quick-burger-malbouffe-calories-bigmac

Quand la restauration rapide bat des records

Il n’est pas coutume d’attaquer régulièrement la restauration rapide sur ce blog (un exemple ici). En même temps, c’est un peu facile, tout est malbouffe, des desserts aux burgers, des boissons aux sauces en boîte, et il n’y aurait que certaines salades qui pourraient sortir du lot, et encore.

Mais parfois, la restauration rapide, représentée par les plus grandes marques de la planète (Quick, Mc Do, Burger King, KFC, etc.) innove en matière de malbouffe. Et parfois, impossible d’y échapper, et Dur à Avaler prend l’allure de match de foot, et distribue des cartons rouges, et pas qu’un seul.

Aujourd’hui, l’objet du scandale vous l’avez vu, il est au début de cet article, c’est le nouveau burger de Quick Nouvelle-Calédonie, l’EXTREM GIANT.

EXTREM GIANT = EXTREME MALBOUFFE

Au mois de juin dernier est sortie une nouveauté made by Quick, un burger aux dimensions extra-terrestre, pire, aux dimensions américaines !

2 tranches de pain, ou « bun » dans le langage fast-food, 4 steaks de bœuf, oui 4 steaks de bœuf, 3 tranches de fromage, des oignons, de la salade et la fameuse sauce « GIANT ».

En réalité ce burger est une version améliorée d’un burger déjà existant de la marque, le GIANT, qui ne contient que deux steaks, 2 morceaux de fromage, et qui ressemble fortement à son homologue du Mc Do, le Big mac (très bien descendu par Consoglobe d’ailleurs).

Donc ce burger, ou ce méga burger, vous apportera 700 kCal environs. 700 kCal, pour un homme de 70 kg, c’est 1/3 des besoins énergétiques d’une journée. 1/3 des besoins énergétiques dans un seul burger.

Pour une femme, c’est quasiment 40% des besoins journaliers dans un EXTREM GIANT.

Les calories c’est une chose, mais ce burger contient une bonne dose de sel également. Au moins 1.5 g de sel serait présent dans cette innovation malbouffesque. 1.5 g avec ce seul burger vous rapproche dangereusement, et très rapidement, de la limite physiologique des 6 à 7 g, et de tous les problèmes santés qui vont avec (augmentation de la pression artérielle, des problèmes cardiovasculaires…)

Si l’on prend en compte la consommation moyenne de sel par les français, et notamment la consommation de plats préparés industriels riches en sel caché, ce burger ne sera définitivement pas votre allié santé. A n’en point douter.

L’EXTREM GIANT, c’est aussi 4 morceaux de steaks de 45g chacun, soit 180g de viandes hachées « pur bœuf » selon le fabricant. Souvenez-vous de mon article sur la consommation de viande rouge, et de la limite symbolique des 300g par semaine. Avec un seul burger de chez Quick comme celui-là, vous dépassez déjà la moitié des apports conseillés de viande rouge, en un seul repas.

Et j’imagine que la plupart des français ne sont pas végétariens les 6 autres jours de la semaine, et ainsi d’autres apports en viande rouge viendront surement alourdir un bilan, déjà peu équilibré.

Donc des protéines, du sel et des calories… mais aussi du sucre ! Quasiment 6 carrés de sucre se planquent dans ce burger géant avec 45g environs, probablement présents dans la sauce, et les tranches de pain.

Ne parlons pas des tranches de fromage qui doivent faire partie du pire en matière de produits laitiers et de fromage.

Un mot sur les additifs ? Eh bien non, car la transparence de Quick n’est pas optimale contrairement à Mc Do, et il m’est bien difficile de connaître la liste sans fin des additifs présents dans le pain, la sauce, ou le fromage.

En bref, l’EXTREM GIANT, au risque de ne pas vous surprendre, incarne magnifiquement bien la malbouffe industrielle occidentale, et tous les travers de cette restauration rapide, qui trouvera des clients. Et ça c’est le pire.

L’addition s’alourdit avec un menu

Prendre l’EXTREM GIANT en compte seul n’est quelque part pas réaliste car il s’intègre très souvent dans un menu, classiquement composé de frites et d’un coca. Et là, si on fait les comptes, ça devient sévère pour les artères.

Ainsi, un tel menu vous apportera environ 1200 à 1300 kCal soit plus de la moitié de vos apports quotidiens. Pratiquement 2g de sel et plus de 140g de glucides.

Si l’on rajoute un dessert, ma foi classique, tel un Sunday, on dépasse les 1600 kCal, les 210 de sucres soit plus de 26 carrés de sucre. Une vraie bombe atomique.

Quick, Mc Do, KFC, même combat

Ce burger de Quick n’est pas un phénomène isolé dans la restauration rapide. Le méga mac de Mc Do et bien d’autres viennent alourdir cette offre de malbouffe et de junk food mise à notre disposition.

Ces enseignes, ces politiques nutritionnelles, la qualité des ingrédients, l’équilibre alimentaire invitent tous les clients et consommateurs à déserter les lieux de toute urgence. Et pourtant.

Le génie des chefs de rang du marketing de ces sociétés arrive facilement à faire venir en masse des clients, qui viennent dévorer sans réfléchir, avec faciliter et sans apprécier le pire de la nourriture occidentale.

S’il faut des articles comme ceux-là pour faire réaliser à certains clients que ces temples de la malbouffe incarnent le pire pour la santé, pour la planète et pour les animaux, alors je continuerais à en écrire.

C’est donc un gros carton rouge pour Quick, un EXTREM carton rouge pour un burger totalement hors norme, à contre-courant de toutes les démarches positives pour notre société. Et en plus, d’après les clients déjà consommateurs du burger, il ressemble à rien. Et ça, ce n’est pas une nouveauté.

Inscrivez-vous à la newsletter

Rejoignez une communauté de 10.000 abonnés ! Vous recevrez toutes le enquêtes et infos en exclusivité avec un guide offert sur le sucre... Alors arrêtons de chipoter !

26 commentaires
  1. Hello à tous,

    Je vous vois lancer la charge sur les gens qui mangent chez Quick ou les autres.

    Je lis des “mais comment font-ils pour bouffer ça ?!”

    Avez-vous envisagé un moment peut-être que ces personnes souffrent d’addiction ? Je suis de plus en plus convaincu que la malbouffe agit comme une drogue sur le cerveau. En moins puissant peut-être oui. Mais tout aussi néfaste.

    Pendant des années je ne pouvait m’empêcher de boire du Coca Cola (jusqu’a 2L/jour !) j’ai eu un mal de chien à arrêter. Encore aujourd’hui je dois résister pour ne pas ouvrir une bouteille. Et ne boire qu’un verre est synonyme de défi quasi impossible à relever pour moi.

    … cela me rappelle étrangement les fumeurs ou les drogués. “Juste une clope en soirée” ” juste un buzz”

    Donc oui, c’est de la merde cette bouffe, mais attention à ne pas y aller trop fort quand même. Certains parmi nous font tout leur possible pour s’en sortir et ce n’est parfois pas qu’une simple question de volonté.

    Amicalement,

    1. Bien sûr que ces gens souffrent d’addiction.
      Je pense que personne ne le nie…
      Et c’est d’autant plus difficile de s’en défaire, de cette mauvaise habitude de manger des crasses…

Commentaires désactivés.

En postant un avis, vous acceptez les CGU du site Dur à Avaler. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé sans explication. Les commentaires avec des liens hypertextes sont sujets à modération à priori. Merci d'émettre vos avis et opinions dans le respect et la courtoisie. La partie commentaire sera automatiquement fermé 30 jours après publication de l'article.