Présentation de l’article et de son auteur

Salut à tous ! Aujourd’hui vous êtes sur le point de lire un article invité d’un ami sur la très délicate question des dangers des rayons solaires et du port des lunettes de soleil.

Pour la petite histoire, je me souviens très bien de cette soirée arrosée avec Lucas où nous avions débattu sur les grands dangers des “mauvaises” lunettes de soleil.

Nul doute que l’idée d’un article “dur à avaler” me plaisait beaucoup.  J’ai alors proposé à Lucas, qui est un jeune opticien diplômé et Calédonien (vous comprendrez mieux les références à notre belle île ;)), d’écrire ce qu’il voulait à ce sujet.

C’est donc avec un très grand plaisir que je vous propose une lecture originale, que je n’ai absolument pas retouchée, sur les dangers des rayons solaires sur nos yeux, et surtout comment s’en protéger efficacement.

Vous y apprendrez les bases de l’optique, intelligemment raconté par Lucas (la preuve, j’ai tout compris moi même !) ainsi que les connaissances nécessaires afin de mieux choisir vos lunettes.

Plus sérieusement, Lucas n’a pas de blog, mais on ne se privera pas pour écrire des commentaires et réagir !

Bonne lecture à tous, et merci encore à Lucas ! ; )


Vous êtes là, allongé sur la plage, une bière à la main, lézardant sous la chaleur de l’été. Ce portrait est d’autant plus facile à imaginer par nos amis Calédoniens. En effet, avec jusqu’à 2700 heures d’ensoleillement annuel, pour un total de 212 jours par an de bonne insolation à Nouméa (la « capitale »), la Nouvelle-Calédonie fait partie des pays les plus exposés aux rayons du Soleil.

Lumière

Si vous ne le saviez pas, la lumière émise par le Soleil est dite « polychromatique », c’est-à-dire faite de plusieurs couleurs. À l’instar des peintures que vous mélangiez en maternelle pour former des couleurs secondaires avec des couleurs primaires, c’est le « mélange » de toutes les couleurs du spectre visible (vous savez, les couleurs de l’arc-en-ciel ?) qui forme la lumière blanche qui nous éclaire.

La « couleur » d’une radiation lumineuse est déterminée par sa longueur d’onde. Ainsi, le spectre visible s’étend des longueurs d’onde de 800 nanomètres (radiation dite « rouge ») à 400 nanomètres (radiation dite « bleue »).

Cependant, il existe d’autres radiations que le Soleil nous transmet, et que notre œil n’est pas capable de discerner.

Parmi ces dernières, il existe les infrarouges, de longueur d’onde supérieure à 800nm (responsables de la sensation de chaleur), ainsi que les ultra-violets, qui nous intéresseront ici. Bien connus du grand public sous le nom d’UV, ceux-ci comptabilisent tous les rayons dont la longueur d’onde est comprise entre 400 nanomètres et 100 nanomètre.

De manière générale, plus la longueur d’onde d’une radiation est faible, et plus celle-ci est dite énergétique. Il est donc facile de réaliser que les ultra-violets sont les radiations solaires qui auront le plus d’influence sur notre corps.

Ultra violets

Responsables de notre bronzage, les UVs sont aussi connus comme sources potentielles de troubles de santé tels que le mélanome, assez connu de tous.

Ceux-ci se divisent en trois catégories, selon leur longueur d’onde (et donc, de facto, en fonction de l’énergie des particules qui la composent, les fameux photons.) :

  • Les UV « C » : de 100 à 280 nm, ce sont les plus nocifs. Ils sont presque entièrement bloqués par l’atmosphère terrestre. (Et tant mieux ! Nous ne pourrions survivre sinon.)
  • Les UV « B » : de 280 à 315 nm, ils représentent environ 5% du rayonnement UV atteignant la surface de la Terre, et sont responsables des coups de soleil, des inflammations, et dans le pire des cas, de l’apparition de cancers cutanés.
  • Les UV  « A » : de 315 à 400 nm, ils comptabilisent à eux seuls 95 % du rayonnement UV auquel nous sommes soumis. Ceux-ci sont responsables du bronzage, mais aussi du vieillissement de la peau, ainsi que de l’apparition de radicaux libres, qui endommagent les cellules et favorisent l’apparition de cancers.

L’intensité du rayonnement UV se mesure grâce à l’indice UV (malin, n’est-ce pas ?)

Celui-ci variera en fonction de la latitude, des saisons, de l’altitude, des conditions météorologiques, de l’état de la couche d’ozone (les vacanciers en Australie ou en Nouvelle-Zélande sauront de quoi je parle).

En Nouvelle-Calédonie, l’indice peut aller jusqu’à 9 les jours d’été, et dépasser 10 en particulier à la plage ou à la mer. (Ceci à cause de l’albédo, le coefficient de réflexion lumineuse, qui peut augmenter l’exposition aux ultra-violets de plus de 60% dans les cas les plus extrêmes.)

Sachez enfin qu’un ciel voilé, même s’il absorbe une partie de l’énergie lumineuse, ne filtre qu’une part marginale des ultra-violets. Si les rayonnements infrarouges atteignent la peau en plus faible quantité, réduisant ainsi la sensation de chaleur, le réel danger subsiste ! Pire encore, lorsque le ciel est nuageux, nous avons tous tendance à rester dehors un peu plus longtemps, à craindre moins. Erreur, ce raisonnement peut nous coûter des coups de soleil !

Eveil des consciences

Depuis de nombreuses années, la sensibilisation grandit quant aux méfaits du soleil, que tout le monde connait. À peu près. Car s’il est vrai que les risques concernant notamment la peau sont aujourd’hui de notoriété publique, il me vient à l’esprit (en vue, devrais-je dire ?) un autre danger nettement moins médiatisé : l’influence de l’exposition aux ultra-violets sur la santé des yeux.

L’œil est une machine incroyablement performante d’acquisition de l’environnement qui nous entoure. Pour vous en convaincre, rien de plus simple : essayez d’utiliser votre appareil photo lors d’une soirée nocturne ordinaire : lorsque celui-ci est totalement aveugle, votre œil est capable de distinguer volumes, reliefs, contrastes,  couleurs et mouvements.

Inutile de rappeler alors à quel point nos yeux sont précieux au quotidien.

Un peu d’anatomie

Si dans le corps nombreuses sont les cellules capables de se régénérer, l’œil possède plusieurs structures qui n’ont malheureusement pas cette faculté. Ainsi, le cristallin et certaines strates de la cornée ne se renouvellent pas.

Toute lésion importante de l’œil présente donc un grand risque d’être irréversible.

Dans l’ordre, sont affectés par les UVS :

  • les paupières : coups de soleil « classiques » et assèchements cutanés, inflammation des glandes palpébrales (responsables de la sécrétion d’une partie du film de larmes)
  • la conjonctive (le blanc de l’œil) : sécheresse oculaire, kérato-conjonctivite pouvant évoluer en uvéite si importante (l’uvéite est responsable de 10% des cécités dans le monde occidental)
  • la cornée : kératite ponctuée, ulcère cornéen
  • le cristallin : cataracte précoce
  • la rétine : rétinopathie solaire aigue (« cécité des éclipses »), favorisation de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

De plus, nos « chers » cancers provoqués par l’exposition au soleil chez l’homme … peuvent aussi affecter son œil. En effet, même si leur prévalence est relativement faible, les mélanomes oculaires existent et touchent près de 500 personnes par an en France.

Il existe également le rétinoblastome, mais cette tumeur est d’origine héréditaire.

Le cristallin joue un rôle important, puisqu’il bloque près de 100% des UVA, dont il protège la rétine.

Vous l’aurez compris, il est donc d’une importance capitale de protéger son œil.

Nos bambins

Il est d’autant plus crucial de protéger les yeux de nos petits. En effet, l’œil d’un enfant se développe environ jusqu’à l’âge de sept ans. Pendant ce laps de temps,  les structures intra-oculaires évoluent pour assurer à l’enfant une acuité visuelle maximale. De plus, le cristallin (voir plus haut), n’ayant pas atteint sa forme « adulte », laisse passer près de 90% des ultraviolets chez le nouveau né, et encore plus de 70% à l’âge de dix ans.

Il est donc capital de ne pas négliger la protection solaire de nos enfants. Ils pourraient le payer toute leur vie.

Protection solaire

Vous voyez probablement où je veux en venir. Frime, diront certains, les lunettes de soleil sont pourtant nécessaires dans des conditions d’ensoleillement important. (Il n’est jamais ridicule de se protéger.)

Le standard Européen (EN 1836:2005 pour les plus curieux) définit 5 catégories de filtration du rayonnement solaire. Cette indication est forcément présente sur tous les modèles possédant un marquage CE. Celle-ci vous permettra d’identifier le niveau de protection et d’adapter votre équipement à votre activité. En effet, si toutes les lunettes de soleil filtrent (ou sont sensées filtrer …) 100% des UVs, l’intensité de lumière visible transmise est importante aussi.

La plupart des lunettes de soleil que vous pouvez trouver dans le commerce font partie des catégories 3 ou 2 (lorsqu’elles présentent un dégradé vertical de la teinte).

Dans la plupart des cas, ces  indices de protection conviennent pour nos activités habituelles. Il sera judicieux de préférer une teinte de catégorie 3 si vous êtes adeptes de mer, plage, neige éventuellement, et même de considérer une paire de lunettes de soleil de catégorie 4 si  ce sont vos activités principales.

Attention cependant, car, du fait de l’assombrissement important, il vous sera interdit de prendre le volant avec celles-ci. À conseiller donc éventuellement comme deuxième équipement pour nos amis pécheurs.

Marquage CE

En tant que consommateur, il vous faut rester vigilant, car un mauvais équipement peut avoir des effets encore plus néfastes que l’absence pure et simple de filtration.

Peut-être l’avez-vous déjà remarqué, dans l’obscurité, nos pupilles se dilatent pour laisser passer plus de lumière vers nos rétines. Ce phénomène s’appelle la mydriase. Ainsi, si l’on porte des lunettes de mauvaise qualité, dont les verres ne « bloquent » pas les rayons ultra-violets, notre œil soumis à moins d’intensité lumineuse, réduite par la teinte des verres, se met en situation de mydriase, et laisse pénétrer au final plus d’ultra-violets !

Il faut donc absolument se méfier des lunettes « gadget » achetées à bas prix en station service, magasins de vêtements … Ainsi, même marquées « CE », cela ne certifie en rien leur capacité à bloquer les UVs.

(En effet, le marquage CE est une formalité imposée aux fabricants afin de les autoriser à faire circuler leur marchandise en Europe, et,  malheureusement non un gage de qualité …)

La meilleure solution sera de vous adresser à un opticien diplômé qui saura vous apporter conseil.

En définitive, je vous invite donc à vous munir de vos lunettes aussitôt que vous sortez au soleil, en été comme en hiver (surtout en Nouvelle-Calédonie). Rappelez vous aussi qu’un ciel nuageux, même s’il absorbe une grande partie de l’intensité lumineuse, ne diminue pas les risques, pour la peau comme pour les yeux.


Notes et références

Documents des professeurs du Lycée Victor Bérard, enseignant en BTS Optique-Lunetterie.

http://www.croixdusud.info/geo/nc_clim.php

http://www.meteo.nc/aller-plus-loin/comprendre-la-meteo/info-sante

http://www.meteo.gc.ca/mainmenu/faq_f.html#weather6b

Suttorp-Schulten MS, Rothova A, « The possible impact of uveitis in blindness: a literature survey »  Br J Ophthalmol. 1996;80:844-8.

http://www.snof.org

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

17 commentaires
  1. Jérémy et Lucas
    C’est typiquement le style d’article de ce site que je voudrais partager sur le Cri du Cagou.
    Pourrait-on trouver un accord en mettant un lien vers l’article et le site ou autre ?
    Merci pour ce style d’articles et pour la qualité de ton site Jérémy

    1. Salut Boss U !

      Si tu veux, on peut en discuter en privé par mail (tu peux utiliser le formulaire de contact).

      Mais pour te répondre, il n’y a aucun problème pour reprendre mes articles (et ceux des auteurs invités) tant que les mentions de la source et de l’auteur sont présentes.

      Je te le répète, mais je serais plus que flatté et plutôt honoré que tu veuilles reprendre mes articles ! ; )

      On peut plannifier cela en privé, si tu veux ! A bientôt

      1. Salut Boss U ! On peut se tutoyer maintenant ! ;)
        Merci pour la publication, comme je te l’ai mis dans les commentaires, ça me fait très plaisir !
        (par contre j’ai pas réussi à publier un 2ème commentaire)

        Et ça me convient parfaitement ! A bientôt !

  2. Merci beaucoup de tous ces conseils importants pour mieux choisir ses lunettes de protection contre le soleil. J’adore être dehors et profiter du beau temps, mais je connais bien le danger. Tout le monde pense à la protection de la peau et on pense tous que les lunettes de soleil sont chics, mais elles sont aussi importantes que la crème solaire. Ceci dit, on ne les porte pas assez ou correctement. Tout le monde doit lire cet article pour être convaincu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie.