L’anthroposophie et la biodynamie font l’éloge du jardinage avec la lune. Faut-il éviter les nœuds lunaires ou juste arroser et fertiliser convenablement ?

© Mark Tegethoff | Unsplash

La lune.

En voilà un astre mystérieux qui vit à nos côtés depuis toujours.

Un astre foulé du pied en juillet 1969 par le célèbre astronaute Neil Armstrong.

Un astre qui alimente un nombre incroyable de mythes et légendes.

La pleine lune et les loups-garous.

La pleine lune et l’insomnie.

Les fameux « coups de lune » qui jaunissent le linge.

Mais aussi les histoires un peu moins frivoles avec l’influence de la lune sur les marées.

Une influence bien réelle et bien connue sur les grandes étendues d’eau (1, 2).

Parmi ces mythes et ces légendes qui entourent notre satellite naturel, la culture et le jardinage ne sont pas en reste.

On trouve depuis plus d’un siècle des calendriers lunaires qui permettent de jardiner en accord avec l’astre céleste.

Des calendriers qui favorisent la pousse des racines, idéale pour les carottes ou autres navets.

Ou bien la pousse des feuilles. Idéale pour les brocolis ou les salades.

Ces calendriers sont extrêmement importants pour éviter les nœuds lunaires. Quand bien même la météo serait bonne, point de jardinage pendant un nœud lunaire ! (3)

On retrouve autant de témoignages positifs que négatifs sur l’influence de la lune sur le jardinage.

Certains ne jurent que par elle.

Quand d’autres y prêtent une attention légère.

Alors qu’une dernière partie s’en moque éperdument.

Qui a tort ?

Ce principe fondamental utilisé en biodynamie fondé par l’anthroposophe Rudolf Steiner est-il prouvé ?

Hasard de culture ou véritable impact des phases descendantes ou ascendantes ?

On fait le point sur cette légende des jardins qui n’a jamais cessé d’exister depuis sa création, qui partage des points communs avec d’autres méthodes déjà décortiquées (comme les fleurs de Bach ou les cristaux d’Emoto).

L’anthroposophie et la biodynamie font l’éloge du jardinage avec la lune. Faut-il éviter les nœuds lunaires ou juste arroser et fertiliser convenablement ?

La lune.

En voilà un astre mystérieux qui vit à nos côtés depuis toujours.

Un astre foulé du pied en juillet 1969 par le célèbre astronaute Neil Armstrong.

Un astre qui alimente un nombre incroyable de mythes et légendes.

La pleine lune et les loups-garous.

La pleine lune et l’insomnie.

Les fameux « coups de lune » qui jaunissent le linge.

Mais . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. La partie commentaire d'un article réservé aux membres peut être accessible à tous, mais les commentaires des internautes non inscrits n'ont pas vocation à être publié. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.