Non, les chats n’adorent pas les glucides !

Ce billet est le résultat d’une enquête de l’argumentaire des marques Hill’s et Royal Canin à la suite de la diffusion d’un reportage de France 5. Découvrez ici le sommaire de cette enquête et les sujets à venir.


Quand Hill’s réécrit l’histoire

Hill’s a donc fait circuler deux documents à la suite du reportage sur les croquettes de France 5. Deux plaquettes à spectre large pour les chats et les chiens avec un argumentaire spécifique plus général.

La plaquette sur les chats est édifiante. Elle revient sur de nombreux points qui concerne les chats, avec huit références scientifiques, sous la forme d’un « le saviez-vous ? ».

En introduction, Hill’s affirme ceci :

« Depuis que l’Homme s’est sédentarisé, il y a au moins 12 000 ans, les chats et les humains partagent leur toit, et leur nourriture 1. Bien que notre sentiment à l’égard de nos amis les chats n’ait pas beaucoup changé au cours des siècles, ce que nous leur donnons à manger a subi de profondes modifications. Nous savons désormais que pour vivre pleinement, et jouir d’une vie longue, heureuse et en bonne santé, les chats ont besoin d’une grande variété de nutriments équilibrés (et délicieux !). Ne leur donner que des protéines, ce n’est pas suffisant ! »

L’introduction est un mélange savoureux de vérités, de contre-vérités, d’approximations et de généralités qui tendent à nous faire comprendre que les chats sont capables de manger de tout.

La première phrase est assortie d’une référence vers un article de blog. Cet article, je le connais depuis un moment. Il est censé illustrer que les chats et les humains partagent leur nourriture. Cet article ne mentionne à aucun moment cela. Aucun.

L’article émet l’hypothèse que les chats se sont rapprochée de la présence humaine pour bénéficier des proies (rats, rongeurs, souris) qui dévorent les réserves de grains. Autrement dit, les chats rendaient service aux humains, et ces derniers bénéficiaient de proies naturellement présentes dans leur régime alimentaire. Tout le monde était gagnant.

Première phrase, première référence, et premier mensonge de la part de Hill’s. On commence malheureusement très mal.

La seconde phrase est bien vraie, « ce que nous leur donnons à manger à subi de profondes modifications ». Il suffit pour s’en rendre compte de comparer les apports énergétiques entre les croquettes actuelles et les proies habituellement consommées.

Les proies classiquement consommées par les chats (rongeurs, lapins, grenouilles, reptiles, insectes, oiseaux, etc.) apportent en moyenne 60 % de protéines, 22 % de matières grasses et encore moins de glucides (en matière sèche). Les croquettes commerciales ont complètement renversé cette tendance, les glucides oscillent entre 35 et 55 %, tandis que les protéines entre 25 et 35 %.

Est-ce une bonne chose ? Les prochains billets vous apporteront des éléments de réponses.

Les deux phrases suivantes viennent apporter beaucoup de confusions. Oui, les chats ont bien évidemment besoin « d’une grande variété de nutriments », comme tous les animaux sur Terre. Il faut maintenant savoir quel type de nutriment, et quelle quantité pour quelle qualité. Car oui, les chats ont bien évidemment besoin d’autres choses que des protéines, mais cette phrase tend à attaquer (mais ce n’est que mon opinion) les régimes riches en protéines (et donc pauvre en glucides).

La suite de l’argumentaire est au mieux étrange, au pire irréaliste.

« J’adore manger des glucides de haute qualité […] »

Premier point du « saviez-vous », et on attaque ici le sujet le plus lourd, la présence très importante de glucides dans les croquettes. Selon Hill’s, les chats adoreraient les glucides. Encore mieux, les chats seraient capables de distinguer les bons glucides, des mauvais glucides.

Ils utilisent une référence que j’ai déjà reprise maintes fois sur mon blog 2. Étrangement, cette étude ne démontre pas que les chats « adorent » les glucides, mais qu’ils sont bien digérés par les chats (entre 90 et 98%) quand ils sont bien cuits. Mais cette étude soulève aussi des inquiétudes puisqu’elle indique que l’alimentation à base de maïs a entraîné une augmentation de la réponse du glucose la plus élevée et pendant 10h après le repas.

Des résultats qui indiquent indirectement que le maïs, l’une des céréales principales des croquettes, pourrait entraîner une réponse très forte de l’organisme pour s’occuper de la charge en glucides. On y reviendra.

Alors passons. Ici, ce n’est pas tant la digestibilité des glucides qui est importante, mais bien le jugement de Hill’s qui estime que les chats adorent les glucides. Or, rien n’est plus faux.

Les chats sont incapables de détecter le goût sucré. Ils ne possèdent pas les récepteurs dans la gueule qui leur permettent de savoir s’il y a des glucides dans leur nourriture. Ce constat physiologique est la conséquence directe d’une alimentation strictement carnivore, pauvre en glucides, depuis des milliers d’années.

Et la science vérifie cela. Une récente synthèse de la littérature scientifique, publiée en 2014 par des vétérinaires et consultants pour plusieurs sociétés Pet Food, estime que les alimentations riches en protéines en matières grasses et très pauvres en glucides sont « préférentiellement choisie » 3.

Il est donc impossible de tenir ce genre de propos aujourd’hui, sauf si l’on tient à se ridiculiser ou à défendre des intérêts particuliers.

Qualité vs. Quantité

Le second point soulevé par Hill’s concerne la qualité des protéines et des glucides. Ils estiment que leur qualité « est bien plus importante que leur quantité ».

Une remarque triviale, qui serait valable pour beaucoup de choses, mais qui permet néanmoins de balayer les éventuelles attaques sur les quantités importantes de glucides dans les croquettes Hill’s.

Une affirmation qui pourrait laisser croire que oui, les croquettes Hill’s contiennent des glucides (et beaucoup), mais ces glucides sont de qualité. Il n’y aurait donc aucun problème.

Une affirmation d’ailleurs défendue dans le point suivant.

Les sources de glucides, une source de nutriments de grande valeur ?

Après avoir intelligemment laissé croire que les chats adoraient les glucides, quand bien même ce point est faux, puis que la qualité est plus importante que la quantité, la société Hill’s nous assure que les glucides apportent des éléments « de grande valeur ».

« Les sources de glucides procurent également des minéraux de grande valeur, des vitamines, des fibres, des acides gras et des acides aminés dont j’ai besoin pour rester en bonne santé. »

Ce point est au mieux très tendancieux et subjectif, et au pire, totalement faux. Ce n’est un secret pour personne, et encore moins un complot mondial contre les croquettes, mais les chats n’ont aucun besoin en glucides connus.

Autrement dit, ces animaux possèdent toutes les capacités physiologiques et enzymatiques pour vivre d’une diète qui ne contient aucun glucide, et savent tirer parti des apports en protéines et lipides (avec notamment la néoglucogenèse).

En revanche, le point tendancieux est qu’ils ont bien évidemment des besoins en minéraux, en vitamines, en fibres, en acides gras ou encore en acides aminés. Donc la question qui se pose est la suivante :

Les sources de glucides, non désignées ici, sont-elles une bonne source de minéraux, de vitamines, de fibres, d’acides gras ou encore d’acides aminés ?

Mais de quelles sources s’agit-il ? Nul doute qu’on parle bien évidemment de céréales pour la marque Hill’s, qui utilise énormément de blé, de maïs, de riz, d’orge ou encore d’avoine. Ce point est fortement tendancieux puisqu’ils se concentrent, en moyenne, sur les 6 % de nutriments présents dans les céréales.

Des céréales qui contiennent entre 60 et 78 g de glucides pour 100 g de céréales, selon les données des tables Ciqual.

Les protéines

Si les principales céréales apportent bien des protéines, en moyenne 10 g (toujours pour 100 g d’aliment), ces protéines végétales possèdent une valeur biologique plus faible (57 sur 100 en moyenne) que les sources de protéines animales (87 sur 100 en moyenne).

Nous n’avons donc ni la quantité ni la qualité pourtant mise en avant dans les points précédents.

Les fibres

Pour les fibres, oui, les céréales sont une source intéressante et importante. Avec en moyenne 5.4 g, ce sont les farines qui en contiennent malheureusement le moins, celles principalement utilisées dans les recettes Hill’s.

Ces farines possèdent aussi généralement les densités nutritionnelles les plus faibles (autrement dit, on parle de calories « presque » vides), et les index glycémiques les plus élevés.

Les acides gras

Selon Hill’s, ces céréales, qui ne sont pas explicitement mentionnées, seraient une bonne source d’acide gras, ou de matières grasses. Pourtant, selon les données des tables Ciqual, ces céréales apportent en moyenne 2.5 g d’acide gras, variant entre 0.9 et 5.4 g.

En comparaison, les produits animaux apportent en moyenne 7.6 g, variant entre 3 et 16 g. Donc oui, on ne peut pas dire que les céréales ne sont pas une source d’acide gras, mais une source moins intéressante que des produits animaux (tels que l’huile de saumon, le gras de poulet, etc.), avec des profils totalement différents.

Pour les minéraux et les vitamines, là encore, on joue sur les mots. Bien sûr que les céréales sont des sources variées de plusieurs minéraux et vitamines. Des sources superflues, soit dit en passant.

Finalement, l’argument est très subjectif. Des nutriments de « grande valeur » ? Sûrement oui, mais en quelle quantité ? On ne préfère pas communiquer dessus. Pour enfoncer le clou, il n’y a aucun nutriment présent dans les céréales que l’on ne retrouve pas ailleurs (vitamines, acides gras, minéraux, fibres, etc.).

Le 4ème point est probablement le plus controversé, puisqu’il tâte l’impact des glucides sur la santé des chats. Et ce sera l’objet du prochain billet.

En attendant, vous en pensez quoi de l’argumentaire de Hill’s à la suite du reportage ? Bidon, sérieux, objectif, comique ? J’attends vos remarques.

A suivre

  • 2ème Partie : Croquette pour chat : un pas vers le diabète ? (2/4) (à venir)
  • 3ème Partie : Les chiens sont faits pour les croquettes ! (3/4) (à venir)
  • 4ème Partie : Croquettes et diabète : les chiens sont-ils à risque ? (4/4) (à venir)

Références

1. David Zax. A Brief History of House Cats. Smithsonian.com; 30 juin 2007. (www.smithsonianmag.com/history/a-brief-history-of-house-cats-158390681)

2. de-Oliveira LD, Carciofi AC, Oliviera MC, et al. E ects of six carbohydrate sources on diet digestibility and postprandial glucose and insulin responses in cats. J Anim Sci 2008;86:2237-46.

3. Villaverde, C., & Fascetti, A. J. (2014). Macronutrients in feline health. Veterinary Clinics: Small Animal Practice, 44(4), 699-717.

5 Commentaires

  1. Bingo

    Etranges ces affirmations de Hill’s…… J’ai longtemps donné des croquettes Hill’s ZD à mes chats, ils avaient beaucoup de problèmes de selles molles, voir liquides que je ne parvenais pas à régler.Ils ont eu des cachets et des poudres prescrits par mon vétérinaire, rien n’a fonctionné. Je suis donc passée à d’autres marques, trouvées en Allemagne, marques plus naturelles qui contiennent que très peu de glucides et ….. tout le monde va bien ‘j’ai 4 chats)…. Etrange, non ?

    Reply
  2. Natacha

    Bonjour,
    Je sais juste une chose…
    Iounnou abyssine née en 1993. Nourrie jusqu’en 2007 avec des croquettes Hill’s rd parce qu’elle avait tendance à la constipation, que je n’y connaissais rien et que ça aidait son transit.
    En 2007 elle a développé un diabète insulino dépendant !
    Elle est partie en 2012.
    Hisia née en 2012 ne mangera jamais une croquettes veto ou de supermarché. Son alimentation est mixte.
    En résumé ce que je pense c’est … qu’ils nous prennent pour des c…s.

    Reply
  3. Masson rachel

    Mes chats etaient nourris aux croquettes hill s depuis leur naissance mais depuis le reportage j ai bien évidemment changé de marque. Je reviendrai aux croquettes hill s uniquement si vous sortez une gamme sans céréales, avec un taux de glucide inférieur à 10 % et avec une gamme de viande supérieur (sans sous produit animal).

    Reply
  4. KREBS Martine

    Je pense que la nourriture en croquettes pour les chats ne convient absolument pas. C’est sec, les chats ne boivent généralement pas assez et un de mes minous a eu une insuffisance rénale fatale, cela aurait pu être un diabète. je vais bientôt avoir un autre minou je ne vais pas lui donner de croquettes. Je m’apprête à lui donner de la viande crue, des abats et ce qu’il est nécessaire de rajouter pour que cette nourriture soit équilibrée.
    Pareil pour mon chien!

    Reply
  5. Nicolas

    Depuis le reportage France 5 j’ai définitivement abandonné les croquettes Royal Canin acheté schéma vétérinaire c’est fini terminé à tout jamais je prends maintenant des croquettes de qualité allemande avec des taux de glucides bien inférieur détour de protéines bien plus élevée et je m’assure de la provenance de la viande. J’ai décidé également de supprimer les croquettes le soir et de leur donner de l’ humide mais toujours de qualité. Je pense que le prochain scandale alimentaire sera celui des animaux

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *