Vaccins contre les Papillomavirus: La pétition contre le rapport !

vaccins-HPV-papillomavirus-joyeux

Une pétition contre un rapport

C’est une information que vous n’avez pas dû loupé: il y a presque un mois, le professeur de médecin Henry Joyeux lançait une pétition sur son site personnel intitulé « NON à la vaccination massive des enfants contre les papillomavirus ».

Cette pétition a également été relayé par un poids lourd de la santé naturelle « Santé Nature Innovation » (SNI) qui aurait dans ces rangs des centaines de milliers d’abonnés.

Etant abonné aux lettres de SNI, j’ai reçu au moins deux courriels parlant de la pétition du professeur de médecine.

Le dernier message à ce propos fait état « d’un phénomène rarissime sur Internet » avec la propagation virale de la vidéo de M. Joyeux, qui aurait été vu plus d’un million de fois.

Car oui, j’ai d’abord découvert la pétition du professeur Joyeux sous format vidéo.

C’est finalement l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN) qui relaye la pétition du professeur Joyeux contre les vaccins sur les papillomavirus (HPV, pour Human Papilloma Virus) sur son site web.

Mais alors, pourquoi une telle pétition ?

Pourquoi le Pr Joyeux prend-il les devant, et s’accompagne de poids lourd de la santé naturelle, comme le SNI et l’IPSN ?

En réalité, cette pétition a été crée à la suite d’un rapport émis par le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) le 10 juillet 2014, et intitulé « Vaccination contre les infections à papillomavirus humains ».

Ce rapport de l’ HCSP a été écrit par 13 professionnels de la santé, appartenant soit à l’Institut national de Vieille Sanitaire (InVS), soit à l’ HCSP elle-même, ou bien à la Haute Autorité de Santé (HAS) ainsi que d’autres institutions.

Il est important de préciser que ce rapport a été adopté « par la Commission Spécialisée Maladies Transmissibles (CMST) » le 10 juillet 2014 après un avis du « Comité technique des vaccinations (CTV) ».

Ces deux comités font partie de l’HCSP, avec un nombre d’experts conséquents, et des conflits d’intérêts bien sûr, qui seront tous détaillés dans la suite de cet article.

Bref, ce rapport de 33 pages garni de 72 références propose deux recommandations (à l’origine de la pétition du Pr Joyeux):

  • « la généralisation rapide de la mise en place du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus sur le territoire national ».
  • « la mise en place de modalités d’administration de la vaccination permettant d’atteindre un pourcentage élevé de jeunes filles, indépendamment de leur niveau social ».

Cette 2ème recommandation est assortie de deux-sous points, afin de la préciser:

  • « L’adjonction d’une offre vaccinale en milieu scolaire (telle que le Royaume-Uni et l’Australie l’ont mise en place) permettrait d’atteindre cet objectif ;
  • « l’abaissement de 11 ans à 9 ans de l’âge de la vaccination pourrait être recommandé si cette mesure était susceptible de favoriser la mise en place d’un tel programme. Ce type de modalité est appliqué avec succès au Québec. »

Autrement dit, et pour être clair avec tout le monde:

L’HCSP recommande d’abaisser l’âge légal de vaccination des jeunes filles contre les papillomavirus à l’âge de 9 ans.

Egalement recommandé par le Haut conseil, les vaccinations pourraient s’organiser dans le milieu scolaire, oui, dans les écoles.

L’essence du débat est là.

  1. Le Pr Joyeux met en évidence les dangers des deux vaccins utilisés contre certains génotypes des HPV.
  2. Il met également en évidence la protection limitée de ces vaccins contre ces maladies sexuellement transmissible.
  3. Le médecin cancérologue dénonce dans sa pétition « le résultat du lobbying des labos pharmaceutiques internationaux. »
  4. Le professeur cite même les chiffres annoncés par un médecin (dont vous en apprendrez plus dans l’article) qui parle de pratiquement 27.000 cas d’effets secondaires graves en relation avec les vaccins HPV.
  5. La pétition aurait déjà reçu plus de 300.000 signatures, elle se propage énormément sur le net depuis 1 mois et recoit également des commentaires parfois piquants de la part d’internautes.

Alors qu’en est-il vraiment ?

  • Est-ce que les experts de l’HCSP recommandent-ils de vacciner « massivement » les jeunes filles ?
  • Le rapport émit par l’HCSP est-il indépendant et sérieux ?
  • La pétition du Pr Joyeux est-elle fondé ?
  • Est-ce que le trio « Joyeux-IPSN-SNI » ne surfe-t-il pas sur une vague de peur et de défiance croissante contre les vaccins ?
  • Mais au fait, qu’est-ce qui lie ces trois ensemble ?

Voilà les questions développées dans cet article.

La pétition de la peur du Pr Joyeux

Il faut être clair: la pétition contre les vaccins Gardasil® et Cervarix® du professeur est alarmiste.

Dès les premières lignes, M. Joyeux interpelle les internautes sur les recommandations de l’HCSP qui conseilleraient « d’introduire massivement dans les écoles la vaccination contre les papillomavirus (HPV), pour essayer de lutter contre le cancer du col de l’utérus et d’autres infections sexuellement transmissibles ».

Le mot est lâché, « massivement« .

Comme je vous le disais dans le paragraphe précédent, le Haut conseil recommande « l’adjonction d’une offre vaccinal en milieu scolaire. »

Le Pr Joyeux annonce par la suite que ces recommandations n’ont pu être émise par cette autorité que sous l’action d’un « lobbying des labos pharmaceutiques internationaux »

Le célèbre cancérologue français ne propose aucune référence ou enquête sur un potentiel lobbying de Big pharma ou sur les déclarations publiques d’intérêts (DPI) des experts à l’origine du rapport pour appuyer son discours.

La pétition est construite avec plusieurs citations de médecins, parlant soit des nombreux cas d’effets secondaires graves, soit des cas de procédures judiciaires à l’encontre des producteurs des vaccins.

Les propos du Pr Joyeux ne sont jamais référencés par des articles scientifiques. Nous sommes d’accord, le format ne s’y prête pas, mais quand même !

D’ailleurs si le M. Joyeux donnait toutes ses références, il serait obligé de mentionner Wikipédia !

Oui, c’est plutôt étrange mais je vous laisse regarder ces deux citations, la première venant de Wikipédia sur la page du Gardasil® (un vaccin anti-HPV) et la deuxième directement issue de la pétition du cancérologue.

Wikipédia:

À la suite du choc de décès en Autriche et d’un rapport démontrant que l’efficacité à long terme d’une telle vaccination serait « tout à fait négligeable », la ministre autrichienne de la Santé, le Dr Andrea Kdolsky, a décidé de retirer les vaccins anti-HPV du programme officiel, de cesser de les rembourser et de mettre plutôt l’accent sur le dépistage.

Pr. Joyeux:

En Autriche, suite au décès d’une jeune femme vaccinée au Gardasil®, un rapport a été publié démontrant que l’efficacité à long terme d’une telle vaccination serait « tout à fait négligeable ». La ministre autrichienne de la Santé, le Dr Andrea Kdolsky, a décidé de retirer les vaccins anti-HPV du programme officiel, de ne plus les rembourser et de mettre plutôt l’accent sur le dépistage.

Certains mots disparaissent, d’autres changent de place et certains sont remplacés par des synonymes.

Bref, la ressemblance avec la page Wikipédia est troublante, et laisse penser à un copier/coller légèrement réchauffé.

Ceci étant dit, cette information, avec celle sur le Japon qui a décidé de ne plus recommander le Gardasil® depuis 2013, semble vraie.

J’ai pu les recouper avec d’autres sites, puis vers les journaux de presses locaux (Autriche, et Japon).

La suite de la pétition du Pr Joyeux contre la vaccination HPV fait intervenir deux spécialistes, Abby Lippman et Lucija Tomljenovic, qu’il cite à deux reprises.

La première citation de l’épidémiologiste Lippman (qui existe bel et bien) date d’il y a plus de 7 ans.

C’est avec une banale recherche sur le Web que j’ai retrouvé la source la plus probable: un article publié le 4 septembre 2007 sur Passeport Santé.

Dans le paragraphe intitulé « Efficacité non démontrée contre le cancer » on découvre une nouvelle fois de large portion de texte tout simplement copié/collé dans la pétition du Pr. Joyeux (à la différence que la pétition omet les références originales).

La seconde citation semble également être vraie. J’ai trouvé plusieurs articles en français et en anglais, datant d’avril 2014, qui reprennent mot pour mot la citation de la chercheuse de Colombie britannique.

Cette chercheuse publie d’ailleurs de nombreux travaux sur cette polémique des vaccins HPV (comme son confrère Abby Lippman).

Le trio Joyeux-IPSN-SNI

Je ne sais pas si vous vu comme moi la vidéo de M. Joyeux, mais moi, elle m’a terriblement rappelé une vidéo que j’ai déjà vu par le passé.

Souvenez-vous de cette vidéo extrêmement virale de Joël Censier, policier, qui raconte le dramatique accident qui est arrivé à son fils.

La vidéo, construite de la même manière que celle de M. Joyeux avec un texte qui défile et la voix de M. Censier en fond sonore, a été publié à l’époque par l’Institut Pour la Justice (IPJ).

Cette association se propose de « promouvoir une justice plus protectrice des citoyens et plus équitable vis-à-vis des victimes ».

Sauf que la vidéo de M. Censier a fait un véritable buzz sur le net, récoltant des centaines de milliers de signatures (certains parlent de plus d’un million de signature).

La vidéo a été largement critiqué sur le net, jouant sur les émotions des internautes pour inciter à signer, avec selon moi, le même effet produit par la pétition de M. Joyeux.

SNI relaye souvent des messages et des articles du Pr. Joyeux, et se propose même de gérer les abonnements gratuits à travers les « lettres du Pr Joyeux ».

J’ai personnellement « collaboré » avec SNI pour quelques articles. Vous avez donc pu voir à plusieurs reprises des articles où je suis cité par Jean-Marc Dupuis. Mais rien de plus.

Justement parlons-en. Jean-Marc Dupuis, l’actuel rédacteur du média de santé, est suspecté de cacher sa véritable identité. Le net pullule d’article à cet égard, notamment sur HoaxBuster, et il est étrange de relever le premier mot ajouté automatiquement par Google, « charlatan », après Jean-Marc Dupuis.

Mais attention, je ne suis pas en train de faire un procès d’intention contre SNI, l’IPSN et le Pr. Joyeux, d’ailleurs Thierry Souccar qui collabore officiellement avec Santé Nature Innovation ne se gêne pas pour les tacler quand ils dérapent…Bref, je souhaite simplement porter à votre attention des faits troublants.

Des faits suffisamment troublant pour que le site Guichet du Savoir estime que « «bénéfice du doute» ne plaide pas vraiment en faveur de « Santé Nature et Innovation »… »

De plus, vous devez savoir que le Pr Joyeux est membre du comité scientifique de l’ISPN. Jean-Marc Dupuis fait parti de son côté du comité d’éthique de l’association.

La pétition en bref

J’espère que vous l’aurez remarqué, mais la pétition du Pr Joyeux fait relativement peur.

Les termes prêtées à l’HCSP sont volontairement exagérées (« massivement ») et l’ensemble de la pétition repose sur des chiffres qui font peurs (mais restent néanmoins exacts) avec des citations de spécialistes dont certaines remontent à plus de 7 ans.

Le problème qui se pose est le suivant:

Est-ce que la démarche du Pr Joyeux est 100% transparente pour le bien des patients, ou n’y a t il pas derrière une opération bien menée pour récolter des centaines de milliers de signatures et des adresses électroniques ?

Le mystère reste entier, et je ne doute pas que le Pr. agisse pour le bien des citoyens.

La pétition a déjà recueilli plus de 350.000 signatures.

Il n’empêche que malgré les liens étroits entre le Pr Joyeux, SNI, l’IPSN, il soulève un lièvre, une polémique qui existe depuis plusieurs années et qui fait débat partout dans le monde.

Dans la suite de cet article, nous allons voir en détail la qualité générale du rapport de l’HCSP, et nous verrons si oui ou non, la pétition du Professeur Joyeux est justifié.

Je vous propose maintenant de revenir plus en détail sur le rapport émis par le Haut conseil de la santé publique, dans lequel vous allez découvrir des points qui se rapproche d’un petit scandale.

L’étrange rapport de l’HCSP

Je le disais au début de l’article, ce rapport de 33 pages rédigés par 13 professionnels de la santé d’horizons divers fait un point sur la vaccination HPV aujourd’hui.

Je n’ai malheureusement pas le temps de décortiquer avec précision les 72 références du rapport, mais je peux vous apporter quelques éléments surprenant et d’autres plus inquiétant !

Les conflits d’intérêts des experts

Comme vous le savez, tout expert intervenant au sein d’ un organisme publique, comme l’HCSP, doit rédiger une DPI.

Cette DPI doit bien évidemment être accessible aux citoyens.

Le rapport en question précise que les membres du groupe de travail (13 personnes) ont tous rédigé une DPI.

Malheureusement, malgré mes demandes répétées auprès de l’HCSP, je reste depuis plus d’un mois dans l’attente de ces fameuses DPI.

Tant pis pour moi, ou plutôt tant pis pour eux. Il est toujours possible de trouver ces déclarations ailleurs, mais parfois moins récentes. On fait avec ce qu’on a.

Je vais vous présenter maintenant les DPI de la majorité des membres à l’origine de ce rapport, mais également de tous les membres des deux comités (CTV et CSMT) qui ont approuvé ce rapport, et de facto, ces recommandations.

  • Nous avons donc 13 experts pour la rédaction du rapport de l’HCSP;
  • A cela s’ajoute 19 experts du Comité technique de vaccination (CTV);
  • Et 15 experts du Comité spécialisé Maladies Transmissibles (CSMT).

Au total nous avons 47 experts impliqués dans le rapport émit par le Haut conseil de santé publique.

Seulement 17 membres sans lien d’intérêt

Sur les 47 DPI des experts, 4 sont manquantes (8,5 %) dont 3 pour le groupe de travail qui a rédigé le rapport de l’HCSP.

Sur les 43 DPI restantes, 17 ne présentent aucun liens d’intérêts avec les sociétés pharmeutiques qui commercialisent les vaccins HPV (Gardasil®® et Cervarix®®).

Les labos pharmaceutiques en question sont Merck, qui assure la production du Gardasil® mais c’est bien Sanofi Pasteur MSD qui le revend, avec GSK (GlaxoSmithKline) qui produit et revend le Cervarix®.

Vous l’aurez donc compris, après l’analyse minutieuse des DPI de tous les experts des comités et du groupe de travail:

26 membres sur 47 présentent des liens financiers et/ou moraux plus ou moins forts avec nos chers producteurs des vaccins HPV (soit 55% des experts !)

Ces résultats sont d’autant plus détonnant que nous ignorons le statut des 4 experts dont les déclarations sont manquantes.

Si c’était effectivement le cas, ce rapport aurait été écrit par 30 experts (pratiquement 64%) sur 47 avec des liens d’intérêts financiers et/ou moraux. C’est grave.

Sachez que je n’ai regardé pour cette analyse que les sociétés savantes en lien avec les vaccins HPV, évidemment. Je n’ai pas noté les dizaines et dizaines de liens supplémentaires avec tous les autres grands laboratoires de la planète, comme Pfizer, Roche et consoeurs.

Cependant, les résultats ne sont pas les mêmes dans chaque comité.

Ainsi, le CTV est composé aux 2/3 par des experts avec des liens d’intérêts.

C’est la même chose pour le CSMT du Haut conseil de santé publique, dont 9 membres sur 15 attestent de liens d’intérêts avec GSK, Sanofi Pasteur-MSD ou Merck.

Les chiffres les moins alarmants se retrouvent dans notre groupe de travail, avec tout de même 5 experts avec des liens d’intérêts, contre 5 experts indépendants et 3 dont on ignore les liens d’intérêts.

vaccins-HPV-papillomavirus-HCSP

Que doit-on penser de ces informations ?

Est-ce que le rapport de l’HCSP, manifestement plombé de liens d’intérêts, est-il indépendant et écrit en toute bonne foi par les experts impliqués ?

L’HCSP, et tous les experts réunis, répondraient surement que oui, à n’en point douter, et pourtant.

Pour juger la qualité du travail de nos experts, je vais vous faire la démonstration sur un seule paragraphe que l’on peut fortement douter de l’indépendance dudit rapport.

Ce travail est fastidieux, autant vous le dire.

La qualité du rapport de l’HCSP

Le paragraphe 1.10 du rapport de l’HCSP intitulé « Sécurité des vaccins » propose une revue de littérature et un bilan des effets indésirables après injections des vaccins.

Ainsi, nous apprenons dans ce rapport que les effets indésirables majoritairement rapportés sont des « douleur[s] au site d’injection, céphalées, vertiges, nausée ou fièvre » avec un « caractère bénin et transitoire. »

Ce n’est pas tout.

Les experts mentionnent également des effets plus graves, comme des « syncopes vaso-vagales d’évolution favorable » qui seraient majoritaires.

Finalement, au niveau de la sécurité des deux vaccins, les experts nous indiques que d’après « les résultats des études françaises et internationales réalisées dans le cadre du suivi de ces vaccins n’ont pas révélé d’éléments remettant en cause leur profil de tolérance. »

Le rapport contient donc l’ensemble de ces études françaises et internationales, 9 au total, et je vous propose de découvrir le choix réalisé par nos experts.

Ainsi sur les 9 études, dont un rapport d’une commission publique britannique, il n’y a seulement qu’une seule étude sans lien d’intérêt financier ou moral avec les sociétés GSK, Merck ou Sanofi Pasteur MSD.

Une seule étude serait indépendante, et encore, j’émet une réserve car je n’ai pas encore réussi à me procurer cette étude: je suis dans l’incapacité de connaître les sources de financement et les déclarations des liens d’intérêts des auteurs.

Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que le groupe d’expert de l’HCSP s’est basé sur 5 études menées de A à Z par les labos pharmaceutiques en charge de produire et de vendre les vaccins anti-HPV.

L’une de ces études, au numéro 64 du rapport, a reçu un financement illimitée de la part de Sanofi Pasteur MSD, en charge de vendre le Gardasil®. Dans cette même étude, 7 auteurs ont des liens directs avec l’industrie pharmaceutique.

Vous apprendrez également que le groupe d’experts juge que le profil de tolérance du Cervarix® est « semblable à celui observé chez les sujets inclus dans les groupes contrôles » sur la base d’une étude créée et financée par Merck, dont tous les auteurs sont salariés de la société, possèdent des actions dans la société et dont certains possèdent même plusieurs brevet dans le domaine.

Incroyable.

Sur ces 9 références choisies par nos experts, la dernière est en réalité un rapport émis par la Commission des médicaments pour l’usage humain britannique à propos du profil de sécurité des vaccins anti-HPV.

Cette commission est composé de 22 membres, et représente l’équivalent de nos commissions françaises (HCSP, ANSES, etc.)

J’ai bien évidemment épluché l’ensemble des déclarations d’intérêts de ces experts, et voici les principaux résultats:

Aussi surprenant que cela puisse paraître, 5 déclarations sont introuvables.

C’est vraiment étonnant pour cette commission où la transparence semblait totale avec une facilité enfantine pour accéder aux données.

Bref, sur les 17 membres restants, 7 ont des liens d’intérêts avec nos firmes productrices/revendeuses des vaccins anti-HPV, dont le président et le vice-président accusant de lien personnel et non personnel avec GSK, Merck et Sanofi Aventis.

On obtient le compte avec nos 10 experts indépendants restants, ce qui reste néanmoins beaucoup plus « propre » que du côté de chez nous (32% d’experts en conflits d’intérêts dans la commission britannique contre 60% en France).

Pour continuer sur ma lancée, il existe également deux comités d’experts britanniques en charge d’appuyer et de conseiller la Commission générale (citée plus haut) sur les questions anti-infectieuses, et sur les vaccins, nos deux domaines d’intérêts.

Là aussi, l’indépendance n’est pas spécialement de mise, ni la transparence !

Ainsi, sur les 26 experts qui composent ces deux comités, 4 déclarations d’intérêts sont manquantes, et 14 experts se classent comme étant indépendants.

Sur ces 26 experts donc, 8 ont des liens moraux ou financiers avec le trio Merck, GSK et Sanofi Pasteur MSD.

N’oubliez pas que je n’ai pas relevé les liens d’intérêts avec toutes les autres sociétés pharmaceutiques, et là aussi, ils sont nombreux.

Analyse de la synthèse du rapport de l’HCSP

Maintenant je vous propose de découvrir sous un angle différent la synthèse du rapport du Haut conseil de la santé publique.

Les experts français se livrent dans cette partie à une série de constatations, toute assortie de la puissance de la preuve scientifique.

Ainsi, le niveau des preuves scientifiques va du grade :

  • C pour « faible niveau de preuve scientifique »;
  • B pour « présomption scientifique »;
  • A représente le plus haut niveau, pour « preuve scientifique établie ».

Nous apprenons donc selon le rapport de l’HCSP sur les vaccins anti-HPV que:

  • L’efficacité vaccinale du Gardasil® et du Cervarix® sur les infections HPV, l’incidence des condylomes et des lésions précancéreuses ne sont que des présomptions scientifiques (grade B).
  • L’immunité de groupe acquise par ces vaccins est au mieux une présomption scientifique au pire un faible niveau de preuve scientifique (grade B/C).
  • Les données de pharmacovigilances sur les deux vaccins qui ne « permettent pas de retenir l’existence d’un lien de causalité entre cette vaccination et les événements indésirables graves qui lui ont été attribués en France, notamment la sclérose en plaque et d’autres maladies auto-immunes » ne sont que des présomptions scientifiques (grade B).
  • La pratique actuelle « opportuniste » du dépistage et de la vaccination qui pourrait entraîner une « aggravation des inégalités sociales de santé » ne repose que sur des présomptions scientifiques.

En bref, l’ensemble des points soulevés par les experts de l’HCSP ne reposent au mieux que sur des présomptions scientifiques et au pire sur de faible niveau de preuve scientifique.

Vous savez maintenant à quoi vous en tenir.

On va tenter de résumer tout ça…

conflit-interet-vaccins-hpv-experts

Au final, qu’est-ce que nous avons ?

Dans cet article j’ai d’abord mis l’accent sur la forme quelque peu alarmiste de la pétition du Pr. Joyeux, relayé par des poids lourds de la santé naturelle qui ne sont exempts de tout soupçons.

Je vous ai ensuite démontré avec l’analyse fine de certaines parties du rapport du Haut conseil de la santé publique que l’indépendance de celui-ci pourrait laisser à désirer:

  • Avec 26 experts en situation de conflits d’intérêts sur 47, nous sommes en droit de nous poser des questions.

Dans cet article je n’ai pas analysé les parties hautement intéressante du rapport qui concerne:

  1. L’efficacité de la vaccination contre les infections à HPV.
  2. L’efficacité de la vaccination sur les lésions précancéreuses du col de l’utérus ou encore sur l’incidence des condoylomes.

Il est également intéressant à noter que la conclusion des experts sur l’âge de la vaccination est la même que celle proposé par les revendeurs eux-même !

Vous devez savoir que les vaccins anti-HPV, Gardasil® et Cervarix®, n’ont pour le moment jamais démontré leur efficacité sur l’incidence du cancer du col de l’utérus [1-2].

Vous devez également savoir, et comme le rappel très bien Thierry Souccar, le virus HPV est très commun chez l’Homme. Selon M. Souccar, 90% des infections seront asymptomatiques et guériront sans traitement, sur une durée de 6 à 14 mois.

La pétition du Pr. Joyeux est-elle justifié ?

Je ne soutien par la forme de la pétition qui laisse beaucoup à désirer, avec certains sur le fond qui laissent également à désirer (les vieilles citations, et les copié/collé de Wikipédia).

Malheureusement, ma première analyse du rapport de l’HCSP plaide en faveur de la pétition du Professeur de cancérologie.

En effet les premiers éléments qui ressortent, à travers les DPI et le choix des publications, laissent planer un sérieux doute quant au sérieux de cette saisine.

Pour en avoir le coeur net, je vous propose de découvrir dans un prochain article l’analyse complète de la suite du rapport et des nombreuses autres références choisies.

Pour le moment, j’émet de très sérieux doute quand à l’innocuité des deux vaccins cités.


Références

  1. Tomljenovic, L., Wilyman, J., Vanamee, E., Bark, T., & Shaw, C. A. (2013). HPV vaccines and cancer prevention, science versus activism. Infectious agents and cancer, 8(6).
  2. Tomljenovic, L., & Shaw, C. A. (2013). Human papillomavirus (HPV) vaccine policy and evidence-based medicine: Are they at odds?. Annals of medicine,45(2), 182-193.

[62] Gee J, et al. Monitoring the safety of quadrivalent human papillomavirus vaccines : findings from the Vaccine Safety Datalink. Vaccine 2011, 29 : 8279-84.

[63] Scheller NM, et al. Quadrivalent Human Papillomavirus Vaccine and the Risk of Venous Thromboembolism. JAMA. 2014;312(2):187 doi:10.1001/jama.2014.2198

[64] Chao C, et al. Surveillance of autoimmune conditions following routine use of quadrivalent human papillomavirus vaccine. J Intern Med 2012 ; 271: 193-203.

[65] Arnheim-Dahlström L, et al. Autoimmune, neurological, and venous thromboembolic adverse events after immunisation of adolescent girls with quadrivalent human papillomavirus vaccine in Denmark and Sweden cohort study. BMJ;347 : f5906.

[66] Grimaldi-Bensouda L, et al. Autoimmune disorders and quadrivalent papillomavirus vaccination of young female subjects. J Intern Med 2013;275(4):398-408.

[67] Klein NP, et al. Safety of quadrivalent human papillomavirus vaccine administered routinely to females. Arch Pediatr Adolesc Med 2012;166:1140-8.

[68] Angelo MG, et al. Post-licensure safety surveillance for human papillomavirus-16/18-ASO4-adjuvanted vaccine: more than 4 years of experience. Pharmacoepidemiology and Drug safety 2014;23(5):456-65.

[69] Angelo MG, et al. Pooled analysis of large and long-term safety data from the human papillomavirus-16/18-ASO4-adjuvanted vaccine clinical trial programme. Pharmacoepidemiology and Drug safety 2014;23(5):466-79.

[70] MHRA Public Assessment Report : Cervarix HPV vaccine – update on UK safety experience at end of 4 years use in the HPV routine immunisation programme. Disponible sur : http://www.mhra.gov.uk/home/groups/pl-p/documents/websiteresources/con213228.pdf

37 Commentaires

  1. Cécile D

    Merci Jérémy pour cet article hautement intéressant et que j’attendais avec impatience (le prochain aussi !!!). Je suis également de ton avis : j’ai signé la pétition mais j’ai trouvé que la forme est vraiment à chi.r… On se croirait dans une vieille émission de « Temps X » pour ceux qui ont connu…
    Encore merci. ça fait peur pour mes enfants !

  2. Unna

    Pour tout ce qui concerne la « piquromanie », aller voir l’excellent site : http://www.initiativecitoyenne.be/

  3. lydie

    Travail impressionnant Jeremy. J’ai effectivement signé cette pétition sans m intéresse à sa forme car j’avais déjà refusé de vacciner ma fille aînée au regard des retours très negatifs.
    Donc ceci me conforte dans ma décision pour ma 2e fille.

    Merci

  4. JLP

    Un conflit d’intérêt n’est pas un preuve de malhonnêteté. Juste un soupçon. Comment des gens experts dans un domaine aussi étroit pourrait ne pas entretenir de rapports avec les labos ? Il faut bien manger tous les jours.

    1. nornahi

      JLP…

      Vous êtes le même JLP qui intervient sur les forums du site d’infos scientifiques « futura-sciences ? »

    2. Al

      +1 pour JLP

  5. Ottman

    Super le BOULOT Jérémy!

    Bon même si sa sent un peu l’intérêt conjoint entre l’IPSN et SNI on peut sans doute dire que c’est normal au vu du même objectif commun « défendre une médecine naturelle ».

    Effectivement dans la pétition on peut cocher deux cases qui sont l’abonnement info-lettre de l’IPSN et l’abonnement newsletter de SNI… ont pourraient effectivement se posés des questions,
    (récupération de mails? publicité pour SNI?….)

    Pour l’IPJ je pense que cela s’appelle du Piston! chacun d’entre nous (et qui ne l’a pas fait!) fais intervenir ces connaissances pour mener a bien une actions ou pour du boulot….etc

    Sa pistonne dans tous les sens avec le Dr Joyeux et il est sur tous les plans!
    le tout c’est que toutes ces entités différentes (sni, ipsn…) ne deviennent pas une mafia avec un monopole et diriger par un seul homme.
    (je vous dit sa car j’ai déjà entendu ce genre de discours!)

    Mais ils défendent quand même des causes justes, les auteurs et les comités qui les composent sont indépendant dans leurs travail.

    Peut-on accomplir nos actions pour lesquelles nous semblons être juste et défendons au plus au point, avec un désintérêt totale? (je ne pense pas)
    Donc le soupçon de publicité mis en place à travers la pétition est peut être légitime.

    Big Pharma & Compagnies s’acharnent par différents moyen tordues a vendre leurs médocs même si ils en coûtent des vies et cela est grave!

    Alors que les protagonistes qui défendent une médecine naturelle auront tout simplement pour but de vendre leurs connaissances à travers des manuscrits que l’on appelle « LIVRES »!
    et donc un livre n’est pas dangereux. (enfin on se comprend, tout dépend du contenu! lol)

  6. CourbesGenereuses

    un tres grand MERCI, Jérémy !!

    perso, j’ai signé la petition, surtout pour exprimer mon desaccord sur une vaccination ds les ecoles ET à partir de 9 ans, mais j’apprecie enormement d’avoir le resultat du travail de recherche faramineux que tu as produit là, ça confirme bien ce que je pensais sur le sujet …

    avec internet, ces personnes-là pensent *vraiment* qu’on ne se rendra pas du tout compte qu’ils sont de parti pris ?? pffff

    je vais de ce pas partager ton article à mes contacts FB, faut que ça circule ;)

  7. Valerie

    Bonjour Jérémy,
    merci de ce travail de fond , incroyable que tu offres à tous tes contacts .
    Bravo .
    J’ai moi aussi signé cette pétition , et je regarde régulièrement les vidéos du Professeur Joyeux qui m’apporte de bons conseils alimentaires .
    Ton travail me permet un regard un peu plusvigilant sur toutes ces informations, comme quoi il faut être prudent , mais le côté populaire du Dr Joyeux permet aussi une belle avancée sur la médecine naturelle .
    J’ai constaté qu’après son passage chez Télé , il est plus facile de parler avec mon entourage de l’alimentation et des vaccins .
    Cela a du bon malgré tout , mais tu as raison , restons prudents et soyons vigilants , car pour ma part , j’ai tendance à boire les paroles du DR Joyeux comme du petit lait .( Heu !Mauvais exemple je ne bois pas de lait =D.)
    Merci Jérémy , merci pour tout

  8. Salta

    Excellent article.
    Tout à fait d’accord sur le « ton »employé par Joyeux…. Mais quel est son intérêt? À quoi bon récupérer des e-mail? Je sens bien qu’il y a un truc qui cloche avec eux (joyeux, Dogma, Dupuis) mais je n’arrive pas à piger à quoi ça peut bien leur servir, pourquoi faire tout ça . Ils se sont dit un jour: tiens on va faire peur à tout le monde et avoir des millier de mail, ça va être super?
    Si quelqu’un a une idée à ce sujet?

  9. Lucas

    Merci djé ! Je pensais justement te demander dans les jours qui arrivent ce que tu penses (et ce que disent les articles) à propos des effets secondaires présumés de la vaccination, tu m’as devancé ! J’espère que ça roule pour toi copain, à bientôt !

  10. ANONYME

    Il est absolument hors de question de signer cette pétition. Les effets sur le long terme de ce vaccin n’ont pas démontré l’ombre d’un iota que celui-ci pouvait lutter contre ce type de cancer. Par ailleurs, n’oublions pas et à juste titre, que d’autres vaccins (tel celui de l’hépatite B) a entraîné de nombreux effets indésirables très graves. Restons méfiants quant à la propagation de ces vaccins, laissons-les pour les individus à risques et uniquement ceux qui sont susceptibles d’être affectés par ces maladies ! Les laboratoires disposent d’une telle aura auprès de leur public – médecins entre autres qui se voient offrir des tas de cadeaux dès qu’un certain nombre d’ordonnances a été prescrite ! – ça suffit ! chacun est libre de disposer de son corps, marre que l’on nous inflige des médocs, des vaccins susceptibles d’avoir des effets secondaires très graves voire mortels !

  11. marseillaise

    Bonjour
    Merci pour cet article qui nous apprend que les conflits d’intérêt se trouvent un peu partout
    Cependant j’aurais pour la défense du Pr Joyeux un argument certes non scientifique mais pertinent je pense
    Nous sommes face à une industrie pharmaceutique très puissante et liée d’amitié avec nos chers politiciens et gouverneurs, nos moyens de lutter contre eux sont très minces et évidemment jamais officiels… dans le cas de ces deux vaccins la.nocivité et l’inutilité sont tellement flagrantes qu’on n’en croit pas nos yeux de ces recommandations vaccinales de plus en plus massives et précoces.. il faut se lever tôt pour trouver des medecins et centres de vaccination qui acceptent de reconnaître un éventuel lien entre maladie grave voire décès et vaccinations .. c’est ma copine qui a contracté la SEP juste après avoir reçu gardasil qui va être contente de cette info et sûrement signer cette pétition même si elle manque de sérieux .. je dis que la bataille contre les lobbies pharmaceutiques c’est pot de fer contre pot de terre… on arrivera bientot à des lois punissant les parents et les citoyens de refuser des vaccins car les dangers et effet secondaires seront toujours passés sous silence et on reprochera à ces rebelles de mettre en danger la vie des autres donc ça justifiera largement amendes et emprisonnement.. on n’aura plus qu’à tricher avec l’aide de médecins qui prendront le risque de vacciner des carnets.. ou de s’inoculer de l’eau dans les bras et les cuisses..

  12. Djamil

    Bravo pour cette enquête Jérémy, le chevalier blanc d’internet ! (pas encore de l’orthographe mais c’est tout le charme du travail artisanal…)

    Personnellement je reçois la kyrielle de mails de SNI, du professeur Joyeux, etc mais j’essaie toujours de garder mon sens critique. Comme tu le démontres sur l’exemple du HPV, ils ont souvent raison sur le fond mais ça laisse parfois à désirer sur la forme. Je pense en particulier à leur tendance à tomber facilement dans la théorie du complot et dans un certain populisme (sur les gouvernants, les institutions européennes…)

    Pour ce qui est du Pr Joyeux, il a sans doute des positions valables sur beaucoup de sujets en rapport avec la santé. Et pour l’avoir vu plusieurs fois à la télé, il a l’air en plus tout à fait drôle et sympathique. Le souci c’est qu’il fait aussi partie d’une tendance catho dure, convictions anti-avortement et tendance homophobe comprises… Voilà essentiellement pourquoi je n’ai pas jugé très utile de signer sa pétition, bonne pourtant sur le fond, mais qui n’avait de toute façon pas besoin de moi pour être un succès.

    Ton article maintenant débouche surtout sur la question : quid des autres vaccinations ? Il y avait déjà dans la population une défiance de plus en plus grande vis-à-vis des vaccins, une affaire comme celle-ci ne peut que la renforcer. Alors faut-il mettre tous les vaccins dans le même sac (poubelle) ?

  13. Michel

    @Salta : disposer de milliers d’e-mail permet de faire du commerce tout simplement. Il est sans doute moins dangereux pour nous de consommer des livres, du matériel de cuisson, du chocolat ou du vin (quoique !!!) que des vaccins. OK. Néanmoins, gérer son capital santé nécessite de pouvoir porter un regard objectif sur son propre comportement quotidien. Or, la vie nous apprend qu’il y a des manipulateurs dans tous les domaines des activités humaines, y compris dans celui des méthodes naturelles de santé. Il nous faut être vigilants, attentifs, observateurs, chercheurs certes, mais aussi très critiques……..comme Jérémy que je remercie et félicite pour son travail inlassable et très qualitatif !

  14. jo_gim

    Très bonne analyse Jérémy, mais je me souviens que t’as une dent contre ce professeur Joyeux qui t’as snobé.
    Pour en revenir au vaccin qui a une efficacité très médiocre et des risques non minimes je suis pour l’abstention.

  15. Al

    Salut,

    Existe-t-il aujourd’hui des études 100% indépendantes dans le milieu médical ?
    Parce que à force de lire SNI et ton blog on a l’impression que toutes les études du domaine ou presque sont financées par l’industrie pharma et/ou sont menées par des chercheurs en situation de conflit d’intérêt.

    Est-il possible de produire des études totalement indépendantes sachant qu’il faut de l’argent pour les financer et que cet argent ne peut être injecté que par des entités ayant un intérêt à voir ces études publiées… l’industrie pharmaceutique en l’occurrence.

    Et sur les 47 chercheurs impliqués dans le rapport HCSP, 26 ont des conflits d’intérêt avec l’industrie pharma. Donc plus ou moins 21 n’en ont pas. Ils sont minoritaires, ok.
    Mais ces 21 experts ont bel et bien travaillé sur ce rapport. S’il y avait des bidouillages ou des doutes sur l’exactitude des données du rapport, ils l’auraient soulevé, non ?

    Je pose la question en toute naïveté parce qu’à force de voir discrédités tous les « comités », toutes les « autorités » ou autres organismes privés comme publiques j’ai de plus en plus de mal à croire aux conclusions des études qu’ils publient ou des rapports qu’ils rédigent… et en même temps je me demande comment on peut produire des avancées médicales autrement ?

    A propos de JM Dupuis c’est vrai qu’il s’agit d’un nom de plume mais ce ne serait pas le premier auteur à avoir emprunté un faux nom… même si effectivement, dans le milieu scientifique ce n’est pas très recommandé.
    Par contre je suis sûr qu’il y avait plus profond à creuser à son sujet, surtout quand je vois l’ardeur avec laquelle ils (Dupuis et Joyeux) nous rabâchent 20 fois par semaine qu’il ne reste plus que quelques numéros d’Alternatif bien-être, à commander de toute urgence pour voir révélées toujours plus d’affreuses vérités sur nos assiettes (ce mois-ci breaking news, les fruits et légumes nous empoisonnent)

    Juste pour le fun, un copier-coller de la dernière Newsletter que j’ai reçu :

    « URGENT – En avez-vous mangé récemment ?

    Cher lecteur, chère lectrice,

    Si vous mangez régulièrement l’un de ces aliments antioxydants : Pruneau, raisin sec, myrtille, mûre, ail, chou frisé, fraise, framboise, épinard, chou de Bruxelles, prune, brocoli, betterave, orange, raisin noir, poivron rouge, cerise, kiwi, pamplemousse rose, oignon… Arrêtez immédiatement et lisez ce qui suit.
    […] des réponses sérieuses nous parviennent enfin et nous vous les dévoilons dans le nouveau numéro d’Alternatif Bien-Être. […] Pour recevoir votre exemplaire au format papier inscrivez-vous avant minuit ce soir, jeudi 6 novembre, grâce au lien au bas de ce message. Après il sera trop tard. »

    LOL ! Arrêtez immédiatement et abonnez-vous, vite !!!

    1. geneviève

      Bonjour à vous,
      je souffre aussi de ces études vraies/fausses, et ne comprends pas leur but, si tout est vrai nous devrions nous dépêcher de nous faire vacciner en général, si c’est faux, quel est leur but honteux???outre gagner de l’argent, nous maintenir en mauvaise santé, le plus longtemps possible, les plus nombreux possible avec la joie de voir apparaitre de nouvelles maladies au fil des bidouillages entre et avec vaccins et médocs..jamais on ne nous traite comme des personnes potentiellement en bonne santé, toujours comme des futurs malades ou des malades…or notre état normal EST la bonne santé, pubs radio, pubs télé nous incitent à nous soigner à propos de tout et de rien.

      « tout système laissé à lui même en l’absence de perturbations revient spontanément à l’équilibre »!!! SANS MÉDICAMENTS…….

      En ce qui concerne JM Dupuis, quel qu’il soit, il nous donne l’impression de ne plus hurler seuls dans le désert, lui et Messieurs Dogna, Souccar, Joyeux et Marc Girard (récemment découvert grâce à ce site) et tant d’autres…ils nous éclairent, mais jamais je ne me suis sentie obligée d’acheter quoi que se soit puisque je reçoit leurs newsletters gratuitement!!!

      La formulation du Professeur Joyeux était alarmiste, euh….on le serait à moins? Non ????
      Des plaintes ont été déposées et sont instruites en ce moment, des médecins ont manifesté leur colère et leur doute (430 je crois) ……..
      A la suite de ces infos, feriez vous vacciner vos filles, vos petites filles ??????????, et il a été pressenti de faire aussi vacciner les petits garçons, on ratisse large, car les petits bougres pourraient bien être porteurs et transmetteurs bien qu’ils n’aient pas d’utérus, mais pourquoi se priver d’une tranche de population sans utérus mais contaminante, un jour…peut être, peut être pas,…………..berk…….c’est retors…mais « ils » vont y arriver….je l’ai déjà lu quelque part (je vais rechercher cela!!)

      Enfin, quel bonheur de lire ces mails et de suivre le travail de quelqu’un qui s’engage, qui nous informe, se fâche et travaille très dur.
      Bonne continuation à vous.

  16. ludi

    Jérémy, merci pour le temps passé à faire toutes ces recherches. C’est un réel plaisir de lire tes recherches fouillées et vraiment sans parti pris.
    Merci pour ce que tu fais.
    Bonne continuation et à bientôt pour la suite de ton analyse ;-)
    Ludi

  17. Mad

    Bonjour,
    Bravo pour cet article Jérémy, félicitations pour touts tes écrits très documentés et complets, et merci pour tout ce temps que tu consacres à nous éclairer.
    Je les fais circuler dès que je peux car je suis d’accord avec toi, mais c’est difficile car ce que tu dis est tellement différent du discours établi…Qu’on me prend pour une personne un peu « dérangée à force de lire ».

    Je me permets de t’envoyer un lien vers le site du Dr Marc Girard, qui est conseil en pharmaco-vigilance et que tu connais peut-être, et qui a écrit un billet très complet aussi sur les vaccins :
    http://www.rolandsimion.fr/spip.php?article316
    Grace à lui j’ai convaincu ma sœur, qui a trois filles, de ne surtout pas leur administrer ce vaccin, malgré les relances de son médecin à chaque fois qu’elle y va.

    A bientôt au plaisir de te lire.

  18. Jus

    Bonjour,

    Moi j’ai été vaccinée en 2007 ou 2008, et je me souviens que le 1er vaccin Gardasil commercialisé en nov 2006 était soumis à controverse mais sur conseil de notre médecin traitant, ma soeur et moi avons fait ce vaccin.
    Nous avons eu aucun effet secondaire et à ce jour nous nous portons très bien !
    Bref tant d’années après ma vaccination voir toute cette polémique me rend perplexe pour notre santé future…

  19. geneviève

    Bonjour,
    Merci Jeremy pour ces recherches, tout ce travail, cette mise en forme et pour votre conclusion, dont malgré tout je ne doutais pas, j’ai eut un peu peur au début du mail….
    En vrai, la forme importe t elle donc tant, au vue du fond qui est un grrrrrrrrrrrrros scandale, monstrueusement moche, heureusement que des gens comme lui se mouillent et c’est même grâce à eux et à leur crédit, leur audience, que peut être quelque chose pourrait changer, et que beaucoup de personnes s’interrogent et réfléchissent.
    C’est tout de même très récent cette prise de conscience médiatisée, et c’est tant mieux, un peu d’espoir pointe à l’horizon…
    Bonne continuation à vous et merci encore…

  20. Marc

    Bonjour
    J’ai beaucoup apprécié ton analyse et chapeau pour le travail que cela a demandé.
    J’ai eu la même réaction concernant la pétition du Pr Joyeux.
    J’irai même plus loin : les promoteurs de la vaccination doivent se frotter les mains. En effet, la prise de position du Pr Joyeux, son « entourage » décrédibilise les opposants à ce vaccin, les faisant passé pour des « zozos ».
    Cette opposition à ce vaccin est pourtant sérieuse et se passerait bien de telle « proximité ».

    Pour le sérieux deux liens :
    http://www.medocean.re/new/component/k2/itemlist/category/14-hpv-et-vaccination-gardasil
    http://docteurdu16.blogspot.com/2014/09/le-peche-originel-du-gardasil-par.html

    Cordialement

  21. Helene

    Merci Jeremy. J’ai ete tellement malade avec le vaccin contre l’hepatite B (lance avec fanfare dans les annees 90), aucune envie de faire vacciner ma fille (si j’en avais une) contre le HPV. L’une des varieties de HPV peut donner un cancer du larynx a ceux qui pratiquent les fellations sans preservatifs (si si…): mais la, bizarrement, aucun vaccin!

  22. Monique de Plum

    Et bien j’en découvre des choses avec mon fils le papillo….. inconnu par moi même et de plus vacciner les petites filles à 9 ans je trouve cela révoltant peut être suis je d’un autre siècle!!!!:
    toujours est il que je n’aie jamais été vacciné ( j’ai quand même eu la coqueluche très mauvais souvenir encore tout le temps j’avais même pas un an dans mon petit lit à canards jaunes je me dressais la nuit pour pourvoir respirer et je le fais toujours encore le vrai traumatisme) mais je suis sans vaccin enfin pas tout à fait car un jour dans mon village des Cévènnes il y a eu un cas de polio tout le monde au »sucre » mais je ne me suis jamais inquiété des rappels !!!!!
    en fait au vaccins j’y crois néanmoins j’ai fait vacciner mes 4 enfants car sinon l’école n’est pas autorisée et comme nous avons toujours travaillé!!!!!!!
    de plus je voudrais vous dire que j’aimerais bien que mon Jérémy aille du coté du CC comme je l’appelle car là je pense qu’il y a trop trop d’intérêts de sous et ça me révolte car je pense et je crois sérieusement mais je n’en aie pas la preuve que la recherche ou bien cache ou bien est lente etc mais je ne peux croire que nous sommes bêtes devant cette maladie incurable je dis bien incurable car soigner n’est pas estropier amputer etc ……….

    je voudrais bien me mettre au boulot comme Jérémy mais j’ai tellement de choses à faire qu’à l’ordi je n’y passe que quelques minutes malheureusement

    au travail Jérémy va t il apprécier mon humour surtout quand je lui dis que le temps n’est pas élastique heureusement je me suis programmée pour encore au moins 50 ans de vie pour pouvoir réaliser beaucoup de choses en perma en écriture en loisir avec mes copines avec mes petits et à la place de vaccin refaire entièrement la maison harmonieuse comme du temps de ma grand mère style feng shui elle l’était absolument et cela nous avons un peu perdu l’héritage spirituel dommage tout est à refaire

    bien à vous Monique de plum

  23. Alain

    Le vaccin contre le papillomavirus est destiné à prévenir d’une infection par ce virus.
    Le vaccin contre le papillomavirus ne protège en aucune manière d’un cancer du col de l’utérus.

  24. Grossbouff

    Vous savez, n’est-ce pas Alain, que le SIDA ne tue pas? On ne meurt pas du SIDA, c’est juste qu’il affaiblit l’organisme à un tel point qu’on meurt par exemple de pneumonie.
    Si on ne meurt pas du SIDA, il est donc inutile de le traiter, n’est-ce pas?

    C’est la même chose pour le papillomavirus. L’infection est un facteur de risque très important et une proportion non négligeable des femmes infectées vont développer un cancer.
    Alors si vous aimez jouez à la roulette russe, ne vous gênez pas. Mais ne demandez pas au corps médical de jouer à la roulette russe avec toute une population!
    Protéger du papollomavirus c’est protégér du cancer induit par le papillomavirus.

    1. Jérémy Anso (Auteur de l'article)

      Il n’y a absolument aucune preuve à l’heure actuelle que les vaccins HPV protègent contre le cancer du col de l’utérus. La soit-disant protection est supposée. Nous saurons si ces vaccins fonctionnent que dans des dizaines d’années.

      Pour ce qui est d’une « proportion non négligeable infectées [qui] vont développer un cancer », c’est une phrase totalement alarmiste. Sachant que 90% des infections dû aux HPV se résorbent d’elle-même dans les deux ans et que tous les stades d’évolutions des lésions précancéreuses (CIN 1 à 3) peuvent régresser spontanément (dans 32 à 57% des cas), au final, une infection aux HPV à moins de 0,2% de chance d’évoluer en cancer invasif. Et je ne prends pas en compte les génotypes 16 et 18 mais tous le génotypes à haut risque. Je publie cette semaine ma dernière analyse sur le rapport de l’HCSP et tous ces chiffres en détail.

      Alors parler de « roullette russe » pour les cancers du col de l’utérus… c’est totalement exagéré. Sachant que dans ce 0,2% nous ne savons pas combien de cancers entraîneront vraiment la mort de la personne.

      D’autre part, le cancer du col de l’utérus en France n’est absolument pas une priorité en terme de santé publique. Avec qui plus est un vaccin terriblement cher. Bref, tout les détails arrivent bientôt.

      Mais vous êtes toujours autant pro-industrie, pro-vaccin quand bien même les bénéfices sont faibles, extrêmement faible et dans ce cas, totalement hypothétique. C’est quand même fort de roquefort.

      1. Grossbouff

        Chouette, je me réjouis de lire votre analyse. Sans ironie. Je suis capable de changer d’avis si on apporte les bons arguments. D’ailleurs vos articles sur le lait m’ont donné à réfléchir.
        Par contre me qualifier l’alarmiste, venant de votre part, je trouve cela un peu gonflé. Relisez vos articles!
        Je ne suis pas TOUJOURS pro-industrie, je suis pro-bon sens et anti-sensationnalisme.
        A propos, Jérémy, vous m’aviez promis en Septembre de bientôt répondre aux différents points de mes propos (Polémique sur le cholestérol – Ferme-la Jérémy). Ce n’est pas une critique c’est juste un rappel. Si vous avez de meilleurs choses à faire, comme par exemple déguster un roquefort, je suis le premier à le comprendre.
        Bon ap’!

    2. Alain

      Cher Monsieur Grossbouff,

      «L’infection (par le papillomavirus) est un facteur de risque ».
      Compte tenu de votre longue expérience vous savez certainement qu’un facteur de risque n’est pas une maladie.
      Traiter un facteur de risque qui n’est qu’une probabilité d’avoir une maladie de la même manière qu’une maladie, revient à traiter toutes les personnes saines préventivement contre une maladie que ces personnes pourraient éventuellement contracter.

      D’autre part toutes les filles ne seront pas forcément infectées par le papillomavirus. Les personnes qui risquent le plus cette infection sont les prostituées et les femmes ou filles qui multiplient les rapports sexuels avec de nombreux partenaires.
      Il ne me semble pas que c’est le cas de toutes les femmes.

      Le cancer du col de l’utérus est un cancer localisé qui est traité par la chirurgie par ablation partielle de l’utérus. Dépisté à temps le gynécologue n’enlève que les tissus cancéreux, sans procéder comme cela se faisait auparavant à l’ablation totale de l’utérus qui est traumatisante pour la patiente. Ce cancer ne met pas en danger la vie de la patiente et d’après le gynécologue qui opère depuis des dizaines d’années, toutes les femmes qui ont contracté une infection par le papillomavirus ne développent pas forcément un cancer.

      Le papillomavirus n’est qu’un virus parmi d’autres. La vaccination préventive contre ce virus n’est qu’une présomption de non survenu d’un cancer, mais qui fait courir des dangers certains d’effets secondaires graves à des personnes en bonne santé qui ne seront même pas infectées par le papillomavirus et qui même infectées ne développeront pas de cancer.

      Tout cela pour amasser des milliards de dollars, d’euro, de bitcoin ou autres monnaies équivalentes sans valeur réelle.

      1. geneviève

        Merci pour cette claire explication,
        j’espère que l’on vous comprends et que cette monstruosité s’arrêtera.
        Et ceux qui sont pour cette vaccination, font ils vacciner leur fille??

        1. Marc

          Non cette monstruosité ne s’arrêtera pas .
          Il y a trop d’intérêts financier en jeu.

          La seule chose possible : que chacun soit informé et puisse décider en conscience.
          C’est la raison pour laquelle les explications de Jérémy sont utiles et nécessaires.
          Mais combien les liront ?

        2. Alain

          @Geneviève

          Il ne tient qu’à vous d’en parler aux personnes que vous connaissez qui en parleront aux personnes quelles connaissent qui en parleront….
          Cela fait rapidement quelques milliers de personnes qui ouvriront les yeux et verront à quel point nous sommes soumis à la dictature des lobbies pharmaceutiques et agroalimentaires.

          Il est prévu de rendre obligatoire la vaccination des filles dans les écoles à partir de l’âge de 9 ans. Les associations de parents d’élèves qui se soucient de la santé des enfants et de leurs enfants en particulier ont leur mot à dire.
          Une association de parents d’élèves un peu dynamique, comme l’est Jérémy, peut donner de la voix, envoyer quelques pavés dans la mare et faire des remous.
          Les politiques sont particulièrement soucieux de l’opinion public et ont peur des vagues.

          Tout cela n’est possible que grâce à l’énergie et le courage de Jérémy qui nous ouvre les yeux et nous donne la possibilité de nous exprimer.
          Merci Jérémy. Go on !

          1. geneviève

            Merci à vous, mais nous en parlons déjà depuis bien longtemps .
            Nous sommes un grand groupe d’amis/amies, qui nous en préoccupons déjà depuis des années;
            Il n’y a pas que ce vaccin là évidemment : l’association liberté information santé (ALIS) entre autres nous informe et nous conforte dans nos choix….
            Le livre du Docteur Guylaine Lanctôt « le procès de la mafia médicale »….et bcp d’autres, l’histoire du docteur Scohy, etc……..nous révèle l’ampleur des dégâts….mais la bête se rebelle…,
            « ils » sont forts en face, riches surtout, ingénieux, tenant les gens par la peur sans cesse renouvelée et sentant un vent nouveau, redoublent de voracité….
            Vous m’étonnez concernant les associations de parents d’élèves et les vaccinations….
            Je n’ai jamais rencontré de parents rebelles parmi les parents d’élèves des classes de mes enfants….des moutons oui….OK c’était il y a qq années ………..les jeunes parents sont tout aussi aveugles, peu osent fronder. Comment voulez vous qu’une jeune maman de 20/30 ans s’éléve (fraichement convaincue par nous) contre le directeur de l’école, de la crèche, ses
            parents, ses beaux parents , la société…Trois vaccins sont exigés mais n’existent pas tous seuls!!! etc…….
            Un scandale monstrueux et répugnant, quant on sait ce qu’on injecte a des bb de deux mois…
            Les gens sont des moutons, crédules, peureux, désinformés, formatés, peu sont éveillés, 10,15 %????à 20% c’est la règle des 20/80, on peut rêver…ce n’est pas pour demain……..et pourtant j’espère et en parle sans cesse…..
            Merci à vous, vous tous, à Jérémy, on se sent moins seul, moins isolé, …moins le blues

  25. Grossbouff

    Bonjour Alain,

    Oui c’est le principe d’une vaccination: prévenir plutôt que guérir.
    La campagne contre la vaccination qui secoue le net en ce moment est extrêmement néfaste et dangereuse. La vaccination est une énorme avancée de la médecine et ne pas le reconnaitre est très grave. Ne pas se faire vacciner c’est non seulement mettre sa propre vie en danger, mais aussi (surtout?) celle des autres.
    Pour vous convaincre, je vous livre 2 liens fort intéressants qui jettent un regard en arrière pour montrer à quel point la vaccination a changé la face de nombreuses maladies mortelles.
    http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMms1215400
    https://www.behance.net/gallery/Vaccine-Infographic/2878481

    Ne pas tenir compte des lecons du passé conduit à refaire toujours les mêmes erreurs.
    Winston Churchill a dit: un peuple qui oublie son passé est condamné à la revivre.
    Il ne faisait pas référence à vaccination bien sûr, mais l’idée est la même.

    Le cancer du col de l’utérus est un cancer facile à traiter, oui à condition de le détecter. Les frottis ne sont pas des baguettes magiques, ils ne détectent pas 100% des cas!! Le cancer de l’intestin aussi est facile à traiter, il ne métastasie que très tard, il faut alors m’expliquer pourquoi c’est le 2ème plus mortel en Europe.

    Vous savez, ébola non plus ne tue pas toutes les personnes infectées. Environ la moitié survit (plus lorsque les moyens médicaux sont autres que dérisoires). Pourquoi veut-on développer un vaccin contre ébola si on peut y survivre?
    Parce que 50% ou 5% ou 0,5% cela ne fait pas de différence. Sauver des vies c’est sauver des vies. 0,5% hors de 500 millions (population des USA), ca fait 2,5 Millions de personnes sauvées. Rien qu’aux USA. Ca ne vaut pas la peine peut-être, de sauver la vie de 2,5 millions de personnes?

    1. Marc

      Quel magnifique discours marketing, tout y est :
      La généralisation
      Des mensonges
      Et aussi l’inévitable appel à la peur
      Vous avez même poussé le raisonnement jusqu’à Ebola ( Qu’a de commun le HPV et le virus ebola , à part être un virus)

      Non vraiment c’est du « grand art »

    2. Alain

      Bonjour M. Grossbouff,

      Le sujet traité par Jérémy concerne la vaccination contre les Papillomavirus.

      «je (Jérémy) vous ai exposé la polémique qui sévit actuellement contre les vaccins HPV (Human Papilloma Virus), mais surtout contre le dernier rapport émis par le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) qui recommande une vaccination dès 9 ans à l’école. »

      Il ne s’agit nullement d’une campagne contre la vaccination, ni de remettre en cause le principe de la vaccination pour des maladies mortelles.

      Par contre rendre obligatoire un vaccin pour lequel « Il n’y a absolument aucune preuve à l’heure actuelle que les vaccins HPV protègent contre le cancer du col de l’utérus. La
      soi-disant protection est supposée. »
      http://www.dur-a-avaler.com/vaccins-hpv-contre-papillomavirus-petition-joyeux-sante-nature-innovation-ipsn-rapport-hcsp/#comment-19132
      est abusif et n’est destiné qu’à servir les intérêts des laboratoires pharmaceutiques au détriment de la santé des enfants scolarisés en France.

      En France les vaccinations OBLIGATOIRES sont les suivantes :
      – contre la diphtérie et le tétanos : seule la primo vaccination avec le 1er rappel à 11 mois est obligatoire ;
      – contre la poliomyélite : la primo vaccination et les rappels sont obligatoires jusqu’à l’âge de 13 ans ;
      – contre la fièvre jaune : pour toutes les personnes résidant en Guyane.
      http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F724.xhtml

      Seuls trois vaccins sont obligatoires en France. L’imposition de tout autre vaccin est illégale.
      http://www.wikistrike.com/article-seuls-trois-vaccins-sont-obligatoires-en-france-l-imposition-de-tout-autre-vaccin-est-illegale-118787357.html

      Les vaccinations RECOMMANDEES concernent :
      – les maladies telles que la coqueluche, la rubéole, la rougeole, les oreillons, la varicelle,
      – les infections invasives à haemophilus influenza b, à pneumocoque, à méningocoque C,
      – les hépatites B et A (pour les professionnels exposés à un risque de contamination).
      – les infections à papillomavirus humains (pour les jeunes filles entre 11 et 14 ans),

      Le vaccin contre la grippe est facultatif mais conseillé.

      Les infections à papillomavirus humains :
      « 90% des infections dû aux HPV se résorbent d’elle-même dans les deux ans et tous les stades d’évolutions des lésions précancéreuses (CIN 1 à 3) peuvent régresser spontanément (dans 32 à 57% des cas), au final, une infection aux HPV à moins de 0,2% de chance d’évoluer en cancer invasif »
      http://www.dur-a-avaler.com/vaccins-hpv-contre-papillomavirus-petition-joyeux-sante-nature-innovation-ipsn-rapport-hcsp/#comment-19132

      Les infections dues aux HPV ne sont pas plus mortelles que la grippe et le cancer du col est un cancer localisé qui ne met pas en danger la vie de la femme.

      Rendre obligatoire sous la forme d’une campagne nationale la vaccination par des vaccins HPV pour lesquels il n’y a absolument aucune preuve à l’heure actuelle qu’ils protègent contre le cancer du col de l’utérus est un abus de pouvoir des laboratoires pharmaceutiques et n’est destinée qu’à servir les intérêts des laboratoires pharmaceutiques au détriment de la santé des enfants scolarisés en France.
      Cette action serait même illégale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *