tampax-coupe-menstruelle-cup-serviettes

Si vous êtes une utilisatrice de protections classiques (tampons et serviettes) et que vous ne désirez pas être convaincu de les abandonner et de passer à la coupe menstruelle… alors NE LISEZ PAS cet article. Pour toutes les autres, vous allez découvrir tous les risques liés à l’utilisation de tampon, pour votre santé, celle des autres et de la planète. Finalement, vous allez découvrir en exclusivité le témoignage d’une quinzaine d’utilisatrices de la « Cup » pour vous convaincre définitivement de trouver la vôtre. Attention donc, vous allez être perturbées mesdames !

Sommaire

Un tampon dans le vagin… tout est normal

Ton tampon nique ton vagin (quel beau jeu de mot)

Ton tampon te cache des choses !

Ton tampon nique ta planète

« Ok, je jettes mon tampon. Et puis quoi ? Je passe aux serviettes ? »

Mode CUP = ON

Témoignages CUP = ON

Avis des professionnels sur la Cup

Ultra-résumé de l’article (pour les faignants)

Un tampon dans le vagin… tout est normal

Durant votre vie de femme féconde, rythmée par l’apparition de terribles périodes ensanglantées, ce ne sont pas moins de 15.000 tubes de coton blanc qui côtoieront des heures entières votre intimité la plus profonde.

En France, selon les tous derniers chiffres de l’INSEE, 16 millions de femmes âgées de 13 à 50 ans sont des utilisatrices potentielles des protections hygiéniques sous forme de tampon. Dans le monde, la multinationale Procter and Gamble commercialise la marque la plus vendue de la planète, Tampax, dont plus de 100 millions de femmes en auraient l’usage dans le monde entier.

Cela fait maintenant plus d’un demi-siècle que les tampons existent en France. Les marques évoluent sans cesse pour fournir des produits adaptés à l’hygiène féminine, au « flux » sanguin, contre les irritations et ceci afin de promouvoir une vie plus libre loin des affreuses coulées sanguinolentes périodiques, qui incommodes tant les femmes.

J’insiste, mais cela fait donc plus de 60 ans que toutes les jeunes et moins jeunes femmes en état de procréer s’enfilent régulièrement des tubes en coton blancs, dont elles connaissent absolument tout. Pas vrai ? *ironie*

D’ailleurs la science s’est longuement penchée sur la question de l’innocuité de ces protections hygiéniques, et n’a trouvé aucun problème particulier ! Faux !

La seule science qui ce soit penchée sur ce problème nous vient directement des fabricants eux-mêmes ou bien d’études qui remontent à la fin des années 30…

Ainsi, nous apprenons sur le site officiel de Tampax que la première preuve de l’innocuité des protections pénétrantes en coton a été réalisée sur 20 femmes pendant 3 à 5 mois à la fin des années 30 ! Toujours selon les dirigeants de Tampax, 110 femmes supplémentaires ont été suivi au début des années 40 dont « les résultats ont confirmé ceux de Sackren ».

En réalité, si vous j’imaginez que j’ai choisis de traiter le sujet des tampons c’est bien que la réalité est tout autre, et qu’elle risque d’être bien dure à avaler pour la plupart d’entre vous.

Vous allez maintenant découvrir dans cet article que votre tube de coton blanc n’est pas aussi pur que sa couleur blanche laisse penser.

Vous allez découvrir quels sont les risques que vous prenez tous les mois pour votre santé, et celle de la planète, avec des protections dont vous ignorez tout, si ce n’est le prix et comment l’enfiler sans problème.

Finalement vous allez découvrir une alternative hors norme au tampon, qui se fraie un chemin tant bien que mal dans l’esprit (et le vagin) des femmes, avec les témoignages exceptionnels d’une dizaine d’utilisatrices, confirmées ou non.

Attention, vous ne verrez plus votre tampon du même œil (et votre anatomie risque de vous dire merci !)

Ton tampon nique ton vagin (quel beau jeu de mot)

Dans cette partie nous allons essayer de comprendre quels sont les risques pour la santé des femmes qui utilisent régulièrement des tampons lors des menstruations.

Le premier risque à connaître (et de loin le plus connu) est le syndrome du choc toxique (SCT). Le SCT n’est pas une maladie imaginaire, et Procter & Gambler la prend très au sérieux en assénant toute une série de précaution pour le réduire (et non l’éviter) sur son site.

La première recommandation peut paraître banale, mais Tampax vous dit (vous ordonne même) :

« Ne gardez jamais un tampon plus de 8 heures. »

C’est la toute dernière recommandation, la toute dernière phrase du site. Franchement, moi, elle me fait froid dans le dos. Peut-être que vous êtes habituées à « penser à votre tampon » mais imaginez un oubli, un accident…

Vous apprendrez que vous ne devez absolument pas utiliser votre tampon en dehors des périodes de menstruation. Logique me direz-vous, pourquoi irais-je m’enfiler ce coton peu amical dans mon vagin alors que j’en ai pas besoin ?

Mais raisonnons autrement. Si ce produit était sans danger et sûr, pourquoi les femmes ne pourraient-elles pas se faire une soirée tampon en dehors des règles ?

Je vous épargne les autres recommandations de la marque Tampax… Non en fait, parlons-en ! C’est tellement rassurant qu’il faut tout savoir ! Donc toujours selon les producteurs du fameux tampon blanc, il serait sage de remplacer son tampon « au moins une fois par jour pendant vos règles » pour limiter le SCT.

Ce qu’il faut comprendre :

« Nous avons le produit idéal pour vos menstruations mesdames ! Mais attention, virez votre tampon au bout de 8 heures, et remplacez-le au maximum par un autres produits ! »

Tampax conseille également de choisir le « niveau d’absorption minimal » pour éviter le SCT. Et on peut le comprendre, car si vous prenez un niveau d’absorption trop élevé, vous risquez de garder trop longtemps votre coton tige pour vagin (mais pas uniquement).

Mais le SCT, c’est grave ou pas ? Nul besoin de visiter le site de Wikipédia pour en apprendre plus, le site de Tampax nous annonce clairement que le SCT « peut rapidement passer des symptômes proches d’une grippe à une affection grave qui peut être fatale. »

On peut relire cette phrase ensemble ? Le SCT peut rapidement passer des symptômes proches d’une grippe, donc sans gravité pas de quoi en faire un drame, à une affection grave qui peut vous TUER. On lit bien la même chose. Mais tout va bien je vais bien… (merci papa de m’avoir donné un chromosome Y !)

Pour terminer et vous achever sur ce le seul point du SCT, voici quelques symptômes de la maladie recensés par Tampax :

« Forte fièvre, vomissements, diarrhées, éruption cutanée ressemblant à un coup de soleil, vertiges, douleurs musculaires, évanouissements ou état proche de l’évanouissement, lorsque vous vous mettez debout. Votre peau peut également peler aux stades ultérieurs de la maladie. »

Mais pourquoi les tampons seraient si dangereux ? Qu’est-ce qu’ils nous cachent ?

Ton tampon te cache des choses !

Si vous êtes une utilisatrice de protections classiques (tampons et serviettes) et que vous ne désirez pas être convaincu de les abandonner et de passer à la coupe menstruelle… alors NE LISEZ PAS cet article. Pour toutes les autres, vous allez découvrir tous les risques liés à l’utilisation de tampon, pour votre santé, celle des autres et de la planète. Finalement, vous allez découvrir en exclusivité le témoignage d'une quinzaine d'utilisatrices de . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

125 commentaires
  1. Bon.. déjà tant de commentaires ai-je besoin d’ajouter que depuis 2008 j’utilise une cup pour mon plus grand confort, et pour la limitation de mes déchets… J’ai porté un stérilet et je ne pense pas que ça puisse poser problème et risquer le faire sortir, on ne peut pas comparer la difficulté de manipulation d’un stérilet et la facilité de manipulation d’une coupe….

Commentaires désactivés.

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.