Quand les probabilités d’être malade pour une situation donnée (toux, âge, facteur de risque…) sont très bas, les praticiens surestiment systématique vos chances de l’être. Cela peut se traduire par des surdiagnostics et des surtraitements inutiles avec des conséquences délétères sur la santé.

Source : Unsplash

La difficulté de poser le bon diagnostic

Déterminer de quoi vous êtes réellement malade est une tâche complexe que doivent réaliser tous les médecins et professionnels de santé.

La mission n’est pas anodine. Il faut identifier correctement le trouble pour apporter la solution la plus adaptée et éviter les risques d’effets indésirables superflus.

Les professionnels de santé disposent d’une importante trousse à outils pour faire le bon diagnostic :

Mais même en présence de nombreux éléments pour poser un diagnostic, il y a toujours une probabilité que le diagnostic ne soit pas bon. Soit la maladie a été loupée, soit elle a été trouvée présente à tort.

Si je vous parle de ça, c’est parce qu’une équipe médicale américaine vient de réaliser une étude extrêmement importante sur les capacités des professionnels de santé a estimer la probabilité que leur patient soit malade (1).

La désastreuse (et dangereuse) qualité des recommandations sanitaires

Les recommandations sanitaires émises par des sociétés savantes et certaines institutions ne reposent pas sur les meilleures études. Pire, elles se fondent dans leur immense majorité sur le plus bas niveau de preuve scientifique.

Quand les médecins surestiment vos chances d’être malade

Plus de 500 professionnels de santé américains se sont prêtés au challenge posé par cette équipe de recherche de l’Université du Maryland.

Quand les probabilités d’être malade pour une situation donnée (toux, âge, facteur de risque…) sont très bas, les praticiens surestiment systématique vos chances de l’être. Cela peut se traduire par des surdiagnostics et des surtraitements inutiles avec des conséquences délétères sur la santé.

La difficulté de poser le bon diagnostic
Déterminer de quoi vous êtes réellement malade est une tâche complexe que doivent réaliser tous les médecins et professionnels de santé.

La mission n’est pas anodine. Il faut identifier correctement le trouble pour apporter . . .

La suite de ce contenu est réservée aux membres.

Abonnez-vous pour découvrir les enquêtes inédites et soutenir un site d'information 100% indépendant. Des articles et analyses qui changent la vie.

Pour les membres, remplissez le formulaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d'information en rejoignant 10.000 autres abonnés ! Pour vous remercier de votre confiance, un guide complet sur le sucre et plusieurs enquêtes inédites (sur le sang, les dangers poêles, des crèmes solaires, etc.) vous seront offerts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les commentaires sont soumis à modération à priori. En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.