Une nouvelle fois dans l’actualité les adeptes du régime végétalien sont attaqués par des experts en nutrition humaine. Aujourd’hui, c’est le professeur Legrand, directeur d’une unité de recherche à Rennes, qui s’en prend aux végétaliens à travers un journal engagé : le Payson Breton. Nous allons voir dans cet article que certains arguments du professeur ne tienne pas la route, et que notre scientifique n’hésite pas à remettre en cause les consensus scientifiques les plus prestigieux et “officiels”, comme ceux de l’Anses (l’Agence sanitaire française) ou du Centre international de recherche sur le cancer (Circ).

La croisade contre les végétaliens

C’est avec le coeur lourd que je partage avec vous ma peine, ma tristesse, ma déception et peut-être un peu ma rage, à la suite de la lecture d’un article paru dans le journal Paysan Breton, un hebdomadaire technique agricole.

Dans cet article, les végétaliens se font allumer, et bien comme il faut. Chers ados végétaliens, vous êtes “insensés” selon le journal. Sans supplémentation et sans calculs savants, chers végétaliens, vous allez mourir, oui, car le “végétalisme conduit à la mort“. Vous pourrez “réussir à vivre” seulement si vous êtes “motivés“. Chers parents végétaliens, selon le journal, si vous privez vos enfants de produits animaux, vous pourriez être accusé de “maltraitance nutritionnelle“. Chères associations véganes, vous êtes responsable d’une “culpabilisation des consommateurs” et d’une “stigmatisation des éleveurs”, honte à vous.

Vous voilà prévenus. Et non vous ne rêvez pas, cet article publié le 9 mars par un représentant des agriculteurs et des éleveurs, vous propose de découvrir, “scientifiquement“, pourquoi devenir ou être végétalien serait la pire idée de votre vie. Une idée tout simplement mortelle, une idée qui vous empêchera de grandir, de bien vieillir… une idée qui vous fera mourir. Parole d’expert.

Oui, une parole d’expert, car pour écrire cet article, le journal Paysan Breton s’est octroyé les compétences d’un directeur de laboratoire de biochimie et de nutrition humaine de l’AgroCampus de Rennes, le professeur Philippe Legrand, également auteur du livre “Coup de pied dans le plat”.

Le Pr Legrand travaille principalement sur la biosynthèse et sur les fonctions des acides gras sur la nutrition et la santé, englobant le métabolisme et les rôles physiologiques des acides gras saturés, la biosynthèse des acides gras polyinsaturés, mais cela ne nous intéresse pas, ce qui nous intéresse c’est bien sa position tranchée contre les végétaliens.

Les végétaliens doivent être complémentés, sinon c’est la mort.” Philippe Legrand

Le manque de vitamine B12 qui tue

Pour le Pr Legrand, les végétaliens doivent obligatoirement être complémentés, sinon c’est la mort. Les végétaliens ne devraient leur survie qu’à la chimie selon lui. Si le professeur a raison sur le fait que les végétaliens doivent se supplémenter, notamment en vitamine B12, personne n’est jamais mort d’une carence en vitamine B12.

Si la carence en vitamine B12 est vicieuse, car elle peut mettre plusieurs années avant de se manifester cliniquement, son traitement est simple : une supplémentation par voie orale. Selon Passeport Santé, “si le traitement est adéquat, l’étant de santé du patient s’améliore en quelques jours“. Mais je conviens qu’il est plus intéressant pour l’industrie de la viande, et le Pr Legrand, de faire planer un risque de mort avec l’arrêt de la consommation de produits animaux. C’est plus fun.

Pourtant, de nombreuses preuves officielles et articles publiés sur la toile semblent indiquer que les omnivores souffrent moins de carences en vitamine B12 que les autres, car les animaux qu’ils mangent sont supplémentés… en vitamine B12 (ou bien en cobalt). L’agence européenne de sécurité alimentaire l’énonce très clairement dans un avis scientifique sur ce sujet : toutes les bêtes sont supplémentées, les ruminants en cobalt, les monogastriques en vitamine B12.

Autrement dit, choisissez votre emballage préféré de B12, le cochon pour certains, la pilule pour d’autres. Et vous n’imaginez probablement pas à quel point les animaux d’élevages peuvent être supplémentés en divers nutriments et minéraux. Faut se renseigner, ça vaut le coup d’oeil.

Pas de lait, plus de fracture chez les femmes

Pour M. Legrand, bannir une catégorie d’aliments est une belle erreur. Une erreur dangereuse pour les femmes qui auraient décidé de se priver de produit laitier. Dans l’article à charge contre les végétaliens, le professeur nous indique que “chez les femmes qui avaient rejeté les produits laitiers étant jeunes et qui ont plus de 50 ans aujourd’hui, on a fait le lien avec davantage de fractures osseuses“.

M. Legrand, notre expert du moment pour le journal Paysan Breton, estime donc, comme notre bon vieux copain M. Lecerf, que le lait consommé durant l’enfance est important pour éviter les fractures à l’âge adulte.

M. Legrand et M. Lecerf sont décidément des hommes bien plus intelligents et plus malins que l’agence sanitaire française, l’Anses, car cette dernière ne trouve pas de lien scientifiquement solide entre la consommation de produits laitiers durant l’enfance et le risque de fracture à l’âge adulte.

  • Je suis peiné de voir que le directeur d’une unité de recherche en nutrition humaine n’est pas capable de réaliser une lecture précise et correcte de la littérature scientifique;
  • Je suis peiné de voir qu’un professeur de nutrition humaine contredit sa plus haute autorité sanitaire, l’Anses;
  • Je suis peiné de voir, encore et toujours, des soit disant experts défendre des produits animaux pour des vertus scientifiquement non démontré;
  • Finalement, je suis peiné de constater que le professeur Legrand n’a pas répondu à mon message pour lui demander des explications et des justifications scientifiques sur ce point. Tant pis pour lui.

Viande et cancer : le CIRC se trompe, forcément !

Après avoir désavoué l’Anses au sujet des produits laitiers et du risque de fracture, le professeur Legrand désavoue… le CIRC, le centre international de recherche sur le cancer ! Ouais. Selon lui, le lien établi par les célèbres monographies entre la consommation de viande rouge et de charcuteries avec le cancer colorectal est une “erreur“. Voilà tout, une erreur.

Toujours selon lui, les rats auraient mangé trop de viande et pas assez de végétaux, voilà pourquoi l’énorme synthèse et le travail du CIRC ne servent à rien… juste une erreur. Une erreur, car selon le professeur de biochimie et de nutrition humaine, “nous ne sommes pas obligés de consommer de la viande ou du poisson à tous les repas, mais il n’y a aucune raison de s’en passer dans une journée.

Questionné à ce sujet, le professeur ne m’a pas répondu. Pourtant… comment peut-on être aussi peu clair ? Il faut donc en manger une ou deux fois par jour ? Combien de grammes par semaine ?

Dans ces nouvelles directives, l’Anses recommande de ne pas dépasser 500 g de viande (hors volaille) par semaine. Si on imagine une portion à 100 g (un steak haché standard dans le commerce) , cela revient à manger 5 fois de la viande dans la semaine. Si vous en mangez 2 fois par jour, il restera mathématiquement, et selon l’Anses, 4 jours dans la semaine… sans viande (hors volaille).

Si on suit le même raisonnement avec les propos du professeur avec entre 100 et 200 g de viande par jour (un ou deux repas à raison de 100 g par repas), vous atteindrez à la fin de la semaine 700 à 1 400 g de viande, soit 200 à 900 g au-delà des recommandations de l’Anses.

Au final, il n’est pas étonnant que le professeur Legrand ne soit pas d’accord avec l’Anses ni avec le CIRC, puisque l’Anses est d’accord avec le CIRC, que le CIRC ne va pas dans le sens du professeur… Bref, en voilà une position bien étrange de la part de l’expert sollicité pour l’occasion !

12 kg de mâche pour avoir du fer

Finalement, il ne manquait plus que le fer pour compléter l’assaut, achever les récalcitrants, décapiter les bouts d’espoirs, en terminer avec l’idée d’un végétalisme santé. Selon le professeur Legrand, il faudrait manger 12 kg de mâche pour obtenir l’équivalent en fer de 100 g de viande.

La comparaison sert bien évidemment à nous faire comprendre que les bonnes sources de fer proviennent des produits animaux, alors que les mauvaises et les faiblardes moins bien assimilées proviennent des végétaux.

Le professeur tacle les végétaux sur la seule base de l’assimilation moyenne plus faible du fer (non héminique) des végétaux, en prenant notamment l’un des pires exemples, la mâche. Enfin, plutôt le meilleur exemple pour sa démonstration puisque la mâche contient peu de fer contrairement au quinoa, au soja, aux lentilles, aux graines de lin, au sésame et à certaines algues.

D’emblé, on a envie de mettre en avant les dangers d’une consommation abusive de produits animaux à cause du fer héminique mais le professeur s’en charge. Il confesse, “c’est vrai que le fer ferreux des viandes peut conduire à abîmer la paroi intestinale“, mais s’empresse de rajouter qu’il faut “aussi voir ses bienfaits“. Et quels bienfaits ! “Sans fer, il n’y a pas de vie“. L’argument ultime, la référence utérine de base, la bible du raisonnement, la preuve magique…. Du gros n’importe quoi.

Le professeur semble oublier tellement de paramètres dans cette histoire d’assimilation du fer. Alors oui, c’est chiant, mais les oublier, ce n’est pas bien du tout pour un directeur de recherche en nutrition humaine. Parmi ces paramètres, nous avons les inhibiteurs de l’assimilation du fer (les oxalates, polyphénols, ou encore l’excès de calcium), mais aussi les activateurs, comme la cuisson, la lactofermentation ou bien la vitamine C. Egalement important, plus les réserves sont basses, plus l’assimilation est forte, pouvant atteindre 23% en fonction des situations.

Bref, la question de l’assimilation et de la carence en fer n’est pas si simple que de comparer 100 g de viande à 12 kg de mâche.

N’éliminez rien

Pour conclure, selon le professeur Legrand, pour rester en bonne santé le plus longtemps possible, il faudrait “manger de tout en quantité raisonnable.” Un discours extrêmement proche de celui de Jean-Michel Cohen, connu pour ses casseroles nutritionnelles et ses liens d’intérêts avec l’industrie agroalimentaire, qui n’est pas véritablement surprenant. Il est bien plus simple de rester vague, de conseiller la modération sans exclure des catégories d’aliments, ça passe mieux.

Finalement, le professeur Legrand qui doit avoir des compétences très pointues dans la nutrition nous montre dans cet article un véritable déni scientifique. Mais pas uniquement. Le professeur n’hésite pas à contredire ses pairs, d’ailleurs cités dans l’article, comme l’Agence nationale de sécurité alimentaire (Anses) mais également le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), rien que ça.

J’ai contacté le professeur sur son adresse professionnelle de l’INRA. Je lui ai demandé des explications, des études scientifiques pour soutenir certains de ses propos, et notamment le cas des fractures chez les femmes, mais aucune réponse.

Une fois de plus, je crains que l’idéologie l’emporte sur la science même si le professeur Legrand prêche une certaine forme de “bon sens” en argumentant que le plus important, c’est “la juste dose“. Pourtant, à ne pas vouloir se mouiller et plaire aux éleveurs et aux agriculteurs, le professeur s’engage dans une voie sombre, bien éloignée des consensus scientifiques.

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

20 commentaires
  1. Bonjour Jérémy,
    Il y a quelques jours j’ai trouvé et enregistré ton entrevue de +/- 30mn… Malheureusement, je ne sais plus ou j’ai fichu cet vidéo…. 8-) pourrais tu STP de me communiquer cette vidéo et la réenregistrer… Bon dac-o-dac j’aurais du avoir les references de cette vidéo… Qui doit se trouver dans mes…..12 Oss différents…. Hé oui, hélas , merci Jérémy pour ce coup de main de recup ? cordialement

  2. @Tous ,
    Je viens d’abord de rassurer Jérémy Anso… Hip hip hourra, j’ai retrouvé son “entrevue” de 30 mns…OUf super….
    Par contre, j’ai pris soins d’essayer et comprendre les ennuis de Gueho ? Mais d’abord je reviens en arrière, pour moi 45 ans, alors que je commençais a “sortir” de problèmes graves psychologique d’une durée de 3ans. Que mon arrivée en macrobiotique a été pour moi une révélation… En quelques mois, en suivant pieds a pieds, ce qui devait arriver a ce qu’au bout de trois mois tout les médocs que j’ingurgitais sont passés directement dans la poubelle.
    J’en suis encore, 45 ans après, et maintenant toujours macrobiotique. Il est évident que de toutes façons, il y a des choix et des sûretés de changement sur sa propre consommation des produits animaux et leurs descendants le lait, le beurre, les fromages sauf le fromage de chèvres? ? ? Pourquoi? a vous de le savoir! les huiles, d’olives c’est pourtant ce qui se fait de mieux …..dans le sud de la France et des pays Méditerranéens .
    Si par hasard Gueho ,faisait vraiment une solide transformation et d’élimination de ses propres consos des produits animaux qui sont influencé par son potentiel physique sportif, intellectuel et son passé d’age? … J’ai eu moi-même les mêmes choses qui ont durées pas mal de temps, mais j’ai tout refusé, j’ai du m’habituer aux changements qui eux aussi ont étés “frappés” au C… par les cellules qui elles aussi se demandaient kes-ki-fé cet homme? Pour quoi tout bêtement parce qu’après 30 ans des consos auxquels j’étais habitués tout a subi un tel changement avec les refus des cellules de mon corps et tout ce qui groupe notre composition physiologique a fini par s’apercevoir qu’il y aura toujours un changement, mais qui prendra du temps par influence des changements sur les “nouveautés” des nourritures non animales 8-)
    Quand je lis encore, et toujours, ce que dit Jeremy, la plupart du temps en complet accord, avec ce qu’il dit, avec la non réponse du Grand Prof Legrand qui lui est complètement cartésien, qui refuse tout ce qui est a l’encontre de ce qu’il a appris des preuves qu’il faut lui mettre sous le nez, même avec son refus.
    Je n’ose même pas “attaquer” JM Cohen qui apparemment risque de nous quitter avec ces erreurs et affirmations télévisuelles.
    Malheureusement ces deux personnages sans compter sur d’autres qui sont un paquet a affirmer que ce qu’ils ont appris n’est pas négliger.
    Dernier point, je ne uis pas végétarien, ni végétalien, ni végan? quoique ? ni paleo, ni autre chose, je ne suis pas un élément de contradiction pour chacun en prétendant que la macrobiotique est ce qu’il faudrait faire. Si quelqu’un s’imagine que ce que je suis n’est certes pas ce qu’il faut penser?
    C’est a tous de faire avec ses propres expériences qui seront un choix que cela soit avec toutes les façons de voir ce qui intéresse dans le choix de tout le monde 8-)

    1. Merci Jibel pour vos conseils.
      J’ai bien noté la ”macrobiotique ” dont j’avais déjà entendu parler mais sur laquelle je ne m’étais pas véritablement renseigné. Je vais de ce pas me renseigner sur cette méthode d’alimentation qui semble vous avoir bien réussi.
      Cordialement.

      1. @ Raphael,
        Merci, mais il ne faut pas vous trompez …jamais je n’ai voulu que mon attitude soit celle qui “recommande” la macrobiotique… Si je viens ici c’est pour “soutenir” un gars comme Jérémy qui n’hésite pas a en mettre plein les yeux a ceux qui emplafonne l’esprit des gens en affirmant leur fausses vérités…. Personne n’est l’abri…Nous pouvons tous faire des erreurs… Chacun peut oser, tenter les différences des nutriments, ne pas rester sur le passé….
        Tenez, il y a deux choses qui m’agacent, les galettes de riz et le seitan(gluten)
        les galettes de riz? je les fabriquait a Paris avec le petit appareil avec lequel on avait un petit paquet de 20 galettes de riz . Pas de PB avec ceux qui était contrarié par les commentaires de certains, ici même…les galettes sont dangereuses… Ben tiens, erreur..
        Idem pour le seitan(gluten de blé) donc “steak vegé”qui lui aussi était fait dans le resto a Paris sans PB, avec plus de trois heures de préparations, c’était il y a + de 40 ans ! Mais a cette époque, sans les cochonneries du aux cultures vaporisées pour que les blés deviennent “dégénérés” qui bien sur provoquent des problèmes a ceux qui sont sensibles au gluten “non pur, noble”
        Voila ou on en arrive avec des discours de ce style pour que les consommateurs utilisant les “seitan steak végé” qui seront remplacés par les steak végés qui en fait ne sont que des galettes de préparation avec n’importe quoi dedans? J’en ai goûté… hélas… Quelle cata, n’importe quoi sauf que les sociétés qui produisent ces “trucs” deviennent très importantes… Voila ou nous en sommes les consommateurs au niveau du fric… Faut bien en gagner ? non?

  3. Des casseroles ça tu l’as dit! Mdr non mais c’est vraiment terrible d’entendre de tels propos. La science nous bourre le crâne pour nous dire que la consommation d’animaux sont indispensables pour avoir une bonne santé. Devenir vegan est un choix. Par respect par amour pour les animaux et la nature. Je connais des amis vegan qui n’ont aucun problème d’anémie. Il faut bien se mettre dans la tête que nous n’avons pas tous le même système immunitaire le même organisme. Le plus important c’est d’écouter son corps. Un corps qui se veganise sainement ou est le mal??? Mourire de quoi??? Mourire de rire tout simplement! ?????????

  4. Je suis en train de commencer un cursus de biochimie, pas dans la nutrition certes, mais tout de même, c’est effrayant de voir qu’un directeur de labo peut oser sortir de telles inepties publiquement. Il va falloir qu’il vienne m’expliquer pourquoi j’ai plein de copines omnivores qui font / ont fait des carences en fer alors que moi, végétarienne stricte depuis 3 ans et jamais supplémentée, j’ai des taux parfaits sur mes toutes récentes analyse, et tout ça SANS MANGER DE MÂCHE. (Incroyable, je sais. Enfin il m’arrive d’en manger par ci par là quand c’est la saison, mais jamais par benne de 12kg…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie.