Oscillococcinum des Laboratoires Boiron: un Placebo Inutile et Onéreux

oscillococcinum-boiron-placebo-grippe-homeopatie

 (j’adore mon humour de merde)

L’oscillococcinum est un médicament homéopathique contre les états grippaux produit par les laboratoires Boiron en France.

La gentille Homéopathie contre les méchants médicaments

L’homéopathie existe depuis plus de 2 siècles maintenant. Dans l’esprit des gens, c’est l’anti-thèse de la médecine « dure », l’allopathie, qui passe obligatoirement par l’utilisation de médicaments, d’antibiotiques, qui possèdent une mauvaise réputation (ils font des bobos à la flore intestinale) et qui défraient la chronique régulièrement (le médiator n’est qu’un triste et récent exemple).

L’homéopathie se définit donc comme une sorte de médecine « douce », avec une gamme de médicaments sans effet secondaire ou si peu, mais qui produiraient tout de même une large gamme d’effets positifs sur des maux aussi divers que les états grippaux, les courbatures, les maux de tête, les douleurs intestinales, et bien d’autres.

D’après une brochure émise par les Laboratoires Boiron pour l’année 2013, une société pharmaceutique leader dans le marché de l’homéopathie, 77% des français font confiance à l’homéopathie (un sondage Ipsos 2012). Si je devais définir les laboratoires Boiron en une seule phrase, ce serait celle-ci :

« Boiron en bref : Produire des médicaments efficaces et sûrs »

Extrait du site officiel www.boiron.fr.

On apprend également que les laboratoires Boiron s’inscrivent « dans l’évolution et les progrès de la médecine scientifique moderne […] »

Les laboratoires Boiron, sous la Direction Général de Christian Boiron, commercialisent près d’une centaine de médicaments homéopathiques, dont le fameux Oscillococcinum.

Oscillococcinum : Blockbuster des ventes !

Ce médicament homéopathique est un « extrait filtré de foie et de cœur d’Anas de barbariae dynamisé à la 200ème K », selon le site officiel du laboratoire. Anas de barbariae est en fait le terme scientifique pour parler d’un canard de barbarie.

Ce médicament est conseillé par les laboratoires Boiron pour les états grippaux, comme une simple toux, de la fatigue, des maux de tête, des petits frissons ou encore des courbatures. Il convient aussi bien aux adultes qu’aux enfants, même pour ceux de moins de 6 ans, pour lesquels ils conseillent « de dissoudre les granules dans un peu d’eau ».

L’oscillococcinum est de très loin le blockbuster des ventes des laboratoires Boiron. C’est le médicament homéopathique qui rapporte le plus d’argent à la société pharmaceutique, et qui, selon un bulletin officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes, est 50% plus cher que les autres médicaments anti-grippaux du marché.

Hé oui, il vous faudra débourser au moins 25 € pour une boîte de 30 doses d’oscillococcinum avec une posologie très large : « 1 dose le plus tôt possible, répéter éventuellement 2 à 3 fois à 6 heures d’intervalle » pour un état grippal à son début, et « 1 dose matin et soir pendant 1 à 3 jours » pour un état grippal déclaré.

Tout cela est très bien, le site officiel des laboratoires Boiron est tout joli, mais qu’en est-il du médicament, le principe actif ?

L’histoire rapide de l’oscillococcinum

Pour bien comprendre cet article, il faut savoir comment est réalisée une dose d’oscillococcinum. A la base, l’oscillococcinum tire son nom d’une bactérie, l’oscillocoque, découverte par Joseph Roy il y a des dizaines d’années dans un foie de canard de barbarie. Cette bactérie censée être présente dans le foie de canard, avec des propriétés médicinales inventées, est donc à l’origine de l’extrait de foie de canard de barbarie de l’oscillococcinum.

Les principes de l’homéopathie prennent ensuite le relais, l’extrait de foie est dilué des centaines et des centaines de fois, pour atteindre un niveau précis de dilution (1CH, 2CH, etc.) L’oscillococcinum est dilué à 200CH, pour mémoire, 12CH correspond à une dilution d’1cm3 de principe actif dans un volume d’eau équivalent à celui de tous les océans de la planète.

Sauf que des points viennent ternir l’image de ce médicament homéopathique :

  • L’oscillocoque n’a jamais existé. Aucun bactériologue d’aujourd’hui n’a pu mettre en évidence l’existence de cette bactérie.
  • L’oscillocoque n’existant pas, il est difficile de la trouver dans du foie de canard de barbarie (et même dans une glace à la fraise).
  • L’oscillocoque n’existant pas, il est bien difficile de lui conférer des propriétés anti-grippales (et même fussent-elles inventées).
  • La dilution du matériel de base, le foie de canard, est si forte qu’à partir de 12CH, il est mathématiquement impossible de retrouver une seule molécule de principe actif.

Conclusion : c’est quoi cette ARNAQUE s’il vous plait !

L’oscillococcinum c’est de la ***** ! Diffamation !

La polémique sur l’efficacité de l’oscillococcinum vient donc de là. Ce médicament homéopathique ne serait que de l’eau, sans principe actif, avec une part non négligeable de sucre (l’excipient) et une bonne dose d’effet placébo.

Oui mais les laboratoires Boiron n’aiment pas qu’on attaque le blockbuster de barbarie. Un bloggeur italien a récemment décrié les bienfaits de ce médicament, et même s’il n’a eu aucune poursuite judiciaire, les laboratoires Boiron ont voulu faire fermer son site internet en faisant pression sur l’hébergeur, et ils ont également forcé le bloggeur à retirer les mentions du laboratoire et les images satiriques.

Avons-nous affaire à une atteinte de la liberté d’expression ? Humm, c’est une affaire pour moi !

Aux Etats-Unis, la situation est différente car deux actions citoyennes ont mis Boiron au tribunal pour publicité mensongère à propos de l’oscillococcinum. Bilan des courses, le laboratoire fait amande honorable avec un gros chèque de 12 millions de dollars pour calmer les plaignants et éviter le procès.

Mais qu’en est-il vraiment ? Que dit la science sur l’oscillococcinum ?

L’oscillo : 100% placébo

Après une demi-journée de recherche sur les publications scientifiques qui touchent de près ou de loin l’oscillococcinum ou les médicaments homépathiques contre les états grippaux, il n’y a qu’une seule conclusion possible…

L’oscillococcinum est un PLACEBO. La science, indépendante et de qualité, est unanime là dessus. Et en voici la preuve pour vous chers lecteurs, et pour le service juridique des laboratoires Boiron occasionnellement.

Deux méta-analyses réalisées en 2000 et en 2006 par deux chercheurs en médecine complémentaire au Royaume-Uni concluent que les essais réalisés sur plus de 3000 personnes ne montrent aucun effet préventif de l’oscillococcinum sur la grippe et tous les états grippaux associés (1,2).

Lors de la 2ème méta-analyse en 2006, les chercheurs en arrivent à la même conclusion qu’en 2000: « l’oscillococcinum ne peut pas être recommandé en premier lieu pour le traitement de la grippe ou des états grippaux ».

Une autre méta-analyse publiée en 2005 par 3 chercheurs conclue que les propriétés généralement attribuées à l’oscillococcinum, surtout en France, ne sont supportées par aucune preuve actuelle (3).

Ce n’est pas tout. En 2007, une autre méta-analyse publiée dans l’American Journal of Medecine, conclue que « la prévention de la grippe saisonnière n’est pas établie scientifiquement » pour l’oscillococcinum (4).

Il est à noter que je n’ai trouvé qu’une seule étude qui attribue des effets bénéfiques à l’oscillococcinum dans le traitement des symptômes grippaux. Cette étude publiée en 1998 a été financée par les laboratoires Boiron en personne, et l’on note la présence d’un personnel du laboratoire parmi les auteurs de l’étude (5).

Les résultats scientifiques apparaissent unanimes quant à l’efficacité de l’oscillococcinum, elle est la même qu’un simple placébo, une pilule vide de principe actif mais dont vous êtes persuadé qu’elle va vous soigner, ce qui arrive dans 30 à 40 % des cas.

Pour enfoncer une dernière fois le clou, une méta-analyse publiée dans la plus prestigieuse revue médicale au monde, The Lancet, en 2005 conclue que les effets des médicaments homéopathiques sont comparables aux effets des médicaments placébo (6).

Conclusion sur les laboratoires Boiron et l’oscillococcinum

Sur la brochure des laboratoires Boiron de 2013 disponible sur leur site officiel, on peut y lire la déclaration de Mme Poinsot, Directeur Général Délégué :

« A travers le monde, nous mettons toute notre passion et notre énergie dans la mise à disposition de médicaments efficaces et sûrs au service de la santé des patients. »

Les médicaments homéopathiques présentent rarement des contre-indications étant donné qu’ils sont dépourvus de principe actif, Mme Poinsot a donc raison, les médicaments homéopathiques des laboratoires Boiron sont « sûrs ».

D’ailleurs, elle rajoute dans une interview disponible sur le net à propos de l’affaire du bloggeur italien :

« Sur ce dernier point, la pharmacovigilance, qui surveille les effets néfastes des produits de santé et qui s’est beaucoup développée ces derniers temps, n’a noté aucun accident sur deux cents ans d’utilisation des médicaments homéopathiques ! »

Cela fait donc 200 ans que des dizaines de millions de personnes prennent des placébos, sans principe actif, et qu’ils n’ont eu aucun effet secondaire, aucun accident !

Est-ce raisonnable comme raisonnement ? Cela fait des millions d’années que l’Homme boit de l’eau, la pharmacovigilance est donc bonne pour l’eau ! Ouais !

Mme Poinsot nous dit même au cours de cette interview que les effets des médicaments homéopathiques sont « attestés par d’innombrables utilisateurs, professionnels de santé ou patients ! De même, de nombreux travaux scientifiques en rendent compte ».

  • Où sont ces nombreux travaux scientifiques ?
  • Est-ce que le simple fait que des milliers de personnes utilisent un produit le rend d’emblée efficace et sûr ? Voyons.

Pour terminer sur une dernière citation, Mme Poinsot nous dit que les laboratoires Boiron proposent « une thérapeutique d’expérience, la population a recours à l’homéopathie, il y a des résultats, les produits sont très peu chers et n’ont pas d’effets secondaires »

Pour ne prendre que le seul exemple de l’oscillococcinum, celui-ci est définit comme étant 50% plus cher que ses homologues d’après la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF).

En conclusion, si vous avez mal à la tête, ou bientôt la grippe… Mettez une écharpe, des chaussettes et faites-vous un thé chaud avec du citron et du miel. Mais surtout, inutile d’acheter de l’oscillococcinum qui n’est rien d’autre qu’un placébo, un placébo qui coûte cher.

Pour les plus tatillons, n’oubliez pas de prendre conseil auprès de votre médecin avant de suivre l’un de mes conseils, ou indications. Sur la plan juridique, je me sens mieux : )


Notes et références

  1. Vickers, A. J., & Smith, C. (2000). Homoeopathic Oscillococcinumcoccinum for preventing and treating influenza and influenza‐like syndromes. The Cochrane Library.
  2. Vickers, A. J., & Smith, C. (2006). Homeopathic Oscillococcinumcoccinum for preventing and treating influenza and influenza-like syndrome (Review). Cochrane Database Syst Rev, 3.
  3. J.C. van der Wouden, H.J. Bueving, P. Poole, Preventing influenza: An overview of systematic reviews, Respiratory Medicine, Volume 99, Issue 11, November 2005, Pages 1341-1349
  4. Ruoling Guo, Max H. Pittler, Edzard Ernst, Complementary Medicine for Treating or Preventing Influenza or Influenza-like Illness, The American Journal of Medicine, Volume 120, Issue 11, November 2007, Pages 923-929.e3
  5. Rosemarie Papp, Gert Schuback, Elmar Beck, Georg Burkard, Jürgen Bengel, Siergfried Lehrl, Philippe Belon, OscillococcinumcoccinumR in patients with influenza-like syndromes: A placebo-controlled double-blind evaluation, British Homoeopathic journal, Volume 87, Issue 2, April 1998, Pages 69-76
  6. Shang, A., Huwiler-Müntener, K., Nartey, L., Jüni, P., Dörig, S., Sterne, J. A., … & Egger, M. (2005). Are the clinical effects of homoeopathy placebo effects? Comparative study of placebo-controlled trials of homoeopathy and allopathy. Lancet, 366(9487), 726-732.

 

138 Commentaires

  1. auguste

    osillococcinum ça marche , j’ai fait le test dès les premiers symptômes nez qui coule éternuements, je prends immédiatement une dose d’osillo et une autre au coucher et quand je me lève tout est rentré dans l’ordre, parcontre si je ne le prends pas ça continue et ça coule dans la gorge et après c’est le médecin et les antibiotiques

  2. Paolo

    Je suis content de lire que l’homéopathie oscillococcum est bcp relié à des espérances plutôt que soigner mais..
    Ça fait 3 ans que dans ma boîte on a le “droit” à un traitement homéopathie pour la grippe. En 2013 j’ai choisi de le prendre et j’ai passé le pire hiver de ma vie (nez qui coulé, mal à la gorgé et toux no stop). En 2014 j’ai choisi de laisser tomber et j’ai passé un super hiver.. pas malade un seul fois. Même pas un ptit rhume.. rien du tout. Cette année j’ai choisi de reprendre le traitement et depuis je suis à nouveau malade no stop.. rhume mal à la gorgé et toux… aujourd’hui je doit prendre le 3eme dose mais j’hésite. .

    Si ça marche pas pour soigner comment est possible que je soit plus malade quand j’ai suivi le traitement? :(

  3. Brillet

    Envie de faire partager mon expérience: en 1981 … mon fils tout petit avait des otites; connaissant un peu l’homéopathie,je le soignais et ses douleurs s’atténuaient très vite; mais pas trop sûre de moi, je l’emmenais ensuite (!) chez mon médecin allopathe qui me disait “c’est drôle: on dirait une otite qui s’est guérie toute seule! ” je n’ai jamais osé lui avouer ce que j’avais donné ( ferrum phos, je suppose). J’ai déménagé et , par hasard, ai retrouvé ce même médecin 30 ans plus tard, devenu …homéopathe!

    Une autre expérience: ma fille de 10 ans a eu une mononucléose; aucun traitement possible, c’est ce que je pensais, et ce que m’a confirmé le médecin allopathe vu à cette occasion. Au bout de quelques semaines, fatiguée de sa fatigue … je l’ai emmenée chez une homéopathe: la semaine suivante ma fille pouvait retourner en classe!

    A chacun de faire ses expériences, et de se faire une opinion. L’esprit scientifique élabore des hypothèses à partir d’expériences …

    1. Athen Huas Yon

      Post hoc ergo propter hoc…
      On n’en sortira jamais.

    2. laumi

      magnifique comme commentaires et c’est l’inverse de la science votre démonstration

      et combien d’otite guérie toute seule à votre avis ? il faut différencier la nature de l’otite déjà ! nous on n’a jamais réussi à soigner une otite avec de l’homéopathie et pourtant ma femme a essayé à chaque fois (merci l’homéopathe …les gamins qui hurlent de douleur, vous connaissez ?!)

      j’ai eu la monucleose (comme plus de 80 % des personnes adultes en fait..si si vérifiez !…elle est passée toute seule sans rien …comme chez beaucoup de personnes)…elle est bénigne chez l’enfant sauf complication et ce n’est pas que de la fatigue dans ce cas là….

      1. janine sampere

        mon meilleur conseil de la nuit : changez d’homéopathe…dans cette profession, comme dans toutes il y a des bons et les autres…et ce n’est pas parce qu’il est homéopathe, qu’il est automatiquement meilleur…

  4. Scartapus
  5. laumi

    l’autre jour mon fils de 5 ans était pris des bronches => médecin pédiatre homéopathe => séance de kiné + homéopathie => au bout de 7 jours, çà empire +> radio des poumons, crainte d’infection +> antibio à large spectre !!

    merci l’homéopathie qui a failli tuer mon fils…

    vous me faites rire avec votre homéopathie “miracle”…
    vous avez de la chance de pas être malade c’est tout..comme moi en fait qui ne prend pas d’homéopathie…

Les commentaires sont fermes.