnon de l’époque “qui n’etait pas le papa” trouvait cela mal sain. Aujourd’hui, j’allaite toujours mon plus jeune qui a 5 ans et demi, heureusement son père est d’accord et trouve cela naturel mais la plupart des gens de mon entourage trouve que c’est trop. Je suis têtue et obstinée et je préfère me dire que les normes que nous impose la société ne sont pas toujours idéales et dans notre intérêt. Vous imaginez la perte de bénéfice pour certaines industries laitières si tout le monde pensait comme nous? Ne soyons pas des moutons, écoutons ce que nous dicte notre coeurs et prenons exemple sur la nature .😉

Commentaires désactivés.

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.