Copyright 2012 - 2018 Dur à Avaler

Dur à Avaler est un blog d'information sur la santé, la nutrition, l'univers du médicament et les conflits d'intérêts. Le blog est entièrement sans publicité pour faciliter la lecture des articles. Les articles sont le résultat d'une recherche scientifique minutieuse pour apporter des conseils et lancer des débats constructifs. Les article sont rédigés par Jérémy Anso, docteur en biologie et des auteurs invités pour des sujets particuliers. Le blog n'a pas vocation à remplacer le lien entre un patient et son professionnel de santé, mais bien de le renforcer par la confiance, la lecture critique des évidences scientifiques et le rendre plus transparent.

Si les pâtées apparaissent comme une bonne alternative aux croquettes, elles restent plus chères, de qualité similaire voir inférieure, et présentent plus souvent des déséquilibres des constituants analytiques. Faites attention dans vos choix.

La majorité des propriétaires d’animaux de compagnie utilisent les croquettes pour nourrir leurs chiens et chats. Les avantages des croquettes sont nombreux et séduisent 80% des propriétaires de chiens et de chats, avec une conservation longue durée, un prix relativement plus faible que les pâtées et ma foi, les animaux de compagnies n’ont pas l’air de s’en plaindre.

Mais devant les questions et les craintes de plus en plus nombreuses des propriétaires de poilus, ils se tournent de plus en plus vers les pâtées et les boîtes humides. Dans l’argumentaire de base, on parle d’une nourriture qui serait physiologique, en apportant l’eau nécessaire à la bonne santé des animaux.

Hé oui, les croquettes sont un peu comme des biscuits trop secs (entre 5 et 10% d’humidité) qui nécessitent que son animal de compagnie boive suffisamment. Certains mettent au défi les propriétaires d’animaux de compagnie de manger des biscuits pendant un mois, ou des céréales sans lait par exemple.

Si l’argument principal peut tenir la route, une souris n’a rien à voir avec une croquette, il faut revenir objectivement sur toutes les différences entre les croquettes et les pâtées pour mesurer pleinement les avantages et les inconvénients pour faire un choix éclairé.

Cela tombe bien, car j’ai désormais une énorme base de données de croquettes (plus de 900 références) et un nombre grandissant de pâtées analysées (plus de 150). Avec toutes ces données, je peux dessiner un tableau plus ou moins réaliste des différences majeures entre ces deux produits.

On va donc répondre à plusieurs questions dans cet article :

  1. Les pâtées sont-elles meilleures ou pires que les croquettes ?
  2. Est-ce que réhydrater ses croquettes est la meilleure solution ?

Les avantages et inconvénients des pâtées et boîtes humides

Les pâtées sont plus appétentes que les croquettes. C’est un fait difficile à contester. De notre côté, à la maison, notre chat adore ses croquettes et nous fait un cinéma d’enfer quand l’heure arrive de lui donner son repas.

Mais quand vient la pâtée…

Là on entre dans une autre dimension. Il a des pâtées pour lui faire plaisir très occasionnellement et on peut dire qu’il devient littéralement fou. Fou de ses pâtées, c’est un constat que j’ai pu faire très rapidement.

Est-ce le côté humide, plus riche en protéines animales, ou moins de glucides ? Plus frais et moins transformé tout simplement ? Difficile à dire.

Moins de glucides ?

Au-delà de l’appétence, les pâtées sont indéniablement moins riches en glucides. C’est logique puisque les fabricants ne sont pas contraints d’utiliser une certaine quantité d’amidon pour faire une pâtée, contrairement aux croquettes.

Mais cet argument tient de moins en moins la route avec les extrudeurs dernières générations qui produisent des croquettes avec très peu de glucides (10% environ).

Que dire sur les glucides ? Les premières analyses de l’ensemble de mes données montrent que les pâtées contiennent moins de glucides que les croquettes.

Toutefois, certains produits n’échappent pas à l’exagération avec des taux aberrants supérieurs à 45% voire 60%.

Des compositions analytiques qui n’ont plus rien à voir avec une alimentation traditionnelle ou “plus naturelle” et qui posent questions. L’alimentation de nos chiens et de nos chats s’est considérablement modifiée au cours du temps, avec une part de plus en plus dominante des produits céréaliers et des glucides, pourtant minoritaire dans les diètes originelles.

On recherche une croquette ou une pâtée qui sera la plus riche en produits animaux, avec le moins possible de sous-produits de mauvaise qualité (plumes, becs, cornes, carcasses, etc.) Les abats tels que le coeur ou le foie sont de qualité et peuvent être inclus dans les sous-produits.

Plus de protéines ?

C’est un point plutôt positif pour nos carnivores domestiques, mais les boîtes humides contiennent en moyenne plus de protéines, et surtout d’origines animales, que les croquettes. Ce constat découle bien entendu de la plus grande facilité pour faire des pâtées, parfois sans le moindre gramme d’amidon.

Mais j’ai remarqué des pâtées avec des compositions analytiques étranges, quasi exclusivement composée de protéines animales, avec du poulet ou du thon. Un régime ultra protéiné donc, qui invite aussi à la vigilance : dans un sens comme dans l’autre, on s’éloigne des valeurs de référence d’une alimentation naturelle.

Vous comprendrez mieux pourquoi c’est important dans la suite de l’article.

Des ingrédients recommandables ?

Malheureusement les boîtes humides n’échappent pas aux dérives et aux largesses de l’industrie Pet Food. Le manque de transparence est flagrant sur les boîtes humides, autant, voir plus, qu’avec les croquettes.

Bien sûr les glucides ne sont jamais mentionnés, hormis certains cas très rares, et la description des ingrédients suit les réglementations en vigueur. On se retrouve donc avec des ingrédients aussi flou que de la “graisse animale”, directement récolté dans les fondoirs avec un mélange indéterminé de pieds et tête de porcs, et de carcasses.

On retrouve aussi des ingrédients totalement proscrits, comme le sucre. Je suis étonné d’avoir trouvé de nombreuses références qui rajoutent intentionnellement du sucre dans les recettes. Un ingrédient totalement inutile, voire dangereux. Les carnivores domestiques n’ont aucun besoin en glucides connus, et si on parle de sucre, la forme simple, on frise ici l’indécence. Ces références qui en contiennent sont bien entendu à proscrire.

On retrouve donc des pâtées riches en sous-produits animaux et végétaux, où le degré de transparence varie en fonction des fabricants. À l’inverse, on trouve d’excellentes pâtées, mais d’une manière générale, je trouve la qualité inférieure aux croquettes.

Pas assez de gras ?

Je le disais plus haut dans la partie des protéines, on retrouve des pâtées avec des taux très élevés de protéines, et parfois on remarque une absence de graisse. Pour rappel, une alimentation traditionnelle devrait apporter 30% des apports caloriques sous forme de gras. C’est une source d’énergie importante pour nos chiens et nos chats.

En général, les croquettes respectent un équilibre avec les graisses. On tourne aux alentours de 25 à 30%, mais pour les boîtes humides, on retrouve parfois des références sans le moindre gramme de lipides.

Une logique qui peut questionner, car nos carnivores domestiques ont des besoins en matières grasses pour assurer le fonctionnement optimal du métabolisme et la production de tous les maillons des réactions physiologiques qui ont besoin de matières grasses.

Il y a donc une vigilance supplémentaire à avoir dans le choix des références humides, en veillant soit à compenser à la maison avec des graisses animales ou végétales d’excellentes qualités ou en éviter ces produits-là. C’est au choix, mais si vous optez pour la compensation à la maison, il faudra faire attention aux quantités.

Déséquilibre des minéraux

C’est un désavantage majeur des boîtes humides, une récente étude européenne vient de nous montrer que ces dernières ne respectaient pas les règles de la FEDIAF concernant le teneur de certains minéraux, comme le calcium et le phosphore.

Bien souvent, je ne retrouve pas le teneur de ces deux minéraux important dans les pâtées. Cette information est importante pour établir le ratio calcium / phosphore.

Cette étude nous montre en réalité que les fabricants de croquettes respectent d’avantages les équilibres importants entre le calcium et le phosphore, dont le rapport doit être compris entre 1 et 2. Autrement dit, pour chaque gramme de calcium, on doit retrouver un ou deux grammes de phosphore au maximum.

Ces chercheurs montrent ainsi que l’immense majorité des pâtées ne respectent pas toutes les règles sur la composition des minéraux. L’exemple est valable pour le cuivre, que l’on retrouve plus souvent en excès dans les pâtées que dans les croquettes.

Autre risque avec les pâtées, les excès très inquiétants d’arsenic et de mercure dans les pâtées riches en poisson. Avec les mauvaises pâtées, utilisées 365 jours par an, on peut mettre la santé de son animal en danger et notamment sa santé rénale.

Globalement, on dispose de peu d’études de ce genre, mais qui nous indique quand même que les croquettes semblent plus sûres et plus respectueuses des besoins des carnivores domestiques. En tout cas d’un point de vue de l’équilibre des minéraux.

Moins de risque pour les reins ?

C’est un grand débat, pas celui d’Emmanuel Macron, qui fait couler beaucoup d’encre. Les maladies rénales entraînent souvent la prescription de croquettes ou pâtées pauvres en protéines, car elles seraient suspectées de dégrader les fonctions rénales.

Nous avons bien sûr les défenseurs et les opposants à ces pratiques, la vérité est probablement entre les deux, et autrement plus complexe. Bien souvent, c’est seulement la quantité des protéines qui est prise en compte, sans parler de qualité, alors que c’est tout aussi important.

La quantité d’eau aussi, et c’est là tout l’intérêt qu’il y aurait à choisir des pâtées. Une récente étude menée sur une dizaine de chats vient de montrer qu’il n’y avait pas d’indication d’une dégradation des fonctions rénales chez des chats en bonne santé, malgré des boîtes humides riches en protéines (jusqu’à 55% de matière sèche).

Cette étude s’est uniquement concentré sur les marqueurs des fonctions rénales et notamment la formation de calculs rénaux de calcium ou d’oxalate et la présence de citrate1. Les chercheurs se sont rendu compte que les chats nourris avec de l’humide urinaient en volume deux fois plus que ceux nourris avec des croquettes. Pour eux, la quantité d’eau serait déterminante, mais aussi la qualité de la nourriture même si les résultats doivent être confirmés par d’autres études.

Ces chercheurs nous avisent aussi qu’ils ont bien montré dans le passé que les chats nourris avec des croquettes riches en protéines auraient plus de risque de développer des calculs urinaires2.

On retrouve également des résultats contradictoires chez le chien, mais qui globalement, nous disent qu’il n’y aurait pas de surrisque pour la santé rénale des chiens en bonne santé avec une alimentation riche en protéines3 4.

De l’aveu même de nombreux vétérinaires…

Croquette ou pâtée : que choisir ?

Difficile à dire, et je ne pourrais pas dire catégoriquement et sans avertissements qu’il faut se jeter sur les boîtes humides ou les croquettes. Les croquettes et les boîtes humides ont chacune leurs avantages et leurs inconvénients.

Si les boîtes humides semblent mieux respecter les fonctions rénales des animaux domestiques, elles peuvent apporter des quantités inquiétantes d’arsenic (surtout les produits riches en poisson) qui pourront dégrader les fonctions rénales.

Une solution ici pourrait être de réhydrater ses croquettes. Trouver de bonnes croquettes, en évitant celles qui contiennent du poisson (si on pousse le raisonnement à l’extrême), et les réhydrater pourrait être une bonne solution pour bénéficier avantages des croquettes, et limiter les risques.

Pour la réhydratation, c’est un peu à chacun sa méthode. Les faire tremper dans l’eau, mais attention de ne pas obtenir une soupe dégoûtante pour votre poilu. Le spray d’eau fonctionne pas mal pour réhydrater légèrement les croquettes.

Ce qui ressort de cet article, et qui est juste du bon sens, c’est que la qualité doit primer. C’est évident, mais je ne le répéterais jamais assez, regardez avec attention la qualité des ingrédients pour faire votre choix.

Il restera à prendre en compte votre budget également. Car tout le monde ne peut pas se permettre de dépenser trop pour le budget de son animal, les compromis sont de rigueur, mais une bonne alimentation restera un pilier fondamental pour être et rester en bonne santé. Ne l’oubliez pas.

C’est bien ce que je propose dans mon ouvrage qui contient plus de 1000 références de croquettes et pâtées. L’analyse des principaux ingrédients pour faire un choix éclairé, avec une description détaillée des ingrédients, des procédés de fabrication, ainsi qu’une enquête sur les conflits d’intérêts entre les vétérinaires et l’industrie Pet Food.

Références


1. Paßlack, N., Kohn, B., Doherr, M. G., & Zentek, J. (2018). Influence of protein concentration and quality in a canned diet on urine composition, apparent nutrient digestibility and energy supply in adult cats. BMC veterinary research, 14(1), 225.

2. Paßlack, N., Burmeier, H., Brenten, T., Neumann, K., & Zentek, J. (2014). Relevance of dietary protein concentration and quality as risk factors for the formation of calcium oxalate stones in cats. Journal of nutritional science, 3.

3. Bovée, K. C. (1991). Influence of dietary protein on renal function in dogs. The Journal of nutrition, 121(suppl_11), S128-S139.

4. Finco, D. R., Brown, S. A., Crowell, W. A., Brown, C. A., Barsanti, J. A., Carey, D. P., & Hirakawa, D. A. (1994). Effects of aging and dietary protein intake on uninephrectomized geriatric dogs. American journal of veterinary research, 55(9), 1282-1290.

Total
55
Shares

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

6 commentaires
  1. Bonjour, article intéressant comme toujours! Pour faire court connaissez-vous la marque belge Edgar et Cooper ? ( chiens et aussi désormais chats depuis peu). Elle semble intéressante sur un plan nutritionnel. Bonne journée à vous . B cordialement

  2. Adepte de la nourriture de qualité, je BARF mes chiens et j’ai essayé plusieurs fois avec mes chats. Soit le BARF, soit de trouver au moins de la pâtée dont la composition me semblait correcte. Et bien mes 3 chats n’en veulent pas ! A mon grand regret, ils préfèrent la mal-bouffe, et ne touchent pas à la nourriture plus saine. Une a 14 ans, et je suis allé chez le véto exclusivement pour une stérilisation et 2 vaccins de la rage (pour voyager). Un autre est un Maine Coon de 5 ans, que l’on dit pourtant sensible. Lui aussi n’a vu le véto que pour les vaccins. Les 3 sont en parfaite santé.

    Alors je m’y suis faite et finalement je leur donne les pâtées qu’ils aiment, sans plus jamais regarder la composition pour ne pas me faire peur.

  3. Je ne comprends pas votre position, j’ai lu un article que vous avez rédigé, avec preuves à l’appui , concernant l’horreur de la composition des croquettes !!! Cela m’a fait prendre conscience que les croquettes et toutes les croquettes sont une aberration pour bien nourrir nos animaux, j’ai adopté la nourriture Barf et mes chiens sont heureux et en meilleure santé. Alors que veut dire ce reportage sur les croquettes et les pâtés ? C’est toujours de la « cochonnerie « , vous incitez les gens à en acheter ! Moi qui vous croyais intègre , vous me décevez beaucoup. Marie-Françoise

    1. Bonjour Marie-Françoise,

      Je crois que vous mélangez le message de mon travail avec vos convictions et avez probablement mal interprété le titre de certains articles.

      Mon message est le suivant : les croquettes et les pâtées ont fondamentalement des défauts puisqu’elles sont industrielles, transformées, etc, etc. Mais il ya quand même des fabricants qui font des efforts et qui proposent des produits de “qualité”. De qualité on entend respectueux de la physiologie de nos chiens et de nos chats, avec des ingrédients connus et identifiés, et des équilibres nutritionnels correctes.

      Je n’ai jamais dit de jeter toutes les croquettes à la poubelle. Donc oui, je suis totalement intègre et surtout droit dans mes bottes sur cette question.

      Au plaisir de vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie.