Personnalité préférée et détestée de cette pandémie de coronavirus, le professeur Didier Raoult n’aura jamais autant polarisé les réactions. Analyse.

Capture d’écran d’une vidéo de l’IHU de Marseille avec Didier Raoult derrière son bureau.

Sommaire de l’article

1. Du chercheur à l’emblème médiatique

2. Une icône anti-système et anti-big pharma

3. La solution « miracle » accessible à tous

4. Le code de la santé publique malmené

5. L’explosive hydroxychloroquine

6. De la science au populisme

 

On ne peut pas plaire à tout le monde. C’est indéniable.

Ce dicton s’applique parfaitement bien à Didier Raoult, directeur de l’Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) de Marseille, révélée au grand public au cours de l’année 2020 à cause de la pandémie de Covid-19 qui continue d’être au centre des attentions (et pour laquelle nous avons eu droit à un flot incessant de d’infox ou fake news, dont de collectif citoyen pourtant bien intentionné).

Le professeur Didier Raoult s’est bien entendu fait connaître pour être le plus grand défenseur de l’hydroxychloroquine (la chloroquine au tout début de l’épidémie) dont la seule mention du sujet polarise les réactions.

Une partie de la population française l’adule, tandis que l’autre la déteste.

Mais pourquoi ? Comment un scientifique jusque-là inconnu des médias et du grand public est-il devenu une icône anti-système, un sauveur et empêcheur de tourner en rond, mais aussi la bête noire d’une communauté scientifique et de nombreux politiciens ?

Du chercheur à l’emblème médiatique

Une icône anti-système et anti-big pharma

Si Didier Raoult s’est fait rapidement connaître (et apprécier) pour ses prises de position consensuelles sur le Covid-19, avec le fameux trio dépister-isoler-traiter, il s’est aussi démarqué par son verbe et ses prises de parole franche, sans détour.

Personnalité préférée et détestée de cette pandémie de coronavirus, le professeur Didier Raoult n’aura jamais autant polarisé les réactions. Analyse.

Sommaire de l’article

1. Du chercheur à l’emblème médiatique

2. Une icône anti-système et anti-big pharma

3. La solution « miracle » accessible à tous

4. Le code de la santé publique malmené

5. L’explosive hydroxychloroquine

6. De la science au populisme

 

On ne peut pas plaire à tout le monde. C’est indéniable.

Ce dicton s’applique parfaitement bien à Didier Raoult, directeur de l’Institut . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

4 commentaires
  1. Le professeur Raoult est donc devenu une icône dans les milieux anti-système rassemblant les Gilets Jaunes et d’autres mouvements populaires.

    Vous en êtes encore à des affirmations aussi simplistes pour ne pas utiliser un terme plus trivial ?
    Le scandale Remdévisir et HQC est entrain d’exploser dans la sphère “scientifique” corrompu par Gilead et j’espère que les actions juridiques en cours vont mettre en lumière cette collusion de praticiens, scientifiques, politiques et l’industrie pharmaceutique.
    Prochain acte le scandale du vaccin…. à suivre.

    1. Cher Francis,

      Oui, Didier Raoult est devenu particulièrement populaire dans les groupes de Gilets Jaune, c’est un fait. Si tu as d’autres termes plus triviaux à nous partager, n’hésites pas.

      Au final, les mots “scandale” ou “corruption” reviennent en boucle dans tes commentaires, sans source, ni argumentation, c’est dommage et contraire à la charte de publication du blog. Tu n’as pas répondu dans un article précédent aux commentaires d’un autre abonné qui t’interpellait.

      Le vaccin est un autre sujet qui très important et qui ne doit pas être négligé en effet !

      Affaire à suivre du coup !

  2. Hydrochloroquine condamnée alors que je suis toujours encore à la recherche d’une étude indépendante, crédible et qui reprend EXACTEMENT le protocole préconisé par le Prof. Raoul.

    Par contre le Remdesivir, X fois plus cher au prix de l’or, mais également sans action sur le Colis, lui est remboursé !! Comprendra qui voudra. Encore une histoire de gros sous ou la science n’a pas sa place ??

  3. Bonjour Jérémy,

    Ton article est parfaitement clair, merci pour ce travail.
    J’avais une question sur le fait que Raoult est médecin et soigne des patients dans son institut au quotidien avec son équipe de médecins à Marseille. Il est donc au plus proche des malades et de la maladie.

    Postulons que les chiffres qu’il annonce sont corrects. Je ne suis pas scientifique, mais un argument dans son discours fait écho à beaucoup de gens, c’est que lui, a les mains dans le cambouis.
    Est-ce que les études publiées contre HCQ, le sont-elles également par des médecins au contact des patients et de la maladie, utilisant le même protocole, sur des malades au même stade ?

    Cet écho dont je parle, c’est l’écart qu’il existe entre ce qui pratique une activité, et ceux qui décide.

    Bref …. affaire à suivre, j’aurais aimé avoir ton sentiment sur ma réflexion.

    Encore Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. La partie commentaire d'un article réservé aux membres peut être accessible à tous, mais les commentaires des internautes non inscrits n'ont pas vocation à être publié. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.