STATINES : le Dr de Lorgeril a-t-il été roulé dans la farine par la Magazine de la santé ? Partie 1 /2

cholesterol-statines-lorgeril-ducimetiere-atheromes

Ça chauffe sur les plateaux télés !

La très célèbre émission de France 5 sur la santé, appelée le Magazine de la santé et présenté par Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse (tous les deux médecins), a fait l’objet d’un très fort engouement ces derniers jours.

Pour ceux qui n’ont pas suivi ces rebondissements scientifiques et ces tacles « journalistiques », voici une succincte chronologie des faits :

Lundi 18 février 2013. Le professeur Ducimetière est l’invité du Magazine de la santé pour nous parler du cholestérol, des statines et de toutes les polémiques qui gravitent autour de ce sujet. Grosso modo, le message du professeur est rassurant vis-à-vis des statines et du cholestérol, l’homme est donc un « pro-statine ».

Mardi 19 février 2013. Le docteur de Lorgeril est à son tour l’invité de nos deux médecins, pour parler de cette même polémique du cholestérol. Cette fois-ci Michel de Lorgeril incarne l’opposition, il est l’homme « anti-statine » dans cette histoire.

Mercredi 20 février 2013. Lanutrition.fr publie un bref article sur l’interview du docteur de Lorgeril et la vidéo qui va avec. Dans la foulée, M. de Lorgeril publie lui-même un article sur son propre blog à propos de cet évènement qu’il juge comme « pas drôle » et dans lequel il a « failli commettre un meurtre ».

Ces deux interviews sont génialissime, et très instructive pour plusieurs raisons :

  • Premièrement à cause du choix des invités : pourquoi avoir choisi le professeur Ducimetière pour défendre les statines, et le docteur de Lorgeril pour les attaquer ?
  • Deuxièmement à cause de la ligne de défense des invités (qui nous le verrons était totalement différentes, à bien des égards).
  • Troisièmement à cause d’une ’incroyable « pignouferie de la presse » (un terme que j’emprunte à l’auteur du blog Hashtable)

L’interview du professeur Ducimetière

Cette interview a précisément durée 7 minutes et 30 secondes (vous verrez que c’est important pour la suite). Pendant ce courts laps de temps, 7 questions ont été posées au professeur et il y a répondu sans en poser une seule en retour.

Ce constat peut paraitre superflu, mais vous verrez qu’il y aura matière à comparer avec le docteur de Lorgeril.

Voici les 7 questions adressées au professeur :

  1. Un excès de cholestérol augmente-t-il le risque de maladies cardiovasculaires ?
  2. Les athéromes ne sont en fait composés que d’acides gras (au lieu de cholestérol) ?
  3. Le HDL « bon cholestérol », et le LDL « mauvais cholestérol » ne sont qu’une farce ?
  4. Les statines évitent-elles les dépôts de cholestérol dans les artères ?
  5. Les prescriptions de statines sont-elles trop élevées ?
  6. Les statines sont accusées de provoquer des douleurs musculaires, des pertes de mémoires et même des problèmes cardiaques ?
  7. Avez-vous des conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique ?

Notre cher professeur Ducimetière a répondu à toutes les questions, enfin presque toutes. Vous allez découvrir certaines subtilité de langage, et une utilisation très savante de mots qui appuie d’une part son discours et évite d’autre part de répondre à des questions précises.

Professeur Ducimetière, quel fin orateur !

  • Question n°1. Un excès de cholestérol augmente-t-il le risque de maladies cardiovasculaires ?

La réponse du professeur est claire : oui, et on le sait depuis plus de 30 ans. Le professeur nous dit même qu’aujourd’hui, ce fait est d’autant plus vrai que les études nous apportent toujours les mêmes résultats, des résultats COHERENTS (1ère fois) : le taux de cholestérol est lié au risque de maladie cardiovasculaire.

  • Question n°2. Les athéromes ne sont en fait composés que d’acides gras (au lieu de cholestérol) ?

Voici une question très intéressante, mais balayée en une fraction de seconde par « tout cela n’est évidemment pas vrai ». Le professeur embraye sur les zones d’ombres de la formation d’un athérome (ou athérosclérose) et parle immédiatement d’une « fraction de particules qui transporte le cholestérol » et dont toute la « communauté scientifique » pense qu’elle a (la fraction de particules) un « rôle causal ».

OK. Et donc ? Si l’athérome n’est pas composé d’acides gras, il est fait en quoi ? En sucre ? Peut-être bien vous dira Google. Selon cet article du net, un athérome peut être composé de lipides (donc d’acides gras et de cholestérols), de glucides complexes, de sang et de dépôts calcaire. En fait, on se rend compte que la question n’était absolument pas pertinente étant donné que l’on compare des lipides (les acides gras) avec… des lipides (du cholestérol) ! On joue simplement sur les mots, au grand dam des téléspectateurs désemparés.

Dans la 2ème partie de sa réponse, M. Ducimetière nous parle d’une mystérieuse particule qui transporte le cholestérol et qui serait la cause. Mais quelle particule ? La cause de quoi ? C’est qui la communauté scientifique ?

Franchement, un pote bloggeur m’a dit récemment que ce genre d’argument « c’est la communauté qui le dit », c’est un argument fallacieux. C’est-à-dire un argument qui ne prouve rien, mais qui induit en erreur l’auditeur en utilisant une entité (ici la communauté scientifique) supérieure qui dit forcément la vérité.

Bien pour moi, et maintenant pour vous aussi, cela ne fonctionne pas. Le professeur ne répond pas à la question et enfume les auditeurs. Heureusement, il s’explique un peu tard plus dans les questions suivantes.

  • Question n°3. Le HDL « bon cholestérol », et le LDL « mauvais cholestérol » ne sont qu’une farce ?

Vous devez savoir que dans cette bataille pro et anti-cholestérol, il y a le mythe du « bon » et du « mauvais » cholestérol représenté par les lipoprotéines de haute densité (HDL) et de faible densité (LDL).

On apprend enfin que c’est bien le LDL la fameuse particule qui est responsable du développement des athéromes ou athéroscléroses. Le Pr Ducimetière nous confirment que les arguments en faveur du mythe du « bon » et du « mauvais » cholestérol repose sur des arguments « d’une COHERENCE extrême ».

C’est la 2ème fois que le terme « cohérence » est utilisé par notre cher professeur, et cette fois-ci il est assortir d’un adjectif très fort, même extrême ! Et le HDL dans tout ça ? Que nous dit le professeur en épidémiologie ? Il nous dit qu’on ne sait pas grand-chose, point barre.

La dernière partie de la réponse est bigrement intéressante. M. Ducimetière nous parle enfin des statines, ces fameux médicaments qui font baisser le « mauvais » cholestérol et donc amélioreraient la santé cardiovasculaire. Le professeur insiste beaucoup dessus, et il assène que ces statines sont « très très efficaces » pour faire diminuer le LDL, d’une « manière systématique et COHERENTE cette baisse entraîne une baisse du risque de maladie coronarienne ».

J’ai l’impression que notre invité voulait absolument placer le mot « cohérent » un maximum de fois dans son discours… pour donner l’impression d’être cohérent ? Bref, il termine en ironisant sur les opposants aux statines qui n’auraient aucune preuve de ce bon vieux mythe sur cholestérol.

  • Question n°4. Les statines évitent-elles les dépôts de cholestérol dans les artères ?

Voilà un exemple magistral d’un « enfumage » de la masse en bonne et due forme. M. Ducimetière confirme l’effet « anti-dépôts » de cholestérol dans les artères et il tente de donner une explication. Attention, mode enfumage ON…

« La prise de statines, en diminuant le risque de LDL cholestérol, permet de rendre moins grave la lésion de la paroi artérielle voire de la stabiliser. »

Pardon ? Un « risque LDL cholestérol » ? C’est incompréhensible. Une lésion de la paroi des artères moins grave ? Mais il y a un effet sur le dépôt de cholestérol ou pas ? Vous ne répondez pas à la question monsieur ! La suite est même pire, car les statines ne seraient potentiellement que des « stabilisateurs » d’une artère déjà endommagée.

Le professeur défini le rôle « hypo-LDL-cholestérolémiant » comme biologiquement EFFICACE, prouvé et documenté. 3 mots très important et encore une fois très bien choisis.

  • Question n°5. Les prescriptions de statines sont-elles trop élevées ?

La question est très pertinente car on estime qu’il y a aujourd’hui une sur-prescription des statines. Ce qui signifie que des personnes sont mises abusivement sous traitement, pour le plus grand bonheur de Big Pharma.

M. Ducimetière ne répond pas à la question, mais on commence à avoir l’habitude. Il nous dit que les prescriptions sont là pour le bien des patients, des individus, de la santé publique, blablabla… Foutaise.

Par contre, il en profite pour dorer le blason des statines. La molécule qui compose les statines serait « très très EFFICACE, EFFICACE donc intéressante ». 3 « efficaces » au compteur, avec une relation étrange entre efficacité et intérêt.

Est-ce parce qu’une molécule fonctionne bien, qu’elle est efficace qu’elle est donc forcément intéressante ? Intéressante pour qui ? Pour les patients ? Pour les médecins ou pour les groupes pharmaceutiques ?

Je connais d’autre moyen efficace pour faire baisser le cholestérol, comme l’activité physique, le tabagisme mais est-ce pour autant intéressant ? Intéressant pour le chiffre d’affaire ? Je ne pense pas.

Pour conclure sur cette question, et pour définitivement discréditer notre chercheur, il nous dit « comme toute molécule, il y a des effets secondaires » [ = comprendre donc on s’en moque, c’est normal] « et que l’on ne connait pas encore » [ = comprendre qu’on vous donne une pilule peut-être dangereuse, peut-être bonne mais qui sait ?!].

J’hésite entre un sentiment de honte envers ce monsieur, de haine envers les médecins qui l’ont invité ou de dérision envers cette grande mascarade.

  • Question n°6. Les statines sont accusées de provoquer des douleurs musculaires, des pertes de mémoires et même des problèmes cardiaques ?

Impossible, il n’y a aucun argument pour, et ce serait même de la « fausse science » selon le professeur Ducimetière. Est-il objectif ? Prend-t-il en compte les effets secondaires qu’il a lui-même avoué ignorer dans la question précédente ? Je vous rassure, tout s’explique dans la dernière question, la plus courte mais qui en dit long sur le personnage.

  • Question n°7. Avez-vous des conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique ?

Michel et Marina ont bien raison de poser cette question, car les conflits d’intérêts sont nombreux dans cette histoire de statines et de cholestérol. Forcément, c’est le médicament le plus vendu au monde, celui qui rapporte le plus d’argent aux laboratoires pharmaceutiques.

Bien sûr, M. Ducimetière ne déclare aucun conflit d’intérêt, et cela peut être aisément vérifié dans les DPI ou déclaration publique d’intérêt. C’est une très jolie manœuvre de sa part, car il est difficile de se procurer les DPI d’une personne qui n’a pas eu de poste en tant qu’experts dans une institution publique ou privée (comme l’AFSA, l’ANSES ou l’EFSA)

Autant vous le dire, vous ne trouverez pas de DPI sur M. Ducimetière et si vous avez réussi a en trouver, je vous prierais de bien vouloir me les envoyer ! Merci beaucoup.

N’empêche qu’il y a des moyens indirects pour savoir si notre professeur nous dit la vérité ou pas. Et moi, comme je ne suis pas comme nos deux médecins qui croient sur parole des scientifiques, j’ai trouvé quelques pistes de réflexion.

J’ai donc épluché quelques références scientifiques produites par M. Ducimetière ces dernières années, et j’avoue que je n’espérais pas trouver de preuves aussi accablantes.

Avec seulement 6 références, j’ai pu me rendre compte que notre professeur est également le directeur d’une campagne d’étude nommée PRIME (Etude prospective de l’infarctus du myocarde) financée dans sa totalité par les plus grands groupes pharmaceutique de la planète.

J’ai nommé :

  1. Abbott,
  2. Boerhinger-Ingelheim,
  3. Roche,
  4. Bristol-Myers Squibb,
  5. Merck Dohme Chibret,
  6. GlaxoSmithKline.

Aïe, aïe, aïe ! Merck est une très grande société pharmaceutique qui commercialise des STATINES.

La suite n’est pas meilleure. Le professeur Ducimetière publie également grâce à la grande étude EVA financée par 3 laboratoires pharmaceutiques : Merck, Sharp et Dohme-Chibret Company. Nous retrouvons le fameux Merck qui commercialise toujours des statines.

Enfin, la WHO-MONICA est une autre étude sur laquelle se base l’épidémiologiste, financée en partie par un très puissant laboratoire pharmaceutique, si ce n’est le plus puissant de la planète : l’empire Pfizer, qui commercialise bien entendu des statines.

De toute évidence, je ne peux pas vous fournir la preuve que M. Ducimetière a reçue de l’argent de tel ou tel laboratoire. Cependant, il est maintenant reconnu scientifiquement que les produits du sponsor bénéficient toujours d’un traitement de faveur, que ce soit dans l’analyse des données, les tournures de phrases et les conclusions en matière de santé [1]

Ce monsieur n’était donc pas la personne rêvé pour venir vendre les statines, car il est déjà vendu (oups je m’avance un peu) aux labos pharmaceutiques.

Comment est-ce que cela a pu échapper à des journalistes, chez qui l’investigation est un métier ? Comment ont-ils pu faire l’impasse sur 7 minutes de recherches qui discrédite complètement l’invité ? J’aimerais que Michel et Marina puisse me répondre.

En attendant, je vous invite à patienter le temps de la publication du 2ème volet de cette saga palpitante dans lequel je dévoilerais les dessous de l’interview de l’opposant : Michel de Lorgeril.

Vous allez voir que notre bon docteur s’est très mal défendu et n’a pas su saisir plus de 10 minutes de temps de parole pour défendre correctement son point de vue. J’en profiterais pour vous dévoiler mes échanges par commentaires avec le docteur de Lorgeril lui-même, et je ne résiste pas au fait de lui donner des conseils pour mieux aborder un tel sujet à l’avenir (un truc du genre « 5 conseils très utile au docteur de Lorgeril pour réussir une interview sur les statines ! » héhé !)


 Note et références

1. Lesser, L.I., et al., Relationship between Funding Source and Conclusion among Nutrition-Related Scientific Articles. PLoS Med, 2007. 4(1): p. e5.

 

 

23 Commentaires

  1. Intel

    Une prise de position qui ne se repose en rien sur des faits scientifiques.
    C’est une analyse de caniveau qui ne vaut pas un clou tant l’objectivité est laissée sur le carreau. S’appuyer sur des adjectifs pour démontrer une théorie du complot est complètement irrationnel.

  2. m

    Excellent article !
    Bravo pour votre courage et votre honnêteté, dur (le mot est faible) de lutter contre les puissances financières.

    L’excellente émission « cash investigation » animée par Elyse Lucet et son équipe a démontré preuves à l’appui
    cette « mafia » qui règne dans beaucoup de domaines et notamment celui de la santé, ces gens là sont sans état d’âme, c’est pourquoi ils ne sont jamais inquiétés.
    A vomir..
    Encore bravo le monde a besoin de gens comme vous.
    Respectueuses salutations

Les commentaires sont fermes.