Copyright 2012 - 2018 Dur à Avaler

Dur à Avaler est un blog d'information sur la santé, la nutrition, l'univers du médicament et les conflits d'intérêts. Le blog est entièrement sans publicité pour faciliter la lecture des articles. Les articles sont le résultat d'une recherche scientifique minutieuse pour apporter des conseils et lancer des débats constructifs. Les article sont rédigés par Jérémy Anso, docteur en biologie et des auteurs invités pour des sujets particuliers. Le blog n'a pas vocation à remplacer le lien entre un patient et son professionnel de santé, mais bien de le renforcer par la confiance, la lecture critique des évidences scientifiques et le rendre plus transparent.

L’industrie Pet Food tente par tous les moyens de sauver l’image de ses produits, soumis à une intense critique des consommateurs, parfois à tort et parfois à raison. Décryptage de la dernière stratégie en date : la densité énergétique pour relativiser les pourcentages stratosphériques de glucides.

Capture d’écran de la vidéo de Royal Canin avec les principales valeurs pour discréditer l’utilisation des pourcentages de glucides pour comparer.

La quantité de glucides présente dans les croquettes pour chien et chat alimente la controverse. Les glucides seraient responsables pour certains de toutes les maladies que connaissent nos animaux domestiques (diabète, surpoids, maladies parodontales, cancers, etc.) tandis que d’autres les défendent, surtout l’industrie Pet Food.

Les fabricants de croquettes défendent l’utilisation de glucides car ils sont l’un des composants majoritaires des croquettes, surtout chez les chiens. L’amidon des céréales (blé, maïs, orge, etc.) est la principale source de glucides. La matière première est bon marché et apporte autant d’énergie que des protéines, d’où leur présence significative.

Techniquement, les fabricants de croquettes ont besoin d’amidon pour les fabriquer, mais aujourd’hui la technologie nous permet de faire des croquettes avec très peu d’amidons. Il faut faire des investissements.

Quoi qu’il en soit, le débat fait rage. Les études scientifiques sont contradictoires, surtout d’une qualité méthodologiques médiocres et elles sont peu nombreuses. Difficile de trancher. Seuls les arguments de “bon sens” ont le plus d’échos auprès du public :

Les chiens ne mangent pas de glucides dans la nature ! Les loups aussi !

Si ces arguments de bon sens sont discutables, il est indiscutable que les populations de chiens retournées à l’état sauvage consomment exclusivement des produits d’origine animaux, avec en moyenne 8% de glucides (en pourcentage de matière sèche) dans leur alimentation. Mais cela ne donne pas pour autant des indications sur les effets néfastes des glucides sur la santé canine.

De fait, les propriétaires de carnivores domestiques choisissent désormais leur croquette en calculant le pourcentage de glucides qui n’est pas affiché (la réglementation ne les contraint pas de le faire) et en éliminant sans sommation les croquettes qui dépassent un seuil arbitraire (qui varie entre 35 et 50%).

Les chiens et les chats sont-ils capables de digérer de l’amidon ? On dit souvent que les chiens et les chats digèrent mal l’amidon, et pourtant, les études scientifiques montrent que bien cuit, les sources d’amidons sont des sources d’énergie pour ces carnivores domestiques.

Action, réaction !

Les fabricants de croquettes parmi les plus connus, Hill’s et Royal Canin, réalisent des campagnes de communications pour défendre leurs produits, qui soyons clair, se basent principalement sur l’utilisation de céréales, et donc de glucides.

La dernière en date vient de Royal Canin qui a publié une série de vidéos sur les glucides pour apporter des informations, selon eux, objectives sur ce sujet. La 4ème vidéo est au coeur de cet article, car elle propose de discréditer l’utilisation du pourcentage des glucides pour comparer les croquettes.

La démonstration de Royal Canin dure moins de deux minutes. Elle est magistrale.

Le tableau suivant vous montre l’ensemble des éléments pris en compte. On part d’un chien lambda avec des besoins énergétiques de 1000 kcal par jour, et de deux croquettes qui ont des pourcentages en glucides différents mais aussi des densités énergétiques différentes.

Exemple Royal Canin. Besoin énergétique du chien : 1000 kcal

Croquette A

Croquette B

27 % de glucides

32 % de glucides

3500 kcal

4200 kcal

285 g de croquettes

238 g de croquettes

76 g de glucides

76 g de glucides

D’après les calculs présentés dans la vidéo, et qui sont rigoureusement exacts, il faudra donner 285 g de croquette A et seulement 238 g de croquette B, car cette dernière est plus énergétique. Mathématiquement le raisonnement est implacable : Médor mangera au final la même quantité de glucides malgré une différence de 5% de glucides entre les deux paquets, soit 76 g environ.

Une démonstration trompeuse

Royal Canin démontre ici une réalité qui n’est pas assez prise en compte : la densité énergétique des croquettes. C’est simple, pour la calculer, on multiplie le pourcentage de protéines et de glucides par 3.5, et celui de lipides par 8.5.

On obtient une densité énergétique (kcal) qu’il faudra adapter avec les besoins de son animal pour éviter de lui donner trop à manger. Logique.

Sauf que les exemples ont été minutieusement choisis par Royal Canin afin de discréditer, sans discernement, le pourcentage des glucides des paquets de croquettes.

Pourquoi ?

  • Premièrement, Royal Canin compare deux croquettes avec des densités énergétiques éloignées (3500 vs. 4200) : 700 kcal d’écart.
  • Deuxièmement, Royal Canin choisit des pourcentages de glucides très proche, et relativement faible, seulement 5% d’écart.

Mathématiquement, le résultat ne pouvait en être autrement. Une énorme différence énergétique va aplatir les différences en glucides, et ramener le tout à l’équilibre.

Mais est-ce qu’on observe cela dans la réalité ? Non, pas vraiment. Dur à Avaler possède une base de données de plus de 1200 références de croquettes et pâtées, comprenant des centaines de marques différentes. L’échantillon est suffisamment vaste pour faire des analyses grandeur nature et vérifier la réalité de cette démonstration mathématique.

Les croquettes de Royal Canin sont-elles dangereuses pour la santé des animaux ?

Une question importante avec des réponses dans une série d’articles pour vous aider à mieux comprendre la problématique du choix des croquettes et des impacts potentiels sur la santé animale.

Inversion des densités énergétiques

Première observation qui découle de l’analyse de plus de 700 références de croquettes chiens : de manière générale, plus une croquette sera riche en glucides, moins celle-ci sera dense énergétiquement. La relation n’est pas extrêmement forte, ni extrêmement clair mais la tendance est là.

D’une manière aussi globale, et quelque part logique, plus une croquette sera riche en glucides, moins elle sera riche en protéines et lipides. Ce qui conforte l’idée précédente : moins une croquette sera riche en glucides, plus elle sera riche en lipides, et donc plus dense énergétiquement (car 1 g de lipide apporte 9 kcal).

Représentation graphique de plus de 700 croquettes en fonction de la quantité de glucides, de protéines et de matières grasses. Plus on se déplace vers la droite, plus la croquette sera riche en glucides. Inversement pour la gauche. (c) Dur à Avaler.

Nous avons donc une relation inverse entre la densité énergétique et le pourcentage glucides.

Cette observation nous montre que Royal Canin a choisi précisément l’inverse : il a donné le pourcentage de glucides le plus faible pour la croquette la moins dense en énergie. En théorie, si on se base sur la réalité du marché, nous avons plus de chance d’observer l’inverse.

Si on inverse les densités énergétiques des croquettes A et B, la démonstration ne tient plus.

  • Croquette A bis : 27% de glucides et 4 200 kcal apporteront 64 g de glucides (238 g de croquette X 27%)
  • Croquette B bis : 32% de glucides et 3 500 kcal apporteront 91 g de glucides (285 g de croquette X 32%)

Nous aurons donc bien un surplus de 30g de glucides par jour avec la croquette B bis, soit 210 g par semaine.

Toutefois, on observe quand même qu’il y a des exceptions bien sûr. Toutes les croquettes ne répondent pas à cette observation mathématique. Certaines croquettes ont effectivement les caractéristiques choisies par Royal Canin, mais cela n’est pas représentatif de l’ensemble du marché.

Des pourcentages peu réalistes

Autre point intéressant, ce sont les pourcentages de glucides choisis par Royal Canin. Non pas l’inversion soulevée dans le point précédent, mais la comparaison en elle-même.

Voici la place des croquettes Royal Canin choisies dans son exemple vidéo. On remarque facilement qu’il a pris des points très précis pour défendre son point de vue. Sur l’axe de gauche (y), on retrouve la densité énergétique, alors qu’en bas (x) on retrouve le pourcentage de glucides.

Quel propriétaire cherche une différence de seulement 5% de glucides entre ces croquettes ? Dans les groupes de croquette sur Facebook, les propriétaires traquent les paquets qui contiennent 40, voire 50% de glucides, et se rabattent vers des croquettes qui contiennent plutôt 25 ou 30% de glucides (parfois moins).

Bien souvent, on parle de différence d’au moins 15% voire 20% de glucides entre des croquettes. À partir d’une telle différence, difficile d’imaginer que les densités énergétiques changent quoi que ce soit.

Mais on va faire la même démonstration, avec 15% de différence de glucides (soit 3 fois plus que l’exemple de Royal Canin). Deux exemples pour comprendre.

Exemple n°1.

Exemple 1. Besoin énergétique du chien : 1000 kcal

Croquette 1

Croquette 2

45 % de glucides

30 % de glucides

4280 kcal

4800 kcal

234 g de croquettes

208 g de croquettes

105 g de glucides

62 g de glucides

Ce premier exemple se base sur des croquettes qui existent vraiment, des moyennes de ce que l’on a réellement dans le commerce (et qui représentent des moyennes).

Représentation graphie que de l’exemple 1 basé sur la composition en glucides. On peut voir que ces deux croquettes existent et qu’elles représentent plutôt bien ce qu’on peut trouver dans le marché.

On remarque que oui, Médor ingérera 40g de glucides en plus avec une croquette qui contient 45% de glucides, malgré la prise en compte de la densité énergétique.

Exemple n°2.

Si je prends le même exemple de croquette 1 et 2, mais que j’essaie de les mettre à l’équilibre sur la quantité de glucides en faisant uniquement varier la densité énergétique, il faudrait une différence de 1700 kcal pour compenser un écart de 15% de glucides.

Autrement dit, on est presque dans un exemple surréaliste. On trouve quelques croquettes qui se trouvent dans ce cas, mais sur plus de 700, c’est peu. Pire, en général, ce sont des croquettes qui n’ont rien à voir (pour chiot vs. Adulte en surpoids, etc.)

Exemple 2. Besoin énergétique du chien : 1000 kcal

Croquette 1

Croquette 2

45 % de glucides

30 % de glucides

5000 kcal

3300 kcal

200 g de croquettes

303 g de croquettes

90 g de glucides

90 g de glucides

Imaginez maintenant que l’on compare des croquettes avec 20% de glucides ? Il faudrait au moins 2000 kcal d’écart entre les croquettes pour aplatir les quantités de glucides.

Voici où devrait se placer les croquettes si nous devions avoir la même quantité de glucides ingérés pour des densités énergétique différentes. Irréaliste.

Avec ce raisonnement par l’absurde, vous voyez que la démonstration de Royal Canin a été choisie dans un seul et unique but : discréditer le pourcentage de glucides pour l’ensemble des croquettes alors que l’exemple est peu représentatif de la réalité avec des chiffres qui soutiennent précisément la conclusion.

Résumé des différentes croquettes choisies dans les exemples :

La ligne rouge

L’objectif de cet article n’est pas de discréditer l’utilisation de la densité énergétique pour comparer et sélectionner des croquettes. La densité énergétique est importante à prendre en compte pour adapter les rations aux besoins (qui sont seulement estimés) de son animal de compagnie.

L’objectif ici est de montrer que le taux de glucides reste malgré tout un élément important pour la sélection et la comparaison de croquettes. La démonstration faite ici permet de confirmer que plus une croquette contiendra de glucides en pourcentage de matière sèche, plus l’animal ingérera de glucides, sauf cas particulier.

La densité énergétique prend tout son sens quand vous devez affiner votre choix entre deux produits que vous trouvez déjà excellents pour votre chien. Vous avez fait votre sélection entre deux croquettes, avec des taux de glucides proches, et vous faites ensuite un calcul de densité énergétique pour être au plus près des besoins de votre animal.

C’est une excellente chose. C’est important de le faire, mais à 5% près qui s’y intéresserait ? Que choisiriez-vous entre des croquettes avec 50 et 55% de glucides, ou 25 et 30% ?

Toutefois, l’argumentation déployée par Royal Canin sert qu’un seul objectif : celui de discréditer d’une manière générale l’utilisation du taux de glucides pour choisir ces croquettes. Une stratégie à dessein puisque Royal Canin propose des croquettes avec beaucoup de glucides.

Un bon conseil : ne vous faites pas entuber par ces démonstrations fallacieuses.

Ce poison nommé croquette : si vous ne le connaissez pas, découvrez sans plus tarder mon ouvrage sur les croquettes et pâtées, avec une analyse de plus de 1.100 références pour chien et chat.

Une enquête saluée par des vétérinaires pour la qualité du travail et des investigations menées.

Pour vous servir à faire les meilleurs choix. A LIRE ICI.

Total
118
Shares

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

7 commentaires
  1. Ca fait au moins 10 ans que mon veto me dis de ne pas donner de croquettes de grande surface à mon chat… Rien de nouveau, les animaux mang*** de la merde, comme leurs maitres :(

  2. Bonjour.
    Mon chien et mon chat mangent du Royal Canin prescrit par le vêt ,depuis l’âge de 1 an.
    Au début Dentaire ,ils ont fait tous les 2 des calculs biliaires.
    Ensuite Urinaire S.o. les 2 sont obèses. Et mon chien un Bichon frisé ,fait une maladie de peau ,des allergies alimentaires et environnementales et un problème au foie.
    Découragée . Je lui donne maintenant du Acana. 31% protéines ,matières grasses 15% fribres brutes 7.5% . 1 tasse par jour.
    Frisette à maigri,,elle est en pleine forme . Merci de me lire.
    il

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie.