Sortez-moi ce Tampon du Vagin !

tampax-coupe-menstruelle-cup-serviettes

A lire. L’article ci-présent est long, très long même. Si vous êtes une utilisatrice de protections classiques (tampons et serviettes) et que vous ne désirez pas être convaincu de les abandonner et de passer à la coupe menstruelle… alors NE LISEZ PAS cet article. Pour toutes les autres, vous allez découvrir tous les risques liés à l’utilisation de tampon, pour votre santé, celle des autres et de la planète. Finalement, vous allez découvrir en exclusivité le témoignage d’une quinzaine d’utilisatrices de la « Cup » pour vous convaincre définitivement de trouver la vôtre. Attention donc, vous allez être perturbées mesdames !

Sommaire

Un tampon dans le vagin… tout est normal

Ton tampon nique ton vagin (quel beau jeu de mot)

Ton tampon te cache des choses !

Ton tampon nique ta planète

« Ok, je jettes mon tampon. Et puis quoi ? Je passe aux serviettes ? »

Mode CUP = ON

Témoignages CUP = ON

Avis des professionnels sur la Cup

Ultra-résumé de l’article (pour les faignants)

Un tampon dans le vagin… tout est normal

Durant votre vie de femme féconde, rythmée par l’apparition de terribles périodes ensanglantées, ce ne sont pas moins de 15.000 tubes de coton blanc qui côtoieront des heures entières votre intimité la plus profonde.

En France, selon les tous derniers chiffres de l’INSEE, 16 millions de femmes âgées de 13 à 50 ans sont des utilisatrices potentielles des protections hygiéniques sous forme de tampon. Dans le monde, la multinationale Procter and Gamble commercialise la marque la plus vendue de la planète, Tampax, dont plus de 100 millions de femmes en auraient l’usage dans le monde entier.

Cela fait maintenant plus d’un demi-siècle que les tampons existent en France. Les marques évoluent sans cesse pour fournir des produits adaptés à l’hygiène féminine, au « flux » sanguin, contre les irritations et ceci afin de promouvoir une vie plus libre loin des affreuses coulées sanguinolentes périodiques, qui incommodes tant les femmes.

J’insiste, mais cela fait donc plus de 60 ans que toutes les jeunes et moins jeunes femmes en état de procréer s’enfilent régulièrement des tubes en coton blancs, dont elles connaissent absolument tout. Pas vrai ? *ironie*

D’ailleurs la science s’est longuement penchée sur la question de l’innocuité de ces protections hygiéniques, et n’a trouvé aucun problème particulier ! Faux !

La seule science qui ce soit penchée sur ce problème nous vient directement des fabricants eux-mêmes ou bien d’études qui remontent à la fin des années 30…

Ainsi, nous apprenons sur le site officiel de Tampax que la première preuve de l’innocuité des protections pénétrantes en coton a été réalisée sur 20 femmes pendant 3 à 5 mois à la fin des années 30 ! Toujours selon les dirigeants de Tampax, 110 femmes supplémentaires ont été suivi au début des années 40 dont « les résultats ont confirmé ceux de Sackren ».

En réalité, si vous j’imaginez que j’ai choisis de traiter le sujet des tampons c’est bien que la réalité est tout autre, et qu’elle risque d’être bien dure à avaler pour la plupart d’entre vous.

Vous allez maintenant découvrir dans cet article que votre tube de coton blanc n’est pas aussi pur que sa couleur blanche laisse penser.

Vous allez découvrir quels sont les risques que vous prenez tous les mois pour votre santé, et celle de la planète, avec des protections dont vous ignorez tout, si ce n’est le prix et comment l’enfiler sans problème.

Finalement vous allez découvrir une alternative hors norme au tampon, qui se fraie un chemin tant bien que mal dans l’esprit (et le vagin) des femmes, avec les témoignages exceptionnels d’une dizaine d’utilisatrices, confirmées ou non.

Attention, vous ne verrez plus votre tampon du même œil (et votre anatomie risque de vous dire merci !)

Ton tampon nique ton vagin (quel beau jeu de mot)

Dans cette partie nous allons essayer de comprendre quels sont les risques pour la santé des femmes qui utilisent régulièrement des tampons lors des menstruations.

Le premier risque à connaître (et de loin le plus connu) est le syndrome du choc toxique (SCT). Le SCT n’est pas une maladie imaginaire, et Procter & Gambler la prend très au sérieux en assénant toute une série de précaution pour le réduire (et non l’éviter) sur son site.

La première recommandation peut paraître banale, mais Tampax vous dit (vous ordonne même) :

« Ne gardez jamais un tampon plus de 8 heures. »

C’est la toute dernière recommandation, la toute dernière phrase du site. Franchement, moi, elle me fait froid dans le dos. Peut-être que vous êtes habituées à « penser à votre tampon » mais imaginez un oubli, un accident…

Vous apprendrez que vous ne devez absolument pas utiliser votre tampon en dehors des périodes de menstruation. Logique me direz-vous, pourquoi irais-je m’enfiler ce coton peu amical dans mon vagin alors que j’en ai pas besoin ?

Mais raisonnons autrement. Si ce produit était sans danger et sûr, pourquoi les femmes ne pourraient-elles pas se faire une soirée tampon en dehors des règles ?

Je vous épargne les autres recommandations de la marque Tampax… Non en fait, parlons-en ! C’est tellement rassurant qu’il faut tout savoir ! Donc toujours selon les producteurs du fameux tampon blanc, il serait sage de remplacer son tampon « au moins une fois par jour pendant vos règles » pour limiter le SCT.

Ce qu’il faut comprendre :

« Nous avons le produit idéal pour vos menstruations mesdames ! Mais attention, virez votre tampon au bout de 8 heures, et remplacez-le au maximum par un autres produits ! »

Tampax conseille également de choisir le « niveau d’absorption minimal » pour éviter le SCT. Et on peut le comprendre, car si vous prenez un niveau d’absorption trop élevé, vous risquez de garder trop longtemps votre coton tige pour vagin (mais pas uniquement).

Mais le SCT, c’est grave ou pas ? Nul besoin de visiter le site de Wikipédia pour en apprendre plus, le site de Tampax nous annonce clairement que le SCT « peut rapidement passer des symptômes proches d’une grippe à une affection grave qui peut être fatale. »

On peut relire cette phrase ensemble ? Le SCT peut rapidement passer des symptômes proches d’une grippe, donc sans gravité pas de quoi en faire un drame, à une affection grave qui peut vous TUER. On lit bien la même chose. Mais tout va bien je vais bien… (merci papa de m’avoir donné un chromosome Y !)

Pour terminer et vous achever sur ce le seul point du SCT, voici quelques symptômes de la maladie recensés par Tampax :

« Forte fièvre, vomissements, diarrhées, éruption cutanée ressemblant à un coup de soleil, vertiges, douleurs musculaires, évanouissements ou état proche de l’évanouissement, lorsque vous vous mettez debout. Votre peau peut également peler aux stades ultérieurs de la maladie. »

Mais pourquoi les tampons seraient si dangereux ? Qu’est-ce qu’ils nous cachent ?

Ton tampon te cache des choses !

Sur la boîte de vos Tampax Compak (ou n’importe quel autre) doit figurer la liste des ingrédients. Normalement vous ne verrez que du coton et de la viscose. Rien de plus car les fabricants garderaient le secret de fabrication des cotons pénétrant absorbant.

Ceci dit, il n’y a rien de bien affolant jusque-là, si ce n’est la « viscose » qui fait penser à « visqueux » ou quelque chose d’un peu ragoûtant. Nous avons ensuite le coton qui est quelque chose d’assez banale de nos jours…

Et pourtant. L’excellent article de TerraEco nous explique la vie d’un tee-shirt sur notre planète, et ce n’est pas joyeux-joyeux.

Au-delà du voyage incroyable (et méprisable) du coton pour fabriquer le tee-shirt, nous apprenons que 99,5 % de la production utilise manifestement des produits chimiques, des pesticides.

Ces pesticides seraient responsables d’1,5 millions d’intoxications sévères et d’au moins 30.000 morts par an. Toujours selon Cécile Cazenave, l’auteure de l’article, plus de 80 % des surfaces cultivées utilisent du coton transgénique, un modèle pour le respect de l’environnement et de la biodiversité (brevetage du vivant quand tu nous tiens…)

Le coton, qui compose principalement votre suceur de sang personnel, n’est en réalité qu’une soupe de produits chimiques, qui a notoirement participé à la mort et à l’exploitation de pas mal de personnes dont des jeunes enfants.

Cette soupe de produits chimiques est en contact régulier avec votre intimité, votre vagin, votre sang, votre matériel génétique, votre corps quoi. Je comprends un peu mieux l’histoire des serviettes à la place des tampons et des 8 heures max d’utilisation !

La viscose n’est pas sans là poser son lot de problèmes également… Sous ce terme se cache un produit artificiel qui fait toute la spécificité de votre tampon, il absorbe efficacement le « flux » !

La viscose est donc une matière artificielle ultra absorbante qui va vous débarrasser de vos pertes rougeâtres (c’est son job en même temps) mais pas uniquement ! Les sécrétions vaginales lubrifiantes et la flore de votre intimité seront elles-aussi aspirées par l’insatiable Tampax Compak, tel un antibiotique qui dézingue tout sur son passage.

Votre petit tampon pénétrant blanc ne doit plus être aussi mignon qu’avant, mais il reste malheureusement encore des choses à dire.

Lors du blanchissement du coton avec du chlore, des molécules particulières peuvent se former, des dioxines. Loin d’être bonnes pour la santé, la Food and Drug Administration (notre ANSES à nous) a confirmé la présence de dioxines dans les protections périodiques en 2005.

La quantité de dioxine resterait cependant faible, mais c’est la répétition de l’exposition qui génère un risque d’accumulation dans l’organisme et de problèmes de santé. Stérilité, dépression du système immunitaire ou réactions inflammatoires peuvent être des conséquences d’une longue exposition à des dioxines.

Même l’OMS s’en mêle, et nous indique les risques pour notre santé de ce « polluant persistant » qui « s’accumule dans la chaîne alimentaire ». Perturbateur endocrinien et promoteur de cancer, tout est dit.

En bref, sécheresses vaginales, infections, blessures et irritations seraient des risques encourues par toutes les femmes s’enfilant joyeusement un tampon classique.

Les risques pour soi-même, c’est bien de les prendre en compte (il faut être un peu égoïste quand même) mais les risques pour la planète existent aussi…

Ton tampon nique ta planète

Selon les rumeurs du net, GreenPeace aurait qualifié l’industrie du tampon comme l’une des plus polluantes de la planète. Malheureusement, il n’y a aucune preuve sur le net que l’association écologiste ait bien dit cela mais qu’importe.

La fabrication des tampons impliquent de nombreux processus et chaînes de fabrications (rien que celle du coton est préjudiciable pour notre planète et pour les Hommes) qui n’apportent pas que du bon.

Si je pars du principe que les 16 millions de femmes françaises utilisent toutes des tampons, à raison de 15.000 par femmes (l’estimation moyenne), cela nous ferait environ 240 milliards de tampon jetés dans les poubelles, avec grosso modo une durée de vie de 500 ans dans notre environnement.

Oserais-je faire le même calcul pour les 100 millions de femmes qui les utiliseraient dans le monde ? (soit 1 billion 500 milliards de tampon, pas mal dis donc).

A priori, les tampons sont mal recyclés et participent donc activement à la pollution généralisée de la planète. Quand cette soupe de produits chimiques, toxiques ou inconnus n’est pas dans votre vagin, elle est dans les rivières, les lacs, les forêts, les décharges, les nappes phréatiques, l’océan… Une belle merde quoi.

Bref, les tampons, hormis le côté « pratique », n’ont plus une si belle silhouette après ces quelques paragraphes. Une composition douteuse, des produits toxiques, des conditions d’utilisations effrayantes, des risques avérés pour la santé (SCT) et une belle pollution de l’environnement digne d’un superbe produit de notre société de consommation.

« Ok, je jettes mon tampon. Et puis quoi ? Je passe aux serviettes ? »

Je vous imagine très me dire cela, et vous avez raison ! Globalement, les serviettes ont les mêmes problèmes que les tampons (si ce n’est qu’elles ne pénètrent pas votre intimité), mais avec des parfums en plus, et d’autres produits peu fréquentables (pour l’environnement même combat !)

Du coup, moi, je vous annonce clairement que les protections intimes pénétrantes (tampons) ou non (serviettes) ne sont pas idéales pour vous, votre santé au quotidien et à long terme pour notre planète.

Si j’ai réussi à vous convaincre d’abandonner vos protections actuelles, je vais maintenant me charger de vous convaincre de passer à la CUP. La cup, la coupe menstruelle ou le saint-graal en silicone des menstruations !

Mode CUP = ON

tampax-coupe-menstruelle-cup-tampon

 illustration: une Cup dans ma main !

Ok. Ca devient gore. C’est quoi ton « truc » ?

La coupe menstruelle (et l’image l’illustre très bien) est un petit réceptacle (le plus souvent en silicone) que l’on introduit dans son vagin pour récupérer le fameux « flux » en lieu et place des tampons ou serviettes.

Je n’ai jamais enfilé de Cup (c’est en cours de réflexion…) mais l’installation dans le vagin, avec un phénomène de ventouse, permet de récupérer toutes les saignées pendant 12h d’utilisation, et sans fuite ! Parole d’utilisatrices confirmées !

La Cup, elle fait le contre-pied total aux protections en coton pour plusieurs raisons :

  1. Elle est économique, en seulement 6 mois elle est rentabilisée par rapport aux anciennes protections.
  2. Elle est sans danger, aucun produit toxique, pesticide, coton ou risque de SCT avec ce produit (on peut toutefois être allergique au silicone, des alternatives existes).
  3. Elle est écologique, une seule peut vous suffire pendant 10 ans alors je vous laisse imaginer le bilan écologique comparé au billion de tampons et de serviettes jetés dans la nature…
  4. Elle est pratique et facile d’utilisation, rien ne sert d’être diplômé d’obstétrique ou de gynécologie pour l’enfiler. Il suffit d’un peu de pratique et d’adaptation (comme tout nouveau produit). Ensuite, c’est terminé les périodes de stress pour trouver un tampon lors d’un camping ou sur son lieu de travail (à condition de ne pas l’oublier).
  5. Elle est efficace, et même plus que les tampons ou serviette. Jusqu’à 12h de protection (au lieu de 8h avec les tampons) en fonction des quantités de sang, et celui-ci ne macère pas dans un mélange de jus de coton, de viscose, de fibres avec un peu dioxine et compagnie.
  6. Elle est compatible avec toutes vos activités. Equitation, piscine, glandage devant la télé, course à pied, squash, lancé de nain et que sais-je, rien ne lui résiste !
  7. Elle ne dérange pas avec sa présence. Les témoignages le prouvent, on ne sent pas la Cup (avec un détail près discuté plus bas), elle est telle un ninja dans la nuit (rouge).
  8. Elle ne dessèche pas l’intérieur du vagin. Adieu les sécheresses vaginales et même certaines irritations !

Cette Cup, elle est plein de chose, ça c’est sûr !

Mais un homme qui en parle, ça doit vous faire doucement rigoler, j’en suis bien conscient. J’espère ne pas recevoir d’attaque comme pour mon article sur la pilule contraceptive, car j’estime que nous sommes, nous les hommes, en droit de parler de ces choses- là, quand bien même nous ne parlons pas de notre vagin !

Mais bon, je ne vais pas m’arrêter en si bon chemin, et pour être sûr que TOUTES les utilisatrices de tampons ou de serviettes se procurent leur nouvelle Cup… Je vais vous achever avec une dizaine de témoignages d’utilisatrice de la Cup, avec 1 seul moi d’expérience jusqu’à plusieurs années !

Là ce n’est pas moi qui parle, mais bien vos collègues, copines, soeurettes, ou confidentes ! Vous pouvez donc leur faire confiance !

C’est donc 13 femmes et jeunes femmes, âgées de 21 à 37 ans qui ont répondu présentes à mon questionnaire sur la coupe menstruelle. L’objectif de ce questionnaire était de reproduire le plus fidèlement possible les questions habituelles, les idées reçues sur la Cup et d’apporter un maximum de « trucs et astuces » avec l’expérience des utilisatrices.

Bon, c’est parti !

Témoignages CUP = ON

1. A la question, « pourquoi es-tu passée à la coupe menstruelle ? »

Les filles répondent unanimement que le côté pratique, écologique et santé-hygiène (le deux étant souvent liés) ont été les moteurs pour passer à la Cup. Parfois, c’est le côté santé qui prime, comme pour Mistigri (25 ans) qui a préféré garder l’anonymat, ou bien avec le cas de Nastya (27 ans) qui a « flashé pour le côté pratique » de la coupe menstruelle.

On se rend compte que les gestes dits écologiques sont de plus en plus recherchés dans notre société de consommation. C’est la raison principale qui a poussé Marie, utilisatrice de la Cup depuis 5 ans, à adopter ce nouveau style de vie.

2. A la question, « Est-ce que c’est compliqué d’insérer la « cup » ? Ca fait mal ? »

Léa, qui est âgée de 24 ans et qui utilise la Cup depuis seulement 1 mois (elle est donc parfaite pour illustrer un cas « débutante »), nous dit « non franchement c’est pas compliqué. »

Léa enfonce même le clou en me précisant qu’elle a essayé le premier pliage décrit sur le mode d’emploi de la Cup, et qu’elle n’a pas « éprouvé le besoin d’essayer la deuxième méthode ».

Esther (24 ans) qui utilise la Cup depuis 6 mois nous avoue qu’au début elle se demandait bien comment « cette chose allait rentrer dans [son] corps. » Mais précise par la suite, « en fait l’insérer n’est pas du tout compliqué, il suffit de la plier comme expliqué sur l’emballage. »

L’ensemble des témoignages converge vers ce même point : ce n’est pas compliqué, tout le monde peut y arriver, c’est un coup de main à prendre ! Comme pour tous les nouveaux produits.

D’ailleurs, Justine (*) qui compte 4 années d’utilisation nous rappelle que « ce n’est pas compliqué du tout » même si « les premières fois c’est un peu folklo ». Elle termine sur le fait qu’on puisse s’y « prendre à plusieurs fois mais ensuite on y arrive du premier coup ».

Ces témoignages très encourageant sont tous assorti de la mention « Aucune douleur durant la mise en place ». Voilà comment je pourrais résumer les positions des utilisatrices, débutantes ou expérimentées. Vous n’avez donc à priori aucun souci à vous faire sur ce point.

En revanche, les filles insistent sur un point important. Le retrait. Beaucoup plus difficile que la mise en place, il nécessitera de la pratique et un peu d’expérimentation.

Esther nous livre sa méthode pour l’extraction de la Cup :

« Ma technique (à faire de préférence dans la douche) c’est d’insérer le doigt doucement le long de la paroi de la cup et de la faire glisser en la poussant vers le bas (ça annule l’effet ventouse vu qu’il n’y a plus qu’un coté qui tient au vagin)! Et surtout ne PAS ETRE TENDUE !!! »

Mag (37 ans) et utilisatrice de la Cup depuis 1 an nous livre sa technique « infaillible » pour retirer la Cup :

« « pousser »pendant que j’attrape l’extrémité et ensuite pincer la base de la cup pour avoir une bonne prise, après elle vient facilement. »

Pincer la Cup revient dans toutes les bouches pour l’extraire plus facilement. Chloé (23 ans) et jeune utilisatrice m’indique qu’il est judicieux de choisir la bonne taille de Cup pour éviter de se faire mal (il existe une taille spéciale pour les femmes ayant enfantées).

Un dernier conseil important qui est sorti quelques fois dans les témoignages : Essayez votre Cup AVANT d’avoir vos règles. Le jour J vous serez prête et moins gênée par le sang.

3. Ok c’est pas mal. Mais maintenant que la Cup est installée, « peut-il y a voir des fuites ? »

Pour cette question, les réponses sont variées. Il y a des fuites par ici, de nuit ou de jour, pas de fuite par là.

Pour résumer les témoignages, la Cup peut se remplir très rapidement durant les premiers jours du cycle où les pertes sont abondantes. C’est un fait. Cependant Esther nous indique que durant cette période plus intense « il faut la vider plus souvent » et que « chaque femme [doit] trouver son rythme selon son corps ».

Léa et Mistigri (*) quant à elle m’indique clairement qu’elles n’ont jamais eu de fuite. La preuve est donc là, chacune doit rester attentive au fonctionnement de son propre corps.

Nathalie, 36 ans avec plus de 10 années d’utilisation derrière elle, témoigne qu’elle n’a jamais eu de fuite la nuit, mais avoue de petites fuites pour la première journée. Nathalie conseille d’ailleurs de la tourner pour amorcer encore mieux l’effet ventouse.

Pour avoir l’esprit tranquille, les filles recommandent dans la plupart des témoignages de s’équiper de protège-slip lavable (écolo) pour les jours de grande saignée.

N’oubliez pas que vous avez des choix dans les dimensions, et que peut-être vous pourriez trouver la solution de vos fuites en augmentant la taille et donc le volume de votre coupe menstruelle.

Pour conclure, vous devez également savoir que la Cup n’est pas garantie « sans fuite ». Cela dépendra de la mise en place de la Cup, de la quantité de sang, du nombre d’heure de sommeil, de votre position dans le lit. Bref autant de paramètres que vous pourrez ajuster et contrôler avec l’expérience.

4. J’ai voulu ensuite m’intéresser aux regards accusateurs des non utilisatrices de la Cup à propos du côté « non hygiénique » que l’on entend parfois. Les filles me disent ce qu’elles en pensent.

Justine (*) nous donne son avis sur la question : « Je pense que c’est le contraire justement. Avoir un tampon en coton traité je ne sais comment, je ne sais où à l’intérieur c’est ça qui n’est pas hygiénique selon moi. »

Nathalie (36 ans avec ces 10 années d’utilisation), ne « voit pas en quoi mettre un tampon soit plus hygiénique… »

Emeline, 27 ans, emboîte le pas de Nathalie et nous précise que c’est « très hygiénique ! Pas d’odeurs, propre, il suffit de la rincer à l’eau bouillante avant chaque première utilisation… »

Vanessa (*), 33 ans, nous fait sourire avec son commentaire quand je qualifie la Cup de « dégueulasse » (dans la question soumise aux participantes), elle nous répond :

« J’imagine que c’est l’imaginaire de Dracula qui s’impose, une coupe pleine de sang… Mais justement, je trouve que ça permet de mieux s’approprier ses règles, sans émettre de jugement négatif sur un processus naturel. »

Je partage avec vous le témoignage de Léa qui clarifie selon moi très bien les choses. Appréciez le style de Léa, cette jeune étudiante en biologie :

« Ce que j’en pense ! [du côté « dégueulasse de la Cup, ndlr] Et bien que c’est des conneries… Surtout qu’il est possible de stériliser la cup entre chaque cycle. Et pour ce qui est de réintroduire la cup juste après l’avoir vidée et rincée, je ne vois vraiment pas ce qu’il y a de dégueulasse, du moment qu’elle n’a pas traîné n’importe où entre temps… En fait je ne pourrais même pas vraiment le justifier tellement ça me parait évident. Il me faudrait les arguments de personnes qui sont de l’avis opposé pour pouvoir vraiment en discuter. Et la dernière fois que j’en discutais avec un ami, je me disais que finalement, une brosse à dent est sûrement bien plus dégueulasse et pas hygiénique qu’une coupe menstruelle… »

Pour conclure sur cette question, si l’aspect « je vide le sang de ma Cup dans mon lavabo » vous bloque, voici le témoignage d’Amélie (24 ans) :

« Mais j’ai pour ma part apprit à relativiser en me disant que j’ai également saigné du nez et vomit dans ce lavabo…Bon appétit. »

J’apprécie beaucoup l’humour et le franc-parler d’Amélie !

5. Justement. J’ai également voulu savoir si la vue des menstruations dans la Cup pouvait être un blocage. Découvrez les réponses des utilisatrices !

« Non, pas du tout. »

« Une femme qui bloque à la vue de son sang, ce n’est pas une femme !!! On vit avec ça depuis nos 12 ans, j’estime qu’on est assez préparées ! » nous dit Mag, 37 ans et professeur.

Emeline assène une bien belle vérité mais « la vue du sang, avec nos règles sur les serviettes de protection ou au changement de chaque Tampax on l’a eu ! »

Je ne vais pas trop m’étendre là-dessus étant donné l’homogénéité des réponses de toutes les participantes. Pour résumer, cette excuse ne sera pas valable si vous refusez de passer à la coupe menstruelle !

6. Est-ce que le compagnon (ou la compagne) pourrait-être un obstacle à la Cup ?

Les témoignages vont tous dans le même sens, soit le compagnon accepte le choix et le respecte, soit il s’en fiche, trouve cela très bien ou même très cool selon Chloé.

Les amoureux (amoureuses) prennent donc bien le passage à la Cup de son (sa) partenaire. Esther témoigne même que si on évite d’en parler, on pourrait tout à fait cacher cette Cup à son partenaire !

7. On s’approche de la fin. Question suivante. « Pourrais-tu abandonner ta « cup » et retourner avec tes anciennes protections ? »

Axelle, jeune étudiante en médecine de 21 ans, rétorque « Jamais de la vie » et enchaîne sur la quantité de déchets générée par les tampons.

Léa, toute récente utilisatrice de la Cup, tempère son excitation et nous rappelle « qu’elle n’a essayé [la cup] qu’une seule fois mais si les prochaines se passent de la même manière, [elle] risque de définitivement dire adieu aux tampons ! ». La suite du commentaire de Léa nous montre à quel point la Cup peut représenter « un pas de plus dans la fuite de la dépendance à l’industrie et à la société de consommation. »

« Je ne pense pas! Quand on a découvert la cup ont la garde !!! Et on en est fière :) » dit Esther. C’est également selon elle une manière « de se sentir plus libre », un sentiment partagé par de nombreuses utilisatrices.

Mag est catégorique : « Jamais !! Malgré les petites fuites, je la garde. trop de désagréments avec les tampons et serviettes. »

Emeline n’en démord pas non plus… « Surtout pas !!! J’ai adopté la cup et c’est pour la vie ;-) »

Au final, toutes les utilisatrices confessent ne pas vouloir retourner aux anciennes protections hygiéniques, sauf une qui pourrait l’abandonner.

8. Pour conclure, j’ai accepté toutes les remarques, trucs et astuces des participantes. Un trésor d’information, pour vous.

La première astuce concerne la fameuse tige de la Cup qui peut servir pour aider au retrait au moins au début. Les utilisatrices confirment bien qu’elles peuvent couper cette tige. Emeline, gérante de 27 ans, va dans ce sens :

« N’ayez pas peur de couper la tige de la cup les filles ! la cup n’ira pas plus loin, et vous la retrouverez aussi facilement pour la retirer ;-) , vous serez aussi bien plus à l’aise »

Esther se veut rassurante, et nous indique « qu’en général au bout du 3ème mois d’utilisation, on est devenu des expertes et on l’utilise [la cup] sans plus se poser de questions, comme si on l’avait toujours utilisée ! »

Je vous retranscris le commentaire de Léa, toujours aussi inspirant et motivant :

« Au final, les quelques appréhensions que j’avais avant d’utiliser la cup (difficulté à introduire, à retirer? Est-ce que je vais la sentir ? Est ce qu’elle va être adaptée à mon vagin ?) se sont évanouies instantanément ! »

Puis elle continue sur…

« Franchement, quelle idée d’avoir découvert ça seulement maintenant !

C’est tellement dommage que certaines femmes ne sachent même pas que ça existe ou bien même qu’elles n’aient pas envie de s’y intéresser juste parcequ’elles classent la « cup » dans la même catégorie que les trucs écolos un peu « extrêmes » (comme les couches pour bébé ou les serviettes hygiéniques réutilisables)… alors que c’est vraiment révolutionnaire ! »

Finalement, Amélie nous précise à juste titre qu’il existe de nombreux modèles de Cup…

« Bon les couleurs on s’en fiche, mais il en existe de tailles et rigidités différentes pour les vagins sensibles, les sportives, etc… J’ai choisi la sportive étant cavalière. Egalement l’embout pour retirer la cup est variable. »

Au moment où je termine cette partie « témoignage », je reçois à l’instant celui de Sandrine, 33 ans avec au moins 1 an d’expérience avec la Cup. Je partage avec vous ces conseils très pertinents :

« Au début, je conseille donc :

1 – Ne pas acheter une cup trop grande. Mieux vaut se louper la 1re fois avec une cup trop petite qu’avec une cup trop grande car ça peut faire mal.

2 – Quand on reçoit sa cup toute neuve, la tester avant ses règles. Ça permet de passer une étape sans avoir à surmonter son appréhension du sang. La poser en appliquant du lubrifiant dessus afin de faciliter la pose (et retrouver la même sensation que quand on saigne), la garder une petite heure et se balader avec pour voir si elle nous gêne ou non, la retirer doucement en pressant dessus pour éviter l’effet ventouse, recommencer une ou deux fois comme ça.

3 – se rappeler qu’on fait ça pour son corps et pour la planète… ça aide à relativiser les petites galères du début propres finalement à tout déplacement d’une zone de confort à l’autre…

Pour ma part, je n’ai aucun souci avec mon propre corps, mon sang, etc… Et quand on porte des serviettes, on ne voit pas mieux… »

Pour les fuites Sandrine a également son avis, qui sera sans aucun doute très utile :

« J’ai eu des fuites au début de son utilisation. Il m’a fallu quelques cycles avant de bien maîtriser la pose.

NB: j’ai des règles très abondantes. Avant, je portais des tampons maxi + serviettes hygiéniques maxi… Aujourd’hui, la cup suffit. Il faut juste que je la vide souvent les deux premiers jours de règles. »

Dans la partie libre du sondage, Sandrine me rappelle à juste titre qu’il serait intéressant d’avoir l’avis de professionnels sur la coupe menstruelle. C’est l’objet du paragraphe suivant.

Avis des professionnels sur la Cup

Qui est la meilleure personne pour parler des risques de la Cup ? Les fabricants ? Probablement pas. Les gynécologues ? Peut-être mais ce n’est même pas sûr. Un médecin ? Un dermatologue ? Bref, c’est le Bronx pour savoir qui est le « pro » de la coupe menstruelle.

Ceci étant dit les gynécologues sont en général les professionnels de la santé qui sont sollicités pour avoir un avis sur la Cup, ce qui paraît tout à fait normal.

J’ai donc sollicité plusieurs gynécologues de ma région afin de me parler de la Cup et des tampons. Un seul m’a répondu, pour simplement me dire que les utilisatrices en étaient satisfaites et qu’il fallait la tester !

Sur la toile, 2 témoignages positifs d’un gynéco et d’un dermato circulent à propos de la Cup. La gynéco insiste bien sur les 12h d’utilisation qu’il ne faut pas dépasser et sur la méthode de retrait de la Cup, dont il faut impérativement annuler l’effet ventouse pour éviter douleurs et lésions.

Je ne sais malheureusement pas quel crédit nous pouvons accorder à ces témoignages. Sont-ils vrai… Quoi qu’il en soit, le gynécologue que j’ai consulté n’a pas crié au scandale sanitaire et invitez même les femmes à essayer)

Une piste nous vient de chez Ludivine, une jeune interne en médecine générale qui tient le blog « L’ordonnance ou la vie », et qui a réalisé le test de la coupe menstruelle. Ludivine nous indique qu’il existe une publication de 1994 par une équipe de l’école universitaire de médecine de New York (1).

Les résultats de l’étude indiquent que la Cup n’était pas propice au développement bactérien (donc une réduction du SCT) ; les tampons biologiques (sans produits chimiques incriminés plus haut) obtiennent de meilleurs résultats microbiologiques que les tampons classiques industriels.

De manière générale, les commentaires des spécialistes de l’hygiène féminine émettent des avis plutôt favorables sur la coupe menstruelle. En toute rigueur, si parfois certains avis sont négatifs, les arguments ne paraissent pas convaincants (d’après des témoignages glanés sur la toile).

Ultra-résumé de l’article (pour les faignants)

Si l’article (ou le « dossier ») vous paraît trop long. J’ai la solution, cet ultra-résumé de toutes les idées !

1. Vous devez savoir qu’il n’y a pas d’études qui accusent les protections hygiéniques de telle ou telle maladie, sauf pour le SCT. L’impact le plus grave des tampons touche l’environnement, avec un risque majeur, des volumes énormes et des rejets de produits chimiques (chlore, dioxines, furanes, pesticides). L’impact sur la santé n’est pas non plus a balayé du revers de la main. SCT, sécheresse vaginale, dégradation de la flore vaginale, lésions, infections, etc. sont tout à fait possibles avec l’utilisation de ces produits.

2. Les protections hygiéniques bio (sans pesticides et produits chimiques) et réutilisables constituent des alternatives intéressantes aux homologues industriels. Moins de déchets et moins de risques pour la santé (toujours existant pour le SCT).

3. La coupe menstruelle est une alternative efficace, écologique et sûr pour la santé des femmes. Les nombreux témoignages attestent d’une efficacité (quasiment) irréprochable, d’un gain de liberté et d’une conscience rassurée (autant sur le plan écologique que sanitaire).

4. Découvrez ICI tous les modèles de CUP.

PS: je tiens à remercier chaleureusement et sincèrement toutes les participantes au sondage sur la coupe menstruelle. J’espère n’avoir déformé aucun de vos propos et illustrer au mieux vos pensées et écrits sur ce sujet. Je tiens également à remercier Karine, 29 ans, qui a témoignée tardivement et qui ne figure pas dans les prénoms cités plus haut ! Merci à vous toutes !

Vous avez tout lu ? Bravo ! Vous utilisez des tampons ? Allez-vous changer pour vous diriger vers une coupe menstruelle ? Si oui ou non, dites le moi dans les commentaires !


Notes et références

  1. Tierno, P. M., & Hanna, B. A. (1994). Propensity of Tampons and Barrier Contraceptives to Amplify Staphylococcus aureusToxic Shock Syndrome Toxin-I. Infectious diseases in obstetrics and gynecology, 2(3), 140-145.

(*) Nom d’emprunt

124 Commentaires

  1. Rawr

    J’en ai commandé il y a quelques semaines, quel ‘hasard’! Ce sujet tombe à pic ! J’avoue l’avoir commander dans une démarche de développement durable. En faisant mes petites recherches, j’ai été aussi étonnée de voir qu’il n’y a pas plus d’avis professionnels que ça… Soyons lucides, les entreprises ont tout intérêt à continuer à vendre en masse leur serviettes hygiénique, ou tampons. J’espère que cette petite coupe menstruelle va être à la hauteur de mes espérances.

    1. appell

      Connaissiez vous la continence des lunes ?

      Avec un peu d’entrainement au niveau du périnée, nous devrions toutes pouvoir la pratiquer.. et là il n’y a besoin d’AUCUNE PROTECTION PERIODIQUE..c’est pratiqué dans de nombreuses civilisations…

      Il s’agit en fait d’ouvrir le périnée au moment du passage aux toilettes, puis de le re-contracter ensuite.. vous trouverez des infos dans les bouquins de pratique taoistes (mantak chia, le site freemoon, la femme papillon et tant d’autres…) et cela a de nombreux autres avantages que vous découvrirez….(règles plus courtes, sans douleur, cycles réguliers, plus de sensations etc..)

      1. Marie

        Oui, je connais, mais je ne suis pas sûre que ce soit dû au périnée, il y a une théorie qui dit qu’il y aurait une sorte de « sphincter » au col de l’utérus.
        Ce topic de forum traite de sujet: http://forum.easycup.fr/topic3017.html

  2. Nampoux

    Sans lire l’article, je valide !!! adepte depuis plus de 3 ans c’est juste parfait !!! et je convertis à tour de bras ;) parce qu’on est tellement libre qu’on arrive à l’oublier et que c’est qu’une histoire de coup de main ^^. pour les sportives c’est parfait, pour les délicates (mycoses et cie) – ça diminue énormément les risques… bref. convaincue !

  3. nenou

    super article. c est vrai que jamais je ne me suis posee la question de la fabrication d un tampon!! et c est fou quand j y pense que les habitudes soient si fortes qu on ne cherche pas plus loin. merci donc pour cet article que j ai lu jusqu au bout. j avoue que la premiere fois qu on m en a parle je me suis dit « degueulasse » mais quand on prend le temps de se renseigner c est tout l inverse et je suis d accord avec les temoignages, on se reaproprie son corps et c est aujourd hui ca ma parait plus hygienique et meme marrant. la commande est lancee :)

  4. mademoiselodie

    Beau travail com d’hab et drôle de surcroît. J’ai ma cup depuis 5 mois au fond de mon sac … je suis en voyage pour découvrir la permaculture en Australie, donc souvent toilettes sèches et douches sommaires, je n’ai encore pas osé sauter le pas par confort. Mais c’est décidé, je l’utiliserai la prochaine fois qu’elles rappliquent.
    Merci pour ses témoignages !!

  5. Chlo.

    La cup, c’est génial, impossible de revenir à l’ « ancienne méthode » après ça ! Non seulement c’est écolo mais en plus c’est vraiment plus agréable à porter et à supporter. Surtout pour celles qui, comme moi, vont régulièrement à la piscine. Ça m’a changé la vie !

    Par contre j’aimerais revenir sur un truc que je vois écrit dans l’article : c’est pas forcément une bonne idée de tester la cup en dehors des règles.
    Parce qu’on est pas faites pareilles pendant cette période : c’est plus humide, plus souple qu’en dehors des menstruations. Du coup on risque de galèrer 2x plus et limite de se faire mal si on stresse et qu’on force. Ce qui n’est pas génial pour un premier essai quand on veut se faire une idée :p
    Oui, au début on peut ressentir un grand moment de solitude dans sa salle de bain avec cette petite cup qui soudain nous paraît imMMmmeense au moment fatidique de l’insertion. Je te raconte même pas les heures passées sur des sites qui faisaient des powerpoint (!) pour déterminer quel pliage de la cup était le mieux etc. Hé bah franchement ça dépend de chacune ! Ce qui est sûr, c’est que si on a toutes su apprendre à utiliser les tampax du haut de notre ingrate adolescence, on peut bien apprendre à utiliser la coupe. En 2 cycles je suis devenue une pro alors que je suis née avec deux mains gauches et un chromosome Pierre Richard.
    Alors FONCEZ les filles, vous ne regretterez pas :D

  6. Let

    Merci pour ces infos ! Que vous soyez un homme parlant d’un sujet de femmes ne me dérange pas du tout au passage… Je découvre une alternative au tampon !
    Et franchement je vais essayer. Le seul point qui me laisse perplexe, c’est la matière silicone. Etant très méfiante, je voudrais être sûre que le silicone médical est vraiment sans danger pour ces conditions d’utilisation.

  7. Charlène

    Merci beaucoup pour cet article, si j’avais encore quelques doutes, ça m’a convaincu ! Cependant je me rends compte que ce n’était ni le coté hygiénique, ni les possibles difficultés à l’utiliser qui m’inquiétait, mais bien le fait de changer mes habitudes, et donc devoir « attaquer » mon « petit confort ». Mais les faits sont là, je crois qu’on ne peux décemment pas se passer de cette trouvaille.

    Après une question un peu plus…technique, je suppose qu’on ne peut que le commander, le site que tu as mis en lien à la fin de ton article s’en occupe ?

    Merci encore pour cet article, et oui meme si l’avis des femmes est très important, les hommes aussi on le droit d’en parler :)

  8. Florence

    Avons-nous des info fiables concernant l’innocuité du silicone en contact prolongé et répétés i avec les muqueuses?

    1. Céline M

      Bonjour ,

      une réponse à votre question sur le silicone en usage médical . A condition de ne pas être allergique , bien sûr , mais dans ce cas d’autres alternatives existent … Sinon , le silicone est utilisé depuis des années , avec une parfaite et totale innocuité . Pour preuve , la plupart des sondes urinaires sont en silicone et une fois positionnées peuvent rester en place plusieurs semaines . Donc , pas de risque si ces cup sont en silicone médical , c’est une matière parfaitement adaptée aux muqueuses génitales .

      1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

        Merci Céline pour ce point d’information sur le silicone à usage médical !

      2. Caroline S

        Bonjour à tous et à toutes

        Ma petite contribution notamment pour répondre à un commentaire de Céline M sur « le silicone médical, à condition de ne pas être allergique… » et qui le compare au matériel utilisé pour les sondes urinaires.

        J’avoue que ce qui m’empêche de passer le cap, c’est ça…

        Pour avoir été opérée du rein et avoir du supporter une sonde urinaire pendant une semaine… j’aimerais juste dire « attention »… Je fais partie des rares personnes chez qui les sondes urinaires provoquent des douleurs, assez importantes n’en déplaise.

        Et en post-op, alors que tout le monde (médecins, infirmières et moi y compris) pensait que les douleurs étaient consécutives à l’opération, il s’est passé que ces douleurs ont totalement cessé dès le retrait des sondes. Totalement.

        Allergie au silicone ? J’avoue n’avoir pas poussé les investigations jusque là mais je réagis également au latex de certains préservatifs donc…

        Ayant un corps qui supporte assez mal les corps étrangers, tampons compris, je reconnais utiliser plus volontiers des serviettes « bio » (ça fait ridicule quand je le dis mais au vu de votre article, je me sens déjà beaucoup moins ridicule alors merci pour ça !).

        Voilà pour ce qui me concerne et cela ne m’empêche pas de penser que la Cup est une excellente chose !!!

  9. Anne

    J’utilise une cup depuis quelques annees egalement: j’en avais marre de la quantite de dechets que les tampons generent, ainsi que du prix associe a la boite (oui je suis une radine).

    Il y a quelques mois je me suis fait poser un DIU au cuivre, j’ai demande a la gyneco si je pouvais utiliser la cup, elle m’a recommande d’utiliser des tampons pour les trois premiers mois (parce que c’est a ce moment que le risque d’expulsion est le plus important). Eh bien j’ai deteste revenir aux tampons!!! J’ai hate de revenir a la cup!
    D’autant plus qu’il y a des etudes qui prouvent que le risque d’expulsion n’est pas plus important avec une cup ou un tampon (tant que tu tires pas sur les fils quand tu fait descendre la cup… Un lien vers une de ces etudes ici: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0010782411007347

    Perso, j’aime bien pouvoir voir mon sang, ca sonne un peu gore dit comme ca, mais je trouve que c’est assez sain de pouvoir se rendre compte de combien on en perd, la consistence… Ca permet de verifier que tout va bien aussi.

    Bref, ravie de la cup ;-)
    Pas reussi a convaincre ma soeur ou des copines par contre…

  10. OG

    Ok pourquoi pas… N’empêche que pour la « vider » il faut un point d’eau et donc plus qu’un simple wc lorsqu’on n’est pas chez soi…?!!

    1. Chloé

      Pas obligé d’avoir un point d’eau! Il suffit de prendre avec soi une petite bouteille d’eau et tu rinces ta cup au dessus des WC ;) Il faut donc juste prendre cette petite habitude d’avoir toujours sur soi une bouteille d’eau au moment des règles.

  11. Amélie

    Merci pour cet article très complet !
    Je trouve ça très regrettable que pas plus de gynécologue n’aient d’avis sur la Cup…

    La santé des femmes a l’air de t’intéresser particulièrement, à quand la remise en question du soutiens gorge ??!
    Je ne sais pas si tu t’es déjà penché sur la question, mais voici un petit diapo (dont je n’ai encore pas vérifié les sources, mais qui confirme mes croyances) qui dénonce le port de ce garrot que la société nous nous impose l’air de rien !
    http://fr.slideshare.net/Yves971/le-danger-du-soutien-gorge-52

  12. Nathalie

    J’ai participé au sondage et je me permets de préciser 2-3 petites choses en lisant les commentaires :)

    Pour OG et Mademoiselodie, j’ai pas mal voyagé et parfois je n’avais pas (du tout) les conditions idéales pour rincer ma cup. Alors soit oui, j’avais une petite bouteille d’eau soit eh bien, je sais pas combien de fois je l’ai réintroduite après l’avoir rapidement essuyée avec du papier wc. Et je suis toujours vivante, c’est notre sang après tout :) Après, tout l’art réside à se laver les mains sans en mettre partout si le lavabo n’est pas à portée de main, mais bon, à la guerre comme à la guerre ;-) Donc même si la cup est méga super pratique, il faut être armée d’une bonne dose d’humour suivant les situations :-)

    Je l’ai déjà utilisée hors règles, dans le sens que parfois je ne savais pas exactement quand elles allaient arriver et si j’allais trouver des toilettes au bon moment (en voyage, le cycle est parfois un peu perturbé en ce qui me concerne), ça m’est déjà arrivé de la mettre avant 1 jour ou 2 avant (bien sûr je l’ai pas gardée tout ce temps sans l’enlever !). Je la mouillais simplement avec de l’eau pour l’introduire. Je n’ai jamais eu mal, ni en l’enlevant. C’est un de ses innombrables avantages.

    Suis curieuse de l’éventuel impact de la silicone, mais quand je vois tout ce à quoi j’échappe (et aussi la Nature) en n’utilisant plus de tampons, je suis très contente. Au passage, j’ai lu il y a longtemps que certaines femmes arrivaient à « se retenir » et que le sang tombait seulement quand elles allaient aux toilettes. Une technique un peu mystique (de ce que je me souviens), mais peux-être la prochaine étape après la cup ;-)

  13. Catherine

    Mon seul regret: n’avoir utilisé la cup,… 6 ans seulement, car je suis maintenant ménopausée. Mon but maintenant: amener ma fille de 18 ans à passe à la cup, dès qu’elle sera plus à l’aise avec son vagin…

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Bon courage Catherine, et bravo pour ton initiative ! A bientôt

  14. Nathalie

    adepte depuis peu de temps environ 6 mois j’ai sauté le pas et franchement je regrette juste de ne pas l’avoir adopté avant c’est une pure merveille un vrai bonheur jamais de fuite suffit juste de la vider la rincer et hop on la remet et c’est reparti que du bonheur sans parler du coté économies et écologie.. fini les  » mince » j’ai oublié d’acheter des tampons ^^ je ne peux plus m’en passer je ne reviendrais jamais en arrière vive la cup!! ;) une convertie.

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      ; ) Excellent Nath, félicitation à toi !

  15. ANSO MONIQUE

    Bravo Jérémy il faut que j’arrive à l’âge de 66 ans et de plus que ce soit mon dernier né qui me l’apprenne!! je suis très en colère car à 11 ou 12 ans quand j’ai eu mes « règles » l’horreur serviette lavable entre les jambes trajet divers pour aller au lycée le sport n’en parlons pas galère, je m’en voulais d’être une fille (les hommes ont d’autres inconvénients!) donc quand le « tampax » est arrivé vierge ou pas ce n’était pas mon problème j’ai adopté ce phénomème plus que positif pour moi sans lire la notice et croyez moi en un tour de main le tampon a remplacé jour et nuit ( toutes les tailles et une collection au travail comme à la maison quelques uns qui trainent dans le sac etc) la serviette lavable ou l’autre jetable

    mais si le docteur de famille le référent actuellement le gynéco que l’on voit assez souvent la maternité la sage femme la pharmacienne les copines etc m’avaient dit un jour qu’il existait un autre moyen écolo propre sans danger pour soi et la planète alors je n’aurais pas hésité une seconde et je dois vous dire que le premier réflexe aurait été le coût car tout comme les couches des bébés ces choses là sont un sacré investissement car je ne sais pas comment les femmes voient la chose mais je changeais très souvent (chaque 3 heures en gros les premiers jours) le tampon ne voulant en aucun cas me créer un problème comme il arrive souvent en entreprise et que l’on doit se lever de sa chaise!!!!

    personne ne m’a parlé de cet objet pratique en fait génial alors je n’aie qu’une chose à faire
    maintenant c’est divulguer au plus grand nombre de femmes l’existence d’un autre moyen au lieu et place du tampon

    mais depuis que mon fils m’a mis au courant de l’article qu’il projetait je suis énervée (par contre jamais je n’aie eu de problèmes sanitaires à ce niveau là) et commence à en parler chaque fois dans les conversations avec amis et relations

    je pense quand même que pour avoir le choix justement du bon équipement lors de nos premières « règles » il faut de la pub. et un dépliant tout bête chez médecins et pharmaciens car on les lit et on réagit au moins on est informé ne l’ayant pas été pendant près de quarante ans un comble!!!!!!!!!! et pourtant on connaissait bien le préservatif

    nul n’est censé ignorer la loi c’est vite dit ainsi nulle n’est censée ignorer la « cup » encore faut il qu’information il y ait.

    le plus drôle c’est que j’ai voyagé rencontré des gens des jeunes lu beaucoup de magazines je reste encore perplexe devant cet objet si convaincant et si respectueux de notre santé et de celle de la planète.

    un grand merci à mon Jérémy qui est à l’écoute de beaucoup de choses et avec lequel j’apprends des tas de choses parfois l’expérience de la vie est nulle car on est ignorant et heureusement que l’on trouve sur son chemin en fait sur le net et dans sa propre famille des personnes pour vous ouvrir les yeux correctement pour la « cup » c’est un peu tard pour moi mais mon travail personnel d’information va commencer.

  16. Elodie

    Un tout petit bémol sur « l’équipement lors de nos premières règles ». Il n’est pas forcément conseillé aux jeunes filles qui viennent d’avoir leurs règles, d’introduire quelque chose dans leur vagin. A 10-12 ans, parfois plus tôt, le vagin est tout jeune, certainement encore un peu petit même pour les plus petites coupes. Mieux vaut attendre que l’âge des rapports sexuels soit venu… Et en attendant, les serviettes lavables sont tout à fait suffisantes ; leur manipulation (lavage) permet aux jeunes filles d’apprivoiser ce nouvel aspect de leur corps.

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Merci Elodie pour cette petite mise au point qui a son importance. Effectivement, et même si je ne connais pas les dimensions de toutes les cup, j’émettrais une reserve pour l’utilisation de la Cup aussi tôt. Ceci dit, peut-être que cela ne serait pas problématique, mais n’étant pas un professionnel dans ce domaine, je ne me risquerais pas de la conseiller (aussi jeune). A l’occasion je demanderais aux gynécologues dont j’ai les contacts. Merci à toi.

      1. Marie

        Je pense que les jeunes filles sont (physiquement) capable d’utiliser une cup dès les premières règles, car leur corps est logiquement susceptible de donner naissance à un bébé à ce moment-là, et une cup ne sera jamais aussi grosse que la tête d’un bébé. Mais c’est psychologiquement qu’elles doivent être prêtes, cela dépend des filles, toutes différentes.

  17. Benjamin

    J’adhère totalement à la Cup que je ne connaissais pas ! Aussi bien du point de vue santé qu écologique, et si ça peut se détacher encore un peu plus de l’emprise de l’industrie de surconsommation, alors je dis oui !

    Malheureusement, je suis un homme …

    J’en discute autour de moi … Mais peu d’avis consentant … Comment réussir à convaincre sa copine, sa sœur et sa mère ??!

    Mais je n’abandonne pas !

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Leur faire lire l’article ? Il y a également le célèbre vidéo de « Mademoizelle » sur la Cup qui pourrait les faire changer d’avis. Sinon, tu en commandes deux et tu leur met sous le nez ! A voir^^

      1. M

        Si ça peut vous rassurer moi c’est mon copain qui m’en a parlé en me demandant si je connaissais et en me donnant d’abord l’argument financier. Argument auquel je n’étais pas très sensible surtout qu’il n’a pas trop su m’expliquer les manipulations et ça m’a effrayé/dégoûté sur le coup. Ce qui m’a convaincue c’est l’argument du confort et du moindre impact écologique ! Puis j’y ai réfléchi, et je me suis renseignée de mon côté. Je suis tombée sur le forum http://www.easycup.fr/ et j’ai trouvé des réponses à toutes mes questions et des astuces pour utiliser facilement la cup au quotidien ! La grande question était : comment faire si je suis dans des WC avec lavabo à l’extérieur ??? réponse : je prends soit une petite bouteille d’eau avec moi, soit des pipettes de serum physiologique plus discrètes à transporter !! Et au pire des cas : essuyer la cup avec le papier wc et la remettre en place, la rincer une fois rentrée à la maison !
        Tout ça pour dire que je remercie mon chéri d’avoir osé m’en parler, ce qui n’est pas évident pour un mec, et je ne regrette absolument pas d’être passée à la cup !!!
        Depuis 2 mois je suis passée aux serviettes hygiéniques lavables, en complément, une vraie découverte aussi, très confortables !! à savoir qu’en + les PLIM sont très jolies ;) http://www.plim.fr/fr/25-serviette-hygienique-lavable

  18. Manami

    Bonjour. Après avoir lu cet article, je me dis pourquoi pas? Je ne m’étais jamais posé la question de la composition des tampons/serviettes. Et alors si un autre produit peu remplacer ces autres « chimico-tampax » et surtout faire diminuer les déchets, ça vaut vraiment la peine d’essayer.
    Merci pour cet article révélateur!

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Je t’encourage à essayer Manami ! Tu n’as rien à perdre ! Merci pour ton petit message !

  19. Rabiller Catherine

    Bonjour ! Ce sont mes filles qui m’ont fait découvrir la cup. J’ai été conquise de suite et je l’utilise depuis au moins 6 ans sans aucun souci et que des points positifs. Je suis professeur de judo et j’en ai parlé à les élèves femmes car contrairement aux tampons, la cup ne peut pas se perdre lors d’un gros effort et quand on a la tête et le corps à l’envers, il n’y a aucun risque de fuite du fait de l’effet ventouse ! Les deux premiers jours je la vide toutes les deux heures et après je m’adapte. Plus de sécheresse vaginale ni de démangeaisons peu sociales ! Voilà, que du positif !!!

  20. Nathalie

    Bonjour,

    original… je dois avouer que c’est la première fois que je vois un homme en parler! Bravo!

    J’ai acheté ma cup en mai 2008, mais je n’ai vraiment commencé à l’utiliser en juin 2013…
    Pourquoi? Tout simplement parce que j’ai enchaîné 3 grossesses avec allaitements longs, j’ai donc été tranquille pendant quelques temps
    Je dois dire que les quelques utilisations que j’en avais faite jusqu’alors m’avait simplement ravie et que je ne me voyais pas faire un retour en arrière. Et lorsque j’ai eu le retour de couche de bb3 (très rapide: 4 mois), j’ai décidé de mettre un stérilet au cuivre… Pas tout à fait à l’aise avec l’idée que je ne suis plus maître de ma fécondité (c’est quand même ma gygy qui doit le mettre et l’enlever), mais pas question d’hormones pour moi.
    Le soucis avec la combinaison des 2 (cup + stérilet au cuivre), c’est l’abondance du flux les 2-3 premiers jours du cycle: je dois changer la cup toutes les 2h, 3h si j’ai de la chance. Je ne sais pas comment, mais je sens lorsque la cup est presque pleine et donc je vais tranquillement la vider, sans avoir de fuite. Si par « malheur », je dois sortir pour une période plus longue sans savoir si je pourrais avoir accès à des toilettes, je mets une serviette lavable (bidouillé avec des restes de t-shirt, un vieux protège-matelas et des pressions que j’avais fait quelques années avant l’achat de la cup).
    Voilà pour ma petite expérience.

    C’est avec la même phylosophie que mes enfants ont été en couches lavables. J’ai découvert par hasard l’HNI sur un blog, bb2 ayant 18mois, je n’ai pas osé commencé. Je m’y suis donc mise pour bb3, mais depuis que ce coquin court partout à 4 pattes, la tâche est plus difficile… Mais on s’accroche!

    Bonne continuation.

    Nathalie

  21. Delphine

    J’utilise la mooncup depuis quelques mois maintenant. J’en suis ravie! C’est la meilleure protection pour des regles peu abondantes.
    J’ai demandé l’avis de ma gyneco (en qui j’ai 100% confiance). Elle m’a dit qu’il existait un risque pour les femmes qui ont un sterilet (risque de deplacement du sterilet par effet de suscion). A part ca, aucune contre indication!
    Juste un conseil, prenez la plus petite taille si vous achetez une coupe pour la premiere fois.

  22. Lylla

    Bonjour, quelle belle initiative Jérémy !
    Il y a aussi les serviettes lavables pour celles qui hésitent encore pour la Cup (qui vu leur forme sont même fabricables « maison » pour celles qui cousent un peu).
    Sinon j’ai entendu parler récemment du FLUX LIBRE INSTINCTIF (c’est à dire gérer ce flux sans protection). Je vous invite à vous renseigner sur ce sujet… Cela demande un réel apprentissage (ou déconditionnement, ou connaissance de ce que l’on ne nous a jamais dit ?!) mais si certaines y parviennent on peut supposer que ça être faisable pour la majorité des femmes, il me semble que ça vaut vraiment le coup d’essayer (en cours pour ma part…).

  23. Pingback: Sortez-moi ce Tampon du Vagin ! | Dur A Avaler | Recettes naturelles de santé

  24. Pingback: Sortez-moi ce Tampon du Vagin ! | Recettes naturelles de santé

  25. MIMI-NATURE

    Bonjour à toutes (et à tous)!

    Article long mais super complet !
    Je vous raconte un peu mon histoire ; j’ai eu des petits problèmes à ce niveau là : mes frottis se sont révélés mauvais pendant presque 3 ans de suite malgré les conisations, laser et compagnie ! Marre de subir ces interventions qui me faisait me sentir mal.. très mal même ! Ma vie personnelle a été bien chamboulée : MER**, d’après ma gynéco de l’époque, ce n’était pas grave… Mais quand on lit bien, c’est bien dit « cellules précancéreuses »… Bref, je ne vois pas comment on sait que c’est PREcancéreux, mais on n’aime pas forcément ce mot là, cancer… Surtout si jeune (23ans..)

    Convaincue que je n’avais pas de raison d’avoir de cellules précancéreuses sans raison, j’ai commencé à réfléchir à mon mode de vie… Même si j’étais déjà bien « écolo », j’ai revu certains points… surtout lors de l’arrivée de mes règles où j’ai compris que si le coton des vêtements pouvait être plein de produits chimiques (et toxiques), il n’y avait pas de raison que mes serviettes hygiéniques (et tampons dans une moindre mesure car ce n’est pas ce que j’utilise le plus) ne contiennent pas ces fameux produits…

    Je suis donc allée me fournir en magasins bios : des serviettes hygiéniques et tampons labélisés « bio » (enfin issu de coton AB)… mais il fallait aller plus loin… Je suis passée aux protections hygiéniques lavables. Aucun regret sauf que je fais bien attention où je les mets en attendant le lavage car mon mari est « horrifié » (mais j’arriverai à lui faire comprendre que ce n’est pas dégueulasse un jour.. je le travaille suffisamment au corps!).

    Je n’ai jamais utilisé de cup car je préfère laisser le sang « couler » plutôt que de l’empêcher de progresser naturellement… Mais puisque des problèmes de genoux vont me forcer à aller à la piscine plus souvent, je sens que je vais essayer cette nouvelle alternative ! Je ne pourrais pas l’utiliser tout le temps au vu de mon métier où je vais aux toilettes en speed (donc pas le temps de « prendre son temps » à enlever et remettre la cup (je suis commerçante) mais pour les jours plus cools (fin de règles) ou lors des mon jour de repos, j’y viendrais sans doute…

    Ah, j’oubliais, depuis que j’ai arrêté les protections hygiéniques chimiques de type Nan*, tampa*… je n’ai plus eu de frottis problématique… Je ne dis pas que c’est l’explication du phénomène mais bon…

    J’aurai juste souhaité savoir avant que la pillule contraceptive était si mauvaise… Ca m’aurait éviter de la prendre pendant 10 ans et d’attendre depuis maintenant 2 ans que mes cycles reviennent à la normale… et pourquoi qu’un bébé arrive… ;-) Mais bon, mieux vaut tard que jamais, non ?

    Merci encore Jérémy pour toutes ses informations (et désolée de la longueur du commentaire !)

  26. mawie

    testée et approuvée, la cup!

  27. si.

    Bonjour,

    Je l’ai utilisée pendant plusieurs mois il y a quelques années, mais pour moi ça n’a pas été concluant ! trop de fuites ! j’ai dû rater une étape… Allez, je vais retenter !

  28. Marie

    Salut !
    Alors moi j’ai pas trop osé testé la cup par contre j’ai découvert un autre truc vraiment cool pour remplacer tout ce qui est serviette ou protège slip ou autre… J’ai trouvé ca dans un salon bio et c’est franchement sympa ! Ce sont des serviettes lavables qui se clipsent sous la culotte. Il en existe des plus ou moins grandes et des plus ou moins absorbantes. Lavage en machine après avoir rincé et frotté un peu avec du savon de marseille et hop c’est comme neuf ! Elles absorbent super bien et de grandes quantité sans que ca traverse ! Alors pour celles qui ont peur des fuites avec la cup une plim dite protège slip qui est la moins absorbante et plus aucun risque.
    Et puis elles sont en cotton alors plus d’allergie de micose et autre trucs sympathique du genre…
    Ca va faire un an que j’en ai et je me sers plus que de ca. Bon j’ai aussi la chance avec ma pilule d’avoir des règles légères.
    Le seul site que je connaisse qui les vendent est : http://www.plim.fr

    Bonne soirée a tous !

  29. RIBOTTON

    Je suis intéressé par votre produit, y a t’il un distributeur en Calédonie ?
    Je tiens une boutique d’importation de médical et dentaire.
    Merci de me donner vos prix et quantités.

    Bien cordialement
    Marie Madeleine RIBOTTON
    IDEM

    1. Sophie
  30. Nono

    Bonjour à tous,
    Merci pour cet article ! J’ai acheté une cup il y a 4 mois, je trouve ça confortable et facile à mettre, par contre je n’arrive pas à trouver une bonne technique pour la retirer… :-(
    Donc je ne l’utilise que rarement… En attendant j’achète des tampons bio, mais je trouve qu’au niveau absorption ce n’est vraiment pas terrible.
    Pour la cup, impossible d’annuler l’effet ventouse. Je lutte pour attraper le bout, du coup c’est désagréable et ça m’irrite… Même avec les ongles courts j’ai l’impression de me griffer, et à une main je n’arrive pas à attraper le bout… Bref, j’ai vraiment l’impression de m’y prendre comme une barbare ! Mais bon, l’article en remet une couche, je vais m’y remettre et essayer d’être plus détendue au moment de l’enlever. Si des femmes ont des astuces particulières je suis preneuse !
    Bonne journée !

    1. nativi

      As-tu vérifié que les petits trous en haut de la cup sont bien débouchés ? Ils sont nécessaires à l’annulation de l’effet ventouse (d’après le mode d’emploi de ma cup).
      On peut les percer avec une aiguille si c’est le cas.
      Sinon pour annuler l’effet ventouse, 1) se DETENDRE 2) il faut vraiment pincer la base de la cup et « pousser » avec le périné, voir comme disait plus haut une femme, passer un doigt entre la cup et le vagin jusqu’à entendre « pchitt ».

      1. Nono

        Merci pour ces conseils ! Je vais m’empresser d’aller vérifier, et je vais mettre tout ça en application d’ici quelques jours normalement…
        :-)

    2. Ann

      Nono j’ai un peu le même problème, en plus de grandes difficultés pour enlever la cup. Du coup j’avais abandonné mais la lecture de cet article me donne envie de réessayer !
      Sinon pour les fins de cycles j’avais trouvé des éponges naturelles à insérer comme un tampon. Très agréable à porter. On peut même batifoler avec son copain ça ne gêne pas. C’est parfois un peu sport à retirer par contre… Si ça intéresse quelqu’un j’essaierai de retrouver le site qu iles vend.

    3. Anne Bernabeu

      pour le retirer, le plus simple est de mettre le doigts : gliser un doigt le long de la cup, deux autres pour attarper la cup qui va descendre, s’assurer que la cup reste bien horizontale, pour ne pas se vider au muavais endroit.
      Pour vous entrainer au début : dans la douche.
      bonne chance, cela vient vite

  31. anne marie

    bonjour Jérémy,

    MERCI pour tes articles. la communauté un jour remerciera tes parents d’avoir engendré un fils aussi concerné.

    je VEUX rajouter un enieme temoignage ULTRA FAVORABLE sur la cup ou moon cup. d’ailleurs je lance l’idée de publier une page facebook pour convertir les femmes…

    sans revenir sur le prix d’un paquet de 10-20 tampons, sans parler des dégâts écologiques, sans parler du fait d’enrichir des entreprises qui se fichent de nous, sans parler des pb de santé.

    je VEUX temoigner car je vais essayer de convaincre autour de moi (et si j’en avais les moyens, je l’offrirai autour de moi pour que la CUP soit adoptée).

    PRIMO je ne suis pas une spécialiste de l’hygiène (autant etre franche n’est ce pas) mais je respecte la règle des mains lavées au savon apres le passage aux toilettes. ma CUP est balladée dans son petit sac en coton et rincée à l’eau chaude (pas de sterilisation dans de l’eau bouillante, ce qui ne pourrait pas lui faire de mal…) et j’ai 0 pb , 0 infection.

    CONSEIL : bien choisir parmi les 2 modeles (selon que vous ayez eu un bébé ou pas) et ne pas hésiter à couper le petit bout de plastique qui fait comme un pied de verre au bas de la cup, cela ne sert à rien, si ce n’est à vous gêner.

    ENSUITE lors de l’introduction, bien l’aplatir et la laisser s’ouvrir dasn le vagin comme une corolle, si jamais cela ne se fait pas naturellement, tourner legerement la vasque (pas encore en forme de vasque donc) et elle devrait tres delicatement et simplement prendre sa forme initiale (la forme qu’elle a avant manipulation pour l’introduire).

    ENFIN ne vous laissez pas rebuter par la manoeuvre qui peut paraitre bof bof voire plus.

    L’ESSAYER c’est l’ADOPTER et meme si on l’oublie plus de (bcp) d’heures, il n’y a pratiquement pas de fuite, c’est vraiement top car on peut toujours la vider en passant aux toilettes et réguler ainsi son écoulement.

    alors MESDAMES, lancez vous ! vous ne le regretterez pas : plus meme, vous deviendrez des ambassadrices de la CUP !

  32. anne marie

    petit rajout

    j’ai presque toujours une bouteille d’eau dans les toilettes car :
    – j’ai découvert au Sénégal que l’usage du papier toilettes est limitée à une minime partie de la population mondiale qui s’en passe d’ailleurs tres bien
    – dixit mon gynéco (en qui j’ai toute confiance) : rien n’est meilleur pour l’hygiene feminine que l’eau
    – la bouteille me permet de rincer la cup et mes mains

    pour l’introductionde la CUP, chaque experience est personnelle cependant il ne faut pas hesiter à la plier completement en 2, j’ai testé, tatonné et quand on tient le bon geste, on se sent (presque) GE-NI-A-LE !!
    lancez-vous les amies ! anne marie

  33. anne marie

    une derniere petite info : pour faire sortir la CUP sans douleur :

    – si vous avez accouché, alors vous serez des expertes
    – si vousnn’avez pas accouché , alors le jour de votre accouchement , vous serez aussi des expertes (de l’accouchement ou plus precisemment de l’expilsion – désolée)

    – il faut POUSSER ! et le bout de la CUP apparait, vous n’avez plus qu’à pincer, l’attraper et la faire sortir (en prenant soin de la plier un chouilla pour qu’elle soit plus etroite mais meme sans faire cela ça devrait bien se passer).

    n’ayez pas peur, tentez le coup et vous ne le regretterez pas , je suis convertie à la CUP depuis plus de 5 ans (j’en ai 46) et j’ai eu 3 bébés. avant, pendant et apres la CUP.

  34. Titi

    ‘J’ai bien envie de partager avec vous mon parcours quelque peu atypique.

    Depuis une bonne dizaine d’années, je souffre d’une prédisposition à cette satanée maladie de verneuil ( http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/1346-maladie-de-verneuil-symptomes ), très aggravée par un tabagisme (ça c’est fini) de deux bons paquets de clopes par jour. Donc depuis plus de 10 ans, abcès récidivants dans les région de l’aine, notamment à chaque période de règles, au bout de 3 jours en général. Il m’a fallu des consultations (quasi inutiles) chez des médecins dont dermato, quelques interventions chururgicales totalement inefficaces et un peu de jugeote pour comprendre ce qui aggravait mon cas. J’ai jeté et banni quantité de sous-vêtements parce qu’un minuscule élastique passant dans l’aine me provoquait des abcès. J’ai découvert bien plus tard que ma peau ne supporte pas le moindre contact autre que le coton, et que par conséquent c’était la fine feuille plastifiée qui sert à l’étanchéité des serviettes jetables qui me provoquait des réactions cutanées et non mon cycle hormonal. Je ne m’attarde pas sur les gratouillis vulvaires des serviettes à chaque cycle…

    Depuis ce jour, adieu serviettes jetables, bonjour tampons. Sauf que j’ai des cycles assez peu réguliers, donc comment protéger mes vêtements (et accessoirement l’horreur de la grosse tâche au cul) en attendant les vilaines rouges? Seule solution trouvée: la pilule pour réguler mes menstruations quasi à l’heure près. Combo gagnant, je maîtrise la situation et les abcès se font de plus en plus rares! Mouais, sauf qu’au bout de 2-3 jours de tampons, je me coltine des irritations vaginales et je n’ai qu’une hâte: que les vilaines rouges s’arrêtent! En précisant qu’en étant célibataire, nul besoin d’une quelconque contraception…

    Il y a plusieurs mois sur facebook, j’entends vaguement parler de la cup. Sceptique. Le temps passe. Lassée de me shooter aux hormones et suite au déremboursement de ma pilule, je me penche sur le sujet de plus près, je commande ma cup. Bon, certes, il faut trouver la technique, mais c’est pas mal du tout! Idée de génie, je me dis que si les couches lavables existent pour les bébés, pourquoi elles n’existeraient pas nous? Bingo, je tombe sur plim. Je passe une première commande pour tester.

    Un mois de cup et un mois de serviettes bio lavables plus tard, j’ai arrêté la pilule. Aucun abcès à déplorer, juste quelques nodules qui repartent comme ils viennent sans s’infecter. Finies les irritations et autres gratouilles provoquées par les protections jetables, je découvre un confort jusque là insoupçonné depuis 25 ans que je suis indisposée.

    Encore un tout petit détail à régler: trouver le remède homéopathique aux douleurs des menstruations. Une goutte d’eau dans l’océan en somme…

  35. Marie lou

    Pas si long que ça votre article! Complet, avec assez d’informations(bien argumentées) pour me convaincre ! J’en achète une today! Merci ! Et super votre blog !! ;-)

  36. elisabeth

    Bonjour Jérémy
    Merci pour cet article
    comment faire pour se procurer la cup ? Je ne suis pas sûre que cet engin soit déjà disponible en Afrique.
    Bonne journée à toi

  37. Anya / EclectiK Girl

    bonsoir !

    Article très complet, c’est un plaisir à lire !
    J’ai longtemps utilisé des serviettes hygiénique en tissus ( lavable, en bambou bio), pour passer à la cup, depuis plus de 2 ans.
    Je ne pourrais plus m’en passer ! Je regrette juste de ne ne pas m’y être mise avant ^^
    Si je peux me permettre d’ajouter mon témoignage ?
    C’est par ici : http://eclectikgirl.wordpress.com/2013/11/19/alternative-aux-tampons-hygieniques-les-cups/

    Merci encore pour tes articles,
    Anya
    PS : le jeûne hebdomadaire, que j’ai connu notamment grace a ton site, je m’y tiens depuis un mois, et pareil, cela fait parti de mon quotidien, je ne pourrais plus m’en passer !

  38. Plume

    ok pour la moon-cup, je l’ai utilisée plusieurs années et c’était parfait…
    MAIS seulement si je continuais à utiliser un moyen de contraception autre que le stérilet! Les arguments contre le tampon sont nombreux et j’ai choisit de passer au stérilet cuivre pour les mêmes arguments (ne plus niquer mon corps, ni ma planète…). Et alors? Et bien pour moi, et donc probablement pour d’autre, l’utilisation d’une cup pendant mes règles m’a fait perdre le stérilet. J’ai reposer un stérilet trois cycle de suite jusqu’à ce que j’expérimente de ne plus utiliser la moon-cup. Et depuis mon stérilet n’a pas bougé. Retour aux tampon. C’est ça où pisser des hormones dans l’eau de la planète! Alors, que choisir dans ce cas? C’est facile d’oublier que l’on est pas tous les mêmes avant de prôner une solution idéale.
    ALORS?
    Et avant le prochaine article qui vous informera de ce à quoi vous n’avez pas penser seul, demandez-vous d’ou viennent les cups, comment est fait le silicone, à qui profite leur fabrication? silicone=industrie pétrochimique=industrie de la guerre

    Et avant de d’investir dans un objet qu’il vous sera peut être difficile d’utiliser et très surement impossible à revendre, sachez que le retrait de la cup demande se mettre du sang sur les doigt, puisqu’il faut la saisir directement pour la retirer sans l’effet sucions. Ce n’est ni pratique, ni élégant lorsque les toilettes ne sont pas équipées avec un lavabo, et qu’il faut se rhabiller d’une seule main pour rincer la cup (toilette pubique par exemple)… et à chaque fois qu’on la vide, on voit son sang. Rien d’alarmant pour moi, mais je sais d’autre peuà l’aise avec ça.
    Une cup,ce n’est pas si simple. et pourtant j’ai adoré l’utiliser, mais moi je suis une écologiste baroudeuse qui n’a peur ni du naturel, ni du sang, ni du ridicule. Es-ce votre cas à toute?

    1. emilie

      personnellement, j’ai aussi comme de nombreuses femmes un stérilet, et en plus de 10 ans d’utilisation de la coupelle, je n’ai jamais eu de problème. tout est bien en place, mais effectivement, nous sommes toutes différentes…

  39. maria

    J’ai tenté d’utiliser la cup à maintes reprises. Je trouve que c’est plutôt difficile à introduire et alors pour la retirer, ça été toute une histoire: j’ai envisagé d’aller aux urgences pour qu’on puisse me la retirer!! Je me suis « pincée » la muqueuse à plusieurs reprises en essayant d’introduire un doigt entre le vagin et la cup pour retirer l’effet ventouse! Gros moments de panique! Et puis j’avais des fuites alors que je n’ai jamais enfanté, je la sent tout le temps. Du coup, je suis passée à la serviette lavable écolo car il m’est impossible de revenir aux serviettes jetables et encore moins aux tampons.
    J’ai aussi lu quelques articles sur la fait que la pression provoquée sur les bords du vagin de la cup pouvait être irritante à la longue.et psychologiquement je n’aime pas l’idée que ce sang stagne et ne puisse pas s’évacuer normalement en position allongée, voire remonte vers l’utérus.Du coup, je reste avec mes serviettes lavables qui sont très confortables.

    1. maria

      J’ai juste oublié de rajouter quelque chose : en pliant la cup pour l’introduire, si par malheur, on elle se déploie d’un coup sec, bonjour la douleur !!

    2. emilie

      bonsoir,
      peut etre que la taille de votre coupelle n’était pas adapté, tout simplement

  40. Amandine T.

    Je suis plutôt d’accord avec ton article et, sans être gynéco, on se rend bien vite compte en tant que femme que les tampons sont sérieusement à éviter. Je ne suis pas encore passée à la cup surtout par peur du SCT, mais ton article m’a plutôt rassurée sur ce point. En revanche, ce qui me dérange est l’idée de conserver le sang dans mon vagin pendant plusieurs heures (idem pour l’utilisation d’un tampon bien sûr). Je me dis que le principe des règles est d’évacuer ce sang et me demande donc si il n’y aurait pas de risques à le conserver toute une journée dans le vagin. On pense souvent que le sang des règles est « sale », que c’est un déchet généré par le corps (oui, je parle d’idées reçues mais c’est tout ce que j’ai sous la main, ayant peu de connaissances médicales) : une infection serait-elle donc possible à cause de cela?

  41. myssprisca

    Juste aussi pour attirer votre attention sur le fait que les serviettes et tampons sont TESTES SUR ANIMAUX…

  42. Helene

    Merci beaucoup pour cet article. J’ai achete 2 cups (de 2 marques differentes) il y a plusieurs mois et n’ai pas encore eu le courage de les essayer. Je vais essayer de m’y mettre le mois prochain…

  43. Anastasia

    L’article est intéressant. Pour celles qui ont de doutes, ont besoin d’innfos ou autre, je conseille le site easycup.
    Par contre, il est vrai que certaines utilisatrices recommandent de l’essayer avant, mais le vagin n’étant pas autant lubrifié que pendant les règles, le col placé différemment ou autre, cela n’est absolument pas représentatif de ce que ce sera pendant les règles, et peut s’avérer douloureux et difficile à retirer (pas de sang dedans pour aider à la retirer). Il n’est donc pas conseiller de l’essayer avant.

  44. emilie

    Bonjour,
    Je n’avais pas lu l’article avant, étant utilisatrice de ma coupelle comme je l’appelle depuis plus de 10 ans. Mais finalement, tu as illustré ce qu’intuitivement je pensais.
    J’ai commencé suite à la naissance de mon grand qui le pauvre tapissé d’eczéma, je ne savais quoi faire pour le soulager. Après moultes recherches, je me suis tournée vers une alimentation biologique, et c’est dans ces magazins que j’ai découvert les coupelles. Après quelques interrogations et recherches, j’ai délaissé les autres protections et ne le regrette absoluement pas, d’autant plus que par hasard il m’est arrivé de l’oublier lors d’un déplacement et de devoir malgré moi reprendre les tampons ou serviettes, bahh!!! la coupelle est incomparable au niveau confort si il ne fallait parler que de ça.
    je n’ai jamais eu de fuites, quand elle est pleine, je la sens peser et je la vide, c’est aussi simple que ça. le reste à déjà été dit. j’essaie de convaincre mon entourage féminin de passer à la coupelle, mais malheureusement, les retours que j’ai sont souvent l’ecoeurement de voir les pertes, au début en tous cas, mais petit à petit l’idée fait son chemin et elles reviennent par la suite prendre d’autres renseignements.
    mesdames et mes demoiselles, plus d’hésitations, passez à la coupelle!

  45. Anais

    Bonjour,

    Moi j’ai découvert la coupe un peu par hasard : je cherchais une alternative aux protège slips jetables (que j’utilisais tous les jours) tout d’abord pour le côté écolo mais aussi pour le côté pratique. En effet, dans mon entourage, très peu de personnes ont une poubelle dans leur toilette… J’ai donc trouver les protège slips lavables mais aussi la coupe (je n’imaginais même pas que ça puisse exister !).

    J’en ai parler à mon compagnon, qui a tout de suite approuvé, j’ai donc commandé. J’ai essayé, non sans appréhension, et adopté. Dès la deuxième utilisation, je me suis débarrassée de tous les « jetables ». Ça fait un an que j’utilise la coupe et pour rien au monde je ne reviendrais aux tampons. Depuis, je n’ai plus de mycose, ni irritation, ni démangeaison (aussi dus aux protège slips jetables).

    La coupe a aussi l’avantage d’être gardée plus longtemps que le tampon. Quant à la mise en place et le retrait, c’est un temps d’adaptation tout comme l’utilisation du tampon. Et encore pour moi, l’adaptation a été plus rapide pour la coupe que le tampon. La coupe ne se sent pas et parfois j’oublierais presque que j’ai mes règles !!!

    Le côté « dégueulasse » ? Probablement celui que je redoutais le plus avant la première utilisation. Et ben, je répondrais pas plus que le tampon… Le fait de vider le sang permet dans un premier temps de se rendre compte de la quantité (pas quantifiable avec serviette et tampon). Puis une fois familiarisée, on peut vérifier la consistance… Je trouve que la coupe permet de mieux comprendre et apprivoiser son corps.

    N’hésitez plus, passez à la coupe !!!

  46. Let

    C’est fait, j’ai sauté le pas !
    Ca fait 2 jours que je teste la cup. Je ne risque pas de revenir en arrière !
    10 secondes pour la placer, pareil pour la retirer. Aucune sensation de présence.
    J’ai testé le fait de la vider 1 fois dans la journée hier (dans des toilettes avec un lavabo privé c’est bien pratique), je vais aussi tenter la journée entière, vu qu’on peut la garder maxi 12 heures.
    Comme tout ce qui est nouveau, c’est juste une question organisation.
    Du coup, j’ai aussi banni les serviettes jetables, je suis passée aux serviettes en coton bio lavables.
    Je suis bien contente d’avoir eu connaissance de l’existence de la cup. C’est dingue que ça ne soit pas plus connu que ça !
    Je partage un max cet article et l’info à toutes mes copines. Merci.

  47. nafiss!

    Ecoutez !
    Moi j’ai mis 15 ans à comprendre que j’étais ALLERGIQUE aux tampons hygiéniques !!
    15 ans pendant lesquels j’avais toujours un « problème intime » à la fin de mes règles c’est à dire après 5 jours d’usage intensif de tampons !!
    Pendant mes grossesses (aménorrhées) je n’avais aucun problème intime, ma conclusion fut donc que je devais « souffrir » d’un syndrome (le mot est lâché) menstruel lié à la fluctuation d’hormones pendant la période des règles… Fallait vivre avec !
    Ouais qu’est-ce qu’on s’invente pas comme problème parfois…

    Mais il faut dire que le discours général depuis mon adolescence est à la dé-diabolisation du tampon et j’ai 40 balais, c’est dire à quel point j’étais lobotomisée !! Pourtant j’suis vive d’esprit comme fille en temps normal (ne souriez pas !).
    On a toute en mémoire ces histoires de nanas (que personne ne connait pour dire) qui seraient mortes d’avoir porté des tampons trop longtemps et bien dans les magazines pour ados ou pour femmes, entre copines et même chez le gygy on vous explique que c’est hyper ultra méga rare limite que c’est du domaine de la légende urbaine et au final tout vous pousse à utiliser des tampons quoi !

    Bref…
    Je ne sais quelle lueur de lucidité j’ai eu il y a 3-4 mois environ (surement la quarantaine !) mais j’ai enfin réalisé que le problème ça n’était pas moi mais LE tampon !!
    Mon corps rejetait cette saloperie tous les mois et je suis restée sourde pendant toutes ces années. Quand j’y pense ça m’affole !!
    Inutile de vous dire que depuis 3-4 mois donc je me porte comme un charme !!
    Je suis provisoirement redevenue à contre cœur utilisatrice de serviettes jetables en sachant que je suis convaincue par la cup depuis belle lurette (j’achète en ligne après ce message ;) ).

  48. julie

    Ou l’acheter au Québec????

    1. Elisa

      Je pense que Pharmaprix stock les Divacups. Sinon dans les magasins bio, ou bien en ligne. Il me semble avoir vu la Keeper commercialisée, aussi.

  49. Soada

    Merci pour ce super article, je suis convaincue ! Votre article est très complet, comme toujours dans ce blog que je suis assidûment.
    J’apprécie particulièrement l’effort que vous avez déployé pour recenser et restituer les nombreux conseils des utilisatrices.
    Je n’ai qu’une hâte, me débarrasser de l’horreur des tampons et des serviettes hygiéniques. Comme cela a été si bien formulé par une des utilisatrices, quoi de mieux que la cup pour se réapproprier sa menstruation ?

  50. Pingback: Sortez-moi ce Tampon du Vagin ! | La santé et les plantes

  51. Kim Diem

    Bonjour,
    J’utilise actuellement des tampons et apres avoir lu cet article cela ma convaincu de passer du tampon à la coupe… Mais le problème c’est que je ne sait pas où en trouver en Nouvelle-Caledonie… Si vous pouviez m’aidez merci.

    1. Arnold

      Bonjour , il y en a dans certaines pharmacie à Nouméa mais je ne me souviens plus laquelle.

  52. Helene

    J’ai maintenant 2 coupes non jetables, la Bella et la Ladycup. Elles ont les memes dimensions, mais pour la Ladycup le ‘bourrelet’ qui fait le tour du rebord de la coupe est plus epais, donc l’insertion est plus penible, et l’effet ventouse est beaucoup plus prononce, donc retrait douloureux! J’essaierai peut-etre aussi une coupe ‘crenelee’ a la base, parce que quand on essaie de retirer, ca glisse!
    Belles economies en perspective (plus de tampons en milieu de regles ni de serviettes en debut et fin de regles) et surtout plus a sortir la poubelle tous les jours (a cause des odeurs) en temps de regles.

  53. Pascale

    Bravo Jérémy pour ce blog et toutes ces infos ; pour répondre à toutes celles qui cherchent où se procurer une coupe menstruelle, vous pouvez vous procurer la Mooncup sur http://www.bioattitude.nc et maintenant dans quelques pharmacies à Nouméa: Alma, Calédonienne, Océan, Lagon, de la Place et à Dumbéa: Kaducée et CMK.

  54. CherryB

    Etant plutôt écolo et essayant de faire le plus de choses naturelles pour mon body, la cup semblait tout indiquée. Ton article est très intéressant mais j’y mettrai un bémol : chaque femme réagit différemment à la cup. Si pour la majorité c’est une révélation, pour d’autres (moi notamment) ce fut une expérience terrible ^^ Très très très difficile à mettre, on s’en fout plein les doigts. Grosse gêne toute la matinée (je n’ai pas pu supporter +). Et enfin parfaitement difficile à enlever, même sous la douche, et je me suis même sentie mal en voyant tout le sang « exploser » littéralement dans la douche. Et cerise sur le gâteau envie de faire pipi dès que la cup est mise. Enfin dernier constat : très difficile à changer au travail ! Pas très glam tout ça mais véridique. Mais comme je suis obstinée j’ai re-tenté l’expérience au cycle suivant : même constat. De plus après m’être renseignée : il y a possibilité d’incompatibilité entre le stérilet en cuivre (que j’ai) et la cup. Egalement difficulté de pose ou sensation de gêne en fonction de la forme de ton utérus (rétroversé ou pas)… Donc malheureusement, à mon plus grand désespoir, je vais retourner aux tampons/serviettes … En tout cas article intéressant et la cup est une super solution pour celles qui s’en accommodent !

    1. nafiss!

      Bonjour CherryB, Cela n’engage que moi mais je pense que vous devriez essayer d’autres modèles de cup tout simplement.

  55. Martine la chieuse

    Incroyable cet article. Je crois que je vais changer d’avis sur les tampons. Je vais passer à la coupe menstruelle je pense. Mais j’ai un doute après la lecture un peu olé olé de cet article http://www.lesanglaisontdebarque.com/18-raisons-pour-lesquelles-vous-devriez-passer-la-coupelle-menstruelle/
    Qu’en pensez-vous ?

    1. Marie

      Qu’est-ce qui te choque dans cet article qui se veut le plus exhaustif possible dans les avantages?

  56. pepette

    La coupe est une très belle invention!Mais à mon avis elle ne peut pas toujours remplacer les tampons et serviettes.Je l’utilise en alternance avec des tampons bio.
    En effet pour changer la coupe il faut avoir une source d’eau près de soi,pouvoir se laver les mains etc.. ce qui n’est pas toujours le cas.Surtout les jours de flux abondant. Alors que changer de tampon est plus simple et nécessite moins de contact.
    A chacune d’essayer et trouver son utilisation.Il ne faut cependant pas penser à mon avis que ça peut remplacer tout le reste pour toutes les femmes.Donc merci de ne pas culpabiliser celles qui ne font pas ce choix.. :-)
    Par ailleurs je trouve qu’il serait grand temps de les trouver en grandes surfaces,ainsi que des protections bio ou lavables!

    1. Marie

      Soit on se balade avec une petite bouteille d’eau qui servira à la nettoyer si les toilettes ne sont pas munies de lavabo, soit on la vide dans les toilettes et on l’essuie avec du papier toilette ou bien on la remet sans l’essuyer, tout simplement.
      Non ce n’est pas sale, elle passe son temps contre les muqueuses, à l’intérieur. L’intérieur d’un vagin est « propre » et équilibré, il est plus ou moins coupé du monde pathogène extérieur.
      Le principal est qu’elle soit bien rincée à l’eau matin et soir.
      Entre parenthèses, lors d’une vidange (avant de remettre la cup), rincer à l’eau (froide) risque moins de dérégler l’équilibre que la savonner (car si le savon est mal rincé, ça risque de faire du mal aux bactéries protectrices).

  57. Pingback: Les articles qui parlent de la cup (coupe menstruelle)

  58. Marie

    J’ai remarqué que vous parler beaucoup de l’effet ventouse.
    En fait, il faut bien savoir (pour éviter que les débutantes ne se prennent la tête inutilement avec cette notion) que les coupes ne tiennent pas dans le vagin par effet ventouse, le bourrelet sert juste à faire un joint d’étanchéité pour que le sang ne coule pas à côté.
    Voir l’article du wiki sur l’effet ventouse : http://wiki.easycup.fr/doku.php?id=generalite:effet_ventouse

  59. mel

    MERCI ! quel article ! j’ai 30 ans et ca fait presque 10 ans que j’utilise une cup … Aucun soucis si ce n’est que j’ai dut recement en acheter une nouvelle non pas que la première etait « usée » mais je l’ai oubliée dans la casserole lors de la sterilisation ! bref 10 ans de vacances en pleine cambrousse sans poubelle ni toilettes , de festoches, de cheval, d’escalade, et j’en passe . je ne comprend meme pas les réticences c’est ecologique, hyper pratique , ( un peu d’eau et c réglé ! ) , hyper économique 25 euros pour 10 ans !!!!!! et encor si j’etais pas si etourdie…! et pour finir je ne prends plus la pillule depuis … 7 ans et je sais exactement quand mes règles vont arriver (signes physiologiques ) du coup pas de soucis d’oubli ou d’accidents !

  60. Fleurs

    Bonjour !

    J’arrive après la bataille !
    Mais le titre m’a interpellé.

    Disons tout de suite que je ne serais pas une fan de la cup, n’étant pas une fan des tampons.

    J’ai utilisé mon premier tampon après 35 ans, et encore pas toujours.
    J’ai dix ans de plus.

    Et pourtant, le seul sport que j’ai vraiment pratiqué, c’est la natation.
    Mais bon, règles égal pas de piscine pas de mer.

    Je souffre de douleurs tellement importantes que tampon ou serviettes à ce niveau, ce n’est qu’un détail.

    Par contre, merci à la personne qui a donné le lien pour les serviettes lavables.

  61. Marie

    Bonjour,
    J’aimerais compléter cet article, à destination de celles qui ne sont toujours pas convaincues:
    http://solublog.over-blog.com/article-toujours-pas-convaincue-par-la-cup-123394454.html

  62. Eugénia

    Bonjour,
    Je n’ai jamais utilisé la coupe menstruelle, trop tard maintenant ! et trop difficile à trouver à l’époque…mais j’en parle !

    J’ai lu quelques messages sur les douleurs menstruelles, et je vous propose d’essayer le Macérat Glycériné de Rubus idaeus.

    Rubus idaeus, c’est le framboisier (oui, celui qui donne des framboises !)
    Dans le MG, ce sont les bourgeons et jeunes pousses qui sont utilisés.

    Ne pas accepter de Teinture Mère à la place, ça ne produit pas le même effet.

    C’est en vente dans presque toutes les pharmacies, pas très cher (de l’ordre de 8 ou 9 € les 300 mL, une cuillère à café matin et soir dans un verre d’eau pendant les douleurs, ça fait plusieurs mois voire plus d’un an de traitement…. !)
    Demandez conseil à un pharmacien formé en phytothérapie.

    Ça paraît presque rien, mais dans la plupart des cas c’est vraiment spectaculaire !

    Cela a permis à ma fille d’avoir une scolarité normale.
    Et à d’autres amies de ne pas rester clouées au lit avec une bouillotte sur le ventre 2 ou 3 jours par mois…
    Merci à mon médecin de lui avoir préconisé ce remède « trop simple » !

    Le plus simple est souvent le meilleur… :-)

    Pardon d’avoir un peu dévié du sujet, j’avais besoin de le dire, et ça peut aider !

    1. Anne Bernabeu

      oui, c’est de la GEMMOTHERAPIE, découverte àr un médecin Belge.
      Les douelurs autour des régles, peuvent aussi être dûes à une carrence en acide gras gamma linoleique (`prendre des gélules d’huile d’onagre).
      vous pouvez demander conseil à votre naturopathe

  63. Pingback: Stephaniekollen | Pearltrees

  64. marseillaise

    Bonsoir je voulais préciser qu’il existe également les serviettes hygiéniques lavables comme alternative cela fait 3 ans que je les ai elles sont nickel j’ai choisi la marque imse vimse mais il y en a bcp d’autres fini lzs brûlures à cause des serviettes vania et always

  65. Pingback: Random | Pearltrees

  66. Pingback: Jérémy Anso | Pearltrees

  67. Laurie

    Il y a quelques années, mes amies ont tenté l’essai infructueux de me filer une cup de force, en toute bonne intention, mais ce genre de choses demande d’abord une première acceptation de la part de l’intéressée. Pour s’approprier l’engin, qui va quand même dans nos parties intimes, le choisir soi-même est important pour passer le cup (mouahaha).
    Mais à force d’être harcelée d’articles à ce sujet, je me dis qu’une tentative ratée vaut peut-être d’essayer à nouveau.

    Après lecture de cet article, je viens de passer sur le site Easy Cup pour lequel vous avez mis un lien et J’AI ACHETE UNE FLEURCUP (ça vaut les majuscules).

    J’ai quand même quelques appréhensions relatives au couple cup-stérilet. J’ai dans mon entourage deux cas qui justifient cette crainte : premièrement, le moins grave, une amie qui a perdu son stérilet à cause de la cup (ce qui est quand même super embêtant !). Le deuxième, ma cousine qui a dû avorter : son stérilet avait probablement bougé à cause de la cup et elle est tombée enceinte… Selon elle, l’importance du nombre de personnes pour qui c’est le cas fait qu’une étude va être lancée.

  68. emeline

    C’est ma soeur qui m’a parlé pour la 1ere fois de la cup et au début j’avoue que je trouvais çà un peu ragoûtant mais çà m’a poussé à faire des recherches et je suis tombé sur votre article.Je dois dire que vous avez trouvé les bons arguments qui m’ont fait réfléchir et même si je ne suis pas totalement prête à m’en procurer une maintenant je pense sérieusement faire un essaie.C’est surtout le retrait qui me pose problème et le côté « ventouse » mais bon vu que ma soeur va sûrement se lancer j’attend ses réactions et commentaires ;)

  69. Smith

    Bonjour,
    Je viens de lire ton article et j’en suis ravie car j’ai déja entendu parlé des CUP je me suis dit « c’est dégueulasse ce truc! » sans chercher à en savoir plus.
    Je suis à la recherche du meilleur pour ma santé, alors je vais essayer les CUP. Je ne garantie pas de tirer une croix sur mes tampons mais je pars dans un très bons états d’esprit grace à tous ces avantages et ces commentaires possitifs que tu as mis à la disposition de tous.
    Merci!

  70. Pingback: J’ai testé la cup avec Lady-Cup | Brenda & Cie

  71. Mischa

    Article plutôt intéressant, mais pourquoi ne parler QUE de la cup comme solution de remplacement aux protection périodiques traditionnelles ?
    Pourquoi ne pas évoquer aussi le flux libre instinctif, des éponges mensi ou plus simplement les protections lavables ?

    1. Marie T

      Hé, mais je connaissais pas tout ça! J’ai testé l’approche « connectes-toi à ton corps » pour apprendre à sentir quand ça vient. Apparemment nos mamies faisaient comme ça (en tout cas, la mienne). Ca marche pas mal, mais il faut rester toute la journée en intérieur, pour pouvoir aller aux toilettes quand on sent descendre!
      Sinon, bah oui, je suis passée à la Cupax… et pour le commun des mortels, c’est finalement ce que je trouve le plus facile. D’ailleurs, on parle toujours des mêmes marques, mais pas assez de la Cup’ax, je trouve!

  72. Pingback: Sortez-moi ce Tampon du Vagin ! - Etre Mere

  73. Octavie

    Clairement la cup c’est génial: on oublie qu’elle est là, zéro odeur, et zéro déchets! Par contre je soulignerai juste un détail (j’ai pas lu tous les commentaires donc c’est peut-etre une redite): elle est difficile à trouver dans les magasins! Je savais que je pouvais la commander sur internet, mais je préférais l’acheter en main propre, j’ai fait quelques pharmacies/parapharmacies, et aucune cup! Certains en avaient « entendu parler », pouvait la commander, mais clairement ils poussent pas à la consommation… Je pense qu’on devrait pouvoir trouver des cups à coté des tampons au rayon hygiène des supermarché! Parce que tout le monde peut l’utiliser, et que clairement, tout le monde ne va pas en biocope, de plus c’est pas spécialement un truc de baboos-pseudo-ecolos… Bref, c’est mon avis.

  74. Elsa

    J’ai acheté une cup il y a un peu plus d’un mois, quand j’ai découvert son existence. Je l’ai essayée en dehors des règles. Ça m’a fait tellement mal que ça m’a totalement découragée. Je précise que je n’ai jamais utilisé de tampons!
    J’ai quand même voulu réessayer pendant les règles. Cette fois j’ai réussi à l’insérer sans problème ni douleur. Sauf que je me suis réveillée durant la nuit car je me sentais sale. En effet, grosse fuite. J’ai voulu l’enlever: panique totale, elle me glissait des mains (normal, elle était pleine de sang à l’extérieur). Je me suis prise une crampe à la main, je me voyais déjà aller à l’hôpital pour l’enlever, puis je n’ai plus fermé l’oeil de la nuit. Je me suis dit: plus jamais! et je l’ai rangée dans une armoire.
    Sauf que les raison qui m’ont poussée à l’acheter sont toujours là. Alors j’ai tourné un peu sur internet pour voir si d’autres avaient eu ce genre de difficultés. Et j’ai trouvé des astuces qui m’ont un peu réconciliée avec l’idée. Et maintenant cet article. Je sais qu’un jour j’y retournerai, quand j’aurai le courage.
    Je n’ai pas de problème avec mon sang. J’ai juste peur de me faire de nouveau mal ou de ne pas réussir à la mettre correctement ou à l’enlever. Ce qui fait que je suis trop tendue et il n’y a rien de pire pour la cup que d’être tendue.

  75. Elisa

    Utilisatrice depuis bientôt deux ans (Organicup, Fleurcup et Gaiacup), je vous remercie votre article. Seule petite précision, la cup tient 12 heures dans le meilleur des cas. Ce sera toujours en fonction du flux et de la capacité de la cup. Certaines la vident toutes les deux ou trois heures si elles ont des règles hémorrhagiques. Dans ce cas, c’est le confort d’utilisation d’un objet en silicone, et non pas en matière absorbante, qui est le facteur qui les convainc. Mon astuce pour une débutante serait de connaître la hauteur du col de l’utérus lors des règles (il se place plus haut à d’autres moments du cycle) afin de bien choisir la longueur de sa cup. Ce n’est pas rigolo de débuter avec une cup trop courte, et donc difficile à retirer. Le forum easycup a été une véritable mine d’or et je ne peux que le recommander.

  76. Ly

    Mais on fait comment pour la vider dans des lieux publics ou au boulot dans les toilettes communs ?
    Et faut la rincer ! Ca met du sang partout dans l’évier ! Bonjour la tête de la collègue qui entre… Sans parler du fait qu’on en a sur les mains et des sécrétions vaginales aussi.. beurk.
    Et faut donc sortir des toilettes, bidouiller et y re-rentrer… Un peu compliqué et pas discret pour un sou surtout quand on est dans une grande boite.
    Et à la maison je me vois mal devant les filles me balader avec, aller le rincer et tout et tout.

    Je trouve l’idée super mais ces soucis d’organisation me dérangent…
    Y’a des solutions ?

    1. M

      J’ai une astuce les filles : prenez quelques pipettes de serum physiologique dans votre poche, vous connaissez certainement ça si vous avez eu un bébé, sinon pour les autres ça s’achète en parapharmacie, plus discret qu’une bouteille d’eau 50cl ! et pour les mains, essuyez les avec le papier avant de sortir des wc et lavez les ensuite.

  77. Tetê

    Oui, Ly, il y a des solutions… Je pense comprendre par ta question que tu n’as jamais utilisé de cup’ax :)
    Parce que si tu passes à ce système, tu verras que tu ne dois jamais la vider en plein milieu de la journée… Une fois le soir avant d’aller se coucher suffit!

  78. Laetitia

    Bonjour,

    Juste quelques petites réflexions en vous lisant :

    Comment quelqu’un peut oublier son tampon? O.o Y a quand même la petite ficelle qui pendouille. Et qui n’a jamais tiré eu la ficelle qui se coince où il ne faut pas? :o

    Sinon, essayer d’enlever un tampon quand il n’est pas plein de sang, c’est hyper douloureux, on sent bien que c’est sec et que ça ne veut pas sortir.

  79. Axelle

    bonjour,
    j’ai voulu essayer il y a qq mois et dans mon entourage je n’avais pas d’avis d’utilisatrice.
    vu le prix, assez modique somme toute, je me suis dit que je ne risquais pas grand chose à essayer.
    j’avoue, j’ai abandonné, pas facile à mettre ni à retirer et des fuites!!
    j’ai toujours été persuadée que c’était juste une question de technique mais dans ces moments là on n’a pas envie de prendre de risque (et encore moins de se tromper) et encore moins d’avouer son erreur ou son incapacité à connaitre notre corps!!

    mais en lisant cet article, je me sens de nouveau l’envie de tester!! apres tout je ne vois pas pourquoi toutes y arrivent et pas moi!!

    je vais la ressortir de son emballage!!

  80. Léna

    Moi aussi, je suis convaincue, archi-convaincue même de l’utilité de la cup (d’ailleurs j’en ai même fait un blog pour en parler en long en large et en travers : http://coupemenstruelle.net ) !

    En revanche, il faut dédramatiser un peu le truc : personnellement, ça n’a pas été parfait du 1er coup (ni même le 2ème), mais ce n’est pas grave : il y a moyen, avec un protège-slip par exemple, de rester zen quand même dès les 1ers essais.

    En revanche, pour répondre à une question vue plus haut, oui, on peut tout à fait oublier son tampon, même avec la petite ficelle qui pendouille !
    J’en connais une qui s’est retrouvée chez le gynéco bien embarrassée à se demander ce qui pouvait bien lui arriver …. oO

  81. katastroffe

    Votre article fait froid dans le dos…Tant d’approximation, tant de flou dans la démonstration. J’attends des preuves, pas des témoignages, avant de passer à cette pratique de la coupelle à laver et désinfecter à chaque utilisation.
    Parce que s’il faut changer les tampons environ toutes les 4h pour diminuer le risque de choc toxique, j’imagine même pas l’état du vagin avec une coupelle infectée…Quid des mycoses et des MST avec la coupelle? Des publications statistiques pour étayer vos dires?
    En attendant, je vais rester avec mes tampons coton sans parfum (ça, pour le coup, c’est plus que risqué, je n’ai jamais compris l’intérêt).

    1. Ju

      Je suis complétement d’accord avec vous sur la « qualité » de l’article. Cela dit, je ne vois pas trop le rapport entre protection intime quelle qu’elle soit et les MST ^^

      Je suis utilisatrice et convaincue de cup, mais je déplore le discours pro-cup qui manque souvent de précision et d’objectivité.

      Je vous conseille de visiter d’autres sites plus sérieux pour étayer votre opinion.

  82. Pingback: Pidisorder | Pearltrees

  83. Pingback: 1001 raisons d’adopter la coupe menstruelle ! | La vie en (p)rose & chocolat

  84. Manami

    Bonjour, pour compléter cet article et pour remplacer toutes sortes de protections hygiéniques voici une autre solution: Le flux instinctif
    Loin d’être une nouvelle méthode, cependant au final elle permet de « contrôler » la perte de sang.
    Ça serait le même procédé que lorsque qu’un enfant apprend à ne pas uriner dans ses pantalons.
    Ça à l’air génial, surtout qu’au final si on arrive à maîtriser parfaitement la méthode alors on ne pollue plus du tout avec les serviettes, tampons, cup etc….

  85. Aaa

    N’hesitez plus, passez à la CUP. L’essayer c’est l’adopter.

  86. Georges

    Bonjour,

    J’ai 86 ans et suis un homme, ne vous posez pas de questions sur mes
    motivations…
    Je découvre ce produit et regrette que mon épouse ne l’ait pas connu.
    C’est en effet d’après vos commentaires, beaucoup plus agréable que ces tampons ou autres serviettes.
    Je vois que cette « Cup » existe depuis plus de 10 ans et pourtant je n’en avais jamais entendu parler avant de la découvrir ici.
    Si elle permet non seulement de préserver la santé de nos compagnes, mais en plus de
    pouvoir éviter une pollution de l’environnement , c’est parfait!

  87. Marie

    Utilisatrice depuis deux jours, je faisais une recherche sur google pour voir si on peut couper l’embout (oui) et je ne m’attendais pas à trouver un article aussi complet avec des liens pour vérifier les sources. Merci infiniment. Maintenant il me reste plus qu’à trouver une illustration concernant ce fameux « deuxième pliage » qui ne figure pas sur ma notice (le premier a suffit car j’utilise un lubrifiant spécial, mais ça a aiguisé ma curiosité). Sinon, avant même les avantages écolo/santé, pour moi l’atout majeur de l’utilisation de la cup c’était l’aspect… car une cup pleine contient du sang frais, rouge vif et sans odeur, or ce n’était pas du tout le cas pour les tampons quand je les retirais. Initialement c’est pour ça que j’ai changé, je ne soupçonnais pas l’ampleur du désastre. L’état devrait placer des brochures informatives dans les collèges et les lycées (comme pour la prévention des MST).

  88. Emmanuelle

    6 ans de cup, et quelle liberté !!
    Voici le seul point embêtant: lorsqu’on n’est pas à la maison il faut penser à emporter une petite bouteille d’eau pour la rincer.
    Et voici à mes yeux les points positifs:
    – Écologique
    – Économique
    – 10h entre chaque vidage
    – Pas d’odeurs
    – Découverte que finalement on perd pas tant que ça…
    – Fini les « t’aurais pas un tampon ou une serviette à me dépanner » en douce dans l’oreille d’une copine (mais du coup je peux plus dépanner moi non plus)
    – Comme dit dans l’article, moins cra cra que brosse à dents, et même qu’une poignée de main ou qu’une cuvette de toilette
    Et je terminerai par:
    – LA DISCRÉTION: fini le roulé en boule dans un morceau de pq en attendant de trouver une poubelle

    Donc pour conclure, est ce que je lâcherai ma cup, POUR RIEN AU MONDE !!!!
    (je lui ai même donné un petit nom, comme c’est une mooncup, je l’ai appelée moumoune ;-)

  89. Ju

    Bonjour,
    Je me permets de relever une boulette dans votre article : on ne choisit pas sa cup en fonction de son flux mais de SA MORPHOLOGIE ! D’où le fait qu’il y ait plusieurs tailles, pour les femmes qui ont eu des enfants, ou à forte corpulence… Prendre en fonction de sa morpho justifie notamment le fait de la vider plus souvent en cas de flux important.

    Par ailleurs, vous occultez un point : notre flux dépend pour beaucoup d’entre nous de notre contraception ! Et oui, des règles avec et sans hormones, ça n’a clairement rien à voir.

    Je précise que je suis une utilisatrice de cup depuis deux ans, durant lesquelles j’ai connu une contraception avec et sans hormone. donc j’ai eu plusieurs cas de figure pour juger.

    Cela dit, il faut bien voir un point : malgré tous les avantages (dont je suis déjà complétement convaincue, donc) que présente la cup, il faut bien voir une chose, c’est que toutes les femmes sont différentes ! Et le ton de cet article est presque accusateur et culpabilisant pour les femmes qui, concrètement, ne sont pas assez à l’aise avec leur intimité pour passer à la cup. Et en l’occurrence la parole ne leur est pas donnée. C’est là le problème majeur des pro-cup : ils sont binaires et ne cherchent pas à comprendre les réfractaires, et ne mettent bien sûr pas en avant les inconvénients de celle-ci (il y en a peu, mais il y en a quand même !). Dommage.

    Après, il faut remettre les choses dans leur contexte, j’en suis bien consciente : l’article a déjà plus de deux ans et on en sait un peu plus sur la toxicité des tampons/serviettes aujourd’hui, et accessoirement, l’auteur est un homme.

    Sinon, je suis aussi un peu surprise par le nombre de fautes de l’article, pas très pro…

  90. Laure

    Salut tout le monde,
    Je suis entrain de tester le produit et C’EST COMPLETEMENT GENIAL. Si j’avais su plutot que ça éxisté… un pure bonheur d’avoir c’est règles!!! Merci je vais enfin pouvoir arrêter d’utiliser mes autres trucs déguelasse.
    Et en passant super article merci.

  91. Pingback: Sortez-Coi ce Tampon du Vagin ! - La santé et les plantes

  92. Auriane

    Bonsoir, j’ai lu dans votre article que la cup est sans danger et quelle permet d’éviter le sct or c’est faux! la cup au même titre que le tampon peut provoquer le sct chez les femmes… L’article de l’Obs sur le sct avec les professeur lina l’explique d’ailleurs très bien :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20161020.OBS0122/de-plus-en-plus-de-chocs-toxiques-des-femmes-meurent-pour-un-tampon.html

  93. Pingback: Révolution dans ma culotte ! - Parenthèse Tutoriels

  94. Pingback: Diminuer ses déchets – Le carnet d'Anais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *