© Nathan Dumlao | Unsplash

Partenaire privilégié de notre immunité, faut-il se supplémenter pour échapper à la réanimation et au décès attribués à la Covid-19 ?

Du zinc pour tous !

La fièvre pour le zinc n’en finit plus tel l’Eldorado des premières ruées vers l’or !

Ce banal minéral que tout le monde peut se procurer en pharmacie aurait démontré son efficacité sur le terrain par de nombreux médecins, notamment par le Dr Théron à Tahiti qui n’aurait eu aucun décès parmi plus de 400 malades suivis.

Une fièvre alimentée par de nombreuses personnalités scientifiques et citoyennes, et leurs associations qui préconisent une supplémentation rapide et immédiate de zinc pour donner un coup de fouet au système immunitaire et terrasser le virus.

Pris suffisamment tôt, la supplémentation est imparable.

Mais au-delà des récits et des témoignages difficiles à interpréter qui remontent de plusieurs endroits du monde, et notamment de Vladimir Zelenko, que disent les études à ce sujet ?

Car oui, il faut toujours en revenir aux « études », sans les stigmatiser à cause de l’affaire du « Lancet » qui a été dramatique pour la confiance, mais ô combien révélatrice d’un système imparfait qui fonctionne pas trop mal.

Et celui qui vous en parle, moi, n’a aucun lien d’intérêt avec la moindre firme pharmaceutique ni institution publique.

Rien de rien.

Aucune subvention, aucune publicité, aucune influence extérieure si ce n’est la propre analyse que je peux faire de la littérature scientifique, en toute bonne foi et honnêteté. Seuls mes lecteurs peuvent m’acheter, comme on aime le dire et l’entendre !

En prenant en compte les informations les plus sérieuses, les plus rigoureuses et les plus indépendantes possible.

C’est la marque de fabrique de mon travail sur Dur à Avaler.

Le zinc, côté science

Intérêt du zinc et carence

Au-delà de son intérêt contre la corrosion des aciers avec le galva, le zinc est éminemment utile et vital pour le fonctionnement de notre corps.

Ce n’est pas vraiment une surprise. C’est la même chose pour le magnésium, le calcium, le fer… Qu’on retrouve essentiellement à travers notre alimentation ! En particuliers dans les crustacés, les viandes et les légumineuses.

Qui dit besoin alimentaire et besoin en zinc, dit forcément risque de carences, pouvant amener à des problèmes de santé. Surtout en cas de grave carence maintenue longtemps.

Et le zinc est tout particulièrement important dans le fonctionnement du système immunitaire, d’où son intérêt pour soigner la covid-19, les grippes et autres infections respiratoires.

Il intervient dans la structure de plus de 300 enzymes, participe à la communication de nos cellules et leurs multiplications (1).

Si le zinc a été longtemps mis à l’écart, il est aujourd’hui reconnu comme essentiel. On connaît donc un peu mieux la prévalence de cette carence.

C’est plutôt le grand écart : entre 4 et 73 % de la population aurait des apports sous-optimaux dans le monde (2).

Sous-optimal pour dire que ce n’est pas l’idéal, mais qu’on n’est pas en carence non plus.

On a des chiffres plus précis dessus. Mais gardez bien en mémoire qu’on fait des estimations sur la base d’une consommation moyenne, elle-même estimée à travers des questionnaires.

Ces estimations-là nous montrent que les Américains par exemple et les Européens du pourtour méditerranéen ont une faible prévalence de cette carence : entre 9 et 10 % seulement.

Ce serait plus marqué en Asie du Sud avec une personne sur trois pouvant souffrir de cette carence (3).

C’est donc le premier point important : nous sommes relativement peu à être touchés par une carence en zinc. L’intérêt d’une supplémentation chez la vaste majorité de la population contre la covid-19 se pose donc. Car cela n’aurait logiquement aucun intérêt.

Avant la Covid-19 ?

L’intérêt du zinc pour remettre son système immunitaire sur les bons rails et lui donner toutes les chances de dégommer un virus ne date de décembre 2020 avec la pandémie de Covid-19.

Son intérêt est connu de longue date, et se renseigner en premier lieu sur son rôle contre les infections respiratoires pourra nous aiguiller. Notamment contre la grippe.

La synthèse et méta-analyse (une analyse globale de toutes les études de qualité) la plus récente sur la supplémentation en zinc ne montre, à mon grand regret, aucun effet sur le risque d’avoir une infection des voies respiratoires (4).

Bon. Ce n’est pas vraiment encourageant pour la suite.

Le seul bénéfice mis en évidence pour le zinc contre ces infections respiratoires concerne la durée de l’infection, qui serait légèrement plus courte avec une supplémentation.

Mais cela ne nous donne aucune information sur les critères qui nous intéressent… beaucoup plus ! Notre risque de terminer en réanimation ou de mourir par exemple !

Vitamine D et infections respiratoires ? 

Si le sujet des supplémentations en vitamine vous intéresse, je vous encourage chaudement à lire mon enquête complète et récente sur l’intérêt de la vitamine D contre la survenue des infections respiratoires.

Sur la Covid-19, qu’est-ce qu’on a ?

Pas grand-chose. Et comme d’habitude, c’est quand on n’a pas grand-chose que les idées et croyances sont les plus fortes, et que les témoignages prolifèrent !

En tout et pour tout, nous n’avons qu’un seul essai clinique qui s’est penché sur la supplémentation en zinc et le risque de mourir de Covid-19.

Loin d’être parfait, avec relativement peu de participants (près de 200, mais tout de même l’un des plus importants), il ne montre aucune différence entre nos groupes supplémentés ou non (5).

Une autre étude clinique randomisée s’est uniquement intéressée à la durée de rétablissement chez plus de 200 patients, avec du zinc (et de la vitamine C réputée contre les virus) sans pouvoir montrer de bénéfice du traitement (6).

Une troisième étude suit la même tendance : aucune différence entre les groupes lors d’une prise relativement tardive après les premiers symptômes (7).

En fait, une seule étude est positive si on s’en tient aux essais cliniques, mais la nature même de cette étude est remise en question (8). C’est du pinaillage de scientifique qui n’a pas vraiment d’intérêt pour vulgariser sur ce sujet.

Zinc, virus et Covid-19 : ce qu’il faut retenir

Si le zinc est bien un nutriment extrêmement important pour le fonctionnement optimal de notre corps, et plus particulièrement pour notre système immunitaire, nous n’avons pas à ce jour d’éléments scientifiques probants sur l’intérêt de supplémenter contre la grippe ou la Covid-19.

Les études cliniques sont contradictoires.

3 études sur 4 ne montrent aucun bénéfice sur la mortalité, la progression de la maladie et la durée des symptômes.

Une seule étude montre un risque divisé par deux d’avoir une forme sévère de la maladie. L’étude n’est pas indépendante, l’empreinte de Big Pharma est légèrement présente parmi les auteurs. Tout comme une étude négative citée plus haut.

On se retrouve pas plus avancé que ça.

Les études scientifiques ne sont pas assez solides pour trancher, sans douter.

Les preuves positives sont minoritaires, de qualité moyenne à très faibles…

Et dans l’histoire des maladies virales respiratoires, le zinc n’a jamais été un game changer.

Assez malheureusement, on accorde aujourd’hui plus de poids à des témoignages dont on ignore tout (sans les remettre en cause, juste les vérifier), et beaucoup à des études contrôlées faites dans le but de nous aider à aller mieux.

Il nous manque bien sûr des études pour se forger un avis plus clair et définitif, mais c’est le cas pour la vaste majorité des traitements plébiscités contre la covid-19.

Vous avez désormais les informations les plus à jour pour vous forger un avis critique.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

3 commentaires
  1. “système imparfait qui fonctionne pas trop mal.”
    Tiens donc, eh bien regardez cette présentation: https://youtu.be/WUkcsSnVzl0 par l’anthropologue en santé publique Jean-Dominique Michel de Genève!

    De plus je ne puis toujours pas télécharger les mises à jours de mon livre électr. “Ce poison nommé croquette”

    1. Bonjour et merci du commentaire,

      Serait-il possible de faire une synthèse des arguments avancés ? 1h, c’est super long !

      Je pourrais répondre le cas échéant !

      Pour les mises à jour de l’ouvrage, elles sont disponibles ici avec vos informations reçues par mail :)

      Si vous avez des problèmes, envoyez-moi un mail !

      Au plaisir de vous lire

Répondre à de Montet Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. La partie commentaire d'un article réservé aux membres peut être accessible à tous, mais les commentaires des internautes non inscrits n'ont pas vocation à être publié. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.