On vous promet des milliers de lavages sans la moindre lessive pour un résultat impeccable ? Des économies de lessive et un petit geste pour l’environnement ? Que valent vraiment les fameuses boules de lavages aux perles de céramique ? Miracle ou arnaque ?

Capture d’écran du site Balinéo.fr qui propose des boules de lavage, mais se retrouve aujourd’hui inaccessible.

« Ce petit secret bien gardé… »

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir faire 1.500 lessives sans utiliser le moindre nettoyant ou adoucissant ?

Une simple boule « incroyablement efficace » selon les revendeurs officiels permet de laver au moins 1.500 fois votre linge avec une qualité de lavage tout aussi bonne que les lessives industrielles, voire même meilleures !

Cette promesse est offerte notamment par la société Balinéo qui propose une banale boule en plastique remplie de petites perles de céramique.

Ces perles de céramique contiennent des micro-organismes dont l’activité est presque infinie. Le nettoyage est garanti 100 % naturel, écologique et efficace.

Et pour la modique somme de 20 ou 30 € les 1.500 lavages… le calcul des économies est vite fait. Avec en prime un sentiment gratifiant de faire du bien à la planète.

Spectaculaire ! Trop peut-être…

Une fois qu’on éloigne les paillettes qui brillent de mille feux devant nos yeux, les questions se font nombreuses.

  • Comment ce produit peut-il faire autant de lavage sans recharge, avec un prix aussi dérisoire ?
  • Et surtout, comment marche-t-il ? Les perles sont au cœur du procédé, mais à quoi servent-elles ?
  • Est-ce qu’elles relarguent des composés dans l’eau qui lave le linge ? Est-ce que le pouvoir des céramiques permet cette prouesse ?

Non pas vraiment. En réalité, ces revendeurs surfent sur notre douce naïveté et notre désir insatiable de faire des économies, en plus de faire son petit geste pour la planète.

Car ces perles de céramique n’ont rien d’innovant ou de miraculeux.

Elles sont à la base de nombreux commerces plus ou moins ésotériques qui vantent les bienfaits d’une association exceptionnelle de micro-organismes efficaces dans de la céramique… sans en apporter la moindre preuve.

Miracle ou Arnaque : la vérité sur les perles de céramiques

Découvrez la réalité derrière le miracle offert par les perles de céramique pour purifier et filtrer votre eau sans ne rien avoir à faire !

A LIRE ICI

Sur la piste des micro-organismes…

A l’origine de ces perles de céramiques efficaces pour laver le linge et filtrer l’eau à l’infini, on retrouve les travaux discutables d’un japonais Teruo Higa.

Capture d’écran sur site de présentation de la marque EM de Teruo Higa.

L’idée part d’un principe logique et intéressant : l’utilisation des propriétés physiques des micro-organismes pour dégrader des déchets, recycler de la matière organique, purifier des environnements pollués…

Des principes prometteurs discutés par la communauté scientifique, mais qui deviennent loufoques quand on passe aux perles de céramique.

L’idée de Teruo Higa a été de produire des perles en céramiques qui ont macéré dans ces mêmes micro-organismes très efficaces… avant de les cuire. Car oui, pour obtenir de la céramique on doit utiliser des températures très élevées.

Si élevée que l’on ne retrouve bien sûr plus aucun micro-organisme dans ces fameuses perles.

Mais qu’à cela ne tienne, certains revendeurs de ces perles de lavage ou de filtration avancent que les micro-organismes ont transmis leur information de purification à la céramique, et donc même en leur absence la purification magique s’opère (une idée qui se rapproche de la théorie du fonctionnement de l’homéopathie).

Quand on parle de physique et chimie, on dit que “rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme” (selon une citation apocryphe d’Antoine Lavoisier).

Dit autrement, si un mécanicien vous propose un filtre pour votre voiture qu’il ne sera jamais nécessaire de changer, alors il y a de forte chance pour que ce filtre… ne filtre rien du tout.

Et que vous deviez rapidement changer de mécanicien aussi.

Si votre filtre fonctionne, il faudra alors le changer à un moment ou un autre. Je sais, c’est pénible, mais c’est la vie.

L’arnaque des boules de lavage

De retour sur nos boules de lavage remplies de perles magiques, on comprend un peu mieux pourquoi on se moque un peu de nous.

Les perles n’ont aucun effet particulier sur l’eau, ni sur le linge avec lequel elles n’entrent même pas en contact. On pourrait avancer un effet mécanique, avec le frottement des perles, mais bonjour le ramassage et le blocage de la machine.

Il n’en est rien.

Plusieurs associations de protection de consommateurs (Que Choisir en France et la Fédération Romande des consommateurs) ont fait des comparatifs entre différentes lessives et boules de lavage, avec des conclusions identiques.

Les boules de lavage ont le même effet sur le linge… qu’un lavage à l’eau, sans rien.

Mais c’est sans compter l’autosuggestion diaboliquement efficace et notre piètre capacité d’évaluer objectivement des modifications aussi subtile que l’état de notre linge avant et après une machine.

Le résultat des essais comparatifs des associations de protection des consommateurs était pour le moins prévisible.

Des perles sans aucune propriété chimique ou détergente, qui ne nécessitent aucun entretien et qui seraient efficaces pour 1.500 lavages… Il ne manque plus que la marmotte qui emballe tranquillement les boules de lavages dans le papier aluminium.

D’ailleurs, en naviguant sur l’un des sites (Balinéo) qui n’existent plus aujourd’hui, je trouve des versions et des promesses différentes à chaque fois.

Capture d’écran du site désormais inaccessible Balinéo.fr

Notamment que la boule de lavage permettrait de créer du peroxyde d’hydrogène… grâce aux perles. En se renseignant très rapidement sur les méthodes de fabrication de ce désinfectant très efficace, on réalise que c’est impossible.

Cette version édulcorée a rapidement été supprimé d’une version antérieure du site.

Donc oui, les boules de lavage vous feront indéniablement économiser de l’argent sur votre lessive, mais pour un linge qui sera moins propre et lavé uniquement à l’eau.

L’arnaque est donc double. En plus d’être scientifiquement fausse, elle est écologiquement questionnable.

Car vous allez en réalité alimenter un commerce de plastique de basse qualité qui n’apporte strictement aucune plus-value pour vous, pour votre linge et pour l’environnement. Il y a bien sûr des possibilités de relargage de microplastique à chaque lavage, puis dans l’environnement.

Vous savez désormais à quoi vous en tenir à propos de ces boules de lavage (les noix, c’est pareil) un peu trop magique pour être vrai.

Je vous recommande chaudement de lire mon enquête sur les perles de céramique capable de filtrer le chlore ou le calcaire de votre eau… sans la moindre action de votre part.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

2 commentaires
  1. Je les utilise depuis peu avec notre lessive écologique à base de cendre et je trouve que le lavage à basse température avec ces boule et notre lessive maison donné un meilleur résultat que la lessive seule.
    Donc effectivement seul les boules je n’en sais rien mais en adjonction d’une lessive (écolo ou pas) pourquoi pas … Perso j’ai deux boules dans le tambour et je trouve que ça imite bien l’ancienne technique de battre le linge pour le laver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.